Séance de VENDREDI 25/02/2022 à Servel

Du monde, quatre tables, quatre ambiances.

Table 1, dite « submersible » : une grande table de L’Insondable, le nouveau visage du BSG cher à certain(e)s. On y retrouve Neox, Axel, Xel, F-R, NicoH et Gilles. Partie étonnante avec 5 traîtres sur 6 joueurs. Cela finit mal, le navire coula en vue de Boston.

Table 2, dite « inaccessible »  : Vincent et Fred décident de faire un It’s a Wonderful Kingdom, un jeu à deux. Cela tombe bien, arrivés après la mise en place des tables, ils étaient deux. La connaissance du jeu par Vincent lui donna un avantage, il l’emporta par 44 PV à 24.

Table 3, dite « répétitible » : Mickaël, toujours heureux de faire découvrir Iki et d’y jouer encore et encore y attire 3 novices, Samuel, Cixi et Shiqi (toutes nos excuses si la transcription de ces prénoms est incorrecte). La connaissance du jeu par Mickaël lui donna un avantage, il l’emporta par 111 PV à moins.

Table 4, dite « irrésistible » : les Ruines Perdues de Narak attirent des curieux, et voilà OlivierB, Xof, Adélie et Dom attablés autour du plateau (dont on n’a toujours pas essayé la face « serpent »). Olivier explore et triomphe des gardiens, Dom mise tout sur la recherche du temple et les deux autres font dans l’hybride. Adélie semble avoir bien scoré sur tous les tableaux mais elle a finalement peu de points en main. Avec 66 PV, elle finit entre Xof (63) et Olivier (67). La connaissance du jeu par Dom lui donna un avantage, il l’emporta par 80 PV (dont 23+8+17 marqués au temple, et un deck bien aidé par l’assistant qui fait des remises sur les achats de cartes).

Séance de MARDI 25/01/2022 à Servel

Jopseh-Louis Lagrange naît à Turin le 25 janvier 1736 sous le nom de Giuseppe Luigi Lagrangia. Ses contributions à la mathématique et la physique ne tiendront pas sur cette page, mentionnons juste qu’il a démontré la conjecture de Bachet (« tout entier positif est somme de quatre carrés »), qu’il a codéveloppé avec Lavoisier le système métrique et qu’il a fini au Panthéon, un des sommets des savants des Lumières. En astronomie, les points de Lagrange voient la gravité de deux astres s’annuler et permettre à un satellite qui s’y trouve de rester immobile par rapport aux deux. Ainsi ce 25 janvier, le monumental télescope James Webb vient de prendre ses quartiers au point L2 entre terre et soleil. Avance rapide de 286 ans.

Table 1, dite « Au sommet » : Après quelques palabres on (c’est à dire Neox, Xel, Nicolas-2 et VHN) part sur du connu (ou presque, seul Nicolas bis découvre) : les ruines perdues de Narak. Neox est motivé car il aime bien le jeu mais finit toujours à quelques point du vainqueur. Ce soir cela doit changer ! Le novice s’excuse par avance en expliquant qu’il ne fera de que de la figuration tandis que Xel tient des propos nihilistes. La partie a tenu ses promesses mais a livré quelques surprises. Les chemins choisis d’abord : VHN, une fois n’est pas coutume, part buter du monstre (1 par tour) et restera coincé à mi-chemin de la piste de recherche. Neox, jugeant que c’est elle qui détient les clés de la victoire, se lance à son assaut. Mais il est grillé par son homonyme qui déroule un mémorable 2e tour où il grimpe, il grimpe, en enchainant les combos. Neox utilise cependant à bon escient le pouvoir de replacer un explorateur. Nicolas-2 parvient le premier au temple magique et y grapille encore 16 PV. Dom, il faut bien qu’il se plaigne, regrette un Perroquet inutile et un deuxième assistant faiblard. Au final, les scores sont serrés à beau niveau : 72 pour N2, 68 pour Dom, 67 pour Neox et 46 pour Xel (la démonstration que chacun de ces scores est la somme de 4 carrés sera laissée en exercice au lecteur). Le Président n’a pas conjuré sa malédiction mais il en faut plus pour lui faire perdre sa débonnarité .

Table 2, dite « Panthéonisé » : Felix est tenté de se refrotter à Lucas à It’s a Wonderful Kingdom, la version 2 joueurs de It’s a Wonderdul World, après avoir hésité à démarrer une campagne (ce jeu est une véritable corne d’abondance !). Que croyez-vous qu’il arriva ? Lucas le croqua.

Séance de MARDI 12/10/2021 à Servel

Le 12 octobre 1999, selon une estimation des démographes de l’ONU, la population de la Terre a franchi le seuil symbolique de six milliards d’êtres humains vivants. Le secrétaire général, Kofi Annan, a décerné à un nouveau-né de Sarajevo l’honneur d’avoir franchi le premier ce cap symbolique. La barre du premier milliard a été franchie vers 1850 et, au début du XXe siècle, la population mondiale s’élevait à 1,6 milliard d’êtres humains dont environ un quart d’Européens. Ils sont 10% aujourd’hui.

A Lannion, 22 ans après, quelques terriens en détresse lançaient des SOS, cherchant à utiliser l’agriculture, à terraformer Mars, à explorer des ruines, ou encore à piller la mer du Nord.

Table 1, dite « Exubérance technologique » : nous accueillons un nouvel et jeune adhérent, Steven, volontaire pour un jeu en forme découverte. Mais à Parties Civiles, on n’est pas là pour beurrer les tartines. Le voici donc embarqué dans du lourd, un Terraforming Mars mené au pas de charge par Lucas, qui s’impose avec 125. François a vaillamment résisté, mais victime d’un placement trop tardif, échoue à 90. Notre nouvelle recrue culmine à 64, mais a apprécié l’expérience. On doute que la colonisation des planètes lointaines soit un remède à la surpopulation mondiale, mais les voyages forment la jeunesse, dit-on.

Table 2, dite « Invasions barbares » : A Pillards de la mer du Nord, Vincent, 52, a dominé d’une courte tête Arthur, 47,  et Camille, 43 dans un esprit très fair play selon cette dernière. On n’en n’attendait pas moins d’un brigand chevaleresque.

Table 3, dite « Au-delà de la viande » : Pour nourrir la population de la planète, il faudra dépasser la viande, nous dit-on. Mais ne pas non plus négliger l’agriculture, et c’est le retour d’un grand classique (pas joué depuis 2 ans) qui renter dans le thème du jour, avec une partie d’Agricola enrichi du retour de Marie-Anne, qui, spécialiste réputée de cet incontournable de nos tables, cède pourtant le pas, avec 31, à Xel (35). Les gentlemen n’ont pas été très farmer, Gilles culminant à 18 et Olive à 16.

Table 4, dite « Le présent du passé » : Après deux parties appréciées mais entachées d’une erreur de règle, revoici les Ruines perdues de Narak. Pour ce troisième opus le plateau est relevé avec sur la ligne de départ Neox, DocNico, Dom et Florian. Neox, instruit par ses précédentes parties, choisit de faire le course en tête sur la piste d’exploration du temple perdu et se goinfre de ses ressources-bonus. Le Doc (avec le fameux assistant qui donne une ristourne sur les achats) se constitue une main plantureuse et utilise encore et encore ses icônes grâce à la carte qui va bien. Dom, grâce à un assistant qui produit des sous, épargne ses cartes en affrétant un avion pour voyager et affiche 4 Gardiens (= monstres) à son tableau de chasse tout en parvenant à arriver en second au temple perdu. Au terme des 5 manches la feuille de score donne un Dom détaché avec 74 PV, suivi de Neox avec 49 et Doc avec 47. Au final tout le monde a apprécié ce jeu qui tourne bien et on a entendu des appels à le ressortir très bientôt (on pourrait même essayer le verso du plateau de jeu qui permet de renouveler les parties).

Séance de MARDI 05/10/2021 à Servel

Le 5 octobre 1914 voit se dérouler le premier combat aérien de l’histoire : un biplan Voisin III français équipé à titre expérimental d’une mitrailleuse sur trépied servie par l’observateur de bord repère un Aviatik B.1 allemand et s’en approche à une dizaine de mètres. Tirant au coup par coup compte tenu de la fiabilité douteuse de son arme, Louis Quenault a besoin d’une quinzaine de minutes et 47 balles avant de voir l’appareil ennemi piquer vers le sol. On savait prendre le temps à l’époque. 107 ans plus tard, on observa à Servel un double plan jeu.

Table 1, dite « Triplan, ou plan à trois » : On retrouve les Ruines perdues de Narak avec deux joueurs ayant découvert récemment (Neox et Dom) et un troisième rapidement mis au parfum (Vincent). Après l’erreur de règles de jeunesse de l’autre mardi (il faut payer le coût de déplacement y compris quand on va découvrir un nouveau lieu), cette fois on maîtrise. Intéressant : à 3 joueurs certaines cases produisant des ressources sont bloquées, on a eu bien eu mal à récupérer des parchemins et dans cette configuration on peut être tentés d’aller explorer tout de suite (comme l’a fait Neox) pour ouvrir de nouvelles zones de placement/production. Chacun son approche, Dom et Vincent se font la course à la conquête du temple perdu tandis que Neox se concentre sur la version locale de porte/monstre/trésor. Vincent se lance très tardivement dans la découverte de lieux mais cela lui réussit plutôt. Au final les positions sont détachées avec 94/71/60 PV pour Dom/Vincent/Neox mais il s’avère immédiatement qu’à l’insu de son plein gré (un autre joueur lui assurant que c’était bien la règle) le gagnant a trop utilisé son assistant lui donnant une réduction sur les cartes achetées. Son score a donc été anormalement gonflé par les points des cartes et les effets à l’achat en excès dont il a bénéficié. Il va donc falloir se retrouver un autre mardi pour jouer enfin en respectant les règles. A moins que le dicton « jamais deux sans trois » ne se pointe ?

Table 2, dite « Bon vieux temps » : Les classiques sont de sortie, à la grande joie de Xel, Olive et Florian qui (re)découvrent Navegador. Un jeu sans plastique comme les éditeurs allemands savaient en faire « avant » (avant 2012/avant Kickstarter/avant le COVID/avant que la production parte en Chine etc., ne laissez pas de vieux grognons rédiger les CR !). Le plaisir a été au rendez-vous, chacun explorant sa voie stratégique. C’est Xel, axée sur les colonies, qui finit en tête d’une feuille de score bien groupée entre 60 et 70 PV.

Séance de MARDI 21/09/2021 à Servel

Leonard Cohen aurait fété son anniversaire ce soir s’il ne nous avait quittés, il y a déjà cinq années. En guise d’hommage, nous revisiterons sa discographie.

Les Ruines Perdues De NarakTable 1, dite « Popular problems » : Les nouveautés s’enchaînent, ce soir ce sont Les ruines perdues de Narak qui font leur lancement en public avec autour de la table Neox, Adriane, Olive (de retour) et Dom. Sur un thème d’exploration/pillage/écocide d’une ile inconnue le jeu sans être follement original dans ses principes, est plutôt bien foutu avec du matériel de qualité, du placement d’ouvrier, des voies multiples pour marquer des points et une espèce de deck-building léger où le deck tourne presque à chaque manche (il y en a 5). En gros on explore des lieux où on gagne des ressources et on utilise celles-ci pour combattre les autochtones qui occupaient lesdits lieux et pour progresser dans la recherche du temple maudit perdu (avec un petit côté course, il y a un bonus pour le premier à atteindre chaque étape). Un peu d’interaction arrive à travers le marché des cartes (résumé : Adriane a pris celle qui aurait permis à Olive de tuer son monstre tandis qu’Olive avait l’art de choisir celles convoitées par Neox. Dom, comme à son habitude, a été exquis). Tout le monde découvrait et a tâtonné à la recherche d’une bonne approche. Neox, sauvé par une carte tardive qui lui permet de récupérer un explorateur et de repartir comme en quatorze, est axé sur la découverte (4 lieux) et affiche une main bien garnie en points, il finit avec 67 PV. Dom, aidé par ses assistants acquis tôt, arrive au temple en premier et y grapille encore quelques PV. Il finit … avec 67 PV et les lauriers du vainqueur par départage. Adriane et Olive ne sont pas loin avec 63 et 58. On a eu tendance à oublier quelques détails de règles qui nous auraient aidés (utiliser le pouvoir unique de ses monstres ou de ses idoles) mais surtout on a joué avec une erreur de règles (un problème populaire ces derniers temps à PC) qui invalide cette belle histoire et nous force à réessayer prochainement.

Table 2, dite « Thanks for the Dance » : à cette table d’Innovation, en équipes de 2, se sont pressés Lucas et Xel, toujours partants, Nicolas II, toujours bon camarade, rejoint par François. Sous ses airs modestes et un tableau qui peine à décoller, Nicolas II trompe son monde en dominant les deux premiers âges. Mais la fête est finie abruptement, car Xel et Lucas se développent à vitesse grand V, se faisant bénéficier de leurs ressources communes, tandis que François avance à la vitesse d’un 4×4 embourbé dans un marécage, moteur en panne. Vincent arrive et prend la place d’honneur dans les tribunes, mais cela ne change rien au numéro des duettistes Lucas et Xel qui nous entraînent dans une valse infinie de comptabilisations et de dominations, au point qu’ils se paient le luxe de refuser des dominations, et de choisir la façon dont ils mettent fin à la curée.

Micro Macro Crime City - Test jeu de société - Akoa TujouTable 3, dite « You want it darker » : de spectateur, Vincent se fait acteur, et déroule le grand poster qui tient lieu de scène de crime géante de Micro Macro Crime city, jeu façon est Charlie ? dans une ville où le crime se cache à chaque coin de rue. De sombres secrets, des vols sournois, des crimes de sang-froid, sont monnaie courante ici. La police n’arrive plus à faire face mais nous voilà… Bon, le jeu s’adresse surtout aux 6-12 ans, et cet interlude était plus pour la découverte, et aussi le plaisir de jouer avec Vincent. Un jeu qui peut aussi vous éviter un passage à l’ophtalmo pour déceler une petite baisse de vue tant il faut écarquiller les yeux pour repérer tout ce qui se passe sur cette carte !

Table 4, dite « Death of lady’s man » : On finit cette douce soirée avec The boss, un jeu de bluff où François se voit vainqueur mais est devancé au dernier tour par Xel, qui a soudoyé Al Capone et engrangé 5$ sur le coup. On a regretté de ne pas jouer la règle spéciale de Jérôme qui modifie l’ordre du dernier tour, car sans cela, le cours des choses est très dépendant de l’ordre des joueurs.