Séance de MARDI 15/03/2022 à Servel

Qui connait Jesse Reno ? Après avoir conçu un escalier mécanique (aka escalator) utilisant le principe des véhicules à chenilles, il en dépose le brevet le 15 mars 1892 et finir par vendre sa société au fabricant d’ascenseurs Otis. L’escalator, offrant un débit supérieur à l’ascenseur sans la claustrophobie est une commodité universelle, voire tentaculaire, du monde moderne, parfois poussée à l’absurde. 130 ans plus tard on s’est laissés transporter à Servel.

Table 1, dite « Montée au ciel » : Lucas ne dit jamais non, dit-il, à une partie d’Innovation, le voila face à Dom et à Benjamin qui se souvient y avoir joué il y a bien longtemps. Vient s’y adjoindre après un moment Felix qui fera le conseiller/commentateur. Lucas attaque bille en tête, nettoie les tableaux averses avec Ingénierie puis Benjamin siphonne les points avec Navigation. Dom, pas en reste, fait parler la Poudre sans conviction.

En fin de partie Lucas a 4 dominations (sur les 5 scellant la victoire) contre 3 à Benjamin et Dom. Avec les Fusées en jeu, il peut à volonté vider les points d’influence adverses. Dom choisit de s’en remettre au destin en activant Ordinateurs (« mettez en jeu une carte 10 et appliquez ses dogmes coopératifs sans les partager »). Lucas a assez d’icônes Horloge, il  l’applique en premier et on n’est pas déçus. Il pioche Globalisation (« si aucun joueur ne produit plus de Pommiers que d’Usines, le joueur avec le plus d’influence gagne »). Incroyablement, les trois joueurs ont 1 ou 2 usines de plus que de pommiers. Lucas ayant dévasté les influences adverses avec Vaccination puis Fusées il a le plus de points et remporte la partie sans que Dom ait profité de son activation de carte. Bien joué l’artiste.

Table 2, dite « Effort physique » : Partie serrée de Parks entre Neox, Xel et Jimmy. Arrivés au bivouac final, les deux premiers comptent 21 PV, la dernière 19. Mais Jimmy a le jeton de premier joueur dans son sac à dos, cela lui donne la victoire.

Table 3, dite « Tentaculaire » : Nicolas2 et Gilles se mesurent, pour commencer avec Skulk Hollow. Un jeu d’affrontement très asymérique entre un gros monstre et une nuée de petits renards (l’image de Gulliver surgit brièvement). Gilles se retrouve aux commandes d’un monstre à tentacules et va droit au but : il élimine le chef adverse et les petits renards, en proie à la désorganisation, ont dès lors partie perdue. Pas abattu, Nicolas sort alors son Shoggi sur lequel il a normalement l’avantage du terrain, Gilles découvrant les règles. Le résultat nous reste inconnu, on retient son souffle.

Séance de MARDI 15/02/2022 à Servel

Matt Groening est né le 15 février 1954, il y a 68 ans. Après avoir pas mal galéré comme jeune dessinateur, son cartoon Life in Hell lui donne une certaine assise. Mais c’est le dessin animé Les Simpsons qui va faire sa renommée et une partie du succès de la chaîne Fox. Les histoires de la famille Simpson et de la ville de Springfield sont une satire bien observée et souvent hilarante, avec un succès jamais démenti puisque la série en est à sa 33ème saison.

Ce n’est pas dans nos habitudes sur ce site de passer des vidéos mais nous avons dégoté une séquence des Simpsons avec des jeux de plateau.

Table 1, dite « Mmmh un herbivore ! » : Neox, Xel et Camille disputent une partie de Evolution Climate. Malgré les jolies aquarelles illustrant les traits génétiques des animaux imaginaires issus du hasard et de la nécessité, ce n’est pas un jeu gentil. Il s’agit de sortir victorieux d’une lutte darwinienne en étant mieux adapté à l’environnement (nourriture, climat) que les autres. Xel prend le meilleur départ et Neox, bien malgré lui avec une main plein de cartes Carnivore, construit un prédateur capable de ralentir la domination de la vétérane. Et bien sûr, qui tira parti de la struggle for life ? eh bien Camille qui remporte cette partie avec plus de 100 points. Dans les parties à trois joueurs, il n’est pas rare qu’un larron profite des bisbilles entre ses deux comparses.

Table 2, dite « D’oh » : Lucas et VHN convainquent Yannick (qui y a joué une fois il y a bien longtemps) de rejoindre leur table d’Innovation. Lucas prend un départ canon, avec très tôt 5 couleurs et une domination grâce à la combo Roue/Maçonnerie pendant que les Rames de Dom lui donnent sa première domination. Pour faire bonne mesure Lucas ravage les tableaux adverses avec Ingénierie et décroche au passage deux autres dominations. Dom pioche bien la Poudre à canon, menaçant le tableau de Lucas parsemé d’icônes Château mais Lucas la neutralise avec les Routes. En milieu de partie plus personne n’arrive à scorer mais Lucas décale et enrichit son tableau, dominant toutes les icônes sauf les Bulbes. Dom profite des Mathématiques de Yannick pour monter en âge.  L’arrivée en jeu de Evolution chez Dom lui donne le moyen d’augmenter son influence, 3 Dominations en 3 tours et la partie lui échoit par 5/4/0.

Table 3, dite « Ouh pinaise ! » : Lucas ayant pris congé, Yannick et VHN s’accordent pour faire un peu d’exercice sur les routes de Flamme Rouge, circuit du Col du Ballon avec 3 bosses réparties sur le parcours. A 2 joueurs le jeu diffère pas mal de la configuration à 4 de la semaine précédente avec à la fois moins d’aspiration et moins de blocages. Alors que souvent les rouleurs préparent la fin d’étape des sprinters, on a eu une configuration inhabituelle où une cassure a eu lieu tôt dans le peloton, les deux rouleurs devant et les deux sprinters derrière, tout ce petit monde accumulant les cartes Fatigue. Au tiers de l’étape, le Sprinter de Dom se replace avec les hommes de tête en jouant une carte 9 avant la seconde bosse. Il prend la tête et fait l’effort en solitaire, négociant avec un bon tempo les montées et les descentes. Il tient jusqu’au bout et finit échappé en solitaire avec une dernière carte 9 providentielle, ayant accumulé un total de 11 Fatigues ! le groupe de chasse des deux Rouleurs échoue juste avant la ligne d’arrivée.

Séance de MARDI 08/02/2022 à Servel

Lana Turner est née le 8 février 1921. Star et sex-symbol de la MGM, mariée 7 fois, elle défraya la chronique quand sa fille poignarda son amant du moment, un gangster, au cours d’une dispute. Pour les cinéphiles, rappelons ses rôles dans Le facteur sonne toujours deux fois, Les ensorcelés et le magnifique Mirage de la vie.

Table 1, dite « Les ensorcelés » : Configuration inédite pour jouer à Innovation : 2 ensorcelés (Lucas et Xel), 1 enthousiaste (Vincent) et 1 sympathisant (Neox qui inaugure son exemplaire sleevé avec soin et poursuit son apprentissage du jeu). Configuration par équipe en 2×2 me direz-vous ? oui mais à cinq ! en effet un nouveau (nommé Nicolas) pousse la porte et se joint à Vincent pour découvrir le joyau de Carl Chudyk. Belle partie qui ira jusqu’à l’épuisement de la pile 10, avec un résultat étonnamment serré : 66+32 points d’influence pour la paire Xel/Lucas contre 64+32 pour Vincent/Nicolas x2.

Table 2, dite « L’explorateur joue toujours deux fois » : Mickaël, Nicolas-2, Yannick (pour son grand retour) et VHN se lancent dans une course vers El Dorado. Les règles sont faciles à assimiler (surtout qu’on n’a pas utilisé les jetons optionnels) et le jeu laisse le temps de faire deux parties, la seconde sur un parcours qualifié de difficile. Dans la première, Dom à la besace plein de machettes traverse la dernière tuile à toute vitesse et y laisse sur place ses adversaires. Dans la seconde, plus technique avec des possibilités de blocages cruels et de raccourcis audacieux, c’est Nicolas qui fait la course en tête ; non seulement il arrive le premier à la cité mythique mais en plus il a pris le temps d’enlever quatre barrières, cette fois il était imbattable. « Dans un deck builder il faut piocher » livre-t-il au micro du reporter en retirant sa casquette/chapeau d’aventurier.

Séance de VENDREDI 21/01/2022 à Servel

Louis XVI (38 ans) est exécuté le 21 janvier 1793 sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), en homme digne et courageux. Ce « roi par la grâce de Dieu » devenu après la première phase de la Révolution « roi des Français » paie de sa vie sa «trahison» de la monarchie constitutionnelle.

Le 3 décembre 1792, devant la Convention, Maximilien de Robespierre, au nom des Montagnards, réclame l’exécution de Louis XVI afin de légitimer la Révolution. Il invente pour l’occasion une expression appelée à faire florès : « criminel envers l’humanité ». Les députés girondins craignent au contraire des désordres si le roi est exécuté. Ils voudraient en finir avec la Révolution maintenant que la démocratie est installée et l’ennemi repoussé, mais ils ne peuvent éviter l’ouverture du procès de Louis XVI.

Le citoyen Louis Capet, anciennement Louis XVI, comparaît devant la Convention, constituée en tribunal pour l’occasion. Il est accusé de haute trahison pour avoir joué double jeu face aux assemblées nées de la Révolution, avoir tenté de s’enfuir à l’étranger en juin 1791 (fuite à Varennes) et avoir comploté avec l’étranger. 707 députés sur 718 présents jugent le roi coupable de conspiration contre la sûreté de l’État. Par un vote qui dure 36 heures, les députés se prononcent sur la peine à appliquer. Il s’en faut d’une voix que Louis XVI échappe à la guillotine.

L’exécution de Louis XVI en fera un martyr pour les partisans de la monarchie. Elle annonce aussi la radicalisation de la Révolution et la Terreur.

A Slight Freshness on the Neck": Prints Depicting the Execution of Louis XVI (ca. 1793) – The Public Domain Review

Quelques années plus tard, à Lannion, la Concorde régnait.

Table 1, dite « Ascenseur vers l’échafaud » : la date était cochée: ce soir, le Président allait passer à la casserole, il faut bien toujours une première fois. Car oui, à son âge vénérable, Neox n’avait jamais goûté les plaisirs enfiévrés d’Innovation. Dom, son initiateur d’un soir, lui fit face, et, pour corser l’affaire, se mit en ménage avec Steven, tandis que l’ingénu faisait équipe avec l’aguerrie Xel. Privilège suprême, il eut droit, sans bourse délier, à la présence d’un coach expert : François (une prestation d’une valeur de cent louis d’or). Ce double booster lui accorda une immunité qu’il croyait surpuissante et, en effet, à l’aube du dernier tour, une double domination finale de Xel semblait plier l’affaire. Mais avec Innovation, une partie n’est jamais gagnée avant la fin: Dom sortit alors la carte bio-ingénierie dont la condition de victoire fut réalisée (Neox avait moins de 3 pommiers, Steven en avait le plus), et la tête d’un roi de rouler dans le sable : l’indépassable ascenseur émotionnel de ce jeu l’avait mené vers l’échafaud.Innovation - Jedisjeux - et les autres jours aussi
Par un jeu de bonneteau, François remplace alors Dom et on enchaîne sur un Die Crew 2, où les fortunes sous-marines furent diverses. Avantage de ce jeu, on peut s’y adonner jusqu’au bout de la nuit, mais, aussi, s’arrêter quand on veut.

Table 2, dite « Dieu reconnaîtra les siens » : à Infinity Code One, nous retrouvons nos deux amis plongés cent quatre-vingts ans dans le futur, pour sauver l’existence de l’Humanité. Comme de juste, nos deux anges, Olivier L et Mickaël, ont fait une fine équipe sur la mission 3.

Table 3, dite « Encore un moment Monsieur le bourreau » : Frank, le petit Paul et Guillaume entament le voyage au long cours de Takenoko, qui vit le triomphe du benjamin, 10 points devant la concurrence. La jeunesse est cruelle de nos jours.

Lords of HellasTable 4, dite « Nul ne saura leur fin » : à Lords of Hellas, on vit des monstres fabuleux affronter de preux chevaliers, François-René, Jack et Gilles. Le résultat de cette joute est gravé dans un grimoire, mais, hélas, mais il s’est perdu à jamais. L’ouragan de leur vie a pris toutes les pages, nul ne saura leur fin dans l’abîme plongée.

Séance de MARDI 14/12/2021 à Servel

Le 14 décembre 1903, le Flyer des frères Wright fait son premier vol motorisé sur la plage de Kitty Hawk. Modeste vol de 32 m avec aux commandes Wilbur, les deux frères avaient tiré au sort lequel piloterait. Il cabre trop son frèle appareil au décollage qui décroche, d’où la briéveté du vol. Les quelques dégats mirent trois jours à être réparés et c’est le 17 qu’ils enchaînèrent quatre vols en ligne droite, le dernier couvrant 260 m. De là les progrès furent rapides et deux ans plus tard leur Flyer III accomplissait une boucle de 39 km. Notons la descendance industrielle de ces pionniers, les moteurs Wright Cyclone ont propulsé les B-17 et B-29. 118 ans plus tard, non loin de la plage de Lannion, soirée sans trous d’air pour des joueurs pas trop manches (à balai).

Table 1, dite « Décollage » : Neox (alchimiste), Xel (capitaine) et Olive (chronomancien) ont tous trois déjà joué à la Baie des marchands. A ce jeu de gestion fortement asymétrique c’est Christel qui prend une avance que les autres ne peuvent rattraper.

Table 2, dite « Progrès humain » : trois amateurs d’Innovation (Felix, Lucas et Dom) dont un récemment converti s’affrontent à ce jeu indépassable. Felix, majoritaire en arbres, arrive à dominer rapidement grâce à Agriculture. Il saura ensuite continuer à garnir son influence avec Navigation et Médecine. Lucas et Dom renforcent mutuellement leur tableau qui se garnit de cartes avantageusement décalées. Mais c’est David qui s’imposera sur les deux Goliath par 5 Dominations à 1 et 1.

Ils poursuivent avec deux parties de Hanabi qui finissent sur le score de 21 et 20 points (sur un maximum de 25) tout en donnant lieu à des considérations sur la façon dont on peut désigner des cartes de même couleur (toutes d’un coup ou bien l’une après l’autre ce qui crée un ordre implicite ?)

Table 3, dite « Péripéties » : découverte d’Oltréé, un jeu narratif et coopératif aux règle simples nous a t on indiqué. Dans un univers médiéval (pas mal)-fantastique (un peu) issu d’un jeu de rôles, les personnages (Jack, Jeff, Vincent et Gilles) doivent accomplir des missions tout en faisant face à divers événements, le tout en lançant moult dés. A la mi-temps de la partie, un joueur hagard nous a indiqué qu’une première tentative en difficulté moyenne avait débouché sur une déroute (la faute aux dés). Un reboot en mode facile était en cours, tout se passait bien mais on a pu entendre l’expression redoutée « erreur de règles » au voisinage de la table.

Séance de MARDI 07/12/2021 à Servel

Le 7 décembre 1970, Willy Brandt se rend en Pologne, premier chancelier allemand depuis la guerre à faire ce geste, et signe le traité de Varsovie normalisant les relations entre les deux pays. Par ce traité, la République Fédérale d’Allemagne reconnaît la frontière germano-polonaise Oder-Neisse, imposée par les vainqueurs de la Seconde Guerre mondiale.

Après la signature, le chancelier se rend au Mémorial du résistant juif du ghetto, pour un dépôt de gerbe. Il se recueille et s’incline, puis, à la surprise générale, contre toutes les règles protocolaires, ploie les jambes et se met à genoux. Pendant de longues minutes, il demeure dans cette attitude d’humilité inhabituelle aux hommes d’État, faisant acte de contrition, dans un silence de cathédrale seulement interrompu par le crépitement des photographes. Un acte au nom du peuple allemand : en 1943, Willy Brandt, loin d’être nazi, luttait en Scandinavie contre la Wehrmacht.

Ce geste, et plus généralement sa politique d’ouverture à l’Est, lui vaudront de recevoir le Prix Nobel de la Paix, un an plus tard, à Oslo.

51 ans après, dans un tout autre registre, la soirée de Parties Civiles commença par une visite protocolaire d’étudiants de l’ENSSAT sollicitant audience auprès de notre président débonnaire. Bien que son secrétariat particulier n’eût pas été sollicité au préalable, l’audience fut accordée sur le champ, et un concordat  scellé, marquant la double alliance de Parties Civiles, au festival Jap’n Trégor pour l’animation de jeux japonais que nous sommes nombreux à apprécier, et au festival Fest 4 Game pour des raisons évidentes.

Table 1, dite « Format Normandie » : à Innovation, un farouche combat opposa en format 2 * 2 la paire Lucas / François à Felix / Vincent. Après une domination initiale de Lucas et François cette partie faillit basculer sur la fin, alors que Vincent allait dominer l’âge 9 mais se fait souffler la moitié de son influence et, au tour d’après, la carte Bio-Energie donne une victoire immédiate à ses adversaires, fortement pourvus en pommiers (« Si un joueur en a moins de de 3, celui qui en a le plus gagne »).

Table 2, dite « Si proche, si loin » : Neox ressort El Dorado pour un voyage au long cours et une soirée en douceur avec Camille et Xel. Il mène l’ensemble de la partie, mais se fait souffler la victoire par Xel, qui coiffe Camille au poteau.

Table 3, dite « Relations normalisées » : Tandis que la table 2 se répand en prolégomènes sur ses perspectives d’avenir, la table 1 enchaîne sur The Crew Mission sous-marine – qui, après la partie épicée qui les opposa, fit office d’une crème dessert dont on se ressert à l’envi pour lisser les passions brûlantes.

Séance de MARDI 23/11/2021 à Servel

Le 23 novembre 2012 s’éteint Larry Hagman qui pour les moins jeunes incarna John Ross (JR) Ewing II, personnage sans scrupules tendance psychopathe dans le feuilleton Dallas (résumé en une phrase : l’argent corrompt, la famille est source de soucis et justification des pires actions). Laissons passer 9 ans et place à l’univers impitoyable du jeu de plateau.

Table 1, dite « Coopération et rivalités » : Partie découverte de Lueurs, sous la férule de Gilles, qui, fort civilement, nous guide dans le jeu sans pouvoir y prendre part lui-même, la limite de joueurs étant atteinte. Dans un monde d’après apocalypse, quelques valeureux compagnons de route tentent de redonner des lueurs à l’humanité. A noter aussi un graphisme en noir et blanc très original, loin du style rondouillard multicolore dominant. On choisit  ses frères (et soeurs) d’armes, on lance des dés pour savoir de quelles ressources on pourra bénéficier (plantes, eau, feu, nuages, etc…), on ne perd pas ses amis dans la nuit en les affublant de lucioles, et on tente aussi de faire un bout de chemin sur une route en y établissant un campement. Les personnages de départ ont des dés particuliers, pipés selon leurs aptitudes, et certains s’en débrouillent mieux que d’autres. François-les-pouces-verts, avec les dés verts et les plantes associées fait la course en tête en faisant jouer de belles martingales végétales: le score éblouissant (selon ses propres mots, il n’est jamais à court de superlatifs) de 133 couronne sa prestation. Le suivent de loin Neox, 77, Xel, 70, et Marie-Anne, 64, et une vaine contestation de règles (un même dé pouvait-il servir à plusieurs cartes ?) n’y changea rien ! Et pourtant, comme dirait Kermit, « it’s not easy being green ».

Table 2, dite « Tous les coups sont permis » (ou encore « Couples mal assortis ») : Lucas et Dom ne résistent pas à l’appel d’Innovation et prennent deux débutants dans leurs filets, Félix et Florian. Partie en équipes de deux, donc. Mais combiner 4 joueurs et deux débutants a fait traîner la partie en longueur au point que pour un premier contact notre double F a peut-être été échaudé. Felix, associé à Lucas, a pourtant vite compris son potentiel de nuisance, défaisant allégrement la main (avec Rames) et le tableau (avec Monothéisme puis Poudre à Canon) des adversaires. Il arrive en parallèle à se tirer la bourre avec Dom pour les Dominations (4 pour lui, 5 pour le gentil animateur-boute en train) tandis que le rusé Lucas en profite pour grappiller la Domination « seul joueur avec 5 couleurs dans son tableau » (ben oui, Felix avait dégagé toutes les autres bleues). Tout cela pour dire qu’avec un score de 5 à 5, la prochaine Domination déciderait de la victoire et qu’elle était promise à un Lucas étalant un tableau plantureux. Mais le bougre a trouvé une autre façon de plier la partie en consommant à grande vitesse la pile d’âge 10 : son épuisement déclenche la fin de partie et c’est au score que sans difficulté la paire Felix-Lucas s’impose sur Florian-Dom

Séance de MARDI 26/10/2021 à Servel

S’il était encore de ce monde, François Mitterrand aurait fêté ses 105 ans aujourd’hui. A Lannion aussi, c’était la soirée des Présidents, car, pour ne mentionner que ceux de Parties Civiles, on n’en compta pas moins de deux à la séance de ce soir !

Table 1, dite « Gras double » : Un Président de Parties Civiles peut-il décemment porter ce titre sans avoir joué une partie de Caylus ?
Le bon sens invite à répondre par la négative, tant la figure tutélaire de JiBee, notre ancien GM (Grand Maître, pas Gentil Membre) plane, encore aujourd’hui, sur ce classique de 2005 (Trictrac d’or, prix spécial du jury du jeu de l’année allemand Sonderpreis Komplexes Spiel, International Gamers Award, Deutscher Spiele Preis, Nederlandse Spellenprijs, BGG Golden Gee), qui n’avait pas visité nos tables depuis 5 longues années ! Le choix s’imposa à Neox, qui laissa donc ses plans établis de jouer aux petits bateaux pour prendre le grand large et consolider les frontières du royaume de France. Olivier L. et Florian s’invitèrent aussi à cette table d’honneur, dont on n’aura pas l’indécence de rapporter le résultat: l’ancien Président n’était pas venu pour beurrer les tartines.

Table 2, dite « Sondages trompeurs » : une fois encore, l’incroyable variété des scénarios de l’indépassable Innovation se révéla dans ce double double ! Dans la  première partie, Xel + François semblaient tenir une victoire éclair avec une incroyable efficacité de la carte Fertilisation qui leur octroya trois dominations de rang ! Mais par un renversement inouï, Lucas et Xof réussirent à détruire l’influence ainsi acquise. Il fallut que Xel, pourtant nantie d’un tableau famélique, arrache une domination par influence (40 à 38 !) pour emporter une victoire à la Pyrrhus. Les chaises tournèrent et voici Xel associée à Lucas, affichant tous les deux des tableaux mirifiques (la domination spéciale de 3 ressources partout en fut l’acmé), dans un scénario quasiment inversé. Mais, grillant contre toute attente la politesse à Lucas, c’est encore Xel qui déclenche une victoire sous influence, cette fois sans appel (69 à 41).

Table 3, dite « Dieu reconnaîtra les siens » : les vampires de The Hunger reviennent en deuxième semaine pour hanter la soirée, mais n’est pas croque-gueux qui veut: Olive et Nicolas II, cramés par le soleil, ne finirent pas le voyage. Jimmy survécut à son festin, mais, avec 70, son appétit fut lilliputien au regard de celui de F.-R. (130), qui termina repus et vainqueur. Tous enchaînent ensuite avec un The Crew Mission sous-marine, version plus puissante nous dit-on, et donc immergée, du déjà fameux jeu coopératif Die Crew où l’on s’envoie en l’air en essayant d’éviter les pannes.

Séance de MARDI 21/09/2021 à Servel

Leonard Cohen aurait fété son anniversaire ce soir s’il ne nous avait quittés, il y a déjà cinq années. En guise d’hommage, nous revisiterons sa discographie.

Les Ruines Perdues De NarakTable 1, dite « Popular problems » : Les nouveautés s’enchaînent, ce soir ce sont Les ruines perdues de Narak qui font leur lancement en public avec autour de la table Neox, Adriane, Olive (de retour) et Dom. Sur un thème d’exploration/pillage/écocide d’une ile inconnue le jeu sans être follement original dans ses principes, est plutôt bien foutu avec du matériel de qualité, du placement d’ouvrier, des voies multiples pour marquer des points et une espèce de deck-building léger où le deck tourne presque à chaque manche (il y en a 5). En gros on explore des lieux où on gagne des ressources et on utilise celles-ci pour combattre les autochtones qui occupaient lesdits lieux et pour progresser dans la recherche du temple maudit perdu (avec un petit côté course, il y a un bonus pour le premier à atteindre chaque étape). Un peu d’interaction arrive à travers le marché des cartes (résumé : Adriane a pris celle qui aurait permis à Olive de tuer son monstre tandis qu’Olive avait l’art de choisir celles convoitées par Neox. Dom, comme à son habitude, a été exquis). Tout le monde découvrait et a tâtonné à la recherche d’une bonne approche. Neox, sauvé par une carte tardive qui lui permet de récupérer un explorateur et de repartir comme en quatorze, est axé sur la découverte (4 lieux) et affiche une main bien garnie en points, il finit avec 67 PV. Dom, aidé par ses assistants acquis tôt, arrive au temple en premier et y grapille encore quelques PV. Il finit … avec 67 PV et les lauriers du vainqueur par départage. Adriane et Olive ne sont pas loin avec 63 et 58. On a eu tendance à oublier quelques détails de règles qui nous auraient aidés (utiliser le pouvoir unique de ses monstres ou de ses idoles) mais surtout on a joué avec une erreur de règles (un problème populaire ces derniers temps à PC) qui invalide cette belle histoire et nous force à réessayer prochainement.

Table 2, dite « Thanks for the Dance » : à cette table d’Innovation, en équipes de 2, se sont pressés Lucas et Xel, toujours partants, Nicolas II, toujours bon camarade, rejoint par François. Sous ses airs modestes et un tableau qui peine à décoller, Nicolas II trompe son monde en dominant les deux premiers âges. Mais la fête est finie abruptement, car Xel et Lucas se développent à vitesse grand V, se faisant bénéficier de leurs ressources communes, tandis que François avance à la vitesse d’un 4×4 embourbé dans un marécage, moteur en panne. Vincent arrive et prend la place d’honneur dans les tribunes, mais cela ne change rien au numéro des duettistes Lucas et Xel qui nous entraînent dans une valse infinie de comptabilisations et de dominations, au point qu’ils se paient le luxe de refuser des dominations, et de choisir la façon dont ils mettent fin à la curée.

Micro Macro Crime City - Test jeu de société - Akoa TujouTable 3, dite « You want it darker » : de spectateur, Vincent se fait acteur, et déroule le grand poster qui tient lieu de scène de crime géante de Micro Macro Crime city, jeu façon est Charlie ? dans une ville où le crime se cache à chaque coin de rue. De sombres secrets, des vols sournois, des crimes de sang-froid, sont monnaie courante ici. La police n’arrive plus à faire face mais nous voilà… Bon, le jeu s’adresse surtout aux 6-12 ans, et cet interlude était plus pour la découverte, et aussi le plaisir de jouer avec Vincent. Un jeu qui peut aussi vous éviter un passage à l’ophtalmo pour déceler une petite baisse de vue tant il faut écarquiller les yeux pour repérer tout ce qui se passe sur cette carte !

Table 4, dite « Death of lady’s man » : On finit cette douce soirée avec The boss, un jeu de bluff où François se voit vainqueur mais est devancé au dernier tour par Xel, qui a soudoyé Al Capone et engrangé 5$ sur le coup. On a regretté de ne pas jouer la règle spéciale de Jérôme qui modifie l’ordre du dernier tour, car sans cela, le cours des choses est très dépendant de l’ordre des joueurs.

Séance de VENDREDI 27/08/2021 à Servel

Le 27 août 1859, du pétrole jaillit pour la première fois du sous-sol des États-Unis. La découverte survient à point nommé, à un moment où les besoins d’éclairage n’arrivent plus à être satisfaits avec l’huile de baleine traditionnelle et le kérozène, un combustible extrait du charbon.

Le miracle se produit au nord-est du pays, en Pennsylvanie, au lieu-dit Oil Creek («la mare d’huile» !). Son auteur est un bourlingueur du nom d’Edwin L. Drake, qui se fait abusivement appeler « colonel Drake ». Contre l’avis des experts, il a acquis la conviction qu’il pourrait extraire le pétrole du sous-sol par simple forage et s’est adjoint pour cela le concours d’un puisatier. Ensemble, ils ont creusé un puits grâce à un trépan suspendu à un câble et mis en mouvement par une machine à vapeur. Le précieux liquide a jailli lorsque le trépan a atteint 23 mètres de profondeur seulement.

Syrie : Politis déplore « l'inaction occidentale », en choeur avec  Jean-Pierre Filiu - AgoraVox le média citoyen

Dès le premier jour, avec une production de l’ordre de huit ou dix barils, Drake multiplie la production mondiale de pétrole par… deux ! Il s’ensuit une première ruée vers l’or noir. La région se couvre de derricks et procure la fortune à de nombreux audacieux. Quant à Drake, dépourvu du sens des affaires, il néglige de faire breveter son système de forage et sombre dans la pauvreté. Compatissants, les habitants de la ville finiront par verser une pension à lui-même et à sa veuve.

162 ans après, il faut creuser bien plus profond et bien plus loin qu’aux USA pour trouver le précieux liquide, et même les américains commencent se demander si c’est une bonne idée. A Parties Civiles en tous cas, avec deux tables dans le vaste espace de Servel, nous étions les rois du pétrole.

Table 1, dite « Or gris » : comme vendredi dernier, OlivierL convie trois cobayes, Xel, François et Samuel à une table de Dig Your Way Out. On est donc tous en prison, et on survit à coup de cigarettes, or gris aussi nocif pour la santé que l’or noir l’est pour la planète. Une partie qui semble équilibrée et où chacun semble pouvoir prétendre à la victoire. Mais, tapi dans l’ombre, François fomente un coup qui doit le faire gagner à coup sûr, ayant dans sa main de quoi construire la pelle qui lui assurera la victoire, et trois surins pour pallier aux coups durs. Seul accroc à ce plan, il vient de se prendre deux raclées, l’une en début de partie (un duel homérique avec Xel), et l’autre à l’heure où son plan final peut s’enclencher, toujours par Xel. Avec deux blessures, impossible de construire la pelle ni de creuser, mais il suffit, pour se soigner, de faire un tour à l’infirmerie. C’est là que le sort s’en mêle: en 7 jets de dès consécutifs, il ne réussira à sortir ni 3 ni 5, un événement de probabilité 5,8 % ! Profitant de ces atermoiements de l’aléatoire, c’est OlivierL qui s’adjuge la partie avec une dernière petite cuiller.

Table 2, dite « Le présent du passé » : en fin de soirée, Innovation fit trois nouveaux adeptes ! Samuel, venu pour voir les règles, s’éclipse, alors que Vincent rejoint Xel et OlivierL fait équipe avec François. Une partie à sens unique, conclue par un cruel 6-0 des rouges, qui n’ont pourtant dominé que 4 âges, mais avec deux dominations spéciales chez Xel. OlivierL est resté en panne de moteur, comme cela arrive parfois, et François a été à deux doigts de recycler les influences adverses, mais il manquait toujours un pommier ou une couronne. Tout porte à croire que Vincent, que l’on ne reverra pas de tout de suite sur nos tables pour cause d’agenda professionnel, a apprécié d’être passé.

Table 3, dite « Raffinée » : Mickaël invite à cet exercice tout en raffinement oriental qu’est Gugong, un classique qui ne sort pas assez. Alors qu’il a attiré Neox, Fred et OlivierB, Adrien se présente, et, n’ayant pas froid aux yeux, choisit ce jeu exigeant pour sa première apparition à Parties Civiles ! Il ne participera pas à la lutte des places, et c’est OlivierB qui s’impose dans un mouchoir de poche, 5 points seulement séparant les quatre premiers.