Séance de DIMANCHE 18/02/2024 à Servel

Les curieux événements qui font le sujet de cette chronique se sont produits en 2024, à Servel, bourgade du grand Lannion. De l’avis général, ils n’y étaient pas à leur place, sortant un peu de l’ordinaire. À première vue, Lannion n’est, en effet, rien de plus qu’une sous-préfecture française de la côte bretonne. Mais on y joue, et, figurez-vous, même le dimanche. Un jour peu ordinaire pour les hommes, ils dorment, mais habituel pour les Dieux, on les vénère. Le jour était ainsi merveilleusement choisi pour continuer un Sleeping gods de longue haleine. Dimanche est jour de chasse, aussi, et La bête ne fut pas en reste. Elle fit son œuvre, plusieurs des villageois ayant reçu nuitamment le télégramme tragique : « Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués. ». La chute de la mère, genèse de la vie, hantait les lieux : Bios: Genesis était évidemment de la partie, La Famiglia, au sens large, aussi, dont la mitraille répondait aux crépitements de Bolt Action, déployé en majesté dans la grande salle. Plus tard, la paix incertaine de Pax Pamir avait un parfum étranger de guerre froide. Nous étions aux temps de la grande guerre. Ou peut-être hier, je ne sais pas.  La guerre ne veut rien dire. C’était peut-être hier.

Dans une autre salle, on entendait The Gallerist : Puis-je, monsieur, vous proposer mes services, sans risquer d’être importun ? Je crains que vous ne sachiez vous faire entendre de l’estimable gorille qui préside aux destinées de cet établissement. Il ne parle, en effet, que le hollandais. Affaire étrangère et étrange affaire, il n’y avait dans l’établissement que des crêpes (succulentes), des cookies (moelleux) et un fondant (parfait) pour attirer fieffés coquins et petites pestes. Mais ce que cette foule en joie ignorait, et qu’on peut lire dans les livres, c’est que le bacille ludopathe ne meurt ni ne disparaît jamais, qu’il peut rester des jours endormi dans les armoires, qu’il attend patiemment dans les chambres, les caves, les malles, les mouchoirs et les paperasses, et que, mardi ou vendredi, le jour viendrait où, pour le malheur et l’enseignement des hommes, il réveillerait ses cubes et enverrait mourir ses tuiles dans la cité heureuse de Servel, où l’on donnerait une grande Fiesta de los muertos.

Séance de DIMANCHE 19/11/2023 à Servel

Une AG, un CA renouvelé et aussitôt à la manœuvre, il n’en fallait pas plus pour ressusciter les après-midis ludiques Dimanche on joue où petits et grands se retrouvent autour de jeux et de douceurs. Au cœur de l’hiver, les joueurs dépaysés par l’horaire comme des enfants à une classe de neige, il était avantageux d’avoir où aller : au royaume des jeux, bien sûr. On y découvrit, en Sicile, un roman qui n’avait rien de russe, mais qui aurait pu s’y passer: La famiglia, un jeu qui combine plusieurs inspirations et se révèle très abouti. A Hegemony, en bons politiques, on tenta de réguler d’autres vies que les siennes, et à Keyflower, l’adversaire, entre Dom, Baptiste et Marie-Anne, avait de qui tenir. Les crêpes étaient excellentes, les gâteaux aussi, et ceux qui sont restés pour une session nocturne eurent droit à une délicieuse soupe de légumes mâtinée d’une tarte à la tomate. Nous étions vivants, et les absents étaient morts.

Festival SCORFEL des 21 et 22 Octobre 2023 aux URSULINES

Peut être une image de texte qui dit ’SCORFEL ème FESTIVAL 10 21 et 22 Octobre 2023 Jeux de róle Nuit ludique Illustrateurs Auteurs Jeux LANNION salle des Vrsulines S Entrée libre 1OH 18H www.scorfel.fr’Cette année encore, Parties Civiles était fidèle au rendez-vous du festival SCORFEL qui, pour son dixième anniversaire, connut cette année une affluence record avec 2500 festivaliers ! Avec nos compères due Machine à pions, du Truc café et la librairie Manga no Umi, le petit mode ludo-associatif de Lannion était sur son 31.

Nous avons mis nos pattes à l’organisation, à l’accueil, à la buvette, à la librairie, à la boutique, à l’installation, au rangement, à la crêperie, au dérangement des neurones, et bien sûr aux tables de jeu, qu’on ne s’aventurera pas à dénombrer ici tant elles furent nombreuses et joyeuses au cœur du volcan.

Merci à nos adhérents qui ont donné de leur temps, de leurs cerveaux, et de leurs muscles, pour permettre au gentil dragon d’enchanter une fois encore le petit monde de Lannion et du Trégor, avant de s’envoler vers d’insondables univers.

Quinze ans de Parties Civiles – 25-26/03/2023 au Rusquet

Pour ses quinze ans, Parties Civiles avait mis les petits plats dans une grande marmite de paella, invité les anciens et les nouveaux, préparé des discours totalement improvisés, et, bien sûr, apporté des jeux pour un week-end festif « hors les murs », dans la lointaine contrée du Rusquet. On ne se risquera pas à faire la liste des tables et des jeux de ce week-end, mais sachez qu’elle fut mémorable, que les absents ont eu tort, et qu’on s’en souviendra encore dans mille ans !

Festival SCORFEL des 22 et 23 Octobre 2022 aux URSULINES

Cette année encore, Parties Civiles était fidèle au rendez-vous du festival SCORFEL, qui retrouvait la foule après une édition sous pass sanitaire. Les habitués étaient présents, les nouveaux bien présents (mention spéciale au Truc café et à la librairie Manga no Umi, tenus de mains de maîtres par des êtres qui nous sont chers), les exposants au rendez-vous, et le public de retour en nombre, en particulier le dimanche après-midi.

Nous avons mis nos pattes à l’organisation, à l’accueil, à la buvette, à la librairie, à la boutique, à l’installation, au rangement des cimaises, au dérangement des neurones, et bien sûr aux tables de jeu, qu’on ne s’aventurera pas à dénombrer ici tant elles furent nombreuses et joyeuses dans une sorte de carré VIP au milieu du village, qui formait un étonnant cocon à l’écart du bruit ambiant.

Merci à  nos adhérents qui ont donné de leur temps, de leur cerveau disponible, et même de leurs muscles, pour permettre au gentil dragon d’enchanter une fois encore le petit monde de Lannion et du Trégor, avant de s’envoler vers l’infini et au-delà !

Sortie de DIMANCHE 31/10/2021 au TRUC Café

Le 31 octobre 1517 était placardé à la porte de l’église de la Toussaint à Wittemberg une liste de propositions (les 95 thèses) rédigée par Martin Luther, qui sera à l’origine de la Réforme protestante dans le Saint-Empire romain germanique. Les 95 thèses portent principalement sur l’une des questions clés pour Luther : la pratique grandissante de la vente des indulgences par l’Église catholique, autorisée par le pape Léon X pour financer la construction de la basilique Saint-Pierre de Rome. La rédaction du document aurait principalement été inspirée par les abus du moine dominicain Johann Tetzel, avec lequel Luther entretiendra une controverse au cours de l’année 1518.

Luther a rédigé ses 95 thèses comme support pour un débat, une dispute théologique, pratique courante à l’époque. Conçues pour être diffusées dans un cercle restreint de théologiens, leur succès aurait surpris Luther lui-même. Les 95 thèses seront ensuite imprimées en grande quantité et largement diffusées. Devant leur retentissement, les autorités religieuses hésitent cependant à condamner Luther, qui continue de débattre avec les théologiens défendant la position de Rome. Par la bulle Exsurge Domine du 15 juin 1520 , le pape Léon X demande à Luther de retirer 41 « erreurs » qui s’opposent à la doctrine officielle dans un délai de 60 jours, mais il ne condamne pas explicitement les thèses. Luther entre alors ouvertement en conflit avec l’Église, et brûle publiquement la bulle en décembre. Il est excommunié au début de l’année suivante.

504 longues années après, Parties Civiles placardait son blason sur les murs du Truc Café, écrin insolite d’un « Dimanche on joue ! » dont nous avions été privés de longs mois (27 précisément) suite aux confinements. Ce blason ne comportait qu’une seule thèse: Amusez-vous !

Dans un décor aux couleurs d’Halloween et aux costumes évocateurs de certains consommateurs (mais c’est surtout les gens normaux qui étaient grimés, les ludopathes n’ont pas besoin de se travestir pour paraître bizarres), les joueurs se sont fait servir par un tenancier « jovial et bavard » moult bières aux noms inquiétants, mais aussi de vraies boissons comme le cidre, et des morceaux de chair d’un attribut du diable (du saucisson au porc, donc). Et, bien sûr, certains ont profité de la magnificence des tables élégamment décorées d’un napperon de crêpe noir par notre bien-aimé Président pour y jouer. Betrayal at house on the hill et Paranormal activity y furent ainsi repérées, entre autres, et ce n’était qu’un début : la soirée s’annonçait épouvantablement longue.

https://cdn.discordapp.com/attachments/695980696576983123/904395500072099840/IMG_0754.jpg

 

 

Festival SCORFEL du 23-24/10/2021 aux Ursulines

Cette année encore, Parties Civiles était fidèle au rendez-vous du festival SCORFEL, qui, grâce à la ténacité d’une poignée de bénévoles passionnés, a réussi à survivre à une Pandémie, qui n’avait rien d’un jeu, en organisant cette édition 2021. Le Pass sanitaire a été le jeu le plus en vogue et a satisfait petits et grands, 100% des participants ayant gagné !

Nous avons mis la main à la pâte (et sans se faire graisser la patte), à l’organisation, à l’accueil, à la buvette, à la librairie, à la boutique, et bien sûr aux tables de jeu, qu’on ne s’aventurera pas à dénombrer ici tant elles foisonnèrent. Merci à toutes celles et ceux de nos adhérents qui ont donné de leur temps, de leur cerveau disponible, et même de leurs muscles, pour permettre au gentil dragon d’enchanter une fois encore le petit monde de Lannion, du Trégor, et même au-delà !

Festival Scorfel

Assemblée générale du 24/09/2021 à SERVEL

A l’assemblée générale de Parties Civiles, il y avait foule ce vendredi. Et pour cause, certains avaient coché la date sur leur agenda depuis les deux longues années nous séparant de la précédente AG, dans un monde où le mot Corona n’évoquait rien de plus qu’un breuvage houblonné. Ils étaient depuis lors fiévreusement en attente de ces réunions passionnées, agitées de sourdes luttes de pouvoir pour les lucratifs sièges au conseil d’administration et leurs signes extérieurs de richesse intellectuelle. Bon, à l’heure dite, il faut bien l’avouer, la lutte tourna au plébiscite, l’action des sortants étant saluée par un vote de reconduction unanime, comme d’ailleurs tous les votes qui eurent lieu ce soir-là.
Le bureau fourmilla de propositions ludiques: achat de jeux, afin d’employer la trésorerie gonflée des cotisations des fidèles et allégée du poids des événements sacrifiés sur l’autel sanitaire (une commission y afférente fut créée, et celle-ci fut bien l’objet de candidatures nouvelles), les fameux Dimanche on joue !, dits aussi goûters ludiques participatifs (et avec enfants, du moment qu’ils peuvent participer aux tables, car oui, un enfant est une personne, sachez-le, et les adultes aussi peuvent renverser un jus d’orange), et même action diplomatique extérieure avec rencontres bilatérales à haut niveau, car aucune affaire ludique dans notre zone d’influence ne saurait nous être étrangère (bon, pour la zone indo-pacifique, on attendra de se développer un peu).
Un honorable représentant du festival Scorfel fit un appel aux bonnes et bénévoles volontés, et nous ne doutons pas que de gentils adhérents le saisiront, car, contre vents et marées, faites le connaître aux bonnes gens, il y aura bien un festival Scorfel à Lannion, les 23 et 24 octobre (sur présentation de l’incontournable pass sanitaire).
Tous ces débats firent que l’assemblée se prolongea bien au-delà du raisonnable, et, après plus d’une heure d’échanges nourris, il était temps de revenir aux choses sérieuses: jouer !

Séance de SAMEDI 23/11/2019 à la MJC de Bégard

En ce samedi, Parties Civiles était en goguette à Bégard, à l’invitation d’associations ludiques du département. De Saint-Brieuc à Paimpol, de Lannion à Pléguien, d’Armor à Argoat, le (petit) peuple des joueurs du 22 s’est déployé dans la majestueuse MJC de Bégard. Répondant à l’appel des crieurs et sans craindre le fléau du jeu, de Lannion, nous sommes partis vite, et de Bégard, revenus tard.

La soirée fut longue et intense, la qualité des parties et des joueurs étant au rendez-vous. On relèvera un Macao fiévreux, où Dom fit feu de tout bois avec de mirifiques combinaisons et un tableau de cartes actives à faire pâlir un joueur de casino. Un cake citron-pavot de sa confection était-il à l’origine de cette transe ludique ? On peut en douter, car votre serviteur n’en donna pas sa part au chien mais connut l’infortune, victime de choix hasardeux et de tirages funestes, terminant même dernier sur l’effet des pénalités de fin de partie. A ce jeu, retenez la carte Mendiant, qui a fait gagner Dom, et la carte Oisif, qui évita à Vincent de perdre !

En face, il se déployait un Zombicide promptement perdu. Le temps de faire un arrêt-pizza, et volà Thomas, Xel, Camille et F.-R. qui enchaînent sur un Mythotopia. Une partie que Xel, qui pouvait gagner, eut la courtoisie de laisser à Thomas (car Xel aime jouer, plus que gagner). Pendant ce temps, à Die Crew, nous relevions des défis toujours plus ardus d’une conquête spatiale en allemand dans le texte ! Grâce à l’aide de Dom, vaillant commandant (parfois) mais surtout fidèle traducteur (toujours), nous parvînmes à la 25ème étape, alors qu’il était temps de sonner les mâtines. Que les francophones se rassurent, on me chuchote dans l’oreillette que Iello prépare une version française !

Festival SCORFEL 19-20/10/2019 aux Ursulines

Cette année encore, Parties Civiles est devenu, le temps d’un week-end, le partenaire très particulier du festival Scorfel !

Si vous croisez cette pirate, nous ne répondons de rien

Sous la houlette de quelques parti-civiliens grimés en Scorfelnautes, la salle des Ursulines fut transformée en immense salle de trésors pour petits, grands, et geeks qui avaient à résoudre des énigmes en collectant des indices cachés dans la salle.

Des parties de jeu innombrables se sont succédé, allant du party game au lourd équipage des adeptes de Warhammer. Certains ont même succombé aux affres d’une murder party à l’atmosphère chabrolienne, Astre mort.

Miroir mon beau miroir, qui suis-je vraiment ?

Et nous étions également présents à l’animation ! Dans les entrailles du lieu et les ombres de la nuit, un parti-civilien meujeuta l’inquiétant jeu de rôle (100% role play et 0% dés) Something is wrong here, inspiré de l’univers de David Lynch, qui invitait les « acteurs » à se détacher de leur identité à travers un inquiétant miroir autour d’une boîte énigmatique. On a le regret de vous l’annoncer, tous n’y ont pas survécu.