Séance de MARDI 03/05/2022 à Servel

Nicolas Machiavel naquit le 3 mai 1469 au coeur d’une période tumultueuse qui voyait s’affronter en Italie la papauté, les cités-états et diverses puissances étrangères (courte page de publicité : pour quiconque est intéressé par un jeu évoquant cette époque volatile mêlant les pouvoirs politiques, religieux, économiques et militaires, nous recommandons Pax Renaissance). Florentin, il vécut cette époque troublée comme diplomate et conseiller, mettant aussi la main à la pâte par exemple en créant une des premières armées de conscrits, et se frottant aux Borgia et aux Medici. Son livre Le Prince reste une oeuvre fondamentale de philosophie politique.

Table 1, dite « Chacun pour soi » : bien tranquilles à l’écart, Xel, Thomas et Olive rejouent à Crisis. Un jeu où chaque joueur a un objectif de victoire, mais où il faut aussi coopérer un minimum pour éviter qu’une crise globale ne coule le pays. Ainsi Thomas qui provoque la crise fatale, ce qui n’empêche pas Xel de tirer les marrons du feu en réalisant son objectif. Après ce dénouement rapide ils repartent pour une deuxième partie où cette fois tout le monde atteint son but, et c’est Thomas, bien conseillé par McKinsey, qui l’emporte en étant le plus riche.

Pas rassasiés, les mêmes sortent ensuite Deep Sea Adventure. Il semble que le coffre d’Olive lui permette à la fois de plonger profond et de remonter vite, il a ramené les trésors les plus convainquants.

Table 2, dite « Luttes d’influence » : Gilles est impatient de faire découvrir Lockup, un jeu où des bandes de créatures intriguent dans les couloirs moisis d’une prison. Il attire Neox et Yannick mais le jeu s’est révélé fort long, à l’heure actuelle le résultat final s’est perdu dans les brumes nocturnes du plateau de Servel.

Table 3, dite « Retournements d’alliances » : « et si on ressortait Pax Pamir ? », se disent comme un seul homme Fred, François et VHN, motivés par leur récente partie et curieux de déccouvrir la dynamique du jeu à trois joueurs. Equilibre initial avec Fred anglais, Dom afghan et François russe mais François rejoint très vite le camp afghan. Malgré le ratio 2-1, le déploiement de troupes reste équilibré et l’arrivée du premier contrôle de domination permet à Dom de partager 4 PV avec Fred. Le déploiement progressif des pièces vertes laisse penser qu’au scoring suivant les afghans seront Dominants et donc que c’est l’influence qui déterminera les points gagnés. François s’y prépare en achetant un Présent puis entre en jeu l’événement qui double la valeur d’influence de chaque Présent. Dom casse sa tirelire pour l’acheter, comptant sur la carte pour rattraper son retard sur François. Mais voila que 2 cartes « contrôle de domination » entrent en jeu coup sur coup, déclenchant un scoring prématuré. Dom n’a pas eu le temps d’acheter un Présent et partage 8 points avec François (le score est alors Dom 6, François 4, Fred 2).

Il ne reste plus qu’un seul contrôle de domination dont le score sera doublé, ceci alors que le plateau est nettoyé de toutes ses pièces aux couleurs des factions. François en profite pour rejoindre le camp anglais, inversant le ration 2-1. Paradoxalement, c’est Dom qui maintient une avance aux pièces afghanes en dépensant son argent pour construire des armées et en utilisant ses actions bonus pour combattre troupes et tribus adverses. La dernière carte de scoring entre en jeu mais personne n’a les moyens de l’acheter. François cherche à neutraliser Fred en achetant l’événement « ses Patriotes ne compteront pas pour le décompte d’influence ». Dom n’a pas assez d’argent ni d’actions pour à la fois déployer un cylindre et déclencher le décompte. S’il laisse François qui joue après lui le faire, ce dernier risque de marquer 10 PV contre 6 pour Dom. Jouant le tout pour le tout, il joue un Patriote anglais qui change son allégeance, nettoie son tableau et change le régime favorisé. Il en profite pour détruire une des cartes violettes de François qui entraine le retour de deux tribus-cylindres. La partie finit par un jeu de massacre où Fred et François (ce dernier à la tête d’un tableau de 7 cartes) augmentent leur influence en faisant sauter des espions sur les cartes de Dom. Il reste assez d’argent à ce dernier pour acheter un Présent puis la carte de scoring (les anglais sont alors Dominants), et l’emporter par 16 PV contre 8 à François et 6 à Fred.

Séance de VENDREDI 29/04/2022 à Servel

Le 28 avril 1789 éclate la mutinerie du HMS Bounty. Ce navire de la Royal Navy avait été envoyé par le grand capital pour transférer des arbres à pain de Tahiti vers les Caraïbes. A sa tête le lieutenant William Bligh qui avait fait partie de la troisième expédition de Cook. Parmi l’équipage, un jeune marin, Fletcher Christian, a déjà voyagé avec Bligh comme padawan. Après avoir tenté pendant deux semaines de passer le cap Horn, le capitaine finit par changer de route et rejoindre l’Océanie par le cap de Bonne Espérance. Après 6 mois de voyages le Bounty atteint Tahiti après quelques accrochages au sein de l’équipage. Commencent 5 mois relativement libres où les marins goûtent aux plaisirs locaux. Mais les meilleures choses ont une fin et, la cale pleine de plants, le navire reprend la mer. L’humeur du capitaine se dégrade et il passe ses fréquentes crise de rage sur l’équipage, et notamment sur Christian. Au petit matin, ce dernier convainc la moitié de l’équipage de se mutiner et le capitaine se retrouve abandonné dans une chaloupe avec 17 autres marins restés loyaux et 5 jours de rations tandis que les 23 autres retournent à Tahiti après avoir échoué à s’établir sur un ilot coralien.

Les mutins se divisent ensuite, 15 restent sur place tandis que Christian et 8 autres, accompagnés par un groupe de 20 tahitien(ne)s emmenés contre leur gré repart pour s’installer sur l’île inhabitée de Pitcairn. Après une période de troubles, les survivants et leurs enfants forment une communauté qui y survit. De son côté, les loyalistes voyageront dans leur youyou sur 6500 km, évitant les tribus hostiles, passant à l’écart de l’Australie et finissant après un mois et demi par atteindre le Timor. Bligh y dénonce la mutinerie, y perd de maladie quelques compagnons et revient à Londres en mars 1790.

Six mois plus tard, le HMS Pandora fait voile pour retrouver les mutins. Ceux de Tahiti sont vite capturés mais ceux de Pitcairn ne seront pas repris. Notons que le Pandora est passé devant Vanikoro où il a ignoré des signaux de fumée, possiblement émis par les survivants de l’expédition de La Pérouse. Les aventures ne sont pas finies, le vaisseau s’échoue sur la grande barrière de corail et coule. Dix mutins survivants sont ramenés à Londres en juin 1792 et trois d’entre eux finiront pendus. Quant à Bligh, il eut encore le temps de retransporter avec succès une cargaison d’arbres à pain, d’être nommé gouverneur de New South Wales où il fut déposé dans un coup d’état et de finir vice-amiral. Pour ceux qui ont lu jusque là, oui je me suis trompé d’un jour.

Table 1, dite « Aventure au long cours » : longue, forcément longue partie de Eclipse pour F-R, Tristan, JiBee et OlivierL avec un Neox venu en curieux absorber les règles. « Juste un jeu de dés » bougonne Tristan avec un clin d’oeil. Aucune nouvelle ne nous est parvenue, souhaitons que les vaisseaux (spatiaux) soient arrivés à bon port.

Table 2, dite « Archipels et bateaux » : c’est Yamatai pour Olive, OlivierB et Vincent2. Le dernier nommé l’emporte avec 43 PV contre une trentaine aux deux autres.

Table 3, dite « A l’échafaud » : jeu du chat et de la souris pour petits et grands : Paul découvre son côté obscur dans le rôle de Jack au Mystère de Whitehall, face à Mickaël, Frank et Thomas. Au début il ricane mais l’angoisse naît au fur et à mesure du resserrement de la nasse policière. Le crime ne paie pas, jeune Paul, et sa Majesté est impitoyable.

Table 4, dite « Populations hostiles » : après la chouette partie il y a un mois, nous sommes plusieurs motivés par refaire un Pax Pamir (2nde édition), en l’occurence Fred et Dom (qui démarrent russes), François (anglais) et Christophe (afghan). Le marché initial est riche en partisans russes, Fred et Dom s’y servent, surtout le second qui peut les acheter gratuitement. Sur le terrain, Fred occupe 2 territoires et Christophe provoque quelques escarmouches pour éviter que les russes ne soient dominants (ce terme ayant un sens spécifique dans le contexte du jeu). Le premier contrôle de domination passe et 3 joueurs prennent chacun 1 PV. Christophe se sent bien seul tandis que Fred et Dom co-construisent une domination russe sur le plateau. Alléché par le parfum du succès, François se rallie à la cause et commence par froisser ses nouveaux alliés en tentant quelques coups bas.

Le second contrôle de domination est acheté par Dom, leur influence auprès des russes donne 5/3/1 points à Dom/Fred/François et le plateau est nettoyé des pièces de couleur. Fred a des vélléités de tourner coasaque mais a du mal à choisir entre afghans et anglais tandis que François déploie de nombreux espions histoire de bien figurer au décompte suivant. Rapidement, le 3e contrôle de domination entre au marché ; François joue un patriote afghan qui change son alignement en lui faisant perdre un espion. Dom a alors le plus de cylindres déployés, il déclenche le décompte et atteint 9 PV devant Fred 4, François 3 et Xof 0. Avec 5 points d’avance, il remporte automatiquement la partie.

Après ce dénouement relativement rapide, un accord est trouvé autour de Carcassonne, dans l’armoire depuis Noël dans une fort jolie édition « 20e anniversaire ». La table attire d’éminents experts, Thomas et Mickaël, qui commentent doctement et fournissent un soutien sur les règles. Le Dom en mode sangsue arrive à s’incruster dans le scoring de quelques villes juteuses et n’oublie pas de placer un meeple dans les prairies en fin de partie. Il évite la famine de meeples et finit avec 127 PV devant les trois autres groupés autour de 80.

Table 5, dite « Rébellion » : Gilles entraîne Lucie, Nicolas3 et Lohan dans la découverte d’Auztralia. Les jeunes se sont bien battus mais ont succomné trop tôt, rien ni personne n’a pu empêcher le triomphe des grands anciens. Les mêmes poursuivent avec un Oriflamme : une seule partie donc pas le temps de bien explorer les synergies entre cartes, mais ce qu’il faut de coups en douce. Et qui l’emporta ? Lucie-fer.

Table 6, dite « Communauté prospère » : dans l’aquarium on retrouve toute la ménagerie d’Ark Nova avec comme palefreniers Adélie, Xel, Samuel et François2. Comme les autres fois cela a duré mais dans l’aquarium comme en Océanie on ne vous entend pas vous noyer.

Table 7, dite « Signaux de fumée » : un joyeux mélange des tables 2 3 4 finit la soirée avec Just One en mode libre, on a bien dû faire une vingtaine de tours. Selon François, on a été plutôt bons (malgré l’élimination de Oeuf pour Cube, trop d’anciens ludopathes parisiens autour de la table), et pourtant il ne sut pas identifier Bar à travers les indices Comptoir, Poisson, Brochet, Mitzvah et Grillé.

Séance de MARDI 12/04/2022 à Servel

Le 12 avril 1928, un Junkers W33 allemand avec 3 hommes à bord réussit la première traversée de l’Atlantique dans le sens Est-Ouest, partant d’Irlande et se posant à l’extrémité du Canada, pris par le temps et égarés dans leur tentative d’atteindre New York. On parle souvent de la traversée aérienne entre New-York et Paris de Lindbergh en mai 1927. En fait ce n’était pas la première, deux anglais avaient dès juin 1919 relié le Newfoundland canadien à l’Irlande dans un bombardier modifié, un voyage bien plus court et bien moins médiatisé que celui de Lindbergh.

Table 1, dite « Pris par le temps » : en cette période de carême, trois joueurs (Neox, Xel, F-R) s’adonnent à un régime hyperprotéiné en chassant de l’humain à The Hunger. La destinée des trois vampires a été assez différencée : Nicolas rentre repu au château avant l’aube en affichant un sourire carnassier. Il quittera ensuite les lieux, probablement pour aller digérer tranquillement. Xel parviendra de justesse à retourner, non sans avoir subi quelques rayons de soleil dardés par l’aube naissante. François-René a été le vampire d’entre eux, on retrouva sa dépouille au petit matin sur les chemins poussiéreux.

Table 2, dite « Voyages » : excursion en Egypte pour François, Olive, Christophe et VHN qui essayent de se concilier les faveurs du Dieu-Soleil Râ, un jeu qui sort régulièrement depuis son acquisition à Noël. La première manche d’enchères est étonnamment courte, très peu de tuiles achetées vu qu’Olive a accéléré le rythme en ne piochant quasiment que des tuiles Râ. Cela fait les affaires de Dom, le seul à avoir échappé à la pénalité de -5 PV en récupérant une tuile blanche avec un Dieu. A la deuxième manche les axes se dessinent : Dom cherche à dominer sur les Pharaons, Xof mise sur le Nil tandis que François et Olive préparent la fin de partie en accumulant les Monuments. Dans le dernière, Xof et Dom acquièrent rapidement leurs 3 lots de tuiles, laissant Olive et François s’expliquer tandis que les tuiles Désastre finissent par sortir. Le dernier reste seul en lice mais tente sa chance une fois de trop à la recherche du 7e Monument qui vaut 10 PV, un dernier Râ mettant fin immédiatement à la partie. A égalité avec 4 Pharaons, Olive, François et Xof encaissent à leur grand dépit la pénalité de -2 PV. Au final c’est le bruyant Dom qui l’emporte avec 42 PV devant Xof (27) et François & Olive (25).

Les mêmes, pas pressés de se coucher, disputent ensuite un paisible Tokaido. Christophe la joue fine, il arrive à se positionner sur de multiples bonus à égalité et l’emporte d’une courte tête.

Table 3, dite « Nouvelle tentative » : la paire familiale JiBee-Lucie affronte Vincent en mode « décontracté-vacances » et Tristan en mode « marchand de sable » à Dune Imperium, un revenez-y pour J-B qui y avait joué récemment. Gratifiant la table de ses maximes relatives au deck-building et affirmant modestement avoir été aidé par le marché de cartes initial, l’impérial Tristan s’impose avec une stratégie comme toujours solide. On retiendra aussi que Lucie a battu son géniteur, cet âge est impitoyable.

Table 4, dite « Egarements » : les restants des tables 1 et 2 finissent la soirée avec un Just One, toujours un bon moment. Le score collectif respectable est de 10 réussites sur 13. Xof est victime d’une double élimination d’indices (Malle et Carlos) et avec Ecoliers comme seul indice ne peut trouver Cantine. Quant à François, c’est la largeur du champ sémantique proposé qui l’égare : face à Cogolin, Clé, Tabac, Ecume et F***ation il échoue, nom d’une pipe ! A noter l’habile recyclage d’indice de Xel qui repropose Carlos pour Météo.

Séance de MARDI 05/04/2022 à Servel

Table 1, dite « Aviaire » : Cinq pas-vraiment-perdreaux de l’année (Neox, Xel, Olive, Thomas et VHN) rejoignent le nid de Servel et, plutôt que de bayer aux corneilles, décident de jouer à Wingspan, un chouette jeu avec des oiseaux (bien meilleur que le jeu de l’oie). On y construit un tableau de cartes en recherchant des combos (que plusieurs têtes de linottes oublièrent d’activer) tout en gardant un oeil (d’aigle) sur des objectifs personnels et collectifs (1 différent à la fin de chacune des 4 manches, une mini-course où certains se sont brûlé les ailes). Thomas et Olive, limite vautours, pillent la mangeoire commune tandis que Dom (doté d’un estomac d’autruche ?) se goinfre de cartes. Le même l’avait répété comme un perroquet, à ce jeu il faut pondre des oeufs en fin de partie (« Que ponds-je ? » comme l’a chanté Bobby Lapointe). Thomas et Neox se sentent pousser des ailes (le premier peut en pondre 7 d’un coup grâce à une unique carte, simple comme l’oeuf de Colomb) et finiront chacun avec 17 oeufs. Ces points tombent à pic, ils finissent en haut du podium avec 83 PV (Neox qui remporte donc la poule) et 71 PV (Thomas). Paon dans les dents des suivants, Dom (67), Xel (62) et Olive (41). Déçu, moi ? no !

Séance de VENDREDI 25/03/2022 à Servel

Le 25 mars 1896 s’ouvrent les premiers jeux olympiques modernes à Athènes. 285 athlètes (tous des hommes) s’affrontent sportivement dans 9 disciplines (dont le cyclisme alors nommé vélocipédie, qui remonte comme chacun sait à la plus haute antiquité). A contrario pas d’équitation ce qui démontre bien la suprématie de la machine sur la bête.

Table 1, dite « Affrontement » : cela faisait un moment que Fred voulait partager son Pax Pamir (2e edition en français). Un jeu à part qui a lancé la carrière de Cole Wehrle, magnifiquement produit sans tomber dans la vulgarité injectée de plastique, au thème improbable mais richement documenté (la lutte entre puissances étrangères et locales dans l’Afghanistan du XIXe siècle) et qui se retrouve étonnamment en 45e position du classement BGG alors que c’est clairement un jeu de niche. Les autres partants sont Tristan, Dom (dont l’oeil s’allume quand il entend « Pax ») et Neox (toujours curieux et éclectique bien que pas encore converti à Pax Renaissance, personne n’est parfait). Les alignements initiaux sont équilibrés (Neox+Dom russes, Fred+Tristan afghans) et le plateau en tissu se recouvre de pièces colorées sans qu’une faction ne prenne l’avantage au fil des escarmouches et des dépositions. Côté individuel, Tristan parvient comme à son habitude à composer une sélection judicieuse et puissante de cartes (dont l’achat gratuit à Herat dont il usera et abusera), imité à ce petit jeu par Neox. Les deux autres en sont réduits à de petits tableaux et un marché constamment asséché d’argent par les précédents.

Le scoring à ce jeu est très particulier : il survient 4 fois dans la partie à l’achat d’une carte spéciale et le décompte suit deux logiques très différentes selon si une faction domine ou non. Les deux premières fois, Dom oriente les choses pour partager les points avec Neox, officiellement son allié. Les voilà tous deux à 6 PV. Après une dominance russe 12 à 7, La carte est nettoyée de toutes ses pièces alors que Fred, faute d’options viables, a choisi de rallier le camp anglais. Le troisième décompte se résout au nombre de pièces déployées, Neox prend 1 PV et Tristan 3. La fin est haletante : Dom dans le rôle de l’idiot utile met en jeu 3 soldats anglais au Penjab, le fief imprenable de Tristan, lui graissant généreusement la patte au passage et rejoignant la faction anglaise. L’espoir renaît chez Fred. Avec seulement 5 anglais déployés, Neox et Tristan, sans alliés, estiment qu’il est préférable de rejoindre le camp des nouveaux maîtres. Ils parviennent rapidement qui à acheter des patriotes, qui à capturer des mis à prix (parfois en dynamitant ses propres cartes, un joli coup encore jamais vu et permis par leurs nombreuses actions Trahir).  Dom toujours à court de monnaie n’arrive pas à acheter un deuxième trophée et le dernier décompte (où les points sont doublés) voit donc Fred (3 d’influence anglaise) s’octroyer 10 PV tandis que les 3 autres, à égalité à 2 d’influence, récupèrent chacun 2 PV. Fred passe de 0 à 10 points et l’emporte sous le nez de Neox 9, Dom 8 et Tristan 6. Superbe partie où chacun a été en position de gagner et où toute la richesse et les retournements de situation du jeu ont été mis en lumière. Comme les autres jeux de la série Pax, il a aussi une immense rejouabilité grâce au mécanisme de rivière de cartes où seule une fraction du deck est utilisée à chaque partie.

Table 2, dite « Affrontement » : choc entre Dionysos (F-R) et Helios (Mickaël) à Mythic Battles. Le premier a envoyé de jeunes satyres, le second n’a pas pu résister.

Table 3, dite « Affrontements » : double confrontation entre Gilles et OlivierL à Super Fantasy Brawl. Manche aller pour Olivier 5-4 mais cela a été très tendu. Manche retour pour Gilles 5-4 mais cela a été très très tendu.

Table 4, dite « Affrontements » : OlivierB, Fabrice et Samuel jouent à Gloomhaven Jaws of the Lion. En thèorie c’est plus court que le papa (parmi les bonnes idées, noter le livret de scénarios-plateau, on joue directement sur la page ouverte). En pratique à minuit et demi ils étaient encore là à ouvrir des portes, combattre des monstres et empocher des trésors. Oui mais c’est parce qu’ils ont enchainé trois scénarios, une autre bonne idée pour rendre le jeu plus accessible est que les règles sont introduites progressivement sur les 5 premiers.

Table 5, dite « Affrontement » : Xel, Adélie, Thomas et Matthieu (une nouvelle recrue déjà bien immergée dans le jeu de plateau) disputent d’abord un Amyitis, les deux derniers finissent à égalité. Ils poursuivent par In Flanders Fields et c’est Xel (qualifiée à tort d’artillerie lourde de l’association) qui ressort gagnante de la boue des tranchées.

Séance de MARDI 15/03/2022 à Servel

Qui connait Jesse Reno ? Après avoir conçu un escalier mécanique (aka escalator) utilisant le principe des véhicules à chenilles, il en dépose le brevet le 15 mars 1892 et finir par vendre sa société au fabricant d’ascenseurs Otis. L’escalator, offrant un débit supérieur à l’ascenseur sans la claustrophobie est une commodité universelle, voire tentaculaire, du monde moderne, parfois poussée à l’absurde. 130 ans plus tard on s’est laissés transporter à Servel.

Table 1, dite « Montée au ciel » : Lucas ne dit jamais non, dit-il, à une partie d’Innovation, le voila face à Dom et à Benjamin qui se souvient y avoir joué il y a bien longtemps. Vient s’y adjoindre après un moment Felix qui fera le conseiller/commentateur. Lucas attaque bille en tête, nettoie les tableaux averses avec Ingénierie puis Benjamin siphonne les points avec Navigation. Dom, pas en reste, fait parler la Poudre sans conviction.

En fin de partie Lucas a 4 dominations (sur les 5 scellant la victoire) contre 3 à Benjamin et Dom. Avec les Fusées en jeu, il peut à volonté vider les points d’influence adverses. Dom choisit de s’en remettre au destin en activant Ordinateurs (« mettez en jeu une carte 10 et appliquez ses dogmes coopératifs sans les partager »). Lucas a assez d’icônes Horloge, il  l’applique en premier et on n’est pas déçus. Il pioche Globalisation (« si aucun joueur ne produit plus de Pommiers que d’Usines, le joueur avec le plus d’influence gagne »). Incroyablement, les trois joueurs ont 1 ou 2 usines de plus que de pommiers. Lucas ayant dévasté les influences adverses avec Vaccination puis Fusées il a le plus de points et remporte la partie sans que Dom ait profité de son activation de carte. Bien joué l’artiste.

Table 2, dite « Effort physique » : Partie serrée de Parks entre Neox, Xel et Jimmy. Arrivés au bivouac final, les deux premiers comptent 21 PV, la dernière 19. Mais Jimmy a le jeton de premier joueur dans son sac à dos, cela lui donne la victoire.

Table 3, dite « Tentaculaire » : Nicolas2 et Gilles se mesurent, pour commencer avec Skulk Hollow. Un jeu d’affrontement très asymérique entre un gros monstre et une nuée de petits renards (l’image de Gulliver surgit brièvement). Gilles se retrouve aux commandes d’un monstre à tentacules et va droit au but : il élimine le chef adverse et les petits renards, en proie à la désorganisation, ont dès lors partie perdue. Pas abattu, Nicolas sort alors son Shoggi sur lequel il a normalement l’avantage du terrain, Gilles découvrant les règles. Le résultat nous reste inconnu, on retient son souffle.

Séance de VENDREDI 25/02/2022 à Servel

Du monde, quatre tables, quatre ambiances.

Table 1, dite « submersible » : une grande table de L’Insondable, le nouveau visage du BSG cher à certain(e)s. On y retrouve Neox, Axel, Xel, F-R, NicoH et Gilles. Partie étonnante avec 5 traîtres sur 6 joueurs. Cela finit mal, le navire coula en vue de Boston.

Table 2, dite « inaccessible »  : Vincent et Fred décident de faire un It’s a Wonderful Kingdom, un jeu à deux. Cela tombe bien, arrivés après la mise en place des tables, ils étaient deux. La connaissance du jeu par Vincent lui donna un avantage, il l’emporta par 44 PV à 24.

Table 3, dite « répétitible » : Mickaël, toujours heureux de faire découvrir Iki et d’y jouer encore et encore y attire 3 novices, Samuel, Cixi et Shiqi (toutes nos excuses si la transcription de ces prénoms est incorrecte). La connaissance du jeu par Mickaël lui donna un avantage, il l’emporta par 111 PV à moins.

Table 4, dite « irrésistible » : les Ruines Perdues de Narak attirent des curieux, et voilà OlivierB, Xof, Adélie et Dom attablés autour du plateau (dont on n’a toujours pas essayé la face « serpent »). Olivier explore et triomphe des gardiens, Dom mise tout sur la recherche du temple et les deux autres font dans l’hybride. Adélie semble avoir bien scoré sur tous les tableaux mais elle a finalement peu de points en main. Avec 66 PV, elle finit entre Xof (63) et Olivier (67). La connaissance du jeu par Dom lui donna un avantage, il l’emporta par 80 PV (dont 23+8+17 marqués au temple, et un deck bien aidé par l’assistant qui fait des remises sur les achats de cartes).

Séance de MARDI 15/02/2022 à Servel

Matt Groening est né le 15 février 1954, il y a 68 ans. Après avoir pas mal galéré comme jeune dessinateur, son cartoon Life in Hell lui donne une certaine assise. Mais c’est le dessin animé Les Simpsons qui va faire sa renommée et une partie du succès de la chaîne Fox. Les histoires de la famille Simpson et de la ville de Springfield sont une satire bien observée et souvent hilarante, avec un succès jamais démenti puisque la série en est à sa 33ème saison.

Ce n’est pas dans nos habitudes sur ce site de passer des vidéos mais nous avons dégoté une séquence des Simpsons avec des jeux de plateau.

Table 1, dite « Mmmh un herbivore ! » : Neox, Xel et Camille disputent une partie de Evolution Climate. Malgré les jolies aquarelles illustrant les traits génétiques des animaux imaginaires issus du hasard et de la nécessité, ce n’est pas un jeu gentil. Il s’agit de sortir victorieux d’une lutte darwinienne en étant mieux adapté à l’environnement (nourriture, climat) que les autres. Xel prend le meilleur départ et Neox, bien malgré lui avec une main plein de cartes Carnivore, construit un prédateur capable de ralentir la domination de la vétérane. Et bien sûr, qui tira parti de la struggle for life ? eh bien Camille qui remporte cette partie avec plus de 100 points. Dans les parties à trois joueurs, il n’est pas rare qu’un larron profite des bisbilles entre ses deux comparses.

Table 2, dite « D’oh » : Lucas et VHN convainquent Yannick (qui y a joué une fois il y a bien longtemps) de rejoindre leur table d’Innovation. Lucas prend un départ canon, avec très tôt 5 couleurs et une domination grâce à la combo Roue/Maçonnerie pendant que les Rames de Dom lui donnent sa première domination. Pour faire bonne mesure Lucas ravage les tableaux adverses avec Ingénierie et décroche au passage deux autres dominations. Dom pioche bien la Poudre à canon, menaçant le tableau de Lucas parsemé d’icônes Château mais Lucas la neutralise avec les Routes. En milieu de partie plus personne n’arrive à scorer mais Lucas décale et enrichit son tableau, dominant toutes les icônes sauf les Bulbes. Dom profite des Mathématiques de Yannick pour monter en âge.  L’arrivée en jeu de Evolution chez Dom lui donne le moyen d’augmenter son influence, 3 Dominations en 3 tours et la partie lui échoit par 5/4/0.

Table 3, dite « Ouh pinaise ! » : Lucas ayant pris congé, Yannick et VHN s’accordent pour faire un peu d’exercice sur les routes de Flamme Rouge, circuit du Col du Ballon avec 3 bosses réparties sur le parcours. A 2 joueurs le jeu diffère pas mal de la configuration à 4 de la semaine précédente avec à la fois moins d’aspiration et moins de blocages. Alors que souvent les rouleurs préparent la fin d’étape des sprinters, on a eu une configuration inhabituelle où une cassure a eu lieu tôt dans le peloton, les deux rouleurs devant et les deux sprinters derrière, tout ce petit monde accumulant les cartes Fatigue. Au tiers de l’étape, le Sprinter de Dom se replace avec les hommes de tête en jouant une carte 9 avant la seconde bosse. Il prend la tête et fait l’effort en solitaire, négociant avec un bon tempo les montées et les descentes. Il tient jusqu’au bout et finit échappé en solitaire avec une dernière carte 9 providentielle, ayant accumulé un total de 11 Fatigues ! le groupe de chasse des deux Rouleurs échoue juste avant la ligne d’arrivée.

Séance de MARDI 08/02/2022 à Servel

Lana Turner est née le 8 février 1921. Star et sex-symbol de la MGM, mariée 7 fois, elle défraya la chronique quand sa fille poignarda son amant du moment, un gangster, au cours d’une dispute. Pour les cinéphiles, rappelons ses rôles dans Le facteur sonne toujours deux fois, Les ensorcelés et le magnifique Mirage de la vie.

Table 1, dite « Les ensorcelés » : Configuration inédite pour jouer à Innovation : 2 ensorcelés (Lucas et Xel), 1 enthousiaste (Vincent) et 1 sympathisant (Neox qui inaugure son exemplaire sleevé avec soin et poursuit son apprentissage du jeu). Configuration par équipe en 2×2 me direz-vous ? oui mais à cinq ! en effet un nouveau (nommé Nicolas) pousse la porte et se joint à Vincent pour découvrir le joyau de Carl Chudyk. Belle partie qui ira jusqu’à l’épuisement de la pile 10, avec un résultat étonnamment serré : 66+32 points d’influence pour la paire Xel/Lucas contre 64+32 pour Vincent/Nicolas x2.

Table 2, dite « L’explorateur joue toujours deux fois » : Mickaël, Nicolas-2, Yannick (pour son grand retour) et VHN se lancent dans une course vers El Dorado. Les règles sont faciles à assimiler (surtout qu’on n’a pas utilisé les jetons optionnels) et le jeu laisse le temps de faire deux parties, la seconde sur un parcours qualifié de difficile. Dans la première, Dom à la besace plein de machettes traverse la dernière tuile à toute vitesse et y laisse sur place ses adversaires. Dans la seconde, plus technique avec des possibilités de blocages cruels et de raccourcis audacieux, c’est Nicolas qui fait la course en tête ; non seulement il arrive le premier à la cité mythique mais en plus il a pris le temps d’enlever quatre barrières, cette fois il était imbattable. « Dans un deck builder il faut piocher » livre-t-il au micro du reporter en retirant sa casquette/chapeau d’aventurier.

Séance de MARDI 25/01/2022 à Servel

Jopseh-Louis Lagrange naît à Turin le 25 janvier 1736 sous le nom de Giuseppe Luigi Lagrangia. Ses contributions à la mathématique et la physique ne tiendront pas sur cette page, mentionnons juste qu’il a démontré la conjecture de Bachet (« tout entier positif est somme de quatre carrés »), qu’il a codéveloppé avec Lavoisier le système métrique et qu’il a fini au Panthéon, un des sommets des savants des Lumières. En astronomie, les points de Lagrange voient la gravité de deux astres s’annuler et permettre à un satellite qui s’y trouve de rester immobile par rapport aux deux. Ainsi ce 25 janvier, le monumental télescope James Webb vient de prendre ses quartiers au point L2 entre terre et soleil. Avance rapide de 286 ans.

Table 1, dite « Au sommet » : Après quelques palabres on (c’est à dire Neox, Xel, Nicolas-2 et VHN) part sur du connu (ou presque, seul Nicolas bis découvre) : les ruines perdues de Narak. Neox est motivé car il aime bien le jeu mais finit toujours à quelques point du vainqueur. Ce soir cela doit changer ! Le novice s’excuse par avance en expliquant qu’il ne fera de que de la figuration tandis que Xel tient des propos nihilistes. La partie a tenu ses promesses mais a livré quelques surprises. Les chemins choisis d’abord : VHN, une fois n’est pas coutume, part buter du monstre (1 par tour) et restera coincé à mi-chemin de la piste de recherche. Neox, jugeant que c’est elle qui détient les clés de la victoire, se lance à son assaut. Mais il est grillé par son homonyme qui déroule un mémorable 2e tour où il grimpe, il grimpe, en enchainant les combos. Neox utilise cependant à bon escient le pouvoir de replacer un explorateur. Nicolas-2 parvient le premier au temple magique et y grapille encore 16 PV. Dom, il faut bien qu’il se plaigne, regrette un Perroquet inutile et un deuxième assistant faiblard. Au final, les scores sont serrés à beau niveau : 72 pour N2, 68 pour Dom, 67 pour Neox et 46 pour Xel (la démonstration que chacun de ces scores est la somme de 4 carrés sera laissée en exercice au lecteur). Le Président n’a pas conjuré sa malédiction mais il en faut plus pour lui faire perdre sa débonnarité .

Table 2, dite « Panthéonisé » : Felix est tenté de se refrotter à Lucas à It’s a Wonderful Kingdom, la version 2 joueurs de It’s a Wonderdul World, après avoir hésité à démarrer une campagne (ce jeu est une véritable corne d’abondance !). Que croyez-vous qu’il arriva ? Lucas le croqua.