Séance de MARDI 27/02/2024 à Servel

Les historiens considèrent le Ladies’ Mercury, une feuille hebdomadaire publiée pour la première fois le 27 février 1693 pour quatre brefs numéros, comme le premier journal féminin. Il offrait en particulier un courrier des lecteurs où la rédaction donnait des conseils et des réponses y compris sur des questions de couple. L’identité du rédacteur en chef reste discutée mais c’était probablement un homme.

Table 1, dite « Femmes d’Aujourd’hui » : Marie-Anne, Camille et François-René parcourent des boyaux humides dans Sub Terra 2. Cela aurait pu bien finir mais non ils ont été défaits devant la porte de sortie. Elles et il poursuivent par un Mot Malin qui révèle que leurs univers mentaux sont relativement disjoints (parmi les mots à problème : SamSam, Mininours et Pluton)

Table 2, dite « 20 Ans » : Xel et François accompagnés de deux visiteurs connaissances de vingt ans, Babette et Christophe, assurent une soirée découverte à de relatifs novices en matière de jeux de plateau. Ils commencent par se faire la main sur The Crew puis poursuivent par un So Clover (rejoints par F-R) qui là encore révèle quelques différences d’imaginaire. Xel fait le service minimum en n’associant qu’un seul mot de ses paires tandis que François, non content d’avoir des raisonnements alambiqués, invente avec aplomb le mot « Livraie ». Quant à celui qui a associé Président à Ane, non il ne pensait pas au symbole du parti démocrate !

Table 3, dite « Cosmopolitan » : Dom initie Stéven et Alex, fraîchement arrivé à Lannion, à Grand Austria Hotel. Il y en a un qui apprend vite : allant chercher très tôt le bonus de 15 PV pour avoir atteint le premier 10 sur la piste de l’Empereur, Stéven sera le seul à bénéficier de ses faveurs au cours de la partie (Dom échouant par deux fois à un point près, on l’entendit gémir copieusement). Exploitant habilement son plateau personnel pour accueillir une clientèle cosmopolite et mixte, il est aussi le premier à fermer toutes les chambres d’une couleur (encore 15 PV). Ajoutez un usage efficace d’un personnel pléthorique et le manager Stéven, bon sur tous les plans (chambres, kronen, cubes restants, personnels scorant en fin de partie) atteint un score excellent de 183 PV, Dom avec 131 et Alex avec 71 n’ont pu qu’applaudir.

Table 4, dite « Avantages » : On n’allait pas laisser repartir les visiteurs sans qu’ils connaissent Codenames. Partie à 6 (Rouges : Xel, CriCri, Dom / Bleus : Babette, François, F-R) , chacun(e) est passé maître-espion une fois. Dans la première manche, Dom va chercher trop loin son indice Bijoux 3 : Or OK mais plus compliqué pour Londres (… de la Couronne) et surtout Oeuf (… de Fabergé). En fait c’est sur l’assassin Fer que son équipe se fracassa gaiement. Dans la deuxième manche, les maîtres-espions débutants commencent avec des indices en 1 puis s’enhardissent. Les Rouges prennent un meilleur départ, les Bleus les rattrapent avant à leur tour de toucher l’assassin. Cela se réglera donc entre Xel et F-R. Manche équilibrée avec le joli Goa 2 (Colonie, Jeu) de Xel et où un F-R à contre-emploi est surpris que son Membre 2 (Talon, Bras) fasse choisir Purée. Il tente un dernier Décathlon 3 un peu désespéré mais les Rouges ayant pris l’avantage l’emportent logiquement.

Séance de MARDI 20/02/2024 à Servel

Le microbiologiste René Dubos est né et mort un 20 février du XXe siècle, à 81 années d’intervalle. Ingénieur agronome de formation et restant peu connu il me semble, sa carrière scientifique se déroula aux Etats-Unis où il apporta dans les années 1939-1940 des contributions importantes à l’étude des bactéries du sol et à la découverte d’antibiotiques. S’opposant à une vision naïve du microbe comme ennemi à détruire, il pressentit l’immense diversité du monde bactérien et les très nombreuses situations de coexistence entre colonies de microbes et hôte multicellulaire, faisant de Dubos un pionnier de l’étude du microbiote et de ses symbioses. Arrivé à l’âge mur il s’investit aussi dans les questions environnementales (entre autres créant la formule « Penser global, agir local ») et reçut un prix Pulitzer pour un livre de vulgarisation, So human an animal.

Table unique, dite « Symbioses » : Un cinquième présent non annoncé rebat les cartes, foin de gros jeux on ressort Forêt Mixte que Xel, François et VHN enseignent à Baptiste2 et Stéven. Les deux novices se retrouvent à la lutte pour les lucioles et les hêtres pendant que François recherche désespèrement une seconde salamandre. Xel et Stéven utilisent efficacement une taupe pour mettre en jeu plein de cartes d’un coup tandis que Dom soigne sa combo lynx/chevreuil (4 lynx soit 40 points). Les deux premières carte Hiver se suivent coup sur coup et tout le monde est fébrile car la troisième met fin immédiatement à la partie. Lorsqu’elle arrive finalement c’est Dom avec 96 PV qui l’emporte sur une feuille de score s’échelonnant jusqu’à 62 PV. Les mêmes font ensuite trois tours de table à Just One, le jeu aux feutres farceurs. Dans l’ensemble les indices ont été bien vus et les mots trouvés, avec un fail amusant de Dom pour qui Vidéo, Rôle et Plateau évoque bien sûr « Cinéma ». En fait c’est « Jeu » qu’il fallait trouver, quelle idée.

Séance de MARDI 13/02/2024 à Servel

Transportons-nous en 1420 en Bretagne, à l’époque duché indépendant mais impliqué dans le conflit de longue haleine que fut la guerre de cent ans. La paix y règne depuis la guerre civile qui, deux générations auparavant, vit s’affronter les familles de Monfort et de Penthièvre au profit des premiers. C’est donc Jean V de Montfort qui règne depuis Nantes et prend soin d’envoyer divers signes d’amitiés, de faveur et de respect vers la famille de Penthièvre, en particulier les quatre fils de Marguerite de Clisson : Jean, Olivier, Charles et Guillaume. On dit même que —preuve suprême d’amitié cordiale au Moyen-Age — plus d’une fois il arriva à Olivier et a Charles de Penthièvre de coucher avec Jean V dans le même lit.

Mais dans le corsage de Margot brûlait toujours la rancune et un désir tenace de revanche. Trouvant ses fils un peu c*****es molles elle décide de prendre les choses en main et, profitant d’une vexation infligée au dauphin régent du royaume (le futur Charles VII), elle propose de le venger de Jean V. Elle invite ce dernier à une grande fête en son château de Champtoceaux en lui promettant de la viande (dans tous les sens du terme), voire une petite partie de Twilight Struggle. On ne résiste pas à une telle invitation mais à peine arrivé il est fait prisonnier le 13 février 1420. Marguerite et ses fils aînés maltraitent et humilient alors le Duc pour le forcer à renoncer au duché à leur profit.

C’était sans compter sur sa femme, Jeanne de France, qui bat le rappel des barons bretons et convainc aussi les nombreux mercenaires bretons partis guerroyer ailleurs de rentrer pour la bonne cause. Ces troupes se mettent en marche vers l’Anjou et une à une, les places-fortes des Penthièvre sont prises : Lamballe en mars, dont le château est rasé ; Guingamp, Jugon-les-Lacs, La Roche-Derrien, Châtelaudren. Enfin début mai elles mettent le siège devant Champtoceaux qui se rend après deux mois de rude affrontement. Jean ordonna aussitôt le démantèlement du château et promit aux Penthièvre son pardon moyennant qu’ils se présentassent à Nantes pour être jugés. Histoire d’être clair, il emmena comme otage Guillaume, le plus jeune des fils qui n’avait pas participé au complot. Sa mère et ses frères décidèrent de faire faux bond et l’abandonnèrent à son sort, 28 ans de captivité, et les Penthièvre s’exilèrent, vivants, rénégats et dépouillés de toutes leurs possessions bretonnes. Méditons cette histoire édifiante.

Table 1, dite « Rude affrontement » : Le retour de la grosse boîte de Mechs vs. Minions en réjouit plus d’un parmi Xel, Camille, F-R (présent un mardi suite à l’affaire dite « du Krampouz fatal ») et Thomas. Si nos informations sont exactes la seconde aventure a été disputée avec succés, l’école n’a quasiment pas été touchée. La programmation simultanée par les quatre participant(e)s a donné lieu à quelques belles chorégraphies, avec ça et là des toupies déroutantes (et hop !).

Table 2, dite « Le crime ne paie pas (toujours) » : Dans le bocal on ne vous entend pas crier. C’est là que Marie-Anne, Nastassia, Stéven, BenjaminF et Mickaël jouèrent à La Bête. Un jeu cathartique où Mickaël laisse libre cours à ses mauvais instincts (comme autrefois Michal avec les Lettres de Whitechapel). Ce soir il parvient à commettre dans le dernier tour le crime qui lui donne la victoire.

Table 3, dite « Exil » : A cette table la « Manticore » largue les amarres. A bord, un équipage composé de Marc, François, Dom et Marco part à l’aventure de Sleeping Gods, un jeu narratif coopératif quelque part entre 7e Continent, Sherlock et jeu de rôle. En matière d’aventure on a surtout eu le droit à un briefing de l’armateur sur comment jouer. On a ensuite joué un tour, juste pour prendre en main les personnages (2 par joueur plus un capitaine qui passe de main en main) mais sans aller jusqu’à combattre une mauvaise rencontre. La suite bientôt, on verra si on démarre une campagne de longue bhaleine.

Séance de MARDI 06/02/2024 à Servel

Clap de fin il y a trente ans déjà pour Joseph Cotten, disparu le 6 février 1994. Dans les années 40 , une décennie magique pour lui, il enchaîna les films inoubliables. Plus tard on le revit dans des séries ou des seconds rôles, par exemple dans la Soif du mal ou Soleil vert.

Table 1, dite « Le troisième homme » : Stéven, Armand et BenjaminF se font la guerre des gangs à Night City dans Cyberpunk. Dans un contexte général où il fallait faire la tournée des quartiers, il y a des objectifs à atteindre successivement et Armand s’est plutôt bien débrouillé d’abord en détruisant des drones puis en s’en prenant aux racailles de Stéven. Il finit en tête mais seulement à 1 PV devant Stéven. Le troisième joueur, quant à lui, a plutôt joué les utilités.

Table 2, dite « L’ombre d’un doute » : Xel, Marco et VHN) ressortent Forêt mixte et font assaut de combos à l’ombre de leurs arbres. Dans la première partie tout le monde construit beaucoup d’arbres au détriment de la faune et de la flore locale, sauf les champignons (c’est un jeu où il faut faire des choix dans ses axes de scoring). A ce petit jeu c’est Xel qui grâce à sa grotte coiffe Dom (79 contre 77 et 59 à Marco). Dans la seconde, on prend le temps de se développer. Dom collecte méthodiquement les 8 espèces possibles d’arbres qui contribueront (scoring des chênes et érables) pour 40 PV. Il y héberge aussi un total de 7 lièvres et 2 renards qui rapporteront 63 PV (en dépit d’un doute de Xel sur ce décompte). Il finit avec un total impressionnant de 159 PV, Xel ayant elle aussi scoré  fort (combo lynx/chevreuil notamment) avec 142, et Marco 113. Marco double perdant mais néanmoins enchanté et enthousiaste !

En fin de soirée, séance spéciale pour les restants avec au programme quelques épisodes de The Crew.

Séance de MARDI 23/01/2024 à Servel

La nuit du 23 janvier 1795 vit une bizarrerie de l’histoire militaire quand, dans le cadre des guerres révolutionnaires, un détachement d’un régiment français de cavalerie légère captura (ou du moins neutralisa) une flotte de 14 navires hollandais qui étaient pris dans les glaces du Zuiderzee (profonde juste de 4-5 m cette baie avait gelé au coeur de l’hiver rigoureux -eh oui les jeunes, dans votre monde à +4°C vous ne verrez plus jamais ça-). Commandés par le bien nommé général de Winter, les cavaliers transportant chacun un fantassin (dans une belle symbiose infanterie-cavalerie) s’étaient approchés prudemment et silencieusement des navires et, en position de force pour négocier, obtinrent qu’ils restassent à l’ancre sans participer à la suite des hostilités. Ainsi se conclut cette bataille terrestro-navale sans qu’un coup de feu ne fût tiré -la glace avait figé les vaisseaux dans une position inclinée et leur artillerie était inutilisable-, suite à laquelle la conquête des Provinces-unies fut achevée.

Table 1, dite « Symbioses » : Où l’on retrouve les réguliers du mardi (Xel & François, Mickaël, Marco et VHN) qui explorent Forêt mixte, un jeu aux règles simples où il s’agit de faire les combos les plus efficaces entre ses cartes (des arbres qu’on peut entourer d’habitants de la forêt, animaux, végétaux ou champignons -qui selon l’opinion majoritaire sont bien un règne biologique séparé des deux précédents-). Et il s’agit d’aller vite : si on voit trop grand on risque bien de voir son effort interrompu par la fin de la partie, avec un résultat décevant. Dans la première partie, François et Marco jouent la carte des arbres avec notamment une belle plantation de marronniers qui rapporte 41 PV au premier. Dom pour sa part joue la carte des petits mammifères avec une combo lièvre/renard/fouine qui vaut 62 PV. Avec un total de 87 PV il s’impose devant le sylviculteur à égalité avec Mickaêl avec 69 puis Xel (45) et Marco (43). La seconde partie montre que Marco apprend vite : en jouant sur les chauves-souris et accumulant les feuilles jaunes il s’impose avec 77 PV devant  Dom 71, François 66, Mickaël et Xel 61. Pour finir deux parties de Kites, une gagnée une perdue, un jeu un peu trop frénétique pour la moyenne d’âge des participant.e.s ?

Table 2, dite « Révolutions » : Le mardi n’impressionne pas Gilles, Olive et Marc qui s’attaquent à Eclipse, un jeu ambitieux de développement-conquête-affrontement dans l’espace. En fait ils avaient fini à 1h, presque raisonnable. Selon l’un des protagonistes « Gilles gagne avec 41 PV ; avec la population alien des plantes il a réussi a bien étendre son emprise  sur de nombreux systèmes stellaires. Marc (30 PV) a fait ses petites affaires de son côté de la galaxie avant d’aller mettre une raclée à la base alien centrale. Quant à Olive (20 PV) il a vivoté dans un système a faible population due à une exploration nettement moins profitable et peut-être un manque de velléité combative…. ». Allez, on va encore nous parler de réarmement démographique.

Séance de MARDI 16/01/2024 à Servel

Petite jauge et motivation moyenne pour cette soirée arrosée (à tous les sens du terme).

Table unique, dite « Wet January » : Monotable de cinq joueurs (Xel, Marco, Marie-Anne, Neox et VHN). Cela commence par un double Coloretto avec des scores échelonnés entre 28 et 15 PV. Cela continue avec un 6 qui prend. Au bout de deux manches Neox a cumulé 41+41 points, la partie prend fin au profit de celui qui en a 6+1. La salle se vide, Dom fait découvrir 7 Wonders Duel à Marco qui le bat pour le remercier.

Séance de MARDI 09/01/2024 à Servel

Il y a pile 600 ans naissait Ikiko, fille de l’Empereur du Japon. Elle allait régner 14 ans sous le nom d’Impératrice Meishō, à compter de ses … cinq ans. Comme quoi ailleurs on peut être porté au pouvoir bien avant la trentaine. Bon le 9 janvier est aussi la date de naissance de la future reine consort du Royaume-Uni. Et, il y a pile 80 ans, de Jimmy Page.

Table unique, dite « Stairway to heaven » : Soirée monotable pour un effectif réduit à 5 joueurs (Xel & François, Marco, Mickaël et VHN). Cela commence par un double Tokaido. A cinq joueurs on se gêne bien sur la route d’Edo et on a pu partager des considérations sur l’intérêt des différents personnages (celui qui fait une rencontre à chaque repas a été plutôt apprécié). Marco, un peu fébrile, peine à se plonger dans la zénitude d’esprit à laquelle ce jeu devrait conduire. Pour le voyage aller on a un tir groupé en tête (Mickaël monte au ciel avec 72 PV, devant François 71 et Marco 69). Au voyage retour François reste sur le podium (82 PV devant Xel et Dom à 76) mais Mickaël ferme la marche avec 52. On continue par un trio de Trio où la mémoire est mise à rude épreuve mais ce n’est pas forcément le plus jeune qui l’a emporté, les tempes grises ont de beaux restes !

Séance de MARDI 12/12/2023 à Servel

Quatre inscrits plus huit présents, cela fait 12 pour le 12/12.

Table 1, dite « Mars attacks » : Marco attire Louise, Martin et Leo, un de leurs compagnons dans une partie de Terraforming Mars. Partie conclue relativement vite, surtout qu’il a fallu expliquer les règles, par une (inévitable ?) victoire de Marco.

Table 2, dite « Draft à table » : Partie de Amalfi pour Mickaël, Xel, Dom et François, seul celui-ci ne connaît pas. Cette fois on fait un draft sur les 6 personnages de départ : comme récemment à Agricola cela permet de construire une stratégie dès le début et de s’adapter aux éléments variables du jeu. Mickaël est bon partout : présent sur les 3 bonus, efficace sur le scoring de fin des 4 manches et marquant encore 48 PV avec ses personnages à points. Avec 189 PV il remporte une victoire méritée.  Xel remonte fort en seconde moitié de partie et finit à 167. François et Dom sont moins efficaces et finissent à respectivement 147 et 146.

Séance de VENDREDI 01/12/2023 à Servel

L’avion est le moyen de transport le plus sûr derrière le train. Mais quand un accident se produit c’est souvent avec un nombre élevé de victimes. Ainsi le 1er décembre 1974, un mauvais jour pour le transport aérien avec le crash de deux Boeing 727, l’un au nord de New York, l’autre au nord de Washington. Et encore le 1er décembre 1981 où suite à une incompréhension entre équipage et tour, un MD-80 en approche sur Ajaccio percute une montagne.

Table 1, dite « Bienvenue à bord » : Frank accueille Elie et Florian-venu-voir pour une table de Cascadia suivie d’un Trio.

Table 2, dite « Attachez vos ceintures » : Olive propose à Marie-Anne et Dom un Five Tribes, un jeu malin aux parties variées mais qui peut donner lieu a de longues phases de réflexion pour identifier un bon coup à réaliser (choisissez bien avec qui vous jouez). Marie-Anne donne l’exemple en obtenant 32 sous/PV grâce à un djinn bien choisi qui double son revenu. Olive rappelle comment utiliser habilement les meeples rouges (Assassins) pour prendre le contrôle de deux tuiles d’un coup. Dom fait un peu de tout (ressources, tuiles) mais a tendance à un peu trop dépenser son argent (enchères et achat de cartes Ressource), rappelons qu’à ce jeu chaque sou vaut 1 PV autrement dit on enchérit avec ses précieux PV ! Dom met fin à la partie en plaçant son dernier chameau sur une tuile, Marie-Anne a encore le temps d’acquérir deux ressources qui lui complètent un lot de 9 ressources différentes -qui vaut 60 PV-. Elle l’emporte avec 166 PV devant Dom 155 et Olive 147.

Les mêmes rejoints par Elie et se lancent dans Isle of Skye. Marie-Anne puis Elie font monter les enchères et tous développent leur territoire en recherchant montagnes et « brochs » compte-tenu des tuiles de scoring tirées pour la partie. Au décompte final ce sont les parchemins de Dom qui lui donnent les PV permettant de prendre le meilleur sur Marie-Anne, devant Elie et Olive.

Table 3, dite « Le commandant et son équipage » : la team de Gloomhaven les mâchoires du lion (F-R, Armand, OlivierB et Jérôme) poursuit sa campagne de longue haleine. Le scénario du soir consiste à assister aux combats que mène seul Armand, le Lanceur de sabres, en le soutenant plus ou moins. Il s’en tire et crédite l’équipe d’une victoire collective de plus. Ils continuent par un Dungeon Raiders : Olivier succombe pendant l’exploration des différents étages tandis que Jérôme, le plus faible des survivants, expire en ressortant. Par élimination c’est donc F-R qui l’emporte.

Table 4, dite « Programme de fidélité » : Une autre team qui continue ses rencontres périodiques c’est celle de Batman Shadow of the Bat (Xel, Samuel, OlivierL, Fabrice et Stéven). Fabrice dans le rôle de « double face » galère bien mais au final le succès est au rendez-vous. Ceux des deux teams qui ne sont pas rentrés font ensuite un Mot Malin de bonne facture où ils trouvent 24 mots sur 25.

Table 5, dite « Transports en commun » : Thomas attire Fred, JérômeC et BenjaminG dans un Brass Birmingham (« c’est un piège ! » les avait-on pourtant prévenus). Le Maître consacre son premier âge à construire des bâtiments de niveau 2 qui seront donc décomptés deux fois. Puis il investit massivement dans les chemins de fer et bondit au scoring final à 187 PV, devant Jérôme qui avec 167 a fait bonne figure pour sa première partie et était transporté de joie.

Table 6, dite « Concurrence sanglante » : on ne se lasse pas de La Famiglia, ce soir Mickaël attire dans ses rêts Fraçois, qui connait déjà, mais aussi Doc Nico et Gilles qui découvrent. L’explication de règles prenant le temps qu’il faut, on se retrouve à 21h50 à se contester les territoires entre l’équipe « Ferrari » (jaunes et rouges) de Gilles et François, et les « Mare Monti » (verts et bleus) de Mickaël et Doc Nico. La mise en place et les premiers choix dessinent un paysage contrasté, les rouges occupant le flanc Ouest, quand les Verts font de la côte Est un fief. Les bleus et les jaunes se répartissent, en position de contester des majorités sur les zones faibles, et de se faire avaler ailleurs. Bientôt, Ferrari prend la pôle position, avec trois territoires rouges et un jaune, lors que les randonneurs adoptent un train de sénateur. Mais, le mollet aguerri, ils montent en puissance, faisant leur miel de cueillettes providentielles au gré du chemin, on parle des tuiles d’influence, puissantes dans leur nature comme dans leur rang. Les Ferrari sont forts pour envahir les territoires voisins et faire prospérer l’économie, mais, paradoxalement, leur voiture est très poussive, et ils ont peu d’occasions de provoquer des attentats. En face, on ne s’embarrasse pas de ces précautions, et les bombes et autres razzias ensanglantent l’île. Au moment décisif, en fin de dernière manche, une sourde lutte d’influence au sud tourne à l’avantage des bleus. A la manche d’avant, Mickaël a fait main passe sur une pole position mal défendue, et est devenu premier joueur, ce qui règle les égalités sur l’influence : un choix stratégique majeur qui fait basculer la partie, car il fait exploser un contrat rouge et la région bascule. C’était la seule chance de nos motoristes, car, si les rouges ont défendu leurs bastions, les jaunes se sont perdus à de vaines luttes, oubliant l’objectif de conquête sur des territoires plus abordables. Comme disent les vendeurs de la célèbre marque, vous pouvez choisir votre couleur du moment que c’est le rouge… Le score de 6 à 3 reflète la brutalité du retournement de situation, et traduit la maestria de la stratégie au long cours des Mare Monti.

Table 7, dite « Allo la tour !? » : les restants tiennent compagnie à la table 6 après minuit en disputant quelques manches de Codenames. A la première les Rouges (Thomas, F-R, Xel), telle la tortue de la fable, égrènent des indices en 2 puis en 1. Pourquoi se forcer quand les Bleus (Jérôme, Dom, Steven, JérômeC) révèlent des Blancs et un Rouge (Rome avec l’indice Chemin qui visait Croix et Sommet) et auraient de toutes façons fini sur l’assassin Pavé si les Rouges n’avaient pas gagné avant. A la deuxième Steven et François-René jouent à saute-mouton, enchaînant les indices en 2, et les rouges gagnent à l’usure (Dinosaure 1: Écaille). A la troisième, François reste perplexe devant une grille improbable, et ses équipiers glissent sur les indices, Londres (pour Jeu), pourtant soufflé en face par Thomas, Veille pour Attente, Prise pour Alcool, mais trouvent miraculeusement Racine qui n’avait fait l’objet d’aucun indice (ils pensaient à Root pour Jeu, et à prendre racine pour l’attente !). François joue alors son va-tout en lançant l’indice Pente 4. Il était évident qu’il n’y avait pas 4 indices associés à pente mais un seul, à savoir Côte. Faute d’avoir raisonné ainsi, les bleus tombent aussitôt sur Chute et les rouges n’ont aucun mal à plier le match en un 3-0 net et sans bavures.

Séance de MARDI 28/11/2023 à Servel

Nancy Astor, née aux Etats-Unis puis remariée en Grande-Bretagne fut la première femme à siéger à la Chambre des Communes, suite à une élection remportée le 28 novembre 1919 (on retiendra qu’en 1918 une nationaliste irlandaise y fut élue mais refusa d’y siéger). Avec son mari Waldorf , ils jouaient déjà un rôle de premier plan dans la haute société anglaise depuis leur manoir de Cliveden. En fait Lady Astor fit campagne pour une circonscription de Cornouailles qui était celle de son mari, le décès du père de celui-ci ayant libéré un siège héréditaire à la chambre des Lords. Son sens de la répartie et ses opinions arrêtées lui donnèrent de la visibilité mais lui jouèrent aussi quelques tours au point qu’elle fut poussée vers la sortie de sa carrière politique en 1945.

Table 1, dite « Aristocratie terrienne » : Marc déballe son exemplaire d’Obsession en français, Dom qui connaît le jeu le guide avec Mickaël dans la découverte de « Downton Abbey, le jeu » (Nastassia venant suivre la fin de partie). Chacun dirige une famille de la noblesse anglaise qui souhaite élever son rang social et, qui sait, offrir un beau mariage à ses deux rejetons. Pour cela deux leviers principaux : aménager l’intérieur et l’extérieur de son manoir en y ajoutant des tuiles et y convier pour différentes activités de riches oisifs son cercle social qu’on cherche à développer en quantité et en qualité. Ajoutez le fait qu’il faut disposer des bons domestiques pour cela, un peu de planification est nécessaire. On récupère des tuiles en les achetant sur une « rivière » tandis qu’on pioche au hasard ses nouveaux invités (qu’on peut d’ailleurs dégager, certain(e)s coûtent en PV et en réputation !). Plusieurs éléments assurent un renouvellement des parties, des objectifs personnels et une légère asymétrie de départ c’est classique, mais surtout le fait que pour chaque quart de la partie, il y a une prime au manoir qui aura le plus de points dans une certaine catégorie de tuiles. Le prix est la visite pour le trimestre du fils ou de la fille Fairchild, la crème de la crème locale, une carte puissante qui donne un boost temporaire.

Pour cette première partie dans l’association (version courte avec élimination de la tuile la moins chère à la fin de chaque manche, draft des invités initiaux) le marché de tuiles a été sévère : il a été très vite saturé de tuiles de niveau 4 ou 5, inutilisables à ce stade de la partie, et le Fumoir (niv. 2) de Mickaël a été un achat judicieux qui lui a permis de lancer sa machine. Marc puis Mickaël s’attirent les faveurs des Fairchild tandis que Dom peine à atteindre une réputation de 2 quand les autres en sont à 4, cela le contraint fort dans les tuiles et les cartes qu’il peut utiliser. Marc accumule les invités de prestige et réussit à acquérir une paire de tuiles qui lui vaudra 13 PV en fin de partie (objectif personnel). Dom tente le tout pour le tout en misant sur une héritière américaine assez vulgaire mais pleine aux as (elle rapporte 800£ mais fait perdre 0,6 de réputation – oui la réputation est fractionnelle) qui le mène à casser sa tirelire pour acheter un puis deux Monuments, des tuiles haut-de-gamme bien dotées en PV. Ceci lui permet de remporter la dernière cour et de gagner de justesse face aux deux débutants avec 119 PV devant Marc 109 et Mickaël 89. Le jeu combine un thème original et bien rendu, un beau matériel, des parties intéressantes et des façons de varier le jeu, sans même parler de l’extension déjà bien au chaud dans la besace de Marc.

Table 2, dite « Inside House of Parliament » : encore un nouveau jeu pour Nastassia et Jack avec Dungeon Papers, un roll and write d’exploration de château avec pas mal de combos possibles. Cela s’est soldé par deux parties et deux victoires de Jack.

Table 3, dite « Les hommes sont de Mars » : Marco prend BenjaminF dans ses filets pour une partie d’un de ses jeux préférés, Terraforming Mars. Que croyez vous qu’il se passa ? c’est Marco qui l’emporta.

Table 4, dite « Rule Britannia » : un Wallace pour fêter le passage de DocNico accompagné de son collègue Patrice, Thomas leur déballe Londres. Après l’Angleterre victorienne côté mondanités à la table 1, on se confronte ici à l’Angleterre victorienne côté grands travaux, affairisme et inégalités sociales. Quelle fut la stratégie de l’inévitable Thomas ? nous l’ignorons mais il l’emporta avec 52 PV, nettement détaché, avec un joueur anonyme qui a fini en territoire négatif, sûrement débordé par les indigents. Pour finir ils jouent à Scout, le jeu de cartes de l’année 2023.