Séance de VENDREDI 01/07/2022 à SERVEL

Le 1er juillet 1997, Hong Kong était rétrocédée à la Chine, tout en gardant un statut de Région Administrative Spéciale (RAS). Si le fameux « un pays, deux systèmes » a longtemps octroyé à l’île un régime d’exception en matière de liberté d’opinion et de marché, en ce 25-ième anniversaire, on peine à distinguer le deuxième système tant le premier a pris le pas, avec la fermeture des fameux journaux hong-kongais qui ont longtemps fait sa singularité (comme le fameux Apple daily), le verrouillage des institutions, et les si décriées lois d’extradition vers le continent.

Pendant ce temps, à Lannion, un quarteron de joueurs en goguette se réfugiaient dans l’univers rassurant des mondes imaginaires.

Lisa Benson's Editorial Cartoons - Hong Kong Protest Comics And Cartoons | The Cartoonist Group

Table 1, dite « Envoyé spécial » : nous accueillons à cette soirée un nouveau gentil membre, doté d’un prénom d’évangéliste, mais appelez-le Arakis, comme la planète-désert de Dune, entièrement couverte de sable et de roches, parcourue par les immenses vers des sables.. Ce jeune nouvel adepte, amené à nos tables par Fabrice, survole sa première partie à It’s a wonderful world. Il y devance Fabrice donc, mais aussi Olivier B et Xof. Avec plus de 200 jeux au compteur, notre nouveau venu n’a rien d’un vermisseau de l’année, et les parties avec lui risquent d’avoir un goût épicé  : quelque chose nous dit que cet envoyé spécial apposera une main de fer sur nos parties, même si elle se loge dans un gant de velours.

Table 2, dite « Si proche, si loin » : découvrant Ark Nova Nicolas II échoue à quelques encâblures de Samuel, et déclare avoir apprécié l’expérience de cette première partie à ce jeu, où il s’agit de construire un zoo moderne, géré de manière scientifique, en créant des enclos, hébergeant des animaux et soutenant des projets de protection des espèces dans le monde entier. Fred et Olive, eux, étaient loin sur la table de marque.

Table 3, dite « Libres et égaux » : final à suspense à cette table de Lords of Waterdeep, où Steven, à égalité avec Neox, gagne à la règle de départage. Baptiste-aux-mains-pleines fut l’hôte de ce duel épique.

Table 4, dite « Sous embargo » : une imposante table de Mythic battles emmène Axel, Mickaël, François-René et le jeune Paul jusqu’au bout de la nuit. Le couvre-feu ne nous autorise pas à en dévoiler l’issue.

Table 5, dite « Le péril jaune » : l’issue est restée incertaine jusqu’au décompte final de cette homérique partie de Brass : Birmingham, où, après un départ poussif, le grand timonier Thomas est en grand péril avec les jaunes. Mais il finit par s’imposer dans un mouchoir de poche, en témoigne une feuille de score d’une incroyable densité :  avec 165, il devance Xel, 163, François, 161, et Tristan, 151. L’enchaînement de développements pour construire des manufactures fut la clé d’une réussite construite sur le temps long.

Table 6, dite « Frères d’armes » : à Crypt, enfant d’un roi qui vient de mourir, vous devez récupérer plus de richesse que votre fratrie. Xof et Arakis l’emportent devant Fabrice.

Table 7, dite « Mort à l’arrivée » : soirée 100% Wallace pour les protagonistes de la table 5, qui se retrouvent à In Flanders field. Sur la ligne d’arrivée, Xel, à égalité avec François, doit gagner, mais ses dés ne lui autorisent aucune carte ! Mais elle sort de sa manche une carte de relance de dés, et le sort lui est favorable, contrairement à François, qui eut la rare infortune de faire un triple 1 qui l’obligea à perdre un tour ! Les deux autres furent déclarés morts au combat.

Séance de MARDI 28/06/2022 à Servel

Que dire d’Elon Musk, né un 28 juin ? qu’il a révolutionné l’industrie automobile (on vit une voiture électrique sur le parking) ? qu’il soutint bruyamment une cryptomonnaie à tête de chien ? qu’il prétend coloniser Mars à coup de fusées faites maison si cela finit vraiment trop mal ici-bas ? qu’il est le grand-prêtre d’un culte technophile et mégalomane ?

Table 1, dite « Avoir du chien » : Neox, F-R, François, Axel et VHN se font les crocs sur un jeu de course de chiens de traîneaux : Snow Tails. Le jeu est fait maison à partir de fournitures diverses incluant des feuilles A3 et le Race Deck, un des projets conceptuels et polymorphes de qui-on-sait (non, il ne s’agit pas d’Elon Musk). Grâce à un coup de fil de F-R on évite de partir sur des règles erronnées ; la mécanique est classique : avancer en jouant des cartes numérotées (comme e.g. à Flamme Rouge ou Ave Caesar) mais le twist est qu’on peut déraper latéralement en plus de se déplacer en avant. Ajoutez quelques règles qui pimentent la course comme les collisions entre compétiteurs ou les sorties de piste dans la neige molle et on a quelque chose qui rappelle autant le stock-car qu’une saine activité de plein air en compagnie du meilleur ami de l’homme. Axel, de retour des Alpes, démontre sa maîtrise du pilotage sur glace et, volant tel un hyperloop, franchit la ligne le premier pendant que François a bien du mal à rester maître de son équipage. F-R, malgré une lourde pénalité pour un excès de vitesse au départ fait bonne figure tandis que Dom prend la seconde place.

Changement de lieu et d’ambiance, les cinq mêmes s’attaquent à des forces indicibles dans le Signe des Anciens. Les jetons de cultistes s’accumulent et il apparaît vite qu’il sera impossible de réunir les 11 Signes requis avant le réveil de Nyarlatothep. F-R, jamais en manque d’un exploit, réussit l’improbable (1 chance sur 36) en obtenant deux faces « poulpe » dans un dernier lancer de dés. La fine équipe arrive à retarder le réveil de la créature en accumulant diverses ressources qui vont être bien utiles dans le combat final. Il se déroule plutôt bien, pas de pertes à déplorer avant d’être parvenu à régler son compte à la chose.

Table 2, dite « Les hommes sont de Mars » : Comme si l’actualité ne suffisait pas, Olive, Xel et Thomas disputent un Crisis. Thomas n’y met pas du sien pour maintenir hors de l’eau le pays fictif Axia mais les deux autres parviennent à compenser. Ayant échappé à l’effondrement collectif, c’est chacun pour soi et Xel tire le mieux son épingle du jeu. Comme quoi il vaut mieux parfois être de Venus.

Séance de VENDREDI 24/06/2022 à SERVEL

Le 26 juin 1947, Kenneth Arnold, pilote américain, raconte sur les ondes l’observation qu’il a faite quarante-huit heures plus tôt alors qu’il volait dans son avion privé dans l’État de Washington. Il rapporte avoir vu le 24 juin, sans pouvoir les identifier, neuf objets en forme de galets plats, très brillants et très rapides, volant en direction du mont Adams. Il estime leur longueur entre douze et quinze mètres et leur vitesse à au moins 1 800 km/h. Ils volaient, déclare Arnold, « comme des oies, formant une chaîne en diagonale comme s’ils étaient attachés l’un à l’autre, en un mouvement sautillant, analogue à celui d’une soucoupe ricochant sur l’eau ». Bien qu’Arnold ait parlé de soucoupe pour décrire les déplacements de ces objets non identifiés et non leur forme, la presse relatera qu’ils ressemblaient à des « soucoupes volantes » (flying saucers), terme qui restera définitivement associé aux ovnis. Une autre comparaison à une « assiette à tarte » (pie-plate) coupée en son milieu avec un triangle convexe à l’arrière lui vaudra également d’être la risée des médias et du public.

Cette première apparition d’ovni eut un retentissement considérable et vit se déplacer sur les lieux non seulement une foule de curieux mais aussi des journalistes, des agents du FBI et du renseignement militaire. Selon le sociologue Pierre Lagrange, c’est dans ces circonstances que les soucoupes volantes furent inventées. L’affaire Arnold enclencha une controverse scientifique considérable à telle enseigne que l’on va soupçonner l’existence de prototypes secrets, américains ou russes, ou que des extraterrestres visitent la Terre. Après la publication du témoignage d’Arnold, de nombreux autres témoins se font connaître et le débat dépasse rapidement les frontières des États-Unis. Un pilote rapporte avoir observé un engin étrange quelques jours avant Arnold. Il dit ne pas en avoir parlé car il pensait qu’il s’agissait d’un appareil de la Navy. Le 4 juillet, un équipage de United Airlines rapporte avoir observé neuf objets en forme de disque qui ont escorté leur avion au-dessus de l’Idaho dans la soirée du 4 juillet. Ce témoignage paraît pour les médias plus crédible que celui d’Arnold. Les jours suivants, la plupart des journaux racontent en première page des histoires de soucoupes volantes.

Des dizaines d’autres observations sont rapportées. Le 4 juillet, la base de Roswell, dans le Nouveau-Mexique, annonce la récupération d’un « disque volant » mais quelques heures plus tard, un nouveau communiqué de l’armée explique qu’il s’agit en fait des débris d’un ballon. Cette histoire, comme des dizaines d’autres au cours de cet été 1947, déclenche un intérêt bref avant d’être oubliée et chassée par les histoires suivantes. Aujourd’hui, l’affaire de Roswell est connue d’une grande partie du public, non pas en raison de la brève actualité qu’il a suscitée en 1947 mais à cause d’un livre publié en 1980 par l’écrivain Charles Berlitz et l’ufologue William Moore, The Roswell Incident. Un ami de Moore avait fait la connaissance d’un des militaires qui avaient récupéré les débris et qui refusait depuis trente ans l’explication par un ballon-sonde donnée par l’armée en 1947. The Roswell Incident exhume cette histoire oubliée de tous et peu à peu, et surtout après que le Congrès des États-Unis a demandé des explications à l’US Air Force en 1994, Roswell devient l’histoire d’ovni la plus populaire. Des séries télévisées comme X-Files s’en emparent, un téléfilm sera même consacrée à cette seule affaire.

En 1978, le major Marcel, qui a pris part à la récupération des débris à Roswell en 1947, déclare à la télévision que ceux-ci étaient sûrement d’origine extraterrestre et que les débris que le général Ramey (responsable de la base) a montrés aux journalistes ne sont pas ceux que Marcel lui a apportés de Roswell, qui étaient selon lui en métal non identifié et comportaient pour certains des caractères d’une écriture inconnue. Il fait part de sa conviction selon laquelle les militaires avaient en réalité caché la découverte d’un véhicule spatial à l’ufologue. En février 1980, le National Enquirer conduit sa propre interview du major Marcel, ce qui déclenche la re-médiatisation de l’incident de Roswell. D’autres témoins et rapports sortent de l’ombre au fil du temps, ajoutant de nouveaux détails à l’histoire. Par exemple, une grande opération militaire se serait déroulée à l’époque, visant à retrouver des morceaux d’épave, ou des extraterrestres, sur pas moins de 11 sites, ou encore des témoignages d’intimidation sur des témoins.

The Roswell Incident and the Kardashians Have Something in Common

 

En 1989, un entrepreneur de pompes funèbres à la retraite affirme que des autopsies d’extraterrestres ont été effectuées dans la base de Roswell. En 1991, le chef d’état-major du général Ramey en 1947 confirme que ce dernier avait substitué aux débris transmis par la base de Roswell ceux d’un ballon météo, montrés aux journalistes. En réponse à ces nouveaux éléments, le Congrès des États-Unis demande à l’US Air Force de conduire une enquête interne. Son résultat est résumé en deux rapports. Le premier, en 1995, conclut que les débris retrouvés en 1947 provenaient bien d’un programme gouvernemental secret, appelé projet Mogul. Le second, en 1997, conclut que les témoignages concernant la récupération de cadavres extraterrestres provenaient vraisemblablement de rapports détournés d’accidents militaires, ou de la récupération de mannequins anthropomorphiques lors de programmes militaires des années 1950. Il indique néanmoins que le débat sur ce qui est réellement tombé à Roswell continue, précisant que tous les documents administratifs de la base pour la période mars 1945-décembre 1949 ont été détruits ainsi que tous les messages radio envoyés par la base d’octobre 1946 à février 1949. Le bordereau de destruction ne mentionne pas quand, par qui, et sur l’ordre de qui. Ces rapports ont été rejetés par les partisans de la théorie extraterrestre, criant à la désinformation, bien qu’un nombre significatif d’ufologues s’accordent alors sur la faible probabilité qu’un véhicule spatial extraterrestre soit véritablement impliqué.

75 ans après, des créatures étranges peuplaient une soirée de Parties Civiles qui s’étirait le long de mornes plaines.

Table 1, dite « Mornes plaines » : Dom transforme ses compagnons du soir (Xel, François, Thomas) en garçons vachers et fille vachère à un Great western trail, jeu dont il vient de faire l’acquisition (neuf !), pour une course à travers les USA à destination de Kansas City où il s’agit de vendre ses vaches après moult péripéties. Un jeu à la profondeur étonnante, avec de multiples possibilités, et qui s’étira jusque tard dans la nuit. La feuille de score ci-contre publiée montre l’emprise que Dom y exerça, et surtout son flair, en accumulant le bétail et en choisissant les meilleurs spots de vente.

Table 2, dite « Étranges créatures » : de notre côté, relate Neox, on a joué à The Thing (« La chose » a réussi a infecter 4 joueurs sur 6, et n’a laissé que peu de chance aux derniers humains Axel et Xof), Puis Sushi Go Party (j’ai gagné d’1 pt !) et Dungeon Raiders pour finir (Xof a gagné).

Table 3, dite « Trois mousquetaires » : à Everrain, phénomène rare, les trois Olivier sont présents à la même table. A ce jeu coopératif, à la tête d’un navire et de son équipage pour explorer le monde ils ont mission de les préserver du retour des anciens Dieux, êtres surpuissants décidés à le faire sombrer à tout jamais. ils l’emportent, de justesse.

Séance de VENDREDI 10/06/2022 à SERVEL

Le massacre d’Oradour-sur-Glane,le 10 juin 1944, est resté le plus grand crime perpétré  contre des civils commis en France par les armées allemandes, semblable à ceux de Marzabotto en Italie, ou de Distomo en Grèce (perpétré le même jour), qui transposèrent sur le front de l’Ouest des pratiques très courantes sur le front de l’Est. Moins connu chez nous, au Mexique, un autre 10 juin vit, en 1971, le massacre de Corpus Christi  lors d’une manifestation étudiante en soutien aux étudiants, violemment réprimée par les « Faucons », un groupe paramilitaire au service de l’Etat et formé par la CIA. Plus de 120 jeunes étudiants entre 14 et 22 ans y furent assassinés.

Dès le début de son gouvernement en 1970, le président Luis Echeverría Álvarez annonça des réformes d’ouverture démocratique, et permit le retour immédiat de certains leaders du mouvement étudiant de 1968 exilés au Chili. Dans une atmosphère d’optimisme et d’enthousiasme, les étudiants crurent à la possibilité du dialogue et au poids de la rue. En réaction à un projet affaiblissant l’autonomie universitaire, les étudiants de Monterrey commencent une grève et lancent aux autres universités mexicaines un appel à la solidarité. Une nouvelle loi organique entre en vigueur le 30 mai, mais ceux de Mexico maintiennent la manifestation, pour demander l’ouverture démocratique promise.

Le 10 juin, les manifestants sont encadrés par des policiers et des militaires, qui finissent par leur bloquer la voie. Un groupe entraîné par la Direction Fédérale de la Sécurité mexicaine et la CIA, les « Faucons », attaque brusquement les étudiants dans les rues attenantes à l’avenue principale. L’attaque se fait à dessein avec des bâtons de bambou et des matraques, de sorte que, repoussée rapidement par les étudiants, elle donne lieu à une contre-attaque, elle, avec des armes à feu. Une partie des étudiants tente alors en vain de se cacher pendant que la police reste une passive spectatrice du massacre. La fusillade dure de nombreuses minutes, lors desquelles même les blessés sont exécutés.

Le soir même, le Président annonce une enquête, tandis que le régent et le procureur général de la ville nient la présence des « Faucons » et que les responsables policiers accusent des factions dissidentes au sein des mouvements étudiants. Luis Echeverría Álvarez nia son implication, mais jamais lumière ne fut jetée sur une situation officiellement niée. Jamais ces faits sanglants ne se virent attribués de responsable, et très peu furent traduits en justice.

Mexico's 1971 Corpus Christi Massacre, Fifty Years Later | National Security Archive

51 ans après à Lannion, des analyses en impasse et de sombres catacombes s’invitaient à la soirée de Parties Civiles.

Table 1, dite « Enquête vaine » : Frank propose une nouvelle enquête du Bureau of Investigation, qui utilise le système de Sherlock Holmes Detective Conseil dans un univers inspiré de l’œuvre de Lovecraft. Pour le coup, on est complètement plongés dans son univers, avec une maison aux multiples pièces à visiter, et qui recèle de lourds secrets. Un sentiment de tourner en rond s’empara des enquêteurs, qui conclurent à un bug et, excédés, finirent par lire la solution, qui leur apparut comme impossible à découvrir par des voies naturelles.

Table 2, dite « Catacombes en devenir » : Christophe, Adriane et Dom jouent à la Gloire de Rome. Xof tarde à prendre le tempo du jeu mais finit par avoir des bâtiments puissants, comme celui qui double es actions de chaque client ou celui qui récupère dans les stocks chaque carte jouée. Avec des stocks peu garnis en fin de partie, il prend la troisième place avec 25 PV. Dom construit beaucoup de bâtiments de faible valeur. Il ne parviendra jamais à construire le denier étage en marbre de son bâtiment à 6 PV et finit avec 34 points. Adriane déverse quantité de marbre dans ses stocks et précipite la fin de partie en construisant les catacombes. Elle l’emporte avec 35 PV.

Séance de MARDI 07/06/2022 à Servel

Une averse d’été, deux tables, trois bonnes raisons de venir jouer.

Table 1, dite « Ce n’est pas personnel, c’est uniquement les affaires » : Neox, Xel, F-R et VHN disputent une partie de Le parrain: l’empire de Corleone. Un jeu bien thématique où le clan de chaque joueur va connaître les vicissitudes de la vie de mafieux de terrain, au point que certains membres finissent les manches dans les eaux douteuses de la Hudson River. François-René accumule les sales boulots sous le nez des autres, sa maîtrise du tempo du jeu et un dernier nettoyage du terrrain avant le décompte final en font sans conteste le capo dei capi avec 86 PV devant Dom 65, Xel 63 et Neox 47.

Table 2, dite « El condor pasa » : Nicolas2, Olive et Thomas jouent paisiblement à Altiplano. Un jeu où on pioche à chaque tour des tuiles permettant les actions dans un sac personnel (bag building dans le jargon, à ce propos on n’a encore jamais vu à Parties Civiles le classique Les Charlatans de Belcastel ?). Les voies de développement sont variées et il n’est pas sans rappeler Orléans du même auteur. Ils ont passé un bon moment mais dont le dénouement n’a pas été partagé avec l’organe d’information officiel.

Séance de VENDREDI 03/06/2022 nulle part

Pour des raisons indépedantes de notre volonté, la salle de Servel n’était pas accessible à l’association ce vendredi soir, séance annulée.

Table 1, dite « Adipeuse » : Une table de jeu a été vue au Truc Café, un bar local avec un chauve, un barbu et des jeux. Tristan y démontra à François, OlivierB et Dom comment on peut gagner à Evolution avec un unique animal, en exploitant sans vergogne la carte Tissu Graisseux. « Le gras c’est la vie » aurait-il pu affirmer la bouche pleine de tapas. Heureusement que les cartes étaient sleevées, on a évité de les tacher.

Séance de MARDI 31/05/2022 à Servel

Petite jauge pour ce mardi, 6 joueurs dont 3 cyclistes, serait-ce là l’effet du Challenge Tout à Vélo ?

Table 1, dite « Sprinter » : nouvelle partie de la Cathédrale Rouge pour Olive, Neox et VHN maintenant que les subtilités du scoring sont bien connues. Ayant pris le tempo de la roue du marché aux ressources, Dom fait la course en tête et est le premier à construire ses 6 portions de basilique. Les autres se rattrapent en déployant plus d’ornementations ce qui les place en meilleure position sur les majorités par colonne qui attribuent une bonne partie des points en fin de partie. Au final, Speedy Gonzales l’emporte par 45 PV contre 38 pour la paire Olive/Neox.

Table 2, dite « Itinéraire bis » : la seconde table regroupe Nicolas2, Xel et Gilles qui sortent The River. Ayant écouté avec attention les explications de règles, la paire Xel/Gilles amasse les contrats. A contrat-rio, Nicolas les néglige mais développe un territoire plantureux. C’est sa stratégie qui s’avère payante, il finit avec 58 PV contre 52 et 50.

Après le départ de Xel, les garçons découvrent Mot Malin, un jeu coopératif de la grande famille de ceux qui re-cyclent ce qui a fait le succès de Codenames. Il s’agit de compléter les intersections d’une grille constituée par toutes les combinaisons de deux listes de mots (placées en lignes et en colonnes). Ainsi l’indice « Ganesh » invite à choisir l’intersection entre « Dieu » et « Inde ». Ils avaient l’air de bien s’entendre sachant qu’il faut savoir s’adapter à l’univers mental des adversaires.

Séance de VENDREDI 27/05/2022 à Servel

Le 27 mai 1942, Reinhard Heydrich était mortellement blessé dans un attentat commis à Prague par des résistants tchèques parachutés de Londres. Homme de confiance de Hitler, il était « Protecteur du Reich » en Bohême-Moravie, chef des services de sécurité nazis (RSHA) et grand ordonnateur de la « Solution finale ». À ce titre, il fut le plus puissant d’Europe après le Führer. Tout en œuvrant à l’extermination des Juifs, Heydrich fut sollicité par Hitler pour soumettre la Bohême-Moravie. Il instaure l’état d’exception sur le pays et fait couler le sang : massacres, déportations et germanisation forcée, manières qui lui valent le surnom de « boucher de Prague ».

La résistance décide de passer à l’action et de liquider Heydrich. Un commando est formé en Écosse et parachuté en décembre 1941 au-dessus du territoire tchèque. C’est l’opération Anthropoïd. Au passage de la voiture, un parachutiste prend une bombe et la lance sur la voiture. Le dos labouré par des éclats, Heydrich est transporté à l’hôpital. Il y succombera le 4 juin d’une septicémie provoquée par les crins de la sellerie de la voiture qui avaient pénétré dans ses blessures.

Furieux, Hitler ordonne de mettre Prague en coupe réglée. Le 10 juin, un détachement de SS investit le paisible village de Lidice. On suspecte des membres du commando de s’y être réfugiés. Le village est incendié et rasé. Les fusillades se poursuivent dans tout le pays. L’un des membres du commando prend peur et livre à la Gestapo les noms de différentes familles qui hébergent des membres du commando. En quelques heures, elles sont arrêtées et torturées. Les nazis remontent très vite les filières jusqu’à la crypte d’une église de Saint-Cyrille-et-Méthode, refuge du commando. Les parachutistes résistent avec héroïsme, réservant leur dernière balle pour se donner la mort.provoquée par les crins de la sellerie de la voiture qui avaient pénétré dans ses blessures

L’élimination de Heydrich et l’opération « Anthropoïd » a fait l’objet de nombreux livres. Elle a inspiré à Laurent Binet le roman HHhH, qui tient son titre d’un surnom donné à Heydrich par les SS : « Himmlers Hirn heisst Heydrich » (Le cerveau de Himmler s’appelle Heydrich), prix Goncourt du premier roman 2010. On recense également des adaptations au cinéma.

You'll Be Hearing from Us!: Operation Anthropoid - The Assassination of Ss-Obergruppenf�hrer Reinhard Heydrich and Its Consequences by Niall Cherry

80 ans après, à Lannion, des anthropoïdes investissaient la séance de Parties Civiles, mais il semble qu’on y décela aucun gibbon, chimpanzé ou gorille, juste des homo sapiens.

Table 1, dite « D’amour et d’or » : à la table de Keyflower se retrouvent Dom, Thomas, Yannick et François. Les jeux semblent serrés jusqu’à l’hiver, même si tout pronostic prématuré est risqué à ce jeu en l’absence d’indication de score. Dans la dernière saison, donc, Thoams chipe à François une tuille qui valait 10 PV pour lui (et 20 pour son concurrent) à l’issue d’une joute titanesque (5 à 4). François, parti modestement, avait réussi un coup de maître en s’emparant du « Love boat » (nom de circonstance non officiel forgé à partir de sa couleur arc-en-ciel), une tuile stratégique qui permet de ne pas respecter les couleurs. Pourtant, avec 41, il se contenter du premier accessit. Sur le podium, il est devancé par Thomas, 44, et Yannick, 48, tandis que Dom (62) survole la feuille de score grâce à une habile combo où une tuile fait que toutes ses ressources se changent en or, et une autre double la valeur de cet or.

Table 2, dite « Jachère féconde » : au moins trois ans que je n’ai pas joué à Agricola, lance Jack, pour adoucir la flatteuse réputation de cador qui l’accompagne à ce jeu. Plus de six veux-tu dire, auraient pu rétorquer ses adversaires du soir, la dernière apparition du maître des semailles remontant au 15 avril 2016 (magie d’une association qui tient si bien ses grimoires !). Et de fait, il l’emportera, certes mais de peu, 41 contre 38 à Xel, qui n’est pas la dernière à compter les moutons sans s’endormir. Adélie, 28, découvrait, mais on met son billet qu’on l’y reprendra.

Table 3, dite « Vivre et laisser mourir » : un duel sans merci oppose Mickaël et Olivier L. à Outlive . Le premier l’emporte 50 à 40

Table 4, dite « Unis contre le mal » : à Aeon’s end François-René, Olivier B., Matthieu et Fabrice ont gagné contre la rage incarnée. L’un des combats les plus faciles dit-on, encore faut-il le faire.

Table 5, dite « Parachute doré » : un Codenames final oppose les Bleus (Xel, François, Matthieu, Thomas) et les Rouges (Adélie, Dom, François-René, Fabrice) :

  • Bleus 1-0 : dès le premier indice, les Rouges trouvent l’assassin en touchant Fou, payant le prix d’un risque insensé du maître espion avec son indice Enfermé !
  • Bleus 2-0 : les Bleus sont très mal partis, avec François en maître espion distrait, qui néglige les adverses, comme Oeuf pour l’indice Dinosaure (Dragon, Queue), et, surtout, Flûte, pour l’indice Musiciens (Batterie, Plateau). Les voilà menés 7 à 1. François joue le tout pour le tout et lance l’indice Melon 7 ! Il y a du rattrapage évidemment, et Melon ne visait que Chapeau, Bûche et Liquide. Le rattrapage a lieu mais échoue avant l’heure, laissant deux mots cachés (Liquide et Bûche), repassant la main aux Rouges, qui ont la victoire à portée. Mais c’est sans compter sur l’inexpérience de Fabrice, le maître espion adverse qui propose Aloé Vera pour Gel, son dernier mot. Indice illégal, car en deux mots, et la sanction tombe: tour perdu et un mot de pénalité ! Bûche est choisi, et l’indice Fluide permet de trouver Liquide après une remontada qui restera dans les annales de Parties Civiles
  • Bleus 2-1 : les Rouges se rattrapent malgré une grille compliquée, et avec l’aide de Bernard Diomède, qui, étonnamment, rappela au souvenir de quelques uns qu’il fut un ailier au sommet dans son club

Séance de MARDI 24/05/2022 à Servel

Peter Minuit, un protestant né en Allemagne mais établi aux Pays-Bas, était quarantenaire quand la compagnie des Indes Occidentales l’envoya en Amérique du Nord où il dirigea la colonie de Nouvelle Hollande. Il est fameux pour avoir « acheté » le 24 mai 1626 l’île de Manhattan aux peuples locaux en échange d’un lot d’articles et d’outils, en particulier métalliques. Il va de soi que les natifs, en partie nomades, avaient une notion de la propriété du sol très éloignée de celle des européens. Plus tard, Minuit fonda la colonie de Nouvelle Suède près de l’embouchure de la rivière Delaware. Cette tentative tourna court après un voyage de retour désastreux où le navire où était Minuit sombra, ensuite la Nouvelle Suède fut conquise en 1655 par la Nouvelle Hollande, la boucle était bouclée.

Table 1, dite « Pigeons, dindons et autres volatiles » : Xel, François et Nicolas 2 prennent place à une table de Wingspan. Un jeu aux multiples facettes et où chacun aura sa propre stratégie. Nicolas 2 met doucement en route un moteur de caches à oiseaux et de production de ressources. Xel n’en finit plus d’abriter les petites espèces, et François raffole des volatiles amateurs de souris. Nicolas 2 rafle les deux premiers objectifs tandis que François fomente sa stratégie dans l’ombre, et s’adjuge les deux derniers, les plus lucratifs (6 et 7 PV). Ayant beaucoup pondu et maîtrisé ses cartes bonus (12 PV), il l’emporte avec 82. Xel, 76, finit tout près, garnie d’oeufs et d’espèces abritées, et Nicolas culmine à 71, alors que son puissant moteur avait enfin trouvé son régime de croisière.

Table 2, dite « 12 coups de Minuit » : partie de découverte de La Cathédrale Rouge avec Olive, Neox et VHN. Un jeu où on construit les étages d’une cathédrale en lançant et choisissant des dés. Non cela ne se passe pas à Troyes mais à Saint-Petersbourg. Certains aspects du jeu sont classiques (acquérir des ressources -pierre, brique, bois ou or- pour remplir des « contrats » de construction des différents étages des ailes de la basilique) tandis que d’autres le sont moins (l’échelle des points de victoire avec des graduations mineures et majeures, le principe du marché circulaire où on fait avancer des dés permettant d’y effectuer les actions d’un nombre de segments égal à leur valeur affichée). Les tours sont rapides et quelques mécanismes ajoutent de la tension (la pénalité si un étage supérieur est terminé avant le vôtre, le scoring final avec sa règle de majorité). Pour ce coup d’essai, Dom sonne ses compères en déclenchant la fin de partie et s’impose avec 48 PV contre 35 et 31. On y rejouera maintenant que les règles sont maîtrisées.

Séance de VENDREDI 20/05/2022 à Servel

Le 20 mai 1570 est publié à Anvers le Theatrum Orbis Terrarum, un ensemble de 53 cartes considéré comme le premier atlas et emblématique d’une tradition d’excellence cartographique dans les Pays-Bas.  452 ans plus tard, zoomons sur une ville cotière d’une péninsule au nord ouest de l’Europe continentale.

Table 1, dite « Errance » : après quelques flottements de règles la fois précédente, on rejoue à Nemesis. « On » c’est Xel, Neox, OlivierL, François-René et Mickaël. A ce jeu pas tout à fait coopératif, les vétérans retrouvent leurs réflexes. Par exemple F-R qui occit Xel (qui devient une alien) et s’enfuit ensuite dans une capsule de survie. C’est le seul à avoir rempli son objectif, il gagne donc la partie. Xel nantie de son nouve-u look parcourt les couloirs du vaisseau spatial et dézingue Mickaël et Olivier. Quant à Nicolas, il s’endort dans un pod hibernatoire sans avoir atteint son but. Dans l’espace on ne vous entend pas ronfler.

Table 2, dite « Carte d’état-major » : autre adaptation ludique d’une œuvre majeure, Dune Imperium réunit Fred, Thomas, Samuel et Tristan. Fred pense avoir partie gagnée en atteignant 10 points, ce qui déclenche le dernier tour. C’était sous-estimer le général en chef Tristan qui avec ses dernières actions marque des points et en retire à Fred. Il finit à 14 PV (au delà de la piste de score !) et triomphe.

Table 3, dite « Un fleuve et une mer » : après quelques palabres, Olive, Frank, PaulJr, Vincent2 et VHN se lancent dans un . Plusieurs découvrent ce classique des jeux d’enchère de l’intemporel Rainer Knizia, sis en Egypte. Après une manche, les subtilités de timing et de valorisation des lots sont entrées dans les têtes. Frank cumule les tuiles Nil et parvient toujours à récupérer une Crue qui les transforme en points de victoire. Le fleuve sacré lui donnera plus de 20 PV sur son total de 37. Les autres sont très groupés, Vincent 35 (trop gourmand dans la seconde manche, le Râ de trop !) Paul 34 Dom 32 et Olive 29 (quasiment tous marqués dans la dernière manche qu’il conclut, dernier joueur en lice, avec un magnifique assortiment de tuiles).

En deuxième mi-temps, Olive, Vincent et VHN remettent le couvert avec Kogge. Vincent découvre ce jeu original et retors avec ses cartes multi-usages, ses actions imbriquées et ses coups habilement planifiés. Ayant bien écouté les conseils, il sillonne la Baltique et met rapidement la main sur un jeton bonus (celui du trader, échange de ressources au taux de 3:1). C’est aussi le seul qui, sans pitié, lance un raid sur les cales de la cogue d’Olive (OK, avec 12 cubes c’était tentant mais les deux autres se sont contentés de piller les entrepôts des villes). L’enchère qu’il remporte face à Dom (deux « 8 » contre deux « 4 ») scelle son avance puisqu’il coupe le varech sous les pieds du malheureux narrateur en construisant sous son nez un entrepôt à Stockholm. En fin de partie, Dom et Olive achètent leur second jeton Raid, il y a du règlement de comptes dans l’air. Mais c’est trop tard, Vincent s’est fait oublier en se plaçant dernier dans l’ordre du tour, on n’a pas vu (alors qu’Olive avait les moyens de le piller) qu’il peut rejoindre l’échevin à Åbo et y obtenir le 5e point de développement qui lui donne une victoire immédiate devant Dom 4 et Olive 2.