Séance de MARDI 20/12/2022 à Servel

Le 20 décembre de l’an 69, l’empereur Vitellius est égorgé sur le forum de Rome par des mécontents. Cet assassinat conclut une année troublée (dite des quatre empereurs) qui a vu trois généraux se succéder en quelques mois à la tête de l’empire romain : Galba, Othon et enfin Vitellius, après la mort tragique de Néron, dernier empereur de la famille de César et Auguste. Sitôt connue la mort de Vitellius, les légions proclament le général Titus Flavius Vespasien empereur, presque malgré lui.

Ce militaire de 60 ans se distingue par ses origines des premiers César, tous issus de l’aristocratie romaine. Né dans la famille d’un modeste publicain de l’Italie centrale, il a fait la preuve de ses capacités en réprimant une révolte en Palestine. Il laisse à son fils Titus le soin d’en finir avec les Juifs, et s’installe à Rome pour rétablir l’ordre et redresser les finances publiques. En dix ans de règne, cet homme providentiel consolidera de manière remarquable l’œuvre de César et Auguste.

Il favorise les provinciaux et nomme les plus riches au Sénat pour affaiblir la vieille aristocratie romaine, encline au complot. Il gère les finances en père de famille mais ne néglige pas les grands travaux. C’est ainsi qu’il lance la construction d’un nouvel amphithéâtre de 50 000 places, le Colisée, nom issu de la proximité d’une grande statue de Néron. Vespasien affermit aussi la conquête des îles britanniques et se protège des Germains en annexant les Champs Décumates, entre Rhin et Danube, de façon à raccourcir la frontière.

Après la mort de Vitellius sur le forum, l’empire va renouer avec la paix pour plus d’un siècle et demi. Mais il ne reste plus rien de l’héritage de César et Auguste, sinon un pouvoir autocratique que les généraux vont se passer de génération en génération par le biais d’une adoption ou d’un coup de force. L’empereur tentera d’instaurer une succession héréditaire à la tête de l’empire en y préparant son fils Titus. Mais sa dynastie des Flaviens s’éteindra après le règne de son second fils, Domitien.

Titus aurait manifesté devant Titus des réticences à collecter de l’argent sur l’urine tirée des latrines publiques et employée par les foulons pour le dégraissage des peaux. Prenant une poignée de pièces d’or dans un sac et les lui mettant sous le nez, Vespasien lui aurait alors répondu : « non olet » expression qui signifie : « Il n’a pas d’odeur ». C’est du moins ce que raconte l’historien Suétone. C’est pourquoi le nom de l’empereur a été utilisé pour baptiser nos… vespasiennes. L’idée est venue du comte de Rambuteau, préfet de Paris, qui fit installer pas moins de 450 urinoirs à Paris !

Quelques années plus tard, à Lannion, l’empereur Dominique étendait sa domination sur le petit peuple de Parties Civiles, jugez plutôt de ce qui suit.

Table 1, dite « Rendre à César » : Longtemps annoncé, voici Living forest, un jeu à conditions de victoires multiples qui nous entraîne dans le monde féérique des forêts magiques. On y récolte des plantes, des fleurs de lotus, on y éteint des feux, et on peut rencontrer des varans au passage, qui dévastent les decks des joueurs. Le feu est l’option choisie par au moins deux joueurs de manière évidente (Axel, qui en a bien besoin, venant nous faire un amical passage depuis les terres nordiques qui abritent son exil, et Dom, qui n’en n’a pas clair mais qui le révèle le côté « feu sous la glace » de son caractère. Neox semble hésiter, ratiociner, et avouera au final sa perplexité. François penche pour le feu aussi mais cultive également du lotus, dans une certaine discrétion (il parviendra quand même à 8). C’est Dom qui atteint le premier les 12 tuiles victorieuses, au bout d’une stratégie maîtrisée.

Table 2, dite « Semée d’embuches » : Thomas sort son dernier spécial, le Super Motherload – un parcours semé d’embuches et de trouvailles autour duquel s’attablent Xel et Marie-Anne. On se laisse à penser que la gent masculine l’a emporté.

Table 3, dite « Vidanges rapides » : Fort de son succès de mardi, le Scout de Thomas reprend du service. Sans François, beau vainqueur vendredi avec 28, mais mis cette fois sur le banc faute de place dans ce jeu à 5, ni Neox, qui joue au coach-spectateur, mais sans connaître les règles. A ce jeu où il s’agit de se vider aussi rapidement que possible de sa main, les prostates sensibles partent avec un antage. Le talent y fait aussi bien sûr, et c’est avec le score impérial de 46 que Dominique emballe l’affaire sans même prendre le temps de fréquenter les vespasiennes.

Séance de MARDI 25/10/2022 à Servel

Sophia at the AI for Good Global Summit 2018 (27254369347) (cropped).jpgModelée à partir de l’actrice Audrey Hepburn, le robot Sophia est connu pour son apparence humaine vraisemblable et son comportement réaliste. Selon son constructeur, David Hanson, il utilise l’intelligence artificielle, le traitement des données visuelles et la reconnaissance faciale. Sophia imite également les gestes humains et les expressions faciales et est capable de répondre à certaines questions, mais aussi de produire des conversations simples à partir de sujets prédéfinis, comme la météo. Le robot exploite la technologie de reconnaissance vocale d’Alphabet et est conçu pour apprendre et devenir plus intelligent avec le temps.

Le 25 octobre 2017, lors de la conférence Future Investment Summit à Riyad, Sophia se voyait obtenir la citoyenneté saoudienne, devenant ainsi le premier robot au monde à posséder une nationalité. Des journalistes se sont demandé si cela impliquait que Sophia pouvait désormais voter et se marier, ou encore si une extinction délibérée de son système interne pouvait être considérée comme un meurtre. La plupart des internautes ont pointé du doigt la citoyenneté de Sophia pour critiquer le statut de l’Arabie saoudite en matière de droits humains.

Comme l’expliqua le directeur de l’Institut des affaires du Golfe : « Beaucoup de saoudiennes ont rencontré la mort simplement parce qu’elles ont tenté de quitter leur maison et Sophia se balade partout sans tuteur masculin. La loi saoudienne ne permet pas aux non-musulmans d’obtenir la citoyenneté. Est-ce que Sophia s’est convertie à l’Islam ? Et pourquoi ne porte-t-elle pas le hijab ? Si elle demandait la citoyenneté en tant qu’être humain, elle ne la recevrait pas ».

5 ans après, à Lannion, une armée de Playmobil investissait l’espace de Servel pour s’adonner aux plaisirs ludiques.

Table 1, dite « Conversations automatiques » : à cette table de Super Motherload , certains ont laissé libre cours à une volubilité sans limites quand d’autres restaient focalisés sur leurs objectifs, tel Thomas, grand vainqueur. Xel ressort première dauphine, François devançant Dom, qui en oublia de compter tous ses bonus, glissant de ce fait d’un podium auquel il était promis.

Table 2, dite « Émancipation féminine » : à Almanac Adélie s’adjuge une belle victoire devant François-René, Yvan et Jules.

Table 3, dite « Retour vers le futur » : grand retour de Funkenschlag après une pénitence de 5 ans sur nos tables ! le Grand Maître Jibee est l’auteur de cette renaissance, et finit en grand vainqueur.

Table 4, dite : « Un monde sans fin » : à Deep sea adventure on ne voit pas toujours à temps la fin de la descente. François en fit les frais, noyé trois fois de suite, au contraire d’Adélie, qui mit à profit une stratégie prudente.

Table 5, dite « Instants fragmentés » : aperçue dans l’aquarium, une table de Twisted fables voyait Lucie déployer ses talents en bonne compagnie. Aucune IA ne put en dire plus.

Séance de MARDI 11/10/2022 à Servel

En cette soirée de semaine et d’automne, les premières nuit fraîches ont amené un certain relâchement dans la conduite des opérations ludiques, ou peut-être n’est-ce là qu’une coïncidence purement fortuite ? Interrogés sur le plan de sobriété de l’association pour les mois à venir, les membres du conseil d’administration présents n’ont pas souhaité s’exprimer. Ce n’est sûrement que partie (civilement) remise.

Table 1, dite « N’importe quoi I » : un jeu adapté au mardi c’est les Ruines perdues de Narak qu’entament Neox, Olive, Evan et VHN. Histoire de se renouveler on essaie le second plateau de jeu dit « serpent ». En fait les changement sont minimes, surtout la séquence de la piste de recherche. Evan découvre mais comme d’habitude il apprend vite et il utilisera ses assistants très efficacement. Neox part sur la piste de recherche et on ne le reverra plus : engloutissant les tuiles bonus à chaque étage tel un Pac-Man déchaîné, il est le seul à parvenir au sommet et à empocher 23 PV qui pèseront lourd au score. En fin de partie Olive et Dom font n’importe quoi : ne réalisant pas que c’est le dernier tour, ils déroulent leurs actions de jeu en pure perte et sans maximiser leur score final. Mais de toutes façons ce soir Nicolas était imbattable, il s’impose avec 72 PV devant Evan 50, Dom 48 et Olive 41. A noter, les scores sont quasi identiques pour les idoles, les gardiens et la main de cartes, c’est vraiment la piste de recherche qui a déterminé le classement.

Table 2, dite « N’importe quoi II » : le gentil organistaeur Thomas propose à Xel et Marc un Super Motherload. Mais il fait un peu n’importe quoi dans l’explication des règles, laissant une ambiguité sur un point et oubliant carrément de mentionner une interdiction sur un autre. Quand ses joueurs le découvrent à leur dépens, le ton monte à la table et seule la présence pacifiante des forces de l’ordre dans la salle a permis d’éviter une escalade qui aurait fait date dans cette paisible association. Faut-il mentionner que le propriétaire/explicateur du jeu remporte la partie ? Histoire de bien montrer qui c’est le patron, il s’impose de nouveau dans la partie de Red 7 qui suit et conclut la soirée.

Séance de MARDI 27/09/2022 à Servel

Le 24 septembre 1988, à Séoul, Ben Johnson remporte le 100 mètres olympique en battant le record du monde (9,79) dans un duel homérique avec Carl Lewis. Mais, au petit matin du 27 septembre, le Canadien est contrôlé positif au stanozolol, un stéroïde anabolisant. Il est exclu des Jeux et déchu de son titre, tous ses records effacés des tablettes. Le scandale du siècle en matière de dopage aux Jeux vient d’éclater. Son record invalidé sera battu en 2002 par Tim Montgomery en 9,78 au stade Charléty. Cependant, on apprit plus tard que celui-ci était également dopé, et ce record lui aussi invalidé. C’est finalement Asafa Powell qui battra le record du monde en 9,77 en 2005, avant l’ère d’Usain Bolt.

En 1993, BJ affirmera avoir été victime d’un coup monté. En 1994, il est brièvement chargé de l’entraînement de Diego Maradona. En 1999, il est engagé par le dirigeant libyen Mouammar Khadafi comme préparateur physique de son fils, qui a rejoint le club italien de Pérouse. Mais celui-ci ne disputera qu’un seul match, évoluant durant 15 minutes contre la Juventus, le reste du temps étant au mieux remplaçant, avant d’être à son tour contrôlé positif. Quant à Ben Johnson, il se fera dérober, dans une rue de Rome, la valise contenant sa paie de préparateur physique.

Doping and an Olympic Crisis of Idealism | The New Yorker

34 ans plus tard, des performances prodigieuses furent remarquées à Lannion lors d’une séance de Parties Civiles.

Table 1, dite « Perturbante »  : à la table de Endeavor, trois piliers de Parties Civiles affrontent le jeune Ewan, qui leur rend plusieurs décennies, autant de centimètres, plus encore de kilogrammes, et est le seul à ne pas connaître les règles. Mais, incroyable surprise, il s’impose avec 53 dans un duel très serré face à Neox (50), Olive (50), et Xel (49) ! Une preuve de plus que les perturbateurs endocriniens massivement présents dans les céréales du petit-déjeuner ont depuis longtemps pénétré les systèmes nerveux centraux de nos jeunes.

Table 2, dite « Survitaminée » : à la table de Super Motherload, un choc de titans oppose François et Nicolas II, tous deux invaincus, Thomas, possesseur du jeu mais à la recherche de sa première breloque, et Adélie, qui découvre et ne demande qu’à bien faire. Une partie où chacun a eu son tour de grâce, celui où les combinaisons s’enchaînent comme dans une réaction chimique. Mention spéciale à Nicolas II qui finit la partie sur un véritable feu d’artifice, 17 points au dernier tour, pour un total supersonique de 53, faisant un usage tout en maîtrise d’un deck de personnages ultra-puissant. Il écrase la concurrence façon Beamon à Mexico : Thomas (42), souvent dans les bons coups, Adélie (24), qui jouait après Thomas, et en fut donc privée plus souvent qu’à son tour, et François (30), qui joua de malchance en n’ayant jamais les bonnes couleurs, tout en officiant après Nicolas, et muni d’un deck faiblard, la triple peine.

Table 3, dite « Raide dingue » : à Red 7 la table 2 se retrouve pour finir la soirée. Avec 35, François explose la concurrence avec un dernier tour de dingo (une suite 4-5-6-7 à 22 points!), montrant que, à ce jeu et contrairement au précédent, l’important est moins les cartes que ce que l’on en fait. Nicolas II (16) obtient un accessit, dont Thomas et Adélie, scotchés à 0, furent privés.

Séance de VENDREDI 23/09/2022 à Servel

Le 23 septembre 1122, le Concordat de Worms mettait fin à la querelle des investitures, conflit qui, au milieu du xie siècle, éclata entre le pape et l’empereur à propos de la pratique de l’investiture accordée aux évêques par les pouvoirs laïcs (investiture ecclésiastique). Des clercs réformateurs, désireux de lutter contre la simonie dans le clergé et contre le concubinage des prêtres, dénoncèrent alors une telle pratique comme la racine du mal. En 1059, Nicolas II promulgua un décret interdisant cet usage. La mesure fut reprise par ses successeurs qui l’inclurent dans un programme plus vaste de réforme de l’Église et de la société. L’empereur Henri IV, qui tenait à contrôler la désignation des évêques de l’Empire parce qu’il leur déléguait des pouvoirs régaliens, s’opposa à ces décisions. Il en résulta un long conflit, qu’on a appelé la querelle des Investitures.

Henri IV ouvrit le feu en faisant déposer le pape par une assemblée d’évêques allemands et italiens. Grégoire VII riposta par l’excommunication et la déposition de l’empereur (1076), contre lequel, profitant de l’occasion, une partie des princes allemands se révolta. À Canossa (1077), le monarque sollicita son pardon en reconnaissant ses péchés, doté d’une faible escorte, attendant pendant trois jours, pieds nus, en costume de pénitent (l’expression « aller à Canossa » tirée de cet épisode de contrition sera popularisée par Bismarck, 8 siècles plus tard). Mais comme le pape le craignait, Henri IV en profite pour restaurer son autorité et reprendre la querelle. L’humiliation de Canossa débouche ainsi sur la victoire de l’empereur : il réunit un concile à sa dévotion afin que celui-ci nomme un nouveau pape plus conciliant.

En 1080, Grégoire VII l’excommunia et le déposa de nouveau. Henri réagit, fit élire un antipape, força Grégoire à quitter Rome et à se retirer à Salerne, où il mourut abandonné. Au début du xiie siècle, le conflit rebondit avec son fils, l’empereur Henri V, qui intimida un moment le pape Pascal II et le força à renoncer aux objectifs fixés par ses prédécesseurs. Finalement, la lassitude aidant et des solutions ayant été suggérées par des canonistes en parlant de la distinction, dans les fonctions de l’évêque, entre la charge temporelle de l’office spirituel, on parvint au Concordat de Worms. Il fut décidé qu’à l’avenir les évêques seraient élus par le clergé en présence d’un représentant du monarque, puis qu’ils prêteraient serment à celui-ci, après quoi ils seraient consacrés par l’archevêque métropolitain. Une procédure du même type entra en vigueur dans le reste de la chrétienté latine.

Henri Iv Dans Le Château De Canossa 1077 Vecteurs libres de droits et plus d'images vectorielles de Roi Henri IV de France - Roi Henri IV de France, Adulte, Château - iStock

Neuf siècles plus tard, une soirée de Parties Civiles se déroulait entre clercs et monarques.

Table 1, dite « Excommuniée »  : à bord de L’insondable, Killian, François-René, Neox, le jeune Evan, Xel et Vincent passent une première moitié de partie en frères. Mais dans la seconde, les deux derniers cités révèlent leur double jeu, et s’il s’en fallut de peu que cette duperie leur profitât, ils finirent excommuniés. N’est pas Henri IV qui veut.

Table 2, dite « Sanctuarisée » : la table de Sanctuary – the keepers era vit s’affronter le duo Xof / Tristan  et les deux Olivier. Sur un mécanisme rappelant Magic, les joueurs invoquent des créatures qui, outre force et points de vie, ont des pouvoirs spécifiques. Le jeu propose une série de decks pré-construits chacun avec ses spécificités et sa manière d’être joué. Xof et Tristan pilotèrent les Antar qui jouent principalement autour de l’exhaust, le fait de taper une carte et de l’empêcher d’agir (attaquer ou défendre) tant qu’elle est tapée et les Wul, qui forcent l’adversaire à défausser des cartes. Les Olivier jouèrent les Ganto, maîtres des sanctuaires, et les Kras, bénéficiant des capacités « last word » qui s’activent lorsque la créature meurt. Ils ont gagné mais, nous dit la partie adverse, en chouinant tout du long.

Table 3, dite « Inexpugnable » : à Super Motherload on explore une planète très lointaine en faisant fi de son empreinte carbone, en forant et faisant exploser des bombes pour découvrir les ressources cachées fossilisées par les ans, et qui permettent de recruter de nouveaux pilotes dans un mécanisme de fuite en avant. Cette quête est récompensée en outre par l’atteinte d’objectifs majeurs (fixes, et qui rappellent ceux de Splendor même si le jeu n’a rien à voir), et mineurs, qui changent régulièrement. A quatre il n’est pas facile d’anticiper sur les régions qui seront explorables, et une bonne tactique reste de garder un œil sur les objectifs mineurs. François s’en attribua pas moins de cinq pour 14 PV (39 PV en tout), surclassant la concurrence (Dom 29, Julien 29, Thomas 25).

Table 4, dite « Esclavagiste » : sur un thème voisin, on explore toujours plus loin à cette table de Terraforming Mars : Expédition Arès (la version cartes du TM original). Les esclaves énergétiques de Samuel (34) ont dépassé ceux d’Olive (25), NicoH (25) et Louan (21).

Table 5, dite « Concordante » : tout concorde à cette table où Mickaël, grand maître d’Iki fait parler son expérience (117), devançant Fred (110) et Ivan (102).

Table 6, dite « Indiscutée »  : avec 9, Olivier L. l’emporte à Peloponnes, devant Tristan (18) et Xof (24) – l’échelle des scores étant inversée.

Table 7, dite « Temporelle » : du Champ d’honneur Olive revint quand Samuel y tomba.

Table 8, dite « Grand clerc » : Découverte de Dale of merchants pour Thomas, qui, comme François, n’arrive pas à suivre le timing imposé par Dom qui s’adjuge une victoire de grand clerc avec deux cases d’avance sur son étal.

Table 9, dite « Versatile » : bon bilan carbone pour cette partie d’Innovation en forme d’équipée en char à voile à travers les âges. Vent dans le dos, François s’adjuge les premiers âges et punit son adversaire en lui détruisant son influence. Mais le vent tourne soudain, et la carte Perspective habilement maniée permet à Dom de remonter la pente, pendant que son concurrent reste bloqué sans pouvoir avancer. Oubliant au passage la domination « 6 cartes comptabilisées ou archivées en un tour » à laquelle il pouvait prétendre, Dom s’impose quand même, poussé par un joyeux zéphyr, laissant François ruminer dans le pot au noir.

Séance de MARDI 20/09/2022 à Servel

Initialement prévu pour 1939, le premier Festival du cinéma de Cannes s’ouvre le 20 septembre 1946. Depuis il décerne chaque année (sauf 1948, 1950, 1968 et 2020) plusieurs prix, le plus prestigieux étant la palme d’or. Flash forward vers 2022 / extérieur nuit / une silhouette lourdement chargée se glisse dans la maison de quartier de Servel.

Table 1, dite « Underground, E.Kusturica, 1995″ : Thomas déballe un intéressant deckbuilder, Super Motherload, sous les regards alléchés de Nicolas-2 et d’Evan, venu pour voir mais déjà bien rôdé aux jeux de plateau bien qu’encore jeune. Le jeu aux relents extractivistes vise à envoyer des pilotes de vaisseaux exploiter les ressources minières de Mars (représentées par un plateau de jeu central, et avec quelques inventions géologiques comme  la présence de plaques d’acier enfouies sous le régolithe). Deux méthodes d’accès : en finesse en forant et en force en faisant sauter des explosifs. Les minéraux récupérés sont la monnaie avec laquelle acheter des cartes. Sur ce point on est assez contraint : chacun a 4 piles de cartes devant lui et ne peut acheter que l’une des cartes au sommet de ses piles. Nicolas presse la fin de la partie et l’emporte avant que les deux autres ne reviennent sur lui aux points. Il gagne une place parmi le premier contingent de colons de la Musk Corp.

Table 2, dite « La chambre du fils, N.Moretti, 2001″ : Olive et Dom sont partants pour le match retour du mardi précédent. Finalement Neox et Jules se joignent à leur table de Grand Austria Hotel. Cette fois c’est sûr, Olive fera gaffe à viser les 3 objectifs qui rapportent 15/10/5 PV aux trois premiers à les atteindre. Et il le démontre en étant le premier à avoir 12 chambres dans son Gasthaus. Pendant ce temps, Neox se lamente car il a accueilli 3 convives qui attendent leur content de tartes à la crème (des cubes blancs, quoi) avant de monter dans leur chambre, ceci alors que les dés refusent obstinément de produire ces cubes, même en les relançant. Quant au Dom, il jongle avec les combos et finit 2e/1er/1er sur les 3 objectifs sous le regard déconfit des adversaires. C’était sans compter avec un dernier tour spectaculaire d’Olive et Neox qui font monter les derniers convives attardés à leur café-restaurant, atteignent in extremis les objectifs et bondissent sur la piste de l’empereur. Ce dernier les récompense de 8 PV tout en en retirant 8 à Dom (et 0 à Jules qui a un salarié qui le protège). Assez pour donner au terme d’une magnifique partie la victoire à Nicolas avec 130 devant Dom 128 et Olive 119.