Séance de MARDI 27/09/2022 à Servel

Le 24 septembre 1988, à Séoul, Ben Johnson remporte le 100 mètres olympique en battant le record du monde (9,79) dans un duel homérique avec Carl Lewis. Mais, au petit matin du 27 septembre, le Canadien est contrôlé positif au stanozolol, un stéroïde anabolisant. Il est exclu des Jeux et déchu de son titre, tous ses records effacés des tablettes. Le scandale du siècle en matière de dopage aux Jeux vient d’éclater. Son record invalidé sera battu en 2002 par Tim Montgomery en 9,78 au stade Charléty. Cependant, on apprit plus tard que celui-ci était également dopé, et ce record lui aussi invalidé. C’est finalement Asafa Powell qui battra le record du monde en 9,77 en 2005, avant l’ère d’Usain Bolt.

En 1993, BJ affirmera avoir été victime d’un coup monté. En 1994, il est brièvement chargé de l’entraînement de Diego Maradona. En 1999, il est engagé par le dirigeant libyen Mouammar Khadafi comme préparateur physique de son fils, qui a rejoint le club italien de Pérouse. Mais celui-ci ne disputera qu’un seul match, évoluant durant 15 minutes contre la Juventus, le reste du temps étant au mieux remplaçant, avant d’être à son tour contrôlé positif. Quant à Ben Johnson, il se fera dérober, dans une rue de Rome, la valise contenant sa paie de préparateur physique.

Doping and an Olympic Crisis of Idealism | The New Yorker

34 ans plus tard, des performances prodigieuses furent remarquées à Lannion lors d’une séance de Parties Civiles.

Table 1, dite « Perturbante »  : à la table de Endeavor, trois piliers de Parties Civiles affrontent le jeune Ewan, qui leur rend plusieurs décennies, autant de centimètres, plus encore de kilogrammes, et est le seul à ne pas connaître les règles. Mais, incroyable surprise, il s’impose avec 53 dans un duel très serré face à Neox (50), Olive (50), et Xel (49) ! Une preuve de plus que les perturbateurs endocriniens massivement présents dans les céréales du petit-déjeuner ont depuis longtemps pénétré les systèmes nerveux centraux de nos jeunes.

Table 2, dite « Survitaminée » : à la table de Super Motherload, un choc de titans oppose François et Nicolas II, tous deux invaincus, Thomas, possesseur du jeu mais à la recherche de sa première breloque, et Adélie, qui découvre et ne demande qu’à bien faire. Une partie où chacun a eu son tour de grâce, celui où les combinaisons s’enchaînent comme dans une réaction chimique. Mention spéciale à Nicolas II qui finit la partie sur un véritable feu d’artifice, 17 points au dernier tour, pour un total supersonique de 53, faisant un usage tout en maîtrise d’un deck de personnages ultra-puissant. Il écrase la concurrence façon Beamon à Mexico : Thomas (42), souvent dans les bons coups, Adélie (24), qui jouait après Thomas, et en fut donc privée plus souvent qu’à son tour, et François (30), qui joua de malchance en n’ayant jamais les bonnes couleurs, tout en officiant après Nicolas, et muni d’un deck faiblard, la triple peine.

Table 3, dite « Raide dingue » : à Red 7 la table 2 se retrouve pour finir la soirée. Avec 35, François explose la concurrence avec un dernier tour de dingo (une suite 4-5-6-7 à 22 points!), montrant que, à ce jeu et contrairement au précédent, l’important est moins les cartes que ce que l’on en fait. Nicolas II (16) obtient un accessit, dont Thomas et Adélie, scotchés à 0, furent privés.

Séance de VENDREDI 23/09/2022 à Servel

Le 23 septembre 1122, le Concordat de Worms mettait fin à la querelle des investitures, conflit qui, au milieu du xie siècle, éclata entre le pape et l’empereur à propos de la pratique de l’investiture accordée aux évêques par les pouvoirs laïcs (investiture ecclésiastique). Des clercs réformateurs, désireux de lutter contre la simonie dans le clergé et contre le concubinage des prêtres, dénoncèrent alors une telle pratique comme la racine du mal. En 1059, Nicolas II promulgua un décret interdisant cet usage. La mesure fut reprise par ses successeurs qui l’inclurent dans un programme plus vaste de réforme de l’Église et de la société. L’empereur Henri IV, qui tenait à contrôler la désignation des évêques de l’Empire parce qu’il leur déléguait des pouvoirs régaliens, s’opposa à ces décisions. Il en résulta un long conflit, qu’on a appelé la querelle des Investitures.

Henri IV ouvrit le feu en faisant déposer le pape par une assemblée d’évêques allemands et italiens. Grégoire VII riposta par l’excommunication et la déposition de l’empereur (1076), contre lequel, profitant de l’occasion, une partie des princes allemands se révolta. À Canossa (1077), le monarque sollicita son pardon en reconnaissant ses péchés, doté d’une faible escorte, attendant pendant trois jours, pieds nus, en costume de pénitent (l’expression « aller à Canossa » tirée de cet épisode de contrition sera popularisée par Bismarck, 8 siècles plus tard). Mais comme le pape le craignait, Henri IV en profite pour restaurer son autorité et reprendre la querelle. L’humiliation de Canossa débouche ainsi sur la victoire de l’empereur : il réunit un concile à sa dévotion afin que celui-ci nomme un nouveau pape plus conciliant.

En 1080, Grégoire VII l’excommunia et le déposa de nouveau. Henri réagit, fit élire un antipape, força Grégoire à quitter Rome et à se retirer à Salerne, où il mourut abandonné. Au début du xiie siècle, le conflit rebondit avec son fils, l’empereur Henri V, qui intimida un moment le pape Pascal II et le força à renoncer aux objectifs fixés par ses prédécesseurs. Finalement, la lassitude aidant et des solutions ayant été suggérées par des canonistes en parlant de la distinction, dans les fonctions de l’évêque, entre la charge temporelle de l’office spirituel, on parvint au Concordat de Worms. Il fut décidé qu’à l’avenir les évêques seraient élus par le clergé en présence d’un représentant du monarque, puis qu’ils prêteraient serment à celui-ci, après quoi ils seraient consacrés par l’archevêque métropolitain. Une procédure du même type entra en vigueur dans le reste de la chrétienté latine.

Henri Iv Dans Le Château De Canossa 1077 Vecteurs libres de droits et plus d'images vectorielles de Roi Henri IV de France - Roi Henri IV de France, Adulte, Château - iStock

Neuf siècles plus tard, une soirée de Parties Civiles se déroulait entre clercs et monarques.

Table 1, dite « Excommuniée »  : à bord de L’insondable, Killian, François-René, Neox, le jeune Evan, Xel et Vincent passent une première moitié de partie en frères. Mais dans la seconde, les deux derniers cités révèlent leur double jeu, et s’il s’en fallut de peu que cette duperie leur profitât, ils finirent excommuniés. N’est pas Henri IV qui veut.

Table 2, dite « Sanctuarisée » : la table de Sanctuary – the keepers era vit s’affronter le duo Xof / Tristan  et les deux Olivier. Sur un mécanisme rappelant Magic, les joueurs invoquent des créatures qui, outre force et points de vie, ont des pouvoirs spécifiques. Le jeu propose une série de decks pré-construits chacun avec ses spécificités et sa manière d’être joué. Xof et Tristan pilotèrent les Antar qui jouent principalement autour de l’exhaust, le fait de taper une carte et de l’empêcher d’agir (attaquer ou défendre) tant qu’elle est tapée et les Wul, qui forcent l’adversaire à défausser des cartes. Les Olivier jouèrent les Ganto, maîtres des sanctuaires, et les Kras, bénéficiant des capacités « last word » qui s’activent lorsque la créature meurt. Ils ont gagné mais, nous dit la partie adverse, en chouinant tout du long.

Table 3, dite « Inexpugnable » : à Super Motherload on explore une planète très lointaine en faisant fi de son empreinte carbone, en forant et faisant exploser des bombes pour découvrir les ressources cachées fossilisées par les ans, et qui permettent de recruter de nouveaux pilotes dans un mécanisme de fuite en avant. Cette quête est récompensée en outre par l’atteinte d’objectifs majeurs (fixes, et qui rappellent ceux de Splendor même si le jeu n’a rien à voir), et mineurs, qui changent régulièrement. A quatre il n’est pas facile d’anticiper sur les régions qui seront explorables, et une bonne tactique reste de garder un œil sur les objectifs mineurs. François s’en attribua pas moins de cinq pour 14 PV (39 PV en tout), surclassant la concurrence (Dom 29, Julien 29, Thomas 25).

Table 4, dite « Esclavagiste » : sur un thème voisin, on explore toujours plus loin à cette table de Terraforming Mars : Expédition Arès (la version cartes du TM original). Les esclaves énergétiques de Samuel (34) ont dépassé ceux d’Olive (25), NicoH (25) et Louan (21).

Table 5, dite « Concordante » : tout concorde à cette table où Mickaël, grand maître d’Iki fait parler son expérience (117), devançant Fred (110) et Ivan (102).

Table 6, dite « Indiscutée »  : avec 9, Olivier L. l’emporte à Peloponnes, devant Tristan (18) et Xof (24) – l’échelle des scores étant inversée.

Table 7, dite « Temporelle » : du Champ d’honneur Olive revint quand Samuel y tomba.

Table 8, dite « Grand clerc » : Découverte de Dale of merchants pour Thomas, qui, comme François, n’arrive pas à suivre le timing imposé par Dom qui s’adjuge une victoire de grand clerc avec deux cases d’avance sur son étal.

Table 9, dite « Versatile » : bon bilan carbone pour cette partie d’Innovation en forme d’équipée en char à voile à travers les âges. Vent dans le dos, François s’adjuge les premiers âges et punit son adversaire en lui détruisant son influence. Mais le vent tourne soudain, et la carte Perspective habilement maniée permet à Dom de remonter la pente, pendant que son concurrent reste bloqué sans pouvoir avancer. Oubliant au passage la domination « 6 cartes comptabilisées ou archivées en un tour » à laquelle il pouvait prétendre, Dom s’impose quand même, poussé par un joyeux zéphyr, laissant François ruminer dans le pot au noir.

Séance de MARDI 20/09/2022 à Servel

Initialement prévu pour 1939, le premier Festival du cinéma de Cannes s’ouvre le 20 septembre 1946. Depuis il décerne chaque année (sauf 1948, 1950, 1968 et 2020) plusieurs prix, le plus prestigieux étant la palme d’or. Flash forward vers 2022 / extérieur nuit / une silhouette lourdement chargée se glisse dans la maison de quartier de Servel.

Table 1, dite « Underground, E.Kusturica, 1995″ : Thomas déballe un intéressant deckbuilder, Super Motherload, sous les regards alléchés de Nicolas-2 et d’Evan, venu pour voir mais déjà bien rôdé aux jeux de plateau bien qu’encore jeune. Le jeu aux relents extractivistes vise à envoyer des pilotes de vaisseaux exploiter les ressources minières de Mars (représentées par un plateau de jeu central, et avec quelques inventions géologiques comme  la présence de plaques d’acier enfouies sous le régolithe). Deux méthodes d’accès : en finesse en forant et en force en faisant sauter des explosifs. Les minéraux récupérés sont la monnaie avec laquelle acheter des cartes. Sur ce point on est assez contraint : chacun a 4 piles de cartes devant lui et ne peut acheter que l’une des cartes au sommet de ses piles. Nicolas presse la fin de la partie et l’emporte avant que les deux autres ne reviennent sur lui aux points. Il gagne une place parmi le premier contingent de colons de la Musk Corp.

Table 2, dite « La chambre du fils, N.Moretti, 2001″ : Olive et Dom sont partants pour le match retour du mardi précédent. Finalement Neox et Jules se joignent à leur table de Grand Austria Hotel. Cette fois c’est sûr, Olive fera gaffe à viser les 3 objectifs qui rapportent 15/10/5 PV aux trois premiers à les atteindre. Et il le démontre en étant le premier à avoir 12 chambres dans son Gasthaus. Pendant ce temps, Neox se lamente car il a accueilli 3 convives qui attendent leur content de tartes à la crème (des cubes blancs, quoi) avant de monter dans leur chambre, ceci alors que les dés refusent obstinément de produire ces cubes, même en les relançant. Quant au Dom, il jongle avec les combos et finit 2e/1er/1er sur les 3 objectifs sous le regard déconfit des adversaires. C’était sans compter avec un dernier tour spectaculaire d’Olive et Neox qui font monter les derniers convives attardés à leur café-restaurant, atteignent in extremis les objectifs et bondissent sur la piste de l’empereur. Ce dernier les récompense de 8 PV tout en en retirant 8 à Dom (et 0 à Jules qui a un salarié qui le protège). Assez pour donner au terme d’une magnifique partie la victoire à Nicolas avec 130 devant Dom 128 et Olive 119.