Séance de VENDREDI 12/11/2021 à Servel

Le 12 novembre 2014, plus de dix ans après avoir quitté la Terre, et à 510 millions de kilomètres d’elle, Philae se pose sur la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko. Il s’agit du premier atterrissage contrôlé sur un noyau cométaire. Ses instruments envoient les premières images jamais obtenues depuis la surface d’une comète. En raison de la défaillance du propulseur qui devait plaquer Philae au sol qui ne s’est pas déclenché, et de celle des deux harpons qui devaient l’ancrer au sol qui ne se sont pas déployés, le robot a rebondi deux fois avant de se stabiliser à environ un kilomètre du site initialement prévu, en position quasi verticale. Pour cette raison, les deux instruments de mesure dédiés à l’analyse du sol ne sont pas immédiatement mis en service, les scientifiques ayant dans un premier temps préféré éviter de provoquer un rebond ou une rotation du module: au vu de l’attraction gravitationnelle de la comète, les cent kilos terrestres de Philae équivalent à un objet d’une masse d’un gramme sur Terre.

Parce que la NASA ne plaisante pas avec la sobriété numérique, les données acquises sont stockées dans une mémoire de masse d’une capacité de deux fois 12 Mo et transmises à l’orbiteur lorsque celui-ci est visible à l’aide d’un émetteur radio bande S d’une puissance d’un watt au débit de 16 kb/s.

La notoriété de Philae fut telle que le labrador de compagnie du Président Hollande prit le nom de l’atterrisseur à la Noël 2014.

7 ans plus tard, il y avait assez peu de gravité sur les tables de Parties Civiles.

Table 1, dite « Débutant accepté, expérience exigée » : Iki, qui est en passe de devenir un classique sur nos tables, et les parties n’y sont jamais les mêmes en fonction des stratégies suivies par chacun. C’est le type de jeu où, le score final étant un total de points issu de plusieurs catégories, il importe de bien choisir des batailles. Il faut aussi veiller à nourrir ses artisans et éviter les incendies. Ces derniers sont particulièrement redoutables, mais on peut s’en protéger en se cachant derrière un joueur qui a déjà une bonne protection – mais c’est sans compter quelques twists imprévus, comme cette action qui permet d’intervertir au choix de cartes sur le plateau ! Le petit Paul suggéra cette action à François, avant d’être victime du choix des cartes interverties. Le silence peut être d’or dans l’univers feutré d’Edo. Cette partie très enlevée se conclut par un score serré, comme le montre la feuille de score. Paul s’est focalisé sur les poissons, mais ils ne lui ont apporté que 18 de ses 89 points. Mickaël a brillé sur la piste d’expérience avec 58 points, mais pas ailleurs, et culmine à 93. François réussit un coup de maître avec un bâtiment à 32 et termine premier dauphin. Quant à Olivier L., il réalise pour sa première l’exploit d’égaler le record absolu détenu par Axel, avec 118, grâce à une expérience très élevée, mais aussi un beau duo à 26 de pipes et de blagues à tabac.

Table 2, dite « Voyages voyages » : , jeu d’enchères de Noël revient à l’initiative de Xel, mais qui, plombée par des cartes enchères très défavorables et un Râ très présent, atteint péniblement 8 ! Xof fait bien mieux avec 28, mais Olive règle tout le monde avec 37. Elle prend une revanche éclatante à Pillards de la mer du Nord, à 74, devant Xof 58, et Olivier, 54.

Table 3, dite « Aventures spatiales » : Frank apporte Cartaventura, une collection de jeux de cartes narratifs où les joueurs vivent ensemble une aventure historique dans un espace chaque fois différent. C’est Fred qui se révèle le plus audacieux, dans une table où figuraient aussi Guillaume et Olivier B.

Table 4, dite « Chat botté » : Dans cette première table de Root, Samuel s’impose en beauté avec les chats, devant Fabrice, meneur des Taupes. Nicolas II a apprécié le voyage.

Table 5, dite « Frictions et frottements » : Deuxième table de Root pour F-R, Vincent, Maïwenn et Dom. Avec l’extension du Monde Souterrain, encore plus de factions parmi lesquelles choisir. François-René expérimente les Taupes tandis que les autres font dans le classique : Marquise de Cat pour Dom, Oiseaux pour Vincent et Alliance de la Forêt pour Maïwenn. On utilise une des nouvelles cartes avec des chemins que l’on peut ouvrir entre certaines clairières. Les taupes ont une force de frappe particulièrement mobile, rapidement F-R a pu envahir n’importe quelle clairière avec 4 guerriers au début de son tour, tout ça en creusant des galeries et s’affranchissant des règles de mouvement habituelles. Vincent part du coin opposé à Dom et se frotte très vite à Maïwenn qui, après avoir fait sauter très vite une clairière, se retrouve dans l’impossibilité d’envoyer ses troupes plus loin, surtout que, la leçon ayant porté, ses jetons de sympathie non protégés sont aussitôt détruits. Dom développe sa machine industrielle et garnit son coin de bâtiments qui envoient des renforts tout en marquant des points. Il se frictionne bien avec F-R mais chacun parvient à affaiblir une grosse attaque de l’autre avec une embuscade. Vincent de son côté garnit son tableau quasi-exclusivement de cartes Oiseau, les plus polyvalentes. Mais en multipliant les recrutements de troupes sans jamais choisir d’action de combat, il ne peut pas beaucoup peser sur l’équilibre des peuples sur le plateau. Au final, malgré une belle remontée tardive de F-R qui score 2 PV par tour une fois que toutes ses taupinières sont déployées, on assiste à l’implosion de la dynastie des piafs après beaucoup de croassements et peu après Dom atteint les 30 PV marquant sa victoire

Table 6, dite « Connexions bas débit » : en fin de soirée, F.R., Maïwenn et Vincent s’essaient à trouver un monstre en jouant sur les dissemblances comme les ressemblances des Similo monstres. Votre narrateur quitta les lieux avant qu’ils puissent engranger une victoire faute d’avoir communiqué avec un débit suffisant.

Séance de VENDREDI 05/11/2021 à Servel

Le 6 novembre 1928, Herbert Hoover était élu 31 ème Président des Etats-Unis. Il avait commencé à se faire connaître lors de la première guerre mondiale, chargé par le président Wilson d’assurer les approvisionnements alimentaires des américains après l’entrée en guerre du pays. Hoover organisa le rationnement en imposant une journée sans viande (le mardi), puis une journée sans blé (le mercredi) et enfin une journée sans porc, tandis que la consommation de sucre fut ramenée à trois livres par personne et par mois.

À propos de ces restrictions, il déclarait : Dans cette urgence, seul le mode de vie le plus simple est patriotique.

L’optimisme régnait pendant la campagne électorale, dont le slogan démocrate était: A chicken in every pot, a car in every garage.

On sait hélas que cette perspective ne résista pas à la grande dépression, qui emporta Hoover dans la débâcle lors de sa campagne de réélection, au profit de Roosevelt et de son New deal. La réputation de Hoover déclina ensuite au fur et à mesure que son conservatisme s’exacerbait contre le socialisme et l’atteinte aux libertés qui avaient, selon lui, gagné le pays.

93 ans plus tard, il y avait un jeu sur chaque table de Parties Civiles, et cela suffit bien à notre mode de vie.

Table 1, dite « Vendredi c’est sashimi » : nous sommes à Iki, c’est vendredi, le poisson fleurit sur les étals, et les chalands se pressent, parfois venus de fort loi, à l’image d’Axel. Les mauvaises langues diront qu’on le laissa gagner avant de regagner sa contrée, et le fait brut est irréfutable : ses 118 points signèrent une victoire probante. Olivier B, 104, Mickaël, 98, et Baptiste, 88, eurent-ils vraiment telle prévenance, ou bien ne furent-ils que les victimes de la jeunesse triomphante ? Quand les faits nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs !

DefaultTable 2, dite « Christmas is coming » : tout vient à point à qui sait attendre: depuis 1999 et sa naissance, , jeu d’enchères très original n’avait point eu l’honneur de nos tables, et c’est en avant première que nous fut dévoilé cet achat de Noël ! Mais impatience est mauvaise conseillère: une première partie fut jouée avec deux erreurs de règles, l’une, bénigne, qui inversait la carte Rivière et la carte Crue, et l’autre, majeure, qui faisait jouer leur tour aux joueurs qui ne pouvaient enchérir. Samuel remporta cette partie, mais on convint de remettre le couvert dans les règles de l’art, et le résultat fut très différent: victoire indiscutable d’Adriane (40), devant Dom (32), François (30), Samuel (29), Olivier L (22). Mais dans les deux cas, les rires fusèrent autour de la table, accompagnés par des Râ !! sonores émanant des joueurs repus et invitant au tirage de la carte du Dieu égyptien qui précipite les enchères, et donc la fin de la manche.

Table 3, dite « Rationnements volontaires » : A l’invitation de Neox, La baie des marchands déploie son imposant plateau et son matériel parfaitement asymétrique avec 4 rôles différents. A ce jeu où une partie de la stratégie consiste à provoquer le rationnement des adversaires en faisant échouer le retour au port des bateaux des marchands, Neox opte pour le forgeron, et avec 196, marque au fer rouge l’alchimiste choisi par Xel (117).La Baie des Marchands - Vin d'jeu

Table 4, dite « Épices sans racines » : à défaut d’une partie de Root attendue mais qui ne vint jamais, quatre joueurs prennent place à la table de Dune imperium. François-René s’adjuge la victoire (8), devançant le petit Paul, 7, le Doc (5) et Vincent (5 également mais battu au départage).

Table 5, dite « Réputation flatteuse » : une partie finale de Codenames. opposa les Rouges (Axel, François, Vincent) et les Bleus (Dom, François-René, Xel). Victoire sans appel des Rouges, qui dans la première manche, firent appel à des personnes à la réputation flatteuse, bien qu’aux profils variés: Steve Jobs (Écran, Clavier, Noir), Louis XIV (Cour, Palais, Glace) et Albert Einstein (Temps, Carré). A noter que deux propositions d’indices de François furent repoussées sans pitié dans le dernier cas (Room 25 et Tété). Dans la seconde, la Tentation de Vincent (Nœud, Enceinte, Film, Croix, Ile), fruit d’une triangulation audacieuse, plia le match.