Séance de VENDREDI 08/12/2023 à Servel

Le 8 décembre 1980, John Lennon était assassiné à New York. L’ancien chanteur des Beatles et sa compagne Yoko Ono venaient de recevoir dans leur appartement de Central Park la photographe Annie Leibovitz pour une séance photo devenue iconique. En sortant, le couple est accosté par plusieurs fans dont un Mark David Chapman, ex-agent de sécurité et drogué, qui demande et obtient un autographe de son idole. Plus tard, après une séance en studio, John et Yoko regagnent le soir leur appartement. À l’instant de franchir le porche, John est foudroyé par quatre balles tirées par Chapman. Les raisons de ce meurtre demeurent floues. Certains y voient le sentiment de trahison qu’aurait éprouvé Chapman, accusant l’idole de ne pas avoir tenu les promesses de paix et d’égalité des richesses qu’il communiquait dans ses chansons. D’autres y voient une « réponse » à sa phrase médiatique affirmant que la popularité des Beatles dépassait en Angleterre celle de Jésus.

43 ans après, à Lannion, on traquait les bêtes et les hommes.

Table 1, dite « Le retour du chasseur » : Fred, Élie et Thomas se lancent dans une chasse éperdue, avec The beast (perdue) puis La bête (gagnée, mais avec une impression mitigée sur le jeu).

Table 2, dite « Give peace a chance » : François-René, Camille, Arakis et Flavien tentent de débusquer les criminels nazis à Black Orchestra. Leur tentative de donner une chance à la paix se soldera par un échec cuisant : ayant passé la moitié de leur temps en prison, ils ne tentèrent même pas de complot.

Table 3, dite « Working class hero » : convoqués à une séance d’Agricola, Dom, Xof et François incarnent des agriculteurs, héros modernes de la classe ouvrière comme chacun sait. On joue en version « draft », chacun se passant à tour de rôle les paquets de cartes aménagements mineurs et savoir-faire (une innovation brevetée PC), ce qui permet de se construire un petit moteur de combinaisons, pour autant qu’on ait bien géré son affaire…
Xof, qui découvre le jeu (rite de passage, qui l’intronise à notre communauté, comme chacun sait), maîtrise si bien les règles qu’il l’emporte avec 45, avec plusieurs étables, des aménagements très lucratifs, et un usage intensif de l’argile. François, axé sur la menuiserie (aménagement de clôtures et rénovation) s’en tire avec 31, alors que Dom, qui a construit un impressionnant moteur à production de légumes et céréales, plafonne à 27, pénalisé par des cases vides dans son terrain.

Table 4, dite « Cold turkey» : Les températures montent et on ne voit pas le futur, comme le chantait déjà John Lennon dans Cold turkey en 1969. Bon, il faut dire qu’en anglais l’expression fait référence à l’arrêt brutal d’une habitude ou au sevrage brutal de drogue, et c’est plutôt ce qu’exprimait la dite chanson. Mais l’expression n’en reste pas moins valable, si l’on considère les énergies fossiles comme la drogue dure du monde moderne. Voici donc Mickaël, Samuel, Xel, et Olivier L occupés à sauver les animaux du monde, et pas seulement les dindes froides, dans Ark Nova. Et de tous ces joueurs en L, c’est le premier cité qui déploya le mieux ses ailes pour sauver l’arche de Noé.

Table 5, dite « Imagine » : Une flopée de rescapés des tables précédentes jouent à imaginer des associations de mots à So clover. Dom y a été particulièrement malchanceux en laissant l’option d’associer une tuile Pot (à Chance) et Cochon (à Charcuterie) qui collait bien à sa grille, et Fred et Elie ont peiné à se faire comprendre de leurs camarades  !

Séance de VENDREDI 29/09/2023 à Servel

Le 29 septembre 1938, débutait la conférence de Munich. Les accords qui en sont issus ont pour but de régler la crise des Sudètes mais, indirectement, scellent la mort de la Tchécoslovaquie en tant qu’État indépendant, et permettent à Hitler d’annexer ses régions peuplées majoritairement d’Allemands. Chamberlain en repart avec une résolution supplémentaire entre le Royaume-Uni et l’Allemagne engageant les parties à négocier de manière pacifique leurs différends futurs, document qu’il brandit à son arrivée à Londres, lors de l’accueil triomphal qui lui fut fait : accueilli en héros à sa descente d’avion il est même surnommé « the peacemaker ». L’opinion publique, ayant conscience qu’on vient de frôler un conflit majeur, est soulagée et reconnaissante de ces accords de paix, même si de nombreux commentateurs n’y voient qu’un compromis dilatoire. De même, à son retour en France, Daladier pense qu’il sera hué pour avoir cédé à Hitler en livrant la Tchécoslovaquie sans contrepartie, sinon de vagues promesses de paix. Mais, à sa grande surprise, il est vivement acclamé à sa sortie de l’avion, pour avoir « sauvé la paix ».

L’industrie militaire tchèque réquisitionnée produira un tiers des nouveaux modèles III et IV de chars d’assaut, cruciaux dans la victoire allemande en Pologne puis en France.

85 ans plus tard, des frissons d’histoire parcouraient le centre de Servel.

Table 1, dite « Domination implacable » : Retour vers le passé pour Jack Xel et Dom qui jouent à Agricola comme au temps de Saint-Elivet. L’occasion pour Jack de rappeler que c’est un jeu qu’il apprécie et maîtrise. ll donne une leçon aux deux autres, score bien partout et finit, seul avec 5 paysans, avec 51 PV devant Xel 33 et Dom 31.

Table 2, dite « Armistice à conquérir » : Arakis attire plusieurs victimes dans les filets de Dwellings of Eldervale. Un jeu qui fait sa première apparition sur nos tables et où l’armistice est un mirage perpétuel à conquérir. De cette joute, l’issue nous reste incertaine.

Table 3, dite « Trop peu, trop tard » : Thomas, Mickaël et François revisitent l’histoire à Black orchestra. Chacun échoua à son complot, et, s’il fallut attendre la dernière carte pour que la défaite soit scellée officiellement, le ver était dans le fruit depuis longtemps.

Table 4, dite « Paix fragile » : à Marvel champions, François-René et quelques comparses s’essaient à une paix fragile.

The epic big box game from designer Luke Laurie that brings engine building and worker placement to a whole new world filled with monsters and magic.

Séance de VENDREDI 23/06/2023 à Servel

Le 23 juin 1959, un souffle au cœur arrachait Boris Vian à notre monde. Son époque est lointaine désormais, mais la lecture de ses aventures intemporelles continue de fasciner les générations. 64 ans plus tard, à Parties Civiles, on n’oublia pas de lui rendre hommage.

Boris Vian - Les thèmes BD - BDTheque.com

Table 1, dite « La saveur de la mort » : retour triomphal de Black orchestra sous la houlette de Mickaël qui convainc sans peine deux nouveaux adeptes amateurs de sensations fortes, Thomas et Olivier L., et le déjà convaincu François. Mais voici qu’arrivent du diable vauvert Dom et François-René. Le premier prend place pour les règles, le second se morfond d’avoir laissé passer son tour, mais François lui cède la place, pressentant en lui un futur militant convaincu, ce qui s’avèrera vrai, et évitant une potentielle mésalliance ludique entre les nouveaux venus. Ainsi constitué, le quatuor réussira à tuer Hitler, grâce à Thomas et un jet à quatre cibles, succédant à l’infortuné Mickaël, auteur d’un jet à 0 cible.

Je voudrais pas crever Non monsieur non madame Avant d’avoir tâté Le goût qui me tourmente Le goût qu’est le plus fort Je voudrais pas crever Avant d’avoir goûté La saveur de la mort..
(Je voudrais pas crever, recueil de poèmes)

Table 2, dite « Vraiment du vol » : Pas besoin d’être riche pour être heureux: voici la morale que tirera Tristan de sa victoire à The great Zimbabwe. Adrianne, elle, termina fort riche mais défaite, trahie par sa bonté à l’égard du fourbe qui, minaudant à qui mieux-mieux, avait bien caché son jeu et profita d’un objectif facile. Baptiste, troisième larron, n’y put rien non plus.

– Ah! dit Colin. Combien vous dois-je ?
– c’est très cher, dit le marchand. Vous devriez m’assommer et partir sans payer…
– Oh! dit Colin, je suis trop fatigué …
– Alors, c’est deux doublezons, dit le marchand. Colin tira son portefeuille.
– Vous savez, dit le marchand, c’est vraiment du vol.
– ça m’est égal … dit Colin d’une voix morte.
(L’écume des jours)

Table 3, dite « Une autre vie » : à Cascadia Jack emporte une partie étirée de lenteurs avec 91, devant Olivier B., 88, Xel, 84, et Fred, 75. Jack lâche alors l’affaire, et les rescapés enchaînent ensuite un Splendor que Xel, plongée dans les souvenirs, s’adjuge avec 15, devançant Olivier, 14 et Fred, 9.

Il n’y a pas de souvenirs, c’est une autre vie revécue avec une autre personnalité qui résulte pour partie de ces souvenirs eux-mêmes.
On n’inverse pas le sens du temps à moins de vivre les yeux fermés, les oreilles sourdes.

(L’herbe rouge)

Table 4, dite « Jamais fuir » : François entame avec courage le pacte faustien conclu avec Dom sur Innovation. Laminé dans une première partie (6 à 2) où son adversaire réussit l’exploit de faire deux dominations thématiques dans le même tour, il ne se défile pas et remet le couvert, faisant meilleure figure dans la deuxième où il s’incline quand même (6 à 4).

Un homme digne de ce nom ne fuit jamais. Fuir, c’est bon pour les robinets.
(Les bâtisseurs d’empire)

Table 5, dite « Ils se contentent de mots » : rien de mieux pour conclure la soirée qu’un bon vieux  Codenames. Prennent place autour de la table les Rouges (Adrianne, Dom, François) et les Bleus (Xel, Fred, Tristan).

  • Rouges 1-0 : une victoire homérique malgré quatre blancs découverts et une Marine 4 énigmatique (Tableau, Fond, Plage, Raie), grâce à l’imprudence du maître-espion des Bleus sur l’indice Coiffeur 2, qui envoie direct son équipe sur Raie, le dernier mot rouge à découvrir !
  • Rouges 2-0 : les Bleus touchent l’assassin Marche que les Rouges ont doctement évité sur l’indice Politique 2 (Droite, Guide) !
Vous savez, dit Angel, en général, on ne sait rien.
Et les gens qui devraient savoir, même, c’est-à-dire ceux qui savent manipuler les idées, les triturer, et les présenter de telle sorte qu’ils s’imaginent avoir une pensée originale ne renouvellent jamais leur fond de choses à triturer, de sorte que leur mode d’expression est toujours de vingt ans en avance sur la matière de cette expression. Il résulte de ceci qu’on ne peut rien apprendre avec eux parce qu’ils se contentent de mots.
(L’automne à Pékin)

Séance de VENDREDI 16/06/2023 à Servel

Au matin du 16 juin 1976, une série de manifestations menées par des élèves noirs de l’enseignement public secondaire éclate à Soweto, en Afrique du Sud, pour protester contre l’introduction de l’afrikaans comme langue officielle d’enseignement à égalité avec l’anglais dans les écoles locales. Pour disperser la foule, la police tire à balles réelles, causant au moins 23 morts. On estime que 20 000 élèves ont participé à ces émeutes, et entre 176 et 700 personnes ont été tuées au total par les forces de police. Le 16 juin est devenu en 1994 un jour férié en tant que fête de la jeunesse, et depuis 1991, la journée de l’enfant africain est organisée chaque année le 16 juin sur tout le continent africain, en souvenir du massacre des enfants à Soweto.

L’association de l’afrikaans à l’apartheid avait incité les noirs d’Afrique du Sud à préférer l’anglais, langue internationale, y compris dans les bantoustans où l’anglais avait le statut de langue officielle au côté des langues autochtones. Le décret de 1974 était destiné à renverser le déclin de l’apprentissage et de l’utilisation de l’afrikaans dans la jeune population noire et de se conformer à l’obligation constitutionnelle (faite également aux écoles blanches) de prodiguer un enseignement dans les langues anglaises et afrikaans. Pour le justifier, le vice-ministre de l’Éducation bantoue déclara « Pourquoi devrions-nous commencer maintenant à se quereller à propos de la langue d’enseignement pour les personnes de race noire ? Non, je ne les ai pas consultés et je ne vais pas les consulter. J’ai consulté la Constitution de la République d’Afrique du Sud ».

La répercussion médiatique internationale du soulèvement de Soweto, ainsi que sa répression, est à l’origine de l’adoption par l’ONU en 1977, d’un embargo sur les ventes d’armes à destination de l’Afrique du Sud. Les émeutes ont aussi des répercussions économiques, affectant le rand sud-africain et amorçant un début de boycott  à la fois politique et économique qui culminera au milieu des années 1980. À aucun moment, les gouvernements sud-africains n’arriveront à restaurer la stabilité politique et sociale qu’avait connu le pays jusqu’alors.

47 ans plus tard, à Parties Civiles, on parlait en toutes les langues.

Table 1, dite « Victime expiatoire » : La bête personnifiée par Tomas se fait débusquer à l’issue d’une longue traque, menée par Baptiste, Marie-Anne et Benjamin.

Table 2, dite « Justice en noir » : L’équipe habituelle de Batman (Xel, Fabrice, Samuel, Steven) engrange une nouvelle victoire.

Table 3, dite « Stärker zusammen » : déjà 5 ans que Black orchestra n’était sorti sur nos tables. Et voici que Mickaël en apporte la version traduite en français,  attirant Frank et François dans un projet au long cours : un complot contre Hitler. Ballotés au gré des événements, interrogés et arrêtés par la  Gestapo plus souvent qu’à leur tour, nos trois ennemis de l’intérieur (deux de la Wechmacht et un de l’Abwer) ont fomenté moult projets, tous entre les mains de Dietrich Bonhoeffer, un pasteur luthérien, théologien, essayiste et résistant au nazisme (joué par François), mais qui s’évanouissaient régulièrement, faute de remplir les conditions nécessaires, ou à cause de la puissance du Fûhrer. A l’aube de l’année 7, celle de tous les dangers, la cause semble perdue. Mais il existe une fenêtre de tir : un des complots permet de viser Hitler après un de ces déplacements, c’est une opportunité à ne pas manquer, car, nous le pressentons, un seul complot sera tenté, et, comme lors de la partie inaugurale de 2018, il fut réussi avec une chance insolente, 4 cibles tirées aux dés sur 4 (probabilité de 1/81 calcule aussitôt Frank) !

Table 4, dite « Un lion en été » : François-René, Jérôme, Olivier B et Armand continuent leur campagne au long cours à Gloomhaven : jaws of the lion. Le scénario 8 se signe par une nouvelle victoire.

Table 5, dite « Grains de victoire » : Après plusieurs parties récentes de Great Western Trail, Marc propose à Tristan, Christophe et Dom de varier les plaisir en découvrant la variante « Argentine« , l’autre pays du bœuf. L’essentiel des mécanismes et des règles est toujours là, on parcourt la piste menant à Buenos Aires en recrutant des personnages (gaucho, charpentier ou machiniste ferroviaire) et on fait face à une grande variété de choix stratégiques et tactiques dans ce jeu où une seule tuile apparue sur votre chemin peut vous faire couiner amèrement (ils se reconnaîtront). Parmi les nouveautés, en avançant sa locomotive on s’ouvre la possibilité de raccourcis qui permettent de parcourir bien plus vite la piste. L’autre changement est le remplacement des nuisances (terrains hostiles, bandits, indiens et autres incidents de parcours) par des paysans qui vous taxent au passage mais sauront vous récompenser en pesos si vous les aidez, et l’ajout d’une ressource « grain » qui permet de gagner sous ou PV au moment de la livraison de son troupeau, avec un aspect « tempo » à bien maîtriser, des bateaux prennent le large à des moments clés.
Marc ouvre la partie par un coup de maître : plutôt que classiquement commencer par recruter un perso, il a analysé la position des bâtiments et a noté que, moyennant une bonne main de départ, il y a moyen de faire une livraison précoce qui rapportera assez pour recruter dans la foulée deux persos. Il mène une partie de haut vol et récolte des points de façon équilibrée, il l’emporte avec 120 PV. Dom, avec un manque chronique d’argent, a un bon cheptel et a fait des placements de disques rentables dans les ports mais a un peu négligé sa loco et les gares, il suit avec 112 PV. Xof multiplie les livraisons mais travaille peu la génétique bovine, son troupeau reste faible et il score 100 PV. Tristan (qui n’avait joué à aucune version du jeu) hésite entre une stratégie Bâtiments et Cultivateurs et sa loco a subi quelques croc-en-rails. Il finit avec 90 PV mais on sent qu’il n’en restera pas là.

Table 6, dite « Morts pour une cause » : Après une soiré haletante, le divertissant Fiesta de lors muertes fait office de défouloir, mais la partie fur menée gentiment et les dérives sémantiques restèrent globalement maîtrisées, à l’exception du dérapage incontrôlé qui vit Tromblon devenir Carton. La coupable a été condamnée à lire une pile de BD, le tromblon étant par exemple manié dans Léonard par le personnage éponyme pour punir son disciple, dans les aventures de Picsou quand celui-ci parle de ses aventures de chercheur d’or au Klondike, et dans Achille Talon.

Séance de MARDI 11/09/2018 à Servel

Résultat de recherche d'images pour "allende mondea 11 september 1973 cartoon"

En ce 11 septembre 1973, peu avant midi, deux avions de chasse de l’armée bombardent la Moneda à coups de roquettes. À 14 heures, le palais est envahi mais Salvador Allende est déjà mort. L’ancien médecin, auteur de la thèse « hygiène mentale et délinquance », s’est suicidé à l’aide d’une arme automatique, un AK-47 qui lui avait été offert par Fidel Castro.

Quand on pense au 11 septembre, 2001 vient souvent plus en tête que 1973. Pourtant, selon le rapport Rettig (résultat d’une enquête sur les violations des droits de l’homme commis sous la dictature militaire d’Augusto Pinochet au Chili de 1973 à 1990), 2 279 personnes auraient été tuées par des agents de la dictature, 641 mortes « dans des conditions non élucidées » et 957 « détenus disparus ». Cette estimation aurait été portée à 3 197. Près de 150 000 personnes ont été emprisonnées pour des motifs politiques. Selon un rapport remis dans les années 2000, près de 27 255 personnes ont été torturées. Il y a eu des centaines de milliers d’exilés politiques.

Avec deux avions eux aussi, les attentats de 2001 ont, quant à eux, fait 2977 victimes. De 1973 à 2001, en passant par 1776 (conférence de paix de Staten Island qui a échoué à mettre un terme à la Révolution américaine), l’histoire du 11 septembre n’est pas un long fleuve tranquille.

45 ans après, nombre de Lannionais étaient réunis pour vaincre, dussent-ils y rompre mille chaînes. Voici leur récit (avec nos envoyés spéciaux, Vincent et Dom), que nous ouvrons par ce vers issu du chant de la campagne de Salvador Allende:
Venceremos, venceremos, mil cadenas habrá que romper

Table 1, dite « Septembre noir » : Black orchestra a beau être, selon notre reporter, une « uchronie en carton », l’affaire est sérieuse: il s’agit rien de moins que de fomenter un complot contre Hitler, qui soit à la fois efficace militairement et suffisamment discret pour ne pas être repéré. Cet effort collectif a rassemblé Sophie, Doc Nico, Xel, votre serviteur, et jusqu’à un médecin venu spécialement de New York pour faire un remplacement à Lannion: Thierry. C’est le genre de partie que l’on imagine longue et douloureuse, car l’épreuve durcit avec le temps, au rythme des raids de la Gestapo. Il faut donc agir vite, fort et dans l’ombre. Or, à la première occasion, Doc Nico s’attaque au Fûrher à Nuremberg, et réussit à l’occire d’un coup de maître: 3 cibles, juste ce qu’il fallait !

Table 2, dite « Flower power » : ici, Dom raconte. Merci à lui ! « L’amicale des cubistes (Neox, Baptiste, Tristan, Paul, VHN) flanquée d’un François-René se raccrochant à la table attaque une partie d’un classique, Keyflower. Le mécanisme de l’enchère avec les ouvriers, doublée du verrouillage des tuiles par la première couleur utilisée, reste un sommet. Comme souvent, Tristan se lance dans la production d’ouvriers verts, avec juste F-R pour lui disputer le monopole. Les saisons défilent et les villages grandissent mais il est difficile de juger qui mène. L’hiver venu, Tristan met la main sur la tuile Cathédrale à 12 PV en déployant 4 meeples verts pour faire bonne mesure. Une fois le décompte achevé c’est toutefois Dom, cumulant 18 PV pour ses 6 scieries, qui l’emporte avec 69 PV devant Tristan (58) et Neox (56), puis Baptiste (« j’aimais ce jeu jusqu’à ce que Tristan le découvre »), F-R et Paul. »
PS: notre deuxième reporter a remarqué à cette table la présence de « Manu d’après », qui est resté sous les radars, et de Maïwen, qui a honoré les joueurs de sa présence silencieuse.

Table 3, dite « Message personnel » : ici, l’excellent Euphoria ressort, sous la houlette de Thibault, qui a réuni autour de lui Vincent-du-93 (ex Vincent-2), Jean-Yves, l’archange Gabriel,Olive et Julien-2 . Une partie long courrier dont le messager de Dieu a rapporté une bonne nouvelle pour lui-même: sa victoire.

Table 4, dite « Fleuve tranquille » : Vincent-du-93, Thibault et l’archange se disputent les faveurs des Rajas of the ganges en toute amitié et sans vainqueur connu.

Table 5, dite « Hygiène mentale et délinquance » : à Codenames nous retrouvons les Rouges (Xel, Thierry, Doc Nico) et les Bleus (Vincent, VHS, Manu d’après). Une partie qui ne fit pas un pli pour les Rouges qui ont rendu fous les Bleus par un fric-frac en trois actes:

  • Rouges 1-0: rien à faire pour les Bleus qui, sur une grille compliquée, trouvent très bien les indices en 2, mais échouent sur le désespéré (car obligatoirement en 3) Réserve (Indien, Hôtel, Tour)
  • Rouges 2-0: les Bleus plongent sur le Roi assassin, pourtant fortement associé à Arsène Lupin, roi des voleurs, mais aussi à la recherche du secret transmis entre rois de France, au cœur de la mystérieuse « Aiguille creuse »
  • Rouges 3-0: encore un final perdant pour les Bleus, qui, en position de conclure, butent sur l’indice Anti-venin 2, identifiant certes l’évident Serpent mais pas Formule, lui préférant un Centre qui n’était en fait nulle part.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum