Séance de VENDREDI 14/10/2022 à Servel

Le 14 octobre 1947, le pilote d’essai américain Chuck Yeager est le premier humain à passer le mur du son (en vol horizontal) aux commandes de l’avion expérimental Bell X-1, un suppositoire géant équipé de petites ailes et d’un moteur fusée qui ne décolle pas du sol mais est largué en vol par un B-29. Avant et après cet exploit, le gaillard a eu une vie bien remplie. Pilote de chasseur P-51 pendant la seconde guerre mondiale, il participe à des combats héroïques. Ainsi abat-il cinq avions allemands en une journée et est l’un des premiers à détruire un Me-262 à réaction. Abattu en Gironde en mars 1944, il regagne l’Angleterre après avoir été évacué par l’Espagne et reprend les missions. Pour les moins jeunes, Yeager figure dans l’une des scènes du film l’Etoffe des héros qui évoque sa perte de contrôle d’un X-1A à Mach 2.44 en 1953 : après avoir chuté de 16000 m en tourbillonnant pendant une minute, il arrive à récupérer son appareil et se pose sain et sauf. Il finira sa carrière dans l’US Air Force au grade de général et meurt en 2020.

Table 1, dite « Combats héroïques » : Table coopérative et tentaculoïde avec F-R, Baptiste-Picsou, Evan et OlivierB autour de Cthulhu : Death may die. Selon le récit de l’unique survivant F-R, cela a été laborieux mais la victoire était au bout. Evan a fait un coup d’éclat en tuant 10 cultistes d’un coup tandis que Baptiste n’a pas survécu à sa rencontre avec Cthulhu.

Table 2, dite « Perte de contrôle : Toujours des grands Anciens pour une partie de A Study in Emerald (Ed.2) avec Thomas, Xel, Tristan et Fred. Les deux derniers nommés sont loyalistes et vont mener leur cabale pro-Cthulhu à la victoire. En face, on s’est plaint de sa partenaire. Ensuite ils jouent à Red 7.

Table 3, dite « L’étoffe des héros » : Yvan et son ami Paul jouent à Hansa Teutonica. Que donne le jeu à deux et que se passa-t-il ? leur départ discret ne permet pas à cette heure d’y répondre.

Table 4, dite : « Supersonique » : De retour à PC, DocNico et Baptiste2 se joignent à Dom et NicoH pour ressortir du placard Lewis & Clark, jeu de course qui fait bien couiner quand on goupille mal son enchaînement d’actions et qu’on se retrouve à faire du surplace. Les explorateurs sont restés bien groupés et Baptiste, dans un dernier effort, parvient à établir son campement à deux cases de l’embouchure de la Columbia River. Mais le Doc a patiemment construit une main de carte puissante (avec dès le premier tour celle qui donne une réduction de 2 sur les achats futurs) et il détient celle qui permet d’avancer de 6 cases à la fois sur la rivière et dans les montagnes : ses tours sont lents mais à chaque triple activation il progresse beaucoup. Il déclenche une dernière fois son avancée irrésistible et parvient le premier aux plages du Pacifique.

Table 5, dite « Suppositoire géant » : Ils avaient tous envie de jouer à Bitoku, Neox, Samuel, Olive et Mickaël. Pourtant les 36 pages de règles auraient pu calmer leur excitation mais non, ils y ont passé la soirée, il faut croire que c’était agréable. Il y avait du matos sur la table au point qu’ils se sont sentis à l’étroit, il a été suggéré qu’avec un peu plus de largeur (1,10 m ?) ça aurait été mieux. Quand, le carnet en main, le reporter visita la table, aucun joueur ne dominait les autres et on ne sait comment cela finit si ce n’est qu’ils repartirent fort tard. Vu qu’il crachinait dehors, on espère qu’il sont sortis couverts. (EDIT Neox : C’est Mickaël qui a gagné avec 119 PV !)

Séance de VENDREDI 10/06/2016 à St-Elivet

Le 10 juin 1935 était fondée la ligue des Alcooliques Anonymes. 81 ans plus tard, les adhérents de PC se servent une bonne rasade de jeux en toute sobriété (pour la modération, c’est plus difficile).

Table 1, dite « Full of Bourbon » : Julien-Lannion, Mickaël, Paul et VHN partent en direction du Pacifique avec Lewis & Clark. Le franchissement des Rocheuses permet à Julien et Dom de se détacher, le premier finissant par établir son camp dans une belle combinaison finale.

Avant de se séparer, les mêmes testent les Kimonos de l’Empereur (VF de Colors of Kasane, à paraître prochainement), un petit jeu de cartes japonais dans une version proposée par le DUC. Il s’agit de faire des combinaisons de cartes avec des contraintes à la fois sur la carte qu’on peut ajouter à sa main et sur la combinaison qu’on peut poser (il semblerait avoir quelques ressemblances avec le Yahtzee).

Table 2, dite « Yohoho, et une bouteille de Rhum ! » : Nicolas-Neox, Hélène et Baptiste-à-moi-les-doublons jouent à Black Fleet puis à Camel Up. Nous n’en savons pas plus.

Table 3, dite « Magic Cocktail » : Dans une pièce à l’écart, Julien-Paimpol, Jack et Marie-Anne jouent de nouveau à Trickerion: legends of illusion et y étaient encore à 1h du matin. Il faut croire que c’est bien.

Table 4, dite « Madère et Porto » : Xel, Nicolas-2, Tristan et Laurent dégustent Vinhos, un jeu  de gestion long en bouche (compter plusieurs heures). Tristan rencontre le succès comme maître de chai.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 20/05/2016 à St-Elivet

En ce vendredi soir, la salle de quartier s’est emplie pour une soirée de jeux sous le signe de voyages lointains. La dispersion des troupes a empêché le rédacteur de collecter les résultats, mais nul doute que le forum y remédiera.

Table 1, dite « En Mésopotamie » : JiBee, Paul et Tristan jouent à Amyitis. NIP s’impose et repart chez lui en sifflotant un air oriental.

Table 2, dite « Sur le Missouri » : Lewis & Clark avec Mickaël, Julien-Lannion, Jeff et Françoise.

Table 3, dite « Week-end écossais » : partie de niveau difficile de Mysterium avec Thomas dans le rôle du fantôme, Elaine & Gaël qui découvraient, Joan, VHN, Jérôme et Maël, un jeune visiteur aux tendances rôlistes ayant découvert l’association sur internet.

La première phase se termine de justesse avec un bel exemple d’esprit d’équipe pour sauver le soldat Gaël au cours des deux dernières heures. Dans la seconde phase (le vote), seul Dom a accès à l’ensemble des indices (dont il fera un bien mauvais usage) et pas un seul des 6 medium choisira le véritable coupable. Oh well…

Table 4, dite « Voyage dans le temps et l’espace » : Space Crusade est un vénérable jeu avec des figurines des années 1990 (édité par MB, un nom qu’on n’est pas habitués à voir sortir à PC). Pour sa première apparition il réunit François-René, Baptiste-Ploutocrate-Interstellaire, Jack et Nicolas-II.

Table 5, dite « Paris-Berlin-Colorado » : Axel et son correspondant allemand, arrivés tardivement, se sont affrontés à Carcassonne dans sa version La ruée vers l’or.

Table 6, dite « Dans les nuages » : Jeff, Mickaël, Julien et Tristan essaient Via Nebula, un nouveau jeu de Martin Wallace avec des cubes et un look bisounours. Selon Jeff, c’est bien.

Table 7, dite « Au fond des oubliettes » : Axel et son visiteur, Jérôme et Nicolas jouent à Dungeon Raiders.

Table 8, dite « Nulle part ailleurs » : Plus de 3 heures pour achever 5 manches d’un party game léger, cela peut paraître beaucoup. Pourtant, on ne s’est pas ennuyés un instant pendant cette partie mémorable de Codenames et il y a avait un moment qu’on n’avait pas autant ri. Le casting : les Bleus alignaient Baptiste (jusqu’à son départ), Joan et Dom puis ont reçu le renfort de Paul et Nicolas; côté Rouge, Thomas et Gaël (que nous avions convaincu de rester essayer ; je crois qu’il n’a pas regretté !), ensuite rejoints par F-R et Jérôme.

Assez vite, les Bleus se sont retrouvés menés à 0 à 2 (on m’a demandé de passer sous silence l’épisode dit « des mains baladeuses »). La troisième partie a vu les Bleus de nouveau distancés entamer une remontée remarquable et coiffer leurs adversaires sur le fil. Dans la manche de l’égalisation, F-R en maître-espion a été victime de sa « Dominatrice 4 » en laissant l’inconscient de ses équipiers les entraîner dans un Lit assassin. L’affrontement ultime a tenu ses promesses : le « Tir 3 » des Bleus ayant raté sa cible, ils ont tenté avec un « Ephémère 3 » de découvrir en un tour leurs 4 dernières tuiles. Las, leur ultime choix a offert aux Rouges une belle victoire.

Encore une fois, on s’instruit en s’amusant à ce jeu tout en apprenant de belles sur les autres. Ainsi, certaines préfèrent leur plateau de fruits de mer garni de pinces de coques, les opérations ne font pas partie pour tous des bases des mathématiques, les cyclistes reçoivent peu de compassion et on sait maintenant pourquoi il n’y a plus de pigeons à Paris. Quant aux intéressantes discussions médicalo-anatomiques, elle n’ont je crains pas leur place ici. Mais où d’autre peut-on voir à minuit passé une adhérente à jeun, à moitié debout sur les tables et s’écriant « je suis un grand chat !!! » ?

Au fait, Codenames en version francisée vient de sortir dans les bonnes boutiques de jeu. Méfiez-vous des imitations !

pic2945237_md

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 19/02/2016 à St-Elivet

Le 19 février 1883, Philippe Auguste Villiers de L’Isle-Adam publiait ses Contes cruels. Le bourgeois est l’ennemi désigné par Villiers dans sa correspondance avec Mallarmé : « Le fait est que je ferai du bourgeois, si Dieu me prête vie, ce que Voltaire a fait des cléricaux, Rousseau des gentilshommes et Molière des médecins. Il parait que j’ai une puissance de grotesque dont je ne me doutais pas. »

Villiers fait la satire du bourgeois parce qu’il représente l’esprit étriqué, matérialiste et positiviste de son temps, alors que lui cherche à incarner l’idéalisme fin-de-siècle en se présentant comme « portier de l’Idéal » pour combler le vide métaphysique provoqué par le bourgeois. Pour répondre au matérialisme philosophique bourgeois, Villiers renouvelle la satire, utilise la forme brève pour rendre son ironie plus cruelle, et s’appuie parfois sur le fantastique .

Les contes, d’une grande diversité ont un dénominateur commun : la cruauté.  En effet, Villiers y montre sans fard, avec cynisme parfois, les travers de ses contemporains qui semblent bien cupides (Virginie et Paul), sots et superficiels (La machine à gloire). Néanmoins, les Contes cruels ne se bornent pas à une critique du temps : le fantastique (Véra, L’Intersigne), genre en vogue, est représenté. Surtout, dans la plupart des Contes transparaissent un sens du tragique et une poésie conformes à leur auteur, aristocrate ruiné, dramaturge sans succès et amoureux du Beau.

Sous l’outrance, Villiers dissimule une observation aiguë et profonde du cœur humain. Cet univers de « filles » et de dandys est le miroir grossissant des vices et des vanités partout répandus. L’humour noir et le raffinement transforment la chronique réaliste en mirage fantastique. Sous le masque du plaisir grimace l’angoisse : dans chaque récit, une lente horreur s’insinue peu à peu au cœur d’un tourbillon qui bascule dans le cauchemar.

« Le plus miraculeux des livres d’heures » (Mallarmé) est, avec L’Ève future (1884), le livre le plus connu d’un auteur considéré par plusieurs de ses contemporains, et non des moindres, comme un véritable génie, précurseur du symbolisme, mais dont la légende de dandy excentrique et d’écrivain maudit a fini par occulter en partie l’œuvre considérable.

En cet anniversaire, nous lui rendrons grâce en désignant chacune des tables de ce soir du titre d’un de ces contes.

hugo weinberg

Table 1, dite « Le Traitement du docteur Tristan » : Une table racontée avec luxe de détails par notre envoyé très spatial, Dominique:

Thomas, Michal, Tristan et VHN essaient Xia, Legends of a Drift System, un jeu très original d’aventures spatiales. Chaque joueur démarre la partie aux commandes d’un modeste vaisseau qu’il pourra améliorer, voire s’il est assez riche échanger pour un plus gros. Son but est d’accumuler le plus de points de renommée mais c’est la façon de gagner ces points qui donne au jeu toute son ouverture : on peut aller explorer la galaxie (le plan de jeu se construite peu à peu avec de grandes tuiles hexagonales), faire du commerce, accomplir des missions secrètes, piller ou détruire d’autres vaisseaux, prendre quelques risques à extraire des ressources de champs d’astéroïdes ou de nébuleuses gazeuses, etc. Le recours aux jets de dés pour la plupart des actions empêche de planifier finement mais force à improviser constamment et donne un côté épique aux succès et aux échecs. La variété des parties est certainement immense à travers la forme/taille de la galaxie et les orientations choisies par les joueurs. C’est le genre de jeu où on a vraiment l’impression d’écrire une histoire au fur et à mesure de la partie.

« I’ve seen things you people wouldn’t believe » : ce soir là, on se souviendra de l’audace de Michal qui, après avoir à lui seul exploré plus de la moitié de la galaxie, réussit quelques exploits mémorables  (revenir à bon port après avoir eu toute son énergie drainée dans un nuage électromagnétique ou encore extraire une montagne de minerai d’une zone particulièrement risquée). Tristan, pour sa part, se lance dès le début dans un petit business consistant à faire commerce de Terra (des cubes verts, quoi)  entre deux planètes voisines. Personne n’ayant souhaité lui mettre des bâtons dans les réacteurs, il prospère
tranquillement et achète des vaisseaux de plus en plus puissants. Il fait quelques coups remarqués (enchaîner 3 jets de dé à 1 par exemple ! mais aussi boucler un marathon en passant en un tour de jeu par 4 secteurs différents de la galaxie) pour finir, dans un délire mégalomane, par s’équiper en armes de destruction massive et prétendre faire régner la loi. Parlez-moi du pouvoir corrupteur de l’argent…

Thomas et Dom, de leur côté, s’essaient avec plus ou moins de réussite à diverses activités. Le dernier irritera ses collègues en utilisant plusieurs fois son pouvoir de se « coller aux basques » d’un autre joueur
pour le suivre en profitant de ses déplacements. Les deux derniers tours voient un déchaînement de violence : après avoir échoué à détruire le vaisseau XXL de Tristan et réussi sournoisement à échapper aux puissantes armes de ce dernier, Dom est réduit en poussière par un Michal souhaitant régler quelques comptes (il est vrai que son vaisseau avait, quelques tours plus tôt, servi à Dom à apprendre à régler le tir de ses blasters). Dom jouant juste après Michal, le hasard le fait repartir d’une position proche de la planète où Tristan et Michal s’abritent. Forçant son bouclier de protection, il réussit à revenir au contact de Michal et le détruit une dernière fois !

Au final, la spécialisation commerciale sans rival de Tristan se révèle payante : il l’emporte avec 16 points devant Michal à 11 et Dom et Thomas à égalité à 7.

1035-Xia-1

Table 2, dite « Souvenirs occultes » : à la table de Room 25 nous accueillons un nouvel adhérent, Bruno, qui rédige derechef un bulletin d’adhésion et le remet en mains propres au secrétaire. Il hérite du rôle de prisonnier, tout comme Baptiste, Hélène et Nicolas. Xel et VHS sont les gardiens, cela se sait bien assez tôt, car nous faisons de notre mieux pour pousser nos petits camarades et chambouler l’ordre des chambres pour éloigner la chambre 25, trop tôt apparue dans le jeu. Baptiste sera notre seule victime, nous nous contenterons ensuite de faire tourner l’horloge pour emporter les prisonniers vers leur destin funeste. Surtout, nous avons réussi à tirer les ficelles dans le lointain. Et à ce jeu, comme le dit avec philosophie Nicolas, difficile aux prisonniers de gagner s’ils ne tuent pas au moins un gardien…

Table 3, dite « Les brigands » : Les aventuriers du rail voient s’affronter Gael, Elaine et Mickaël. L’issue de leur odyssée sera peut-être dévoilée sur le forum…

Table 4, dite « Fleurs de ténèbres » : Nicolas a patiemment attendu que les tables se libèrent pour proposer le désormais traditionnel Blood Rage. Avec 141 PV, il l’emporte haut la main devant Mickël, 118, tandis que Hélène (78) et Baptiste (76) cheminent ensemble.

Table 5, dite « La machine à gloire  » : Dans le rôle de l’empire, Julien-de-Paimpol échoue à cette campagne de Assaut sur l’empire. Tous les autres: Jack, François-René, Laurent et Jeff, ont donc gagné.

Table 6, dite « Le désir d’être un homme » : Xel et VHS invitent Bruno à Dominion sur un scénario malheureusement trop répétitif. C’est Xel qui s’adjuge la mise avec 36, devant VHS, 30, et Bruno, 26.

Table 7, dite « Le plus beau dîner du monde » : Xel et VHS invitent Bruno à optimiser son forfait tout neuf de membre de PC avec un nouvel opus de Splendor que Xel remporte encore avec 18, devant Bruno, 10, et VHS, scotché à 9.

Table 8, dite « Impatience de la foule  » :  la Table 4 se sépare de Mickaël et enchaîne sur un plan à 3 sur Lewis & Clark. Cette partie a sûrement connu un vainqueur mais il ne sera pas dévoilé ici…

Table 9, dite « A s’y méprendre » : une partie de Codenames oppose les diables rouges (Xel, VHS, François-René) à des bleus en surnombre (Jeff, Thomas, Dom et Julien). Ces derniers l’emportent de justesse 2 à 1. La victoire n’a tenu qu’à une ficelle de string, une aile de pigeon suivant un corner, et à un passage de témoin qui ne se fit pas entre tous les membres.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 12/02/2016 à St-Elivet et Ti Koad

Le 12 février 1809 naissait Charles Darwin. Engagé comme naturaliste à 22 ans pour une expédition océanographique de cinq ans autour du monde, il observe en Patagonie des fossiles et squelettes d’espèces disparues alors que des individus semblables, mais plus petits, sont encore visibles. Aux îles Galapagos, le jeune savant est frappé par la coexistence d’espèces voisines de lézards (iguanes) et d’oiseaux. Il porte un intérêt particulier aux 13 espèces de pinsons qui s’y trouvent. De retour en Angleterre, Darwin rassemble les preuves de la non-fixité des espèces. Il publie enfin, au bout de trente ans, le fruit de ses travaux.

Dans L’Origine des espèces, Charles Darwin présente ses observations et conclut à une évolution naturelle des espèces : les individus qui ont hérité de caractères bien adaptés à leur milieu ont tendance à mieux se reproduire que leurs congénères et à prendre le pas sur eux. En quelques générations, une espèce peut se transformer jusqu’à donner naissance à une nouvelle espèce. Ainsi l’être humain est-il peut-être issu de deux singes nés avec 46 chromosomes au lieu de 48 comme leurs congénères. Cette théorie de la sélection naturelle est affinée au XXe siècle grâce aux progrès de la génétique qui mettent en évidence la possibilité de mutations ou de «sauts» en plus de la sélection des caractères héréditaires.

En 1863, H. W. Bates publie la première confirmation observationnelle de la théorie évolutionniste : une espèce de papillon amazonien a évolué pour adopter une couleur semblable à une autre espèce voisine que les oiseaux prédateurs ne mangent pas (théorie du mimétisme). À partir de 1870, l’ensemble de la communauté scientifique se rallie aux vues de Darwin.

Mais certains ont le tort de vouloir tirer de cette théorie plus qu’elle ne peut donner… C’est ainsi que se développe dans la deuxième moitié du XIXe siècle une théorie bâtie sur des hypothèses, le darwinisme social, qui tente d’appliquer la théorie de la sélection naturelle aux sociétés humaines. De cette théorie vont naître les aberrations racistes et criminelles de la fin du XIXe siècle et du siècle suivant (massacres des guerres coloniales, eugénisme et stérilisation des handicapés, antisémitisme).

Charles-Darwin

Le savant a également inspiré un site Internet, les Darwin Awards, récompenses humoristiques décernées aux personnes ayant montré un comportement particulièrement stupide ainsi remerciées (le plus souvent à titre posthume) pour avoir, de cette façon, contribué à l’amélioration globale du patrimoine génétique humain.

En voici un exemple, survenu en 2012 aux USA:

« C’était un incident bizarre. », a déclaré un enquêteur suite à la mort de Gary Allen, 43 ans. Gary était dans l’appartement d’un ami quand il repéra une bouteille contenant un liquide doré. Pensant qu’il s’agissait d’une boisson alcoolisée comme du whisky, et prit une rasade non négligeable d’essence ! Naturellement, il recracha immédiatement l’essence comme il put, la moitié au moins sur lui-même. Waouh ! Quel choc ! Pour se remettre de ces émotions, il alluma une petite cigarette…. Qui peut résoudre l’équation : essence + gaz + flamme = ? Maintenant Gary pourrait la résoudre puisque l’incendie créé lui coûta la vie. Disons pour sa défense que notre candidat au Darwin Award a cumulé les mauvais réflexes : boire un liquide inconnu et trop fumer. Mais qui garde de l’essence dans une bouteille dans la cuisine ? Un ami mécanicien, pour se laver les mains… What Else ?

Pour revenir au temps présent, notons que cette soirée éclatée sur deux sites aura à sa manière rendu un hommage spécial au darwinisme.

Table -1, dite « Dawinisme ludique » : dans la molle indécision qui régna au début de cette soirée, Dominique tenta avec ardeur de nous faire revisiter l’oeuvre de Darwin à Dominant spieces. Ironiquement, ce jeu ne sera pas adopté, n’ayant pas réussi à s’adapter à son public. La proposition  sera donc couronnée d’insuccès, ce sera pour une autre fois.

dominantspeciesandj(240114)10-

Table 1, dite « Darwinisme social » :  à Ti Koad, un gardien pathibulaire, Jeff, fait le garde à Mansions of Madness. Il remporte une victoire « in extremis » face à Sylvain, François-René et Marie-Anne.

Table 2, dite « Les couloirs du temps » : Julien remporte la partie la plus longue de toute l’histoire de Lewis & Clark. Joane, Baptiste-au-cuir-luisant et Mickaël y ont cru plus de trois heures…

Table 3, dite « La mort leur va si bien » : Julien-de-Paimpol et Jack entamaient une lutte à mort dans le décor anachronique d’une bibliothèque en  pleine rénovation, transformée pour l’occasion en Dead Zone.

Table 4, dite « Sélection très naturelle » : Blood rage sort si souvent ces derniers temps qu’on pourrait penser qu’il s’est adapté à Parties Civiles, à moins que ce ne soit l’inverse ? Axel entame son oeuvre destructrice et l’emporte haut la main avec 153, Nicolas , 119, et Baptiste, notre trésor public, avec 93. Mais où s’arrêtera la jeunesse ?

Table 5, dite « S’adapter ou périr » : Lords of waterdeep n’était pas sorti si souvent ces derniers temps, au point qu’on pourrait soupçonner Baptiste de l’avoir sorti pour voir si Axel s’y adapterait.  Mais Axel continue son oeuvre destructrice et l’emporte haut la main avec 149, Nicolas , 129, et Baptiste, notre trésor public, avec 112. Essayez plutôt un concours d’orthographe…

Table 6, dite « Cherchez la femme » : Dans le nid d’espions qu’est Homeland, votre humble serviteur était l’unique traître. En face de lui, un politique, Tristan, et trois loyalistes: Michal, Xel et Dominique. Je parviens à masquer mon rôle jusqu’au dernier tour, où Dominique m’expose. J’aurais poutant dû gagner en activant Jessica, pour voler la carte Nicholas, et faire échouer la mission sur un -5 triomphant. Mais je n’eus pas la présence d’esprit de le faire. Erreur fatale, car Tristan sempara de Mike (l’amant de Jessica IRL) pour voler Jessica, et donc capturer Nicholas Brody (qui est bien sûr son mari IRL). L’échelle terroriste n’alla donc pas à son maximum et je perdis la partie, car un vote conspiratif s’organisa alors qui me démasqua. Je terminai donc officiellement avec 0 alors que j’aurais pu prétendre à 27 PV ! Tristant remporte ainsi une victoire méritée (31), devant Michal (29), Xel (18) et Dom (17).

Table 7, dite « Carrefour du développement » : les tables se mélangent, sauf bien entendu celle de Lewis et Clark toujours en cours, et pas moins de huit joueurs affamés se retrouvent à Crossing. Nicolas, son propriétaire, gagne sans coup férir.

Table 8, dite « De crânes et de roses » : une partie de Skulls & Roses oppose quelques survivants. Julien résiste à Nicolas.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St Elivet 26/06

Pour cette dernière soirée à St Elivet avant les vacances (rendez-vous à Ti Koad dès mardi !), l’affluence était assez respectable.

Table 1, dite « courte »
… où Marvin (le rédacteur de ses lignes) a cassé les pieds de tout le monde pour faire un jeu court. Ce fut Pandémie, en compagnie d’Audrey, Axel, Laurent et Mikaël.

Laurent et moi-même les abandonnèrent ensuite, mais je suis sûr qu’ils se sont bien amusés, et le CR de la Table 2 mentionne Minivilles.

Table 2, dite « précoce », dont je laisse le plaisir de la narration à Dom :

Les premiers arrivés (Dom, F-R et Xel) pour cette dernière soirée à St-Elivet se lancent joyeusement dans une partie des Poilus pour se faire aussi vite hacher par la mitraille ennemie. L’escouade reçoit alors le renfort de Thomas et repart mourir au champ d’honneur.

Le groupe de 6 joueurs (après arrivée de MKS et Baptiste-aux-poches-profondes) commence par plusieurs rounds de Liens de Sang (qui vit Thomas assassiner avec enthousiasme son propre leader). Cap sur la haute mer ensuite pour deux parties de Korsar (nous tairons le nom du joueur qui a fini une fois avec des points négatifs). Après le départ de MKS ressort Cartagena (Dom et Xel finissent dans le même tour tandis que les pirates de F-R s’éternisent dans le souterrain). Puis quelques courtes parties de Non Merci pour attendre les Minivilles-boys-and-girls… Comment la nuit ludique se poursuivit-elle ? le forum le dira.

Table 3, dite « les autres »
… qui a vu Sly-le-Vieux, Jibee-le-Président et un troisième joueur, qui me pardonnera d’avoir oublié son identité, s’affronter autour de Lewis & Clark

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à St Elivet 22/05

Grosse séance ce vendredi, peut-être même une affluence record, avec une estimation de 25 participants (60 selon les syndicats, 4 selon la police). Et plein de joueurs récemment arrivés, ce qui est une très bonne chose !

On décompte donc au moins 6 tables en première partie de soirée, mais nul doute que les joueurs se sont mélangés après la fin des premières parties…

Table présidentielle
…où Jibee, Jeff, Sly « le Vieux », François et Thomas se sont affrontés autour de la dernière acquisition de l’association, Lewis & Clark.
Le commentaire de François

Jibee, chevauchant sa pirogue puis monté sur ses grands chevaux, franchit allègrement rivière puis montagne.
Mais il y eut un autre vainqueur: le chronomètre. Car chacun sait qu’un Lewis & Clark à 5 avec deux débutants défavorablement connu des horlogers, cela peut durer. Cela dura en effet, mais pas tant qu’on aurait cru. Thomas avait imprudemment asséné en début de partie: « ça devrait se terminer vers 23h15 ». Or quelle heure était-il à l’issue de cette partie ❓ L’heure à laquelle on n’est pas couché, répond Laurent Ruquier.

Table trésoriale
… où Baptiste a affronté d’autres joueurs (Jérôme, je crois, peut-être F-R…?) à Lords of Waterdeep

Table des petits joueurs
… où Marvin (aka « l’auteur de ces lignes ») a fait deux petits jeux en compagnie d’Alwen et Audrey. Une partie de Splendor pour commencer (découverte sympathique) et une de Minivilles ensuite.
Je quittai le centre après cette seconde partie, mais je suis sûr que la soirée a battu son plein jusqu’à l’heure autorisée.

Table épidémique
… où des joueurs ont combattu la maladie à Pandémie. Je crois qu’il y avait Mikaël, mais il était sûrement accompagné d’autres joueurs ! Julien, peut-être… et Dominique ? Ma mémoire n’est plus ce qu’elle était !

Table de la bibliothèque sans livres
… où Mks, Xel, Laurent et F-R (à moins qu’il n’ait été présent à la table de LoW ;)) se sont rabattus sur Fief, faute de joueurs pour un BSG (un comble, vu l’affluence !)

Table cuisine et dépendances
… où Julien (de Paimpol), David (de Scorfel), Joan et au moins une autre personne (je vous ai parlé de ma mémoire défaillante ?) ont joué à un jeu qui avait l’air bien. Quand je suis parti, il était question de sagesse. Et comme chacun sait, sagesse est source de foi.
Update : David nous libre les secret des nuits Arabiques…

Dom, Joan , Axel et VHS se sont attablé en cuisine pour une partie de Arabian Nights, proposée par Julien. Sur le plateau, donc, Sinbad, Ali baba, Shérazade et deux autres personnages non moins illustres partaient de Bagdad pour acquérir renommée et richesses.

Le parcours de Julien m’échappe. Il se fait discret et lorsqu’il semble développer enfin son endurance et sa bravoure, il est trop tard pour rivaliser avec d’autres.
Dom se porte rapidement en Europe, se marie, est enterré avec son épouse, échappe à un détrousseur de cadavres, devient sans le sou et infirme. Comme si cela ne suffisait pas, il se perd ensuite complètement, puis sombre dans la démence et erre longtemps autour de Kiev, et recouvre ses esprits seulement pour cumuler encore bien d’autres turpitudes et blessures.
Johanne s’illustre par la valse de ses décisions et par la qualité de ses jets de dés. De quête en quête, elle passe son temps à traverser le monde connu, pestant contre la lenteur de ses déplacements.
Cendrillon, machiavélique lorsqu’il s’agit de se préoccuper de ce dément de Dom, finit lui-même captif et fou au fin fond de l’Afrique.
VHS enfin se trouve deux fois embarqué contre sa volonté pour finir en Asie. Là, il se marie, devient vizir, fait un enfant. Il découvre un encensoir magique qui lui permet de rencontrer souvent des Efrits. La chance lui sourit et il parvient jusqu’au domaine de ces génies où il apprend beaucoup en usant tour à tour de déférence et de ruse. Finalement, il retourne à Bagdad, son objectif remplit.

Le jeu est agréable, bien que long et facilement décousu à plus de quatre joueurs. Il lui manque un petit quelque chose qui fournirait des directions au joueur afin qu’il puisse choisir plus facilement ses actions durant les rencontres pour avancer volontairement sur le tableau de la Destinée ou de l’Histoire.
Enfin, le jeu devient sans doute plus intéressant si les joueurs l’abordent comme des rôlistes, donnant corps à leur succession d’aventures, et si les narrateurs successifs endossent un moment l’habit de MJ afin de broder et d’adapter les situations de rencontres aux conditions exactes des joueurs (évitant ainsi par exemple de se débattre avec des eaux profondes et un ondin au milieu du désert).

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de MARDI 19/05 à St Elivet

Séance racontée par Julien :

Hier soir, pas moins de 12 personnes pour 3 tables.

Table 1

Où Xel, Thomas, JiBee, Hélène et une cinquième personne dont j’a oublié le nom, jouèrent à « Lewis et Clark« 

Table 2

Où Baptiste, Hélène, F-R et Jeff jouèrent à « Kingsburg« 

Table 3

Où Franck, Jérôme et VHS jouèrent à « Tales of the Arabian Night« , un jeu d’aventure narratif dans l’univers des 1001 nuits. Le jeu est très plaisant, si on se laisse porter par l’histoire, le hasard des rencontres faisant qu’on n’est jamais sûr de son destin. Après tout, les contes des 1001 nuits sont faits de rebondissements, de revers de fortune et de découvertes inopinées de trésors légendaires non ? Résumé de la partie d’hier soir :

« Aladin (Franck), parti de Bagdad sans un sou à la recherche de sa promise, princesse d’un pays lointain, parcouru l’Asie à sa recherche, fût envoûté par une ensorceleuse, fût mis en prison, dépouillé mais finit par retrouver sa chère et tendre, l’épousat et du même coup devint Vizir. Il rentra alors à Bagdad, fort de sa destinée hors du commun et avec un paquet d’histoires à raconter.
Sinbad (VHS), parti à la recherche de son cousin, subit également quelques revers de fortune, passant également quelques temps en prison. Cela lui inculqua cependant un peu de sagesse et il finit par retrouver son cousin, à la grande joie de sa mère. Il rencontra également un Efrit qui l’envoya en pèlerinage à la Mecque, pèlerinage qu’il n’eut pas le temps de terminer.
Enfin, Zumurrud (Jérôme), partie chercher on ne sait quoi dans les îles de la Méditerranée, fut attaquée par un oiseau géant qui la laissa invalide, ternissant ainsi sa beauté légendaire (oui, Zumurrud est une femme !). Elle parvient ensuite jusqu’à Alexandrie et aux portes du Sahara où elle fut ensorcelée par un mage vengeur. Prise en folie, elle erra dans le désert pendant longtemps, jusqu’à finir dans les geôles d’une prison saoudienne.

Tout ne finit pas toujours bien au pays des 1001 nuits. »

A noter qu’en fin de soirée, les tables se regroupèrent pour quelques (au moins 2) parties de « Poilus« , où, comme dans tout bon jeu coopératif, nous sommes tous morts lamentablement au champ d’honneur.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à St Elivet 15/05

Séance qui a vu la désertion de plusieurs joueurs pour cause du long WE, mais aussi l’arrivée des visiteurs nouveaux.

Table n°1 dite « Thomas & Baptiste » …

… qui ont défriché l’acquisition nouvelle de l’association :  « Lewis & Clark« . Il parait que le jeu est bien, à minuit ils étaient à leur deuxième partie.

Table n°2 dite « Au fond de la salle » …

… avec Audrey, MKS et un jeune adhérent de Bégard. Le nom du jeu m’échappe aussi…

Table n°3 dite « nombreuse »

… avec Jérôme, Mickaël, Joan, Julien et un couple d’amis de ces deux derniers venus voir comment nous sommes beaux, intelligents et surtout ludiques. Après une Pandémie semble t il meurtrière la table a enchaîné avec un jeu de gangsters…

Table n°4 dite « pourquoi est-il si méchant » …

… avec Jean-Luc, qui vient de St-Brieuc pour voir comment nous sommes beaux, intelligents et surtout ludiques, ainsi que Sly The Jeune et  F-R : ce trio s’est frotté à l’apprenti Sauron sous les traits de Votre Humble Serviteur autour du plateau de Descent 2nde édition. Un scénario en 2 actes a été joué, où un Cardinal devait être sauvé pas les vaillants héros, alors que le seigneur du mal voulait en faire son quatre heures. C’est ce qu’il fit. A noter une malchance particulière aux dès de Sly qui incarnait un magicien, et qui a raté plus de 50% de ses jets d’attaque  – alors que les probabilités sont plutôt de l’ordre de 15% de ratages prévus. Qui plus est, lorsque le seigneur du mal s’emparait de son personnage pour nuire au groupe, il ratait aussi ses jets. Il y avait quelque chose…

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.