Séance de MARDI 31/01/2023 à Servel

9 joueurs pour 3 tables, avec des saveurs allant du sucré à l’amer.

Table 1, dite « Knock-out » : Une nouvelle table d’Akropolis rassemble Olive, Marc et Mathieu. Le jeu est familial par sa longueur et sa difficulté, et pas folichon par son look sans fioritures. Le trio enchaîne trois parties, toutes remportées par Mathieu. Selon lui, tout consiste à bien choisir le type de tuiles où optimiser son scoring.

Table 2, dite « Souvenir de notre caravane » : Réclamé par certains depuis son retour récent sur les tables de l’association, les Voyages de Marco Polo embarquent Neox, Jakez, Nastassia et VHN dans un envoûtant voyage au long cours sur les routes de la soie, dans des parfum d’encens et de bouse de chameau (moyen de transport universel pour traverser l’Asie centrale). En fait non, cela sentait plutôt les crêpes, courtesy of un ange bienveillant en table 3. Utilisant un « placement de dé » bien conçu, le jeu se caractérise aussi par ses personnages ayant chacun un pouvoir qui semble trop puissant à tous les joueurs qui ne l’ont pas tiré ! Ajoutons qu’il arrive qu’aller occuper un emplacement en début de manche, avec innocence ou vice, laisse un goût amer chez les adversaires qui voient leurs plans contrariés.

Ce soir Nastassia pouvait voyager d’oasis en oasis mais put peu le valoriser faute d’objectifs de voyage appropriés. Nicolas disposait d’un dé supplémentaire mais, assis à gauche de Dom il soupira beaucoup. Ledit Dom se goinfra de ressources gratuites et joua une partie équilibrée, scorant 6 contrats (contre 7 à Neox) et plaçant 8 comptoirs sur 9 sur le plateau. Jakez enfin partit de Beijing : non seulement cela lui assurait 10 PV mais il n’eut qu’un pas à faire pour pouvoir utiliser une tuile lui laissant activer au début de chaque manche n’importe quelle tuile du plateau. Ainsi il cumula plusieurs fois 3 PV ce qui, couplé à quelques contrats juteux, lui fit prendre une avance décisive au score. Il l’emporte avec 70 PV, Dom 65, Neox 50 et Nastassia 36.

Table 3, dite « Merci pour ce moment » : Prestement composée à l’appel de Thomas, cette table qui convoque A Study in Emerald (2e ed.) réveille de vieux souvenirs de Wallaciens chez certains, et a pour d’autres le parfum de la découverte. Nous sommes en équipes, 3 contre 2 à rôles cachés (loyalistes contre restaurateurs), mais, si chacune a ses bonus collectifs, la victoire est bien individuelle à ce jeu aux mécanismes subtils, qui mêle avec audace l’univers de Cthulhu et celui de Sherlock Holmes.

Au mitan de la partie, un autre parfum ne tarde pas à embaumer la table: celui des crêpes confectionnées par Marie-Anne. Leur dégustation suspendra pour un temps l’intense concentration des joueurs, plongés dans le délice d’un bonheur simple comme la Bretagne, avec, pour exhausteur, ce goût inimitable de beurre salé qui forge les souvenirs. Vers ce même moment, autour des joueurs, un triangle se forme issu des tables défaites, qui résonne autour du pentagone formé par les loyalistes et les restaurateurs, dans une polyphonie madrée. Mais que s’est-il passé jusque là ? Si peu, quelques cartes glanées, des déplacements furtifs d’agents, quelques coups bas, mais de ceux dont on se relève. A la manière de ces finales olympiques de poursuite cycliste, chacun attend que l’autre se dévoile. Il devient bientôt clair que François est un loyaliste, Thomas probablement aussi, tandis que les agissements parfois fourbes de Marie-Anne la situent dans le camp adverse.

Alors que la nuit s’effiloche en une interminable pente douce, François prend les devants, assassinant de sang-froid un des agents d’Evan pour un butin de 3 PV qui, on ne le sait pas encore (mais lui le pressent), pèsera lourd au décompte. Thomas prend le parti inverse, et choisit d’occire les supplétifs de Xel (qui en pousse bien sûr des cris d’orfraie). Il commet ce forfait sur la foi d’une interprétation toute personnelle (si Evan achète autant de cartes Assassins, c’est bien sûr pour se jeter sur les restaurateurs). François, pour sa part, a pris le parti inverse : Evan est définitivement un restaurateur, et il s’arme pour tuer les monstres à venir.
Sûr de son fait, Thomas force l’allure et déclenche la fin de partie à toute berzingue ! Mais, contrairement au cyclisme, celui qui franchit la ligne n’est pas, à ce jeu, un vainqueur assuré s’il a mal calculé son coup. Et en effet, à son grand dam, Xel est bien dans le camp de Thomas, c’est François qui avait vu juste, et qui, à la faveur d’une stratégie maîtrisée, l’emporte avec 18 ! Thomas, 17, est le dindon de cette farce. Xel, 12 et Marie-Anne, 11, ont fait le pari perdant de s’ouvrir tous les possibles pour au final ne jamais parier quand Evan, 6, ferme la marche, victime de vents contraires. A-t-il au moins dégusté une crêpe ? On n’en a pas le souvenir. Pour les autres, cette partie restera comme un moment proustien nourri des effluves de paroles, des langueurs du jeu, du beurre salé des crêpes.
« Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste, à porter sans fléchir, sur leur gouttelette presque impalpable, l’édifice immense du souvenir »

Séance de MARDI 17/01/2023 à Servel

couronnement d'un papeLe 17 janvier 1377, cédant aux prières de Sainte Catherine de Sienne, faisant fi des lamentations de son entourage attaché au Palais des Papes et à son luxe, le pape Grégoire XI, dernier pape français, met fin à la captivité d’Avignon et réinstalle le Saint-Siège à Rome. La monarchie capétienne, affaiblie par la guerre de Cent Ans, n’est plus assez forte pour retenir le pape. Mais, à sa mort, le 27 mars 1378, le peuple romain impose l’élection d’un pape indigne, déséquilibré et violent, Urbain VI, qui cherche à imposer au Collège une vie conforme à l’idéal évangélique, demandant aux cardinaux de renoncer à leurs pensions et d’investir dans la restauration de l’Église. Deux conceptions de l’Église, du fonctionnement de ses institutions, de sa fiscalité et du rôle de ses princes — l’une avignonnaise, l’autre romaine — s’opposent. Les cardinaux, en majorité français, habitués aux fastes et aux intrigues de couloirs grâce auxquelles ils ont pu accéder à leurs charges si rémunératrices, voient d’un très mauvais œil ce pape moralisateur et intransigeant qui violente les cardinaux qui s’opposent à lui, jusqu’à les dépouiller et les faire exécuter en place publique. Treize cardinaux, pour la plupart français, se réuniront en septembre 1378 à Anagni, sous la protection de troupes gasconnes et navarraises, annulant l’élection d’Urbain VI et conférant la tiare au cardinal Robert de Genève. Clément VII, faute de pouvoir faire autrement, regagnera Avignon. C’est le début du Grand Schisme d’Occident, qui divisera pendant quarante ans l’Europe chrétienne en deux courants, entre papes et antipapes, Rome et Avignon, le tout sur fond de perte d’influence de l’église face à la noblesse et la bourgeoisie et de laïcité rampante des esprits.

Quelques années plus tard, un schisme était en gestation à l’occident de Lannion, lors d’une paisible soirée de jeux. Dans l’attente de Marie-Anne, cinq joueurs avaient constitué une table de Râ et quatre une table des voyages de Maroc Polo. Deux tables complètes donc. Laquelle allait se séparer pour accueillir notre nouvelle joueuse ? A ce suspense intense comme un carré de chocolat noir, il fut mit fin par l’intéressée qui choisit, pour un temps, d’assister en spectatrice, à la deuxième. Le schisme occidental de Lannion fit donc long feu.

Table 1, dite « Un Dieu en partage » : fut choisi comme un jeu du mardi par une table de joueurs sages comme des images, c’est à peine si on entendait quelques invocations poussives du divin à l’approche de la fin de la piste qui scande ses apparitions. Se partageant presque ses faveurs, Matthieu, grâce à un tableau puissant et équilibré, l’emporte avec 40 devant Jakez, 38, roi des Pharaons et du Nil. François (23), moyen partout, occupe le ventre mou d’un classement dont Benjamin (13) et Evan (10) sondent les profondeurs, faute d’avoir su utiliser leurs jetons à temps.

Les Voyages de Marco PoloTable 2, dite « Vers l’Orient compliqué » : Les voyages de Marco Polo, table au long de cours de joueurs motivés par le thème au point d’avoir réservé leur strapontin sur la toile, voit une courte victoire de Neox (57), vainqueur à coup d’idées simples, qui devance Xel (53), Marc (49), et Anastasia (37).

Table 3, dite « Papes vs. antipapes » : De l’Egypte antique, la table 1 bifurque vers la Grèce d’Akropolis, et accueille donc Marie-Anne à ce jeu très astucieux, où il s’agit de composer un village en forme de puzzle de différents types de tuiles, qui rapportent des points selon leur nombre, leurs règles de pose, et, surtout, la présence de multiplicateurs et de tuiles en étage. S’y affrontèrent urbanistes et clémentistes. Dans la première catégorie, on rangera sans hésitation aucune les intransigeants Mathieu, vainqueur avec 111 dont un hallucinant 66 sur les guerriers et deux zéros, et Benjamin (88, dont 58 sur les habitations, et également deux zéros). Partisans du confort coupable d’une feuille de score plus équilibrée et sans aucun zéro, François (98) et Marie-Anne (86) apprirent à leurs dépends que patience et longueur de temps font parfois moins que force et que rage.

Table 4, dite « Vers la réforme » : le grand schisme d’Occident dérive toujours plus vers l’Orient avec cette table finale de Sushi go qui réunit les protagonistes du voyage de la table 2. Xel et Anastasia – en parfaite égalité avec 58, y détrônent Neox 56, et où Marc restera non noté dans nos grimoires, faute d’un scribe attentif. Portant deux joueuses en tête, cette table clôt idéalement la parenthèse du schisme non avenu de Lannion, annonçant la réforme et l’émancipation à venir des femmes.

Séance de MARDI 03/01/2023 à Servel

Après 10 jours d’interruption pour cause de sobriété festive, reprise des activités ludiques.

Table 1, dite « Rurale » : Dans la jungle sudaméricaine, Neox, François, Evan et VHN enchaînent deux parties d’El Dorado, jeu léger de course basé sur du deckbuilding. Certes, mais vu qu’il y a peu moyen d’alléger son deck pour faire tourner ses grosses cartes, il vaut mieux faire preuve de modération dans ses achats. Dans la première partie, Neox fait la course en tête et résiste au retour de Dom qui crame tous ses jetons bonus sans parvenir à le rattraper à temps. Evan quant à lui est distancé, voir la remarque précédente sur les achats. Dans la seconde partie, une jungle dense nécessite d’avoir rapidement des cartes adaptées. Faute d’y parvenir, Neox bouchonne Dom dans le chemin facile tandis que François (carte+jeton) et Evan (2 cartes) franchissent l’obstacle. On se dit que cela va se jouer entre eux mais Neox fait un retour spectaculaire et finit juste derrière Evan, premier parvenu au but. Dom quant à lui est distancé, voir la remarque précédente sur les achats.

Table 2, dite « Urbaine » : C’est la première apparition de Akropolis, jeu familial de placement de tuiles hexagonales avec un scoring à la Kingdomino. Là encore deux parties sont disputées et voient Marie-Anne et Xel lutter pour la victoire (123 vs. 101 puis 132 vs. 114). Benjamin et Marc ne peuvent que constater la supériorité des dames.