Séance de VENDREDI 29/01/2016 à St-Elivet et Ti Koad

C’est le le 29 janvier 1635 que l’Académie française, fondée en 1634, est officialisée, sous le règne de Louis XIII, par le cardinal de Richelieu. Elle se compose de quarante membres élus par leurs pairs. Intégrée à l’Institut de France à sa création, elle est la première de ses cinq académies.

La mission qui lui est assignée dès l’origine est de fixer la langue française, de lui donner des règles, de la rendre pure et compréhensible par tous. Elle doit dans cet esprit commencer par composer un dictionnaire: la première édition en est publiée en 1694, et la neuvième est en cours d’élaboration.

Les académiciens doivent leur surnom d’immortels à la devise « À l’Immortalité », qui figure sur le sceau donné à l’Académie par son fondateur, et vise à l’origine la langue française, non les académiciens. Rapidement, cette notion s’est étendue aux académiciens pour leur gloire posthume, l’immortalité littéraire étant conférée par le roi en échange de l’unification linguistique du royaume et son autonomisation par rapport à l’Église.

À partir du XVIIIè, les académiciens développent une éthique qui ne se veut plus au service du pouvoir, mais gardent ce titre d’« immortels ». La qualité d’académicien est en fait une dignité inamovible: nul ne peut démissionner de l’Académie française, et qui se déclarerait démissionnaire ne sera pas remplacé avant son décès.

sceau_richelieu

380 ans plus tard, on a beaucoup parlé à St-Elivet, et certains sont allés porter l’épée jusqu’à Ti Koad. Par un splendide effet mirroir, une table de Blood Rage ici répondait à celle de CITOW là-bas, alors qu’ailleurs, le centre de loisirs était sous l’empire du verbe.

Table 1, dite « Ceux qui guerroient » : Thierry, Tristan, Jeff et Nicolas portent le fer à Chaos dans le vieux monde. Le premier nommé l’emporte sur la fin.

Table 2, dite « Ceux qui guerroient au lointain  » : Notre modeste président emmène une escouade de bretteurs de premier rang, parmi lesquels Jacques et Julien de Paimpol, reprendre le territoire perdu de Ti Koad. Mais c’est Mickaël qui fera verser le dernier sang de ce Blood Rage.

Table 3, dite « Ceux qui parloient » : un nouvel ami, Jérôme, présenté par Baptiste-haut-et-court, nous fait l’honneur d’un jeu dont il est l’auteur: Quiproquo. Il nous en présente le prototype et nous prend comme cobayes. Un petit jeu de 30 à 50 minutes, dit la boîte, mais la partie va durer près de trois heures!

Le principe en est fort simple: un maître de jeu, tiré au sort au départ, pioche une carte parmi 3 catégories: citations, proverbes, et lois idiotes. Sur la carte, certains des mots ont été masqués. Par exemple, la cittaion originale « Quand le lion est mort, les chacals se disputent l’empire » devient « Quand le [lion – BONUS] est mort, les [Quiproquo 1] se disputent [Quiproquo 2] ». Chaque joueur dispose d’une main de cartes représentant des mots de sens divers, classés par type (verbe) ou famille (lieu, vêtement, acteur, sportif, etc…), et doit, à partir de sa main, remplacer, sur un petit paravent de papier, les mots Quiproquo (et événtuellement le mot bonus) par un mot de sa carte.

Dans notre exemple, cette phrase pourrait devenir: quand Victoria Abril est morte, les agents d’entretien se disputent les porte-jarretelle. Le maître de jeu choisit la proposition qui lui semble la plus drôle, sans bien sûr en connaître l’auteur, qui gagne 1 point (2 s’il a aussi remplacé le mot bonus), puis devient le prochain maître de jeu.

Cette partie homérique se conclut, sur le fil, par la victoire méritée de son créateur, avec 8 points, devant Thomas et votre humble serviteur à 6, Xel à 5, François-René à 4 et enfin, Baptiste et Dom à 2 (un score qui le poursuivra pendant la soirée, comme on verra plus loin).

quiproquo

Table 4, dite « Ceux qui parloient encore » : Les survivants de la Table 3 sont rejoints par Julien, pour un Codenames. Les bleus, représentés par le podium de la table 3 complété par François-René s’imposent facilement 4 victoires à 2. Même renforcés par Jeff sur la fin, les rouges ont paru aveuglés par les évidences, à l’exemple de ce Pétrole 2 qui désignait, on en peut plus clairement, « Or » et « Noir ». Les bleus, eux, firent preuve de cohésion et d’habileté, à l’exemple de ce Conte 2 qui visait « Loup » et « Flûte ». Ils auraient même pu creuser l’écart si votre humble serviteur avait su associer « Ampoule » et « Carré ».

Table 5, dite « Côté cour » :  Pendant qu’à la ville on faisait le bel esprit dans une fort bruyante assemblée, à la cour on comptait ses jetons de Splendor en silence. A un char à deux succéda un quadrige, et au total de ces joutes, Baptiste compta deux victoires, contre une à Jeff.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 26/01/2016 à St-Elivet

Le 26 janvier 1788, l’Australie recevait ses premiers immigrants européens. Le gouvernement anglais, qui ne disposait plus de ses colonies d’Amérique, devenues indépendantes en 1783, a l’idée d’utiliser cette terre des antipodes pour y reléguer ses condamnés de droit commun ou convicts. Ce ne sont pas de grands criminels, mais de simples délinquants qui encombrent les bateaux-prisons des ports britanniques. Ils sont parfois seulement coupables d’avoir volé une miche de pain, mais la loi anglaise de cette époque punit de prison le moindre larcin de pendaison, ne serait-ce que le vol de quarante shillings !

Les navires s’approchent des côtes orientales de l’Australie et arrivent à Botany Bay, site remarquable pour sa flore. Puis ils accostent enfin, à un endroit aussitôt baptisé Port Jackson, où s’élève aujourd’hui la ville de Sydney. Pas moins de 162 000 convicts vont être expédiés en ce lieu, de 1788 au milieu du XIXe siècle. Ces colons d’un genre particulier, une fois leur peine accomplie, font souche sur place. Ils forment l’ossature du peuplement européen de l’Australie, et repoussent vers l’intérieur désertique les 500 000 à 3 millions d’Aborigènes présents sur l’île depuis des temps immémoriaux.

Les Australiens actuels ont hérité des convicts une relative nonchalance, un caractère frondeur et revendicatif, et un certain goût pour l’indépendance. La vie sociale y est aussi moins organisée que dans l’Amérique puritaine. Depuis, l’anniversaire de cette arrivée de la « First Fleet » est devenu la fête nationale du pays.

Port-Jackson et les bateaux de la 1ère Flotte, dessin d'un convict

228 ans plus tard, c’est de son plein gré qu’une cargaison de parti-civiliens vient coloniser le centre de St-Elivet. Une table à six se forme, puis, un peu plus tard, l’arrivée de Xel et votre modeste narrateur rebat les cartes et fend cette table unique en deux.

Table 1, dite « Botanique » : Jérôme, François-René et Mathieu tiennent le haut du pavé dans l’univers bucolique de Mysterium. Jeff, Nicolas, Jean-Yves et Franck suivent à distance cette partie que votre chroniqueur n’a pas eu le loisir de vivre en direct.

Table 2, dite « Colonisante » : Votre modeste chroniqueur entraîne Jeff et Jean-Yves sur les territoires d’Alien Frontier. Après un départ-fusée, je file plein gaz sur le territoire central et son dé bonus, et multiplie les dés et les conquêtes spatiales, creusant de profonds sillons sur de multiples planètes. Mes 10 PV me permettent de résister tranquillement à une ultime manœuvre désespérée de Jeff (7 PV), qui chercha à combiner plusieurs cartes pour me faire perdre des majorités. Jean-Yves (6 PV) a semblé apprécier le jeu, qui est très fluide dans ce format court à 3 joueurs.

Table 3, dite « De droit commun » : A Lemming mafia, trois délinquants endurcis, François-René, Xel et Nicolas terminent tous à six points, reléguant leurs congénères Jérôme et Mathieu dans les bas-fonds, mais sans pour autant les refroidir. Auraient-il eu peur d’une malédiction attachée à ce 666 ?

Table 4, dite « Survivante » : Les survivants de la Table 3 jouent à la guerre. Les poilus leur offrent l’occasion de se sauver ensemble, effaçant par là le signe maléfique auquel ils venaient d’échapper.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 22/01/2016 à St-Elivet

Si certains datent la naissance du XXIè siècle au 11 septembre 2001, on peut dater la fin du XIXè au 22 janvier 1901, une date aussi marquante à l’époque, où la vieille reine Victoria s’éteignit. Ce jour là, il y a 115 ans, la plupart des familles royales d’Europe pleurent une aïeule. C’est qu’en essaimant dans toutes les cours royales, les neuf enfants du couple ont valu à la reine le surnom de «grand-mère de l’Europe».

En 1837, quand Victoria (18 ans) est couronnée à Westminster, la dynastie des Hanovre (plus tard les Windsor) semble discréditée par la longue folie du roi George III et les frasques de ses deux fils et successeurs, George IV et Guillaume IV, ce dernier affichant pas moins de dix enfants illégitimes.

La société anglaise souffre par ailleurs de douloureuses mutations induites par la Révolution industrielle. Dans la capitale, on estime qu’un quart des femmes se prostituent. La démocratie est des plus imparfaites, et le suffrage universel pas encore établi. Mais tout va changer pendant les 64 années de son règne.

Sur un coup de foudre, la reine épousera son cousin, le prince allemand Albert, en 1840. Celui-ci, qui a le même âge que Victoria, n’éprouve pas la même passion amoureuse, mais il joue à la perfection son rôle de mari et de prince consort. Elle lui survivra 40 longues années.

À la veille de sa mort, la monarchie anglaise sera à son zénith. La reine, immensément populaire, sera à la tête de la première puissance mondiale et d’un empire étendu au quart de la planète. Son fils et successeur, le populaire Edouard VII (60 ans), amant heureux et bon vivant, va secouer le corset puritain dans lequel se débat Merry England. Le souvenir du prince Albert s’estompe. Bientôt, on s’étripera dans les tranchées.

Victoria1837

Table 1, dite « Grand siècle » : Julien et Joane invitent Tristan, un nouveau venu que nous saluons, à s’essayer au jeu Le lièvre et la tortue. A-t-il lu ses classiques ? Toujours est-il que, dernier arrivé, il coiffe au poteau Julien 18 à 16, pendant que Joane (9) observe à distance cette lutte farouche.

Table 2, dite « Retour de Fachoda » : Dans l’imaginaire collectif français, la crise de Fachoda reste comme une profonde humiliation infligée par un Royaume-Uni triomphant, hautain et forcément de mauvaise foi. Les protagonistes de la table précédente s’exercent à l’univers retors de Dungeon Raiders. Une partie dont les annales ne conserveront pas le score.

Table 3, dite « Prince consort » : A Rex, notre envoyé spécial Dominique sort couronné d’une bataille intense, qu’il nous raconte par le menu:

Dans la grande salle, F-R, Laurent, JulienDePaimpol et Dom se sont lancés dans une partie de Rex : les derniers jours d’un empire. C’est un jeu combinant des pouvoirs de factions asymétriques, de l’économique (récupérer de l’Influence, la devise qui permet d’acheter aux enchères des cartes de combat, et de recruter et déployer des troupes), de la diplomatie (avec un mécanisme d’alliances entre joueurs) et de la baston (mais pas trop : ceux qui avaient déjà joué ont sagement conseillé aux autres de bien réfléchir avant d’aller se frotter aux voisins). C’est aussi une réédition récente de Dune, un jeu mythique des années 80.
Un avis personnel du humble rédacteur : il est resté dubitatif vis à vis du mécanisme consistant à enchérir sur des cartes face cachée. Alors oui, un des peuples a le pouvoir de regarder la carte mise en vente ce qui ajoute une dimension bluff, mais en général tout l’intérêt de l’enchère consiste à proposer un prix en relation à la valeur qu’on porte à la chose mise en vente (ou au désir d’empêcher un autre de l’acquérir). Par contre, la résolution des combats sans hasard avec une « roue de combat » est très astucieuse.
La partie se joue en 8 tours mais après 4 tours, le Conseil de Mecatol City décida de mettre fin à la partie en concédant la victoire à Dom (qui jouait avec le peuple Sol). La raison en était que vu les conditions de victoire spécifiques audit peuple, une tactique « je m’enferme dans ma forteresse avec une force décourageant toute attaque » lui garantissait de l’emporter.
Alors après que les canons laser se sont tus vint le temps de l’introspection (« L’époque serait aux tables rondes et à la détente », auraient dit certains). Une commission d’enquête quadripartite fut mise en place et, après avoir relu à tête reposée les règles, conclut que l’apparente insolente dominance des Sol était essentiellement due à des erreurs qui affaiblissaient les pouvoirs spécifiques des autres peuples (en l’occurence, les Jol-Nar/Laurent, les Lazax/F-R et les Letnev/Julien). Il est aussi établi que le jeu est le meilleur dans une configuration à 6 joueurs. Nous voilà donc éclairés pour la prochaine fois.

Table 4, dite « Merryland » : Michal initie Xel et Votre Humble Serviteur à Homeland, jeu qui reprend l’univers de la série, peuplé de menaces de toutes sortes que doivent affronter un bataillon d’agents secrets. Chacun hérite au début d’un rôle secret (loyaliste, opportuniste politique, ou traître), qui orientera ses actions. Deux échelles, une de traîtrise et une de loyauté, marquent la progression de la résolution des menaces, et l’atteinte de son dernier niveau sur l’une ou l’autre met fin à la partie. Longtemps suspecté, je tenais pourtant un rôle loyal, tout comme Xel. Michal, opportuniste, engrangea tous les points qu’octroyaient nos victoires et s’adjuge la partie (25 PV), malgré la résistance vaillante de Xel (22 PV) et le sacrifice courageux de VHS (13 PV).

Table 5, dite « Révolution industrielle » : Baptiste « court toujours », Gael, Elaine et Gregor arpentent l’Europe sur les routes des Aventuriers du rail. Une chevauchée fantastique que Gael (124) remporte d’un écrou devant Elaine (123). Baptiste est à une éclisse (112) tandis que Grégor arrive dans le wagon de derrière (88).

Table 6, dite « Coup de foudre » : Une partie de Blood rage oppose Jeff, Jean-Baptiste, Mickaël et Thierry. Ce dernier l’emporte haut la main avec 110 PV, et les scores de ses opposants resteront perdus à jamais. Mais comme disent les Britanniques, « First is first, second is nowhere ».

Table 7, dite « Lost in translation » : les Bleus (Joane, Dom et VHS) affrontent les Rouges (François-René, Julien-de-Lannion et Thierry) à la nouvelle mouture du Codenames francisé. Les Rouges l’emportent 3 manches à 2 face à des Bleus qui jouèrent de malchance. A la première manche, je lançai un Mer 3 (visant surtout palmes et plage) qui orienta mes partenaires sur coque, le mot assassin. Nous perdîmes la quatrième sur une cloison que Joane identifiait comme un repère à cafards. Sur un Cabaret 4 lancé par Dom, nous nous jetâmes sur Moulin, qui était bien bleu, mais aussi sur Rouge, qui était…rouge ! Enfin, sur la dernière, je m’y pris à deux fois, avec Novotel et SNCF, deux marques ô combien françaises, pour faire trouver gaule. Il parait que si j’avais dit Sofitel, l’affaire aurait été dans le sac, si j’ose dire.

Table 8, dite « Victoria falls » : Compounded réunit Xel, Julien (titulaire du jeu), Jeff et Jean-Baptiste, qui terminent dans cet ordre sur une chute finale autant qu’inattendue.

Table 9, dite « Wight is Wight » : c’est sur l’île de Wight que trépassa Victoria, mais à Spyfall, Xel, Dom, VHS, Thierry et François-René avancent masqués. Nous avons visité la station spatiale (où Thierry s’habille comme tous les jours), la station service (où FR aime bien passer la nuit, il y rencontre des filles), l’hôpital, trop vite identifié par Thierry, contre-espion perspicace, et enfin la banque où je fus démasqué faute d’y avoir identifié des animaux caractéristiques commme l’écureuil, le lion ou le requin…Une franche partie de rigolade qui nous emmena jusqu’au bout de la nuit, ou presque.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 19/01/2016 à St-Elivet

Ce compte-rendu vous est rédigé d’une main de maître par Dominique. Merci à lui !

7 joueurs se retrouvent ce mardi soir d’hiver. Il se séparent en première partie de soirée après avoir émis des souhaits de prompt rétablissement pour le serveur OuiMite.

hopital

Table 1, dite « Glouton cosmique » : Jeff ressort un classique, Race for the Galaxy, pour Jérôme et Nicolas et leur montre comment gagner (dans cet ordre, avec 43, 21 et 20 points).

Table 2, dite « Tranchées amères » : François-René, Xel, Maud et VHN se retrouvent par deux fois en  première ligne dans Les Poilus. Dans la seconde vague d’assaut, l’escouade faillit bien gagner mais un dernier soutien raté la condamne à finir une nouvelle fois sur le monument aux morts. A noter, la tentative de Dom de faire un discours vitupérant … le beau temps.

Ces deux tables ayant terminé en même temps, tout le monde se regroupe.

Table 3, dite « Cube mortel » : Pour un Room 25 à 7 joueurs, il y a 2 gardiens et 5 prisonniers (et les salles de l’extension, et même des robots !). La Room25 (salle de sortie) a été révélée relativement rapidement mais les infâmes gardiens (Maud et Neox) ont réussi à la promener en tous sens, empêchant les prisonniers de s’y regrouper et de s’enfuir victorieusement. Cela n’a pas non plus aidé que F-R ressuscite un gardien !

Table 4, dite « Lièvre et tortue » : les mêmes moins Jeff (Maud et F-R découvrant le jeu) étrennent la nouvelle mouture du Codenames francisé. Les Bleus (Xel, F-R et un Neox qui n’a pas pu résister à l’envie de jouer), usant de méthodes improbables pour décoder les indices du maître-espion et progressant fréquemment d’1 mot à la fois, démontrent que rien ne sert de courir et l’emportent 2 manches à 1 face à des Rouges (Maud, Jérôme et VHN) créatifs mais inégaux.  

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 15/01/2016 à St-Elivet

Créé en 1753,  le British Museum a été ouvert au public le 15 janvier 1759 à la Montagu House, au même emplacement qu’aujourd’hui, et comptait alors quelque 80 000 objets. Ils sont plus de 7 millions aujourd’hui, exactement 257 ans après. Une occasion en or d’en examiner quelques échantillons.

Table 1, dite « du temps et des astres »

…où un Blood rage réunit Baptiste, Julien de Paimpol, Dom et votre humble serviteur, qui découvrait le jeu.  Après une période de flottement au premier âge suite à un draft déséquilibré, je finis par une manoeuvre tactique diabolique, contrant tout d’abord l’offensive imprudente de Baptiste sur Yggdrasil par une Force 6, puis, une fois la place nette, m’en emparant sans même combattre, fait d’arme qui me rapporta 30 points de gloire car mes trois échelles atteignirent ensemble la barre fatidique des 10 points. Cette partie fut également marquée par mon coup de sang, summum du role play, face à une carte particulièrement retorse de Dom qui détruisait tous mes guerriers sauf un dans la province que je convoitais, ainsi que par le hold-up du même Dom sur les points de rage qui lui donna des tours à rallonge.

Outil aux fonctions multiples, l’astrolabe permet de mesurer la hauteur des astres et de lire l’heure en fonction de la position des étoiles ou du soleil. Il nous aurait dit que, pendant que nous comptions le temps des tours de Dom, l’astre de Julien, comboteur en chef, était très haut sur la piste de gloire (142), tenant en respect Dom (123), VHS (97) et enfin Baptiste (69).

L’astrolabe de Chaucer (Salle 40), est le plus ancien en Europe (1326).

Chaucer_Astrolabe_BM_1909.6-17.1

Table 2, dite « empoisonnée »

…où Nicolas, Michal, Xel, Frank et Jérôme s’attablaient avec François-René pour un BSG lorsqu’ils virent apparaître Hélène, porteuse d’un panier de cookies maison au savant goût de chocolat caramélisé. Pour cette raison même, elle fut invitée à rejoindre leur assemblée et se tint sage au début, mais c’était un cadeau empoisonné. En effet, plus tard, sur un ordre de pilotage, elle dévoila sa véritable nature de cylon, rejoignant ainsi Michal et François-René. Ce puissant attelage permit une mort lente mais sûre des humains, à l’instar de celle de l’empereur romain Claude, mais, s’agissant de ce dernier, la plupart des historiens antiques s’accordent à dire que Claude est mort empoisonné par des champignons.

Salle 49, trône une effigie en bronze de Claude, retrouvée dans le Suffolk (Ier siècle)

800px-Roman_emperor_head

Table 3, dite « échec et mat »

…où, arrivé sur le tard, Axel fit sentir à Jack que le talent n’attend pas le nombre des années en le matant à Dead zone. Le matériel de ce jeu est beaucoup plus imposant que les figurines de Lewis, un ensemble de pièces de jeu d’échecs datant du Moyen Âge sculptées en Norvège (salle 40), mais il est peut-être moins impressionant.

Presque toutes les pièces de cette fameuse collection sont gravées dans de l’ivoire de morse, et quelques-unes sont faites à partir de dents de baleine.

lewis chessmen

Table 4, dite « emmerveillée »

…où Elaine (69 PV) impose sa loi à 7 wonders malgré Françoise (61), Sylvain (55), Baptiste-au-poil-dru (51), Thomas (50), et Jeff (49). La gagnante se verra remettre un billet gratuit pour la salle no 21, représentant des fragments du Mausolée D’Halicarnasse, une de ces 7 merveilles (milieu du IVe siècle av. J.-C.).

frise

Table 5, dite « splendide, forcément splendide »

…où Thomas (15 PV) devance Jeff (10), François (7) et Baptiste (2) à un  Splendor réunissant des survivants de la table 4. Comme il ne croit que ce qu’il voit, il est invité à se rendre en salle 40 pour admirer une véritable splendeur: la coupe de Sainte-Agnès (Paris, années 1370–80)

800px-British_Museum_Royal_Gold_Cup

Table 6, dite « à déchiffrer »

…où les bleus (Thomas, Julien et VHS, plus Axel en guest star) affrontèrent les rouges (Jeff, Françoise, Dom) pour un dernier Codenames. On retiendra de cette partie la maîtrise collective des bleus, même dans l’adversité.

Décoder les messages de certains put se révéler digne de la pierre de Rosette, ce fragment de stèle portant trois versions d’un même texte qui a permis le déchiffrement des hiéroglyphes et qui comporte un décret promulgué en 196 av. J.-C., écrit en deux langues (égyptien et grec anciens) et trois écritures : égyptien en hiéroglyphes, égyptien en démotique, et alphabet grec.

Ainsi, Axel utilisa pas moins de trois mots différents pour faire deviner « Culture »: souk, chinois, et bretonne. Dans ce dernier cas, le mot concurrent « Boule » (tout aussi bretonne) était l’assassin, que nous avions déjà failli choisir pour chinois (on ne s’épanchera pas ici sur la notion de boules chinoises, Google le fait déjà fort bien). Après avoir écouté notre jeune ami, un petit tour en salle 4 s’impose !

Rosetta_Stone

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 12/01/2016 à St-Elivet

Jack London naquit le 12 janvier 1876 (un mois à peine avant la naissance de la fameuse controverse Gray-Bell sur l’invention du téléphone, nous y reviendrons un jour). Après une enfance misérable, il exerça de nombreux métiers pour survivre : balayeur de jardins publics, menuisier, agriculteur, éleveur de poulets, chasseur de phoques (jusqu’au Japon et en Sibérie), pilleur d’huîtres, patrouilleur maritime, blanchisseur, et enfin chercheur d’or. Au Klondike, il ne trouva point d’or, mais la matière de sa première nouvelle et le début d’une carrière littéraire prolifique au gré de ses voyages au long cours, tragiquement interrompue par un empoisonnement du sang l’année de ses 40 ans.

london_jack

Exactement 140 ans après cette naissance, l’appel de la forêt retentit à Parties Civiles. Si le roman relate les aventures d’un chien domestique, vendu à la suite d’un concours de circonstances comme chien de traîneau, puis revenu à ses instincts naturels une fois confronté aux pièges et à la rudesse du territoire du Yukon, le parallèle est frappant avec la horde de parti-civiliens, domestiqués par leur employeur le jour, mais livrés à leurs instincts de joueurs au soir venu.

Table 1, dite « le Dieu tombé du ciel »

Quand sa mère organisait d’interminables séances de spiritisme, le petit Jack écoutait et se moquait avec ses camarades. Il manifesta ensuite toute sa vie un refus de l’au-delà et un matérialisme absolus. Cependant, dans ses fictions, la veine fantastique se révèle: dans Le vagabond des étoiles, un prisonnier condamné à la camisole de sécurité laisse son esprit s’évader et prendre corps dans des périodes variées de l’histoire de l’humanité. Dans Le talon de fer, son sens de l’anticipation « politique » lui fait imaginer la terre livrée au fascisme. Avant Adam est au contraire un retour à la préhistoire. On peut trouver ses nouvelles fantastiques dans les recueils Le dieu tombé du ciel et Histoires des siècles futurs.

Une partie de Mysterium revient pour l’essentiel à une séance d’exégèse de la pensée du fantôme, qui a la rude tâche de faire deviner un criminel, son forfait et le lieu où il fut commis, par le truchement d’un paquet de cartes aux accents aussi oniriques qu’abscons. Votre humble serviteur fut ce fantôme, tandis que Nicolas, Jean-Yves, Matthieu, Hélène et Xel s’échinaient à décoder les oracles. L’exercice du fantôme est hautement ardu, je le confirme. Dans l’océan de cartes qui me fut donné, et malgré les trois corbeaux qui me permirent de changer la donne, je ne trouvai pas plus d’une poignée de cartes qui avaient un rapport à peu près direct avec celle à deviner. Obstacle supplémentaire, en plus des cartes à trouver, se glissent des cartes intruses, que le spectre retranché derrière son paravent ne doit surtout pas négliger de scruter pour éviter tout quiproquo. Ici une silhouette, là l’idée du temps qui passe, ailleurs une ambiance de couleurs, souvent une association d’idée bien ténue: qui dit fumée dit poêle à frire, l’araignée velue évoque une chevelure fournie, les outils figurent la trousse de l’écolier….. Autant dire que la plupart de ces pistes tournèrent au fiasco et la mission échoua, seule Xel parvenant à élucider complètement son affaire. Le bizutage de Matthieu (entamé le mardi précédent) se poursuivit au-delà du raisonnable, car il échoua même à trouver son meurtrier, prenant l’institutrice pour le coiffeur malgré 4 cartes indices !

Table 2, dite « le bureau des assassinats »

Un Roborally avec François-René, Nicolas, Baptiste et Jérôme ne peut tourner qu’à une bataille rangée et bruyante, qui se termina dans l’ordre de citation des joueurs dans cette phrase brève comme la mort.

Table 3, dite « l’amour et rien d’autre »

Dans un grand élan amoureux, les Tables 1 et 2 fusionnèrent pour un  Shadow Hunters en formation 4-3-3 (4 Neutres). Inutile de dire que dans ce jeu à 10, on a largement le temps de raconter sa vie avant de voir venir son tour. Pour tuer le temps, on tape sur tout ce qui bouge, puisqu’on n’a pas vraiment le temps de savoir qui est son voisin, sauf pour Hélène qui ne cessa de donner des informations sur son identité et fut rapidement mise à mort. Le shérif s’appelait Nicolas, pourfendeur de 2 Hunters, titulaire de nombreuses cartes maléfiques et salvatrices, et héraut de la bande des Shadows, qui était promise à un destin glorieux au moment où s’arrêta cette chronique,….. et auquel elle accéda bel et bien (dixit le forum). Quant à votre humble serviteur, il était un Shadow Métamorphe, qui n’eut pas l’occasion de mentir une seule fois, puisque personne ne se renseigna sur son cas avant qu’il fut occis.

Table 4, dite « radieuse aurore »

Nicolas raconte: Et ensuite F-R, Jérôme et moi-même sommes restés pour un dernier 10′ to Kill  (remporté par F-R).

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 08/01/2016 à St-Elivet

Ce vendredi avait un petit parfum de fête, le trésorier ayant puisé dans la caisse pour nourrir et abreuver ses ouailles: galette, cidre, et têtes couronnées couronne. Coïncidence, ou pas, cette séance marqua un record d’affluence avec pas moins de 29 joueurs sur (au moins) 10 tables, et même 30 en comptant une apparition cameo de Vincent. Cette même date est enfin l’occasion de fêter l’anniversaire d’un certain nombre d’êtres chers (ou pas), que nous verrons surgir au gré des tables….

Table 1, dite « chevalière »

… où Dom, Thierry et Franck s’essaient à la nouvelle acquisition d’Axel: Mage Knight. Un jeu très très long, où ils explorèrent la plus facile des missions: la Première reconnaissance.  Dans ce jeu d’aventure, on contrôle un Chevalier Mage envoyé par le Conseil du Néant pour envahir l’Empire Atlante en éliminant Orques et Draconiens. Mais ces chevaliers font également peur aux habitants, qui leur ferment souvent leur portes (forteresses, tour des mages, cités) qu’ils devront parfois conquérir pour accroitre leurs compétences et accomplir leur mission… Une mission que nos quatre vaillants chevaliers ne purent mener à bien, jetant l’éponge à un tiers du scénario….

Il ya exactement 69 ans, David Jones surgissait du Néant pour envahir la planète musique. Mais c’est sous le nom de Bowie qu’il sera décoré deux fois par la Reine d’Angleterre, et fait Chevalier en 2003.

bowie 2

Table 2, dite « empathique »

… où Françoise, Julien l’aggloméré, Mickaël et Alwencouronne s’affrontent dans un Blood rage passioné, dont le vainqueur sera dévoilé en exclusivité sur le forum.

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Ce roman de Philip K. Dick campe un monde dévasté, où l’on tâche d’oublier le vide de son existence en cherchant à tout prix un lien d’empathie, par exemple en laissant allumé son poste de TV en permanence sur une émission de variété d’un présentateur toujours impeccable, frais et jovial. Le mercerisme, une religion où l’individu cherche à ressentir la « Passion » d’un nouveau Christ appelé Mercer, se pratique par le biais d’un appareil appelé boîte à empathie. Lorsqu’on y est connecté, l’on ressent violemment, jusqu’à en être physiquement affecté, le chemin de croix de Mercer, brutalisé et lapidé.

La plupart des espèces animales ayant disparu dans le cataclysme, leur simple possession est devenue signe, non seulement de richesse, mais aussi d’empathie et source de bien-être pour des Terriens isolés. Rick Deckard est l’un de ces hommes qui continuent à vivre sur Terre. Chasseur d’androïdes à San Francisco, il rêve de remplacer son mouton électrique par un vrai. Aussi, lorsque son supérieur lui apprend que des androïdes se sont illégalement enfuis de Mars vers la Terre, il espère que la récompense offerte pour leur capture va lui permettre de réaliser son rêve.

Roy Batty, le chef des réplicants renégats, est très intelligent mais peine à apprendre à gérer ses émotions naissantes. Il mène son groupe à la recherche d’un accroissement de leur durée de vie mais, au fur et à mesure, ses amis se font éliminer, rendant cette recherche difficile. Après avoir pourchassé Deckard, il lui sauve la vie, montrant ainsi au moins autant d’empathie que les humains qui cherchent à le tuer. Une hypothèse intéressante est que, avant sa mort, Roy voulut reproduire lui-même le maximum d’émotions humaines. De ce fait, l’on peut penser qu’en sauvant Deckard de la mort, il parvint à ressentir de la pitié et de l’empathie.

Dans le film Blade Runner issu du roman, Roy Batty est né ce soir, le 8 janvier 2016.

blade_runner

Table 3, dite « jouée d’avance »

… Julien le colocataire rejoint Baptiste au poil court pour défier Jean-Baptiste dans un Caylus au design new look. Faire appel au forum pour connaître le vainqueur relèverait de l’hérésie…

Table 4, dite « inhumaine »

… où Neox+Jérôme ont affronté Hélènecouronne+Baptiste dit le « deuil capilaire » + François-René dans un interminable Zombicide, toujours en cours à l’heure du bouclage. Retours possiblement sur le forum quand les joueurs seront sortis des bras de Morphée…

Ce même jour, le dictateur nord-coréen Kim-Joung-Eun fêtait ses 32 ans. Il avait invité plein de filles à sa fête d’anniversaire…

kim jiung eun

Table 5, dite « éventée »

… où Elaine campait un Jack l’Eventreur aux abois, pourchassé par Gael, Michal et Grégor dans un opus de Lettres de Whitechapel. Sa cachette éventée, le meurtier sera arrêté.

Table 6, dite « royaliste »

… où Marie-Anne survola les joutes de Kingsburg avec 58 PV, surclassant Jeff (47), Laurent (40), Thomas (37) et Xel (36). Mais une question demeure: a-t-elle joué seule ?

Il y a 20 ans, le dernier monarque Européen, François Mitterrand, rejoignait les forces de l’esprit.

mitterrand

Table 7, dite « 1 vs 1 »

… où Julien de Paimpol affronta Jacques, qui le terrassa par abandon, à un Dead zone titanesque dans l’atmosphère feutrée de la bibliothèque.

Table 8, dite « tortueuse »

… où Dom devance, dans cet ordre, Axel, Thomas, Votre Humble Serviteur couronne, et enfin Xel, sur les routes tortueuses de Cartagena.

Table 9, dite « nulle part ailleurs »

… où les bleus (Joan, Thomas et Votre Humble Serviteur couronne) devancèrent les rouges (Xel, Mickaël, et Dom) par 2 manches à 1 à Codenames. Face à une équipe bleue soudée, les rouges ont donné l’impresion de surtout jouer contre eux-mêmes. Pourtant, ce n’était pas bien difficile de trouver Char et Caisse avec un Voiture 2…

Ce n’est pas sans émotion que nous commémorons la disparition, il y a exactement 11 ans, de Jacqueline Joubert. Speakerine mythique, celle qui lança Dorothée, Récré A2 et Goldorak fit beaucoup pour la télévision française en donnant la vie à Antoine de Caunes.

joubert

Table 10, dite « capillo-tractée»

… où Jeff au poli fourni, Baptiste, nécessiteux capillaire, et Julien le colocataire s’affrontent dans un Splendor toujours en cours au milieu de la nuit. Retours possiblement sur le forum…

Elvis Presely aurait eu 81 ans ce soir, le double de ce que fut sa vie réelle. Aux temps de sa splendeur, celui qui a donné 1 156 concerts dans son pays aborait une coupe de cheveux ressemblant tant à la crête du dinosaure carnivore Cryolophosaurus que les paléontologues le surnommaient entre eux Elvisaurus.

presleydinosaure

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

 

Séance de MARDI 05/01/2016 à St-Elivet

Prémière séance de 2016 s’est vue dotée de 3 tables :

Table n°1 dite « 2 vs 2 » …

… où Neox+Jérôme ont affronté Hélène+Baptiste dit le « deuil capilaire » dans un Summoner Wars. Retours possiblement sur le forum.

Table n°2 dite « initiatique » …

… où le nouveau sympathisant : Matthieu, s’est volontairement soumis au test de Tzolk’in, accompagné par Jeff et Baptiste dit « cheveux ? non merci ! ». Retours de cette initiation possiblement sur le forum.

Table n°3 dite « plus morte que vivante » …

… où François-René, Xel, Françoise, Jean-Yves et Votre Humble Serviteur se sont inclinés devant le très exigeant Dead of Winter. La perte du clebs de VHS a été facteur fatal : empli du chagrin VHS a quitté les lieux laissant les survivants choisir un autre jeu… Retours possiblement sur le forum.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum