Séance de VENDREDI à St-Elivet 26/07

Séance estivale avec :

Table n°1 dite  » les territoires et la carte …

Imperial 2030 avec JB, Thomas, David, remportée par JB avec de gros scores

Tablen°2 dite « Les cartes et le territoire »…

… racontée par François, un partie …

…où Michal, Eliza, Xel, Julien, Frank, et François découvrent Space cadets. Présentation en bref par son détenteur: jeu coopératif mais chacun fait son truc, on est chacun en charge d’au moins un poste sur un vaisseau spatial, pas de cubes en bois (cependant un disque en bois inclus), plusieurs mini-jeux (poker, roborally, yahtzee, tetris, etc.), 3-6 joueurs, 2 scénarios d’initiation pas longs. Description conforme: nous sommes tous à nos postes pour essayer de faire avancer ce foutu vaisseau sur un territoire exigü et peuplé bien sûr d’ennemis, chacun essayant d’apporter sa modeste contribution en déplacement, protection, énergie, force de frappe, etc… Le tout en moins de 30 secondes pour chacun de ces petits jeux. Inutile de dire que notre dextérité fut vraiment celle d’un cadet, notre coordination perfectible, nos jets de dès calamiteux, nos cartes défavorables, nos rotations de postes infructueuses, et donc, malgré l’autorité de nos capitaines successifs, notre aventure tourna au fiasco et à une explosion en vol. Et ce n’était que la partie d’initiation. Peut-être existe-t-il une variante « Space minimes » ? La table se coupa ensuite en deux, Julien retenant Xel et VMN pour un Kingdom Builder: un jeu plaisant, rapide, où il faut coloniser avec ses maisons différents territoires (forêt, dunes, crevasses, prairies, fleurs…) en réalisant des objectifs décrits sur des cartes. Nos objectifs étaient en l’occurrence s’établir près des montagnes, construire la plus longue ligne horizontale, et établir autant de colonies disjointes que possible (« Ermite »). Je pensais l’emporter avec une très longue ligne horizontale dans une zone montagneuse, mais Xel réussit à conquérir la tuile « Caravane », qui, avec l’objectif « Ermite » fait forcément gagner.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 23/07

Séance à 2 tables ou plus dont :

Table n°1 dite « Sauron strikes back »…

… racontée par Marvin :

Jibee, François-René et moi-même avons initié Thomas aux joies de La Quête des Terres du Milieu.

Jibee fut désigné pour jouer Sauron (il en mourait d’envie) et ce fut une bonne chose pour lui, puisqu’il a gagné la partie. Nous autres, les héros, fîmes notre possible pour ralentir sa progression, avec un certain succès puisque nous gagnâmes la course… mais pas la guerre. Jibee nous a infligé deux corruptions dans le dernier tour de jeu, sans que nous ayons la moindre occasion de nous en défaire. Notre « mission » était de n’en avoir qu’une à la fin du jeu.
Notre objectif n’étant pas rempli, nous fûmes contraints de mener le combat final. Après tirage des cartes, je fus désigné, mais il apparut très vite que mes chances étaient minces. Je blessai les Nazgûls à hauteur de 4 points, il m’en manquait donc 5 quand j’abandonnai.
Le combat final me semble assez difficile pour les Héros et quand on sait que le jeu en lui-même est plutôt Sauron-friendly, nous avons la consolation de n’avoir pas démérité. Saluons la première victoire de Jibee à ce jeu, d’autant qu’il est à ma connaissance le seul à avoir déjà perdu en jouant Sauron 😉
Table n°2 dite « Suspects ordinaires » …
… racontée par François :

En cette chaude nuit de juillet, Xel, Grégoire, VMN et Baptiste étant réunis, on a rejoué « usual suspects »: Xel a gagné à Impérial grâce à l’Italie, et Grégoire s’est vengé à Endeavour.
Pourtant cette soirée ne fut pas un long fleuve tranquille. Grégoire découvrait Imperial et fut désigné premier joueur. Avec l’Autriche-Hongrie, il fit une entame inédite à ce jeu: occuper l’Allemagne. Alors que tous les autres pays construisaient des usines ou produisaient, on mit ce mouvement sur le compte de son inexpérience à ce jeu. Que nenni: il récidiva tout au long de la partie!! VHS, titulaire de l’Allemagne, en fut totalement bloqué: production à 0 (toutes usines occupées), taxation itou, et plus un mark en caisse! Inutile de dire que l’Allemagne termina à 0 et ne rémunéra pas fort ses créanciers. J’étais aussi un pilote anglais, pays que j’avais imaginé allié à son cousin saxon, ma fois joliment développé, et que je m’apprêtais à taxer. C’est alors que le titulaire d’Investor (Grégoire, bien entendu), en prit le contrôle et fit une énorme taxation! Pendant ce temps, la Russie de Baptiste prospérait, annexant les Balkans délaissés par l’Autriche. L’Italie colonisait l’Afrique sous l’oeil bienveillant du Français, tous deux contrôlés par Xel. La cote des titres russes et italiens montait en flêche avec leur expansion, l’Angleterre suivait et devint inabordable pour mes moyens limités, la France sombra après être tombée dans les mains de Baptiste, privée du soutien de son voisin transalpin. Quant à l’Autriche-Hongrie, elle resta détenue par Grégoire tout au long du jeu, avec juste la carte 2 ! La raison de cet égarement persistant ne nous aveugla de sa lumière qu’à la toute fin, lorsque Grégoire s’empara de la Russie, puis la taxa, et la fit passer à 25 points, mettant ainsi fin au jeu. Il termina avec le score hallucinant de 86, seulement coiffé par Xel, 87, écrasant Baptiste avec 29 et pulvérisant VMN, englué à 13 pour cette partie « historique » ! Dans « Usual suspects », Keyser Söze, harcelé par une bande rivale de Hongrois, avait tué sa famille plutôt que de la voir tomber aux mains de ses ennemis. Par sa manoeuvre diabolique, Grégoire, notre Keyser Söze d’un soir, a donc réussi le tour de force de sacrifier l’Autriche en étouffant l’Allemagne, pour mieux faire triompher la Russie et l’Angleterre, qu’elles prenaient toutes les deux en étau, tout en misant sur l’Italie, s’assurant la bienveillance de Xel sur les Balkans. Se sacrifier pour persuader le monde de l’absence du danger, voilà une stratégie que n’aurait pas reniée Roger « Verbal » Kint, incarné magistralement à l’écran par Kevin Spacey. Le coup le plus rusé que le Diable ait jamais réussi, ça a été de faire croire au monde qu’il n’existe pas (« The greatest trick the Devil ever pulled was convincing the world he didn’t exist »). Saviez-vous que cette réplique culte, qui clôt le film, est une paraphrase de Charles Baudelaire dans Le spleen de Paris?

Le match retour de Grégoire se joua à la maison (Endeavour), où il paracheva son emprise sur la table avec un score de 70, devant Xel, 52, et VMN avec 48. Au moins, à ce jeu, personne ne douta de son existence.

Table n°2 dite « Le mal contre le mal » …
… où Michal et Gérard ont joué à Labitynth.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 19/07

Séance estivale à 2 tables :

Table n°1 dite « l’étoile de bataille » …

… où Michal, Frank, Xel, Darholm et François-René se sont attablés autour d’un Battlestar Galactica.  Qui a gagné ? Le forum est là pour le dire !

Table n°2 dite « le pic du pétrole » …

… où Grégoire a appris à nager parmi les requins aka Sly The Old Man, François Jibee et Votre Humble Serviteur dans un Funkenschlag pour occasion nommé MegaWatts.  C’est la carte d’Allemagne qui a servi du support de cours. D’office Jibee se fait garrotter par Grégoire alors que François, Sly et VHS s’établissent dans les coins relativement pénards. La partie se joue comme souvent sur les enchères pour les centrales : François achète la centrale qui fait gagner (celle à 25) et carbure au charbon, Grégoire tente le « tout nucléaire », Jibee et Sly sont moins chanceux sur les enchères et VHS vise un semi-monopole de pétrole qui passe presque inaperçu. Alors que François commençait à galoper vers la victoire, VHS a poussé ses centrales à bout pour alimenter pile poil 15 villes dont il vient de faire l’acquisition et achève ainsi la partie. Suivent François, Sly, Grégoire et Jibee décidément très en garrottage pendant cette partie.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 16/07

Une séance à 2 tables au moins dont :

Table n°1 dite « marvinade » …

… racontée par François :

Le 16 juillet 1054, l’excommunication de Michel 1er Cérulaire (Patriarche de Constantinople) marquait le schisme la séparation entre Eglises d’Orient et d’Occident. Les divergences entre Latins et Grecs remontent à la différence entre empire romain d’Occident et empire d’Orient à la faveur de différences culturelles et linguistiques. Les problèmes théologiques se sont mêlés aux enjeux d’une géopolitique complexe qui implique non seulement le Pape et le patriarche de Constantinople, mais aussi les empereurs byzantins, ainsi que, selon les époques, les rois de France, les Arabes, les Lombards, les Normands, les Vénitiens ou encore les Turcs.

Exactement 959 ans plus tard, Xel, David, Baptiste et François revisitent une période presque contemporaine de cet événement, grâce à League of six, qui retrace l’histoire de six villes qui décidèrent d’unir leur destin pour favoriser leur prospérité dans le saint empire germanique. A ce jeu, il faut se placer dans la bonne ville, celle qui offrira les bonnes ressources à déposer dans les entrepôts pour s’attirer les faveurs du peuple ou le prestige du roi. Mais il faut aussi posséder des chevaux d’argent pour avoir le privilège de déposer son tissu, vin, or, ou blé au plus tôt, et des gardes pour obtenir la meilleure position dans les villes les mieux dotées, et ainsi acquérir des Points de Prestige. Ce jeu dure six années, et les positions furent serrées jusqu’à la cinquième, où VMN fit appel à tous ses gardes pour acquérir une position inviolable dans une ville gorgée de ressources et de chevaux. Ce mouvement me permit de prendre une avance que j’accentuai en dernière année, où je mis l’accent sur les ressources en délaissant la plus belle conquête de l’homme. Je réussis aussi à recruter suffisamment de moines, marchands et aristocrates pour sécuriser ma position au décompte final, qui me proclama vainqueur avec 84 PP, devant Xel, 75 PP, Baptiste, 66 PP, et enfin David, 63 PP. Le schisme eut finalement plutôt lieu pour ce dernier, qui excommunia le jeu, après avoir râlé plus souvent qu’à son tour et nous fit conclure: Marvin, sors de ce corps !

Table n°2 dite « jibiade » …

… où au moins JiBee et Grégoire ont joué à Caylus. Ce dernier a gagné.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 12/07

Séance à plusieurs tables dont :
Table n°1 dite « d’ordre et de progrès » …
… racontée par François :
Il y a exactement 15 ans, la France dominait le monde, terrassant le Brésil en finale de la coupe du monde de football. Les français ont positivé à l’époque, mais, à l’échelle de l’histoire, ce fut plutôt un accident dans sa marche vers le progrès. Le positivisme, cet ensemble de pensées qui considère que seules l’analyse et la connaissance des faits vérifiés par l’expérience peuvent expliquer les phénomènes du monde sensible, allait s’efforcer de le démontrer. L’étrange victoire des Bleus, le 12 juillet 1998, relève en effet plus de l’introspection, de l’intuition, voire de la métaphysiue, autant d’approches fermement ignorées par ce courant de pensée.

Dans 15 ans, comme nous l’enseigne Impérial 2030, la France a disparu, fondue dans l’espace Européen, alors que, comme on va le voir, le Brésil domine le monde. Xel, VHS, Baptiste à la toison plus développée que l’autre-qu’on-voit-moins-souvent-ces-derniers-temps, et Sylvain the old-mais-l’age-c’est-dans-ta-tête-man, entament donc une partie de ce nouveau jeu-proche-de-son-illustre-cousin-mais-subtilement-différent-quand-même. Après les achats de départ, VHS rétablit le bloc sino-soviétique, Xel contrôle le Brésil, Baptiste l’Europe, et Sly l’Inde et les USA. La partie commence par une phase intense de construction d’usines, et de productions. Cet équilibre est rompu par un raid brutal de Sly sur la Chine, alors en pleine expansion: la sainte Russie dit adieu à sa concubine, et les deux empires du milieu sont désunis pour toujours. Le mandarin et sa nouvelle promise indienne forment alors un couple baroque, le sous-continent prenant ses aises avec la maison commune pour s’éparpiller de la Nouvelle-Zélande à la mer Noire en passant par l’Afrique du Nord. Pendant ce temps, le Brésil et les USA prospèrent par le jeu des alliances. VHS lance l’alerte et prône la mobilisation générale contre le Brésil. Mais tout le monde laisse faire, ignorant cette vérité qui dérange, qui par intérêt, qui par aveuglement. L’Europe s’enfonce dans un marasme dont je ne réussis pas à la sortir après en avoir pris le contrôle. L’Inde éparpillée voit sa côte augmenter, mais étrangement personne ne veut de ses roupies, alors qu’on s’arrache le réal brésilien. Baptiste adopte une neutralité sournoise sous pavillon Suisse, et, tel un Depardieu sans mémoire, se transforme en rentier apatride, misant sur les bons risques de crédit. Sly, qui contrôle désormais la puissante Chine et a muselé la Russie, ignore superbement la progression inexorable du géant vert comme de son voisin états-unien, et dédaigne de contourner le globe pour affronter l’oncle Sam. Xel profite de cet aveuglément collectif, et l’emporte sans discussion, devant Baptiste et Sly, malgré le beau parcours des USA et de la  Chine. VHS ferma la marche loin derrière, plombé par la bataille de Russie. La Bérézina franco-russe (qui n’est pas un dessert) avait englouti à la fois les armées du tsar et les troupes Européennes (toujours pas rejointes, c’est à noter, par l’Ukraine ni la Turquie). Les lanceurs d’alerte, s’ils ont pour eux la satisfaction d’une victoire morale, se trouvent en effet souvent oubliés et démunis à l’heure du grand décompte.

En 2030, c’est donc bien la devise brésilienne, « Ordre et progrès » (témoin de la forte influence qu’a eue le positivisme en Amérique latine) qui règne sur le monde. Auguste Comte, le fondateur du positivisme, ne l’aurait pas mieux dit. Selon son concept de loi des trois états, l’esprit humain, ainsi que l’espèce humaine entière, passe par trois états théoriques successifs: théologique (le droit divin de l’état féodal), métaphysique (illustrée par le siècle des Lumières et le contrat social de Rousseau), et positif, où l’esprit humain admet qu’on ne peut comprendre ni l’origine, ni la destination de l’univers, et décide de se reposer sur la science. Il faudra encore 15 ans à la France, après la divine surprise de 1998, et le nouveau contrat social de 2012, pour faire sienne l’observation les lois effectives de la nature et se résoudre à son état de confetti Impérial.

Table n°2 dite « môme » …

… avec plusieurs joueurs autour des Demeures de l’Epouvante.
Table n°3 dite « 
… avec Grégoire, JiBee, Gérard et Thomas autour de Brass. Voir 2 Brass.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 09/07

Une séance à 2 tables sur-racontées :

Table n°1 dite « on n’en sait pas plus » …

… à part que ce fut Brass avec JiBee, Xel, Grégoire et Thomas.

Table n°2 dite « on sait tout ! » …

… racontée tout d’abord par Darholm :

Une table de Zombicide avec F-R, David et moi. Le scénario consistait à entrer dans un grand bâtiment, le fouiller pour récupérer 6 cartes de vivres, les planquer dans une voiture et s’enfuir par l’autre côté du plateau. Globalement la partie fut une promenade de santé, nos persos étant rapidement blindés d’armes en tout genre. Les dés furent avec nous, et seuls deux des personnages furent blessés, là où des brouettes de zombies furent tués. David s’octroya même la gloire de faire cramer une abomination. La fuite en voiture à travers des rues bondées de morts-vivants se déroula sans accrocs, permettant à la moitié des persos de quitter les lieux. Nul ne sait si les autres s’en sortirent également vivants.

… ensuite David explosa sa fibre littéraire :

« Après qu’il ait été conté avec moult précisions au novice que je suis les mille et unes facilités que le jeu offre aux masses de chairs putrescentes et déambulantes pour nous occire plus aisément, et pour faire bonne mesure les quelques maigres règles cherchant à me faire croire qu’il serait possible d’échapper à la mort, Ned et Amy (François-René), Phil et Wanda (Baptiste), Josh et Doug (VMN) nous retrouvons dans une banlieue glauque et désertée avec comme objectif de trouver suffisamment de vivres avant de pouvoir décaniller en vitesse à bord d’une voiture garée là.

La soirée commence fort avec la découverte d’un bâtiment infesté de morts-vivants en mal de chaleur humaine, et l’apparition au bout de la rue d’une réelle abomination. Par bonheur, nous trouvons à peu près tous rapidement de quoi nous équiper, en particulier Amy que se fera longtemps plaisir avec une tronçonneuse ou Doug plus tard qui hésitera un moment entre une paire d’uzis ou une paire de canons sciés. Seul le brave Phil usera longtemps de son pistolet, et Wanda davantage de ses rollers que d’autre chose.

Nous pénétrons dans l’immeuble et parvenons à en garder l’entrée. La nuit s’avance et la déferlante attendue n’a pas lieu. VMN ose enfin respirer un peu et commence à entrevoir la possibilité de s’en sortir vivant. À coup de fouilles frénétiques dans l’immeuble, nous finissons par trouver plus de vivres que nécessaire, et par bonheur de quoi fabriquer aussi un cocktail Molotov qui permettra à Josh d’occire l’abomination. Autant qu’il soit possible de tuer un mort.

Tandis que Phil et Josh empruntent une voiture de police et remontent prudemment la voie. Ned, Amy, Wanda et Doug sautent dans une voiture garée dans la rue opposée, où sont chargées les vivres, et foncent à
tombeau ouvert vers l’issue de cette histoire. Hélas, après s’être écarté du véhicule afin d’achever quelques marcheurs odorants et automates, Doug reste en arrière quand le véhicule bondit vers une victoire joyeuse.

Phil et Josh trouveront-ils un passage pour sortir à leur tour du quartier ? Doug aura-t-il le temps de sauter dans leur voiture ? Une nouvelle abomination ou une troupe de runners viendra-t-elle anéantir
leurs espoirs ? L’histoire ne le dit pas. »

… enfin François-René ajouta sa petite prose :

Un groupe de 6 survivants (Doug , Josh guidé par David ,Phil et Wanda guidé par Baptiste à la chevelure au vent ainsi que Ned  et Amy guidé par moi-même) ambitionnaient de quitter la ville infestée  de zombie. Pour cela ils devaient récupérer des vivres , les charger dans une voiture et sortir de la ville. La partie fut simplifiée par la découverte très rapide d’une tronçonneuse par Amy et un peu de chance au dé dans les premiers combats. Tandis qu’une partie des survivants castagnaient du zombie à tout va, l‘autre s’occupaient d’aller charger la pim’s. Une fois le quota de nourriture atteins, Ned, Amy, Wanda et Doug montaient dans la pimp tandis que Josh et Phil montaient dans une voiture de police. Un groupe de zombie nous barrant la route Doug décida de descendre et de faire feu en disant je vous rattrape. Ned avanca un peu la voiture écrassant des zombies au passage et se rendit compte qu’il n’avait plus qu’à foncer dans la dernière rue pour se sauver avec les vivres et les deux filles. Ce qu’il advient des 3 autres survivants restent pour l’instant un mystère non résolu.

Si avec ça vous avez des questions…

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 05/07

4 Tables pour cette séance :

Table n°1 dite « Costaude » …

… avec François, Thomas et Grégoire qui se sont penchés sur Aéroplanes puis sur Puerto Rico. François raconte :

Gregoire découvre aeroplanes, initie par François et rejoint par Thomas. Novice, il mène cependant ses coucous avec dextérité en suivant une stratégie que Notre Humble Secretaire n’aurait pas désavoué: main basse sur l’Europe et les passagers. On le croit vainqueur avec sa rentabilité hors pair. Mais VMN après avoir coulé deux avions finit par rallier le Japon et ses lucratifs passagers. Je l’emporte donc avec 46 contre 43. Thomas qui a eu les cartes en main pour déjouer mon plan mais ne les saisit point (il fallait m’éjecter de Berlin) a réussi a rallier New York mais ne put en profiter car ses concurrents mirent fin abruptement a la partie! Son zinc resta donc sans passager ce qui le priva d’une victoire qui fut donc hautement disputée !

Table n°2 dite « Double A » …

… avec Ania, Maud, Rebecca et Jeff qui ont élevé des animaux et cultivé des champs dans 2 Agricola successifs, gagnés successivement par Maud puis par Jeff.

Table n°3 dite « Un dort, les autres profitent »…

… que relate Marvin :

Deuxième mission d’Andor pour Xel, Julien, Sly-aux-cheveux-blancs et moi-même.

Ne pouvant pas trop en dire pour ne pas gâcher aux lecteurs le plaisir de la découverte, je me contenterai d’affirmer que nous avons tué des monstres, sauvé des paysannes (avant de les donner à manger à d’autres monstres que nous avons jugés un peu trop forts pour nous) et tapé le bout de gras avec une sorcière.

S’en est suivi un final en forme de combat épique contre un monstre pas très gros, mais très bien planqué. Nous sortîmes vainqueurs de justesse, ce qui rendit la victoire d’autant plus belle.

Ce jeu léger, mais néanmoins intense et un rien calculatoire, confirme son potentiel, à mes yeux. Par contre, je m’inquiète de sa rejouabilité, même si Sly-qui-est-né-avant-l’avènement-de-St-Wallace ne partage pas ce point de vue.

Table n°4 dite « Et sa recommence » …

… où Marie-Anne, Vincent, François-René et Laurent ont fait des misères à Votre Humble Serviteur dans Descent V2. Comme à leur habitude cette bande de reîtres a envahi l’espace de cocooning de VHS pour une raison qui leur était propre (ou sale, selon le point de vue). Malgré un comportement héroïque de monstres, les 4 brutes ont tout  balayé sur leur passage profitant d’une migraine aiguë du Seigneur du Mal qui aurait dû rester couché ce soir là. Mais bon, toi lecteur courageux et impartial ne perds pas l’espoir : seule la 1ere rencontre du scénario a été jouée pour cause d’un bavardage prolongé des « héros » qui ont discuté l’épilation du  nain, modes de cuissons d’un cuissot de dragon et autres problèmes de fuites chez les nourrissons des manticores. La 2e rencontre – n’en doutons pas – sera celle où Seigneur du Mal triomphera dans sa juste colère.

Tu veux qu’on aille taper les brutes en face ? Non mais allô quoi !

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Mercredi 3/07 – LASER GAME !

Qu’est-ce qui réunit plus de particiviliens qu’une AG ? Qu’est-ce qui fait suer plus que la lessive du soir ? Qu’est qui est plus team builder que 10 parties de Space Alert ? Qu’est-ce qui vous affuble d’un surnom plus puissant qu’un pseudo d’un « Expendable » ? Vous l’avez dans le titre. 23 personnes, 4 teams, inédit quantitativement, redoutable qualitativement, ce rassemblement de Parties Civiles (c) fut une soirée qui était bien.

la cible la plus touchée…

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 02/07

Une séance racontée par Xel :

« 7 : chiffre magique »7 présents : François-René, François, Frank, Baptiste, Grégoire, Thomas et VHN
7 Wonders ? Handball ? 4-2-1 ?
Que nenni, nous avons découvert Nosferatu : jeu de tactique, d’équipe, de bluff et de sang-froid sur un thème vampirique.
Trois parties jouées avec des apprentis vampires qui se sont dévoilés eux-mêmes et qui nous ont bien faire rire puis une partie (2 ?) plus tendue avec la victoire d’un vampire en short (je vous laisse deviner qui a gagné ;-))
A noter : Baptiste a été deux fois aux manettes d' »Igor » (le serviteur du vampire).
Puis de 7 nous sommes passés à 2 + 5 :
– Grégoire et Thomas ont joué à Kahuna (mais je ne sais pas qui a gagné même si j’ai quelques soupçons)
– les autres ont joué au Roi des nains (7 quêtes !) et ont été pulvérisés par le score de François

Pour discuter de cette session RDV sur le forum