Séance de VENDREDI 29/09/2017 à St-Elivet

Le 29 septembre 1964 paraissaient dans l’hebdomadaire argentin Primera Plana les premières planches consacrées à Mafalda, enfant brune aux joues rondes en perpétuel questionnement sur le monde qui l’entoure. Cinquante-trois ans après sa création par le dessinateur Quino, la plus célèbre des petites filles de BD, devenue un symbole d’anticonformisme pour des générations de lecteurs, n’a jamais été aussi populaire.

En 1962, Quino est un dessinateur inconnu qui cherche à vivre de ses crayons. Il prend contact avec l’agence publicitaire Agens Publicidad, qui lui propose de travailler sur la campagne d’une marque d’électroménager. Quino est chargé de dessiner les histoires d’une famille de classe moyenne aux prises avec des appareils électriques. Il imagine huit petites histoires mettant en scène Mafalda ainsi que son père, sa mère et son grand-frère, mais le projet est finalement annulé. Pour autant, la petite Mafalda, qui fait déjà montre d’un grand caractère, ne disparaît pas totalement de la circulation puisque deux ans après, elle fait son retour dans Primera Plana, à l’initiative de Julian Delgado, le directeur de la revue. Délestée de toute allusion commerciale, la BD est publiée pendant six mois à raison d’une histoire par semaine. Devant le succès de la petite brune sceptique et râleuse, Quino publie ensuite ses aventures dans de nombreux autres journaux. Le premier album Mafalda ne verra lui le jour qu’en décembre 1966.

Publiées à leurs débuts dans Primera Plana, hebdo d’information sur l’actualité internationale et nationale, les histoires de Mafalda s’adaptent aux centres d’intérêt du lectorat du magazine. Enfant intransigeante à l’égard de ses parents, Mafalda, à travers ses questions ingénues en apparence, interroge les dysfonctionnements du monde et pose les bases d’une réflexion sur de grands sujets de société. Par exemple, elle intime à son père de donner l’exemple, juge sa mère médiocre car elle fait le ménage et la cuisine sans s’interroger sur sa condition. La place de la femme est fréquemment abordée, notamment à travers le personnage de Susanita, fillette orgueilleuse dont le rêve est d’épouser un chef d’entreprise afin de couler des jours tranquilles comme femme au foyer dans un pavillon de banlieue.

De 1964 à 1973, année où Quino, en panne d’inspiration, décide d’arrêter de publier les histoires de Mafalda, les thèmes abordés sont liés au rythme de publication des journaux qui l’accueillent dans leurs pages. Une constante, cependant : durant ces 9 ans, Mafalda ne cessera de donner son avis sur le monde et plus particulièrement sur son pays, en proie à d’importants bouleversements politiques. L’Argentine a en effet connu deux coups d’Etat militaire entre 1962 et 1966, vu passer six présidents au pouvoir entre 1968 et 1973. S’inspirant de ces troubles, Mafalda décide dans plusieurs épisodes de former son propre gouvernement, avec ses amis Manolito et Felipe.

L’œuvre de Quino a été saluée par les plus grands auteurs et intellectuels, qui voyaient Mafalda comme une bande dessinée capable d’éveiller les consciences avec humour. Le romancier argentin Julio Cortazar, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez et l’auteur italien Umberto Eco sont ainsi de grands fans de la petite fille.  Les albums de Mafalda, traduits en vingt langues et vendus à plus de 2 millions d’exemplaires en France, ont propulsé au rang des personnages de BD connus dans le monde entier celle qui, selon la présidente argentine Cristina Kirchner, « disait des choses qu’il n’était pas possible de dire à une époque où la parole était muselée ».

Résultat de recherche d'images pour "mafalda"

A St-Elivet, 53 ans après, aucun envoyé spécial n’était dépéché pour raconter les drôles d’histoires des grandes filles et des petits garçons de Parties Civiles. Un pigiste, convoqué en urgence pour esquisser les contours d’une séance de jeux forcément inoubliable, extirpa le récit suivant des limbes de sa mémoire défaillante.

Table 1, dite « Loi martiale » : Thomas, Gérard & co s’essaient à Food Chain Magnate. Avec Tristan, qui imposa sans coup férir sa loi martiale, marquant plus de points au dernier tour que certains pendant toute la partie.Tapa_PLANETA

Table 2, dite « Enigmatique » : à cette table, le pigiste a cru remarquer des pyramides, mais cet indice ne lui a pas permis d’en déduire le jeu. Neox et Xel ont été aperçus rôdant aux parages…..

Tapa_FAMILIA

Table 3, dite « Série jeunesse » : il semble que Axel a lancé une campagne de Descent. C’est peu mais c’est déjà bien: tenons-nous en aux faits.

Tapa_MUNDO ok

Table 4, dite « De 7 à 77 ans » : selon des sources généralement bien informées, Nicolas II aurait plié une partie de Through the ages avec 179 PV, matant Doc Nicolas (173), Thibault (173), et Nourredine, 165.

Table 5, dite « L’écume des jours » : notre rédacteur fut le témoin et même le protagoniste d’un Linq. Une partie qu’un fort jeune mousse égaya de son espièglerie, choisissant à plusieurs reprises l’indice écume.

Table 6, dite « Riches heures  » : à cette table de Codenames, les Rouges, emmenés par Joan et Thierry, assistés de Xel et Guillaume, ont provoqué la surprise, défaisant les Bleus (VMP, Jérôme, François-René, Thomas) sur un score sec (2-0) contrastant avec la longueur de la partie. Un match plié dans une première manche où le maître-espion Bleu lança l’indice Kafka 2, qui visait Cafard, bien trouvé, et Sommet (??), alors que Colonie était sur la grille ! Pour prix de ce pari perdu sur sa culture, il sera condamné à relire la Colonie Pénitentiaire. Dans la deuxième manche, les Rouges se sont imposés à la faveur d’un Trauma gagnant.

Table 7, dite « Le peuple des ombres » : notre pigiste eut confirmation qu’un Shadow hunters était en route, mais son budget d’heures supplémentaires expira avant qu’il en connût l’issue et même, pour tout dire, le commencement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 09/06/2017 à St-Elivet

Le 9 juin 1672 naissait Piotr Alekseïevitch Romanov connu par son surnom de Pierre le Grand, tsar de Russie. Wikipedia étant notre ami, vous aurez les bases de sa vie et de son œuvre ici. Rappelons juste qu’il a fait édifier la ville de Saint-Pétersbourg dans les marais bordant la mer Baltique.

Table 1, dite « Peterhof » : le palais d’été de Peterhof déploie sa façade sur presque 300 m. On peut donc parier qu’il a plus de 25 pièces, oui mais elles ne coulissent pas. Xel, François-René, Cécile, Jérôme, Nicolas-2 et Axel sortent Room 25, récemment enrichi d’une extension permettant de jouer un mode « escape room » : coopération et énigmes au menu. Tout le monde a gagné mais ne s’éloigne-t-on pas beaucoup du jeu initial ?

Table 2, dite « Travaux de terrassement » : l’édification d’une ville nouvelle sur des marécages fut le défi d’un autocrate qui y engloutit les richesses du royaume et la vie de plus de 100 000 serfs. Ainsi, la construction de bâtiments en pierre demeura interdite jusqu’en 1714 dans toute la Russie, tant que les travaux sur les fondations de la ville étaient en cours. Dans le calme de l’ancienne bibliothèque, des pionniers (Christophe, Jack, Jeff, Mickaël et Nourdine) fuyant le chaos écolo-climatique de notre planète s’installent, avec Terraforming Mars (en VF), sur la planète rouge pour la rendre habitable.  Au bout de cette partie de découverte c’est Jack qui finit avec 54 PV, devant Jeff, Christophe, Nourdine et Mickaël dans cet ordre.

Table 3, dite « Modernisation » : Pierre essaya de réformer en s’inspirant de l’occident de nombreux aspects de son pays : monnaie, armée, industrie et commerce, etc. Intéressés par ces deux mamelles industrielles que sont la briquèterie et de la verrerie, par ailleurs fort utiles à qui veut construire des palais, Tristan, Baptiste, Thomas et VHN étrennent une boîte de La Route du Verre, un jeu de l’auteur d’Agricola à la fois classique (conversion de ressource en bâtiments en PV), original (le mécanisme malin de la « roue de ressources » qui permet de jouer à un jeu de gestion sans cubes !) et interactif (le choix de ses cartes d’action à chaque tour dont l’effet dépendra du choix des autres joueurs). C’est un jeu relativement court, et en conséquence les scores sont toujours modestes et proches. Pour cette première partie, c’est Tristan qui finit en tête (19,5 PV) devant VHN (15), Baptiste (12) et Thomas (11).

Table 4, dite « Géant navigateur » : Pierre mesurait près de 2 m et acquit adolescent une passion pour la navigation dont il tira peut être sa vision de développer des ouvertures maritimes en échappant aux puissances qui contrôlaient la mer Noire et la Baltique. Quelle relation avec l’archéologie ? très peu en fait. Julien-de-Lannion et Joan (featuring Robin) jouent avec Paul à Archeologia, un jeu financé sur Ulule en 2014 et qui permet aux candidats à l’exploration du passé de mettre dans des caisses le produit de leurs fouilles. Joan en achevant son dinosaure a fini à 49 PV, loin devant les deux gars avec respectivement 32 et 30.

Les tables se recomposent en seconde partie de soirée : l’essentiel de la table 1 a poursuivi par un Secret Hitler (au moins 2 manches ont été jouées, avec une victoire des libéraux et une des fascistes. On peut aussi noter qu’après que Jérôme a fait l’effort de fabriquer sa version Star Wars, Secret Palpatine, il n’a pas encore réussi à y faire jouer) puis un Codenames où Axel a pu réviser son vocabulaire en prévision du bac de français. En bas, Ju & Jo se joignent à Baptiste et VHN pour un Pandémie Contagion où le hasard de la pioche des villes a pas mal nui, partie au final remporté par Julien. En haut, Tristan, Thomas et Paul avaient un petit creux vespéral qu’ils ont décidé de combler avec Food Chain Magnate. Tristan, après avoir pas mal patiné en début de partie, a fait une de ces remontées dont il a le secret pour engloutir toute la banque dans un dernier tour victorieux. Il semble que cela soit resté sur l’estomac de Paul…

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 03/02/2017 à St-Elivet

Il a légué à l’humanité un trésor indéniable : l’imprimerie. Le 3 février 1468, à Mayence, s’éteint Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg. Treize ans plus tôt, il a achevé, au terme d’un travail de titan, ce qui restera son chef-d’œuvre : la « Bible latine à quarante-deux lignes », le tout premier ouvrage imprimé au moyen de caractères mobiles en plomb. Entre 1452 et 1455, elle sera imprimée à cent quatre-vingts exemplaires. Quarante-huit d’entre eux ont été conservés et douze sont imprimés sur parchemin.

En 1450, il persuade le riche banquier Johann Fust de l’aider à financer son projet. Fust lui prête 800 florins – somme considérable pour l’époque – et 300 florins par an pour les frais généraux. Il devient de fait son associé. Malheureusement pour Gutenberg, l’impression des livres connaît un succès mitigé. Dans l’inventaire de son atelier, les bibles resteront en rayonnage quelque temps. Fust, qui a investi plus de 2 500 florins dans l’entreprise, est furieux contre Gutenberg, car il lui avait promis un succès rapide. Gutenberg refusant de payer — ou ne le pouvant pas — les intérêts et le capital qu’il lui avait prêtés, il décide de porter l’affaire en justice. Le tribunal tranche en faveur de Fust, en reconnaissant toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un prêt mais d’un investissement, et que Fust n’était pas prêteur mais associé.

Fust obtient alors la gestion de l’atelier et la mise en gage de la presse. Il continue l’entreprise d’imprimerie sous son propre nom avec Schoeffer (un ouvrier de l’imprimerie). Pour élargir leur clientèle et dépasser le petit cercle des bourgeois cultivés et des universitaires, ils orientent rapidement leur production vers des éditions de moindre ampleur, mais plus faciles à vendre. Ils s’installent à Paris pour y vendre leurs livres en 1463, une date où l’imprimerie n’existe pas encore en France. Fust n’en profitera pas longtemps : il meurt à Paris en 1466, mais il aura tout de même le temps de voir s’installer, rue Saint-Jacques, une quantité d’imprimeurs d’origine germanique.

Insolvable, Gutenberg tente de relancer un atelier d’imprimerie et participe en 1459 à une édition de la Bible dans la ville de Bamberg. Ses travaux ne portant ni date ni nom, il est difficile d’identifier avec certitude les documents provenant de son atelier. Il est possible que le dictionnaire Catholicon de 744 pages, imprimé à trois cents exemplaires à Mayence en 1460, soit de sa composition. En janvier 1465, Gutenberg est nommé gentilhomme auprès de l’archevêque de Mayence. Il bénéficie alors d’une rente, puis meurt largement méconnu par ses contemporains, et enterré à Mayence dans un cimetière qui sera détruit plus tard. Sa tombe est aujourd’hui perdue.

549 ans plus tard, nous eûmes droit, à St-Elivet, à une séance de jeux qui fit, elle aussi, forte impression…

Table 1, dite « Monnaie hélicoptère » : A notre arrivée, Neox avait avec amour préparé une jolie table de The gallerist. Tristan, Xel et Nicolas III y prirent place. Chacun se mit alors à acheter et vendre. Tristan, lui, opta pour une tactique plus brutale, et fit tant pour améliorer la réputation de ses protégés qu’il atteignit le total faramineux de 166, dont 60 de cash et 48 pour la valeur de ses œuvres, l’emportant haut la main devant Nicolas III (120), Neox (118), et Xel (87).

Table 2, dite « Livraison à domicile » : Thomas convie Christophe et votre modeste narrateur à l’univers de Mythotopia. A ce jeu, au bout d’un certain temps nécessaire à l’établissement de conditions préalables, tout joueur peut mettre fin à la partie, à la condition d’en être vainqueur, une fois les combats en cours résolus. Il faut donc verrouiller sa position, pour éviter que ses adversaires ne saisissent l’opportunité. Alors que je venais de sécuriser la mienne, Christophe négligea un combat en cours et Thomas n’eut qu’à sauter sur l’occasion livrée sur un plateau, finissant vainqueur avec 54, ses deux opposants culminant à 45 par le jeu de l’arrêt forcé des combats.

Table 3, dite « L’éternelle jeunesse du monde » : Axel s’adjuge une partie de 4 gods. devant Mickaël, Elaine et Guillaume. Ce jeu, sorti pour la première fois, repose sur la pose de tuiles, où l’on choisit son Dieu en cours de partie pour savoir sur qu’elle type de terrain scorer.

Table 4, dite « Sang et or » : Jeff et Joan s’embarquent dans un quickie, à savoir un Splendor en duo, poussant l’accointance jusqu’à la table de marque: 17 à 16 pour Joan.

Table 5, dite « Prêt d’honneur » : Bruno continue son évangélisation sur Iki, ses nouveaux adeptes étant Paul, Florian, et Sophie. Et une fois de plus, il pousse la politesse à prêter la victoire à un honorable congénère, à savoir Florian (qui, à cette occasion, signe son engagement dans notre confrérie, bienvenue à lui !)

Table 6, dite « Montée de sève » : à la table de Adrenaline, Julien de Lannion, Mickaël et Jean-Louis ont festoyé comme un hévéa en pleine montée de sève, pour le plus grand bénéfice du premier cité.

Table 7, dite « De plomb et d’or » : à la table de Black fleet, Laurent se joue de Julien de Paimpol.

Table 8, dite « Dura Hex »: la table 6, complétée par Julien de Paimpol, enchaîne sur un Neuroshima Hex, où Mickaël et Julien tirent les marrons du feu.

Table 9, dite « Gentilshommes d’infortune » : à la table de Titan Race, Joan, Axel, Mickaël, Nourdine et Guillaume ont conclu un combat de titans, mais dont le sexe dit faible ressortira le plus fort.

Table 10, dite « Gravée dans le plomb » : à la table de Codenames, dans sa version commerciale, les Bleus (Joan, Guillaume, Mickaël, Nourdine) affrontent les Rouges (VHS, Axel, Thomas, Christophe) pour un match des plus haletants en cinq sets et quatre assassinats !

  • 1-0 pour les Rouges sur une manche serrée, conclue par un Bière assassin, faute d’avoir su faire deviner Lentilles et Londres (Plat 2 fonctionnant juste à moitié)
  • Les Bleus égalisent, encore une fois avec l’intervention de l’assassin (Asile)
  • Les Bleus prennent l’avantage 2-1, encore une fois avec l’assassin (Cartouche étant identifié à tort comme le troisième élément d’un Seringue 3, qui visait Volume, Aiguille, mais aussi Timbre !)
  • Les Rouges égalisent, après un parcours tout en maîtrise – et sans assassinat pour cette fois, marqué par un joli Botté 3 (Chat, Pied, Pompe)
  • Les Rouges concluent, toujours par le truchement de l’assassin, qui était Lumière. Il restait aux Bleus Majeur et Paille, et un pourtant subtil Van Gogh 2 manqua sa cible !

Table 11, dite « De caractère »: Xel, Paul, Bruno, Julien, Sophie et Florian refont l’histoire du monde à Evolution, et c’est Julien qui s’y est le mieux adapté.

Table 12, dite « Impressionnante »: un Food Chain Magnate en dernière partie de soirée ? Très impressionnant, mais Neox, Julien, Nicolas III et Tristan n’hésitèrent pas à relever le défi ! Je mets un petit billet sur le dernier cité, on ne prête qu’aux riches, mais aux dernières nouvelles ce serait Julien qui aurait le mieux cuisiné cette partie « éclair » (2 heures bien tassées quand même) !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 16/12/2016 à St-Elivet

Oliver Cromwell est resté dans les mémoires pour avoir pris part à l’établissement d’un Commonwealth républicain en Angleterre, en Irlande et en Écosse, puis en être devenu Lord Protecteur, le 16 décembre 1653.

Issu de la gentry, converti à une forme de puritanisme considérant que la Réforme n’était pas encore achevée, il est impliqué dans la Guerre civile anglaise en opposition aux royalistes. Promu de simple chef d’une troupe de cavalerie à commandant de l’armée entière, Cromwell se trouve parmi les signataires de l’arrêt de mort prononcé contre le roi Charles Ier en 1649, et membre du Rump Parliament (Parlement croupion), précurseur du groupe parlementaire du même nom formé quelques siècles plus tard par François Fillon (le RUMP, officiellement Rassemblement UMP, était en fait surtout un UMP croupion). Ce parlement envoie Cromwell conquérir l’Irlande, pour se tourner ensuite contre l’armée écossaise.

Le 20 avril 1653, Cromwell dissout par force le parlement, et établit le Barebone’s Parliament, également nommé « Assemblée des Saints », en raison de la stricte doctrine puritaine qu’il se donne pour mission d’établir. Des officiers lui ont offert la Couronne, mais il l’a déclinée et est fait Lord Protecteur d’Angleterre, du pays de Galles, d’Écosse et d’Irlande.

À sa mort, il est d’abord enterré à l’abbaye de Westminster, mais lorsque les royalistes reviennent au pouvoir, ils déterrent son corps, l’enchaînent et le décapitent. Cromwell est l’une des figures les plus controversées de l’histoire des îles britanniques. Certains historiens voient en lui un héros de la liberté, d’autres en font un tyran, dictateur régicide. Au sein de la population, les sentiments exprimés sont tout aussi mitigés et passionnés, puisque pour les uns, il s’agit de l’un des plus grands héros nationaux de la patrie anglaise, alors que pour d’autres, ses mesures prises contre les catholiques irlandais étaient génocidaires.

Afficher l'image d'origine

363 ans plus tard, pas de décapitation à St-Elivet lors de cette séance aussi martiale que virile, car marquée par l’absence de totale de la gent féminine. Cependant, un président y fut malmené, des chocolats y furent surfacturés, et l’on y observa une table qui par son nombre, n’était pas très loin d’une constituante (on se gardera cependant, au vu de sa composition, de la qualifier d’assemblée des saints).

Table 1, dite « Restauration rapide » : Tristan embarque dans Jeff, JiBee et Gérard dans la franchise Food Chain Magnate, et s’impose sans discussion, procédant par là à une restauration plutôt rapide de son autorité, quelque peu malmenée ces derniers temps. Il semble désormais rompu à la stratégie gagnante, confirmée  face à deux débutants et un apprenti de ce jeu où, si l’on peut se permettre de gagner très tardivement, il est tout aussi facile de perdre précocement si l’on n’applique pas la dite stratégie (qui est, je vous glisse cela au passage, de prendre les cartes gagnantes dès le début, les fameuses cartes Milestone, attribuées au premier joueur qui accomplit un parcours donné dans une des lignes de métier).

Table 2, dite « Common wealth » : l’équipe d’inspecteurs de choc habituelle (Dom, FR, Thomas, VHS) accueille à la table de la cuisine et de Sherlock Holmes: Détective conseil le preux chevalier Paul. Mettant nos richesses déductives en commun, nous nous lançons dans l’enquête N°6, La malédiction de la momie, et terminons avec le score ma foi honorable de 40 points (30 selon certains esprits chagrins et rigoristes). Plusieurs de nos options ont en effet été validées, et pour les autres, nous avions des hypothèses très séduisantes, mais infructueuses, car, contrairement à son habitude, Dom ne trouva pas la visite qui fait gagner. Et comme le dit l’un des membres de notre confrérie, face à ce mystère, « les voies du seigneur sont impénétrables (mais ce sont les seules) ».

Table 3, dite « La voie du seigneur » : c’est à la table de Signorie que nous découvrons un trio de gentilshommes à la barbe naissante, endossant le rôle d’un Seigneur dans l’Italie de la Renaissance pour apporter la gloire à leur famille, envoyant les uns se former aux carrières politiques, cléricales et militaires, et mariant les autres à des membres de nobles familles. Neox, empruntera la voie royale avec 103, devançant Nicolas III, 94, et Bruno, 72.

Signorie

Table 4, dite « Cavalière » : beaucoup de monde à la table de Cash N’ Guns : Frank, Mickaël, Axel, Julien, Nicolas II, mais une issue incertaine. Alors qu’avec les mêmes (ou presque ?), à Dice Town, c’est Mickaël qui s’impose.

Table 5, dite « Are you talking to me ? » : et encore beaucoup plus de monde à la table de Mafia de Cuba: jusqu’à 11 joueurs se retrouvèrent à La Havane, comme au 29 décembre 1955. A la fin du repas offert à ses « fidèles » hommes de main, Don Alessandro évoque les « affaires » en cours quand retentit le téléphone de l’arrière salle du restaurant. Le parrain est convoqué au bureau du président Batista. Il confie sa précieuse boîte à cigares à ses sbires. Il faut dire que celle-ci possède un double fond, sous un premier rang de cigares se trouve une cachette remplie de diamants ! Chaque joueur va prendre cette boîte, l’ouvrir et choisir de trahir et voler quelques diamants, rester un fidèle et « honnête » mafioso, être un chauffeur, un tueur ou même un agent infiltré de la CIA. Le soir venu, le Parrain récupère sa boîte passée de main en main. Il s’étouffe de rage et enquête sur la disparition des diamants. Il doit retrouver son trésor en faisant parler ses comparses, sans manquer de punir les coupables en leur offrant des chaussures en ciment avant de les jeter dans la baie. Les trois parrains, Nicolas III, Julien et Bruno connurent des fortunes diverses, mais on a beaucoup ri, croqué du diamant, fumé du havane, et siroté du rhum.

Afficher l'image d'origine

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 09/12/2016 à St-Elivet

Ce vendredi, Kirk Douglas atteignait l’âge respectable de 100 ans, ce qui fait de lui l’une des dernières figures de l’âge d’or Hollywoodien encore en vie.

Cette période commença dans les années 1930. Au début, du fait de la baisse durable de la fréquentation des salles crées par l’irruption du sonore (hausse du prix d’entrée et des coûts de production), les bénéfices chutent, provoquant une situation financière catastrophique des compagnies de production. Pourtant, grâce notamment au système dit block-booking, Hollywood produisit plus de 5 000 films. Les années de guerre profitent du boom économique du pays et de la standardisation de la production. Jusqu’en 1946, révolutionnée par l’évolution téchnologique (films parlants, Technicolor), l’industrie cinématographie connaît une forte prospérité économique.

Après la guerre, le cinéma est soupçonné d’activités antiaméricaines par une Commission parlementaire (1947). La chasse aux sorcières détruisit la carrière de nombreux artistes. À la même époque, le système de production et de distribution est démantelé par le ministère de la justice, en application de la loi antitrust (1948): les compagnies doivent désormais séparer leurs activités de production et de gestion de salles (décret Paramount). De plus, le développement des agents casse le système qui liait les stars aux studios dont certains acceptent de donner une partie de leur profit à leurs vedettes. Les revenus chutent dès 1947, tandis que les coûts de production ne cessent d’augmenter, provoquant une diminution durable des recettes et du nombre des productions.

Connu pour son engagement démocrate, Douglas fut un producteur courageux à une époque où le cinéma américain était en proie au maccarthysme, notamment en engageant Dalton Trumbo, scénariste figurant sur la « liste noire d’Hollywood ». Plusieurs de ses films abordent des thèmes sensibles, comme la Première Guerre mondiale avec Les Sentiers de la gloire, interdit à sa sortie dans beaucoup de pays européens, ou le western avec La Captive aux yeux clairs, La Rivière de nos amours et Le Dernier Train de Gun Hill, des films qui réhabilitent la figure de l’Indien et dénoncent le racisme. On peut aujourd’hui s’interroger: s’il était encore en activité, quel film produirait-il dans l’Amérique de Donald Trump ?

PHOTOS – Dans les coulisses des 100 ans de Kirk Douglas avec son fils Michael Douglas

Il y avait foule à St-Elivet. Le tout-Lannion ludique se pressait dans les allées du centre, on vint même de Guingamp et de Pedernec pour prendre part à la fête. Et pour dignement célébrer cet anniversaire, nous baptiserons chacune des tables jouées ce soir du nom d’un de ses films.

Table 1, dite « Première victoire » :

Première Victoire, produit et réalisé par Otto Preminger, raconte de façon spectaculaire la vie d’officiers de la marine des États-Unis et de leurs épouses à Hawaï au début de la Seconde Guerre mondiale. Un commandant de l’US Navy, qui a sacrifié sa vie familiale à sa vie militaire et a divorcé 18 ans plus tôt en laissant à son ex-épouse son fils de 4 ans, commande le croiseur Old Swayback, en mer lors de l’attaque de Pearl Harbor. Mis à pied pour ne pas avoir respecté le règlement qui demandait de faire des zigzags (afin d’économiser son mazout) et de ce fait avoir été torpillé par un sous-marin japonais, il se voit finalement confier une première opération difficile contre les japonais. Il rencontre son fils, qu’il n’a pas vu depuis 18 ans, et qui lui réserve un accueil glacial. Arriviste, celui-ci est affecté sur une vedette lance-torpilles uniquement pour progresser rapidement et être affecté à un poste d’état-major avec l’aide de l’influence de sa mère. Par son exemple, et non par des discours, il réussira à le remettre dans le droit chemin et même à se sacrifier.

Tristan a encore apporté Food Chain Magnate, sa dernière acquisition, et un jeu où il cherchait encore sa première victoire. Malgré la coriace opposition de trois arrivistes (Thomas, Bruno, et Paul), il parvint ce soir à les remettre dans le droit chemin, et les torpiller sans états d’âme. Sa recette ? Une implacable combinaison entre Pricing manager (qui fait gagner les commandes grâce aux prix bas) et CFO (qui, ensuite, augmente les prix de 50%) : imbattable, et à retenir !

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Table 2, dite « Le phare du bout du monde» :

Le Phare du bout du monde est un film américain adapté du roman éponyme de Jules Verne en 1971. Trois hommes sont chargés de surveiller un phare au cap Horn, en 1865. Jusqu’au jour où un bateau de pirates débarque. Deux des gardiens sont tués ; l’autre s’enfuit et assiste, impuissant, à la mise en place du terrible plan des pirates.

Dans Mombasa, chaque joueur investit dans des compagnies basées à Mombasa, Cape Town, Saint-Louis ou Le Caire et étend son réseau de comptoirs commerciaux à travers tout le continent africain. Le jeu se déroule en 7 manches qui comprennent chacune trois phases: la planification des cartes d’action, jouées en simultané, la phase d’action et enfin l’entretien. Il y a un mécanisme original de report des cartes jouées d’un jour sur l’autre, et, surtout, de développement des 4 comptoirs, dont on peut acheter des parts (actions), qui, à l’image du mécanisme d’Imperial, se valorisent au fur et à mesure de leurs conquêtes, et que l’on peut visualisr sur le cliché ci-dessous. Mais le jeu comporte d’autres façons de gagner des points: une mine de diamants, une piste de la connaissance tapissée de livres, et, enfin, des pièces d’or.

Au final, la victoire alla à Xel (119), qui avait le mieux équilibré ses positions, gagnant des PV un peu partout (20, 6, 15, 12, 21, 25, 20). Elle devança Neox (102), qui, malgré un score canon en diamants (40), pêcha par manque de lecture (0 PV sur les livres), et Camille (77), aux scores équilibrés mais sans coup d’éclat. Quant à VHS, il avait beaucoup misé sur le comptoir de Mombasa, mais ses 4 parts ne furent valorisées que 12 PV, ce qui l’entraîna au fond du classement (57).

Afficher l'image d'origine

Table 3, dite « La rivière de nos amours » :

Dans La rivière de nos amours, qui campe l’Oregon de 1870. l’éclaireur Johnny Hawks, qui connaît bien la culture indienne, est envoyé auprès de Nuage Rouge, chef des Sioux pour lui demander l’autorisation de faire traverser un convoi sur son territoire. Mais deux renégats, à la recherche d’une mine d’or, assassinent Loup Gris, un membre de la tribu.

A la table de Colt Express nous retrouvons Axel, Jocelyn venu en famille avec la rivière de ses amours (Aude et Sacha), et reparti victoire en poche, Joan et Julien. Les mêmes enchaînent ensuite sur un Boss monster dont l’issue fut incertaine.

Afficher l'image d'origine

Table 4, dite « L’homme qui n’a pas d’étoile » :

Dans L’Homme qui n’a pas d’étoile, deux hommes arrivent dans une petite ville de l’Ouest, où ils cherchent du travail. Ils sont embauchés par le contremaître d’un ranch dont la propriétaire, Reed Bowman, s’y entend à mener ses affaires. Elle a pour voisin Tom, qui décide de clôturer ses terres de fil barbelé, pour les protéger du bétail en divagation. Mécontente du contremaître, Reed le renvoie et nomme à sa place Dempsey qui n’apprécie pas – il en a souffert autrefois – cette pose de clôture, déclenchant l’affrontement avec Tom et ses hommes.

Star Wars Rebellion se passe à une époque de guerre civile. Les derniers vestiges de la Vieille République ont été balayés, et l’Empire a imposé le règne de la terreur sur la galaxie. L’Empire écrasera-t-il la Rébellion en un seul coup ? Impossible de connaître l’issue de ce combat sidérant entre Olivier et Mickaël, dans l’ambiance feutrée de l’espace intersidéral du rez-de-chaussée.

Table 5, dite « Règlements de comptes à O.K. Corral » :

Dans Règlements de comptes à O.K. Corral, un western inspiré des faits réels de la fusillade d’O.K. Corral,  le shérif de Dodge City débarque à Fort Griffin, petite bourgade de l’Ouest sous l’autorité de l’un de ses amis, le shérif Cotton Wilson. Il déchante lorsqu’il apprend que son ami a retourné sa veste et a laissé Clanton s’échapper. Il tente malgré tout d’en savoir plus auprès d’une figure notoire de la région, le célèbre joueur de poker dit « Doc Holliday » mais celui-ci l’éconduit froidement.

A Scythe, un jeu qui se déroule dans une histoire alternative pendant les années 20, les joueurs représentent l’une des cinq factions et tentent de faire fortune et de prendre possession des terres autour de la Factory. Du règlement de comptes en perspective pour une bataille entre Mr. Jack et deux Nicolas.

Table 6, dite « Vingt mille lieues sous les mers» :

Vingt mille lieues sous les mers, adapté du roman éponyme de Jules Verne, fut la première grosse production des studios Disney réalisée en prise de vue réelle. Un film où depuis quelque temps, sur tous les océans du globe, les navires sombrent dans d’étranges circonstances. Les rescapés de ces naufrages en attribuent la cause à un mystérieux monstre qui éperonne les vaisseaux. À San Francisco, le professeur Pierre Aronnax, accompagné de son domestique et de son harponneur, embarquent à bord d’une frégate affrétée par la marine américaine dans le but de traquer le monstre.

Pour leur part, Nourdine, Julien de Paimpol, Guillaume et Mickaël se lancent dans un Fortunes de mer, un jeu de l’époque où les pirates font reigner leur loi et où de pauvres commerçants tentent de faire fortune. L’histoire ne dit pas qui a su tirer son harpon du jeu.

Table 7, dite « Les sentiers de la gloire » :

Inspiré de faits réels, Les sentiers de la gloire, plus qu’un film sur la première guerre mondiale, est un film antimilitariste qui dénonce les comportements de la haute hiérarchie militaire et met en évidence la résistance désespérée d’un homme, le colonel Dax, joué par Kirk Douglas. À la différence du film de guerre classique, l’affrontement n’est pas entre deux camps ennemis mais entre les officiers généraux et les soldats d’un même camp, les uns jouant leur promotion, les autres leur vie. D’ailleurs on n’y voit pas d’Allemands. Sorti en 1957, le film est perçu comme une critique directe de l’armée française, par la cruauté des scènes finales et la satire violente des états-majors français. Sous la pression et la menace de représailles d’associations d’anciens combattants français et belges, le gouvernement français, alors plongé dans les remous de la guerre d’Algérie, proteste et insiste pour qu’il soit déprogrammé. Devant l’ampleur du mouvement contestataire, les producteurs du film décident, par auto-censure de ne pas le distribuer en France. Ce n’est que dix-huit ans plus tard, en 1975, que le film sera finalement projeté en France.

Et en cette fin de nuit, à la table de Splendor, Jeff invita Maria et Richard à découvrir la gloire d’une époque disparue.

Table 8, dite « Seuls sont les indomptés » :

Kirk Douglas disait, au sujet de « Seuls sont les indomptés », son film préféré : « Le thème de l’individu broyé par la société me fascine. Il s’agissait d’un cow-boy moderne qui vit toujours selon le code moral du Far West américain. J’ai eu tout de suite envie d’en tirer un film. J’ai joué dans soixante-quinze films, j’en ai produit beaucoup et j’ai entendu parler de plus de films encore, mais, à ma connaissance, c’est la seule fois où un scénariste a écrit du premier coup un scénario parfait : un premier jet, et aucune révision. »

A la table de Cash ‘N Guns, Maria termina indomptée, seule en vie, et matant tout son peit monde: Richard, Dom, et François-René, pour la servir.

Description de cette image, également commentée ci-après

Table 9, dite « Illusion » :

Dans Illusion, le dernier film de Kirk Douglas, un réalisateur de cinéma autrefois très puissant, se rapproche de la fin de sa vie. Comme il attend la mort, il se glisse dans un «rêve» où est représenté trois « extraits » du film de la vie de son fils. Suspicieux d’abord, puis curieux, et, finalement, captivé, il regarde la croissance de son fils de la préadolescence à l’âge adulte, et comment son fils poursuit l’amour de sa vie, Isabelle. Lors des « extraits » où le fils court après son amour, la voix off du père ne cesse de dire à son fils que c’est quelqu’un d’inutile et d’indésirable. Le vieil homme découvrira à la fin une vérité surprenante sur son fils et lui-même.

A la table de 7 Wonders: Duel, Nicolas II et Tristan ont pris le temps de revisiter les sept merveilles du monde, mais qu’en ont-ils retenu ?

Table 10, dite « Liaisons secrètes » :

Dans Liaisons secrètes, une femme délaissée par son mari fait la connaissance de son voisin, et au fil des rencontres devient sa maîtresse. A la table de Codenames, il s’agit aussi d’établir des liaisons secrètes, mais surtout de les faire connaître. Pas facile avec des équipes aussi hétérogènes que les Bleus (Joan, Xel, VHS, Nourdine, Thomas) et les Rouges (Julien, Dom, FR, Axel, Paul).

Dans la première manche, les rouges construisent une victoire méthodique, que les bleus, après un parcours maîtrisé, ponctué notamment d’un César 2 (Chef, Salade), essaient d’enrayer dans un ultime coup de poker avec un Hôtesse 3 (Pillier, Ampoule, Charme) qui suscite l’incompréhension (bon, il est vrai que quand on regarde la composition de l’équipe des bleus, on s’imagine que la fréquentation des bars à hôtesses n’est pas leur occupation récurrente). La justification de ce coup est qu’avec les deux mots rouges restants, Col et Entrée, VHS avait deviné que le maître-espion rouge, FR, allait proposer Utérus 2, ce qu’il fit précisément, malgré l’interrogation ingénue formulée par un membre des rouges « Il y a une entrée dans un utérus ? ».

Après, un autre s’exclama « Le loup, il y a longtemps que je ne l’ai pas vu », c’était à propos d’une obscure Obscurité. On s’interrogea aussi si l’animal en question était hémophile, à l’instar de la Taupe, à qui l’obscurité convenait, ou encore si des griffes pouvaient être en ivoire… Bref, cette séance de zoophilie se termina une fois encore dans le rouge.

La dernière manche vit les bleus sauver l’honneur, bien qu’ils ne devinassent point que le génie des croissants était forcément un artisan, ni qu’Etoilé se apportait à Génie plutôt qu’à Aube, et enfin que l’Eglise avait un Sommet et non un Plan. Strangers when we meet…

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 02/12/2016 à St-Elivet

Cela fait partie des coïncidences de l’Histoire. Le 2 décembre 1805, un an précisément après son sacre à Notre-Dame de Paris, Napoléon Ier affronte les troupes d’Alexandre Ier, tsar de Russie, et de François II de Habsbourg-Lorraine, à Austerlitz, en Moravie. Sa victoire éclatante à la « bataille des trois empereurs » a contribué à forger la légende de « l’Aigle ». C’est en mémoire de ces deux dates, et pour rappeler sa filiation familiale et historique à une période faste pour la France, que Louis-Napoléon Bonaparte déclenchera son coup d’Etat le 2 décembre 1851. Président de la Seconde République depuis 1848, il profite d’un biais institutionnel dans la Constitution pour créer une crise politique. Malgré les oppositions violentes et les pressions, le coup d’Etat réussit et les Français décident de soutenir le nouveau régime autoritaire. Le 2 décembre 1852, le Second Empire est proclamé.

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

 

 

 

 

Quelques temps plus tard, à St-Elivet, de farouches batailles éclataient, qui vous seront narrées ci-après, penché sur les épaules du poète à la barbe fleurie…

Table 1, dite « Burger imperator » : Tristan a apporté Food Chain Magnate, et, épaulé de Thomas, il compte bien faire rendre leur graisse à Paul et à Jeff. Mais ces derniers ont tellement bien digéré les règles qu’ils le laissèrent mariner, bon dernier, et, au bout d’une guerre commerciale de plus de trois heures, c’est Paul qui coiffera la toque de l’empereur des burgers.

Table 2, dite « Campagne d’Arctique» :  L’âpre hiver fondait en avalanche. Au seuil des bivouacs désolés, on voyait des clairons à leur poste gelés. Et sur eux, Dom, Axel, Xel, Julien, et votre serviteur voyaient se ruer, effrayants, ténébreux, avec des cris pareils aux voix des vautours chauves, d’horribles escadrons, tourbillons d’hommes fauves. Dom, qui restait, croyant à son étoile, accusait le destin de lèse-majesté. Tous furent miraculés d’Arktic Skavengers, et leur bouche, d’un seul cri, dit : vive l’empereur !1 En l’occurence, l’empereur fut une impératrice, car cette lutte pour la survie se terminera dans un mouchoir de poche saisi par le gel par la victoire de Xel 33, devant Julien, 30, Axel & VHS 28, et Dom 26.

Table 3, dite « Mise à sac » : A la table de Seafall nous retrouvons François-René, Laurent, Nourdine et Julien (de Paimpol), qui s’impose comme l’empereur du pillage à travers les mers. La main qui de ces noirs rivages disposa les sites sauvages et d’effroi les voulut couvrir, les fit si terribles, peut-être, pour que Bonaparte y pût naître, et Napoléon y mourir!2

Table 4, dite « Indécidable» : Des recherches portant sur l’ADN de Napoléon III montrent que celui-ci n’est pas, génétiquement, le neveu en lignée paternelle de Napoléon Ier, puisqu’il appartient à un haplogroupe du chromosome Y différent de celui de Napoléon, et font naître l’hypothèse soit qu’il serait  un enfant adultérin, soit que son père l’était. Une seule chose reste sûre, à cette table de Via Nebula, deux couples de jumeaux furent formés: Jacques « le mineur » et Michal (à 25), contre Jacques « le majeur » et Guillaume, tous deux 19. Ils furent départagés par leurs chromosomes.

Table 5, dite « Tempête du désert » : Gael, Elaine, Marion et une autre demoiselle (nouvelle en ces lieux ?) se lancent dans Splendor, et Le désert interdit. A l’instar de Napoleon après la campagne d’Egypte, ils ne repartirent pas les mains vides.

Table 6, dite « Bouchère » :  Olivier, Mickaël et Nicolas II se lancent dans un Blood rage, rendant un hommage de saison au sanguinaire.

Table 7, dite « Jeunesse éternelle » : La table 2  se reconstitue pour entamer un Colossus arena, sous l’égide d’Axel. Un jeu original, opposant des gladiateurs exceptionnels, et où les joueurs parient sur des créatures fantastiques qu’ils espèrent voir triompher. Il s’agit donc ici de faire des paris, d’autant moins lucratifs qu’ils sont tardifs, ce qui rappelle l’univers délétère de Lemming mafia, même si le thème n’a rien à voir, car nous sommes ici plutôt dans le décor de la Rome antique. A travers Axel, c’est la jeunesse qui triompha avec 18 PV, devançant Xel, 14, Dom, 12, VHS, 10 et Julien de Lannion, 6. A l’instar de l’aiglon vu par Hugo, éperdu, l’œil fixé sur quiconque était roi, comme un aigle arrivé sur une haute cime, il cria tout joyeux avec un air sublime : L’avenir ! l’avenir ! l’avenir est à moi ! 3

Afficher l'image d'origine

Table 8, dite « Coltus interruptus » : Alors que se constitue une table de Colt express, François-René et Nourdine s’en échappent pour rejoindre la Table 9. Guillaume, Jacques le mineur, Marion et Nicolas II affinent leur partie pour en faire un plan à quatre.

Table 9, dite « Gros membre, gros doigt, grosse claque » :  En épilogue de cette soirée, une table de Codenames, oppose les Rouges (Axel, Nourdine, Xel et François-René) aux Bleus (Dom, Julien de Lannion, Gael et VHS). Une partie où qui vous devinez donne le ton en exhibant une Erection, indiscutablement associée à Membre et Bande, et celui que vous ne soupçonnez pas enchaîne, parlant d’un membre (de PC) absent de la soirée et dont on se demandait où il était: « Je ne sais pas, je ne suis pas dans son slip », à quoi il s’entendit répondre « Et pourtant, il y a de la place ».

La première manche se traduisit par un rare sans-faute, les équipes n’étant départagées que par l’unique mot à 3 proposé par les rouges, qui était en l’occurence Cidre, et donc la Goutte fit donc déborder la manche en leur faveur.

La seconde manche fut marquée par l’incident du « gros doigt ». Au moment décisif, qui devait faire gagner son équipe, votre modeste narrateur mit son doigt par erreur sur la mauvaise tuile (qui, circonstance aggravante, était l’assassin). Cet incident exceptionnel se rencontre parfois en finance: il est par exemple évoqué pour expliquer le crash éclair sur le Dow Jones du 6 mai 2010, imputé à une erreur de saisie de la part d’un trader qui aurait saisi un ordre de vente de titres Procter & Gamble avec un « B » pour billions au lieu de « M » pour millions, information jugée crédible, le titre ayant vu son cours chuter de plus de 37 %.

Notez que dans les cas avérés de « gros doigt », les autorités de marché annulent en général les transactions imputables à l’erreur. Hélas, un tel fair play ne caractérisa pas la réaction des rouges, qui s’empressèrent de valider le choix, dévoilant l’assassin, et scellant le sort d’une manche qui était de toute façon maudite  après des tentatives répétées des Bleus de tourner en vain autour du même thème (Aérien, Volant et Volante) !

La troisième manche ne connut pas d’issue différente, les bleus étant ici piégés par un Emprisonnement trop subtil, dont ils ne réussirent jamais à dévoiler le troisième terme, après les évidents Cellule et Coffre (était-ce Londres pour la prison, les Fers qu’on met au pied, le Boulet des chaînes, ou le Casse qui mène à la prison ? Rien de tout cela, il fallait penser à Salade, et surtout à son panier !)

Et les Bleus, défaits 3-0, de déclamer aux Rouges ces vers des Châtiments :

Faquin ! – Tu t’es soudé, chargé d’un vil butin,
Toi, l’homme du hasard, à l’homme du destin !
Tu fourres, impudent, ton front dans ses couronnes !
Nous entendons claquer dans tes mains fanfaronnes
Ce fouet prodigieux qui conduisait les rois 4

Notes :
1. L’expiation
2. Les deux îles
3. Eternels éclairs
4. Napoléon III

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 25/11/2016 à St-Elivet

Léon Zitrone partage avec mon père la curiosité statistique d’être venu au monde et d’en être parti le même jour, pour lui il s’agissait du 25 novembre. Entre 1914 et 1995, cet émigré russe, polyglotte et érudit, fit les beaux jours d’Intervilles, du turf, du tour de France et plus généralement de tous les défilés, comémorations et cérémonies en tout genre, au point d’incarner à lui seul une époque de la télévision, l’ORTF. De Gaulle a d’ailleurs dit à ce sujet : « Léon Zitrone est peut-être plus connu que moi ».

Afficher l'image d'origine

Eh bien mesdames et messieurs, je suis actuellement en direct du centre St-Elivet à Lannion, dans les Côtes du Nord, où on nous annonce un événement tout à fait exceptionnel. En effet, à la Table 1, Tristan, un jeune adhérent de l’association Parties Civiles est sur le point de nous dévoiler sa toute nouvelle acquisition, le jeu Food Chain Magnate.

Ne vous fiez pas au tee-shirt que vous le voyez porter sur ces images et qui célèbre la pétanque, nous parlons là d’un récent opus de l’éditeur néerlandais Splotter, un jeu ma foi aussi complexe qu’abouti et qui nécessite un certain apprentissage que notre jeune adhérent semble avoir parfaitement maîtrisé.  Ce jeu a recueilli un grand succès dans le petit monde des amateurs de jeux sophistiqués, remporté de nombreux prix, au point qu’il est désormais épuisé. C’est donc aujourd’hui une rareté, à l’image, il faut bien le dire, de la plupart des productions de Splotter, et c’est pourtant un exploit, car il faut savoir que cet éditeur tourne seulement avec deux personnes, et qui ne sont même pas des employés car ils ont un autre travail dans la journée. Je vois autour de Tristan un quintett d’adhérents fidèles de cette association : Dominique, Thomas, Xel et François, qui ont donc l’honneur de s’inviter dans votre salon pour vous présenter en direct les arcanes de ce jeu, dont son heureux possesseur est actuellement en train de nous expliquer les règles.

Alors si l’on s’approche de la boîte avec notre caméraman, on voit un design tout a fait réussi, je dirais vintage, qui nous replonge dans l’ambiance des années 1950 aux Etats-Unis, au tout début de l’âge d’or du fast food. Car à ce jeu, voyez-vous, vous êtes le propriétaire d’une chaîne de restaurants que vous allez gérer tout au long de son cycle de vie, en recrutant des employés, en faisant de la publicité par divers moyens, en cuisinant bien entendu, et en attirant les consommateurs. On est tout à fait dans l’ambiance, voyez d’ailleurs ces cartes milestone qui vous récompensent lorsque vous êtes le premier à faire quelque chose de remarquable et qui vont jouer un grand rôle dans le jeu. Je vois déjà Thomas recouvrir son espace de ces cartes, et Dominique n’est pas loin. Le jeu est tout nouveau mais voyez-vous, avec une telle brochette de passionés, les règles sont assimilées en un temps record n’est-ce-pas, c’est absolument fascinant.

Nos entrons maintenant dans le coeur du jeu: on poste des publicités, on vend ses produits, et on choisit les meilleurs emplacements. Je vois Tristan prendre un certain leadership sur le jeu, il est allé jusqu’à louer un avion pour innonder le quartier de ses publicités de pizza, mais dans le fond de la table, Dominique en casaque grise fait feu de tout bois avec ses promotions et ses serveuses, et accumule les $ en vendant ses limonades et ses burgers, ces petits pains ronds remplis de viande qui font les délices de nos amis américains. Il mange en quelque sorte la laine sur le dos de François, qui semble, il faut bien le dire, assez loin d’avoir assimilé la stratégie gagnante, même si je le vois dans un effort héroïque ouvrir un deuxième restaurant juste en face de celui de la casaque grise, et même peut-être un troisième. Observez au passage la qualité du matériel et des illustrations: comme il semble loin le temps où Splotter expédiait ses jeux dans des boîtes de cassettes vidéo pour économiser de l’argent !

C’est maintenant la phase des salaires, car il faut bien payer tous ces employés, même si certains sont souvent à la plage, et je n’invente rien car je l’ai lu dans les règles. Et Tristan est incapable de payer ses recrues: il doit les licencier avec pertes et fracas, est-ce le tournant du match pour lui qui semblait si bien parti ? La casaque jaune de Thomas me semble bien en jambes pour virer en tête, mais Dominique ne va-t-il pas profiter des énormes volumes de réclame lancées par Tristan pour des parts de pizza qu’il sera incapable de produire faute d’avoir des cuisiniers à son service  ?  Mais oui c’est bien ce qui se passe Mesdames et Messieurs, la casaque grise opère un retour du diable vauvert et coiffe au poteau très largement ses poursuivants !

Regardez d’ailleurs la table d’arrivée après trois heures de bataille sans merci: 1. Dominique 251, 2. Tristan 98, 3. Thomas, 96 ! Quel tiercé étonnant alors que Xel avec 65 et François à 27 peinent à figurer sur la photo finish dont il ne sera absolument pas nécessaire d’attendre le développement pour célébrer le triomphe absolu de Dominique sur cette partie, lui qui ne connaissait pas les règles du jeu en début de soirée et qui est parvenu, sous vos yeux admiratifs, à damer le pion à tous ses opposants ! Voilà une partie qui fera date et je crois que l’on reverra de nombreuses fois ce jeu dans les séances de cette fort sympathique association !

Afficher l'image d'origine

Alors que les clameurs s’éteignent, je n’ai qu’à pivoter sur moi-même pour découvrir à la Table 2 le démarrage d’une campagne d’Assaut sur l’empire. Je reconnais ici Laurent, Mickaël, Jack, Nourdine, et Nicolas II et je m’approche de François-René, pour lui demander l’issue de cet assaut, et il me répond: « J’ai explosé les vachettes », un fort bel hommage à Intervilles, dont il est, me souffle-t-on, un admirateur tout à fait inconditionnel !

A la Table 3, c’est le jeune poulain Axel, donné à 18 contre 1, qui s’impose avec 55 à Mission Planète rouge, où il fallait jouer dans l’ordre Julien (38) et Jeff (29), un tiercé que vous complèterez avec Elaine (25) pour le quarté et Gael (23) pour un quinté que personne n’avait vu venir dans cet ordre.

Table 4, nous avons eu un duel à Fief entre Michal et Olivier, qui se sont associés pour pourrir la vie de Neox et Camille, mais comme il y a une morale dans tous ces jeux, nous le découvrons ensemble ce soir, ils ont échoué !

La Table 5 vient d’opposer dans l’univers très particulier de Hit z Road Nicolas II, Michal, Nourdine, et François-René. Ce dernier est nous dit-on le seul survivant, et donc le seul à même de nous en narrer le déroulement et nous déclare: « Rester debout dans la tournette, c’était pas donné aux mous du genou », ce qui je crois résume on ne peut mieux cette partie.

Mais je rejoins désormais la Table 6, qui sera la conclusion de cette soirée, le déjà culte Codenames. Sur la gauche de votre écran, vous avez les rouges (François, Xel, Nourdine, François-René) et sur la droite les bleus, Thomas, Dominique, Nicolas II et Tristan. Nous avons là une partie exrêmement serrée que les bleus vont gagner deux manches à une, mais qu’ils auraient tout aussi bien ou perdre sur un dernier coup décisif, où, pour faire deviner Palme et Londres, un énigmatique pudding 2 sera lancé, qui orientera vers Couche (mot assassin). Oxford ou Ken Loach auraient fait gagner à coup sûr ! Dans cette partie où Régine (reine des boîtes de nuit) cotoya Mickeal Kael (qui se contenta pour cette fois d’un Bouc), ils auraient pu tout aussi bien gagner avant, perdant une autre manche sur un Lune 2 pour Jour et Croissant (Eclat fur proposé à la place de Jour), là où un Ramadan 2 aurait offert une victoire assurée. Mais, nous le savons bien, et je conclurai là-dessus cette soirée, l’histoire ne repasse jamais les plats.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.