Séance de MARDI 16/05/2017 à St-Elivet

A la veille de l’ouverture du 70e Festival de Cannes, une sélection de jeux était ce soir à l’affiche pour les ludophiles.

Table 1, dite « La Bête Humaine » : Baptiste, Neox et Nicolas-2 jouent à un jeu de trains sans trains, Via Nebula. N2, qui n’était pas dans les nuages, s’impose.

Table 2, dite « The Shining » : ce n’est pas dans un hôtel fermé des Rocheuses mais dans un manoir battu par les tempêtes venues des Hébrides que VHN découvre le rôle du fantôme à Mysterium. Il tente donc de faire partager ses visions silencieuses à Xel, Cécile -une nouvelle visiteuse- et François-René. Suivant les conseils du dernier, la difficulté de la partie est un hybride entre moyen (les 3 corbeaux) et difficile (le nombre de cartes). Très beau succès collectif au final : les 3 mediums gagnent le droit de voir les 3 cartes, aucun corbeau ne sera sacrifié et le vote final désigne le bon coupable à 2 contre 1. Redrum !

Table 3a, dite « Le Parrain » : les restants (Xel, Cécile, N2, F-R, Neox et VHN) se regroupent et cherchent des jeux à six. Avec Lemming Mafia, ils lancent une course de rongeurs truquée par les capi agissant en coulisses. Après que plus de la moitié des infortunés participants sont allés « dormir avec les poissons », c’est F-R qui s’impose d’un petit point.

Table 3b, dite « Le Monde du Silence » : les mêmes continuent avec une plongée dans le monde impitoyable de Deep Sea Adventure. Comme toujours, le taux de mortalité par asphixie fut élevé et les trésors s’accumulèrent rapidement au fond des eaux. La tentation de plonger loin était irrésistible dans la 3e manche et c’est elle qui permit à Xel et F-R de prendre le large au score, la première l’emportant 48 à 47.

La séance n’était pas finie et la dernière vision du rédacteur en sortant de la salle fut celle de F-R, N2 et Xel se préparant à jouer à …

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 07/04/2017 à St-Elivet

La première RFC, titrée « Host Software », a été publiée le 7 avril 1969. Les premières RFC concernaient le réseau ARPANET, utilisant le protocole de communication Network Control Protocol, et les financements publics de la DARPA. Symboliquement, cette date peut être conidérée comme la naissance d’Internet. En 1999 a été publiée la RFC 2555 titrée « 30 Years of RFCs », qui retrace cette histoire.

48 ans après, l’Internet a fait du chemin. Mais, au fin fond de la Bretagne, subsiste une catégorie d’irreductibles pousseurs de cubes en bois. Voici un nouveau chapitre de leur histoire.

Table 1, dite « 205 : Reset Content » : à Ashes, Nicolas II s’adjuge une victoire serrée à l’issue d’une longue bataille avec Jérôme.

Table 2, dite « 200 : OK » : à la table de Lemming mafia. Guillaume fait les meilleurs choix et s’impose face à Nourdine & nephew, Franck, et Wilfrid. Ils enchaînent ensuite avec Time bomb, et un Room 25 où Guillaume, gardien intraitable, a méthodiquement éliminé les prisonniers. C’était son soir !

Table 3, dite « 420 : Method Failure » : la fine équipe d’enquêteurs habituelle (FR, Dom, Thomas, VHS) se penche sur Le compte du Banquier, une enquête de Sherlock Holmes: Detective conseil. Une partie où, ce n’est pas si courant, les informations ont progressivement éclairci le pasage. Malheureusement, nous avons manqué une visite qui aurait fait la lumière sur une zone d’ombre qui, à l’heure des comptes, plombe le résultat, qui sera cependant positif: +5 !

Table 4, dite « 530 : Site is frozen » : Jack, Xel, Tristan et Jeff s’attaquent de nouveau à The Walking Dead : All-out War, un jeu de combat de figurines avec des décors toujours plus magnifiques . Les deux équipes ont subi des pertes, souvent cruelles.

Note de Jack : C’était la première fois qu’un scénario équipe versus équipe a été testé. Eh bien ça ajoute du piquant aux scénarios. Dans le principe il s’agit toujours de piller les ressources et de s’enfuir. Dans la pratique il faut être plus rapide que l’adversaire. En occurrence ici Xel et Tristan (qui découvrait le jeu) ont créé une alliance contre nature entre Negan et Michonne pour s’opposer à une équipe composée de 4 survivants bien moins costaud et courageux. Ces derniers ont réussi à transformer Negan en zombie et ont mis Michonne en fuite… pour finir en retour galère vers leur  camping-car. Au final une petite victoire (3 ressources collectées coté Jeff & Jack contre 2 ressources coté Xel & Tristan).

Table 5, dite « 440 : Login time-out » : à Un monde sans fin nous retiendrons la victoire de Neox avec 40, devançant un surprenant trio d’ex-aequo à 36: Vincent, Mickael, et le trio Julien, Joan & son.

Table 6, dite « 523 : Origin is unreachable » : la soirée se finit avec Codenames pictures. Une partie oppose les rouges (Jérôme, Guillaume, Joan, FR, Dom) aux bleus (Nicolas II, Thomas, Ulrich, VHS). Les rouges s’imposent 3-1 dans une partie où l’assassin fut designé trois fois sur quatre, et où je surestimai la connaissance de mes partenaires du film Shining ;-(

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 27/01/2017 à St-Elivet

Enlisés dans le bourbier vietnamien depuis 1965, les Etats-Unis parviennent à s’en extraire le 27 janvier 1973: un accord de cessez-le-feu signé à Paris prévoit le retrait des troupes américaines du Sud-Vietnam en échange de la libération, par les Nord-Vietnamiens, des prisonniers américains. Principaux artisans de ce compromis : Henry Kissinger et Lê Duc Tho, seront récompensés de leurs efforts par le prix Nobel de la paix, en octobre (Henri Salvador en fit un disque, publié par le label « Rigolo », et qu’on ne rangera pas dans la catégorie des standards indémodables). L’ancien secrétaire d’état américain en est d’ailleurs le plus ancien lauréat encore en vie. Une consécration pour cet allemand de naissance, de confession juive, émigré aux États-Unis en 1938 pour fuir les persécutions nazies, et qui, sitôt naturalisé (1943), partit en Europe en pleine guerre pour assurer des missions de renseignement non dénuées de risques, notamment durant la bataille des Ardennes.

44 ans après, à St-Elivet, pas de cessez-le-feu, plutôt des assauts guerriers, des enquêtes policières, des attaques de zombies et des brâmes de cerfs en rut couverts par des lemmings mafieux.

Table 1, dite « Entre terre et ciel » : A la table de P.I. il y eut beaucoup de va-et-vient, entre untel qui vadrouillait entre les tables, unetelle qui préparait du thé, un autre qui allait vérifier où en était le thé, des qui avaient du mal avec les petits cubes et les disques (points de pénalité à la clé immédiats pour le fautif, et première place d’office pour la victime, dit la règle, inflexible), et entre tout ça, des investigateurs qui tentaient tant bien que mal d’arpenter New York. De ce plateau comme suspendu entre terre et ciel, Mks ressort vainqueur avec 19 (bien aidé par deux erreurs de son voisin et les conséquences induites par la règle inflexible). Suivent Vincent (15), votre modeste narrateur (13), et Joan (11). Olivier finit son chemin de croix sur une note négative (-1).

Table 2, dite « Apocalypse now » : A la table de Eaten by zombies!, beaucoup de cadavres (Xel, Thomas, Christophe), et un seul survivant, Tristan. En est-il plus humain pour autant ?

Table 3, dite « The Deer hunter » : la table 2 se reconstitue pour une expédition à Anter Island, où il n’est plus question de zombies affamés mais de cerfs en rut. Le résultat sera le même. Tristan aux cornes chaudes a bramé si fort que les biches s’en souviennent.

Table 4, dite « Forrest Gump » : la table 3 enchaîne avec Clans, où, pour briser la monotonie qui s’installe, chef Tristan laissa sagement la place à un aîné, Thomas. Mais est-ce vraiment son aîné ?

Table 5, dite « Full metal jacket » : à la table de Myth, beaucoup de figurines en métal rivalisent, mais la victoire est collective, car les joueurs incarnent l’un des 5 héros et travaillent ensemble pour vaincre le mal. Autrement dit, cette table vit la victoire de trois hommes (Julien de Paimpol, Neox, Baptiste) sur un cuffin.

Table 6, dite « Platoon » : de cet Assaut sur l’empire, interprété par un quintett de pointe (Jack, Guillaume, Mickaël, FR, Nicolas II), on retiendra la victoire de l’empire.

Table 7, dite « Voyage au bout de l’oubli» : de cet opus de Lemming mafia, interprété par un quatuor de haut vol (FR, Guillaume, Neox, Marion), on ne retiendra presque rien.

Table 8, dite « Birdy » : Mickael et Nicolas II entament un 7 Wonders Duel, une partie dont un petit oiseau a emporté le résultat loin, si loin…

Table 9, dite « Good morning Lannion » : à cette dernière table de la soirée, un Deck building game, nous retrouvons les deux Julien, et nous pouvons vous annoncer sans erreur que Julien a gagné.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 30/08/2016 à Ti-Koad

Une dizaine de participants se retrouve pour cette soirée de fin d’été. Le rédacteur, plongé dans sa partie, n’a eu qu’une vision limitée du déroulement des opérations qui avaient toutes un parfum de série Z.

Table 1, dite « Règlements de comptes en Méditerranée » : Bruno et Dom (qui connaissaient déjà) font découvrir Cyclades à Olivier et Paul. Le jeu sera en version « toutes options », avec les extensions Titans et Hades et dans un mode par équipes à 2 (les premiers nommés) contre 2 (les seconds). Une importante différence est la configuration du plateau où une grande île remplace les archipels du jeu de base, réduisant le rôle des flottes et le pouvoir des créatures mythologiques. Côté plus, il faut maintenant prendre en compte des artefacts, des héros, des dieux mineurs, des zombies antiques, des titans, etc. Avec une telle profusion de nouveautés, il a été difficile de ne pas commettre quelques approximations de règles mais la tension habituelle du jeu dont les mécaniques s’imbriquent très bien (argent, ordre du tour, chaînage d’actions) et qui offre toujours de vifs retournements de situation a été bien là. Au final ce sont les noobs qui triomphent des moustachus.

Table 2, dite « La route de l’angoisse » : à bord de Hit z road, Jérôme, F-R et Thomas prennent la route dans la chaleur de la fin de l’après-midi, route de surcroît parsemée de zombies. Combien sont parvenus au bout ? nul ne le sait mais deux fois de suite F-R s’est imposé.

Table 3, dite « Intrigue à l’ombre des pyramides » : Baptiste-Hâpy-dieu-de-la-prospérité lutte avec Nicolas-Neox dans une version antique de l’ascension sociale, Favor of the pharaoh. A défaut de nommer le vainqueur, on pourra noter le très beau matériel du jeu.

Table 4, dite « Intrigue à l’ombre des murailles » : la table 2 se lance dans une partie de Sbires, un jeu euh… dont je ne peux rien dire de pertinent. Si, il a des cartes. Thomas, avec semble-t-il un coup de pouce de F-R, l’emporte.

Table 5, dite « Une pieuvre chez les rongeurs » : les tables 2 et 3 se rejoignent pour une partie de Lemming mafia, jeu où de sombres machinations viennent perturber la migration de ces affables arvicolinés arctiques. Le parrain Nico tire le mieux son épingle du jeu.

Table 6, dite « Des sanglots dans l’espace » : Jérôme ayant perdu toutes ses parties propose à F-R de se refaire avec un dernier petit Star realms. Il se fait piler.

La dernière heure de la journée s’achevant, les derniers participants se séparèrent en maudissant la rentrée.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 01/03/2016 à St-Elivet

Durant l’hiver glacial de 1691 à Salem, des femmes se mettent à agir d’une curieuse manière : elles parlent une langue inconnue, se cachent, traînent des pieds. Les médecins ne parviennent pas à identifier le problème. L’un d’eux conclut même à une possession satanique. Les jeunes filles se décident alors à nommer qui les ont maudites.

C’est le 1er mars 1692 que les trois premières femmes seront accusées de sorcellerie: Sarah Good, une mendiante déshéritée, Sarah Osborne, une vieille femme alitée, et Tituba, une esclave. D’autres accusations suivent. Les prisons se remplissent progressivement et un nouveau problème surgit : sans forme légitime de gouvernement, les accusés ne peuvent être jugés. Aucun procès n’a lieu avant la fin mai 1692. Sarah Osburne est déjà morte en prison sans avoir été jugée, Sarah Good a accouché d’une petite fille, plusieurs autres accusés sont malades et 80 personnes attendent leur procès dans les geôles.

Une seule accusée sera relâchée, après rétractation. Tous les autres procès se terminent par la condamnation à mort de l’accusé pour sorcellerie. Seuls ceux qui plaident coupable et dénoncent d’autres suspects évitent la peine capitale. Une série de quatre exécutions a lieu au cours de l’été, avec la pendaison de dix-neuf personnes, dont un ministre du culte respecté, un ancien policier qui a refusé d’arrêter davantage de prétendues sorcières, et trois personnes disposant d’une certaine fortune. Six des victimes sont des hommes, la plupart des autres sont de vieilles femmes misérables.

Plusieurs théories essaient d’expliquer pourquoi la communauté de Salem a explosé dans ce délire de sorcières et de perturbations démoniaques. La plus répandue consiste à affirmer que les puritains, qui gouvernèrent la colonie de la baie du Massachusetts pratiquement sans contrôle royal de 1630 à la promulgation de la Charte en 1692, traversèrent une période d’hallucinations massives et hystériques provoquées par la religion. La communauté puritaine vivait dans l’angoisse. Après avoir perdu sa charte lors de la seconde révolution anglaise, elle ignorait toujours, au printemps 1692, de quoi son avenir serait fait. En butte aux attaques incessantes des Amérindiens, elle ne pouvait compter sur le soutien anglais. Sa milice se recrutait uniquement en son sein et sa population avait été décimée au cours du soulèvement général des Amérindiens de 1675-1676, la Guerre du Roi Philip : en Nouvelle-Angleterre, un colon sur dix avait trouvé la mort dans les attaques amérindiennes..

Parmi les théories modernes, celle de Mary Beth Norton, qui note que Salem et le reste de la Nouvelle-Angleterre étaient harcelés par les attaques amérindiennes, ce qui a créé une atmosphère de peur qui contribua beaucoup au développement de l’hystérie. La plupart des victimes d’accusations possédaient de forts liens personnels ou sociaux avec les attaques amérindiennes dans les quinze années qui précédèrent les événements. Les accusateurs faisaient fréquemment référence à un homme noir, soutenaient l’existence de sabbats entre les sorcières prétendues et les Amérindiens, et décrivaient des tortures provenant directement des récits de captivité entre les mains des Amérindiens. De plus, le clergé puritain assimilait souvent les Amérindiens aux démons, les associait aux sorciers et, au cours d’interminables sermons enflammés, fustigeait Satan et ses cohortes assiégeant les puritains, la sainte armée de Dieu. Le combat des Amérindiens devenait l’assaut des forces du mal essayant d’abattre la société puritaine: les puritains étaient mûrs pour l’hystérie magique.

histoire-sorcieres-salem

324 ans plus tard, la seule hystérie qui opéra à S-Elivet fut procurée par une bouteile de champagne amenée par Xel (of course) et des muffins concoctés par Hélène (who else ?). Il y eut aussi plein de jolies filles et quelques tables bien garnies. Les absents ont donc eu tort !

Table 1, dite « Puritaine » : Dominique et votre humble servieur initient à Troyes Bruno et Jean-Yves. Une partie équilibrée, que le premier nommé remporte avec 40 PV grâce à l’alliance démoniaque du prêtre et de l’orfèvre. Sur des dés blancs, le prêtre ajoute +3 aux dés jaunes, que l’orfèvre convertit en deniers et PV: une combinaison juste imbattable. Bruno (29 PV), VHS (28 PV) et Jean-Yves (25 PV) terminent dans un mouchoir.

Après la bataille, le vainqueur, après de fructueuses recherches, déclare:
*pour la carte Événement « perturbation des travaux », il aurait fallu enlever d’abord les cubes de plus haut niveau et si égalité les cubes dans la colonne la plus à droite. On a fait l’inverse.
*j’ai eu confirmation que si le dernier joueur passe alors que des dés restent, il prend bien 2 deniers
*pour les activités à effet différé, on ne consomme qu’un cube à la fois
*on ne peut placer un homme de métier qu’à condition d’activer la carte au moins 1 fois et donc d’avoir une valeur de dé suffisante pour ce faire
*le joueur majoritaire sur 1 carte Événement la prend quand elle est contrée (un des personnages les score en fin de partie).

Viennent ensuite trois tables avec les mêmes joueurs.

Table 2, dite « Hallucinogène » : François-René, Jérôme et Xel s’exercent à un jeu de deck building basé sur les personnages de Marvel (il s’agit de Marvel dice masters). C’est Jérôme qui s’impose.

Table 3, dite « Sermonée » : La table 2 enchaîne sur les Poilus, et conclut par une victoire collective.

Table 4, dite « Ensorcellée » : La table 2 enchaîne encore, sur un petit Lemming mafia remporté par Xel.

Une grande table mobilisa un certain nombre d’amérindiens dans le fond de la salle.

Table 5, dite « Maudite » :  Maud dégaine le plus vite à Colt express. Ses victimes furent Hélène, Baptiste et son trésor, Julien « kolok », et Matthieu.

C’était enfin l’heure des braves: le dernier pour la route, mais trois parties quand même.

Table 6, dite « Sabbatinique» : à Codenames les bleus (Xel, Dominique, Jérôme) battent 2 à 1 les rouges (VHS, Maud, François-René et Jean-Yves). On en retiendra que François-René n’a pas utilisé le vocabulaire tennistique pour faire trouver service et cloche, mais messe (qui nous dérouta car nous y avions vu Aube), que plusieurs joueurs (victimes de sorcellerie ?) ont fait deviner des mots adverses, et que les champignons sont, selon certains, des végétaux (mais le débat fut enflammé sur ce sujet et ne saurait être tranché si hâtivement).

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 26/01/2016 à St-Elivet

Le 26 janvier 1788, l’Australie recevait ses premiers immigrants européens. Le gouvernement anglais, qui ne disposait plus de ses colonies d’Amérique, devenues indépendantes en 1783, a l’idée d’utiliser cette terre des antipodes pour y reléguer ses condamnés de droit commun ou convicts. Ce ne sont pas de grands criminels, mais de simples délinquants qui encombrent les bateaux-prisons des ports britanniques. Ils sont parfois seulement coupables d’avoir volé une miche de pain, mais la loi anglaise de cette époque punit de prison le moindre larcin de pendaison, ne serait-ce que le vol de quarante shillings !

Les navires s’approchent des côtes orientales de l’Australie et arrivent à Botany Bay, site remarquable pour sa flore. Puis ils accostent enfin, à un endroit aussitôt baptisé Port Jackson, où s’élève aujourd’hui la ville de Sydney. Pas moins de 162 000 convicts vont être expédiés en ce lieu, de 1788 au milieu du XIXe siècle. Ces colons d’un genre particulier, une fois leur peine accomplie, font souche sur place. Ils forment l’ossature du peuplement européen de l’Australie, et repoussent vers l’intérieur désertique les 500 000 à 3 millions d’Aborigènes présents sur l’île depuis des temps immémoriaux.

Les Australiens actuels ont hérité des convicts une relative nonchalance, un caractère frondeur et revendicatif, et un certain goût pour l’indépendance. La vie sociale y est aussi moins organisée que dans l’Amérique puritaine. Depuis, l’anniversaire de cette arrivée de la « First Fleet » est devenu la fête nationale du pays.

Port-Jackson et les bateaux de la 1ère Flotte, dessin d'un convict

228 ans plus tard, c’est de son plein gré qu’une cargaison de parti-civiliens vient coloniser le centre de St-Elivet. Une table à six se forme, puis, un peu plus tard, l’arrivée de Xel et votre modeste narrateur rebat les cartes et fend cette table unique en deux.

Table 1, dite « Botanique » : Jérôme, François-René et Mathieu tiennent le haut du pavé dans l’univers bucolique de Mysterium. Jeff, Nicolas, Jean-Yves et Franck suivent à distance cette partie que votre chroniqueur n’a pas eu le loisir de vivre en direct.

Table 2, dite « Colonisante » : Votre modeste chroniqueur entraîne Jeff et Jean-Yves sur les territoires d’Alien Frontier. Après un départ-fusée, je file plein gaz sur le territoire central et son dé bonus, et multiplie les dés et les conquêtes spatiales, creusant de profonds sillons sur de multiples planètes. Mes 10 PV me permettent de résister tranquillement à une ultime manœuvre désespérée de Jeff (7 PV), qui chercha à combiner plusieurs cartes pour me faire perdre des majorités. Jean-Yves (6 PV) a semblé apprécier le jeu, qui est très fluide dans ce format court à 3 joueurs.

Table 3, dite « De droit commun » : A Lemming mafia, trois délinquants endurcis, François-René, Xel et Nicolas terminent tous à six points, reléguant leurs congénères Jérôme et Mathieu dans les bas-fonds, mais sans pour autant les refroidir. Auraient-il eu peur d’une malédiction attachée à ce 666 ?

Table 4, dite « Survivante » : Les survivants de la Table 3 jouent à la guerre. Les poilus leur offrent l’occasion de se sauver ensemble, effaçant par là le signe maléfique auquel ils venaient d’échapper.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St Elivet 19/06

Deux CRs pour le prix d’un, à confronter pour détecter les divergences :
CR de Dominique :
Une douzaine de joueurs se retrouvent à St Elivet ce vendredi :
Table N°1 : Hélène, Jérôme, MKS et Neox se lancent dans The Battle at Kemble’s Cascade, une transposition sur plateau des jeux d’arcade shoot’em up. La partie est remportée par Neox grâce, selon ses dires, à une longue pratique des consoles pendant l’adolescence.
Table N°2 : Dans la bibliothèque, Audrey, François et Mickael s’essaient à Minivilles puis enchaînent deux parties de Splendor.
Table N°3 : Julien-le-lannionnais (dont on a cru comprendre qu’il joue aux jeux de plateau avec son chien) a attiré Thomas, VHN et Xel dans la jungle guatemaltèque pour les initier à un classique des années 90, Tikal. Un jeu d’exploration et de majorité aux mécanismes bien pensés et, ce qui n’ôte rien, visuellement superbe. Un coup de force imparable sur un temple isolé permet à VHN de coiffer Thomas dans le dernier tour.
En seconde partie de soirée, les restants de la table 1 ont joué à Fantasy pendant que ceux des tables 2 et 3 ont enchaîné 3 parties de Lemming Mafia, le jeu de course et de paris (inévitablement truqués) plein de rebondissements et d’éclats de rire. Victoires successivement de Xel, Audrey et enfin Audrey et VHN à égalité.
A minuit passé, Xel, François et Thomas cherchaient un jeu à 3 pour prolonger la soirée. Qu’ont ils trouvé ? le forum le dira.
CR de François :
Table 1, dite urbainement phrasée :
Audrey, Mickaël et VHS jouent les bâtisseurs à Minivilles. Mickaël l’emporte. Puis les mêmes enchaînent 2 parties de Splendor. Le vainqueur reste identique.
Table 2, dite farcement arvicolinée:
Audrey, Mickaël, Xel, Thomas, Nicolas et VHS arpentent les sombres dédales de Lemming Mafia. Audrey s’adjuge deux parties.
Table 3, dite férocement belliqueuse:
Grosse bataille de vaisseaux opposant, entre autres, mks, Jérôme, Hélène, Nicolas, ce dernier emportant la mise. Le jeu (pour un spectateur sans bésicles, un parent éloigné de BSG) restera confidentiel.
Table 4, dite forcément sublime:
Xel, Dominique, Thomas et Julien jouent à un nouveau jeu (pour un spectateur sans jumelles, un lointain cousin d’Amitys), follement excitant, et totalement secret.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à Ti Koad 24/04

Séance racontée par François :

Table 1 dite « homicides »
Xel, FR, Mks, Nicolas et un jeune futur cotisant de PC, se lancent dans un BSG. Les cylons l’emportent, menés par Michal, double cylon et président à la fois: c’en était trop pour les humains.
Table 2 dire « chronique d’une mort annoncée »
Hélène et Baptiste convient VHS à rejoindre La cité des voleurs, un jeu aimable où il s’agit bien sûr de voler des trésors en échappant aux forces de l’ordre, et surtout aux autres voleurs. Il faut également parvenir à monnayer ses larcins, et, last but not least, sortir indemne de cette fameuse cité ! Alors que je volais vers la victoire, Baptiste, sur les retors conseils d’Hélène, initia une manoeuvre destructrice consistant à me priver de la carte qui me ferait gagner à coup sur. Il s’adjugea donc la première place avec 55 doublons, et je ne pus que le talonner à 49.
Table 3, dite « pendule ensanglantée »
Julien Audrey, Joanne & Mickaël massacrent la chronologie de Timeline. L’histoire ne dit pas qui ressortit des couloirs du temps. Le forum vous l’apprendra peut-être…
Table 4 dite « lemmingicide »
FR, Xel, Audrey, Nicolas, Dominique et VHS se lancent dans l’univers sordide de Lemming mafia. Il s’agit d’une course de lemmings mafieux, sur lequel chacun prend des paris chez les bookmakers, bien sûr secrets, et doit remplir des objectifs tout aussi secrets, comme par exemple: « le lemming rouge et/ou bleu ne doivent pas sortir vivants ». FR tire son épingle de ce jeu qu’il remporte, égayant la partie de petites blagues qu’on s’abstiendra de narrer ici. Pour ma part, je m’évertuai à faire triompher un lemming sans bloc de béton aux pieds. La tâche était ardue mais il ne tint qu’à un jeu de dé final qu’elle ne soit remplie.
Table 5 dire « mortel chaos »
Difficile d’imaginer jeu plus chaotique que Sang rancune à six. A ce jeu, vous allez faire 9 rencontres monstrueuses. Chaque monstre à un certain nombre de points de vie et un pouvoir spécial. En général ce pouvoir est en rapport avec les coups que vous allez recevoir si à la fin d’un tour elle n’est pas passée de vie à trépas. Surtout, les joueurs ont des cartes spéciales qui permettent de contrecarrer les attaques. Dominique (grand maître des cartes spéciales), Hélène, Baptiste, Audrey, Jérôme et VHS se lancent dans l’aventure, interminable, et qui prit fin sur une controverse relative aux règles applicables à la mort du dernier monstre, sur laquelle les spécialistes planchent encore. Hélène ou Jérôme sortit vainqueur, c’est selon.
Table 6, dite « train d’enfer »
Cette table réunit plusieurs Aventuriers du rail, qui se reconnaîtront. Quand on prend le train, une catastrophe ferroviaire n’est jamais à exclure.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.