Séance de MARDI 07/05/2019 à Servel

Ce mardi, Thomas Piketty fêtait son anniversaire. Cet économiste engagé, spécialiste des inégalités, s’est attaqué à des monuments de l’économie, comme la courbe de Kuznets, (selon laquelle l’évolution des inégalités de revenu devait prendre, sur une longue période, la forme d’une courbe en cloche du fait du déversement sectoriel lié à la révolution industrielle), l’effet Laffer (voulant que des taux marginaux d’imposition élevés sur les hauts revenus poussent ceux-ci à moins travailler), et même le fameux théorème de Schmidt (Les profits d’aujourd’hui sont les investissements de demain et les emplois d’après-demain). Un monument, il en produisit un lui-même, son Capital au XXIème siècle, vendu 150 000 exemplaires en France, un tour de force pour un ouvrage de recherche économique de plus de 1000 pages, cependant écrit dans une langue accessible et visant le grand public. Son entrée en politique, dans le rôle de chantre de l’impôt progressif sur le revenu (il fut l’auteur d’une proposition de fusion avec la CSG aboutissant à une progressivité d’autant plus forte qu’il formulait l’idée iconoclaste de taxer les propriétaires occupants d’un loyer fictif), si elle eut le mérite de susciter le débat, n’a jusqu’à présent pas été couronnée du même succès. Il est vrai qu’en se mettant au service de Ségolène Royal, Jeremy Corbyn ou Benoît Hamon, il se créa probablement pour lui-même une forme d’inégalité de destin dont on se demande s’il en avait une conscience aussi aiguë que ses théories.

Résultat de recherche d'images pour "thomas piketty cartoon"
Thomas Piketty

Évolution de la part du revenu des 10 % les plus riches dans le revenu total aux États-Unis

Table 1, dite « Monnaie hélicoptère » : La théorie économique prend toute sa force à Container – ce jeu où un mécanisme en apparence simple (je produis des ressources, j’achète celle des autres, et je les vends au marché aux enchères) se double de règles retorses sur le décompte des points, qui introduisent ce que les économistes appelleraient des asymétries d’information. On admire toujours la livrée maison du jeux fabriqué des mains habiles de maître Dom, avec notamment les fameux bateaux en découpe laser, tout comme le marqueur premier joueur, d’une inutilité ironique. Cette partie montra que les théories les plus subtiles peuvent être entravées par les erreurs humaines, à l’image de Dom qui prit un jeton bleu pour un rouge, ou de votre serviteur qui crut qu’un container bleu lui appartenait, une erreur qui lui coûta 25 points au décompte final. Les scores furent impressionnants, surtout celui de Dom qui ne gagna qu’une seule enchère de la partie, celle où justement il s’était trompé, mais finit à 175 ! Christophe le talonne fièrement avec 160 et la stratégie inverse, son entrepôt regorgeant de marchandises, Olive, 133, Thomas, 122, et votre modeste serviteur, 105, fermant la marche. Une partie riche en points donc (lors de la dernière fois, le vainqueur culminait à 103), mais, autant que l’habileté des joueurs, on doit aussi ce résultat à la banque, généreuse pourvoyeuse de monnaie hélicoptère !

La boîte du jeu
The river

Table 2, dite « Inégalités de destin » : Dans The River, les joueurs s’affrontent dans le but de posséder la plus belle colonie du nouveau monde et de poser la première pierre d’une inégalité de destin pour des générations. Camille fut le premier à bâtir sa dynastie avec 42, Benjamin l’imita ensuite dans une seconde partie avec 39. Laurent et Olivier3 furent pour leur part appelés à rester à la place que la destinée leur assigna: la dernière.

Table 3, dite « Sous le pavé, la plage » : Starcraft c’est un livret de jeu épais comme un pavé de Thomas Piketty, au point qu’au bout de deux heures de temps, Florian, Nicolas II, Vincent-2 et Joseph en étaient encore à boire les paroles du Doc. Une plage de temps tout aussi considérable s’est ensuite ouverte à eux pour mettre les paroles en actes. Un résultat sera peut-être publié sur le forum.

Table 4, dite « Corruption passive » : à cette quête du Seigneur des anneaux, Neox, FR, Baptiste et LN ont enchaîné deux échecs, victimes passives à chaque fois d’un mauvais spectre. Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument, apprirent-ils à leur contact. Ils auront donc le temps de méditer cette autre maxime de lord Acton: « La liberté n’est pas le pouvoir de faire ce que l’on veut, mais le droit de faire ce que l’on doit. « 

Table 5, dite « Dernier décile » : votre serviteur vidant les lieux de sa personne, la table 1 se reconfigure pour The Boss avec Olive, FR, Dom, Thomas, autant dire le dernier décile des fidèles quand approchent les laudes. Partie courte en 3 manches que FR remporte grâce à une belle première manche à 6 points. Dom réussit à envoyer 2 de ses gangsters à l’infirmerie !

Table 6, dite « Premiers de cordée » : trois joueurs ont disputé deux parties de 7 Wonders. A la première, Laurent l’emporte largement avec 59 PV. A la seconde, Olivier3 l’emporte de peu avec 57 PV. Le troisième de cordée, CamilleB, finit corde tranchée.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 30/04/2019 à Servel

30 avril, journée de la tolérance ! Ainsi, le 30 avril 311, l’empereur Galère publiait un édit de tolérance qui met un terme aux violentes persécutions engagées par Dioclétien, son prédécesseur, contre les communautés chrétiennes de l’empire romain. Deux ans plus tard, son édit sera confirmé et élargi à Milan par son successeur, Constantin. Le christianisme devient dès lors la religion dominante de l’empire. Et le 30 avril 1598 était publié l’Édit de Nantes. Cet édit de pacification, qui marque la fin des guerres de religion, vise à l’établissement d’une bonne paix et tranquille repos selon les propres mots du roi Henri IV. Il est habituel de qualifier cet ensemble de textes : « édit de tolérance ». L’expression est à vrai dire anachronique: au temps d’Henri IV, le mot tolérance désigne simplement la capacité individuelle de résister à la douleur ! Les contemporains du roi préfèrent parler de concorde et pacification pour qualifier l’Édit de Nantes.

A Lannion, la tolérance est un principe sacro-saint de Parties Civiles: on y accepte les petits, les grands, les forts, les cubistes, les barbus, et même les sportifs. Et nous avons une maison pour cela: celle du quartier de Servel, où il nous arrive de nous étaler dans ses nombreuses alcoves. Il faut dire qu’avec nous, cette maison de tolérance, c’est souvent un joyeux bordel !

Table 1, dite « Venez comme vous êtes » : La tolérance est de mise à cette table où prennent place, sans façons ni carton, Doc Nico, Xel, Tristan, Olive et Florian, attablés come à l’apéritif devant un Las Vegas dont ils savourent quelques opus, avant de passer aux choses plus sérieuses, un 7 Wonders en guise de mise en bouche.

Résultat de recherche d'images pour "impulse jeu chudyk"
Impulse

Table 2, dite « Je suis timide, mais je me soigne » : Les grands timides sont acceptés à cette table de Impulse. Mais on n’est pas dans la publicité culte des années 1980: ici, ce n’est pas un inconnu qui vous offre des fleurs, c’est un croiseur qui vient vous envahir sans façons, et accessoirement, couler votre cargo. On n’en attendait pas moins de ce jeu déjà ancien du prolifique Carl Chudyk, qui a été republié en version Print n’Play sous une nouvelle livrée, et que Dom a fabriqué de main de maître (la droite) avec le soutien d’une grande banque d’affaires. De sa main gauche, il pilota ses croiseurs et gagna haut la main avec les 20 points requis. Thomas et Xof (8) ainsi que votre serviteur (7) ont été trop tolérants avec le maître du jeu, qu’ils ont laissé s’étendre plus que de raison. Trop timides, donc, mais, promis, ça se soigne !

Sans transition, cette même table enchaîne sur un Las Vegas qui voit Dom plonger à 200.00 $, loin derrière Thomas, 340.000 $, VHS, 360.000 $, et Xof, 380.000 $, dans un joli tir groupé !

Table 3, dite « Tolérance d’usage » : A cette table de Clans of Caledonia, Benjamin (144) s’offre une victoire en douceur, tolérant la présence à une heure avancée de Eric (129) et Elouann (119), qui grimpent sur le podium (en même temps, ils n’étaient que trois, notez).

Table 4, dite « Tolérance zéro » : Death angel ne tolère aucune marge d’erreur et cette partie en fut la preuve: Vincent, Olivier-3 et Nicolas II sont morts dès le départ, mais, assurent-ils, avec brio !

Table 5, dite « Win the “yes” needs the “no” to win against the “no” » : Le seigneur des anneaux accueille à sa table en grand équipage LN, Baptiste, Neox et François-René. La tolérance fut encore de mise, avec une première partie perdue, la seconde réussie. Un peu comme le vote sur le traité de 2005 en somme.

Table 6, dite « Modeste vie » : un Century voit s’affronter les protagonistes de la table 1 avec un changement d’importance: Nicolas II à la place de Xel. Une table dont le résultat ne saurait être dévoilé ici: comme l’a proclamé un célèbre amateur de boutades, la modestie, ça ne se proclame pas, ça se vit.

Table 7, dite « La maison des tolérances » : Codenames c’est un peu la maison des tolérances, sémantiques et linguistiques. On vit jouter les Rouges (Dom, Vincent et Xel), et les Bleus (VHS, Thomas, François-René, Thibault).

Rouges 1-0: des chaussures mirent le pied à l’étrier d’une longue marche, initiée par un mot que nous tairons ici et qui fut toléré malgré son cousinage évident avec un mot de la grille – mais, nous expliqua doctement le Doc, lingus et langue ce n’est pas la même racine !
Bleus 1-1: les Bleus réagissent avec un splendide Témoin 2 (Course, Lien) pour finir un relais bien engagé.
Bleus 2-1: victoire implacable, illustrée par le joli Calvaire 2 (Crêpe, Croix), contesté par Nicolas, qui attesta avec force de la présence de calvaires en Alsace.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 11/12/2015 à St-Elivet

Séance racontée par Dominique :

Le 12 décembre 1915 naissait à Hoboken (New Jersey) Frank Sinatra qui incarna les faces lumineuses et sombres du rêve américain et du monde du show business. Un siècle moins un jour plus tard, cela swinguait à Lannion où Parties Civiles ne pouvait faire moins que de rendre hommage à The Voice. On put voir et écouter notamment ce vendredi soir :

Table 1 dite « I’m Not Afraid »
Neox, Baptiste-aux-poches-pleines, Frank et F-R jouent à Blood Rage, un jeu tout récent avec plein de bruit, de fureur et de figurines. Cela avait l’air bien mais nous n’avons pas pu interviewer les participants.

Table 2 dite « Strangers in the night »
Julien du Goélo et Jacques s’isolent dans la bibliothèque pour tester Deadzone, un jeu avec des dés et des figurines. A minuit et demi ils y étaient encore.

Note de Jacques :

Partie n°1 : « quelque part sur la 3e planète du système Nexus Zeta, 2e section de reconnaissance des Enforcers :

– Soldat Vince mouvement massif vers vous, repliez vous… Soldat Vince ?! Soldat Vince repondez !!! Sol…

– Chef ! Deux Phases 2 et un Phase 1 dans ces bâtiments !!!

– Repli !!! Repli !!!  Bordel, où  est la couverture aérienne !!!???

– Chef il est sur moi !! Je ne pe… BUAAAAAAAAAAAAARGRBL…

– Soutien arme lourde qu’est-ce que vous foutez !? Oh merd.. 

(dernières paroles enregistrés, 2e section a été déclarée perdue)

Partie n°2 : « quelque part sur la 3e planète du système Nexus Zeta, section « search and rescue » des Enforcers :

– Soldat Reiss au commandant : je suis sur le toit, je procède à l’installation de la tourelle de déf… il y a quelque chose qui cloche… Des Cerbères !!!

– Reiss, laissez la tourelle et descendez vers nous. Reiss ?! Reiss répondez : à vous ?! Reiss !??

– Chef j’ai vu 2 clebs foncer vers la tour où se trouvait Reiss !

– Je connais Reiss, il ne se ferait pas avoir par des clebs… Qu’est-ce… AAAAAAAAAAAAAAAAARGH !!!

(suite à l’échec de la mission la planète a été classée « définitivement contaminée » et soumise à la procédure de stérilisation totale)

« Petite » erreur de règles a probablement fait perdre aux Enforcers : « nettoyeurs invincibles » (joués successivement par les 2 joueurs) les 2 parties face à des Plague (sorte de zombies intelligents). La prochaine fois ça ira mieux… sûrement.

Table 3a dite « Languedoc on my mind »
Axel, Michal, Franck et Dom commencent par une partie de Carcassonne (victoire d’une courte tête de Dom) puis enchaînent avec De Stijl (les 4 joueurs finissent avec 13 territoires, Axel ayant le plus gros). Reconnaissons que c’est un jeu où rien ne peut se planifier et où on tend à s’en prendre au leader perçu du moment.
Table 3b dite « Night and day »
Après le départ de Michal et Franck, recherche d’un jeu à 2 (configuration rare à PC !) pour Axel et Dom : Baptiste propose le Seigneur des Anneaux-La confrontation. Recommandation appréciée : dans la première partie, Axel avec les forces de l’ombre offre sur un plateau dans le dernier combat la victoire qui lui était acquise. Il se rattrape dans la deuxième partie après échange des rôles. C’est le genre de jeu qui doit être très agréable à jouer régulièrement, une fois que l’on connaît par cœur les deux séries de personnages et de cartes d’action.

Table 4 dite « Fly me to the moon »
Jeff, Julien du Trégor, Thierry et Laurent (y eut-il un cinquième astronaute ?) se lancent avec 1969 dans la course à la lune. Selon certaines rumeurs circulant sur le pas de tir, ce serait Julien qui aurait porté le plus haut les couleurs de l’industrie spatiale tricolore.

Table 5 dite « The way you look tonight »
Les restants des tables 1, 3 et 4 se regroupent pour un joyeux Shadow Hunters. Il semblerait que certains avaient des airs de Shadows tandis que d’autres avaient des comportements de Neutres tandis que Thierry proposait des services de relookage. François-René, avec son catalogue Manufrance d’objets magiques, démontre qu’un Neutre peut damer le pion à 6 Shadows et Hunters occupés à s’intimider et se massacrer. On ne se méfie jamais assez de lui.

Table 6 dite « In the wee small hours of the morning »
Deux dernières tournées avant la route au Beasty Bar (dans sa version proposée par le DUC) pour Thierry, F-R et Dom.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI à Ti Koad 20/01

Séance racontée par Xel :
Présents : Dom, Jeff, Maud, Grand Pierre, Néox, Jérôme, Audrey, Léo, Justine, Xel et Hélène (n°3)
Table 1 : Le seigneur des anneaux (collaboratif) : Néox, Hélène, Léo, Grand Pierre et Xel
Où une fois de plus Sauron l’emporte en tuant un à un les gentils hobbits *>:) Démon*;) Clin d’œil
Table 2 : les autres autour d’un Citadelles (?) puis d’un Saboteur (?)
Les noctambules : Maud, Jérôme, Grand Pierre, Jeff et Xel
Chinatown : Maud l’emporte
Les aventuriers du rail : Grand Pierre l’emporte
6 qui prend : Xel l’emporte

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de MARDI à St-Elivet 29/01

CR tardif pour la séance d’il y a 5 jours :

Table unique dite « Opération suicidaire » …

… racontée par Xel :

Petite table (Jeff, Frank, Baptiste dit Toison-de-jais et VHN) autour d’un Seigneur des Anneaux
Version bisounours avec Sauron en bout de piste
Explication des règles et début de jeu chaotique : cartes non distribuées, deck franchement défavorable et Sauron qui nous mate de moins en moins loin
Nous arrivons quand même au Mordor – avec l’haleine fétide de Sauron en live – où les évènements nous font tomber de Charybde en Scylla : le porteur de l’Anneau succombe à sa rencontre forcée avec Sauron et le jeu, une fois de plus, gagne !
C’est promis la prochaine fois on l’aura !!

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 25/05

3 tables lors de cette soirée :

Table n°1 dite « oui mais non » …

… racontée par Marvin :

Nous nous attablâmes, François, Sly dit « le vieux » dit aussi « qui ne peut compter que dans le silence complet », notre Président et moi-même autour de Megawatts. Après quelques minutes d’explications de règles, François découvrit avec stupeur que ce jeu n’était autre que Funkenschlag, auquel il avait déjà joué. Ce quiproquo nous fit sourire. Oh oh oh.

Lors du placement, Jibee, Sly et moi-même prîmes Paris et l’Ouest de la France, tandis que François s’installa seul dans le Sud. Cette stratégie lui permit de faire la course en tête toute la partie.

Alors qu’il ralentissait quelque peu sur la fin et que Jibee et Sly se préparaient à un assaut final, François parvint à franchir la ligne en tête et l’emporta. Sly et Jibee comptaient sur un tour supplémentaire pour le coiffer au poteau, et l’herbe leur fut donc coupée sous le pied.

François l’emporta donc avec 17 villes, toutes alimentées.
J’en avais 17 également, mais seulement 15 alimentées (plus une petite réserve de cash), tandis que Sly avait 15 villes et Jibee 14.

Cette fin heureuse et cette victoire méritée de François ont toutefois déclenché un débat inattendu, mais néanmoins vigoureux. En effet, je déclarai (un peu hâtivement peut-être) que si François n’avait pas fait sa 17ème ville, mettant fin à la partie, je l’aurais fait moi-même juste après (je construisais en dernier), tout en sachant que ça ferait gagner François tout de même.

Le sujet de la polémique fut donc :
« Est-il ludiquement acceptable de provoquer la fin d’une partie quand on sait qu’on n’est pas le vainqueur ? »
Il semble que nos points de vue divergent (mais heureusement la situation n’arriva pas, donc toute accusation relève du procès d’intention 😉

Je fis remarquer qu’en terminant la partie à ce tour-ci, je terminais 2ème, alors qu’un tour de plus aurait été catastrophique pour moi (j’ai très mal acheté mes centrales, j’avais une capacité de 15 et j’aurais fini bon dernier), et que vu l’heure tardive j’avais eu mon compte de plaisir ludique. Mais je comprends aussi que Jibee et Sly espéraient bien manger François tout cru dans un ultime tour (Jibee pouvait alimenter 19 villes) s’il avait eu lieu. Cela dit, la règle est la règle et la partie peut se terminer parfois abruptement. Je ne compte plus le nombre de parties (tous jeux confondus) où je me suis dit « si j’avais eu un tour de plus, j’aurais pu faire mieux ».

Je laisse ceux qui le souhaitent développer ce débat, en ce qui me concerne je crains que j’aurais bel et bien mis fin à la partie si j’avais eu ce choix à faire… Cela dit, il est évident que j’y réfléchirais à deux fois car je ne tiens pas spécialement à m’attirer les foudres de deux joueurs éminents… 😛

Table n°2 dite « non mais oui » …

… avec François-René, Xel, Yann et Michal autour d’un Seigneur des Anneaux. Il semblerait que les règles ont eu du mal à être respectées 😉 Peut-être qu’ils ont changé de jeu après ?

[Ajout de Marvin] Oui, il y a eu plusieurs parties de Pandémie, et oui il y a encore eu « viol » des règles ;)[/Ajout de Marvin]

Table n°3 dite « courte mais intense » …

… avec Jeff, Sly The Young et Votre Humble Serviteur qui se sont mesurés dans un Endeavor à 3 donc purement bisounours. Malgré cela 2 ou 3 guerres ont éclaté mais rien de grave, pas plus que quelques centaines de milliers de morts au total. Au bout d’une heure de jeu, VHS (qui n’a jamais dégainé) distance ses 2 belliqueux adversaires qui finissent à 1 point l’un de l’autre.—

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 20/04

4 tables :

Table n°1 dite « au fond de la cabane »…

… carVotre Humble Serviteur étant parti dans les explications des règles de la Table n°4 n’a même pas vu quel jeu était pratiqué par Laurent, Eliza et Michal 🙁

Table n°2 dite « Duel » …

… où NIP (Notre Illustre Président) a affronté François dans un duel au dessus d’un plateau de Smallworld. Mais qui a gagné ?

Table n°3 dite « Total loose pour les gentils »…

… où Marvin raconte :

Après de nombreuses palabres afin de déterminer à quoi nous allions jouer, nous nous attablâmes, Xel, Frank et moi-même autour du Seigneur des Anneaux de Knizia (le jeu coopératif), tandis que Jibee allait ruminer son SmallWorld en compagnie de François.

La partie du SdA fut assez peu tendue jusqu’à son dénouement, lequel s’avéra être incroyablement serré. Frank se sacrifia, tandis que Xel, qui portait le précieux bien au chaud (après me l’avoir volé), restait bien en arrière.

Le final fut des plus épiques puisque Xel devait lancer deux fois le dé et pouvait avancer de 5 cases sans perdre. Hélas, elle avança de 6 cases (proba 1/36) et nous échouâmes donc à détruire l’anneau, quand bien même nous avions atteint la dernière case.

Frank nous délaissa pour rejoindre sa demeure, aussi Xel et moi tentâmes un petit Pandémie « vanilla » (comprendre, sans extension). La seconde partie de cette soirée coop’ s’avéra tout aussi catastrophique que la première, et nous perdîmes par 8 éclosions, juste après l’irruption de la 5ème épidémie. C’est bien dommage, car nous avions trouvé 3 remèdes, éradiqué la maladie rouge et Xel avait en main les cartes du dernier remède… Encore une fois, ça se jouait à un fil.

Table n°4 dite « Walking Dead » …

… où Yann et Sly The Jeune ont appris que les Zombies sont lents mais aussi que les Zombies mordent fort. Initiation pour eux à Earth Reborn où leurs troupes de NORAD se sont fait manger par les Salémites.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 30/12

Il y a exactement 100 ans apraissait le premier chèque barré en France. Et sinon à Parties Civiles 2 tables :

Table n°1 dite « Vous ne passerez paaaaaaaaaaaaaaas !!! » …

… et effectivement la fine équipe composée de Marvin, Jeff, Xel et de Franck n’ont pas réussi à passer en Mordor pour se débarrasser de l’anneau en plastique, cela malgré l’assistance extérieure de Marie-Anne. Le Seigneur des Anneaux – le jeu a gagné.

Table n°2 dire « choute choute dante taulque »…

… où François aka Blue Leader One et Françoise aka Green Leader Two ont été initiés aux arcanes de Ascending Empires accompagnés dans cela par Sly Why Is He So Old Man ? Becauuuuuse ! aka Yellow Leader Three et Votre Humble Serviteur aka Red Leader Four. Une partie de pichenettes sanglantes, où Yellow Leader Three a conquis aux premiers tours 3 planetes oranges (militaires) dans 3 cadrans différents et où Red Leader Four a bloqué 2 de ces planètes pendant plusieurs tours ce qui a forcement dégénéré en conflit ouvert. De leur coté Blue Leader One et Green Leader Two ont bataillé pendant un petit moment l’un contre l’autre mais de façon fort bien polie. Les choses ont commencé à devenir sérieuses quand Blue Leader One est à son tour entré en confilit avec Red Leader Four tout en bloquant un peu Yellow Leader Three. La Galaxie était à feu et flammes, au dépend d’ailleurs de la recherche : aucune des puissances en jeu n’a acquis de technologie de niveau 3 faute de temps consacré à l’extermination de son prochain. Au final Green Leader Two profite le mieux du conflit atteignant 39 points, suivie de Red Leader Four puis de Blue Leader One et de Yellow Leader Three. Une partie tendue comme on les aime. A noter une maîtrise incroyable de Green Leader Two concernant le pilotage de ses vaisseaux : plusieurs de ses pichenettes ont fait traverser, rouler, fait le boomerang à ses croisseurs sans qu’il sortent de la Galaxie. Incrédibaule.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum