Séance de MARDI 01/05/2018 à St-Elivet

Il y a 101 ans naissait Danielle Darrieux. Nous dédions ce compte-rendu à ses beaux yeux et à son oeuvre.

Résultat de recherche d'images pour "danielle darrieux cartoon"

Table 1, dite « Grande dame » : s’il est un jeu où les dames ont toute leur place, c’est bien Signorie – que Gérard nous fait découvrir. Un jeu qui semble complexe mais où tout s’emboîte parfaitement et qui révèle un grand classicisme. C’est le type de jeu où il faut faire les bons choix au début, car à trop s’éparpiller, on finit par sous-performer. Gérard, comme de juste, mena la danse avec 157, mais Xel (133), Dom (122) et votre modeste narrateur (107) n’en ont pas moins apprécié l’exercice.

Table 2, dite « Le bon Dieu sans confession » : cette table de 878 – Les Vikings vit une étonnante défaite de Jack, Pierre et Mickaël, trois garçons auxquels on donnerait pourtant le bon Dieu sans confession.

Table 3, dite « Le rouge et le noir » : à In Flanders field, c’est un baron rouge qui affrontait un prince noir. Thomas a évidemment triomphé de François-René.

Table 4, dite « Le jour des rois » : à Cartagena on enregistra une victoire de Pierre le grand, devant tHomas, François-René, Maïwenn & Co.

Table 5, dite « Jeux dangereux » : Pierre se retire en majesté, mais la table 4 enchaîne sur Burgle bros pour un résultat incertain.

Table 6, dite « Coup de soleil  » : c’est à Munckin qu’Olivier bronze et brille, tandis que Vincent-2 et les autres marchent à l’ombre.

Table 7, dite « Ambassador » : Nathan reçoit ses lettres de crédit de King of Tokyo.

Table 8, dite « Ambassador » : ici, Neox jouait les orques, et comme de juste il dévora le trop humain Baptiste à l’impitoyable Blood bowl.

Résultat de recherche d'images pour "blood bowl jeu"

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 20/04/2018 à St-Elivet

Le 20 avril 1825, le roi Charles X fait voter une loi sur le Sacrilège, croyant de la sRésultat de recherche d'images pour "charles 10 sacrilège cartoon"orte « re-christianiser la France ». Le texte condamne à mort, avec amende honorable (obligation de se repentir en public avant l’exécution) toute personne qui aurait en public profané des hosties ou les vases les contenant !

C’est du jamais vu. Cette loi, qui assimile le sacrilège à un parricide, est promulguée malgré les critiques, y compris chez les « ultra-royalistes », mais ne sera jamais appliquée et le successeur de Charles X l’abrogera sans attendre, le 11 octobre 1830.

A Lannion, quelques années plus tard, nombre des parties jouées ont vu un résultat sacrilège: un roi, un grand duc et un baron perché ont été aperçus chutant de leur piedestal !

Table 1, dite « Vieillesse et naufrage » : embarqués dans Les contrées de l’horreur Guillaume, François-René, Neox, Maël et Nicolas II se sont fait coincer par le grand Ancien.

Table 2, dite « Lèse-majesté » : cette table de Mythotopia vit une lutte sans merci de près de 4 heures entre Thomas, Paul et votre humble serviteur, que Justine observait à une petite longueur. Le mécanisme de fin de partie concourt à cette longueur exceptionnelle: un joueur peut mettre fin à la partie si elle est suffisamment avancée, et, surtout, s’il la remporte après la résolution de tous les combats en cours. On vit ainsi fleurir les combats en suspens qui visaient à empêcher l’un des trois larrons d’en user. C’est finalement Justine qui, choisissant de défendre une de ses positions, et privant de ce fait Thomas d’un gain potentiel, scella la victoire de votre narrateur (49). Ce n’était qu’une question de temps: m’étant forgé une position inexpugnable au sud-est et au nord-ouest, je conduisais depuis ces bases fortes des raids toujours plus meurtriers, étant de plus protégé par une carte acquise dès le premier tour (celle qui fait gagner) – et que je ne révèlerai que sous le sceau du secret. Thomas (44), victime de cette lèse-majesté, devance Paul (41) et Justine, qui n’était pas si loin (33).

Table 3, dite « Défroquée » : à Troyes, c’est à la chute de frère Dominique que nous assistâmes. La coupable était encore une femme (Xel), sous les yeux ébahis de Mickaël et Christophe.

Table 4, dite « Triangle secret » : à la sortie  de L’auberge sanglante un triangle secret semblait s’être formé entre trois jeunes exaltés: Cédric (51), Axel (50), et Elouann (48) – unis dans la commission de l’innommable forfait dont Eric l’ancien (25) allait être la victime expiatoire.

Table 5, dite « Le discours d’un roi » : Julien-de-Paimpol n’a pas fait pour rien le voyage de sa lointaine province à cette table de Warhammer 40 000  qui le vit triompher d’un Baptiste-aux-poches-pleines. « Mais c’était serré » résuma-t-il dans le bref discours qui suivit cette joute.

Table 6, dite « Ultra-royaliste » : après le départ de Cédric, les protagonistes restants de la table 4 enchaînent sur un King of Tokyo au résultat incertain.

Table 7, dite « Histoires parallèles » : une foultitude de joueurs termine la soirée sur une série de parties de Secret Hitler aux résultats variés.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 17/04/2018 à St-Elivet

Une soirée du mardi aux couleurs de l’arche de Noé. Pourtant il faisait sec.

Table 1, dite « Escargot » : le gros jeu (pas de cubes en bois mais des dés et des disques en bois, c’est tout comme) est Signorie autour duquel on trouve Xel, Cédric, Gérard et Thibault. La partie se joue en sept tours mais quand le narrateur prit congé, ils en étaient au quatrième. Le forum recueillera (ou pas) les témoignages des protagonistes.

Table 2, dite « Chien »  un Room 25 XXL rassemble Nicolas-2, Guillaume, Florian, Pierre (venu voir), Julien-2, OlivierL, Victor et Cécile. Tel Diabolo dans les Fous du volant (oui cela ne nous rajeunit pas), Nicolas rit dans sa barbe pour le coup de chien qu’il a joué aux malheureux prisonniers qui cherchaient la sortie.

Table 3, dite « Chat » : Neox, Hélène, Baptiste, François-René et VHN étrennent Cottage garden, jeu léger et relativement abstrait de Uwe Rosenberg. Chacun doit optimiser le placement de polyminos sur son plateau individuel en essayant d’anticiper lesquels seront disponibles aux tours suivants. Neox utilise habilement ses jetons Chat (des jokers bouche-trou) tandis que Dom et Hélène, associés en un attelage inattendu, préparent leurs coups à mi-voix. Leurs conciliabules auront peu servi, la paire finit avec 53 PV contre… 54 pour Baptiste et F-R et 62 pour Nicolas-roi-des-animaux.

Table 4, dite « Panda » : découverte de Takenoko pour Maïwenn et Quentin. Ils ont bien aimé et c’est lui qui l’emporte de justesse.

Table 5, dite « Gigasaure » : la table 3 poursuit avec un King of Tokyo à 6 joueurs, Hélène et Dom reprenant leur indépendance et un Vincent-2 tardif s’y adjoignant. Rappelons que c’est le premier joueur à atteindre 20 PV qui gagne. Neox dégoûte les autres en faisant cinq « 3 » aux dés dès le premier tour, scorant 5 PV. Dix minutes plus tard, les baffes ont affaibli les monstres. Neox et VHN succombent mais reviennent aussitôt avec un perso régénéré. Le deuxième fait une belle remontée à 17 PV tandis qu’on s’aperçoit que Vincent a mal interprété (à son profit !) le pouvoir d’une carte. Alors qu’il est clair que la femme à abattre est Hélène, Baptiste préfère renvoyer VHN dans la tombe et la laisse donc triompher.

Table 6, dite « Cheval » : N2 attire Guillaume et Olivier aux joutes de Camelot qui peuvent se dérouler à pied ou à cheval (parfois même elles commencent à cheval et finissent à pied). Les novices ayant été dûment prévenus que le propriétaire du jeu est redoutable, nous ne savons pas comment cela a fini.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 23/12/2016 à St-Elivet

En ce 23 décembre, Parties Civiles plaçait sa séance de jeu sous le haut patronage de Carla Bruni, qui rentrait à l’occasion dans sa cinquantième année. Aura-t-elle une Rolex pour Noël ? En tous cas, Axel avait apporté un gâteau maison, il y en avait au moins un qui avait suivi.

Résultat de recherche d'images pour "carla bruni"

Table 1, dite « Quelqu’un m’a dit » : Nicolas-Neox fête Noël avant l’heure, nous présentant sa dernière acquisition: The Gallerist. Rien moins que le dernier opus de Vital Lacerda, l’auteur de Vinhos.

Afficher l'image d'origine

Du lourd donc, à commencer par la boîte, imposante, et le matériel, de belle facture. Dans l’univers du marché de l’art, il s’agit de découvrir de jeunes talents, de les faire connaître, d’acheter leurs oeuvres, les exposer, et enfin, de les revendre (ou pas). Le jeu fourmille de mécanismes très riches (objectifs secrets, enchères en fin de partie sur le marché international), mais reste très jouable avec un tour de jeu particulièrement fluide: à son tour, on choisit l’un des quatre lieux du plateaux, où l’on effectue l’une des deux actions possibles. Mais il y a une subtilité: si l’on éjecte un autre joueur du même lieu, ce dernier peut, en faisant jouer son influence, bénéficier de la faveur d’y effectuer également une action (sauf au tout dernier tour de la partie).

Ayant préparé son affaire, Tristan avait invité ses comparses à bachoter les règles sur Internet, ici. Ou  bien avait renchéri Neox, pas en reste. Ainsi, avec Xel, nous étions quatre marchands hyper-informés des dernières tendances. Tandis que je me lançais dans le numérique, Tristan explorait la sculpture, et se livrait à des manipulations de marché pour faire artificiellement grimper la cote de ses poulains grâce à des complices. Surtout, il ne vendit rien. Une stratégie osée, mais gagnante, car elle permet d’économiser toutes les actions de la phase commerciale (trouver un contrat, effectuer la vente). Surtout, les oeuvres non vendues en fin de partie sont quand même évaluées à leur prix de marché, et lui ont apporté 65 de ses 149 points, comme en témoigne la carte de score finale, car oui, le jeu fournit même des Scoring sheets. Respect !

gallerist

Table 2, dite « No promises » : Guillaume et Thomas ne se sont rien promis, mais terminent main dans la main à GearWorld : The Borderlands. Baptiste-aux-mains d’or et Camille suivent à distance le cortège.

Table 3, dite « Rive droite, rive gauche » : Mickaël, Axel, Laurent et Nourdine sont associés du camp rebelle à Assaut sur l’empire. Leur mission ? Aider 6PO à déchiffrer l’hologramme. Mission réussie, à croire qu’ils s’étaient entraînés en visionnant Rogue One… Quoi qu’il en soit, François-René et Nicolas III en ont fait les frais.

Table 4, dite « Comme si de rien n’était » : une table où Cammille s’offre un scalp de trésorier, coiffant sur le poteau Baptiste à King of Tokyo, tandis que Guillaume et Thomas se sont fait hara kiri.

Table 5, dite « Le plus beau du quartier » : est-il vraiment raisonnable de lancer une table de Quartermaster à onze heures passées ? Si François-René l’a fait, c’est qu’il ne s’est pas posé la question, et aussi parce qu’il n’y avait aucun exemplaire de Codenames en circulation… Il fut rejoint par Nourdine, Nicolas III, Axel  et Tristan pour une partie qui se termina bien après l’heure du bouclage.

Table 6, dite « Top model » : rien de tel qu’un tour au sommet d’un donjon pour terminer une soirée, se disent Thomas, Camille et Guillaume. Rien de tel que de quitter St-Elivet sur une victoire à Dungeon Raiders, se dit le dernier cité.

Table 7, dite « Midnight in Lannion » : une équipée sauvage se met en place pour une traversée des USA en mode Hit z Road. Je fus la première victime des zombies, perdant trois membres de ma famille d’un seul coup sur un jet fatal. Un final à suspense opposa les trois survivants, Mickaël (6), Xel (12), et Neox (13, dont pas moins de 9 points de bonus à la fin !)

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 18/12/2015 à St-Elivet

Séance à 3 ou 4 tables dont :

Table racontée par Dom :

Elaine, Michal, Franck, Mikael, Axel et Dom se bastonnent gaiement dans 2 parties de King of Tokyo (Michal s’impose dans la première tandis que Dom gagne son duel final contre Axel dans la seconde). Après le départ de la moitié des combattants, encore des combats pour Axel, Mikael et Dom avec Colossus Arena remporté de peu par le dernier nommé.

Table mentionnée par Jacques :

Une table de Assaut sur l’empire avec : Darth Julien, Jedi Laurent, Wookie F-R, mi-mouton mi-lion Jeff et vieux commandant abusé Jack. Comme d’habitude victoire lors de la mission annexe des gentils et victoire lors de la mission principale du méchant.

Tables mentionnés par d’autres : sur le forum…

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

 

Séance de VENDREDI à Ti Koad 21/11

Table n°1

Earth Reborn avec Aurelie, MKS et un visiteur magnant la langue de Copernic. Poursuivie avec Rampage.

Table n°2

Un Monde sans Fin avec Joan, Julien et Mickael

Table n°3

Minivilles suivi de King of Tokyo avec Audrey, Marvin, Frank et 2 nouveaux adhérents.

Table n°4

Terra Mystica + extension avec Jeff, Vincent, Marie-Anne et Jack

Tables tardives :

Citadelles avec Xel, François, Audrey et 2 nouveaux adhérents

A Few Acres of Snow – plutot une explication par Mickael à Julien avec quelques tours de jeu

_

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à Ti Koad 05/09

2 tables :

Table n°1 dite « baffes et aliens »…

… avec Jeff, Franck, Xel et Grégoire qui ont successivement fait un  King of Tokyo et un Race for the Galaxy.

Table n°2 dite « optimum local » …

… avec JB, Sly The Old et Votre Humble Serviteur autour d’un Five Tribes qui comme  sont nom ne l’indique pas est une création française et se joue à 4 maximum. Pour optimisateurs opportunistes ou chevronnés voir les deux.

_
Pour discuter de cette session RDV sur le forum.

Séance de MARDI à Ti Koad 29/07

Pas mal de monde ce mardi semble-t-il, et un résumé de la soirée par François et Xel.

La parole est à François :

Franck, Dominique, François-René et VHS combattent pour le titre envié de King of Tokyo. A ce jeu, il s’agit de se baser à Tokyo pour engranger des points et baffer ses adversaires, mais aussi d’en partir pas trop tard pour éviter d’y laisser sa peau de points de vie. Le tout se décide à grands coups de jets de dés, dont la subtile combinaison permet, au choix, de gagner des points de victoire, des points de vie, des points d’énergie pour acheter des cartes action, et de baffer le Tokyoïte..au risque de prendre sa place. A cette subtile combinaison de hasard et de stratégie, je tire mon épingle du jeu en coiffant par deux fois mes compétiteurs grâce à une tactique risquée mais payante: je termine à chaque fois avec 20 points de victoire et plus qu’un seul point de vie…..mais qui suffit: la roche tarpéienne est proche du Capitole.

Nous enchaînons par une partie découverte de Nanobots, après une présentation « flash » du jeu par Julien. Le jeu nous parut très chaotique et se termina en déconfiture, mais aussi par la victoire de Dominique, qui semblait mal parti mais termina par un coup fin. Face à lui, la FFF avait capitulé devant la complexité des combinaisons permises par les cartes et était montée dans le bus avant l’heure.

Et maintenant à Xel :

Praetor : avec Jeff, Julien, David, Sly the Old et moi-même
Magnifique jeu de tuiles caylusien et wallacien avec des dés qu’on ne jette pas !
Chaque joueur doit gérer ses travailleurs (actifs et retraités) et les payer. Le gagnant est celui qui obtient le plus grand nombre de faveurs (PV) en utilisant les combos proposées par ses tuiles (gratuitement) ou celles des autres joueurs (en payant).
Julien nous a présenté le jeu en nous expliquant qu’il fallait construire un mur (d’Hadrien) mais deux joueurs ont complètement zappé cet objectif (Sly et moi-même).
Sly s’est octroyé la tuile qui fait gagner – beaucoup d’argent voire gagner tout court – et comme un bonheur ne vient jamais seul, il a derechef investi dans la seconde tuile de même type…
Au final, il mène la danse avec au moins une cinquantaine de points d’avance sur le second (Julien), par hasard je suis troisième à un point de Julien, un peu plus loin Jeff puis David.

_
Pour discuter de cette session RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à St-Elivet 24/05

3 tables pour cette séance :

Table n°1 dite « serial games » …

… Racontée par Baptiste 1er dit « le scalp dévergondé » :

Jérôme, Rebbeca, François et moi avons commencé par une partie de Wiz-War. Je commençai la partie en faisant une incursion dans la zone de Rebbeca, et nous passâmes les trois quarts du jeu à nous taper dessus. Pendant ce temps, François déroba l’un des coffres de Jérôme, ce dernier me piquant l’un des miens. Après moult difficultés je parvins enfin à ramener un des coffres de Rebbeca chez moi, qui riposta en me volant le dernier de mes biens. François et Jérôme se lancèrent dans une course contre la montre pour savoir lequel des deux allait marquer son deuxième point le premier, et se fut Jérôme qui l’emporta sur le fil, gagnant ainsi la partie de ce jeu fort sympathique.

Nous avons ensuite enchainé avec un King of Tokyo, Rebecca nous quittant après la première partie. Emplis de velléités belliqueuses,  The King (Jérôme), Meka Dragon (François) et Cyber Bunny (moi-même) se mirent des baffes dans deux parties supplémentaires, histoire de voir qui était vraiment le patron. A ce jeu-là je fus le plus efficace, remportant toutes les parties (ce qui confortera certains Parties-Civiliens dans leur opinion concernant mon amour pour les jeux chaotiques).

Table n°2 dite « sus-dite » …

… Racontée par Xel  :

 Table : « qui a la plus grosse* ? »

Michal, Maud et VHN autour d’un Civilization : [première partie pour Maud *>:) Démon]
Michal a fait un point sur les règles et le jeu a débuté avec :
– des Grecs aka Michal
– des Russes aka Maud
– des Allemands aka VHN
La partie a commencé un peu « bisounours », chacun développant gentiment sa capitale puis sa deuxième ville… Michal profitant des atouts des Grecs (économies sur les nouvelles techno non découvertes par les autres joueurs par exemple), Maud a tenté de voler des techno à Michal en s’aventurant sur ses terres mais elle s’est attaquée à plus fort qu’elle, j’ai foiré mon début de partie (mauvais choix de techo, mauvais déplacements, …) et ai découvert qu’en fait ce n’était pas très grave…
Maud n’a peut-être pas optimisé le développement de sa civilisation (peu de constructions, combats perdus, ressources volées…), un peu comme d’habitude Master Michal s’est fait plaisir en développant sa capitale (personnalités, merveilles, etc…) et sa pyramide de techno sans que l’on puisse vraiment l’arrêter alors que l’air de rien j’ai musclé peu à peu mes armées (niveau II puis un niveau III) et j’ai avancé l’air de rien vers la capitale de Maud.
Le rouleau compresseur allemand – fort bien pourvu le bougre *:P Tirer la langue – s’est avancé sans subir de pertes lors d’un combat décisif (vive les cartes culurelles ! *=D> applaudissement).
Malgré l’agression désespérée de Michal et le combat jusqu’à la mort de la dernière armée de Maud, la capitale est battue 15 contre 14 !!
C’est bien la première fois que je gagne à ce jeu sans avoir développé mes villes ni mes techno : Birsmark c’est vraiment un tueur !
Partie tendue quand même, ça s’est joué à un point de culture pour le dernier combat *;) Clin d’œil
* armée bien sûr, à quoi pensiez-vous ? => spoiler
Table n°3 dite « Misère, misère »…
… où Votre Humble Serviteur a dû de nouveau se frotter à une bande de redoutables assassins incarnés par Julien (aka « nekro »), Laurent (aka « danseur d’eau ») et Françoise (aka “je tape”) dans Descent V2.
Comme à leur habitude cette bande de reîtres s’est invitée dans un coin où leur venue n’était pas attendue, ils ont pillé une ferme de la moitié de leur récolte de blé (heureusement que la 2nde moitié a été sauvée par des vaillants gobelins) puis ont forcé la porte d’un donjon où le maître des lieux accueillait des paysan lors d’une courtoise conversation afin de déterminer une stratégie gagnante contre les pillards. Malgré le courage des défenseurs les assaillants ont nettoyé le donjon, ceci en dépit de la présence d’un dragon d’ombre qui, il faut le souligner, leur a courageusement fait peur puis les a transformé en brochettes. Mais que peuvent les monstres devant tant de haine et surtout devant un necro qui relève ses copains comme les paysans des carottes ? L’embonpoint du maître des lieux (aka « Gobelin Obèse ») ne lui a pas servi dans l’évacuation du donjon et il fut vaincu par les infâmes meurtriers.
Ce terrifiant Dragon d Ombre possède 9PV. Le tank « je tape » en face : 18PV et – détail qui a son importance – est immortel. Devinez la fin…
Bon, ça suffit hein ! Le jeu est clairement calibré pour faire gagner les « héros » (et ce n’est même pas moi qui le dit : cf cet article)  En plus le manque de bol aux dès du « Seigneur du Mal » n’aide pas surtout face aux « héros » qui ont raté à tout cassé un jet de dès…
Il reviendra néanmoins encore plus malchan… heu… méchant dans le 3e et dernier épisode du 1er niveau de la campagne.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum