Séance de VENDREDI 13/10/2017 à St-Elivet

Au matin du vendredi 13 octobre 1307, tous les Templiers de France (plusieurs milliers) sont arrêtés sur ordre du roi Philippe IV le Bel (le petit-fils de Saint Louis). Cet acte de violence arbitraire met fin à un ordre original de moines-soldats vieux de près de deux siècles, qui s’est illustré en Terre sainte et s’est acquis puissance et richesse, s’attirant la jalousie des féodaux et la convoitise des souverains.

L’ordre du Temple est né en Terre sainte, en 1119, après la première croisade, à l’initiative du chevalier champenois Hugues de Payns qui voulait protéger les pèlerins se rendant à Jérusalem. Il est officialisé par le concile de Troyes, neuf ans plus tard, à l’initiative de Saint Bernard de Clairvaux. Le prestige des moines-chevaliers au manteau blanc frappé d’une croix rouge est immense pendant les deux siècles que durent les croisades.

Au début du XIIIe siècle, l’ordre, chassé de Palestine, n’en dispose pas moins encore d’une force militaire impressionnante de quinze mille hommes, bien plus que n’aurait pu en lever n’importe quel roi de la chrétienté. Mais, de soldats, les Templiers se sont reconvertis en usuriers et ont complètement perdu de vue la reconquête des Lieux saints. De considérables donations ont rendu l’ordre immensément riche et l’ont transformé en l’une des principales institutions financières occidentales, et la seule qui soit sûre. Il gère ainsi, en véritable banquier, les biens de l’Église et des rois d’Occident.

L’opinion européenne commence à s’interroger sur la légitimité du Temple. Le roi Philippe le Bel lui-même a souvenance que les Templiers ont refusé de contribuer à la rançon de Saint Louis lorsqu’il a été fait prisonnier au cours de la septième croisade. Il entend aussi quelques méchantes rumeurs sur les moeurs prétendument dépravées et diaboliques des moines-chevaliers…

Qu’à cela ne tienne. Suivant une idée déjà ancienne, le roi souhaite la fusion de l’ordre du Temple avec celui, concurrent, des Hospitaliers afin de constituer une force suffisante pour préparer une nouvelle croisade à laquelle le roi de France et le pape Clément V sont très attachés. L’affaire est mise à l’ordre du jour de plusieurs conciles et l’on élabore en 1307 un projet dans lequel Louis de Navarre aurait été grand maître du nouvel ordre. Son dramatique échec résulte de l’opposition obstinée du grand maître Jacques de Molay et de l’agressivité du ministre Guillaume de Nogaret.

Déçu dans ses attentes, le roi de France presse le pape d’agir contre l’Ordre. Clément V ouvre une enquête le 24 août 1307 pour laver les moines-chevaliers de tout soupçon, mais l’affaire traîne en longueur et Philippe le Bel prend l’affaire en main. Il décide d’arrêter les Templiers sous l’inculpation d’hérésie, sans prendre la peine d’en référer au pape.

C’est ainsi que tous les Templiers de France sont arrêtés au petit matin du 13 octobre par les sénéchaux et baillis du royaume au terme d’une opération de police conduite dans le secret absolu. Ils sont interrogés sous la torture par les commissaires royaux avant d’être remis aux inquisiteurs dominicains. Parmi les 140 Templiers de Paris, 54 sont brûlés après avoir avoué pratiquer la sodomie ou commis des crimes extravagants comme de cracher sur la croix ou de pratiquer des « baisers impudiques ». L’opinion publique et le roi lui-même y voient la confirmation de leurs terribles soupçons sur l’impiété des Templiers et leur connivence avec les forces du Mal. Pour ne pas donner l’impression d’être désavoué, le pape choisit la fuite en avant et, le 22 novembre 1307, ordonne à son tour l’arrestation des Templiers dans tous les États de la chrétienté et l’ouverture d’une enquête sur leurs crimes supposés.

Au terme d’un procès inique, le grand maître des Templiers, Jacques de Molay, sera lui-même brûlé vif à la pointe de l’île de la Cité le 19 mars 1314. Une légende reprise par Maurice Druon dans son célèbre roman-fleuve Les rois maudits veut qu’à l’instant de succomber dans les flammes, Jacques de Molay ait lancé une malédiction à l’adresse du roi et du pape, les invitant à le rejoindre dans la mort avant la fin de l’année. Et c’est bien ainsi que les choses vont se passer…

http://maquettes-figurines.fr/maquettes/3489-6030-thickbox/andrea-miniatures-54mm-toy-soldier-le-saint-graal.jpg

710 ans après, en cet autre vendredi 13, il fut aussi question de rois, d’exodes, de Dieux et de trésors à St-Elivet.

Table 1, dite « à la porte de Dieu » : Mais pourquoi Baptiste, Thierry, Thomas, FR et le jeune Louane ont-ils laissé Julien-Paimpol peinard à Babylone, dans cette partie de Mare nostrum ? Faute de l’avoir attaqué, ils l’ont laissé maître du jeu, prophète observant le monde avec sérénité depuis la porte de son palais. Et c’est bien le cas de le dire, puisque le nom Babylone provient du grec dérivé de l’akkadien bāb-ili(m), signifiant « Porte (bābu(m)) du Dieu (ili(m)).

Table 2, dite « Victimes expiatoires » : à Scythe, Jeff, loin, très loin devant, n’a laissé aucune chance à ses victimes expiatoires que furent Jack, Gérard et Thibault.

Table 3, dite « La foire aux esclaves » : Nexus, en droit romain, désigne le citoyen attaché par esclavage à son créancier pour dettes car ne les pouvant acquitter au jour marqué. Les nexi devenaient les esclaves de leurs créanciers, qui pouvaient non seulement les faire travailler pour eux, mais encore les mettre aux fers. Sinon, c’est aussi un jeu, sorti pour la première fois à Parties Civiles ce soir, et estimé « trés trés bon » selon des avis convergents. A la foire aux esclaves, le grand maître Nicolas II a fait travailler pour lui Michal et Eric mais pas Florian, qui se libéra de ses chaînes avant l’heure, sauvé par son téléphone d’astreinte.

Table 4, dite « Révélation » : à Exodus, une sourde bataille dans l’aile ouest surchauffée et close de l’étage opposa Xof, Mickaël, Guillaume, et Bruno. Ce dernier, tel Moïse, fit office de guide vers la terre promise et la révélation divine.

Table 5, dite « Mystique » : dans cette partie de Paper Tales, la victoire n’a tenu qu’à un fil entre  Vincent (37), Nourdine (37), et votre modeste narrateur (36), Xel (25) et Sophie (23) étant distancées. C’est Vincent qui l’emporta grâce à un or départageant les égalités, réussissant à construire un terrain de plus grâce à son Notable, qui fut sauvé de la mort par son Mystique. Selon lui, il s’agit de la sixième victoire de sa carrière. Ce fut en tous cas la plus disputée.

Table 6, dite « Aux rois maudits » : la table 1 s’est élargie à Doc Nicolas pour un Arena for the gods, et a vu une fois de plus la victoire de Louane à la barbe des joueurs chevronés qui la composaient et se voyaient rois un peu trop vite. Une catégorie d’âge est réclamée, car à cette âme bien née, la valeur n’attend pas le nombre des années.

Table 7, dite « Baisers impudiques » : Watson & Holmes un face à face nuptial opposa ici Eric à Nicolas II à 7 Wonders – Duel. On ignore ce qu’ils y ont fait puisqu’ils étaient seuls. Cette histoire leur appartient et il ne nous viendra pas à l’esprit de les excommunier.

Table 8, dite « Interrogatoires sous contrainte » :  dans l’espace convivial de la cuisine, Doc Nicolas a rassemblé Nourdine, Xel, FR, Sophie, Vincent, et votre modeste narrateur pour une enquête de Watson & Holmes, un jeu en mode compétitif où il s’agit de résoudre une affaire en allant visiter différents lieux. Chaque joueur a une possibilité unique de résoudre l’affaire (mettant fin à la partie en cas de réussite). Une des originalités est la possibilité, en cas d’échec, d’imposer à ce joueur de révéler ses réponses et leur nombre exact de bonnes réponses. Il y a donc la stratégie des pionniers et celle des suiveurs. En l’occurence, aucun joueur ne put résoudre la totalité de l’affaire, mais des ambigüités subsistent sur la validité de telle ou telle réponse, et de l’avis général, Xel, voire FR, auraient fort bien pu être déclarés vainqueurs.

Table 9, dite « Grand maître » : à Expédition: Northwest passage Julien engrange une nouvelle victoire en exécutant Thierry, Thomas et Baptiste, et ceint sans discussion lJacques de Molay, grand maître des Templiers - Fleury François Richard - MBA Lyon 2014.jpga toge du Grand Maître de cette soirée. On ne lui demandera pas, comme dans le tableau de Fleury François Richard qui illustre les dernières heures du grand maître de l’Ordre des Templiers, d’avouer ses crimes supposés.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 02/06/2017 à St-Elivet

A Berlin-Ouest, le 2 juin 1967, une manifestation étudiante contre la visite du shah d’Iran est violemment réprimée par la police. La scène est chaotique. Les partisans du shah et ses opposants s’affrontent dans la rue. L’intervention policière exacerbe les tensions. À un moment donné, la police poursuit un groupe de jeunes. Un commandant donne l’ordre de les disperser avec des matraques. Dans les secondes qui suivent, un agent de la police d’État en civil, Karl-Heinz Kurras, tire sur Benno Ohnesorg qui est atteint derrière la tête. Selon certains, Ohnesorg aurait été matraqué pendant qu’il agonisait par terre.

Cette mort tragique va susciter une vive émotion dans le monde étudiant et accélérer la radicalisation de certaines factions de l’extrême gauche allemande. Cet événement dramatique peut être considéré comme l’un des éléments déclencheurs des troubles de 1968, mais également des profondes mutations sociétales qui ont suivi, dans la société allemande et au-delà.

Kurras prétendit qu’au moment de tirer, il était aux prises avec des assaillants armés de couteaux. Selon son témoignage, son pistolet se déchargea soudainement « par la seule action d’un manifestant agressant ». Il dit n’avoir appris que le lendemain en écoutant les nouvelles qu’il avait tué quelqu’un. Il fut acquitté dans deux procès suivant l’événement.

En 2009, des informations surprenantes vinrent au jour. Kurras était un espion du Ministère de la Sécurité d’État est-allemand, la Stasi. Certains se demandèrent alors si Kurras n’était pas un agent provocateur, ayant reçu l’ordre d’assassiner quelqu’un afin de radicaliser le mouvement étudiant. Absolument aucun document connu à ce jour n’appuie cette théorie. Cependant, d’autres documents ont depuis fait surface qui suggèrent que les auteurs de cette théorie ont manqué d’imagination.

Début 2012, le magazine d’actualité Der Spiegel a monté un dossier convaincant qui allègue que, dans les instants et semaines suivant le meurtre d’Ohnesorg, diverses institutions ont essayé d’étouffer les vraies circonstances de l’événement. La police de Berlin-Ouest, les médecins qui reçurent le cadavre d’Ohnesorg à l’hôpital et les médias furent tous impliqués.  Der Spiegel a révélé qu’un médecin reçut l’ordre de son chef d’indiquer comme cause de décès « traumatisme contondant » sur le certificat de décès. La blessure fut camouflée en fonction de cette décision. Les médias laissèrent entendre que la mort d’Ohnesorg était attribuable aux étudiants radicaux. Des journaux appartenant à l’empire médiatique Springer publièrent des articles avec des gros titres blâmant les étudiants, tel que : « Ils veulent voir le sang couler ».

À l’époque, tout ce que l’on savait était que Kurras avait tué Ohnesorg « par accident ». Cela suffit néanmoins à déclencher une radicalisation de certaines factions des mouvements sociaux. En 1968, Ulrike Meinhof, journaliste et plus tard co-fondatrice de la Fraction armée rouge, écrivit : « La démocratie n’existe plus quand le journalisme ne sert qu’à décrire des actions policières, quand les canons d’eau et les armes de service sont la continuation logique et ininterrompue du journalisme. C’est là que commence l’État policier. »

Deux groupes en particulier émergèrent de cette conjoncture : la Fraction armée rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) surnommé le groupe Baader-Meinhof, d’orientation communiste, et le Mouvement du 2-juin (Bewegung 2. Juni), d’orientation anarchiste, au nom de la date du meurtre d’Ohnesorg. Les actions des deux groupes inclurent des vols à main armée, des enlèvements, des attentats à la bombe et des assassinats politiques.

Le lien entre l’émergence de ces groupes et la mort d’Ohnesorg est clair. Une série de facteurs contribua à la dérive vers la violence terroriste, mais elle fut la cause proximale de l’essor du mouvement étudiant, de la radicalisation de certains de ses éléments, et de la violence qui s’ensuivit.

Aujourd’hui, 50 ans après, il nous faut rappeler que Benno Ohnesorg était un pacifiste.

Résultat de recherche d'images pour "2 juin 1967"

D’une table l’autre, les joutes de cette soirée seront l’occasion d’illustrer les pages d’une sombre histoire.

Table 1, dite « Guerilla urbaine » : en avril 1971, la RAF sortit de l’anonymat, et s’exprima publiquement en distribuant un prospectus intitulé Le concept de guérilla urbaine. Les autorités déclenchèrent aussitôt dans toute la RFA une vaste opération de recherche des 50 membres du groupe. Dans univers non moins post-apo d’Outlive, Thomas rejoint quant à lui Julien de Paimpol et Mickaël dans la clandestinité, au point de refuser de livrer le score de cette partie. On peut en déduire qu’il a été défait…

Table 2, dite « Armée rouge » : à la table de Vinhos, il faut savoir manier le gros rouge pour faire triompher une certaine vision du monde. Contrairement aux présupposés, c’est Neox qui éclaboussa de sa classe un vendange que Xel et Tristant admirèrent en connaisseurs.

Table 3, dite « Traumatismes contondants » : votre modeste narrateur s’est laissé prendre dans les rets tendus par Franck, qui arborait fièrement sa nouvelle acquisition, Magic the gathering (15€, une affaire, rendez-vous compte). Nicolas II avait aussi succombé à l’offrande de ce wargame classique mais au matériel de belle facture, et en fut le premier éliminé. Franck finit par avoir raison de moi et de mes incursions aventureuses dans des corps-à-corps toujours plus désespérés, et m’infligea un traumatisme contondant à bout portant.

Résultat de recherche d'images pour "magic the gathering"

Table 4, dite « La paix des braves » : à 7-wonders: Duel on vit Vincent et Joan jouer tranquillement dans un saisissant contraste avec les autres tables. C’est Vincent qui gagne, et il a choisi sa victoire en scientifique.

Table 5, dite « Torture par l’isolation » : à la table de Naufragés Axel, F.-R., Nourdine et Jérôme ont occupé la salle radio toute la soirée et une bonne partie de la nuit . Si les terroristes de la RAF décrivaient leurs conditions de détention comme une « torture par l’isolation » et exigeaient leur assouplissement ainsi qu’un statut de prisonniers de guerre, nos quatre amis n’en étaient sans doute pas là, mais pas quand même pas si loin.

Table 6, dite « Assassinats sur commande » : plusieurs leaders de la première génération de la RAF moururent entre 1976 et 1977 dans le quartier de haute sécurité de la prison de Stammheim. L’un des terroristes affirmera plus tard qu’il s’agissait en fait d’assassinats orchestrés par Bonn, une série de meurtres que n’aurait pas reniés Jack l’éventreur. Pour sa part, Dom, arrivé vers 23h, rejoignit la table de Lettres de Whitechapel au cours de la 3e nuit, et témoigne: « Le maléfique Jack-Michal s’est joué des policiers et, malgré un déploiement efficace des enquêteurs la dernière nuit, a réussi à rejoindre une quatrième fois son repaire. Pour la légende, Dom a au cours de la 3e nuit posé son doigt sur l’emplacement dudit repaire (le 55) et a expliqué à ses collègues policiers que cet endroit était compatible avec les hypothèses accumulées avant son arrivée et présentait l’avantage d’être accessible de pas mal de directions, autrement dit qu’il ferait un excellent repaire ! »

Table 7, dite « Un printemps allemand » : cette soirée fut aussi l’occasion d’observer d’intéressantes parades nuptiales à la table de Anter Island, où Tristan, Julien, Thomas et Neox rivalisèrent de mâles assauts. Le mâle dominant s’exprimera sans nul doute sur le forum.

Table 8, dite « Air vicié » : vers le milieu des années 1960, les mouvements étudiants qui avaient vu le jour aux États-Unis pour protester contre la guerre du Viêt Nam et pour l’obtention des droits civiques de la communauté afro-américaine apparurent aussi en Allemagne. La révolte portait sur plusieurs sujets, en particulier sur les méthodes d’enseignement de l’université. Le slogan préféré lancé par les étudiants aux professeurs qui faisaient leur entrée solennelle en procession était alors « Unter den Talaren, der Muff von Tausend Jahren » (« sous les capes traditionnelles des professeurs, l’air vicié de mille années [allusion au Troisième Reich, qu’Hitler souhaitait voir durer mille ans] »).

A la table de Shadow Hunters, on pourchassait aussi des ombres, mais à ce jeu, il faut pafois lâcher la proie pour l’ombre, contrairement à la pratique de Xel, qui occit successivement Axel et Nourdine, précipitant à chaque fois, à grandes touffes d’air vicié, la perte de son camp.

Résultat de recherche d'images pour "Unter den Talaren, der Muff von Tausend Jahren"

Table 9, dite « Soyons réalistes, demandons l’impossible  » : en fin de soirée, un petit duel oppose Dom à Tristan à En Garde !, duel que le premier cité perd honorablement 5 à 4. Mais à l’impossible, nul n’est tenu…

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 19/05/2017 à St-Elivet

Le 19 mai 1974, le hongrois Ernő Rubik inventait le Rubik’s Cube. Ce sculpteur et professeur d’architecture s’intéresse à la géométrie et à l’étude des formes en 3D, et avait l’idée d’amener ses étudiants à deviner quel était son mécanisme interne, comment les petits cubes pouvaient tourner suivant trois axes tout en restant solidaires. Il obtient en 1976 le brevet hongrois HU170062 pour le « Magic Cube ». Le produit est testé en 1977, et les premiers cubes se vendent peu après dans les boutiques de jouets de Budapest. Ce n’est qu’ensuite qu’il eut l’idée (par la suggestion d’un ami) de colorer chaque face d’une couleur différente, constatant alors qu’après mélange, l’ordre initial du cube s’avérait extrêmement difficile à retrouver. Il eut alors l’idée de le commercialiser en tant que « casse-tête » géométrique et mathématique.

Résultat de recherche d'images pour "rubik's cube cartoon"

Une question fondamentale  sur le cube est le diamètre du graphe des configurations, c’est-à-dire le nombre minimal de mouvements (flip) nécessaires pour relier n’importe quelle paire de configurations du cube — nombre parfois appelé nombre de Dieu (le terme fait allusion au Livre de Dieu imaginé par le mathématicien Erdös qui contiendrait les preuves les plus simples et élégantes de chaque théorème mathématique). En 2010, un groupe de scientifiques internationaux a démontré que le nombre de Dieu est 20 par un calcul exhaustif distribué sur un grand nombre d’ordinateurs prêtés par Google, représentant l’équivalent d’un temps de calcul de 35 ans sur un PC haut de gamme.

43 ans plus tard, à Lannion, pas d’ordinateurs mais beaucoup de cerveaux en surchauffe: on y parla jeux, élections, et toutes ces sortes de choses…

Table 1, dite « Prométhéenne » : Baptiste, Neox et Nicolas-2 découvrent Outlive, jeu de survie dans un univers post apocalyptique où la nature a repris ses droits. Vous incarnez un groupe de survivants dont l’objectif est de récolter les ressources nécessaires à leur survie. Durant la journée, vous devez envoyer vos héros en ville pour récolter des ressources et éviter la menace des autres joueurs. Durant la nuit, vous devez améliorer votre abri et recruter de nouveaux survivants. C’es Neox qui survivra à cet univers impitoyable avec 40, le double nombre de Dieu, devançant Xel, 28, FR, 26, et le duo Mickaël & Alexandre, 24.

Résultat de recherche d'images pour "outlive jeu"

Table 2, dite « Casse-tête chinois » : à la table d’Iki, Bruno, son possesseur, initie Thierry, qui fait son grand retour, et Tristan. Votre modeste narrateur, qui connait déjà le jeu et l’a pratiqué avec un certain succès, terminera dernier de cette partie historique où tous les participants atteignirent la barre des 100, soit donc, VMN (100), Tristan (101), Bruno (108), et Thierry (133). Une partie entachée de quelques imprécisions sur la règle: au treizième mois, j’avais compté recevoir 4 mon (, la monnaie japonaise jusqu’en 1870), alors qu’aucun ne fut distribué, ce qui ruina mon calcul d’acquérir une blague à tabac qui m’aurait rapporté 14 PV de plus…

Table 3, dite « Enigmatique » : faute de table de marque, le résultat de cette partie d’Adrenaline restera énigmatique. Seule certitude, Mks, les deux Julien, Franck et une jeune inconnue en étaient les protagonistes.

Table 4, dite « Improbable » : Une triple égalité à Samouraï ? Aussi improbable que de résoudre un Rubik’s cube au hasard me direz-vous. C’est pourtant ce qui se produisit entre Baptiste, Paul et Armand. C’est donc Dom, le quatrième larron, qui mit tout le monde d’accord.

Table 5, dite « Same player shoot again » : Armand parti, la table 4 enchaîne à Diamant. Le même vainqueur s’impose.

Table 6, dite « Troisième dimension » : la tâble 5 enchaîne encore, et, sans transition, Dom rentre dans la troisième dimension en s’imposant à nouveau, cette fois à Kingdomino. Pour briser le sort, une nouvelle partie est décidée, et cette fois le trésorier met les choses au point.

Table 7, dite « Dieu seul nous voit » : une table de nuit  oppose deux scientifiques confirmés, Tristan et Julien de Paimpol, à 7 wonders-Duel. Ils gagnèrent chacun une partie, et chaque fois grâce aux scientifiques.

Table 8, dite « La femme à l’envers » : c’est par le traditionnel Codenames que se finit cette soirée avec les Bleus (Dom, FR, Thierry), et les Rouges (Xel, Paul, VHS). Une partie que les Bleus  remportèrent 2 à 1. Si, sur la première et la troisième manche, les deux équipes désignèrent l’assassin, respectivement Ordre (pour Tibétain !) et Eau (pour Locomotive), la partie se joua donc sur la deuxième manche, avec Xel en maître-espionne rouge. Pour comprendre, il faut savoir que Xel joue à l’envers des autres: au lieu d’associer des mots un par un à l’indice, elle associe un groupe de mots, pris ensemble, à l’indice. Ainsi, si noir ne fait pas spécialement penser à Dresseur, pas plus que Cadre, quand vous prenez ensemble Cadre, Noir, Bras et Canne, vous pensez immanquablement à Dresseur (encore faut-il connaître l’école du Cadre noir, me direz-vous). Moralité, pour gagner à Codenames, il faut savoir non seulement avec qui on joue, mais comment il ou elle joue !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 05/05/2017 à St-Elivet

Le 5 mai 2007 disparaissait Theodore Maiman qui en 1960, aux laboratoires Hughes, fabriqua le premier laser et en fit entrer le rayon lumineux dans l’histoire. Lannion ayant une petit industrie photonique (« dans le photon, tout est bon ! »), son nom y est familier. Dix ans plus tard, des adhérents rayonnants ont laissé les lumières briller fort tard.

Table 1, dite « Six » : de nombreux joueurs embarquent dans le vaisseau spatial Battlestar Galactica : Nourdine, François-René, Frank, Michal, Anthony et Armand. La partie démarre fort avec une double attaque, puis les deux cylons F-R et Armand se dévoilent et l’emportent en ayant fait tomber le moral des humains à 0.

Table 2, dite « Cinq » : Christophe, Tristan, Bruno, Thomas et VHN s’attablent autour de Hansa Teutonica, un classique des jeux de stratégie germaniques avec des règles simples, un thème minimal, un hasard quasi-absent et pas mal d’interactions entre joueurs qui se disputent des routes commerciales à grands coups de cubes. De la réflexion, des coups bas et peu de fantaisie pour ce jeu néanmoins excellent, une sorte de Kardinal und König en plus riche. Des 3 conditions de fin de partie, c’est « premier joueur à 20 points » qui s’active. Et c’est une victoire de Tristan, bien détaché de ses suivants avec 64 points.

Table 3, dite « Quatre » : A Dice Masters joué en équipe, la paire Julien+Axel a fait de la charpie de Jérôme+Nicolas-2. Puis les mêmes ont joué à Trains.

Table 4, dite « Trois » : ils sont trois (Neox, Xel et DocNicolas) à avoir poussé leurs troupeaux de bovins sur la piste de Great Western. « C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses » dit-on parfois, mais ledit comptage n’a pas été remonté à la rédaction.

Table 5, dite « Deux et demi » : pendant ce temps, une partie de 7 Wonders Duel opposait Vincent à Joan pendant que Robin dormait du sommeil paisible du futur adhérent.

Pour le Codenames lancé au terme de ce compte à rebours, les Bleus alignent la redoutable charnière Nourdine/F-R avec Jérôme, tandis que l’effectif des Rouges regroupe Joan (Robin tentant avec succès un « Glouc 2 »), Christophe, VHN, DocNicolas rejoints par Xel. Première manche serrée où en ouverture, Haiti 4 répond à Végétal 4. Elle finit sur un Attente 1 qui rappelle étonnamment le mardi précédent (où le même mot avait fait trouver File et Poste). File et Poste sont de nouveau là, les Bleus touchent File et gagnent ! Eussent-ils choisi Poste, ils perdaient. La seconde manche commence mal pour les Rouges qui choisissent Bouquet en réponse à Bulbe 2. L’adversaire, lui, propose des mots à la sémantique trop large (Bricolage, Bâtiment). Malgré les efforts de Jérôme et en passant sur un Cardiovasculaire 2 (Cœur, Pompe) un peu limite, les Rouges l’emportent de justesse. Dans le manche décisive, les Bleus attaquent fort avec un Vieillard 4 mais se dispersent ; face à eux, le pragmatisme de DocNicolas (malgré son David Hasselhof 2 hermétique à certains) conclut triomphalement avec Jugulaire 2 (Veine, Figure).

Mais la soirée n’était pas finie : quand le rédacteur prit le large à une heure fort avancée, on jouait encore à Titan Race tandis que DocNicolas organisait une table de Small World.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 25/04/2017 à St-Elivet

Soirée à événement ce mardi à St-Elivet : l’association Parties Civiles accueillait une délégation de joueurs issus d’une entreprise locale et en profitait, en partenariat avec FunForge, pour organiser un petit tournoi. Les réguliers se virent donc renforcés de trois sympathiques visiteurs : Étienne, Mickaël et Didier.

Table 1, dite « Eurêka ! » : c’est The Big Idea qui était donc le support du tournoi.  Un jeu de cartes garanti 0% cubes mais où il faut de la tchatche pour imaginer et faire la promotion d’un nouveau produit ou service improbable. S’y affrontèrent les visiteurs et les marketeurs en herbe Neox, F-R, Vincent et VHN. Parmi les trouvailles, une perruque-TV un poil bling-bling (mieux que les Google Glass !), une voiture dont le système antivol consiste en une autocombustion et un ouvre-pantalon ciblant un marché de niche. Vu le mode de scoring, mieux vaut être régulier et c’est Etienne qui s’impose au terme des 3 manches. Il repart ravi avec sa boîte de jeu sous le bras.

Table 2, dite « Boooo ! » : la table 1 poursuit par une partie de Mysterium. C’est Neox qui entre au Panthéon des fantômes pour avoir entraîné, sans utiliser un seul corbeau, son équipe de mediums vers un sans-faute final. Belle réussite collective !

Table 3, dite « Et hop ! » : au calme dans la bibliothèque, Nicolas-2 initie Jean-Yves à 7 Wonders Duel. Le dernier nommé montre qu’il apprend vite et remporte une victoire aux poings points.

Table 4, dite « Ouch ! » : à quoi jouer quand on reste à 5 et qu’il est déjà tard ? à Dungeon Raiders, un jeu qui apprend à la fois à coopérer et à se méfier de ses associés. Les visiteurs étant repartis, les mauvais instincts de la paire de Nicolas, F-R, J-Y et VHN ont pu se libérer. Dans le dernier étage du donjon (habité comme chacun sait par le redoutable Boss), Neox perd le petit point de vie qui permet à VHN de ressortir à la fois vivant (c’est un prérequis pour gagner !) et chargé de piastres.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 10/02/2017 à St-Elivet

Elle est l’ultime vigie de la langue française. Le 10 février 1635, l’Académie française est portée sur les fonts baptismaux par lettres patentes du roi Louis XIII, sur les conseils de Richelieu. Le cardinal est nommé « chef et protecteur » de l’institution, censée fixer les règles du bon français. Installée quai de Conti, à Paris, l’Académie a pour devise « A l’immortalité » – d’où le surnom de ses membres : les immortels.

Résultat de recherche d'images pour "académie francaise"

482 ans plus tard, la langue française a été parfois honorée, souvent maltraitée, et parfois ignorée dans une séance de jeux d’une grande diversité.

Table 1, dite « Les trésors du temple » : Tikal est le premier jeu de la série dite « du masque », comprenant aussi Java et Mexica, trilogie fameuse dans le monde du jeu et basée sur un même principe, inspiré du jeu Torres des mêmes auteurs : des points d’actions limités à gérer à chaque tour, du placement tactique et des luttes de majorité. Les joueurs incarnent des explorateurs qui mettent à jour des trésors dans des pyramides mayas perdues dans la jungle du Guatemala, aux alentours du site archéologique de Tikal. Nous avons joué avec la version avancée des règles, qui prévoit des enchères pour l’attribution des tuiles en début de tour. Une version qui change la donne, car il faut faire la bonne enchère au bon moment pour placer les tuiles les plus juteuses près de chez soi. Après une lutte homérique, Tristan remporta la partie avec 104, devançant Neox, 101, et Thomas, 98. Bien que chargé de précieux trésors, j’échouai pour ma part au pied du podium avec 88, penalisé par une tente trop tardive qui ne me permit pas d’amasser mes troupes aux endroits stratégiques.

Résultat de recherche d'images pour "tikal jeu"

Table 2, dite « Grillée à point » : Dans une partie de Battlestar Gallactica longue comme un jour sans pain grillé, la coalition des cylons (Nicolas III – alias Doc Choucroute pour les intimes – Nourdine et François-René, compatissant) s’imposent aux humains (Xel, Michal, Jean-Louis).

Table 3, dite « Le coup d’épée » : Jeff et Julien de Paimpol s’opposent à 7 Wonders: Duel en duo, une partie qui voit le second nommé porter l’estoc.

Table 4, dite « Le coup du bicorne » : La table 3 enchaîne sur Splendor, en duo, mais l’issue du duel n’en fut point changée.

Table 5, dite « Le coup du chapeau » : Réalisant le coup du chapeau, Julien inflige une troisième défaite de rang à Jeff à Small World ??? (si notre reporter sur place a bien compris le nom du jeu, car au moment de la transcription, une interférence dans la transmission lui a brouillé l’écoute).
Postscriptum: on me souffle dans l’oreillette qu’il s’agissait en fait de Star Realms, un jeu de deck building. Ce qui ne change rien en tout cas au résultat.

Image

Table 6, dite « A l’immortalité » : à la table de Deus, Nicolas II, Sophie, Olivier et Mickaël ont livré une bataille à l’issue incertaine, que le forum dévoilera peut-être.

Table 7, dite « L’île de la tentation »:  Elaine se joue de Joan et Gael, ses opposants malheureux à une partie de The island.

Table 8, dite « Fumée blanche » : Joan s’impose avec brio (40) à Tobago. Un heureux avénement que Jeff (33)  et les deux Julien (32 et 26) n’ont pas osé contredire.

Table 9, dite « Coup de pouce » : si, à l’académie, un coup de pouce du destin s’avère nécessaire pour entrer, à la table de Flick em up, vous ne pourrez compter que sur le votre. A ce jeu où les brigands et les shérifs s’affrontent à coup de chiquenaudes, Mickaël a rassemblé une équipe large comme une porte de saloon: Thomas, Tristan, Neox, Dom, Xel, N II, Jeff et VHS. Sur le scénario 1, les brigands, plus adroits, ont gagné.

Résultat de recherche d'images pour "flick em up jeu"

Table 10, dite « Académique » : Point besoin du dictionnaire de l’académie (la première édition en date de 1694) pour prendre place à la table de Codenames. Dans sa version ducifiée, les Bleus (Dom, Thomas, Mickaël, Nourdine) affrontent les Rouges (VHS, Jeff, Joan, FR) pour un match serré en trois sets et une victoire des plus académiques :

  • 1-0 pour les Rouges sur une manche serrée, conclue par un Lactée 2 (Fusée, Crème) qui donna lieu à bien des hésitations sur le deuxième mot (Fusée, Base, ou Pavé ?), et des controverses, le maître-espion ayant pris la peine d’épeler le mot deux fois dans une interprétation libérale de la règle (ce qui n’est pas interdit est permis, n’est-ce-pas ?). En face, pour les mêmes mots, on aurait plutôt vu suppositoire…
  • Les Bleus égalisent, sur un Herbier 2 (Livre, Iris) tout en maîtrise
  • Les Bleus prennent l’avantage 2-1, dans une manche pourtant commencée avec audace par les Rouges sur un Prolifération 4 (Colonie, Cafard, Culture et Puce), qui aurait même pu être un 5 avec Bombe. Mais les Bleus concluent avec brio sur un Homme 3 (Docteur, Pirate et Gaule) !

Table 11, dite « Douce nuit » : Tristan et Nicolas II s’opposent à 7 Wonders: Duel en duo, une partie qui voit le premier nommé conclure victorieusement cette soirée.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 27/01/2017 à St-Elivet

Enlisés dans le bourbier vietnamien depuis 1965, les Etats-Unis parviennent à s’en extraire le 27 janvier 1973: un accord de cessez-le-feu signé à Paris prévoit le retrait des troupes américaines du Sud-Vietnam en échange de la libération, par les Nord-Vietnamiens, des prisonniers américains. Principaux artisans de ce compromis : Henry Kissinger et Lê Duc Tho, seront récompensés de leurs efforts par le prix Nobel de la paix, en octobre (Henri Salvador en fit un disque, publié par le label « Rigolo », et qu’on ne rangera pas dans la catégorie des standards indémodables). L’ancien secrétaire d’état américain en est d’ailleurs le plus ancien lauréat encore en vie. Une consécration pour cet allemand de naissance, de confession juive, émigré aux États-Unis en 1938 pour fuir les persécutions nazies, et qui, sitôt naturalisé (1943), partit en Europe en pleine guerre pour assurer des missions de renseignement non dénuées de risques, notamment durant la bataille des Ardennes.

44 ans après, à St-Elivet, pas de cessez-le-feu, plutôt des assauts guerriers, des enquêtes policières, des attaques de zombies et des brâmes de cerfs en rut couverts par des lemmings mafieux.

Table 1, dite « Entre terre et ciel » : A la table de P.I. il y eut beaucoup de va-et-vient, entre untel qui vadrouillait entre les tables, unetelle qui préparait du thé, un autre qui allait vérifier où en était le thé, des qui avaient du mal avec les petits cubes et les disques (points de pénalité à la clé immédiats pour le fautif, et première place d’office pour la victime, dit la règle, inflexible), et entre tout ça, des investigateurs qui tentaient tant bien que mal d’arpenter New York. De ce plateau comme suspendu entre terre et ciel, Mks ressort vainqueur avec 19 (bien aidé par deux erreurs de son voisin et les conséquences induites par la règle inflexible). Suivent Vincent (15), votre modeste narrateur (13), et Joan (11). Olivier finit son chemin de croix sur une note négative (-1).

Table 2, dite « Apocalypse now » : A la table de Eaten by zombies!, beaucoup de cadavres (Xel, Thomas, Christophe), et un seul survivant, Tristan. En est-il plus humain pour autant ?

Table 3, dite « The Deer hunter » : la table 2 se reconstitue pour une expédition à Anter Island, où il n’est plus question de zombies affamés mais de cerfs en rut. Le résultat sera le même. Tristan aux cornes chaudes a bramé si fort que les biches s’en souviennent.

Table 4, dite « Forrest Gump » : la table 3 enchaîne avec Clans, où, pour briser la monotonie qui s’installe, chef Tristan laissa sagement la place à un aîné, Thomas. Mais est-ce vraiment son aîné ?

Table 5, dite « Full metal jacket » : à la table de Myth, beaucoup de figurines en métal rivalisent, mais la victoire est collective, car les joueurs incarnent l’un des 5 héros et travaillent ensemble pour vaincre le mal. Autrement dit, cette table vit la victoire de trois hommes (Julien de Paimpol, Neox, Baptiste) sur un cuffin.

Table 6, dite « Platoon » : de cet Assaut sur l’empire, interprété par un quintett de pointe (Jack, Guillaume, Mickaël, FR, Nicolas II), on retiendra la victoire de l’empire.

Table 7, dite « Voyage au bout de l’oubli» : de cet opus de Lemming mafia, interprété par un quatuor de haut vol (FR, Guillaume, Neox, Marion), on ne retiendra presque rien.

Table 8, dite « Birdy » : Mickael et Nicolas II entament un 7 Wonders Duel, une partie dont un petit oiseau a emporté le résultat loin, si loin…

Table 9, dite « Good morning Lannion » : à cette dernière table de la soirée, un Deck building game, nous retrouvons les deux Julien, et nous pouvons vous annoncer sans erreur que Julien a gagné.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 24/01/2017 à St-Elivet

Descendant des ducs de Marlborough, héros de la deuxième guerre mondiale, il aura été l’un des géants du XXe siècle. Le 24 janvier 1965, 70 ans jour pour jour après la mort de son père, Winston Churchill s’éteint à l’âge de 90 ans, laissant derrière lui un peuple éploré et un immense héritage. Grâce à lui, homme d’expérience et de conviction, les Britanniques ont réussi à tenir tête à Hitler. Le Vieux Lion, animal politique parfois blessé mais jamais terrassé, sera resté toute sa vie fidèle à l’un de ses aphorismes : « Nous sommes tous des vers, mais je crois que je suis un ver luisant. »

51 ans après, à St-Elivet, on promettait de la sueur, du sang et des larmes. Et aussi du labeur, le grand oublié de cette citation célèbre de l’homme aux cigares. Certains en redemandèrent, à l’image de Florian, un nouvel adhérent venu du sud et qui, enthousiasmé par sa première séance, décida derechef d’adhérer à cette confrérie de ludopathes.

Table 1, dite « De cendre et de poussière » : Selon Sir Winston, « plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur ». Nicolas II et Jérôme ont mis à propos cette maxime,entamant une partie de Ashes dès l’ouverture de la séance, et y étant encore à la clôture de cette dernière. Ils ont déclaré qu’ils auraient peut-être fini d’ici à vendredi, ou pas.

Table 2, dite « Revenus universels » : selon Churchill, “Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable.” Une maxime qui pourrait trouver un écho dans cette partie de Pillards de la mer du Nord, à l’instigation de Neox, et rassemblant également Xel, Baptiste et Yvan. C’est le dépositaire des deniers qui mena le mieux sa barque, coiffant Neox sur le poteau d’arrivée.

Table 3, dite « Comité Théodule » :  Churchill définissait le comité comme un groupe de personnes incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes qui décident collectivement que rien ne peut être fait, ce qui s’applique bien à l’organisation des humains (Florian, Vincent, FR, VHS, Nourdine, Guillaume), confrontés à Franck, la créature de Not Alone. La deuxième créature, Guillaume, échoua pour sa part, non pas que ledit comité se fut organisé entretemps, mais parce qu’il avait réduit en nombre, diminué par le départ de Franck et de Vincent.

Table 4, dite « Mon futur à présent » : selon Churchill, un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit. Dom applique la maxime à merveille dans son compte-rendu:

Dom et Marion découvrent ensemble 7 Wonders Duel, version à 2 du jeu multijoueurs qui en reprend le thème, les familles de cartes et les principes de développement de sa cité, avec par contre un mécanisme malin pour récupérer des cartes, qui remplace le draft. Après avoir évité in extremis une victoire militaire de la seconde, le premier l’emporte aux points, Marion ayant été victime des cartes « bois » dont elle avait grand besoin pour ses merveilles et dont 3 sur 4 n’ont pas été mises en jeu (et la dernière chipée par son adversaire) !

Table 5, dite « Changement perpétuel » : Pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent. Voilà une autre citation de Sir Winston, qui s’applique à merveille à Linq, où le maître mot est l’adaptation à son environnement. Dans cette partie où les protagonistes de la table 4 ont rejoint Dom, à moins que ce ne soit l’inverse, tous le monde s’est amusé, et, comme de coutume, les points ne furent point comptés.

Table 6, dite « Surprise sur prise »: distingué du prix Nobel de littérature pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense des valeurs humaines, Winston est à la fois déçu – il visait le prix Nobel de la paix – et surpris, s’exclamant : « Tiens je ne savais pas que j’écrivais si bien ». A la table de Codenames, les Rouges (Xel, Dom, Guillaume, Nourdine) défont 2-0 les Bleus (Florian, Marion, FR, VHS).  Une partie où l’on entendit cette sentence surprenante hors de son contexte de la bouche d’un joueur rouge: « j’aurais bien aimé qu’on finisse la copulation avant d’entamer le canard », un aphorisme qui ne relève pas de l’understatement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 09/12/2016 à St-Elivet

Ce vendredi, Kirk Douglas atteignait l’âge respectable de 100 ans, ce qui fait de lui l’une des dernières figures de l’âge d’or Hollywoodien encore en vie.

Cette période commença dans les années 1930. Au début, du fait de la baisse durable de la fréquentation des salles crées par l’irruption du sonore (hausse du prix d’entrée et des coûts de production), les bénéfices chutent, provoquant une situation financière catastrophique des compagnies de production. Pourtant, grâce notamment au système dit block-booking, Hollywood produisit plus de 5 000 films. Les années de guerre profitent du boom économique du pays et de la standardisation de la production. Jusqu’en 1946, révolutionnée par l’évolution téchnologique (films parlants, Technicolor), l’industrie cinématographie connaît une forte prospérité économique.

Après la guerre, le cinéma est soupçonné d’activités antiaméricaines par une Commission parlementaire (1947). La chasse aux sorcières détruisit la carrière de nombreux artistes. À la même époque, le système de production et de distribution est démantelé par le ministère de la justice, en application de la loi antitrust (1948): les compagnies doivent désormais séparer leurs activités de production et de gestion de salles (décret Paramount). De plus, le développement des agents casse le système qui liait les stars aux studios dont certains acceptent de donner une partie de leur profit à leurs vedettes. Les revenus chutent dès 1947, tandis que les coûts de production ne cessent d’augmenter, provoquant une diminution durable des recettes et du nombre des productions.

Connu pour son engagement démocrate, Douglas fut un producteur courageux à une époque où le cinéma américain était en proie au maccarthysme, notamment en engageant Dalton Trumbo, scénariste figurant sur la « liste noire d’Hollywood ». Plusieurs de ses films abordent des thèmes sensibles, comme la Première Guerre mondiale avec Les Sentiers de la gloire, interdit à sa sortie dans beaucoup de pays européens, ou le western avec La Captive aux yeux clairs, La Rivière de nos amours et Le Dernier Train de Gun Hill, des films qui réhabilitent la figure de l’Indien et dénoncent le racisme. On peut aujourd’hui s’interroger: s’il était encore en activité, quel film produirait-il dans l’Amérique de Donald Trump ?

PHOTOS – Dans les coulisses des 100 ans de Kirk Douglas avec son fils Michael Douglas

Il y avait foule à St-Elivet. Le tout-Lannion ludique se pressait dans les allées du centre, on vint même de Guingamp et de Pedernec pour prendre part à la fête. Et pour dignement célébrer cet anniversaire, nous baptiserons chacune des tables jouées ce soir du nom d’un de ses films.

Table 1, dite « Première victoire » :

Première Victoire, produit et réalisé par Otto Preminger, raconte de façon spectaculaire la vie d’officiers de la marine des États-Unis et de leurs épouses à Hawaï au début de la Seconde Guerre mondiale. Un commandant de l’US Navy, qui a sacrifié sa vie familiale à sa vie militaire et a divorcé 18 ans plus tôt en laissant à son ex-épouse son fils de 4 ans, commande le croiseur Old Swayback, en mer lors de l’attaque de Pearl Harbor. Mis à pied pour ne pas avoir respecté le règlement qui demandait de faire des zigzags (afin d’économiser son mazout) et de ce fait avoir été torpillé par un sous-marin japonais, il se voit finalement confier une première opération difficile contre les japonais. Il rencontre son fils, qu’il n’a pas vu depuis 18 ans, et qui lui réserve un accueil glacial. Arriviste, celui-ci est affecté sur une vedette lance-torpilles uniquement pour progresser rapidement et être affecté à un poste d’état-major avec l’aide de l’influence de sa mère. Par son exemple, et non par des discours, il réussira à le remettre dans le droit chemin et même à se sacrifier.

Tristan a encore apporté Food Chain Magnate, sa dernière acquisition, et un jeu où il cherchait encore sa première victoire. Malgré la coriace opposition de trois arrivistes (Thomas, Bruno, et Paul), il parvint ce soir à les remettre dans le droit chemin, et les torpiller sans états d’âme. Sa recette ? Une implacable combinaison entre Pricing manager (qui fait gagner les commandes grâce aux prix bas) et CFO (qui, ensuite, augmente les prix de 50%) : imbattable, et à retenir !

Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

Table 2, dite « Le phare du bout du monde» :

Le Phare du bout du monde est un film américain adapté du roman éponyme de Jules Verne en 1971. Trois hommes sont chargés de surveiller un phare au cap Horn, en 1865. Jusqu’au jour où un bateau de pirates débarque. Deux des gardiens sont tués ; l’autre s’enfuit et assiste, impuissant, à la mise en place du terrible plan des pirates.

Dans Mombasa, chaque joueur investit dans des compagnies basées à Mombasa, Cape Town, Saint-Louis ou Le Caire et étend son réseau de comptoirs commerciaux à travers tout le continent africain. Le jeu se déroule en 7 manches qui comprennent chacune trois phases: la planification des cartes d’action, jouées en simultané, la phase d’action et enfin l’entretien. Il y a un mécanisme original de report des cartes jouées d’un jour sur l’autre, et, surtout, de développement des 4 comptoirs, dont on peut acheter des parts (actions), qui, à l’image du mécanisme d’Imperial, se valorisent au fur et à mesure de leurs conquêtes, et que l’on peut visualisr sur le cliché ci-dessous. Mais le jeu comporte d’autres façons de gagner des points: une mine de diamants, une piste de la connaissance tapissée de livres, et, enfin, des pièces d’or.

Au final, la victoire alla à Xel (119), qui avait le mieux équilibré ses positions, gagnant des PV un peu partout (20, 6, 15, 12, 21, 25, 20). Elle devança Neox (102), qui, malgré un score canon en diamants (40), pêcha par manque de lecture (0 PV sur les livres), et Camille (77), aux scores équilibrés mais sans coup d’éclat. Quant à VHS, il avait beaucoup misé sur le comptoir de Mombasa, mais ses 4 parts ne furent valorisées que 12 PV, ce qui l’entraîna au fond du classement (57).

Afficher l'image d'origine

Table 3, dite « La rivière de nos amours » :

Dans La rivière de nos amours, qui campe l’Oregon de 1870. l’éclaireur Johnny Hawks, qui connaît bien la culture indienne, est envoyé auprès de Nuage Rouge, chef des Sioux pour lui demander l’autorisation de faire traverser un convoi sur son territoire. Mais deux renégats, à la recherche d’une mine d’or, assassinent Loup Gris, un membre de la tribu.

A la table de Colt Express nous retrouvons Axel, Jocelyn venu en famille avec la rivière de ses amours (Aude et Sacha), et reparti victoire en poche, Joan et Julien. Les mêmes enchaînent ensuite sur un Boss monster dont l’issue fut incertaine.

Afficher l'image d'origine

Table 4, dite « L’homme qui n’a pas d’étoile » :

Dans L’Homme qui n’a pas d’étoile, deux hommes arrivent dans une petite ville de l’Ouest, où ils cherchent du travail. Ils sont embauchés par le contremaître d’un ranch dont la propriétaire, Reed Bowman, s’y entend à mener ses affaires. Elle a pour voisin Tom, qui décide de clôturer ses terres de fil barbelé, pour les protéger du bétail en divagation. Mécontente du contremaître, Reed le renvoie et nomme à sa place Dempsey qui n’apprécie pas – il en a souffert autrefois – cette pose de clôture, déclenchant l’affrontement avec Tom et ses hommes.

Star Wars Rebellion se passe à une époque de guerre civile. Les derniers vestiges de la Vieille République ont été balayés, et l’Empire a imposé le règne de la terreur sur la galaxie. L’Empire écrasera-t-il la Rébellion en un seul coup ? Impossible de connaître l’issue de ce combat sidérant entre Olivier et Mickaël, dans l’ambiance feutrée de l’espace intersidéral du rez-de-chaussée.

Table 5, dite « Règlements de comptes à O.K. Corral » :

Dans Règlements de comptes à O.K. Corral, un western inspiré des faits réels de la fusillade d’O.K. Corral,  le shérif de Dodge City débarque à Fort Griffin, petite bourgade de l’Ouest sous l’autorité de l’un de ses amis, le shérif Cotton Wilson. Il déchante lorsqu’il apprend que son ami a retourné sa veste et a laissé Clanton s’échapper. Il tente malgré tout d’en savoir plus auprès d’une figure notoire de la région, le célèbre joueur de poker dit « Doc Holliday » mais celui-ci l’éconduit froidement.

A Scythe, un jeu qui se déroule dans une histoire alternative pendant les années 20, les joueurs représentent l’une des cinq factions et tentent de faire fortune et de prendre possession des terres autour de la Factory. Du règlement de comptes en perspective pour une bataille entre Mr. Jack et deux Nicolas.

Table 6, dite « Vingt mille lieues sous les mers» :

Vingt mille lieues sous les mers, adapté du roman éponyme de Jules Verne, fut la première grosse production des studios Disney réalisée en prise de vue réelle. Un film où depuis quelque temps, sur tous les océans du globe, les navires sombrent dans d’étranges circonstances. Les rescapés de ces naufrages en attribuent la cause à un mystérieux monstre qui éperonne les vaisseaux. À San Francisco, le professeur Pierre Aronnax, accompagné de son domestique et de son harponneur, embarquent à bord d’une frégate affrétée par la marine américaine dans le but de traquer le monstre.

Pour leur part, Nourdine, Julien de Paimpol, Guillaume et Mickaël se lancent dans un Fortunes de mer, un jeu de l’époque où les pirates font reigner leur loi et où de pauvres commerçants tentent de faire fortune. L’histoire ne dit pas qui a su tirer son harpon du jeu.

Table 7, dite « Les sentiers de la gloire » :

Inspiré de faits réels, Les sentiers de la gloire, plus qu’un film sur la première guerre mondiale, est un film antimilitariste qui dénonce les comportements de la haute hiérarchie militaire et met en évidence la résistance désespérée d’un homme, le colonel Dax, joué par Kirk Douglas. À la différence du film de guerre classique, l’affrontement n’est pas entre deux camps ennemis mais entre les officiers généraux et les soldats d’un même camp, les uns jouant leur promotion, les autres leur vie. D’ailleurs on n’y voit pas d’Allemands. Sorti en 1957, le film est perçu comme une critique directe de l’armée française, par la cruauté des scènes finales et la satire violente des états-majors français. Sous la pression et la menace de représailles d’associations d’anciens combattants français et belges, le gouvernement français, alors plongé dans les remous de la guerre d’Algérie, proteste et insiste pour qu’il soit déprogrammé. Devant l’ampleur du mouvement contestataire, les producteurs du film décident, par auto-censure de ne pas le distribuer en France. Ce n’est que dix-huit ans plus tard, en 1975, que le film sera finalement projeté en France.

Et en cette fin de nuit, à la table de Splendor, Jeff invita Maria et Richard à découvrir la gloire d’une époque disparue.

Table 8, dite « Seuls sont les indomptés » :

Kirk Douglas disait, au sujet de « Seuls sont les indomptés », son film préféré : « Le thème de l’individu broyé par la société me fascine. Il s’agissait d’un cow-boy moderne qui vit toujours selon le code moral du Far West américain. J’ai eu tout de suite envie d’en tirer un film. J’ai joué dans soixante-quinze films, j’en ai produit beaucoup et j’ai entendu parler de plus de films encore, mais, à ma connaissance, c’est la seule fois où un scénariste a écrit du premier coup un scénario parfait : un premier jet, et aucune révision. »

A la table de Cash ‘N Guns, Maria termina indomptée, seule en vie, et matant tout son peit monde: Richard, Dom, et François-René, pour la servir.

Description de cette image, également commentée ci-après

Table 9, dite « Illusion » :

Dans Illusion, le dernier film de Kirk Douglas, un réalisateur de cinéma autrefois très puissant, se rapproche de la fin de sa vie. Comme il attend la mort, il se glisse dans un «rêve» où est représenté trois « extraits » du film de la vie de son fils. Suspicieux d’abord, puis curieux, et, finalement, captivé, il regarde la croissance de son fils de la préadolescence à l’âge adulte, et comment son fils poursuit l’amour de sa vie, Isabelle. Lors des « extraits » où le fils court après son amour, la voix off du père ne cesse de dire à son fils que c’est quelqu’un d’inutile et d’indésirable. Le vieil homme découvrira à la fin une vérité surprenante sur son fils et lui-même.

A la table de 7 Wonders: Duel, Nicolas II et Tristan ont pris le temps de revisiter les sept merveilles du monde, mais qu’en ont-ils retenu ?

Table 10, dite « Liaisons secrètes » :

Dans Liaisons secrètes, une femme délaissée par son mari fait la connaissance de son voisin, et au fil des rencontres devient sa maîtresse. A la table de Codenames, il s’agit aussi d’établir des liaisons secrètes, mais surtout de les faire connaître. Pas facile avec des équipes aussi hétérogènes que les Bleus (Joan, Xel, VHS, Nourdine, Thomas) et les Rouges (Julien, Dom, FR, Axel, Paul).

Dans la première manche, les rouges construisent une victoire méthodique, que les bleus, après un parcours maîtrisé, ponctué notamment d’un César 2 (Chef, Salade), essaient d’enrayer dans un ultime coup de poker avec un Hôtesse 3 (Pillier, Ampoule, Charme) qui suscite l’incompréhension (bon, il est vrai que quand on regarde la composition de l’équipe des bleus, on s’imagine que la fréquentation des bars à hôtesses n’est pas leur occupation récurrente). La justification de ce coup est qu’avec les deux mots rouges restants, Col et Entrée, VHS avait deviné que le maître-espion rouge, FR, allait proposer Utérus 2, ce qu’il fit précisément, malgré l’interrogation ingénue formulée par un membre des rouges « Il y a une entrée dans un utérus ? ».

Après, un autre s’exclama « Le loup, il y a longtemps que je ne l’ai pas vu », c’était à propos d’une obscure Obscurité. On s’interrogea aussi si l’animal en question était hémophile, à l’instar de la Taupe, à qui l’obscurité convenait, ou encore si des griffes pouvaient être en ivoire… Bref, cette séance de zoophilie se termina une fois encore dans le rouge.

La dernière manche vit les bleus sauver l’honneur, bien qu’ils ne devinassent point que le génie des croissants était forcément un artisan, ni qu’Etoilé se apportait à Génie plutôt qu’à Aube, et enfin que l’Eglise avait un Sommet et non un Plan. Strangers when we meet…

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 29/11/2016 à St-Elivet

Le 29 novembre 1945, l’assemblée constituante à majorité communiste proclamait la république fédérale populaire de Yougoslavie. Pierre II s’exile, Josip Broz, héros de la résistance contre les nazis et futur maréchal Tito, devient premier ministre. La Yougoslavie est le seul régime communiste d’Europe qui ne passe aucun accord avec l’URSS et garde son entière indépendance, si bien que Tito sera considéré comme un véritable traître par les Soviétiques. Après sa mort, la Yougoslavie se disloquera au début des années 1990 dans des guerres fratricides, soldant dans le sang le rêve brisé d’une fédération harmonieuse de peuples hétérogènes unis par une communauté de destin, et Tito grossira la cohorte des héros nationaux devenus tyrans, à l’exemple de Fidel Castro.

Résultat de recherche d'images pour "broz tito"Résultat de recherche d'images pour "broz tito"

71 ans plus tard, à St-Elivet, il n’était plus question de slaves du Sud, mais de celtes du Nord, que rejoignirent quelques sylphides pour une assemblée inhabituellement féminisée (et on ne s’en plaindra pas).

Table 1, dite « Ça, c’est vraiment toi » : Une explication populaire – non avérée – dit que le nom Tito vient de la concaténation de deux mots ti (c’est-à-dire toi) et to (c’est-à-dire ça). Il aurait utilisé ces mots pour donner des ordres en pointant une personne puis une tâche à accomplir. C’est aussi ce que l’on peut faire à Bios:Genesis, jeu qui revisite l’histoire de la genèse de la vie sur terre. Une partie découverte ayant eu lieu précédemment en mode coopératif, Dom, Xel et VHS invitent Julien à jouer en mode compétitif et en terre inconnue !  Julien n’avait en effet jamais joué à ce jeu, mais il entra de plain pied dans l’histoire, et finalement en terrain connu, car, outre ses connaissances étendues des organismes vivants, il avait déniché et bûché avec assiduité une vidéo explicative très bien faite ! Au final, il réussit même à l’emporter avec 22 PV, confirmant que ça, c’est vraiment un jeu pour lui ! Je finis second, m’étant incrusté dans un macro-organisme que nous avons développé à deux, une longueur devant Dom, Xel fermant la marche avec 7 PV faute d’avoir créé la vie, toutes les productions viables ayant été effectuées entre hommes… Un jeu très réaliste (y compris avec sa part de hasard, les fameux « jets darwiniens » jouant un rôle majeur) pour qui connaît la biologie et la genèse de la vie sur terre, peut-être un peu long (il faut dire que chaque tour est censé durer 200 millions d’années), et où on peut entendre des phrases étonnantes sorties de leur contexte, comme:

  • « Stop, stop, j’ai du sexe ! » (le sexe a des propriétés miraculeuses contre les jets darwiniens, mais, bon, je vous laisserai les découvrir…)
  • « Les cerveaux vieillissent mieux que que les anus, j’ai l’impression »
  • « Quand on est parasite d’un maquereau, il se passe quoi ? » (en phonétique, car il faut en fait entendre macro pour macro-organisme)

biosgenesisRésultat de recherche d'images pour "bios genesis jeu"

Table 2, dite « Contaminée » : À l’instar de Staline en URSS, Tito remplira les fonctions de Premier ministre fédéral et de chef du Parti communiste, puis de président de la République à partir de 1953. Rejouant cette contagion des fonctions, David et Baptiste, probablement en bonne compagnie (mais nous n’avons pas la feuille de présence), s’attaquèrent à une table de Pandémie:Contagion. Par suite d’une erreur de contamination, nous ne sommes pas en mesure d’en présenter le résultat.

Table 3, dite « Mélangée » : En proclamant un état fédéral en 1946, Tito crée de nouvelles entités territoriales et en 1963, il va plus loin en promulguant une nouvelle constitution qui crée de toute pièce une nouvelle « nation musulmane » (auparavant, les Yougoslaves musulmans étaient considérés selon leur ethnie) dont la caractéristique est qu’elle n’a d’assise ni ethnique ni linguistique et qu’elle est géographiquement mélangée aux autres. Nicolas-Neox, Frank, François-René, Marion, Camille et Nicolas II formèrent à cette table un groupe aux morphotypes mélangés, mais qui aborda uni, en mode facile et coopératif, Le signe des Anciens. Et bien sûr, ils ont gagné.

Table 4, dite « Irremplaçable » : En 1978, Tito déclare que sa succession se fera sous la forme d’une présidence collective au sein du Parti, ce qui le fait apparaître comme irremplaçable. Nicolas-Neox, lui, montre qu’il est difficile à remplacer à 7 wonders: Duel, obtenant une victoire militaire fort martiale devant Vincent.

Table 5, dite « Mouvement  perpétuel » : Tito fit coïncider le jour de son anniversaire avec celui de la fête nationale et en 1974, la nouvelle constitution déclara dans son article 333 que c’est « en raison de son rôle historique dans la libération nationale » que Tito est nommé président à vie. Un rôle qui irait comme un gant à Bruno, qui entraîna Audrey et Jean-Yves dans deux voyages au long cours, aussi exotiques que maritimes: Marco Polo, et Isle of Skye.

Table 6, dite « Prise à rebours » : Toute la philosophie de Tito est résumée par sa phrase : « La Yougoslavie a six républiques, cinq nations, quatre langues, trois religions, deux alphabets et un seul parti », un compte à rebours qui se passe de commentaires, et bien dans l’esprit belliqueux de V.Commandos, nouvelle acquisition de François-René à laquelle Marion et Camille succombèrent.

vcommandos

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.