Séance de SAMEDI 23/11/2019 à la MJC de Bégard

En ce samedi, Parties Civiles était en goguette à Bégard, à l’invitation d’associations ludiques du département. De Saint-Brieuc à Paimpol, de Lannion à Pléguien, d’Armor à Argoat, le (petit) peuple des joueurs du 22 s’est déployé dans la majestueuse MJC de Bégard. Répondant à l’appel des crieurs et sans craindre le fléau du jeu, de Lannion, nous sommes partis vite, et de Bégard, revenus tard.

La soirée fut longue et intense, la qualité des parties et des joueurs étant au rendez-vous. On relèvera un Macao fiévreux, où Dom fit feu de tout bois avec de mirifiques combinaisons et un tableau de cartes actives à faire pâlir un joueur de casino. Un cake citron-pavot de sa confection était-il à l’origine de cette transe ludique ? On peut en douter, car votre serviteur n’en donna pas sa part au chien mais connut l’infortune, victime de choix hasardeux et de tirages funestes, terminant même dernier sur l’effet des pénalités de fin de partie. A ce jeu, retenez la carte Mendiant, qui a fait gagner Dom, et la carte Oisif, qui évita à Vincent de perdre !

En face, il se déployait un Zombicide promptement perdu. Le temps de faire un arrêt-pizza, et volà Thomas, Xel, Camille et F.-R. qui enchaînent sur un Mythotopia. Une partie que Xel, qui pouvait gagner, eut la courtoisie de laisser à Thomas (car Xel aime jouer, plus que gagner). Pendant ce temps, à Die Crew, nous relevions des défis toujours plus ardus d’une conquête spatiale en allemand dans le texte ! Grâce à l’aide de Dom, vaillant commandant (parfois) mais surtout fidèle traducteur (toujours), nous parvînmes à la 25ème étape, alors qu’il était temps de sonner les mâtines. Que les francophones se rassurent, on me chuchote dans l’oreillette que Iello prépare une version française !

Séance de VENDREDI 22/11/2019 à Servel

Le 22 novembre 1963, John Fitzgerald Kennedy, trente-cinquième président des États-Unis, est assassiné d’un coup de fusil lorsque le cortège présidentiel traverse à vitesse réduite et en décapotable le centre de Dallas. Une heure et demie après la fusillade, un homme, Lee Harvey Oswald, est arrêté dans un cinéma pour avoir tué un policier. Identifié comme un des employés du dépôt de livres, d’où on a tiré sur le cortège selon des témoins, et où l’on retrouve au cinquième étage du bâtiment, un fusil à lunette lui appartenant, il est considéré par la police comme le suspect de l’assassinat du président. Deux jours après, lors de son transfert à la prison de Dallas, il est à son tour assassiné par Jack Ruby, un propriétaire de boîte de nuit.

Afin de dissiper les doutes et interrogations concernant un complot d’assassinat, Lyndon B. Johnson nomme une commission d’enquête chargée de faire la lumière sur les faits. Les conclusions de la commission Warren, établissant la seule culpabilité d’Oswald dans l’assassinat, n’empêchent pas les contestations et critiques qui se focalisent sur la non prise en compte de témoignages et de pièces du dossier, ainsi que sur la théorie de la balle unique (magic bullet), selon laquelle une seule balle aurait causé trois blessures en traversant les corps de Kennedy et du gouverneur Connally !

Afficher l’image source

Les conclusions officielles seront remises en cause lors de l’enquête du procureur Jim Garrison, aboutissant à un procès retentissant mettant en accusation l’homme d’affaires Clay Shaw pour conspiration d’assassinat. En 1976, une seconde commission d’enquête est chargée de réexaminer les pièces et éléments sur l’assassinat de Kennedy. Tout en confirmant l’essentiel des conclusions du rapport Warren, elle conclut cependant à la présence d’un second tireur, et par conséquent à la probabilité d’un complot….

56 ans après, à Lannion, un Président a été épargné, mais des princes ont péri !

Table 1, dite : « Fast fool » : à Food Chain Magnate, Tristan propose du lourd, et on ne parle pas que de calories. Thomas tente le challenge, et Jeff, de passage, est séduit aussi. Mais ce n’est pas tout ! Quelques temps après, Justine et Thibault s’installent aussi à la table. Et, à l’arrivée, voilà le prince du fast-food défait par un rookie ! C’est ce jeune fou de Thibault (du genre jeune mais qui comprend vite) qui ressort vainqueur avec 470, devant Jeff, 391.

Table 2, dite « A la parade » : RomJé régale avec son exemplaire tout neuf de It’s a wonderful world. Il a recruté des jeunes de corps et d’esprit (Frank et le petit Paul, Olivier-3), mais c’est un vétéran, Olive, qui s’impose comme à la parade, aux dépends du Petit prince.

Table 3, dite « Magic tablet » : à Teotihuacan on retrouve l’univers précolombien et les mécanismes ardus de Tzkolk’in, et pour cause, on y retrouve le même auteur Daniele Tascini, associé ici à David Turczi. Olive est à la manœuvre et invite Neox, Xel et Audrey. Le maïs est ici remplacé par les fèves de cacao, qui vont décider du sort du jeu. En effet, Xel avait 5 points d’avance à l’orée du dernier tour, mais une petite fringale la fait perdre de 1 point à l’arrivée, faisant du Président Neox, qui sort de sa poche une tablette de chocolat au moment décisif, un survivant inattendu !

Table 4, dite « Rubis sur l’ongle » : en mode reconfiguration rapide alors que les tables se créent rapidement autour d’eux, Dom, Camille et VHS se rabattent sur Grand Austria Hotel où l’on décline les fondamentaux de l’hotellerie. A l’issue d’une partie haletante, Dom l’emporte avec 118 devant votre narrateur, 105, et Camille, 87. Une victoire rubis sur l’ongle qu’il doit à ses 17 pièces en fin de partie, car; on l’oublie parfois, elles deviennent des PV à l’heure du décompte !

Table 5, dite « Décapotée » : une table de Claustrophobia 1643 rassemble Olivier-3 et Mickaël. Ce dernier, incarnant le mal, avait décapoté, claustrophobie oblige, et le mal triompha. Il faut le redire: en amour comme en voiture, la capote protège.

Table 6, dite « Complotiste » : RomJé nous invite à une nouvelle découverte dans cette soirée qui en fut riche. Avec La batarde il nous propose un jeu de plis de cartes venu de Lyon où l’on parie sur le nombre que l’on va faire, et pourvu de mécanismes retors, comme les atouts avec une hiérarchie de cartes spéciales (Jongleur, Musicien…) qui scorent à l’atout, et, ultime pirouette, la possibilité de verrouiller l’atout choisi et de faire monter les enchères. Une option choisie à l’envi, pour ne pas dire l’excès, par Doc Nico, qui en fut puni en terminant dernier (-12). Le crime profita à Olivier-3 et RomJé, vainqueurs avec -2. Largement de quoi échafauder une théorie du complot !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 19/11/2019 à Servel

Afficher l’image source

Le 19 novembre 2009 naissait Son Altesse royale le prince Gaston d’Orléans. Et depuis le 21 janvier 2019, où trépassa son grand-père paternel Henri d’Orléans, qui portait les titres de comte de Paris et duc de France, son père devenant prétendant orléaniste au trône de France, il a pris le titre de dauphin de France. Mais que les républicains ne paniquent point.
Les titres portés par les membres de la maison d’Orléans n’ont pas d’existence juridique en France et sont considérés comme des titres de courtoisie. Ils sont attribués par le chef de maison.

En ce dixième anniversaire, à Lannion, La République en Jeux était toujours vaillante.

Table 1, dite « Chute d’un roi » : Votre serviteur fait de nouveaux adeptes à Innovation. Marc, Christophe et Nicolas II sont d’abord conviés à une partie en équipe, où votre humble narrateur, cinq fois dominant par le biais de la martingale Agriculture, offre en majesté à Marc une victoire d’un éclat de vermeil (6 dominations à 1). Puis les mêmes enchaînent sans transition une partie à 4 en solo, un mode rarement joué sur nos tables, voire inédit. Ne dominant rien, votre scripte vérifie à ses dépends l’adage selon lequel une partie à ce jeu ne ressemble en rien à la suivante. C’est le prince Christophe qui rafle les 4 dominations requises.

Table 2, dite « Dieu sauve la reine » : à cette table de Le bien et le malt Benjamin s’est vu vainqueur mais échoue à 25. Car Dieu sauve la reine et offre la victoire à Xel (43) qui domine une concurence incarnée par Neox (26). Olive (3) est convoqué pour un petit alcooltest.

Table 3, dite « Dauphin d’honneur » : aucune Audrey à cette partie de Level Up qui permet de faire jouer Doc Nico et FR, venus tardivement. Le Doc s’octroie la victoire juste devant votre serviteur, un point derrière, qui fait un beau dauphin d’honneur.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 12/11/2019 à Servel

Résultat de recherche d'images pour "roland barthes cartoon"

Le 12 novembre 1915, Roland Barthes venait au monde. Pionnier de la sémiologie, pourfendeur d’idées reçues sur la critique littéraire, les mythes ou encore le statut de l’auteur, il a une place à part parmi les intellectuels français. Son homosexualité, ses incursions dans les champs du théâtre, de la photographie et de la littérature, sa disparition baroque dans un accident avec une voiture de blanchisserie en plein Paris, rue des Écoles, les pastiches dont il fut l’objet en font aujourd’hui une sorte de mythe de son époque, qui aurait mérité un chapitre de ses Mythologies, à côté de la Citroën DS, du steak-frites ou du visage de Greta Garbo.

104 ans après, à Lannion, un empire de signes se déployait sous les jeux des joueurs de Parties Civiles.

Table 1, dite « Mythologies » : Baptiste et Neox remontent sur le ring pour la deuxième semaine pour revisiter les mythes de l’Ouest américain à Paladins du Royaume de l’Ouest. Galants, ils ont convié également Camille et Xel. Comme la semaine dernière, Neox survole la partie, avec 89 points, laissant Baptiste au même étiage que vendredi (49). Xel (46) et Camille (42) ont observé, mutiques, cette mythique prise de catch d’un Président pas si débonnaire. « La vertu du catch, c’est d’être un spectacle excessif » disait Barthes dans Mythologies .

Table 2, dite « Fragments d’un discours amoureux » : Lucas et Thibault s’enferment dans l’aquarium pour un Terraforming Mars. Pourvu de toutes ses extensions, il sert de prétexte à les emmener jusqu’au bout de la nuit pour un tête-à-tête dont nous ne connaissons pas l’issue, puisque nous les laissâmes à leur intimité prolongée bien après l’heure du bouclage. Intimité bien imitée mais feinte: dans Mythologies, Barthes remarquait « Ce que le public réclame, c’est l’image de la passion, non la passion elle-même ».

Table 3, dite « Le bruissement de la langue » : on a beaucoup parlé à cette partie de Glory to Rome où Dom prit d’abord le ton professoral du Collège de France qu’on lui connaît pour énoncer les règles, RomJé jouant à livre ouvert dans une partie que l’on voyait promise à Audrey, nantie d’une liste vertigineuse de Patrons (qui sont en fait, dans cet univers romain, plus proche des esclaves), Dom encore commentant à l’envi ses combinaisons mirifiques qui ravissaient la foule (comme on dit à Hanabi). Tout ceci mêlé faisait un bruissement de langues et composait comme une écriture à quatre plumes. « L’écriture est précisément cet acte qui unit dans le même travail ce qui ne pourrait être saisi ensemble dans le seul espace plat de la représentation » indique justement Barthes dans L’empire des signes. Pourtant ce n’est ni Audrey (20) ni Dom (22) qui triomphèrent à cette fête romaine. Votre narrateur se voyait mal en point quand la partie prit fin, comme toujours à ce jeu, de façon abrupte, par un « Je pense » de RomJé. Pourtant je terminai à égalité avec lui (28), par la grâce d’un marchand démultiplié. Mais mon adversaire obtint la victoire grâce à sa main plus fournie, l’effet justement de sa dernière pensée ! Cogito ergo sum – Je pense, donc je suis (vainqueur), conclut-il, à la romaine, en latin.

Table 4, dite « Boissons et totems » : le Doc Nico sort Neta Tanka et attire dans ses rets Olive, et François-René, tardivement arrivé. Nous sommes le long de la Grande Rivière Gelée, où vit la tribu des Frostrivers en harmonie avec la Nature. La tribu obéit aux lois des Quatre Anciens, dirigés par le plus vénérable d’entre eux: le Neta-Tanka. Au crépuscule de sa vie, il réunit tous les Clans de la Tribu pour désigner son successeur. Durant cette cérémonie, chaque clan présente un jeune chef qui devra montrer sa générosité et sa capacité à pourvoir aux besoins des siens, pour devenir le nouveau Neta-Tanka. A l’issue de cette partie longuement étirée comme une dégustation de grands crus, c’est le Doc qui s’impose avec 48, devant F.-R., 33, et Olive, 30. Une victoire largement due à ses 18 points de totem qu’il acquit sans tabou. A propos de vin et de totem, Barthes disait ceci dans le chapitre « Le vin et le lait » de Mythologies: « Le vin est senti par la nation française comme un bien qui lui est propre, au même titre que ses trois cent soixante espèces de fromages et sa culture. C’est une boisson-totem, correspondant au lait de la vache hollandaise ou au thé absorbé cérémonieusement par la famille royale anglaise. »

Table 5, dite « La chambre claire » : pour finir la soirée, Doc Nico propose un petit Jumpy Jack. Voici un jeu de course de chevaux où l’on parie sur son tiercé dans le secret de sa chambre obscure, avant de faire avancer les pur-sangs (une sorte de variante hippique de Lemming Mafia si on veut). Il y a des chausse-trappes en cours bien sûr, les chevaux pouvant être ralentis, accélérés ou carrément éliminés, perspective que Barthes avait envisagée dans La Chambre claire: « J’observe avec horreur un futur antérieur dont la mort est l’enjeu. » A ce jeu de bluff où il s’agit de parier sur le positif en faisant croire au négatif, Doc Nico fit impression, triomphant sur un dernier pari qui fut l’unique tiercé dans l’ordre de la partie: un JOB (Jaune, Orange, Bleu) well done en l’occurrence !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 25/10/2019 à Servel

Le 25 octobre 1415 se déroulait la bataille d’Azincourt. Les troupes françaises, fortes de 15 000 hommes, y tentent de barrer la route aux 8 000 de l’armée du roi d’Angleterre Henri V, qui veut regagner Calais, devenue anglaise depuis 1347, et donc, par là même, l’Angleterre.

La bataille se solde par une défaite importante pour le camp français : la cavalerie lourde, rendue moins efficace par un terrain boueux et les retranchements anglais, est transpercée par les archers anglais et gallois, équipés de grands arcs à très longue portée. Cette bataille, où la chevalerie française est mise en déroute par des soldats anglais inférieurs en nombre, est souvent considérée comme la fin de l’ère de la chevalerie et le début de la suprématie des armes à distance sur la mêlée, qui se renforcera avec l’invention des armes à feu. Elle est, en réaction, une cause majeure de l’épopée de Jeanne d’Arc, puis de l’investissement dans l’artillerie qui deviendra une spécialité française.

Les pertes des Anglais sont de 13 chevaliers et une centaine de simples soldats. Les Français perdent 6 000 chevaliers dont le connétable, et de nombreux grands seigneurs. La débâcle de la chevalerie française d’Azincourt, qui fait suite à celles de Crécy et de Poitiers, prive la France de cadres administratifs et militaires en grand nombre du fait des nombreux tués chez les baillis et les sénéchaux du roi. Elle met également en évidence la conception dépassée que se font de la guerre les armées françaises en particulier une partie de la chevalerie, alors qu’Anglais et Ottomans ont déjà organisé des armées unies et disciplinées : les Français, supérieurs en nombre, mais incapables d’obéir à un chef unique et placés dans l’impossibilité de faire manœuvrer les chevaux, comme à la bataille de Poitiers, soixante ans auparavant, auraient eu intérêt à négocier avec Henri V, qui avait abandonné son rêve de revendiquer la couronne de France.

Cette bataille marque un tournant dans l’art de la guerre en Europe : des armées plus maniables et plus articulées (comme l’était déjà celle d’Édouard III, dont la composition et le comportement permettaient de préfigurer le déroulement des batailles intervenant dès la fin du XIVe siècle) défont des masses hétéroclites pleines d’inutile bravoure. Enfin, cette bataille fait naître dans la population française un sentiment anti-anglais, qui nourrit un patriotisme préexistant en France depuis la bataille de Bouvines, et qui s’amplifiera au cours de la guerre de Cent Ans.

604 ans après Azincourt, la pluie tombait dru sur Lannion, et, si aucun cheval ne s’y embourba, la soirée fut peuplée de fantômes.

Table 1, dite « Planification défaillante » : sorti tout droit du moyen-âge, Hermagor, qui fait son retour après 3 ans de purgatoire sur nos tables, est le premier fantôme de cette soirée. Votre narrateur y initie Gérard, un homme d’expériences, et Benoît, nouveau venu chez nous. Une partie étrange que votre serviteur sembla dominer largement tandis que Gérard paraissait en perdition, peinant à établir ses citadelles. Mais tout se détraqua dans le dernier tour: ayant épuisé toutes mes citadelles, je me retrouvai à l’arrêt, et la machine s’enraya. Et Benoît s’impose largement avec 133, devant Gérard, 109, suite à une remontada de folie, et je termine dernier avec 95 !

Table 2, dite « Au champ d’honneur » : à l’issue de cette table de V Commandos les fantômes de Camille, Olivier, Jérôme, Nicolas II flottaient dans l’air. Les quatre terminent sur le carreau, malgré un premier objectif atteint.

Table 3, dite « Jaune canari » : à Wingspan c’est le jaune canari de Thomas, 86, qui sort en tête, un battement d’ailes devant Vincent, 82, et Julien, 81. Un vol d’hirondelles plus loin, Xel nous fait comprendre que son score lui rappelle l’Orne.

Table 4, dite « Maillot jaune » : à Shards of Infinity la table 3 refait le match, mais enregistre le même vainqueur !

Table 5, dite « Ghostbusters » : à Demeures de l’épouvante, les fantômes étaient omniprésents. La fin en fut déroutante Y a-t-il une vie dans l’au-delà se demandèrent Neox, François-René, Olivier et Thomas_2nd ? Une chose est sûre, Anthony, qui a collectionné les indices, ne s’y ennuiera pas.

Table 6, dite « Triangle isocèle » : un Mythic Battle à trois, c’est chacun pour soi. Mais comme dans tout bon triangle amoureux, il faut que deux s’y chamaillent: ce fut le cas d’Axel et Mickaël, permettant à Armand, le troisième larron qui jouait Artémis, de tirer les marrons du feu sans effort.

Table 7, dite « Ni grâce ni pardon » : on résumera cette partie de A song of ice and fire dans l’univers de GOT à l’équation suivante: Stark.Jack > Lannister.Jeff. Ni grâce ni pardon, comme l’a chanté Cabrel à propos d’Azincourt.

Table 8, dite « Lucas crâna » : Lucas était désireux de découvrir Race for the Galaxy, Dom l’initie en compagnie de Thibault. Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’initié s’en est bien tiré ! A la première partie, il déroule une stratégie quasi-parfaite basée sur les ressources brunes et finit avec 62 PV (contre 34 et 21 respectivement). Tout le monde repart pour une seconde partie que Lucas, avec 4 mondes de production et 4 développements de valeur 6, remporte de nouveau avec 50 PV.

Table 9, dite « Fantômes de nuit » : comme la soirée ne finit toujours pas, nous abandonnons Camille, François-René et Neox à Greenville 1989 – un jeu narratif, où les joueurs incarnent une bande d’adolescents coincés dans un univers parallèle et cauchemardesque. Les fantômes de la nuit enveloppent l’issue de cette quête.

Table 10, dite « Ombres de nuit .» : c’est notre dernier revenant de la soirée: Shadow hunters n’était pas sorti sur nos tables depuis un an. Jérôme était bien sûr à la manœuvre ! Les ombres de la nuit enveloppent l’issue de cette joute.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum


Séance de MARDI 22/10/2019 à Servel

Le 22 octobre 1879, un bricoleur de génie inventait l’éclairage électrique. Après d’innombrables essais qui témoignent d’une rare détermination, l’Américain Thomas Edison réussit à produire un éclairage durable en faisant passer du courant à travers un filament de carbone, dans une ampoule sous vide.

Résultat d’images pour edison cartoon

Cette première lampe à incandescence dure quarante heures. Elle soulève les États-Unis d’enthousiasme et va révolutionner les sociétés humaines. C’en est fini de l’éclairage au gaz ou au pétrole, odorant et dangereux, qui avait remplacé un siècle plus tôt les chandelles de suif et les cierges de cire, apparus au Moyen Âge en substitution aux lampes à huile de l’Antiquité.

Selon ce véritable bourreau de travail, «Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration». 140 ans plus tard à Parties Civiles, quelques génies étaient présents mais ils sont globalement restés dans leur lampe.

Table 1, dite « 99% de transpiration » : à cette table de Sherlock Holmes: Détective conseil on retrouva la bande habituelle des enquêteurs, à laquelle se joignit Guillaume. Pour cette enquête sur l’homme sans visage, on fut discipliné, sérieux et, à l’heure du gong, la copie qu’on tendit semblait solide. Il fallut lire la solution pour comprendre qu’on avait été hors sujet et qu’un petit 2 sur 100 gratifierait notre prestation !

Table 2, dite « Destin Aladin » : cette table découvre Ishtar avec Alice, Xel, Justine et Neox. Ce dernier se montra un président éclairé, gagnant sans vraiment l’avoir cru possible.

Table 3, dite « Générale électrique » : à Five tribes on vérifie que les femmes, aussi, ont une âme. Et entre Justine, Xel ou Alice cette dernière avait un petit supplément.

Table 4, dite « Noirceur divine » : à Deus nous sommes dans le noir pour dire qui de Lucas, Nicolas II, Frédéric ou Thibault-2 l’emporta.

Table 5, dite « Electron libre » : à Gugong, Mickaël accueille Axel, de passage en vacances, et pousse l’amabilité à lui faire croire qu’il pourra gagner. Notre électron libre, défait pile d’un point, repart sans avoir perdu la face.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Festival SCORFEL 19-20/10/2019 aux Ursulines

Cette année encore, Parties Civiles est devenu, le temps d’un week-end, le partenaire très particulier du festival Scorfel !

Si vous croisez cette pirate, nous ne répondons de rien

Sous la houlette de quelques parti-civiliens grimés en Scorfelnautes, la salle des Ursulines fut transformée en immense salle de trésors pour petits, grands, et geeks qui avaient à résoudre des énigmes en collectant des indices cachés dans la salle.

Des parties de jeu innombrables se sont succédé, allant du party game au lourd équipage des adeptes de Warhammer. Certains ont même succombé aux affres d’une murder party à l’atmosphère chabrolienne, Astre mort.

Miroir mon beau miroir, qui suis-je vraiment ?

Et nous étions également présents à l’animation ! Dans les entrailles du lieu et les ombres de la nuit, un parti-civilien meujeuta l’inquiétant jeu de rôle (100% role play et 0% dés) Something is wrong here, inspiré de l’univers de David Lynch, qui invitait les « acteurs » à se détacher de leur identité à travers un inquiétant miroir autour d’une boîte énigmatique. On a le regret de vous l’annoncer, tous n’y ont pas survécu.

Séance de VENDREDI 18/10/2019 à Servel

Le 18 octobre 1753 naissait Jean-Jacques Régis de Cambacérès, avocat de profession, grand et élégant homme, bon vivant et homosexuel notoire. Député de l’Hérault à la Convention en septembre 1792, c’est un révolutionnaire modéré, proche des Montagnards par nécessité et membre du Comité de Salut Public.

Afficher l’image source

Remarqué par Bonaparte lors de son passage au ministère de la Justice en 1799, il poursuit une brillante carrière politique comme deuxième Consul. Talleyrand, l’esprit toujours affûté comme un rasoir, disait des trois consuls : « C’est le Hic, le Haec et le Hoc ». Bonaparte est le Hic (celui-ci), Cambacérès le Haec (celle-ci) et Lebrun le Hoc (ceci).
Ce portrait doit cependant plus à l’esprit conciliant de Cambacérès qu’à ses mœurs. Par son talent et sa brillante personnalité, il a profondément marqué l’élaboration de ce qui va devenir le « Code Civil des Français ». Sous l’Empire, Cambacérès deviendra archichancelier et recevra le titre de duc de Parme.

Quelques poignées d’années plus tard, on notera que, à Lannion, en cette veille de Scorfel, il y avait du monde, beaucoup de tables, mais leur récit s’est perdu dans les limbes au profit de celui d’une joute mémorable.

Table 1, dite « Mortelle étreinte » : de nouveau à l’affiche, Pax Pamir accueille Tristan, Dom, votre serviteur et Gérard. Avec ce dernier, pas de risque d’erreur de règles. Le rang 0 ne fut donc nettoyé que dans les conditions adéquates, et la partie prit toute l’étendue de la soirée d’autant que la dernière carte de Dominance check était la dernière carte de la pile ! Après un départ en tête, votre serviteur, qui changea deux fois d’allégeance, finit broyé par Tristan, frère d’armes grand breton mais aux étreintes étouffantes, qui avait commencé la partie en canardant à tout va. Gérard tenait des positions solides avec les afghans, mais l’emprise montante des britanniques le conduisit à tourner casaque. La fin de partie fut marquée par un coup d’éclat de Tristan avec 7 actions en un tour, et, in fine, par sa victoire, malgré un final tendu qu’il maîtrisa quelle que soit la condition de scoring. Une victoire marquante pour une partie entamée à coups de gueule de crocodile et terminée façon boa constrictor.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 15/10/2019 à Servel

En ce 15 octobre, on fêtait le cinquantième anniversaire de l’affaire de l’Observatoire. A Paris, dans l’avenue de l’Observatoire, près du jardin du même nom, vers minuit trente, la Peugeot 403 du sénateur de la Nièvre, ancien ministre de l’Intérieur de Pierre Mendès France, est criblée de sept balles. Les soupçons des enquêteurs s’orientent d’abord vers les partisans de l’Algérie française.

Résultat d’images pour mitterrand cartoon

L’attentat devient affaire quand François Mitterrand est accusé d’avoir lui-même commandité l’attentat dans le but de regagner les faveurs de l’opinion publique. L’ancien député gaulliste puis poujadiste Robert Pesquet se présente six jours après l’attentat comme son complice, avec des preuves de ses rencontres préalables avec Mitterrand. Ce dernier finit par admettre avoir rencontré Pesquet avant l’attentat. Aux dires de Pesquet, Mitterrand aurait été enthousiasmé à l’idée de se faire de la publicité par ce moyen, et aurait planifié l’opération en détail.

50 ans plus tard à Parties Civiles, aucun coup fourré en vue, mais des faits de guerres ont été relatés.

Table 1, dite « Globalement positif » : à cette table de Russian Railroads Xel mit un tour de piste (plus de 100 points d’avance) à Olive, Baptiste et Neox ! Une victoire à la soviétique pour un bilan plus que globalement positif !

Table 2, dite « Verdict en attente » : cette table découvre Kepler-3042 – un jeu très beau mais aussi très long et dont on attend le verdict de ses protagonistes, Doc Nico, Alice, Benjamin et Lucas.

Table 3, dite « Petite Bertha » : à Quartermaster l’alliance (Camille, Frédéric, Marc) a triomphé de l’axe (Dom, François-René et votre serviteur) au bout des 20 tours et avec 13 points d’avance. La faute notamment à une petite Bertha allemande et à un ours soviétique qui s’est bien imposé à ses voisins, malgré une vaillante résistance de l’Italie.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 11/10/2019 à Servel

Le vendredi 11 octobre 1963, s’éteignaient à quelques heures d’intervalle Édith Piaf et Jean Cocteau. Par cette étrange journée de « double deuil national » qui allait bouleverser la France entière, s’achevait – à la vie à la mort – une amitié tissée depuis plus de vingt ans. Les décès quasi-simultanés, 7 heures du matin pour la « Môme de Paris », 13 heures pour le « Funambule de tous les Arts » sont pourtant autant prématurés qu’attendus.

Résultat d’images pour cocteau piaf cartoon

Au printemps 1963, prématurément vieillie, épuisée et malade, c’est très affaiblie qu’Édith Piaf était partie en convalescence dans le sud de la France. Tombée dans le coma en avril 1963, elle meurt au Plascassier, près de Grasse le jeudi 10 octobre 1963. Mais comme elle avait formulé le désir de mourir à Paris, son corps est ramené secrètement dans la nuit dans son hôtel particulier du boulevard Lannes où son décès d’une hémorragie interne, à l’orée de ses 48 ans, est constaté officiellement le lendemain.

Afficher l’image source

Dans sa retraite de Milly-la-Forêt, Jean Cocteau, ménagé par sa cuisinière qui connaît parfaitement la fragilité de son état de santé, apprend la mort quelques heures plus tôt de sa grande amie Edith Piaf qu’il avait fait débuter au théâtre dans sa pièce « Le Bel Indifférent » (1940).
Au même moment, à Paris, nombre d’artistes et de personnalités s’étonnent que l’écrivain et académicien, si proche de la chanteuse défunte, mette autant de temps à témoigner ses souvenirs et à lui rendre hommage. Peu de personnes savent en réalité que, déjà victime de deux crises cardiaques et trop ému, il vient de déclarer à son entourage : « C’est le bateau qui achève de couler. C’est ma dernière journée sur cette terre. »

Quelques heures après, il s’éteint à son tour sans avoir eu la force d’écrire l’article que le magazine Paris-Match venait de lui commander pour être publié dès le lendemain. Dans tous les kiosques de France et des pays francophones, le Parisien Libéré publia le lendemain un gros titre évocateur du départ crépusculaire de la somnambule du grand public et du funambule du Tout-Paris : « La mort d’Édith Piaf a tué Jean Cocteau ».

56 ans plus tard à Parties Civiles, de longues amitiés ont aussi pris fin dans de troubles circonstances.

Table 1, dite « Passé défini » : à cette table de découverte de Montana – un jeu qui revisite un passé défini – on vit Xel collectionner vaches et gourdes, mais c’est François-René qui a posé en premier ses campements et est déclaré vainqueur. Céline, réente recrue depuis le forum des associations, obtient l’accessit sur le podium (en même temps, notez, ils étaient trois).

Table 2, dite « Plus bleu que tes yeux » : la table 1 enchaîne à Azul – un jeu qui nécessite une petite courbe d’apprentissage. Xel la maîtrise parfaitement, qui enquille deux victoires, devançant François-René puis Céline par deux fois (81/66/38 puis 83/62/47). La môme conclut, dévisageant son dauphin: « Azul, c’est plus bleu que tes yeux ».

Table 3, dite « Descente aux enfers » : table savamment planifiée, Pax Pamir accueille, aux côtés des afficionados habituels (Dom, votre serviteur), deux curieux motivés (Tristan et Thomas) et un couple de nouveaux adeptes (Thibault et Chi-Xhue) qui jouèrent en duo. C’est parti pour une explication de règles une mise en place, et une double faute: vénielle dans la mise en place (une carte manquait dans chaque paquet), mortelle dans l’explication (le rang 0 ne disparaît que s’il ne contient que des événements). Le double effet de ces erreurs fut d’accélérer subitement la partie – ce qui n’est pas si mal dans une partie à 6 pour un jeu « best with » à 3 ou 4. A 5, le joueur qui fait la route en solitaire prend un risque: c’est celui que votre serviteur prit avec les afghans, et il lui fut fatal. La fin de partie fut comme une partie d’échec, ou chacun semblait avoir une chance de gagner (rappelons que le dernier « dominance check » compte double), et où Dom sortit du chapeau sans forcément l’avoir provoqué. Un vainqueur certifié développement durable pour un tapis vert, c’était dans le thème, mais cela ne doit pas nous empêcher d’aller rechercher Orphée des enfers des erreurs de règles pour la ramener au monde des vivants: verdict d’une partie honnête la semaine prochaine !

Table 4, dite « Tant qu’il y aura des jours » : tant qu’il y aura des jours Descent déploiera son univers. Olivier, Franck et le petit Pauly ont succombé cette fois-ci.

Table 5, dite « Les enfants terribles » : deux grands enfants, Mickaël et Olive, découvrent la tumultueuse histoire des guerres d’antan de Joan of Arc. Duguesclin libéra Rennes, puis Condate fut affamée par les Anglais. Autrement dit, une victoire partout entre France et Angleterre, ces enfants terribles de l’histoire.

Kemet

Table 6, dite « Mon légionnaire » : à Kermet vous incarnez un peuple de l’Egypte Antique et utilisez les pouvoirs mystiques des Dieux et leurs puissantes armées. Un rôle sur mesure pour Jérôme, qu’on imagine volontiers dans le costume du légionnaire sans merci. Il l’emporte avec le score magique de 10, devant deux demi-Dieux, Doc Nico et Yannick (dont le score est un carré parfait suivant un cube parfait, seul cas de puissances parfaites consécutives selon l’hypothèse de Catalan), et une odalisque, Audrey (qui score le plus petit nombre parfait pair).

Table 7, dite « Les monstres sacrés » : à Warhammer 40 000 Benjamin et sa bande redonnent vie à des monstres sacrés et refont l’histoire. Alors, qui a gagné ? On ne sait, mais, peu importe le score: à ce jeu comme dans la vie, ce qui importe n’est pas la destination, mais le voyage.

Table 8, dite « Non, je ne regrette rien » : pour ce Codenames final nous retrouvons les Rouges (François-René, Dom, Thomas, Xel) affronter les Bleus (Thibault, Tristan, Doc Nico, et votre serviteur).

  • Rouges 1-0 : le maître espion l’a joué trop subtil pour son public avec un Morsure 2 (Serpent, Crochet) et l’audacieux Philibert 2 (Facteur, Tuile)..
  • Bleus 1-1 : les Bleus égalisent dans des circonstances rocambolesques: menant 8 à 4 et avec un seul mot à trouver, les Rouges choisissent l’Assassin faisant la terrible confusion entre Sciences et Etudes pour l’indice trompeur Faculté !
  • Rouges 2-1: les Rouges ne regrettent rien de rien et se reprennent en concluant de manière implacable.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum