Séance de VENDREDI 18/10/2019 à Servel

Le 18 octobre 1753 naissait Jean-Jacques Régis de Cambacérès, avocat de profession, grand et élégant homme, bon vivant et homosexuel notoire. Député de l’Hérault à la Convention en septembre 1792, c’est un révolutionnaire modéré, proche des Montagnards par nécessité et membre du Comité de Salut Public.

Afficher l’image source

Remarqué par Bonaparte lors de son passage au ministère de la Justice en 1799, il poursuit une brillante carrière politique comme deuxième Consul. Talleyrand, l’esprit toujours affûté comme un rasoir, disait des trois consuls : « C’est le Hic, le Haec et le Hoc ». Bonaparte est le Hic (celui-ci), Cambacérès le Haec (celle-ci) et Lebrun le Hoc (ceci).
Ce portrait doit cependant plus à l’esprit conciliant de Cambacérès qu’à ses mœurs. Par son talent et sa brillante personnalité, il a profondément marqué l’élaboration de ce qui va devenir le « Code Civil des Français ». Sous l’Empire, Cambacérès deviendra archichancelier et recevra le titre de duc de Parme.

Quelques poignées d’années plus tard, on notera que, à Lannion, en cette veille de Scorfel, il y avait du monde, beaucoup de tables, mais leur récit s’est perdu dans les limbes au profit de celui d’une joute mémorable.

Table 1, dite « Mortelle étreinte » : de nouveau à l’affiche, Pax Pamir accueille Tristan, Dom, votre serviteur et Gérard. Avec ce dernier, pas de risque d’erreur de règles. Le rang 0 ne fut donc nettoyé que dans les conditions adéquates, et la partie prit toute l’étendue de la soirée d’autant que la dernière carte de Dominance check était la dernière carte de la pile ! Après un départ en tête, votre serviteur, qui changea deux fois d’allégeance, finit broyé par Tristan, frère d’armes grand breton mais aux étreintes étouffantes, qui avait commencé la partie en canardant à tout va. Gérard tenait des positions solides avec les afghans, mais l’emprise montante des britanniques le conduisit à tourner casaque. La fin de partie fut marquée par un coup d’éclat de Tristan avec 7 actions en un tour, et, in fine, par sa victoire, malgré un final tendu qu’il maîtrisa quelle que soit la condition de scoring. Une victoire marquante pour une partie entamée à coups de gueule de crocodile et terminée façon boa constrictor.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 11/10/2019 à Servel

Le vendredi 11 octobre 1963, s’éteignaient à quelques heures d’intervalle Édith Piaf et Jean Cocteau. Par cette étrange journée de « double deuil national » qui allait bouleverser la France entière, s’achevait – à la vie à la mort – une amitié tissée depuis plus de vingt ans. Les décès quasi-simultanés, 7 heures du matin pour la « Môme de Paris », 13 heures pour le « Funambule de tous les Arts » sont pourtant autant prématurés qu’attendus.

Résultat d’images pour cocteau piaf cartoon

Au printemps 1963, prématurément vieillie, épuisée et malade, c’est très affaiblie qu’Édith Piaf était partie en convalescence dans le sud de la France. Tombée dans le coma en avril 1963, elle meurt au Plascassier, près de Grasse le jeudi 10 octobre 1963. Mais comme elle avait formulé le désir de mourir à Paris, son corps est ramené secrètement dans la nuit dans son hôtel particulier du boulevard Lannes où son décès d’une hémorragie interne, à l’orée de ses 48 ans, est constaté officiellement le lendemain.

Afficher l’image source

Dans sa retraite de Milly-la-Forêt, Jean Cocteau, ménagé par sa cuisinière qui connaît parfaitement la fragilité de son état de santé, apprend la mort quelques heures plus tôt de sa grande amie Edith Piaf qu’il avait fait débuter au théâtre dans sa pièce « Le Bel Indifférent » (1940).
Au même moment, à Paris, nombre d’artistes et de personnalités s’étonnent que l’écrivain et académicien, si proche de la chanteuse défunte, mette autant de temps à témoigner ses souvenirs et à lui rendre hommage. Peu de personnes savent en réalité que, déjà victime de deux crises cardiaques et trop ému, il vient de déclarer à son entourage : « C’est le bateau qui achève de couler. C’est ma dernière journée sur cette terre. »

Quelques heures après, il s’éteint à son tour sans avoir eu la force d’écrire l’article que le magazine Paris-Match venait de lui commander pour être publié dès le lendemain. Dans tous les kiosques de France et des pays francophones, le Parisien Libéré publia le lendemain un gros titre évocateur du départ crépusculaire de la somnambule du grand public et du funambule du Tout-Paris : « La mort d’Édith Piaf a tué Jean Cocteau ».

56 ans plus tard à Parties Civiles, de longues amitiés ont aussi pris fin dans de troubles circonstances.

Table 1, dite « Passé défini » : à cette table de découverte de Montana – un jeu qui revisite un passé défini – on vit Xel collectionner vaches et gourdes, mais c’est François-René qui a posé en premier ses campements et est déclaré vainqueur. Céline, réente recrue depuis le forum des associations, obtient l’accessit sur le podium (en même temps, notez, ils étaient trois).

Table 2, dite « Plus bleu que tes yeux » : la table 1 enchaîne à Azul – un jeu qui nécessite une petite courbe d’apprentissage. Xel la maîtrise parfaitement, qui enquille deux victoires, devançant François-René puis Céline par deux fois (81/66/38 puis 83/62/47). La môme conclut, dévisageant son dauphin: « Azul, c’est plus bleu que tes yeux ».

Table 3, dite « Descente aux enfers » : table savamment planifiée, Pax Pamir accueille, aux côtés des afficionados habituels (Dom, votre serviteur), deux curieux motivés (Tristan et Thomas) et un couple de nouveaux adeptes (Thibault et Chi-Xhue) qui jouèrent en duo. C’est parti pour une explication de règles une mise en place, et une double faute: vénielle dans la mise en place (une carte manquait dans chaque paquet), mortelle dans l’explication (le rang 0 ne disparaît que s’il ne contient que des événements). Le double effet de ces erreurs fut d’accélérer subitement la partie – ce qui n’est pas si mal dans une partie à 6 pour un jeu « best with » à 3 ou 4. A 5, le joueur qui fait la route en solitaire prend un risque: c’est celui que votre serviteur prit avec les afghans, et il lui fut fatal. La fin de partie fut comme une partie d’échec, ou chacun semblait avoir une chance de gagner (rappelons que le dernier « dominance check » compte double), et où Dom sortit du chapeau sans forcément l’avoir provoqué. Un vainqueur certifié développement durable pour un tapis vert, c’était dans le thème, mais cela ne doit pas nous empêcher d’aller rechercher Orphée des enfers des erreurs de règles pour la ramener au monde des vivants: verdict d’une partie honnête la semaine prochaine !

Table 4, dite « Tant qu’il y aura des jours » : tant qu’il y aura des jours Descent déploiera son univers. Olivier, Franck et le petit Pauly ont succombé cette fois-ci.

Table 5, dite « Les enfants terribles » : deux grands enfants, Mickaël et Olive, découvrent la tumultueuse histoire des guerres d’antan de Joan of Arc. Duguesclin libéra Rennes, puis Condate fut affamée par les Anglais. Autrement dit, une victoire partout entre France et Angleterre, ces enfants terribles de l’histoire.

Kemet

Table 6, dite « Mon légionnaire » : à Kermet vous incarnez un peuple de l’Egypte Antique et utilisez les pouvoirs mystiques des Dieux et leurs puissantes armées. Un rôle sur mesure pour Jérôme, qu’on imagine volontiers dans le costume du légionnaire sans merci. Il l’emporte avec le score magique de 10, devant deux demi-Dieux, Doc Nico et Yannick (dont le score est un carré parfait suivant un cube parfait, seul cas de puissances parfaites consécutives selon l’hypothèse de Catalan), et une odalisque, Audrey (qui score le plus petit nombre parfait pair).

Table 7, dite « Les monstres sacrés » : à Warhammer 40 000 Benjamin et sa bande redonnent vie à des monstres sacrés et refont l’histoire. Alors, qui a gagné ? On ne sait, mais, peu importe le score: à ce jeu comme dans la vie, ce qui importe n’est pas la destination, mais le voyage.

Table 8, dite « Non, je ne regrette rien » : pour ce Codenames final nous retrouvons les Rouges (François-René, Dom, Thomas, Xel) affronter les Bleus (Thibault, Tristan, Doc Nico, et votre serviteur).

  • Rouges 1-0 : le maître espion l’a joué trop subtil pour son public avec un Morsure 2 (Serpent, Crochet) et l’audacieux Philibert 2 (Facteur, Tuile)..
  • Bleus 1-1 : les Bleus égalisent dans des circonstances rocambolesques: menant 8 à 4 et avec un seul mot à trouver, les Rouges choisissent l’Assassin faisant la terrible confusion entre Sciences et Etudes pour l’indice trompeur Faculté !
  • Rouges 2-1: les Rouges ne regrettent rien de rien et se reprennent en concluant de manière implacable.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 20/09/2019 à Servel

Le 20 septembre 1378, 13 cardinaux, pour la plupart français, se réunissent en secret à Anagni, au sud de Rome. Mécontents du pape que leur a imposé le peuple romain, ils vont en élire un autre. C’est le début du Grand Schisme d’Occident.

Installée à Avignon depuis 1305, suite à la querelle entre le roi de France Philippe IV le Bel et le pape Boniface VIII, l’attentat d’Agnani (une rencontre houleuse qui marque une rupture dans la conception des rois de France, laïque et gallicane, avec le XIIIe siècle, siècle chrétien par excellence), et la mort brutale du pape, la papauté a élu pas moins de sept français à la tête de l’Eglise. Le 17 janvier 1377, le septième de ces papes français, Grégoire XI, quitte le Palais de la cité du sud de la France pour retourner dans la Ville Eternelle. Il réinstalle donc le Saint-Siège à Rome. Affaiblie par la Guerre de Cent ans, la monarchie capétienne ne parvient pas à le retenir.

Le pape Urbain VI, 202ème pape de l'Eglise catholique romaine.
Urbain VI

Fatigué des tourments que connait la papauté depuis le début du siècle, le peuple romain impose l’élection d’un nouveau pape le 8 avril 1378, Urbain VI, un personnage odieux. Déséquilibré, il est autoritaire et violent, allant jusqu’à faire exécuter des cardinaux en place publique.

Mécontents de ce pape, les cardinaux en désignent un nouveau, le prélat savoyard Robert de Genève. Le nouvel élu prend le nom de Clément VII et s’installe à Avignon. Il se pose aussitôt en concurrent d’Urbain VI, qualifié d’« antipape ».

Ce conflit entre « urbanistes » et « clémentistes » concerne principalement les classes dirigeantes. Il laisse indifférents la plupart des catholiques, qui n’ont d’autre interlocuteur que leur curé. La situation est désastreuse et l’autorité de l’Eglise est mise en péril. Il faut trouver une solution. Les cardinaux des deux partis veulent trouver un compromis et convoquent un concile général à Pise en 1409. Leur but est de démettre de leurs fonctions les papes Grégoire XII à Rome et Benoît XIII à Avignon et de les remplacer par l’archevêque de Milan, Alexandre V. Malgré leurs efforts, c’est un échec cuisant. L’Eglise a désormais trois papes.

L’intervention de l’héritier de l’Empire Germanique, Sigismond, finit par débloquer la situation. Il impose la convocation d’un nouveau concile à Constance en 1414. L’un des papes abdique et les deux autres sont déposés. Les pères conciliaires assurent la « régence » durant la vacance du trône pontifical. Leur autorité, plus importante que celle de la personne du pape, est confirmée par le décret Haec sancta en 1415.

Cette gouvernance durera jusqu’au 11 novembre 1417 où un nouveau pape advient. Elu à la saint-Martin, il prend le nom de Martin V. Très vite, il rejette la doctrine conciliaire et prend fermement en main les rênes du pouvoir pontifical, avec un autoritarisme que critiquera Luther, l’un des pères de la Réforme protestante – mais c’est une autre histoire.

641 ans ont passé depuis et, en cet anniversaire, Parties Civiles tenait son assemblée générale. Aucun schisme d’aucune sorte n’y fut recensé : on ne dépose pas un prélat débonnaire.

Table 1, dite « Sic transit gloria ludi » : la table la plus longue (voir illustration) rassembla toute l’Association mais ce fut aussi la plus courte: en 26 minutes chrono, le bilan moral était expédié, le bilan financier applaudi, les propositions approuvées, le bureau reconduit, une commission installée (achat de jeux). Lors de la cérémonie d’intronisation d’un nouveau pape, il était de coutume qu’un moine se présente par trois fois devant lui pour brûler à ses pieds une mèche d’étoupe et lui annoncer « Sancte Pater, sic transit gloria mundi » : « Saint Père, ainsi passe la gloire du monde ». Ce rite d’inspiration byzantine était là pour rappeler au souverain qu’il n’était qu’un homme, et devait de ce fait se garder de tout orgueil ou vanité. Un risque résolument faible avec notre nouveau président, débonnaire comme l’ancien (la ressemblance est frappante), et qui montra son humanité en offrant un coup de cidre à tous les fidèles. Bon, c’est avec leur argent quand même, il faut le dire. D’ailleurs, chacun prit soin, en cette saison nouvelle, de verser son obole, évitant par là, en achetant son indulgence, le terrible courroux du trésorier.

La cène

Table 2, dite « Blanc horizon » : à cette partie de Brass: Birmingham la suprématie du pape de ce jeu fut confirmée. Saint Thomas l’emporta 20 points devant Tristan et Xel, dont les habiletés à ce jeu sont pourtant cardinales.

Table 3, dite « Au palais des courants d’air » : Jack propose une table tranquille à Azul, croyant rester maître des décors en son palais, mais se fait enrhumer par Frédéric, devançant cependant Yona et Frank.

Table 4, dite « Une guerre de cent ans » : entre François-René, Doc Nico (dont on salue le retour), Olive et Vincent, il y avait du lourd à Trône de fer. On parle d’expérience, pas (que) de kilos, et il en fallait pour ferrailler jusqu’au bout de la nuit à cette table presque aussi longue que la guerre de cent ans, que Vincent quitta sur le coup de minuit (faute d’être transformé en citrouille), et que François-René semblait parti pour gagner.

Table 5, dite « Faiseur de pape » : il fallut attendre 1h34 du matin pour l’épilogue d’une partie haletante de Pax Pamir – après un départ canon de Dom, votre humble serviteur, dernier, se reprend lors de la deuxième domination, et, alors que la dominance finale approche, il a pris en mains une solide armée britannique et sa victoire semble assurée, mais à l’aube des derniers tours, un rocambolesque retournement se produit, et il se voit, à l’inverse, inéluctablement défait. Son dernier coup le voit dans la position du faiseur de pape. Il choisit alors de ne pas faire gagner Dom, non parce que c’est lui, mais pariant sur une défaillance possible de Gérard, en fonction de sa main de cartes. Dom, comme prévu, fit le choix idoine pour prolonger le tour, Gérard avait bien la main qu’il fallait, et la tête en soutien pour finir en vainqueur. Une partie mémorable, à cocher dans les annales.

Table 6, dite « Pape et antipape » : à Kardinal und König Thomas fut puni par Xel et termina dernier, traité de facto comme un antipape banni. Il n’en fallait pas plus à Tristan pour coiffer la tiare.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 20/08/2019 à Servel

Par la circulaire du 20 août 1866, Victor Duruy, ministre de l’Instruction publique de Napoléon III, institue un certificat d’études primaires destiné aux « élèves qui auraient subi avec succès un examen portant au moins sur l’enseignement obligatoire », c’est-à-dire la lecture, l’écriture, l’orthographe, le calcul et le système métrique.

L’organisation de l’examen est laissé à la libre discrétion des conseils généraux qui administrent les départements et il faudra attendre un arrêté de Jules Ferry, ministre de l’Instruction publique sous la IIIe République, le 28 mars 1882, pour qu’enfin l’examen soit organisé sur une base nationale.

Le « certif » va très vite devenir le sésame des jeunes paysans méritants vers les emplois de la fonction publique et un moteur puissant d’ascension sociale. Il va aussi contribuer à la sanctification de l’école et de la culture classique (souci de l’orthographe et de la calligraphie, passion pour l’Histoire…). Pourtant, même après la Seconde Guerre mondiale, il ne sera octroyé qu’à la moitié de chaque classe d’âge, les instituteurs ne présentant à l’examen que leurs meilleurs éléments….

Résultat d’images pour certifict etudes cartoon

A Parties Civiles aussi, la rentrée approche. L’occasion rêvée de féliciter nos pensionnaires les plus méritants !

Table 1, dite « Hors délais » : un Terraforming Mars accueille Benjamin, Olivier-3, Jack et deux visiteurs, avec qui il fit affaire. Les candidats ont planché tellement fort qu’ils n’ont pu rendre leur copie à temps et ne seront pas notés.

Résultat de recherche d'images pour "pax pamir"
Pax Pamir, I et II

Table 2, dite « Composition d’histoire » : un ancien disciple, Gérard, retrouve, à l’instant de quitter le chemin des écoliers, celui de Parties Civiles. Il amène un sujet d’étude familier, dans la grande famille des Pax qu’il suit avec assiduité: Pax Pamir, seconde édition – mais il a aussi la première ! Nous voici plongés dans l’Afghanistan compliqué et ses ingérences étrangères (Russie et Grande Bretagne), les alliances formant une part intégrante du jeu. Une partie découverte que votre narrateur remporte avec 6 points, devant Dom, 1, et Gérard, 0. Les scores sont peu significatifs, reflétant surtout une alliance British qui me permit de forcer le destin, et une analyse à voix haute de Gérard qui énonça le mouvement gagnant pour une partie écourtée du fait des règles. On y rejouera avec plaisir, mais sans communiquer !

Table 3, dite « L’école des marris » : à Mythotopia, nous enregistrons la victoire d’un étudiant prometteur, Axel. Camille, Thomas et Vincent en ont été fort marris, ce dernier ayant été la victime d’une attaque-surprise….

Table 4, dite « Buissonnière » : Le seigneur des anneaux a vu une victoire facile de LN, Neox, F.-R., Vincent-3 et Baptiste, victoire qui a pris la forme d’un pèlerinage par les chemins de Compostelle.

Table 5, dite « Copiés collés » : à Non merci il faut parfois copier ce que fait son voisin, mais aussi éviter de rester collés avec les grosses cartes faute de moyens. Votre narrateur remporte une première partie juste devant LN, avec 15 (en une seule carte !), imité ensuite par Dom qui rafle deux autres manches en copiant (en mieux) la stratégie de ses voisins. Au total des trois manches c’est encore lui qui s’impose, talonné par F.-R (66 à 59). Au fond du classement, Baptiste a mangé des cartes à n’en plus finir, s’infligeant 196 points en trois manches !

Table 6, dite « Oral de rattrapage » : à Shards of Infinity Camille et Thomas essaient de se racheter de leur échec antérieur dans un tête-à-tête aux allures d’oral de rattrapage. L’un des deux y réussit, mais on se saurait vous dire qui.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum