Séance de MARDI 13/02/2018 à St-Elivet

Il y a 38 ans, le 13 février 1980, s’ouvraient les 13 èmes JO d’hiver à Lake Placid. C’est la deuxième fois après 1932 que lesLogo Jeux se déroulent dans cette localité de l’État de New York, 3 000 habitants en 1980. Les Jeux de 1980 seront les derniers à se dérouler dans une ville de moins de 15 000 habitants. L’emblème officiel contient plusieurs symboles. La partie droite rappelle les montagnes qui entourent Lake Placid et la gauche est une colonne ionique stylisée qui renvoie aux Jeux olympiques antiques. La dentelure au sommet de la colonne représente deux vasques qui symbolisent les deux éditions des Jeux organisées à Lake Placid. Sur l’affiche des Jeux, des anneaux olympiques les surplombent.

Les Jeux de Lake Placid se déroulent pendant la Guerre froide, dans un contexte international tendu. En novembre 1979, 62 Américains sont pris en otage à l’ambassade des États-Unis à Téhéran par des militants iraniens. L’Union soviétique envahit l’Afghanistan le mois suivant. Le 20 janvier 1980, le président américain Jimmy Carter demande l’annulation des Jeux d’été prévus à Moscou. Le secrétaire d’État des États-Unis Cyrus Vance fait un appel au boycott lors de la 82e session du CIO, à la veille du début des Jeux d’hiver, mais le comité international confirme que les Jeux de Moscou auront lieu.

Le CIO doit également gérer le conflit opposant la République populaire de Chine à Taïwan. Taïwan a participé sous le nom de « République de Chine » et avec son drapeau national jusqu’aux Jeux d’hiver de 1976. En 1979, le CIO reconnaît le comité olympique de la République populaire de Chine, oblige Taïwan à prendre le nom de « Taipei chinois » et à adopter un nouveau drapeau pour les Jeux de 1980. La délégation taïwanaise refuse de se plier à la décision du CIO et se présente au village olympique avec le même drapeau et le même nom qu’avant. Se voyant refuser l’entrée, elle annulera sa participation aux Jeux. Le boycott de Taïwan restera le seul de l’histoire des Jeux d’hiver. La République populaire de Chine, qui menaçait de se retirer si Taïwan participait sous le nom de « République de Chine », participe quant à elle à ses premiers Jeux olympiques depuis 1952, et aux premiers Jeux d’hiver de son histoire.

Les Jeux de Lake Placid coûteront au total 168 millions de dollars, ce qui fait rêver quand on compare aux 50 milliards de dollars des Jeux de Sotchi de 2014 (les plus chers de l’histoire, éditions hivernales et estivales confondues).

Résultat de recherche d'images pour "lake placid movie"

Lake Placid, c’est aussi un film sur la mort inexpliquée d’un agent de la protection des eaux et forêts, déchiqueté avec férocité, qui plonge Black Lake dans la perplexité et la peur. Une équipe d’enquêteurs arrive sur place et découvre une dent datant de l’ère préhistorique. Le garde forestier, la paléontologue, le shérif et le professeur vont devoir affronter un reptile de plus de dix mètres de long, véritable machine à broyer issue de l’espèce des crocodylus.

A Lannion, 38 ans après, une équipe de vieux crocodiles s’est entredéchiquetée, mais dans l’esprit d’émulation tout olympique qui la caractérise.

Table 1, dite « Plus fort, les Américains ! » : dans le Le parrain: l’empire de Corleone on cogne fort, on boit sec, et on s’adonne à nombre d’activités prohibées. Après une lutte farouche, tout le monde voyait Thibault l’emporter après avoir réussi nombre de coups d’éclat, en particulier la récolte de six doses de drogue en une seule action, mais, Deux ex machina,  la ligne d’arrivée dévoila un palmarès aussi resserré que surprenant: Guillaume 78, François-René 75, Thibault 74, Neox 72, et VHS 65.

Table 2, dite « Plus loin, les Russes ! » : à Russian railroads le rôle du chef de gare est tenu par Xel, qui s’impose avec 407, matant le jeune vétéran Baptiste, 346, et les débutants Jean-Yves, 256 et Julien-3, 220.

Table 3, dite « Plus haut, les Grecs ! » : heureux qui comme Vincent-2 a fait le beau voyage d’Olympos, avec dans son sillage Cécile, Ivan et Nicolas II.

Table 4, dite « Repas de crocodiles » : la table 3 résiste au départ d’Ivan et entame un 6 qui prend – un petit jeu très vache, et dont la durée se prolongea autant que la digestion d’un crocodylus pour une issue tout aussi incertaine.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 06/02/2018 à St-Elivet

Le 6 février 1637, dans les tavernes d’Amsterdam et Harlem, villes opulentes des Provinces-Unies, des négociants se retrouvent comme à l’habitude pour acheter et vendre des tulipes. Il ne s’agit que de promesses de ventes car les bulbes ne seront disponibles qu’au printemps. Mais voilà qu’en rupture avec les semaines précédentes, les acheteurs se font réticents. Les cours, qui avaient atteint des sommets faramineux dans les mois précédents, entament une tout aussi vertigineuse plongée.

À partir de la fin du XVIe siècle, le nord de l’Europe voit se développer un engouement extraordinaire pour les fleurs en général et les tulipes en particulier. Les bulbes les plus recherchés s’échangent pour plusieurs milliers de florins, alors qu’un ouvrier spécialisé gagne environ 150 florins par an. On se met à acheter des parts de bulbe d’autant plus facilement qu’on ne règle pas comptant mais à terme : on s’engage dès l’hiver à acheter en été – au moment où il pourra être transplanté -, tel ou tel bulbe, avec l’espoir de le revendre soi-même avec profit.

Le problème est qu’au bout d’un moment, non seulement le prix des tulipes devient anormalement élevé, mais aussi le nombre de tulipes vendu à terme devient supérieur au nombre de tulipes réellement produit, à tel point que les Néerlandais ont qualifié la spéculation sur les contrats à terme de Windhandel, ce qui se traduit littéralement par « commerce du vent« . Ainsi, en février 1637, la chute des cours est aussi subite que brutale. Charles Mackay, écrivain et journaliste britannique qui analysa la tulipomanie, affirme dans son ouvrage publié en 1841 Extraordinary Popular Delusions and the Madness of Crowds qu’en 1635, 40 bulbes de tulipes s’achetaient 100 000 florins. Sachant qu’un florin est à peu près équivalent à 10 euros d’aujourd’hui, cela signifie qu’un bulbe de tulipe valait 25 000 euros.

Résultat de recherche d'images pour "tulipes koons"Un projet discuté à l’automne 1636 et soumis au Parlement l’année suivante prévoit que les contrats n’incluront plus une obligation d’achat, mais ne seront que des options. C’est une aubaine pour les spéculateurs, qui affluent sur le marché… jusqu’à ce jour de février 1637 où les cours s’effondrent brusquement. Mackay raconte l’histoire d’un marin anglais qui, ayant confondu un bulbe de tulipe avec un bulbe d’oignon, le mangea au cours d’un repas, et fut envoyé en prison plusieurs mois pour cette félonie.

En février 1637, les prix étaient si élevés que la demande chuta soudainement et entraina avec elle l’effondrement des prix. Mais avec les contrats à terme, des engagements pris devaient être honorés (tous ne le seront pas), ce qui provoqua la ruine de nombreux spéculateurs et la richesse de quelques autres. En effet, ceux qui achetèrent des tulipes en février 1637 au prix du marché (très bas) et les revendirent au prix conclu avant l’éclatement de la bulle (élevé) s’enrichirent. Les autres, qui durent acheter des tulipes à un prix exorbitant, se retrouvèrent avec un stock de tulipes ne valant presque plus rien, ou, en situation d’insolvabilité, ne purent honorer leurs engagements.

A Lannion, 381 ans plus tard, alors que la bourse s’effondrait, et que la mairie de Paris s’interrogeait sur le sort d’un bouquet de tulipes qu’on voudrait lui « offrir » à prix d’or, il fut aussi question de marchés à terme: on y inaugura en effet un excellent jeu issu d’un kick starter, et un proto-Frank de jeu compétitif style D&D où chaque carte peut être utilisée soit pour un déplacement soit pour son pouvoir – mais oui, comme à Gloomhaven nous souffle Dom !

Table 1, dite « Règlements différés » : à l’invitation de Julien-de-Paimpol, nous découvrons donc en première exclusivité le récemment incubé Rising sun, qui reproduit avec fidélité les conditions de  l’âge Edo. On y construit des temples, on eRésultat de recherche d'images pour "rising sun jeu figurine"nvoie des soldats, des moines, on y combat aussi, mais, surtout, on influence ces combats avec de l’argent et un système d’enchères cachées qui pimente les relations entre clans et qui fait de ce jeu un hybride étrange entre le combat militaire et le marché à terme. Une autre originalité du jeu est le système d’alliances, au début de chaque ère, alliances que l’on peut évidemment trahir, ce qui en général se paie à tempérament par règlement de comptes différé. Des mécanismes originaux, un sysRésultat de recherche d'images pour "rising sun jeu"tème de jeu interactif, de magnifiques pièces: tout invite au voyage et à la découverte au pays du soleil levant. Dans cette partie où plusieurs joueurs occupèrent un rôle à contre emploi, à l’exemple de Neox-la-libellule ou de votre-serviteur-la-tortue, j’eus la malchance de tirer des actions impossibles – à l’image des deux trahisons que je commis en début et fin d’automne (d’autant plus original que pour la deuxième, j’étais donc déjà célibataire), mais terminai à ma surprise en numéro 2 avec 40, grâce à une stratégie de conquête maîtrisée. C’est Doc Nico qui l’emporte avec 45, talonné par Tristan (39), François-René (36), Julien (31) et Neox (30).

Table 2, dite « Ivresse des cimes » : à Viticulture, (Essential Edition, mais sans l’extension Tuscany), échappant à la froide et humide grisaille locale, Xel, Thibault, Baptiste, Yvan et Dom partent s’installer comme viticulteurs quelque part en Italie. Ici ce n’est pas le plus riche qui gagne mais celui qui a su gagner des PV en vendant sa production (après avoir planté ses cépages, vendangé et vinifié) ou à travers les multiples possibilités offertes par les cartes qui tournent rapidement en main. Quatre participants repartent avec la gueule de bois, ayant vu Dom s’échapper sans pouvoir être rattrapé (21 PV contre 5 à 11 pour les poursuivants).

Table 3, dite « Violettes surcotées » : un groupe reconfiguré (Xel, Thibault, Vincent-2 et Dom) dispute ensuite une partie de Azul (dans sa version, hum, minimalistement dépouillée). Dom l’emporte tandis que Thibault peste contre un lot de 8 tuiles violettes récupérées bien malgré lui à la fin d’une manche et dont les -11 PV l’ont plombé sérieusement.

Table 4, dite « Bulbes hypertrophiés » : à Olympos, rassemblait N2, J3 et Guillaume. Julien a gagné, mais on a entendu Nicolas, plein de sous-entendus, lui dire qu’il ne faut pas trop lui chatouiller le bulbe.

Table 5, dite « Multicolore » : et on finit la soirée à Camelot comme à l’armée – en levant les couleurs.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 23/01/2018 à St-Elivet

En ce 23 janvier, en l’honneur de Christophe Dechavanne, qui fêtait son soixantième anniversaire, chacune des tables de cette soirée sera baptisée en écho à un des épisodes de la vie déjà fort tourmentée du néo-sexagénaire.

Image associée

Table 1, dite « Secrets d’histoire » : à cette table, on ressortit un Olympos trop souvent oublié, un jeu à base de conquête où il s’agit de voyager dans la Grèce antique sans perdre trop de temps, et surtout de faire des découvertes, plaire aux Dieux et récolter des merveilles. Votre modeste serviteur réussit à s’imposer sur le fil avec 42, devant Nicolas II (41), et Guillaume (37), ayant réussi l’exploit de conquérir deux merveilles, le secret de ce succès !

Table 2, dite « Le journal du hard  » : attention, ici on cogne dur: une brochette de joueurs aguerris au mal se confrontent à Blood rage. Baptiste l’emporte 3 points devant Neox, sous l’oeil admiratif de Hélène, François-René et Olivier.

Table 3, dite « La roue de la fortune » : à Tzolk’in – Le calendrier maya, Xel inflige une petite pâtée à Thibault, derrière elle à quelques points, Julien-the-third un peu plus loin et Vincent-the-second – qui a atteint 11 après avoir passé tout le jeu à 0 puis à 2. La roue de la fortune a bien tourné pour elle.

Table 4, dite « Faites entrer l’accusé » :  à Citadelles, Xel sert une bonne pâtée à F-R, Nicolas II, Thibault et Vincent. La stratégie de la défense sera compliquée.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 12/01/2018 à St-Elivet

C’était la séance à ne pas rater, celle où on déguste les fameuses galettes (des rois, pas saucisse !) faites maison par Hélène. L’affluence était là et on a eu le plaisir de (re)voir des anciens et des occasionnels. Et bientôt, ce sera l’AG annuelle de l’association.

Table 1, dite « Mijotez à couvert » : les amateurs de plats de résistance (en occurrence Neox, Tristan, DocNico et Marie-Anne, la seule y ayant déjà joué, il y a bien longtemps) inaugurent la nouvelle édition d’Antiquity de Splotter Spellen. On pouvait s’y attendre, la partie dura fort tard. Selon des témoins, Marie-Anne a su à quelques tours de la fin se tourner vers la théologie stratégiquement et se convertir à une nouvelle croyance (Santa Barbara) qui lui a octroyé la victoire grâce aux bâtiments. Elle a suggéré que ses adversaires avaient joué plus « bisounours » que son Jack de mari.

Table 2, dite « Aplatissez au rouleau » : une brochette de joueurs moustachus (JiBee, Jack, Jeff et Jourdine) se confrontent à Scythe. La maîtrise dudit Jack (aux commandes de la faction Polonia) s’est comme souvent imposée.

Table 3, dite « Incorporez délicatement » : Baptiste rameute l’essentiel des femmes présentes (Xel, Sophie et Hélène) auxquelles s’adjoint Vincent pour jouer au classique Lords of Waterdeep. Le Gentleman-aux-poches-pleines finit en tête, devançant Hélène de 2 PV.

Table 4, dite « Hachez menu » : pour jouer à Mythic Battles Pantheon, il faut presque une salle entière mais il faut dire que le travail de peinture des figurines réalisé par Mickaël et consorts est remarquable. A ce jeu en équipe il  y a eu deux batailles qui ont vu d’abord Mickaël et Paul-le-jeune battre Guillaume et Axel, puis F-R et Axel battre Thierry et Mickaël.

Table 5, dite « Battez énergiquement » : Nicolas-2 rassemble Frank et Thibault autour de Olympos. Cela aura été une quasi-constante ce soir, le propriétaire du jeu remporte la partie.

Table 6, dite « Faites couler » : à l’écart pour ne pas déranger par son raffut, une configuration idéale à 8 joueurs (jaunes : Paul, Michal, Maël et François-René / bleus : Christophe, Hugo, Thierry et VHN) pour découvrir Captain Sonar. Mine de rien, il faut être ultra-concentré dans ce faux party-game. Les joueurs ont pu tourner entre les postes de combat, les parties ont été riches et les victoires réparties entre les équipages.

A éviter : se prendre un dégât par sa propre torpille ce qui non seulement endommage votre sous-marin mais dévoile dangereusement votre position. Et n’hésitez pas à consulter Thierry au sujet de sa méthode brevetée de localisation de l’ennemi, très maline mais qui ne pardonne pas les erreurs.

Table 7, dite « Piquez à l’ail » : en seconde partie de soirée, nous retrouvons autour de Citadelles (dans une édition ancienne sans extension et avec bien peu de cartes violettes) N2, Maël, Guillaume, Thibault, Paul et VHN. Après quelques précisions de règles issues de joueurs chevronnés qui n’étaient pas là pour rigoler, le ballet habituel des coups bas commence. Guillaume est le seul à avoir 8 quartiers et finit détaché avec 34 PV.

A noter : en début de partie, il construit la Taverne, ridicule petite carte à 1 PV. Il la défend vaillamment en prenant le condottiere (qui peut la détruire gratuitement), en tuant le condottiere, en prenant l’évêque (qui protège du condottiere) pour finir par la voir disparaître. Mais en fin de partie, alors qu’il avait 7 quartiers, 1 carte en main et peu d’argent et que les autres joueurs spéculaient sur sa capacité à construire à ce tour son dernier quartier, il a eu la joie de nous poser devant le nez une Taverne qui lui a donné la victoire.

Table 8, dite « Flambez et servez chaud » : nous ne tenterons pas de compter les multiples parties de Codenames (boîte du commerce) qui ont eu lieu en clôture, étant donné que la composition des équipes a pas mal varié (allez je tente : Baptiste, Hélène, Xel, Nourdine, Jack, Thierry, Jeff, VHN, Maël, Thibault), ni de résumer chacune. Mentionnons juste le désastre du Baby-Foot 2 dès le premier indice (But puis Partie ou Bar ? vous avez compris ce qui a été choisi) et l’apprécié Chasse 3 (Cartouche, Canard et Neige).

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 21/04/2017 à St-Elivet

Le 21 avril 2002, un second tour inattendu comme une coup de tonnerre sortait des urnes de l’élection présidentielle française. 15 ans après, l’orage gronde depuis longtemps et une configuration similaire ne surprendrait plus personne à l’occasion du scrutin à venir. C’est l’occasion de rappeler que la démocratie, comme la liberté de la presse, ne s’use que lorsqu’on ne s’en sert pas. Voilà le fil rouge idéal pour relier les tables de cette belle soirée ensoleillée, comme un avant-goût d’été.

Résultat de recherche d'images pour "21 avril 2002 cartoon"

Table 1, dite « Du sang et des larmes » : le monde a été détruit par les grands anciens, tel est le fait marquant de cette table de Cthulhu wars. Une partie survolée par Neox, devant FR, 27. Doc Nicolas, Franck et Anthony seront aussi crédités au générique de cette superproduction.

Table 2, dite « Peste brune » : Camille, Xel, Sophie, Baptiste et Jérôme défendent le monde à Pandémie: contagion. En l’absence de docteur diplômé, c’est Xel qui revêt le costume de super-infirmière.

Table 3, dite « Au berceau » : nous retrouvons le berceau de la démocratie pour un voyage dans le temps sur les terres d’Olympos, un jeu que Nicolas II tente de nous expliquer, malgré les multiples interrogations des autres joueurs, pinaillant sur tel ou tel point. Lorsqu’il y parvient enfin, l’heure est déjà bien avancée, et comme le mécanisme du jeu prévoit que la partie ne prend fin qu’avec l’arrivée du dernier joueur, nous pressentons que la nuit sera longue comme une renégociation de dette grecque. C’est finalement le jeune possesseur du jeu qui s’impose avec 42, coiffant Tristan (40), Dom (39), Thomas (36), et votre modeste narrateur (31), qui scella une paix des braves avec Tristan suite à un emmanchement de partie belliqueux.

Table 4, dite « Le pouvoir des idées » : à The big idea vous êtes un inventeur à la recherche de l’idée géniale qui va, bien évidemment, changer la face du monde. Votre but : le proposer à un public incrédule. Une bonne partie de rigolade (à ne pas confondre avec une élection) pour ces rescapés de la table 2.

Table 5, dite « Inside job » : les tables se recomposent, et, tandis que votre modeste narrateur part chercher une caisse d’aspirine, les survivants restent parcourir l’univers de Secret Hitler, autrement dit la destruction de la démocratie de l’intérieur. 4 manches en furent jouées.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 27/05/2016 à St-Elivet

Pas mal de tables et pas mal de retard pour ce CR donc pas mal d’imprécisions voir d’oublis.

Table n°1 dite « O »…

.. où 3 (dont Jeff) joueurs se sont affrontés à Olympos.

Table n°2 dite « A » …

… où 4 (?) joueurs (dont notre préz et notre trèz) se sont battus à The World of Smog : Au Service de Sa Majesté

Table n°3 dite « M » …

… où 6 (?) joueurs dont Elaine, Gael, Joan, Julien le Lannionais et  Xel se sont penchés sur Mysterium.

Table n°4 dite « F » …

… où 3 joueurs dont F-R et Bruno se sont disputés les étoiles dans Forbidden Stars.

Table n°5 dite « Q » …

… plus présente dans ma mémoire et pour cause : j’y étais. Table à 3 joueurs (et demi, en raison de la demi-portion nommée Célestin) où Marie-Anne et Votre Humble Serviteur ont fait découvrir Arcadia Quest à Julien le Paimpolais, un jeu pseudo-kawai où les guildes censées reconquérir la capitale d’Arcadia s’étripent joyeusement. A ce petit jeu Julien remporte haut la main le premier scénario (assassinant lâchement mon innocent voleur) et Marie-Anne le deuxième ayant été la seule à trucider un minotaure.

Les 12 salopards….

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 11/02

Séance racontée par Xel :
Deux tables post réunion Scorfel :
Trône de Fer : avec François-René, Jeff, Gwen, Ulysse et un nouveau venu.
François-René l’emporte.
– Olympos : avec Jibee, Audrey, Baptiste le brun et VHN.
Après moultes explications, nous avons débuté la partie : Audrey a été très pieuse (Zeus le lui rendit bien), NIP a fait des combos magistrales, Baptiste démocrate dans l’âme a occupé « démocratiquement » les territoires de ses voisins et VHN a conquis les étoiles. Au final, Baptiste qui n’a pas été tenté par les merveilles obtient 33 PV, Audrey 52 PV, NIP 56 PV et VHN 59 PV.
Je crois bien que c’est la première fois que je gagne contre Jibee (certes d’un cheveu) : qu’il est bon ce jeu !! *;) Clin d’œil

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 26/07

Trois tables pour cette séance. Il est forcé de constater que la présence de Madame la Présidente stimule l’assiduité des troupes…

Table n°1 dite « Olympique »…

… où JiBee, sur la demande de Michal, a expliqué les règles d’Olympos au pré-cité ainsi qu’à Flo et Cécile. Il semblerait qu’il ait également explosé ses comparses en termes de score. Cela met fin à la mauvaise passe d’Olympos du Monsieur le Président.

Table n°2 dite « Petit-mondaine »…

… où Emile a attiré dans ses filets François et Mikael pour les faire jouer à SmallWorld Underground. Le jeu s’achevait quand les autres tables quittaient la salle, mais Emile a fait son grand reporter par la suite :

Emile : 104pts
– Nains de fer peureux
– Poulpeuses cleptomanes
– Golems des mines
François : 80pts
– Elfes noir vampires
– Flammes des montagnes
– Cultiste grégaire
Mikael : 77pts
– gekkos et leur musette
– ogres pecheurs
– Mimics de christal.

Table n°3 dite « Camembert » …

… où Votre Humble Serviteur a proposé une partie de Richard Coeur de Lion (Lowenherz en VO) à Franck, Christel et Gérard. Règles vite expliquées – mais c’est quand même extraordinaire à quel point il est possible de se polluer la tête avec autant de règles des jeux – la partie a démarré doucement mais sûrement car le jeu est fort peu compliqué. A mon avis c’est Christel qui a le mieux positionné ses châteaux au début. Elle a même déclenché des hostilités en chapardant une mine à Gerard. Celui-ci a répondu par une extension vers le bord du plateau ce qui a permi de limiter les bénéfices d’un château bien placé de Christel et – surtout – a fait construire une belle frontière pour Franck qui était jusqu’à là un peu en retrait. Franck achève de construire son grand domaine et est propulsé bien loin devant ses compétiteurs sur la piste de score. Pendant ce temps VHS construit patiemment des frontières. Le finish est un peu tendu car les domaines des autres ont construit un espace autour de 2 chateaux de Franck et de VHS, la victoire se jouait sur le partage de ce domaine. Frank manque de réussite sur la pioche des cartes et fait une petite bourde ce qui permet à VHS finir la partie et de l’emporter.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 24/06

3 tables pour cette soirée, toutes coiffées d’un nouveau jeu  :

Table n°1 dite « debout les damnés de l’espaaaaaceuu » …

…  où JB the New a fait jouer Eliza, Michal, Christel à Doom – le papa de Descent. Après 2 tours les space-marines apprentis étaient toujours vivants, Christel a même eu un coup de coeur pour ce jeu de nettoyage spatial. Mais je ne sais s’ils ont survécu jusqu’à la dernière pièce.

Table n°2 dite « les marchands sans gène » ….

… où Flo a entrainé Julie, Todor et Camille dans un Genoa. La petite histoire forumiale (forumiste ?) en dira probablement plus.

Table n°3 dite « heureux comme un Grec » …

… où JiBee frémissant d’excitation a présenté sa dernière acquisition – Olympos – à Marie-Anne, Jeff et Votre Humble Serviteur. Une explication de règles plus tard nous nous sommes penchés sur ce jeu qui n’est pas ce qu’il paraît être à savoir un jeu de conquête, mais bien un jeu de combotation, placement et optimisation. Une légère déception sur ce point pour VHS qui a failli l’acquérir également. A partir du moment où on le prends par sa vraie nature, c’est un jeu astucieux, la parenté avec Small World se ressent un peu (même auteur), mais il permet en plus de la gestion des ressources et le développement. JiBee essayait le comparer à Rise of Empires de Wallace, comparaison qui n’est pas heureuse à mon avis car Olympos est bien plus lisse, pas d’incertitude dans les « combats » et pas d’élimination des pions de l’adversaire (on se monte dessus à tout casser). Cependant le jeu n’est pas désagréable du tout avec son dosage subtil d’un peu de tout et surtout son système de « points de temps », très proche de celui de Tinner’s Trail de … Wallace 🙂 . Pour ma part je suis passé complétement à coté de cette partie gagnée par JiBee – mais c’est normal : « la première partie est toujours pourrie » comme disait ma grande-mère. J’en referais volontiers en joueur averti.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum