Séance de VENDREDI 15/06/2019 à Servel

Image associée
Jules Cesar

Après avoir vaincu son rival de toujours, Pompée, à Pharsale, Jules César se rue avec son armée en Asie mineure (la Turquie actuelle). À Zéla, aux alentours du 15 juin 47 avant JC, il bat Pharnace II, fils et successeur de Mithridate, roi du Pont (la région de l’actuel détroit du Bosphore), un roi qui donna du fil à retordre aux Romains. Commémorant cette victoire par un défilé triomphal à Rome (son quatrième triomphe), Jules César se fera précéder par un porteur qui présente une pancarte où sont écrits les trois mots : « Veni, Vidi, Vici » (Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu). Rarement slogan aura été aussi élégant qu’éloquent.

1975 longues années après, à Lannion, il fut question de batailles, de victoires, et de champs de vision.

Table 1, dite « Vue perçante » : dans la grande salle se déployaient plusieurs champs de bataille, à commencer par celui de Warhammer 40 000 – un jeu où une vue perçante est nécessaire pour embrasser une situation d’ensemble plutôt complexe. Julien, Benjamin et Romain sont venus, ont vu, mais l’un seul d’entre eux a vaincu.

Table 2, dite « WAR + VAR » : juste à côté se disputait un Descent avec assistance vidéo sous forme d’un ordinateur, une sorte de WAR aveec VAR. Olivier-3 et Nicolas II y ont entre autres été aperçus.

Table 3, dite « Salade César » : Jeff apporte Le trône de fer – un jeu de figurines et des personnages de la fameuse série, aussi riche en ingrédients ludiques qu’une salade César. Jack et Maxime ont également été surpris à attendre l’hiver.

Table 4, dite « Un triomphe » : abordant la 17ème affaire de Sherlock Holmes: Detective conseil l’équipe de choc mais cette fois 100% masculine (Dom, Thomas, FR, Vincent, Elouan, VHS) sortit de ce ‘triple homicide’ avec le score triomphal de 95 points ! Un score qui doit beaucoup à Dom dans son double rôle de meneur de revue et de grand argentier, ainsi qu’à une discipline de groupe indéfectible. Pour l’anecdote, on discuta de noms de bars (Le pingouin rieur, Le poney fringant), de EROEI (Energy Return On Energy Invested) à propos de l’utilité des visites, et (*SPOIL*) on fit une visite au bureau de Post pour être affranchis !

Table 5, dite « Visionnaire » : seul jeu classique de la soirée, Keyflower vit, à l’issue d’un dernier tour interminable, une victoire nette et sans bavure de Olivier-L qui médusa Neox, Mickaël, Baptiste et Vivien par sa stratégie visionnaire !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 03/05/2019 à Servel

Ce trois mai, Parties Civiles est en mode « trois salles, trois ambiances » !

Table 1, dite « Animalière » : première salle dite « aux cubistes » où les amateurs de jeux de gestion phosphorent en silence, ce qui n’exclut pas les coups vicieux. Une partie d’Altiplano voit s’opposer Nicolas-2 et Olive. Le second l’emporte 94 à 88 puis, passant du lama au renard, ils disputent une partie de Renard des Bois, petit jeu de cartes.

Table 2, dite « Brassicole » : on retrouve autour d’un Brass (dans sa version Birmingham qui introduit la bière parmi les ressources produites) des habitués (Thomas et Xel) et des moins familiers (Jeff et Vincent). On sentait que la partie se jouerait entre les deux premiers nommés, les bookmakers des Midlands avaient pris les paris et c’est Xel qui s’impose finalement avec 134 PV.

Table 3, dite « Coriace » : deuxième salle dite « aux cultistes » où un groupe de quatre personnages mus par l’esprit d’aventure et l’appât du gain, fort différents mais soudés par les épreuves traversées (ce qui ne veut pas dire que l’harmonie y règne !) explore des lieux mal famés dans des odeurs fortes et le bruit des combats. Nous voilà de retour à Gloomhaven avec ces aventuriers maintenant bien velus (expérience de niveau 5 ou 6). Mais voilà, la coriacité des créatures rencontrées progresse en proportion ! Ce soir dans la Ruinous crypt on a bien dégusté, entre celles qui imposent un désavantage (on tire 2 cartes de son deck de modificateurs d’attaque et on garde le moins bonne), celles qui ont un bouclier de force 4 (on soustrait 4 du nombre de dommages infligés) et celles qui ont retaliate 3 (elles vous font 3 dommages chaque fois que vous la touchez, parfois même en cas d’attaque à distance !).

Pour tout dire, dès la première pièce la partie a semblé perdue face à un mélange de cultistes, de Night Demons et de squelettes à leur suite. Jack en particulier encaisse une série d’attaques dévastatrices. Quant au dernier démon, il faut une éternité pour en venir à bout, la faute à des attaques malchanceuses. Mais on se reprend, Julien dispense ses soins et Dom fait le ménage dans la deuxième pièce. On se dirige vers la dernière dont Neox prend soin d’ouvrir la porte avant de se replier, ce qui attire le Frost Demon élite à travers un piège. On finit de nettoyer avant de goûter un repos bien mérité. Autour d’une boisson fermentée locale, Neox évoque ses projets de retraite prochaine. Dans quel personnage se réincarnera notre Quartermaster ?

Table 4, dite « Dystopienne » : dans la dernière salle dite « aux puristes », nous trouvons des joueurs allergiques au carton et n’acceptant de manipuler que des figurines en plastique, évoluant dans des décors tridimensionnels pour les plus radicaux d’entre eux. Reconnaissons tout de même le talent de peintre de certains. Ainsi OlivierL et Sébastien qui jouent à Eden Burn Out, jeu d’affrontement post-apocalyptique.

Table 5, dite « Envahissante » : on y revoit Batman avec DocNico, François-René et Mickaël. Beaucoup de matériel et plusieurs tables nécessaires pour un scénario différent de celui de la semaine précédente.

Table 6, dite « Féroce » : Steven et Romain, de la tribu des fans de Warhammer, s’affrontent sans faire de quartier à Necromunda.

Table 7, dite « Gélatineuse » : il y aussi eu un Descent avec Frank, PaulJr, Olivier3 et ???. On ne nous a pas confirmé que les monstres rencontrés étaient gélatineux.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 26/12/2017 à St-Elivet

Le 26 décembre 1805, à Presbourg (aujourd’hui Bratislava, capitale de la Slovaquie), l’empereur d’Autriche François 1er tire les conséquences de l’écrasement de son armée à Austerlitz. Il signe avec Napoléon 1er un traité de paix par lequel il renonce à la Vénétie, tandis que la Bavière, alliée de Napoléon, lui enlève le Tyrol. Par un article secret, François 1er renonce à son titre d’empereur du Saint Empire romain germanique, fondé par Otton 1er près de mille ans auparavant. Sa décision sera rendue officielle, dans l’indifférence générale, sept mois plus tard, le 6 août 1806.

212 ans après, à Lannion, le grand Est était en force, avec 5  de ses représentants contre 4 au grand Ouest, du fait d’un fort entrisme du corps franc alsacien sur le front du Ponant, comme une sorte de Saint Empire ephémère.

Table 1, dite « Blitz krieg» : en guise d’introduction, les 9 protagonistes s’assoient pour une partie de Time bomb – les artificiers, mal accordés, ne réussiront pas à la désamorcer.

Table 2, dite « Soleil voilé » : Dans l’Aiglon, Edmond de Rostand fait ce récit de la bataille d’Austerlitz:
« L’armée est une mer ; il attend le soleil ; Il le voit se lever du haut d’un promontoire ;Et, d’un sourire, il met ce soleil dans l’Histoire. »
Sur le champ de bataille de Descent, Xel, Neox, Doc Nico et votre humble serviteur n’ont pas eu cette hauteur de vue, et la mer de leur armée se révéla fort étale, dispersée aux quatre vents et finalement impuissante. Rien qui pouvait gêner, en face, la marche consulaire de François-René vers une victoire certaine.

Table 3, dite « Pas complètement à l’Ouest » : à cette table de 7 Wonders, l’Ouest s’impose (Vincent, 47), mais pas complètement car l’Est opposa une belle résistance (Charles-Edouard 43, Lisa 36, qui, bien toute amazone qu’elle était, partit avec un retard militaire fatal), tandis que Julien-3, 32, ferme la marche impériale.

Résultat de recherche d'images pour "tableau napoléon + francois d'autriche"

Table 4, dite « Voir St-Hélène et mourrir » : à Galerapagos les tables 2 et 3 se rejoignent et trois parties furent jouées, la réussite étant fortement corrélée au nombre de survivants laissés pour compte en chemin, voire dévorés en route…

Table 5, dite « Front de l’Est » : Les Poilus conclurent cette épopée militaire au large spectre, et à une heure fort peu chrétienne, ceci expliquant que votre chroniqueur, ayant regagné ses pénates, ne saurait relater cette table avec précision. Ne vous moquez pas, il travaillait le lendemain et paiera vos retraites.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 29/09/2017 à St-Elivet

Le 29 septembre 1964 paraissaient dans l’hebdomadaire argentin Primera Plana les premières planches consacrées à Mafalda, enfant brune aux joues rondes en perpétuel questionnement sur le monde qui l’entoure. Cinquante-trois ans après sa création par le dessinateur Quino, la plus célèbre des petites filles de BD, devenue un symbole d’anticonformisme pour des générations de lecteurs, n’a jamais été aussi populaire.

En 1962, Quino est un dessinateur inconnu qui cherche à vivre de ses crayons. Il prend contact avec l’agence publicitaire Agens Publicidad, qui lui propose de travailler sur la campagne d’une marque d’électroménager. Quino est chargé de dessiner les histoires d’une famille de classe moyenne aux prises avec des appareils électriques. Il imagine huit petites histoires mettant en scène Mafalda ainsi que son père, sa mère et son grand-frère, mais le projet est finalement annulé. Pour autant, la petite Mafalda, qui fait déjà montre d’un grand caractère, ne disparaît pas totalement de la circulation puisque deux ans après, elle fait son retour dans Primera Plana, à l’initiative de Julian Delgado, le directeur de la revue. Délestée de toute allusion commerciale, la BD est publiée pendant six mois à raison d’une histoire par semaine. Devant le succès de la petite brune sceptique et râleuse, Quino publie ensuite ses aventures dans de nombreux autres journaux. Le premier album Mafalda ne verra lui le jour qu’en décembre 1966.

Publiées à leurs débuts dans Primera Plana, hebdo d’information sur l’actualité internationale et nationale, les histoires de Mafalda s’adaptent aux centres d’intérêt du lectorat du magazine. Enfant intransigeante à l’égard de ses parents, Mafalda, à travers ses questions ingénues en apparence, interroge les dysfonctionnements du monde et pose les bases d’une réflexion sur de grands sujets de société. Par exemple, elle intime à son père de donner l’exemple, juge sa mère médiocre car elle fait le ménage et la cuisine sans s’interroger sur sa condition. La place de la femme est fréquemment abordée, notamment à travers le personnage de Susanita, fillette orgueilleuse dont le rêve est d’épouser un chef d’entreprise afin de couler des jours tranquilles comme femme au foyer dans un pavillon de banlieue.

De 1964 à 1973, année où Quino, en panne d’inspiration, décide d’arrêter de publier les histoires de Mafalda, les thèmes abordés sont liés au rythme de publication des journaux qui l’accueillent dans leurs pages. Une constante, cependant : durant ces 9 ans, Mafalda ne cessera de donner son avis sur le monde et plus particulièrement sur son pays, en proie à d’importants bouleversements politiques. L’Argentine a en effet connu deux coups d’Etat militaire entre 1962 et 1966, vu passer six présidents au pouvoir entre 1968 et 1973. S’inspirant de ces troubles, Mafalda décide dans plusieurs épisodes de former son propre gouvernement, avec ses amis Manolito et Felipe.

L’œuvre de Quino a été saluée par les plus grands auteurs et intellectuels, qui voyaient Mafalda comme une bande dessinée capable d’éveiller les consciences avec humour. Le romancier argentin Julio Cortazar, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez et l’auteur italien Umberto Eco sont ainsi de grands fans de la petite fille.  Les albums de Mafalda, traduits en vingt langues et vendus à plus de 2 millions d’exemplaires en France, ont propulsé au rang des personnages de BD connus dans le monde entier celle qui, selon la présidente argentine Cristina Kirchner, « disait des choses qu’il n’était pas possible de dire à une époque où la parole était muselée ».

Résultat de recherche d'images pour "mafalda"

A St-Elivet, 53 ans après, aucun envoyé spécial n’était dépéché pour raconter les drôles d’histoires des grandes filles et des petits garçons de Parties Civiles. Un pigiste, convoqué en urgence pour esquisser les contours d’une séance de jeux forcément inoubliable, extirpa le récit suivant des limbes de sa mémoire défaillante.

Table 1, dite « Loi martiale » : Thomas, Gérard & co s’essaient à Food Chain Magnate. Avec Tristan, qui imposa sans coup férir sa loi martiale, marquant plus de points au dernier tour que certains pendant toute la partie.Tapa_PLANETA

Table 2, dite « Enigmatique » : à cette table, le pigiste a cru remarquer des pyramides, mais cet indice ne lui a pas permis d’en déduire le jeu. Neox et Xel ont été aperçus rôdant aux parages…..

Tapa_FAMILIA

Table 3, dite « Série jeunesse » : il semble que Axel a lancé une campagne de Descent. C’est peu mais c’est déjà bien: tenons-nous en aux faits.

Tapa_MUNDO ok

Table 4, dite « De 7 à 77 ans » : selon des sources généralement bien informées, Nicolas II aurait plié une partie de Through the ages avec 179 PV, matant Doc Nicolas (173), Thibault (173), et Nourredine, 165.

Table 5, dite « L’écume des jours » : notre rédacteur fut le témoin et même le protagoniste d’un Linq. Une partie qu’un fort jeune mousse égaya de son espièglerie, choisissant à plusieurs reprises l’indice écume.

Table 6, dite « Riches heures  » : à cette table de Codenames, les Rouges, emmenés par Joan et Thierry, assistés de Xel et Guillaume, ont provoqué la surprise, défaisant les Bleus (VMP, Jérôme, François-René, Thomas) sur un score sec (2-0) contrastant avec la longueur de la partie. Un match plié dans une première manche où le maître-espion Bleu lança l’indice Kafka 2, qui visait Cafard, bien trouvé, et Sommet (??), alors que Colonie était sur la grille ! Pour prix de ce pari perdu sur sa culture, il sera condamné à relire la Colonie Pénitentiaire. Dans la deuxième manche, les Rouges se sont imposés à la faveur d’un Trauma gagnant.

Table 7, dite « Le peuple des ombres » : notre pigiste eut confirmation qu’un Shadow hunters était en route, mais son budget d’heures supplémentaires expira avant qu’il en connût l’issue et même, pour tout dire, le commencement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 15/09/2017 à Ti Koad

Pour cette dernière réunion à Ti-Koad, comment ne pas se souvenir des Bugatti, Ettore bien sûr, né le 15 septembre 1881 mais aussi son frère Rembrandt, sculpteur d’une ménagerie d’animaux sauvage ? Ingénieur de génie et personnalité hors du commun (l’une de ses formules était « rien n’est trop beau, rien n’est trop cher »), dirigeant paternaliste et tyrannique (il était surnommé « le Patron »), Ettore développe avec son fils Jean la société d’automobiles qui porte leur nom. Parmi ses modèles légendaires, véritables bijoux mécaniques, le Type 35 et le Type 57 « Atlantic ».

Après le désastreux échec de La Royale, voiture de tous les excès dont il ne se vend que 3 exemplaires, l’entreprise échappe à la faillite en en réutilisant le moteur 8 cylindres dans un modèle d’autorail rapide. Pourtant, elle ne se remettra pas de la guerre 39-45 et de la mort accidentelle de Jean qui, alors qu’il fait un essai à 200 km/h sur une route fermée, fait un écart pour éviter un cycliste.

136 ans après cette naissance, ce fut aussi une séance où l’on vit trois nouveaux arrivants se présenter, lesquels imprimèrent leur marque à leur table de jeu comme on le verra ci-dessous.

Table 1, dite « Autorail rapide » : Baptiste, Neox, Mickaël et Stefan-le-nouveau jouent à Russian Railroads. Le dernier nommé n’hésite pas à rouler sur les autres avec ses lourdes locomotives et s’impose au score.

Table 2, dite « La Royale » : dans le Londres de la reine Victoria, Thierry endosse le rôle de Jack dans Lettres de Whitechapel, avec à sa poursuite une escouade de policiers d’élite composée de Thomas et Nourdine bientôt renforcés par Vincent. Partie mémorable de l’avis des participants, où l’esprit maléfique de Jack lui a permis de semer ses poursuivants quatre nuits de rang, pour ensuite disparaître dans la nuit en royal vainqueur.

Table 3, dite « Ménagerie » : de l’aventure, du plastique et toute une ménagerie de monstres avec un classique, Descent (dans sa première édition) qui regroupe Axel, Guillaume, Nicolas-2 et François-René. Axel tire les ficelles et s’adjoint les services d’un F-R ensorcelé à la loyauté flottante. Autant dire qu’il y a eu du sang d’aventurier sur les murs du donjon.

Table 4, dite « Le Patron » : il faut du caractère pour partir coloniser l’espace à grands coups de dés. Cela n’arrête pas des anciens (Julien-Lannion et VHN) et des nouveaux (Guillaume-2 et Valentin) qui s’attablent autour de Alien Frontiers. Une partie où Valentin impose sa présence, à la fois en l’emportant à la régulière et en faisant bien comprendre que le simple fait de le menacer appelle une réponse immédiate (et, j’ajouterais, non proportionnée !).

Table 5, dite « Atlantic » : pendant que la table 3 finit de régler leur compte aux aventuriers, un groupe de 8 essaie un jeu récent à identités secrètes et par équipe, Secrets. Il évoque l’opposition il y a 50 ans entre les espions de l’alliance atlantique et du pacte de Varsovie. Au terme de cette partie remportée par la CIA, l’impression est mitigée à autant : il est difficile de suivre le camp auquel appartient chaque joueur (contrairement par exemple à Liens de sang ou Shadow hunters où cette information se révèle progressivement en cours de partie) et on peut avoir l’impression de s’en remettre au hasard pour prendre ses décisions.

Table 6, dite « Cycliste fatal » : à Codenames, Thierry, Nourdine, Guillaume et VHN sont Rouges tandis que F-R, Thomas, Mickaël, Axel et N2-l’Oracle sont Bleus. Au terme d’une première manche équilibrée avec un F-R créativement égal à lui-même, Thierry joue la victoire avec Lourd 3. Le Boxer est rapidement identifié mais là c’est le drame : un cycliste convainc son équipe de choisir Chaîne (normal pour un cycliste, me direz-vous) alors que Bouc et Or avaient été aussi discutés. Dans la seconde manche, le solide Carcassonne 4 (Ville, Jeu, Tuile, Charme) de Nourdine et un mot Rouge obligeamment choisi par les Bleus amènent l’égalisation des premiers. Très tôt dans la manche finale, Axel propose Sauna 2. Protestation de VHN quand les Bleus révèlent Vapeur : le sauna est une chaleur sèche, par opposition au hammam -ou bain turc- qui est une chaleur humide. Mais pour leur deuxième proposition ils choisissent Air (au lieu de Régime). Victoire par KO des Rouges, donc.

Table 7, dite « Bijoux » : ce n’était pas fini et Guillaume, Axel et N2 s’installent devant Splendor où ils acquièrent calmement des gemmes, probablement pour en faire des bijoux.

Table 8, dite « Rien n’est trop beau, rien n’est trop cher » : cela pourrait être la devise de bien des familles dominant les sept royaumes de Westeros. Guillaume, F-R, Thierry et Nourdine découvrent Le Trône de Fer: La Main du Roi, petit jeu de cartes basé sur les personnages de GoT. Mécanique simple et pouvoirs-bonus pour amener de l’imprévu et de la variabilité. A 4 joueurs, il se joue en 2 équipes de deux et c’est la paire Thierry/Nourdine qui l’emporte par 4 à 3.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 13/11/2015 à St-Elivet

Au matin d’un 13 novembre quelque part au XIXè siècle, Claude Monet peignit le port du Havre, la ville de son enfance. Impression soleil levant allait donner son nom à une révolution picturale, l’impressionnisme, où les scènes quotidiennes de la vie contemporaine  sont librement interprétés et recréés selon la vision et la sensibilité personnelle de l’artiste. Le tableau eut une vie agitée, et fut même volé, puis retrouvé chez un malfrat corse qui avait essayé de le négocier avec un Japonais en relation avec les yakuzas.

Claude_Monet,_Impression,_soleil_levant,_1872

Commencée en pente douce dans un St-Elivet joyeusement envahi d’une bande de joueurs de toutes origines et confessions, cette soirée bascula soudain après 22h dans l’émoi des attentats parisiens dont l’impressionnante litanie se diffusait peu à peu parmi les tables. Nous n’eûmes pas le cœur d’atteindre le soleil levant pour mettre fin à nos joutes si dérisoires.

Table 1, dite « molotovienne»
A ce jeu de déductions qu’est L’alchimiste, Thomas fait les meilleurs cocktails et l’emporte avec 30 PV devant Julien de Paimpol (30 également). Votre humble serviteur (20) eut du mal à se concentrer, et précède Xel (16), qui avait du mal à voir les cartes, ce qui n’aide pas.

Table 2, dite « écrasante»
A Smash Up Baptiste-au-chéquier-d’argent affronte Thierry, Hélène et Jérôme. Ce dernier, expert du jeu et de ses peuplades, avait la faveur des pronostics.

Table 3, dite « policière»
A Descent, François-René, Nicolas , Franck et Axel joutent. Le diable en rit encore.

Table 4, dite « hollandaise»
A C’est moi le patron !, Michal affronte Joane, Mickaël et Julien du Trégor. Le plus gros salaire n’ayant pas levé le doigt, le vainqueur restera anonyme.

Table 5, dite « tragique»
A L’auberge sanglante, Mickaël abat sans ménagement Marvin, Franck et Elaine. Je crois que ce jeu fut même joué une seconde fois, un bien funeste présage.

Table 6, dite « infernale»
A Trains, Joane (40) dépasse de peu Michal (38), et Julien du Trégor (25)

Table 7, dite « kleptomane»
A La cité des voleurs, Baptiste-aux-mains-d’or fait la route avec Thierry, Jérôme et Hélène. Pour le vainqueur, j’ai un doute.

Table 8, dite « délivrée»
A Linq, Thomas, Francois-René, Xel, Julien de Paimpol, Dom et VHS s’amusent. On retiendra surtout de cette partie qu’il y a plusieurs façons de préparer les moules, et que tout le monde a gagné.

 

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St Elivet 15/05

Séance qui a vu la désertion de plusieurs joueurs pour cause du long WE, mais aussi l’arrivée des visiteurs nouveaux.

Table n°1 dite « Thomas & Baptiste » …

… qui ont défriché l’acquisition nouvelle de l’association :  « Lewis & Clark« . Il parait que le jeu est bien, à minuit ils étaient à leur deuxième partie.

Table n°2 dite « Au fond de la salle » …

… avec Audrey, MKS et un jeune adhérent de Bégard. Le nom du jeu m’échappe aussi…

Table n°3 dite « nombreuse »

… avec Jérôme, Mickaël, Joan, Julien et un couple d’amis de ces deux derniers venus voir comment nous sommes beaux, intelligents et surtout ludiques. Après une Pandémie semble t il meurtrière la table a enchaîné avec un jeu de gangsters…

Table n°4 dite « pourquoi est-il si méchant » …

… avec Jean-Luc, qui vient de St-Brieuc pour voir comment nous sommes beaux, intelligents et surtout ludiques, ainsi que Sly The Jeune et  F-R : ce trio s’est frotté à l’apprenti Sauron sous les traits de Votre Humble Serviteur autour du plateau de Descent 2nde édition. Un scénario en 2 actes a été joué, où un Cardinal devait être sauvé pas les vaillants héros, alors que le seigneur du mal voulait en faire son quatre heures. C’est ce qu’il fit. A noter une malchance particulière aux dès de Sly qui incarnait un magicien, et qui a raté plus de 50% de ses jets d’attaque  – alors que les probabilités sont plutôt de l’ordre de 15% de ratages prévus. Qui plus est, lorsque le seigneur du mal s’emparait de son personnage pour nuire au groupe, il ratait aussi ses jets. Il y avait quelque chose…

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à St-Elivet 22/11

5 tables pour cette séance :

Table n°1 dite « Maya »…

… où Jeff se lança dans l’explication de Tzolkin pour le faire jouer à Audrey, Jean-Charles, Charlotte et Baptiste « capilarité sous surveillance » … ma mémoire flanche… Partie en cours quand VHS quittais les lieux.

Table n°2 dite « Colchique dans le pré »…

… avec JiBee au commandes d’un Keyflower avec Gwen et François en suiveurs.  Partie en cours quand VHS quittais les lieux. François raconte :

Keyflower, la nouvelle acquisition de Notre Illustre Président, est un très bon jeu : j’ai connu un toulonnais qui y jouait au petit déjeuner. Gwen et VHS ont tout osé (c’est même à ça qu’on les reconnait), y compris défier le Président à son jeu. De quoi se préparer des nuits blanches, des migraines….bref, des « nervous breakdown » comme on dit de nos jours. Gwen passait son temps à upgrader ses tuiles, commentant à l’envi ses actions (c’est curieux chez les étudiants ce besoin de faire des phrases). Il semblait s’acheminer vers une victoire glorieuse, mais c’est alors que JiBee s’écria: « Mais dis-donc, on n’est tout de même pas venu pour beurrer les sandwichs ! Moi les adversaires, j’les soigne, j’m’en vais vous faire une ordonnance, et une sévère ! J’vais vous montrer qui c’est le Président!  Aux quatre coins d’Lannion qu’on va vous retrouver, éparpillés par petits bouts façon puzzle. » Il reprit ses esprits, et on compta les points. Avec ses ouvriers verts, Jean-Baptiste toucha le jackpot. Et avec son village sans queue ni tête (grâce à un de ses bateaux), les tuiles upgradées furent légion. Il fut donc déclaré vainqueur avec 85 points, talonné par Gwen, 72 et suivi de loin par VHS, 49. Reprenant ses esprits, il conclut par une déclaration hautement présidentielle: « Aujourd’hui, les diplomates prendraient plutôt le pas sur les hommes d’action. L’époque serait aux tables rondes et à la détente. Hein ? Qu’est-ce que vous en pensez ? »

Table n°3 dite « Latina » …

… avec Marie-Anne, Xel et Rémy autour d’un Puerto Rico. Rémy prend sa revanche sur Agricola de mardi et gagne la partie. Table poursuivie par deux parties de 6 qui prend.

Table n°4 dite « mais pourquoi il n’est pas si méchant ? » …

… avec François-René qui mena une table de Descent en se frottant à une bande de soudards incarnés par Baptiste « cheveux dans les starting-blocks », Hélène la briochine,  MKS et David. Les méchants ont gagné.

Baptiste raconte la suite :

Suite à la descente victorieuse contre les vilains Gobelins, il y eut plusieurs parties de Nosferatu :

La première rassembla Hélène, Maud, Rémy, Xel, F-R et moi-même. J’Igorifiai tandis que Xel vampirisa. Malgré de nombreux soupçons concernant l’identité de Nosferatu, Xel et moi œuvrâmes en parfait tandem pour placer allégrement 5 morsures sur les chasseurs. Certains diront que je mélangeai mal l’horloge en y mettant toujours l’aube en bas de la pile. Moi j’appelle ça être un bon serviteur du Mal.

Dans une deuxième partie qui intégra François et Gwen à notre équipe, Xel et moi intervertîmes nos rôles de méchants. A nouveau, Maud orienta les soupçons vers le vrai Nosferatu, prouvant ainsi que son apprentissage à Essen auprès du créateur du jeu ne fus pas vain. Mais ayant défaussé des morsures à chaque tour, je parvins à semer le doute chez les chasseurs de vampires, ces derniers s’en prenant alors à Remy. Au moment de brandir le pieu fatidique, le bras de Gwen dévia néanmoins originalement vers F-R. Deuxième victoire pour l’équipe Xel-Baptiste.

La troisième partie vit un Remy-Vampire un peu fébrile, dont la langue fourcha malencontreusement. Grand prince, François mit fin au règne du monstre en révélant la carte de rôle de Remy. Un vampire non pas pieuté mais démasqué, voilà qui devrait intéresser Thomas…

Table n°5 dite « Cochons dans le pré » …

… avec Votre Humble Serviteur qui a prêché la bonne parole d’Agricola auprès de Nicolas et de Virginie avec Maud en comité de validation. Après une brève introduction aux règles la partie débuta. La course à la nourriture fut une constante, Virgine était plutôt orientée cultures, Nicolas l’élevage, Maud éclectique et VHS se tapissait en agrandissant sa maison tout en mangeant des pierres et des roseaux pour bondir dans la dernière ligne droite et atterrir premier sur la ligne d’arrivée.  Nicolas et Maud se partagent la 2e place, mention spéciale pour Nicolas qui n’a pas eu du mal à rentrer dans le vif du sujet malgré ses 2 cartes de mendicité contractés inopinément. Virgine hésita à développer sa famille chose qu’elle ne refera certainement pas lors des prochaines parties.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 2/08

4 tables pour cette séance estivale :

Table n°1 dite « sous-citée » …

… racontée par François :

Une table, dite « noctus horribilis »:

Il y a exactement 20 ans, le 2 août 1993, l’Angleterre ratifiait le traité de Maastricht (** SPOIL **). Un événement qui semble aujourd’hui presque aussi ancien dans nos mémoires que la période historique de la révolution industrielle anglaise, que Xel, Grégoire, Thomas, et VHS explorèrent à Brass. Dans cette partie, les ressources furent rares: les mineurs ayant déserté la table, les rares éclats de charbons produits furent rapidement absorbés, puis le marché fut pillé, et, en fin de partie, il fallut extraire la ressource à la main. Le contrôle des ports, notamment Liverpool, suscita les convoitises. Celui des canaux menant à Manchester, place forte et centre névralgique du royaume, fut rapidement verrouillé par Grégoire. Le futur primat d’Angleterre était annoncé, magré l’irresistible progression de VHS sur l’échelle des revenus. la messe dite, la partie s’écoula comme une litanie de Saint-Grégoire, vainqueur (123) devant Xel (104), et Thomas (95), et VHS (87).

Les mêmes furent rejoints par François-René, et Baptiste « coupe d’été », puis enfin JiBee-NIP, pour une suite de parties à six puis sept de Nosfératu. Un seul vampire (Xel) périt sous le glaive. Les autres triomphèrent: deux par leurs morsures infligées (JiBee, François-René), et surtout trois par auto-mutilation de l’équipe des enquêteurs (François-René, Xel, Thomas) ! On retiendra aussi de cette partie l’incroyable pusillanimité de Baptiste au moment de poignarder François-René, que tout le monde avait démasqué, et l’inquiétant role play de NIP en Igor-Silas, le moine albinos à capuche de Da Vinci code (** SPOIL **). Un président dévoyé, donc, qui n’hésita d’ailleurs pas à violer l’heure du couvre-feu qu’il prescrit à ses mânes en quittant les lieux peu avant 2h.

Table n°2 dite « veni vidi perdix » …

… racontée par Marvin :

Roxane, Julien, Baptiste « dont la chevelure n’est plus ce qu’elle était » et moi-même nous sommes attablés autour du plateau d’Andor. Notre objectif était la 3ème « mission » du jeu. Après une mise en place intéressante et la reconnaissance par chacun des objectifs à remplir, nous tentâmes de les réaliser… sans aucune réussite.
Julien ne fut pas aidé par Baptiste, qui lançait les dés pour ses adversaires, et a subit défaites sur défaites. Seuls Roxane et Baptiste purent remplir leurs missions individuelles, je n’eus personnellement même pas le temps d’essayer de m’occuper de la mienne.
Un échec cuisant, donc et nous avons donc rangé très vite le jeu… Mais j’y reviendrai !

Il était à peine 22h quand nous décidâmes de poursuivre la partie autour de Skulls & Roses. Deux parties tendues que j’ai emporté in extremis.

Table n°3 dite « les zombies sont nos amis » …

… avec MKS, Gérard et JiBee autour de Earth Reborn.

Table n°4 dite « Les héros sont fatigués » …

… avec Marie-Anne, Laurent et François-René dans les rôles des « gentils » et Votre Humble Serviteur dans le rôle du méchant gardien du donjon dans Descent. Cette partie avait pour objectif de finir la 1ere quête de 2nd niveau, la première rencontre ayant été remportée haut la main par les gentils. Ceux-là même avaient 8 tours pour s’emparer d’un artefact et s’enfuir avec. Cependant au bout de 3e tour 2 héros parmi les 3 étaient amoureusement entourés par les gardiens du donjon pour prendre une tape amicale sur la tête à chaque fois qu’ils se relevaient pour se recoucher aussitôt. Découragés, les héros ont hissé le pavillon blanc qui sonna le glas d’une partie rapide.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 05/07

4 Tables pour cette séance :

Table n°1 dite « Costaude » …

… avec François, Thomas et Grégoire qui se sont penchés sur Aéroplanes puis sur Puerto Rico. François raconte :

Gregoire découvre aeroplanes, initie par François et rejoint par Thomas. Novice, il mène cependant ses coucous avec dextérité en suivant une stratégie que Notre Humble Secretaire n’aurait pas désavoué: main basse sur l’Europe et les passagers. On le croit vainqueur avec sa rentabilité hors pair. Mais VMN après avoir coulé deux avions finit par rallier le Japon et ses lucratifs passagers. Je l’emporte donc avec 46 contre 43. Thomas qui a eu les cartes en main pour déjouer mon plan mais ne les saisit point (il fallait m’éjecter de Berlin) a réussi a rallier New York mais ne put en profiter car ses concurrents mirent fin abruptement a la partie! Son zinc resta donc sans passager ce qui le priva d’une victoire qui fut donc hautement disputée !

Table n°2 dite « Double A » …

… avec Ania, Maud, Rebecca et Jeff qui ont élevé des animaux et cultivé des champs dans 2 Agricola successifs, gagnés successivement par Maud puis par Jeff.

Table n°3 dite « Un dort, les autres profitent »…

… que relate Marvin :

Deuxième mission d’Andor pour Xel, Julien, Sly-aux-cheveux-blancs et moi-même.

Ne pouvant pas trop en dire pour ne pas gâcher aux lecteurs le plaisir de la découverte, je me contenterai d’affirmer que nous avons tué des monstres, sauvé des paysannes (avant de les donner à manger à d’autres monstres que nous avons jugés un peu trop forts pour nous) et tapé le bout de gras avec une sorcière.

S’en est suivi un final en forme de combat épique contre un monstre pas très gros, mais très bien planqué. Nous sortîmes vainqueurs de justesse, ce qui rendit la victoire d’autant plus belle.

Ce jeu léger, mais néanmoins intense et un rien calculatoire, confirme son potentiel, à mes yeux. Par contre, je m’inquiète de sa rejouabilité, même si Sly-qui-est-né-avant-l’avènement-de-St-Wallace ne partage pas ce point de vue.

Table n°4 dite « Et sa recommence » …

… où Marie-Anne, Vincent, François-René et Laurent ont fait des misères à Votre Humble Serviteur dans Descent V2. Comme à leur habitude cette bande de reîtres a envahi l’espace de cocooning de VHS pour une raison qui leur était propre (ou sale, selon le point de vue). Malgré un comportement héroïque de monstres, les 4 brutes ont tout  balayé sur leur passage profitant d’une migraine aiguë du Seigneur du Mal qui aurait dû rester couché ce soir là. Mais bon, toi lecteur courageux et impartial ne perds pas l’espoir : seule la 1ere rencontre du scénario a été jouée pour cause d’un bavardage prolongé des « héros » qui ont discuté l’épilation du  nain, modes de cuissons d’un cuissot de dragon et autres problèmes de fuites chez les nourrissons des manticores. La 2e rencontre – n’en doutons pas – sera celle où Seigneur du Mal triomphera dans sa juste colère.

Tu veux qu’on aille taper les brutes en face ? Non mais allô quoi !

Pour discuter de cette session RDV sur le forum