Séance de VENDREDI 02/11/2018 à Servel

La fête celtique de Samhain, à mi-chemin entre l’équinoxe d’automne et le solstice d’hiver, célébrait la fin des récoltes et l’entrée dans la saison sombre. C’était également un moment de lien avec le monde des morts où l’on honorait les ancêtres défunts et l’on repoussait les esprits malfaisants. Son esprit n’était-il pas sensible cette semaine à Parties Civiles ?

Table 1, dite « Forces du mal / 1 » : histoire de poursuivre la thématique Halloween, Neox invite Sébastien, Guillaume, ThomasC et Nourdine à un scénario des Demeures de l’épouvante qui les envoie tous faire un tour dans un souterrain insalubre. Bien vite, ils constatent qu’ils ne sont pas seuls et font connaissance avec un autre personnage à l’hygiène corporelle douteuse (sa peau part en lambeaux, c’est dire !). Ils le suivent néanmoins, ce qui ne va pas trop les arranger puisque rapidement 4 sur les 5 sont pris de folie. Ils progressent pourtant dans leur aventure mais, rendus face au boss final, les bouffées délirantes de Guillaume (dont le but en tant que fou est de faire perdre le groupe) le détournent du combat : plutôt qu’asséner le coup final, il se met à observer deux papillons et ne peut que constater le massacre collectif et sa victoire individuelle.

Table 2, dite « Forces du mal / 2 » : le récent AuZtralia est ressorti par Jack, Xel, Thomas et Gabriel. Jack s’en est le mieux tiré mais à la fin c’est Cthulhu qui gagne. Les mêmes sans Jack continuent leur cure de Wallace avec In Flanders Field où l’on put méditer sur le mal que l’humanité s’inflige à elle-même.

Table 3, dite « Un coup vache / 1 » : nouvelle partie de Great Western pour Olive, Mickaël, VHN et Maël. Les deux derniers découvrent mais ne déméritent pas. En terme de stratégie, tout le monde fait un peu de tout mais Maël et Olive sont axés sur les bâtiments tandis que Dom et Mickaël jouent la carte des vaches. Le jeu confirme la variété avec laquelle les parties peuvent se développer (ce soir, plein de bâtiments, beaucoup de paiements soustraits aux autres joueurs et 3 trains sur 4 qui sont allés très loin). Autre caractéristique du jeu avec ses 11 façons de marquer des points, difficile de juger qui mène jusqu’au décompte final. Une fois la poussière retombée, Maël pointe en tête avec 70 PV devant Dom 59, Olive 52 et Mickaël 47.

Table 4, dite « Un coup vache / 2 » : un Room 25  rassemble Jérôme, Nicolas-2, Frank, Paul-Jr, KreeNox et Adrien. Partie dans un mode où on ajoute un personnage de « boulet ». N2 rigole dans sa barbe en réussissant une fois encore à avoir raison du groupe en tant que gardien.

Table 5, dite « Apparition » : Marina apparaît avec son sac magique, plein non pas de bonbons ou de sorts mais de certains des jeux qu’elle a fraichement ramenés d’Essen. Elle y joua avec Eymeric et d’autres.

Table 6, dite « Ange ou démon ? » : en fin de soirée, on retrouve N2, Jérôme et Adrien autour de Space Hulk:Death Angel. A chaque fois on les voit jouer mais on ne sait rien d’autre. Quelque embargo sur ce qui se passe dans le lointain espace ?

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Festival SCORFEL 20-21/10/2018 aux Ursulines et à Ste-Anne

Cette année encore, Parties Civiles est devenu, le temps d’un week-end, le partenaire très particulier du festival Scorfel !

Impossible de recenser toutes les tables jouées lors de ce week-end, mais on en retiendra un tournoi haletant de Penny papers qui atteignit des sommets stratosphériques, des sessions de Codenames enflammées, une marée noire de rôlistes, des souris qui se baladaient dans les allées, et une nuit ludique endiablée où certains sont allés visiter l’univers très particulier de Mr Wallace à Auztralia.

D’autres se sont encanaillés jusqu’au centre ville, espace Ste-Anne, participant notamment à une game jam, autrement dit la création d’un jeu en direct et en mode brainstorming ! La création fut présentée à la fin du festival: il s’agissait d’aller chercher des pots de lait pour une petite vache aux prises avec le terrible dragon. On s’y balade dans le territoire du monstre, représenté sur une carte qui m’a rappelé Hermagor. Plus thématique c’était difficile…. Félicitations à Ania qui orchestra cette création avec maestria !

Mais je ne saurais oublier une murder party très réussie: Magasin Général, qui revisita l’univers du Western dans le cadre prestigieux de la chapelle Ste-Anne  – oui, la vraie chapelle ! Pas moins de 14 joueurs y étaient réunis sous la houlette de Sylvain, auteur, acteur et organisateur, s’il vous plaît…Bravo l’artiste !

Résultat de recherche d'images pour "festival scorfel"

Séance de VENDREDI 19/10/2018 à Servel

Le 19 octobre est un jour où l’histoire de l’église honore les siens. En 2003, mère Teresa fut béatifiée, et ce fut le tour de Paul VI 11 ans plus tard. Mais c’est également celui où elle les pleure, à l’image du prêtre polonais Jerzy Popieluszko, assassiné le 19 octobre 1984 – après une première tentative six jours plus tôt – dans des circonstances rocambolesques et tragiques  (il fut enlevé par la police politique, lesté puis jeté dans un réservoir d’eau de la Vistule). Il sera lui aussi béatifié, en 2010. Plus de 500 000 polonais rendront un dernier hommage au prélât, dont les obsèques célébrées en l’église Saint-Stanislas-Kostka de Varsovie insuffleront une seconde vie au syndicat Solidarność, alors bâillonné.

Résultat de recherche d'images pour "Jerzy Popieluszko cartoon"

En ce 19 octobre à Lannion et veille du festival Scorfel, nous continuons d’être béats d’admiration devant la foule des particiviliens qui irrigue les allées de la maison de quartier de Servel pour porter la parole du jeu – et pourtant ils sont loin d’être tous des canons – même s’il y en a quelques uns, cherchez bien 🙂

Table 1, dite « La tentation de l’Ouest » – sous la plume féconde de Dom:
Yeeehaaah ! les cow-boys and girls Olive, Xel, Guillaume et Dom, flanqués de machinistes ferroviaires et de charpentiers, entament avec Great Western le parcours d’une piste jalonnée de tuiles d’actions qui les emmènera une demi-douzaine de fois jusqu’à Kansas City vendre leurs bovins. Il est de ces jeux qui intègrent le deck-building à un gros jeu de gestion. De multiples chemins de développement, apparemment bien équilibrés, et 11 façons de marquer des points (!) Dans cette première partie pour certains, le placement  « mode découverte » des bâtiments a été utilisé. Et les stratégies, axées sur l’amélioration de sa main et la multiplication des ventes ont été similaires. Oui mais une erreur de compréhension sur l’enchaînement des actions (et pourtant Xel avait mis en garde…) a fait que la capacité à embaucher du personnel est devenue une loterie liée à la composition de sa main au départ de la piste. Loterie où Olive n’a clairement pas tiré le gros lot ! Le résultat final (Xel 82, Dom 76, Guillaume 48, Olive 46), couronnant une fin de partie où tous les quatre sont arrivés simultanément à Kansas City, est donc entaché de ce biais. Toutefois, il reflète bien l’excellent dernier tour de Xel, seule à avoir décroché les 9 PV d’une expédition de cargaison jusqu’à la lointaine San Francisco. S’il fallait adresser un bémol au jeu, ce serait sur l’interaction somme toute limitée. En particulier, c’est la première fois que je vois la règle « je dois payer pour passer par un bâtiment adverse mais si je n’ai pas d’argent je passe gratuitement » !

Table 2, dite « Le saut de l’ange » : notre correspondant infiltré à la table de Space hulk: death angel, rapporte une victoire collective, malgré la traîtrise de Vincent. François-René, Maïwen, Olivier, Nicolas II et Pierre en furent auréolés.

Table 3, dite « Solidarité conditionnelle » : AuZtralia comme son nom l’indique, se passe en Australie dans un univers militaire oppressant, car infesté de grands anciens. Et c’est Jack qui régale avec sa version kickstartée, pour la première officielle de ce Wallace très attendu, que nous avons déjà découvert à Troadé sans pouvoir y jouer. A l’examen, le jeu révèle une dualité entre une ambition individuelle: celle du fermier qui construit des rails pour aller défricher l’outback, fait pousser son maïs et élève son bétail, et découvre à l’occasion un peu de phosphate sur ses terres – et un destin collectif, celui de survivre à l’invasion des grands anciens. Il faut ici recruter et mobiliser des troupes: fantassins, infanterie, zeppelins, blindés, etc… Et oui, il faut le faire, sinon nos fermes seront ravagées et nos chers PV envolés ! Le mécanisme est original, mais souffre à mes yeux d’un grave déséquilibre: la très faible rémunération des chefs de guerre. Examinons en effet la feuille de marque de cette partie inaugurale:
Je l’emportai avec 45 PV, dont 34 de fermage, 9 de phosphate, et 2 de prises de guerre (un seul ennemi tué). Thomas atteint 34 PV avec 8 en fermage et 9 en bonus divers, et 17 gagnés au combat, maigre produit de cinq batailles homériques ! Jack finit avec 27 PV et les grands anciens, qui eux aussi sont classés (autre originalité: il faut les battre!), culminent à 15 PV. Quant à Armand, il quitta tôt la table, rappelé à la vie réelle par une urgence, et ne sera pas classé.
La moralité de cetet histoire est que beaucoup dépend du placement initial, lui-même déterminé par un tirage au sort. En effet, les grands anciens attaquent dans l’ordre de leurs numéros, et si l’on se place au nord-est comme je l’ai fait (qui plus est à une portée de rails de deux mines de phosphate !), on peut les attendre tranquillement pendant un certain temps et prospérer tout en apportant une solidarité assez conditonnelle à l’effort de guerre. Si, comme je l’ai compris, cet ordre d’attaque est figé dans les règles, c’est aussi à mon avis une grave source de déséquilibre. Alors, Auztralia serait-il un chef-d’oeuvre en devenir ? Nous attendons le verdict de nos pères wallaciens pour savoir quelle parole prêcher !

Table 4, dite « Santo subito » : à Grand Austria hotel, Paul (150) a converti de nouveaux adeptes: Vincent-le-barbu (120), Adrien (119) et Sébastien (100). Pour cet exploit, l’apôtre du Christ sera fait santo subito.

Tables 5 et 6, dite « Mise en scène » : Julien-de-Paimpol et Vincent-le-malpoli( NDLR: surnom auto-attribué), d’une part, Neox, Baptiste et Steven d’autre part, s’étalent sur une grande table avec les figurines de Warhammer 40K. Une mise en scène aussi impressionante et avec presque autant de protagonistes que pour l’assassinat du père Popieluszko, mais pour une issue heureusement moins tragique, on l’espère !

Table 7, dite « Nom imprononçable » : en fin de soirée, Dom abruti de soleil et de poussière tombe sur F-R, Maiwen, Neox et Vincent, qui n’ont pas envie d’aller se coucher et sont vraiment curieux de découvrir les jeux reçus dans le carton de prêt de IELLO. Et hop, on sort Qwirkle, un jeu abstrait présenté par le Gentil Animateur comme « un Scrabble avec des formes géométriques ». Autant dire qu’il a su motiver ses troupes, pas vraiment le cœur de cible d’un tel jeu ! (OK mais il s’en est vendu plus de 2 millions dans le monde). Neox prudent reste dans le rôle d’un contemplatif bienveillant. On se souviendra des nombreuses arguties pour décider si telle pose de tuile est légale, immanquablement closes par le rappel à la règle quasi-unique de ce jeu « chaque ligne est faite de couleurs ou de formes identiques ». Le vieux l’emporte sur les jeunes.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum