Séance de MARDI 07/11/2017 à St-Elivet

En ce 7 novembre, Albert Camus aurait eu 104 ans. Et il y a 60 ans à quelques jours près, il prononça ces mots de réception du prix Nobel de littérature.
« Je ne puis vivre personnellement sans mon art. Mais je n’ai jamais placé cet art au-dessus de tout. S’il m’est nécessaire au contraire, c’est qu’il ne se sépare de personne et me permet de vivre, tel que je suis, au niveau de tous. L’art n’est pas à mes yeux une réjouissance solitaire. Il est un moyen d’émouvoir le plus grand nombre d’hommes en leur offrant une image privilégiée des souffrances et des joies communes. Il oblige donc l’artiste à ne pas s’isoler ; il le soumet à la vérité la plus humble et la plus universelle. Et celui qui, souvent, a choisi son destin d’artiste parce qu’il se sentait différent, apprend bien vite qu’il ne nourrira son art, et sa différence, qu’en avouant sa ressemblance avec tous. L’artiste se forge dans cet aller retour perpétuel de lui aux autres, à mi-chemin de la beauté dont il ne peut se passer et de la communauté à laquelle il ne peut s’arracher. C’est pourquoi les vrais artistes ne méprisent rien ; ils s’obligent à comprendre au lieu de juger. Et, s’ils ont un parti à prendre en ce monde, ce ne peut être que celui d’une société où, selon le grand mot de Nietzsche, ne régnera plus le juge, mais le créateur, qu’il soit travailleur ou intellectuel. »

Résultat de recherche d'images pour "albert camus cartoon"

Le parallèle est saisissant. A Parties Civiles, on ne pratique pas le jeu comme une réjouissance solitaire, au contraire on forge son jeu en se confrontant aux autres. Et nous prenons le parti d’une société où règne en maître le créateur (de jeux bien sûr). Tous camusiens les particiviliens ? Possible, mais il doit en être parmi nous qui l’ignorent.

Table 1, dite « L’exil et le royaume » : L’exil est le royaume est la dernière œuvre littéraire publiée du vivant de Camus. Chacun des textes de ce recueil de nouvelles illustre le sentiment d’insatisfaction et d’échec du personnage central et sa difficulté à trouver « Le Royaume », c’est-à-dire un sens à sa vie et le bonheur en dépassant l’opposition apparente des contraires comme solitaire/solidaire. Un semblable sentiment se produit lorsqu’on joue à Acquire, un jeu allemand de transactions boursières dans le monde de l’hotellerie, au mécanisme bien huilé pour son âge, et présenté ici par Dom dans une livrée originale avec jetons de casino pour billets et buildings multicolores qui font oublier son auguste date de naissance. Quoique, 1962, ce n’est pas si vieux quand on y réfléchit. C’est en tous cas le seul jeu de cet âge dans le Top 200 de BGG, qui précise: « idéal à 4 et également bon à 3 et 5 ». La fin est difficilement prévisible à ce jeu, surtout à 5, et surtout quand on oublie qu’il y a un dernier décompte de majorités à la fin. C’est celui-ci qui donna l’avantage à Dom (47 900), que talonnaient Tristan (37 200) et votre modeste serviteur (36 800), tandis que Jean-Ves (17 800), victime d’un tuyau crevé, avait misé sur le mauvais motel. Quant à Gérard, il poussa la coquetterie à scorer le code postal exact de la ville de Lannion. A ce jeu où l’adresse vaut valeur, c’est en soi une performance qui mériterait un bonus par amendement aux règles.

Table 2, dite « L’étranger » : à cette table de Ciao Dino, Nicolas II a fait parler la poudre et occis sans raison apparente François-René, Guillaume et Hervé. Une chose est sûre, le soleil ne l’a pas aveuglé et aucune contre-enquête ne sera demandée.

Table 3, dite « L’homme révolté » : la révolte naît de la perte de patience. Et si, pour être, l’homme doit se révolter, Neox nous offre un exemple de la limite de sa patience à cette partie d’Ascension, où il l’emporte large avec 91, devançant Xel, 75, Julien-le-troisième, 57, et Jérôme, 40 et des broutilles.

Table 4, dite « Lettres à un ami allemand » : à Paper tales, on écrit les lettres d’une légende imaginaire, tout comme Camus utilisait le procédé consistant à écrire une lettre imaginaire à un ami tout aussi imaginaire. On peut y lire « L’homme est périssable. Il se peut; mais périssons en résistant, et si le néant nous est réservé, ne faisons pas que ce soit une justice ». A cette table, tous les hommes (Jérôme, Nicolas II, Guillaume, François-René) étaient bien périssables, et c’est Xel, la seule femme, qui résista jusqu’au bout.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 28/07/2017 à Ti Koad

Le 9 Thermidor an II (27 juillet 1794), Robespierre fut empêché de s’exprimer à la Convention et invectivé quand un des représentants proche de Fouché demanda le décret d’accusation contre lui. La proposition fut votée à main levée et Robespierre arrêté en compagnie de Saint-Just et de Couthon. Augustin Robespierre et Le Bas se joignirent volontairement à eux. Toutefois, aucune prison n’accepta d’enfermer les prisonniers, qui se retrouvèrent libres à l’Hôtel de Ville.

La Commune de Paris avait fait sonner le tocsin et s’apprêtait à l’insurrection, mais Robespierre tergiversa à donner l’ordre du soulèvement. Affolés, les députés votèrent sa mise hors-la-loi, ce qui équivalait à une mort sans procès. La nuit avançant et l’ordre d’insurrection ne venant pas, les rangs de la Commune finirent par se clairsemer et une troupe dirigée par Barras fit irruption dans l’Hôtel de Ville sans rencontrer beaucoup de résistance. Lors de cette arrestation mouvementée, Le Bas se suicide, Augustin saute par la fenêtre et se brise la jambe.

Robespierre fut condamné sans procès et guillotiné l’après-midi du 10 thermidor, sous les acclamations de la foule, en compagnie de 21 de ses amis politiques, dont Saint-Just et Couthon ainsi que son frère Augustin. On jeta têtes et troncs dans une fosse commune et l’on répandit de la chaux, afin que le corps du « tyran » Robespierre ne laissât aucune trace. Le lendemain et surlendemain, 83 de ses partisans subirent le même sort.

Une épitaphe posthume est imaginée par un anonyme à son sujet:

Passant, ne t’apitoie pas sur mon sort
Si j’étais vivant, tu serais mort.

En ce 10 Thermidor an 223, une foule de joueurs fourmillait à Ti Koad, pour une soirée révolutionnaire à plus d’un titre (ceux qui savent de quoi je parle comprendront ce que je veux dire).

Table 1, dite « Salut public » : à Ascension, les joueurs luttent tous ensemble contre les forces du mal. Une forme de comité de salut public, où il fallait avoir x ailes pour tenir le haut du pavé: si Xel (88) flirta avec le salut, c’est Axel qui fut sauvé (94). Depuis l’Enfer, Jérôme (61), Thomas (57) et Nourdine (53) étaient en pâmoison.

Table 2, dite « Terreur rouge » : C’est sous les auspices de West wing que nous découvrîmes The Manhattan project, jeu procédant des faits historiques du même nom, et donc conduisant à la fabrication de bombes. Sous les ordres de Julien, notre instructeur venu spécialement de Paimpol, nous avons déployé techniciens, ingénieurs et scientifiques, manié plutonium, uranium et « yelllow cake » avec plus ou moins de jugé. Car ce jeu, qui repose sur le classique mécanisme du placement pour effectuer des actions, nécessite un grand doigté dans le timing et la manipulation. Qui plus est, il n’a pas de fin prévisible, le vainqueur étant celui qui parvient le premier à un total de points correspondant à la fabrication de ses bombes. C’est bien sûr notre instructeur qui sortit victorieux, Baptiste et VHS avaient fabriqué leur premier engin, tandis que Neox et Justine s’apprêtaient à le faire. Un jeu où il faut surveiller le timing et ne pas hésiter à bombarder ceux qui se sont trop avancés dans l’aventure… Au total, voici un jeu au mécanisme très bien huilé, remarquablement thémé, et qui vous irradie de bonheur.

Table 3, dite « Etre suprême » : Robespierre, déiste, avait vivement attaqué les tendances athées et la politique de déchristianisation des ultra-révolutionnaires (hébertistes), qui avaient institué le culte de la Raison fin 1793. Il leur opposa une religion naturelle – reconnaissance de l’existence de l’Être suprême et de l’immortalité de l’âme – et un culte rationnel (institution des fêtes consacrées aux vertus civiques) dont le but était de « développer le civisme et la morale républicaine ». François-René et CTJ avaient-ils à l’esprit ces nobles pensées à l’instant de convier, sous le regard émerveillé de Robin, deux charmantes voisines à participer à cette quête de l’être suprème qu’est Archimage  ?

Table 4, dite « Maximum général » :  dans l’espace exigu de l’entrée, Joan, Mickaël et Olivier s’attablent autour de Outlive. Le plateau, qui regorgeait de resources, n’aurait par résisté longtemps aux affres du Maximum général (loi qui fixait des maxima pour les prix de la viande fraîche, la viande salée, le lard, le beurre, l’huile douce, le bétail, le poisson salé, le vin, l’eau-de-vie, le vinaigre, le cidre, la bière, le bois de chauffage, le charbon, la chandelle, l’huile à brûler, le sel, la soude, le savon, la potasse, le sucre, le miel, le papier blanc, les cuirs, les fers, la fonte, le plomb, l’acier, le cuivre, le chanvre, le lin, les laines, les étoffes de toile, les matières premières nécessaires aux fabriques, les sabots, les souliers, le colza, le chou-rave et le tabac). La tentative de la Convention d’appliquer à tout prix la loi du Maximum général par la répression en emprisonnant et en guillotinant les contrevenants et opposants contribua à en faire, avec la guillotine et l’assignat, un des symboles honnis de la Terreur et provoqua un mécontentement populaire qui fut un des facteurs de l’échec de l’insurrection de la Commune de Paris, le 9-Thermidor

Table 5, dite « Légende noire » : Mechs vs. Minions est un jeu coopératif se déroulant dans l’univers de League of Legends, dans lequel vous faites équipe avec trois autres génies yordles. Vous programmez et pilotez vos nouveaux mechs dans 10 missions remplies de sbires à écrabouiller: tout un programme. Paul, promoteur de ce nouvel opus à Parties Civies, entraîna vers la victoire collective Guillaume, Louis et Anthony.

Résultat de recherche d'images pour "mechs vs minions"

Table 6, dite « Sang bleu & Rouge sang » : dans le grand chassé-croisé des tables, une multitude de joueurs se retrouvent à la table vamprique de Liens de sang. Entre le rouge et le bleu, peu de place pour le blanc de la paix.

Table 7, dite « Incorruptible » :  Votre modeste narrateur s’autorise à sortir de son purgatoire Level Up, où il croupissait depuis le 7 février 2016 ! La table 2 reçoit à l’occasion le renfort de l’autre Julien, qui résista à toutes les pressions pour l’emporter.

Table 8, dite « La loi des suspects» : Les vampires de la table 6 se changent en suspects pour une partie hilarante d’Agent trouble. Ils étaient si nombreux qu’un de ces agents troubles fut joué par un double (Mickaël & Nourdine). Puis ils se racontèrent des histoires à dormir debout à Profiler.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 27/11/2015 à St-Elivet

Il y a précisément 120 ans, au club suédo-norvégien de Paris, Alfred Nobel mettait un point final à son testament en léguant l’intégralité de sa fortune à la création du fameux prix, dans le but de récompenser chaque année des personnes ayant rendu service à l’humanité, ou permis un progrès considérable dans cinq disciplines différentes: paix et diplomatie, littérature, chimie, médecine, et physique. On estimait sa fortune à 1,7 milliard de couronnes (179 millions d’euros).

C’est la publication erronée par un journal, français encore, d’une nécrologie  prématurée, condamnant son invention de la dynamite, qui le décida à laisser une meilleure image de lui au monde après sa mort. Cette nécrologie affirmait : « Le marchand de la mort est mort. Le Dr. Alfred Nobel, qui fit fortune en trouvant le moyen de tuer plus de personnes plus rapidement que jamais auparavant, est mort hier ».  Il n’y a probablement pas d’équivalent dans l’histoire d’une erreur journalistique aussi providentielle !

nobel_medailledynamite_1

A l’heure où, après les attentats de Paris, le journal Le Monde publie au fil des jours un émouvant portrait de chacune des victimes, on peut s’interroger sur ce qu’on écrirait, de nous, si demain…

Table 1, dite «magnéto-résistante»

brass_foot
Un Brass à quatre, c’est déjà chaud. Mais avec Thomas, Xel, Jeff, et votre humble serviteur, c’est vraiment du sport: carte squattée dans tous les sens, profusion de mines de charbon, bataille pour l’accès aux marchés extérieurs, bref, une vraie foire d’empoigne. Rendant un hommage remarqué à Albert Fert, prix Nobel de physique 2007 pour la découverte de la magnétorésistance géante, Thomas fit preuve d’une résistance, oui, géante: c’est le mot. Parti doucement, et bon dernier les canaux passés, il se réveilla en maître cheminot pour innonder la carte de rails jaunes, et par cela-même, arracha avec 127 PV la victoire qui m’était promise, avec mon chantier naval à Liverpool. Je termine à trois longueurs, devançant Xel de quatre et Jeff de dix-sept. 478 points à quatre: cette partie fera date !

PS: Sur BGG, il y a eu un concours délirant consistant à re-themer avec les Monty Python le visuel de boîtes de jeux. Cette illustration sacrilège de Brass en est issue. Merci à Dominique pour cette source !

Table 2, dite «équilibrée»
Une partie d’Ascension voit Thierry, inspiré par Maurice Allais, prix Nobel d’économie 1988 pour la théorie de l’équilibre général et partiel, sortir premier de cordée (82), avec Axel dans son sac à dos (même score). Suivent Baptiste aux mains d’argent (65) et Jérôme (58).

Table 3, dite «fourmillante»
Dans les bas-fonds du centre St-Elivet, Elaine & Mickael et Julien & Joane revisitent l’univers fourmillant de Myrmes, tout comme Jean-Paul Sartre le fit avec les Mouches. A l’instar du philosophe, qui refusa le Nobel de littérature 1964, ils ne daignèrent point publier leur score.

Table 4, dite «rêvée»
Toujours dans les bas-fonds du centre St-Elivet, mais un peu plus loin sur la droite, Gael joua au Chercheur d’Or en bravant l’opposition de Jacques et de Marie-Anne à Agricola. Que sa bravoure soit louée ! Mais il il connut plutôt, enfin on l’imagine, la Ritournelle de la faim chère à J.M.G Le Clézio, prix Nobel de littérature 2008 !

Table 5, dite «passyfiée»

rex
Dans la grande salle, un Rex (autrement dit, une réédition de Dune en version révisée dans l’univers de Twilight Imperium) opposait en majesté François-René, Michał, Kelly et Franck, sous l’ombre tutellaire de Frédéric Passsy, fondateur et président de la Société d’arbitrage entre les nations, l’ancêtre de l’ONU. Le prix Nobel de la Paix 1901 vit, de là où il est, les deux premiers cités l’emporter 5 à 0. Mais 5 quoi au fait ?

Table 6, dite «occupée»
Dans l’atmosphère oppressante à la Modiano de Room 25, Thierry, Franck, Axel, Jérôme, Kelly et François-René, à l’image du Prix Nobel de littérature 2014 pour « l’art de la mémoire avec lequel il a évoqué les destinées humaines les plus insaisissables et dévoilé le monde de l’occupation », ne sont pas toujours clairs. Mais, dans la rue des boutiques obscures, qui étaient les gardiens ?

Table 7, dite «putride»
A Eaten by zombies!, je dame facilement le pion à Xel et Thomas, faute de combattants: ils furent zombifiés avant moi. Drôle de résultat pour un deck building.

Table 8, dite «noyée»
A Noé, Xel sauve le peuple animal en faisant le moins pleurer le patriarche (1 larme), alors que j’en produis 10 et Thomas 20

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à Ti Koad 16/01

Quelques tables pour cette séance :

Table n°1

… autour de Deus avec majoritairement : Xel, Pierre, Audrey et Mickael.

Table n°2 ….

… autour de Ascension avec MKS, Jérôme et Nicolas, poursuivie avec Lettres de Whitechapel.

Table n°3

… autour de Dead of Winter : A la croisée des chemins, qui a regroupé Laurent, Dominique, Baptiste, David et Marvin

Table n°4

… autour d’un Hyperborea avec Marie-Anne qui découvrait le jeu ainsi que JiBee, Jeff et Votre Humble Serviteur. Jeff gagne devant VHS, JiBee et en laissant – quel manque de galanterie ! – Marie-Anne en dernière position.

Table supplémentaire n°1

… autour des Aventuriers du Rail avec Mikael, Pierre, Audrey, Jeff et Xel.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.