Séance de MARDI 12/02/2019 à Servel

Il y a 20 ans jour pour jour, la Banque du Japon abaissait ses taux à 0 %, rendant ainsi l’argent virtuellement gratuit dans l’une des plus grandes économies mondiales. L’Archipel luttait contre les conséquences de la crise asiatique, qui ont abouti à la « décennie perdue », marquée par une stagnation économique et une déflation. Au même moment, les taux aux Etats-Unis s’élevaient à 4,75 %. Le 12 février 1999 marque le début d’ une expérimentation financière hors du commun, qui a inspiré les autres grandes banques centrales. A peine deux ans après avoir testé les taux zéro, la Banque du Japon a lancé un programme de rachats d’actifs, connus sous le nom d’assouplissement quantitatif, et le bilan de la BoJ a explosé. Aujourd’hui, il représente 61,5% du PIB du pays. A l’aube du XXIe siècle, ces mesures visant à relâcher la tension sur les taux souverains et sur le yen ont été perçues comme extrêmes et uniquement applicables au Japon. Mais dans le sillage de la crise de 2008, confrontées à leur tour à la menace de déflation, la Fed et la Banque centrale européenne ont adopté les mêmes recettes. A la différence de la banque centrale américaine et de la BCE, la Banque du Japon est encore loin du moindre tour de vis monétaire, l’inflation étant toujours proche de 0. Dans l’Archipel, l’endettement atteint 230 % du PIB, la BoJ détient 43 % des emprunts de l’Etat nippon (mais aussi une part très significative du marché des actions), les taux des emprunts d’Etat à 10 ans sont toujours négatifs. Surtout, les prix ont à peine progressé en 20 ans, dans ce pays où une personne sur trois a plus de 60 ans. Tout ça pour ça ?

Godzilla prenant le contrôle de la BoJ

A Lannion, cette soirée prévue à 7 se transforma en plan à 4, trois participants déclarant forfait, crédités d’un 0 sur la feuille du concours. Mais pour les quatre qui restèrent, sous les hauts patronages de deux grands créateurs, Michael Kiesling (auteur de Vikings mais aussi Tikal, Azul, Le bien et le malt…), et Carl Chudyk (Innovation mais aussi La gloire de Rome, Red7), la soirée fut tout sauf nulle.

Afficher l’image source
Vikings

Table 1, dite « Zéro degré » : à Vikings on recrute des compagnons (orfèvres, pêcheurs, nobles, etc…) qu’on installe dans des îles au large des côtes, et qui sont sous la menace oppressante de drakkars menés par des hordes sauvages de vikings venus les attaquer. Le mécanisme de recrutement repose sur le principe d’une roue crantée avec des prix différents. Les mécanismes du jeu sont très subtils, voire déroutants s’agissant des guerriers pour le décompte final. La première partie, un chef-d’oeuvre de virtuosité ponctué par des scores stratosphériques et dans un mouchoir de poche (Vincent 52, VHS 51, Dom 48, Benjamin 46), nous donna envie de remettre le couvert. La table de marque fut moins homogène (Vincent 51, VHS 38, Dom 44, Benjamin 45), sauf pour Vincent, qui signa ici une double victoire de prestige. Zéro degré pour le climat nordique, mais certainement pas degré zéro pour ce jeu prometteur !

Table 2, dite « Un sacré numéro » : alors que Benjamin quitte les lieux, au détour d’une phrase je signale avoir amené Innovation, clin d’oeil à une annonce loufoque postée dans le forum de discussion de cette soirée. Aussitôt une lueur s’alluma dans les yeux de Dom, qui s’empressa de sauter sur l’occasion pour convertir un nouvel adepte ! Comme il l’expliqua à Vincent, Innovation combine deux caractéristiques uniques: aucune partie ne se ressemble, et rien n’est jamais perdu à ce jeu qui peut voir des rebondissements incroyables. Ce fut en tous cas une superbe partie, avec deux tournants: le premier au mitan du jeu, lorsque je souffle la domination 4 à Dom au terme d’un plan totalement machiavélique, et le second en toute fin du jeu où, alors que j’ai déjà 4 dominations, Vincent applique un effet qui me donne un énorme coup de boost sur mes ressources en décalant en haut une pile bleue longue comme le bras, ce qui me conduit à une victoire certaine avec une carte 10 imparable. Fait extrêmement rare, je termine la partie avec trois dominations hors des âges: Culture, Technologie, et Diplomatie et l’ensemble me résume assez bien – « c’est tout moi » conclus-je même sans trop de modestie !! Cette partie se termine sur le score de 2 (Dom) – 0 (Vincent) – 5 (Votre très Humble Serviteur) et, pour ceux qui ont connu les années 1980, cela nous rappelle un sacré numéro !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 15/01/2019 à Servel

Le 15 janvier 1759 marque l’ouverture au public du British Museum, symbole de la volonté de l’occident d’accumuler et de présenter des objets marquant l’histoire de l’humanité sur tous les continents. Le 15 janvier est aussi le jour de lancement de Wikipedia, autre projet de partage de connaissances encyclopédiques à l’échelle du globe. Nous parcourrons quelques salles de la prestigieuse institution londonienne pour évoquer cette soirée.

Table 1, dite « Salle 26, Amérique du Nord » : Une semaine après, revoilà Western Legends, le jeu d’aventures dans l’ouest mythique, avec cette fois des règles maitrisées por favor. Il regroupe des sérieusement velus soit Vincent, Neox, DocNico, F-R, Olive et Thibault. Mais à six c’est long même en fixant le seuil de fin de partie à 15 points. VHN étant parti avant que son bicycle ne devienne citrouille, la presse locale nous rapportera les hauts faits de ces bons et mauvais garçons.

Table 2, dite « Salle 11, Sutton Hoo (site d’un riche cimetière du VIIe siècle) » : arrive sur la table Vikings, un classique du vénérable M.Kiesling (Azul, Tikal, Linko etc.) mais inconnu à PC. Attirés par un jeu avec ce qu’il faut de décisions déchirantes et au bon format pour un mardi (moins d’une heure de jeu), s’attablent Tristan, Nicolas-2, Benjamin et Dom. En gros, il s’agit de développer un domaine en plaçant des tuiles carrées et en les activant avec des meeples de couleur, chacun ayant un pouvoir (de scoring ou autre) différent. Cela pourrait ressembler à Glen More mais non. On cumule des points à l’occasion de 3 décomptes intermédiaires, puis par une série de bonus de fin de partie. Le mécanisme d’acquisition de paire tuile/meeple à un prix qui décroit plus ou moins vite est très bon, et leur ordre d’arrivée variable change pas mal la physionomie des parties, comme on va le voir.

Pour la partie de découverte, Tristan inaugure avec une copieuse production d’argent (5 meeples jaunes) tandis que Dom s’axe sur les îles (les plus nombreuses et la plus grande). Au dernier tour, il rate l’occasion de se mettre à égalité avec Tristan pour la majorité de meeples gris -qui vaut 10 PV-, lui laissant la victoire avec 47 PV contre 40, puis Benjamin et N2 (37 et 35). On remet ça et cette fois l’argent est rare et les choix d’achat plus audacieux, Dom garde un œil sur Tristan, bien décidé à ne pas laisser filer les précieux 10 PV, et y parvient. Oui mais ces deux andouilles n’avaient pas prêté garde à N2 qui, avec ses 6 meeples bleus (qui nourrissent les autres en fin de partie avec un système de bonus/malus) s’attribue 28 PV et gagne avec 59 ! tandis que la famine leur ôte respectivement 8 et 13 PV. Avec 28 et 22, ils ferment la marche et Benjamin est un beau second à 45. Leçon apprise pour la prochaine fois !

Table 3, dite « Salle 22, la Grèce d’Alexandre » : affamés de jeux, N2 et Tristan continuent et se font face à 7 Wonders Duel. Ils nous diront sur le forum ce qu’il advint.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum