Séance de VENDREDI 21/02/2020 à Servel

Le 21 février 1848 paraît le Manifeste du Parti Communiste, texte fondateur de Marx et Engels. Proclamant l’opposition ontologique entre une bourgeoisie exploitant hommes et ressources à l’échelle du globe grâce au capital et une classe ouvrière n’ayant que sa force de travail à vendre, il affirme que la lutte des classes doit déboucher sur une société nouvelle par l’union internationale et révolutionnaire des prolétaires. Avance rapide de 172 années pour retrouver les forçats du poussage de cube.

Table 1, dite « Moyens de production » : une partie de plus de Brass (Birmingham) pour Neox, Xel, Thomas et Eric qui rivalisent pour la possession de moyens de production capitalistes dans l’Angleterre de la révolution industrielle. Que croyez-vous qu’il arriva ? ce fut Thomas qui gagna (à noter, la réaction de Xel après le premier coup d’Eric : « c’est plié, Thomas a gagné ! »)

Table 2, dite « Révolution prolétarienne » : affrontement à Star Wars Rebellion entre Julien et Steven, affrontement qui tourne en faveur du premier dans le costume des rebelles qui mettent à bas l’ordre établi.

Table 3, dite « Classes bourgeoises » : Lucas propose Five Tribes à Dom et Elouan qui acceptent bien volontiers. Un jeu où on croise les classes dominantes incarnées par des vizirs, des sages et des marchands. C’est le propriétaire qui l’emporte avec 204 PV, ivre de djinns.

Table 4, dite « Le capitalisme c’est l’exploitation de l’homme par l’homme, le socialisme c’est le contraire (Coluche) » : les tables 1 et 3 se regroupent pour enchaîne les tours de Just One. Un jeu où on ne compte pas les points et l’important est de faire preuve d’imagination dans la bonne humeur. Parmi les indices qui ont marqué la partie, « Brochette » pour faire trouver « Licorne » (un des rares échecs du groupe), ou encore « Jacques-Yves » pour faire trouver « Couteau » ! Quant à « Pierre Perret » pour faire trouver « Cantine », son auteur coiffe un bonnet d’âne vu que la chanson est de Carlos !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 14/02/2020 à Servel

En cette St-Valentin, Parties Civiles célébrait l’amour, mais aussi la haine. Comme l’a remarqué un jour Bernard Pivot, M et N se suivent au dictionnaire, et dans cet ordre !

Afficher l’image source

Table 1, dite « Cassés et cigarettes » : en prison, les détenus n’ont qu’une obsession: s’évader. C’est le moteur de Dig out (your way), On y achète et vend, a cigarette fait monnaie d’échange, on y rencontre des gueules cassées, on se fait casser la sienne, on fabrique des objets qu’on revend, et on s’attache les faveurs de clan. Mais ils se passe aussi des choses imprévisibles, comme une rébellion, qui rebattent les cartes. C’est à la faveur d’un de ces événements que Tristan remporta avec chance cette bataille homérique où VHS, deux Olivier, François-René et Simon étaient impliqués.

Table 2, dite « Elfe haine » : à Pandemic : Le règne de Cthulhu ce fut une victoire du collectif, tandis que Cthulhu perdit.

Table 3, dite « Plaisir solitaire » : Deep Sea Adventure est un plaisir solitaire qu’il faut savoir ne pas prolonger trop longtemps. Alexandre, Paul et Mickaël s’y sont livrés avec retenue.

Table 4, dite « Lucas crâna » : à It’s a wonderful world, Lucas gagne comme attendu, mais Xel fait bonne figure, aux côtés de Elouann et Eric.

Table 5, dite « Toi + moi » : Dom succombe à Franck qui lui propose un parcours avec Ceux de ma tribu, prolongeant l’exploration de l’univers fertile de son compagnon du soir.

Table 6, dite « Un pour tous, tous pour un » : une magnifique partie de Les chevaliers de la table ronde, clôt cette soirée, qui se termine par une victoire collective sur le fil contre le mal, qu’incarnait en l’occurrence François-René.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 07/02/2020 à Servel

La tempête Ciara qui a balayé la Bretagne a emporté les pages volantes sur lesquelles le petit reporter remplaçant avait consigné ses notes de la soirée de jeu. Quant au photographe l’accompagnant, la pleine lune a voilé ses négatifs, nous privant de précieux témoignages visuels. Nous ferons donc appel à nos souvenirs et notre imagination.

Il y eut une table avec des figurines et Julien.

Il y eut une table de Mah-Jong avec deux nouveaux accros, un barbu prosélyte et une copine retrouvée d’icelui (Florence, croyons-nous).

Il y eut une table de Pax Renaissance avec un François découvrant, un Frédéric maîtrisant, un Tristan ourdissant et un Gérard attendant (son heure). Il semble que la Hongrie ait changé 5 fois de main, que 2 conditions de victoire aient été activées mais qu’aucun joueur n’ait réussi à en tirer parti. On s’est ainsi acheminé vers une fin de partie par épuisement des pioches, où 3 joueurs étaient à égalité de Prestige « patron », le critère de départage en ce cas. Gérard, prévoyant en bon père de famille, avait accumulé un trésor de guerre destiné à lui donner la victoire, l’argent étant le critère suivant. C’est donc le vainqueur moral de la partie. Qu’importe si dans une réalité alternative, un kingmaker de passage déplaça les équilibres au profit de Frédéric.

Il y eut une table avec un adulte (Nicolas) et deux enfants.

Il y eut une table à deux (Doc & Dom) où Nixon battit Kennedy à l’élection de 1960.

Il y eut une table avec un couple récemment recruté, et peut-être Mickaël, et sûrement un quatrième. Il est probable qu’ils se volèrent dans les plumes à Wingspan.

On croisa encore OlivierL, François-René, Christophe, Vincent et bien-sûr Neox qui finirent certainement par se retrouver assis à une table, mais pas Thomas ni Olive.

Pour discuter de cet événement ou y ajouter votre contribution, c’est l’occasion, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 31/01/2020 à Servel

Inauguré le 31 janvier 1977, le centre national d’art et de culture Georges-Pompidou (CNAC) – répond à la volonté du président Georges Pompidou de voir au centre de Paris un équipement culturel d’un type nouveau, voué à toutes les formes de la création contemporaine. Dans l’esprit de ses concepteurs, le centre se voulait une réponse à un certain nombre de faillites de la politique culturelle française : l’incapacité à créer un musée d’art moderne digne de ce nom, le retard de la lecture publique par rapport notamment à l’Europe du Nord, le dédain dans lequel les autorités avaient tenu la musique contemporaine. Au lendemain de mai 1968, la fondation du centre Pompidou apparaissait aussi comme un nouveau défi lancé à l’académisme des institutions culturelles d’État. L’architecture du centre suscita une vive polémique : canalisations, escaliers électriques, passerelles métalliques, tout ce qui est traditionnellement dissimulé est ici ostensiblement montré à la vue de tous. On surnomma le centre « Notre-Dame de la Tuyauterie », ou encore « le Pompidolium ». On railla un « hangar de l’art », une « usine à gaz », une « raffinerie de pétrole », un « fourre-tout culturel » ou une « verrue d’avant-garde »

Résultat de recherche d'images pour "centre beaubourg cartoon"

43 ans après, Beaubourg a imposé sa singularité dans le paysage culturel, et Parties Civiles célébrait des jeux modernes, mais aussi très anciens.

Table 1, dite « Fourre-tout religieux » : Ils y reviennent, c’est bon signe ! Quand Gérard signale discrètement être revenu avec sa petite boîte de Pax Renaissance, Frédéric se déclare, ainsi que Tristan qui a pris le temps d’étudier les règles et est chaud comme la braise. Ajoutez-y l’inévitable Dom et la table est complète pour une lutte mouvementée et tendue dans l’Europe du XVe siècle. Et cette fois la durée de jeu est revenue à quelque chose de raisonnable pour un gros jeu à quatre.

Le début de partie a ressemblé à la précédente, avec Gérard se construisant à l’Est une théocratie islamiste solide. Le message sur la condition de victoire visée était clair. Côté Ouest, les 3 autres jouaient des coudes avec quelques couinements à chaque fois qu’une concession (un petit cube mais qui est une des rares façons de financer ses opérations) était éliminée. Au milieu de partie, Tristan et Frédéric ont acquis des badges « Islam » qui les mettent en position de profiter du dur labeur de Gérard et de remporter une victoire théologique quand l’occasion se présentera. Dom de son côté arrondit sa pelote et s’ingénie à empêcher cette condition de victoire en mettant en jeu des évêques d’une autre couleur. La première comète arrive enfin mais aucun des trois Imams ne l’achète, puisque cela reviendrait à consommer une action et leur argent pour activer une condition de victoire dont les deux autres risqueraient de profiter dans la foulée. Intéressante situation de « je te tiens par la barbichette » (du prophète ?). Finalement, une fois que le prix a suffisamment baissé c’est Dom qui l’achète pour activer la condition de victoire « Renaissance » (2 badges « Law » de plus et le plus de Républiques). Aussitôt, haro sur le Dom dont des prédicateurs enflammés dénoncent la victoire prochaine !

Pendant ce temps, une seconde comète entre en jeu et Gérard prend en main la carte avec badge Islam qui le mettra à égalité avec Tristan, bloquant provisoirement toute victoire religieuse (oui mais Gérard dispose d’une action Behead qui lui permettra au bon moment de supprimer une des cartes à badge Islam de Tristan. On te voit venir, Gérard !). Au tour suivant, Dom se crée une République pour se rapprocher de la victoire Renaissance, aussitôt contré par Fred. Et Tristan ? tout le monde l’avait apparemment oublié, en particulier Gérard qui n’a pas joué sa carte Islam. Le bougre barbu, majoritaire en badges Islam, achète la comète, active la victoire Religieuse et remporte la partie dans la foulée. Les autres jurèrent, mais un peu tard, qu’on ne les y prendrait plus. 

Table 2, dite « Abstraction » : à Deep madness Le Doc, Olivier L, François-René, Camille, Florian et Sophie ont fouraillé. Analyser le résultat relève de l’abstraction.

Table 3, dite « Traîtrise au sommet » : à Betrayal at the House on the hill en compagnie de Mickaël, les jeunes Paul et Alexandre, Olivier-3 et Franck ont recherché le traitre au sommet de la colline. Il était parmi eux, c’est sûr.

Table 4, dite « Outrenoire » : à Runebound, Julien, Neox, Xof et Baptiste ont broyé du noir à la façon de Soulages. Le résultat est caché derrière ce noir.

Table 5, dite « Cécité interdite » : Lucas arrive avec son jeu de Mah-Jong qui séduit Xel, votre serviteur, RomJé et Samuel, de retour parmi nous, et nouvel adepte. Une partie sous le signe du poulet (chicken), ce mah-jong spécial ne scorant aucun point (ce qui en fait une main remarquable en soi) dont on vit des exemples réussis et ratés (il faut avoir de bons yeux: on oublie toujours le petit truc qui marque un point, et de ce fait invalide le chicken et donc le mah-jong). Lucas joua le rôle de MJ, puis se fit supplanter dans ce rôle par RomJé au bout de la nuit car ce dernier, après avoir maintes fois différé son départ, et s’être enfin décidé, fut remplacé illico par Doc Nico qui passait par là, et lui servit de coach de luxe, offrant enfin un siège à Lucas, qui, lui, réalisa un mah-jong magnifique avec une main très pure en caractères, digne d’un musée d’art moderne !

Table 6, dite « Verrue d’avant-garde » : on s’en voudrait de passer sous silence cette table de Necromunda, où Steven & Co déployèrent au vu de tous une architecture d’avant-garde dont l’apparence tranche avec le style policé de la maison de quartier.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum