Séance de VENDREDI 27/07/2018 à Servel

Table 1: Jack et Julien s’affronte sur le colossal A song of Ice & Fire: Tabletop Miniatures Game. Il me semble que Jack « le Stark » était le mieux préparer à passer l’hiver.

Table 2: Marina, Mickaël, Frank et Paul Jr ont joué à Ganymede. Y’avait certainement de jolies vaisseaux spaciaux, mais le résultat de la partie n’est pas communiqué.

Table 3: Tristan, Paul, Armand, Nico-Neox et F-R ont sombré dans la folie des Montagnes Hallucinées. L’équipe d’explorateur a réussir à prendre la fuite a temps avant de sombrer complètement.

Table 4: Marina, Mickaël et Nico-Neox enchaine sur Huns. Mickaël imposera sa maitrise du jeu.

Table 5: En parallèle F-R, Paul, Tristan et Armand joue quand à eux à Stellium.

Table 6: Une ultime table de Skull & Roses verra s’affronter Marina, F-R, Paul et Tristan.

 

On peut en discuter sur le forum.

Séance de MARDI 24/07/2018 à Servel

Un 24 juillet sous le signe du Canada.

Table 1, dite « 1848 » (première mise en service d’une locomotive, importée d’Angleterre): Xel initie à Brass Neox et DocNico, Julien-2 s’avérant déjà connaître. C’est la version 2018 montée en gamme (mais on me souffle qu’en fait il y avait déjà eu une édition deluxe de la v1) qui est utilisée, avec un plateau aux dessins soignés mais fort sombres. Partie serrée et appréciée que Xel (citation : « le charbon, c’est bon ») a bien failli gagner mais le Doc-capitaliste la coiffe à la fin.

Table 2, dite « 1967 » (le général de Gaulle s’écrie : « Vive le Québec libre ! ») : F-R, Jérôme, , Olivier (eux), Olive, Vincent et VHN (nous) composent les deux blocs qui s’affrontent à Quartermaster. Malgré un camp russe disposant dès le début de cartes Statut puissantes, les alliés l’emportent sur le fil, d’un unique point. En effet les italiens se battent comme de beaux diables, allant jusqu’à conquérir l’Ukraine, tandis que les japonais se déploient largement, sans toutefois accumuler des quantités de points. Les américains ont affaibli l’Axe par leurs bombardements mais n’ont pas aligné les cartes Statut et, après une poussée initiale dans le Pacifique, sont restés discrets sur les théâtres d’opérations. Et le Japon ne serait pas aventuré en Inde, on aurait vu une flotte soviétique déployée en Méditerranée et canonnant la France occupée !

Table 3, dite « 1534 » (Jacques Cartier prend possession du Canada au nom du roi de France) :  la table 2 se coupe en deux et F-R, Jérôme et Olivier essaient Raids. Jérôme gagne et déclare « les pierres c’est bien ». Ensuite, un petit round de Non merci !

Table 4, dite « 1862 » (ruée vers l’or en Colombie Britannique) : Dom tente de convaincre Olive de l’attrait (au sens où un tour de montagne russes peut avoir de l’attrait) d’Innovation. L’inexpérience du second a rendu l’expérience cuisante, espérons qu’il y reviendra quand même.

Table 5, dite « 2015 » (pour la première fois, un canadien court le 200 m en moins de 20″) : paradoxalement, c’est après le départ du cycliste de service qu’on (Neox, Xel, DocNico et F-R ?) a joué à Flamme Rouge. Nous ignorons qui a agité le lion en peluche à l’arrivée de l’étape.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 20/07/2018 à Servel

Francis Blanche naquit un 20 juillet il y a presque un siècle et mourut un mois de juillet il y a plus d’un demi-siècle. Entretemps il fit bien rire la France. Selon sa page wikipedia, il y a une rue Francis Blanche à Brest mais on n’en trouve pas trace. Il ne faut pas croire tout ce qu’on lit sur internet.

Table 1, dite « Dans une guerre, c’est toujours l’adversaire qui commence » : Vincent-B a réussi à ressortir Feudum, cette fois pour Neox et Tristan qui sont venus en connaissant les règles (avancées !). Contrairement aux deux essais précédents, la partie est allée à son terme. Et selon des informations de première main, le Président était chez lui à minuit et demi, donc cela a duré « raisonnablement pour un gros jeu ». Les trois sont très contents de leur partie qui a vu Vincent et Tristan rivaliser pour la tête, le dernier sachant montrer les dents au bon moment et le premier ayant été qualifié de belliqueux. Victoire de Tristan au final, sans qu’on sache qui a commencé, avec quelques points de scoring mal maitrisés cependant. Il y a de bonnes chances de le revoir prochainement.

Table 2, dite « Vienne la nuit, sonne l’heure, des gens s’amusent, d’autres meurent » : comme mardi dernier, on cherche un jeu à 6 qui devient vite un jeu à 8 avec les derniers arrivés. Ce sera Loup-Garou pour une Nuit pour Xel, Mickaël, Axel, Frank, Paul-Jr, Elouan, Eric et VHN, une version de ce classique des rôles cachés, sans élimination et en un tour (avec la nuit où chaque personnage agit selon son rôle, et le jour où on discute puis choisit une victime). Beaucoup de palabres et de dissipation pour ce qui aurait dû être un party game rapide ! 4 manches furent disputées où à chaque fois il y eut autour de la table bien plus de villageois que ce que les cartes permettaient. Frères, il y a un traitre parmi nous ! Ajoutez-y quelques uns qui n’ont pas utilisé leur pouvoir et des enfants pas si innocents que cela, et vous arrivez à 3 victoires sur 4 pour les loup-garous.

Table 3, dite « Il n’y a plus de nos jours que deux sortes de piétons : les rapides et les morts » : avec leurs fantassins-piétons, Julien et son invité Steven disputent une longue et volumineuse partie de Warhammer 40k.

Table 4, dite « Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement » : Axel, Mickaël et Elouan enchainent du petit avec du gros en sortant Outlive et étaient encore plongés dans leur monde post-apocalyptique quand le rédacteur disparut dans la nuit.

Table 5, dite « Pas la peine d’être plusieurs pour arriver le premier » : le reste de la table 2 dispute une partie en trois manches du Lièvre et la tortue (version Iello), un jeu de course et de paris qui peut être vicelard. Chaque animal a sa façon d’avancer en fonction des cartes jouées, et la grande question est « y en a t-il-un de favorisé ? » sachant que toute façon on n’est pas libre de parier sur qui on veut (le premier pari est imposé tandis que pour le second on doit choisir parmi ses 7 cartes initiales). VHN l’emporte grâce à un pari osé en dernière manche (tout sur le lapin ! qui arrive le premier), manche qui a vu l’agneau prendre un départ-canon puis mystérieusement cesser d’avancer pendant la seconde moitié, au grand désespoir de Paul.

Table 6, dite « La preuve que la lune est habitée, c’est qu’il y a de la lumière » : Dom fait découvrir Love Letter (version Star Wars) à Paul et Eric. Chacun remporte une manche puis Paul fait le break et part auréolé de la lumière de la victoire.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 17/07/2018 à Servel

Soirée « deux étoiles » avec un demi-onze dans l’agréable salle de Servel, entourés de personnages new-age mangeant et fumant des produits végétaux divers.

Table 1, dite « 4-2 » : table unique pour 6 joueurs devant choisir parmi les jeux apportés, le contenu de l’armoire étant en stockage temporaire. For Sale ? trop court, Codenames ? trop drôle, Cash’n Guns ? pas là. Ce fut finalement V-Commandos, jeu coopératif offrant de multiples scénarios d’opérations clandestines pendant la seconde guerre mondiale. Un jeu original, riche et très bien documenté. Ce soir nous devions, coupés en deux groupes, voler des éléments-clés du chasseur à réaction Me262. La prise en main des capacités de son personnage et la maîtrise des règles a pris du temps. Et on n’a pas échappé à des erreurs, certains significatives comme l’utilisation du mortier (non il ne peut pas atteindre l’intérieur des bâtiments ni la tuile voisine ; oui il peut viser un autre terrain que celui d’où il tire). Les deux groupes ont connu des destins très différents : le groupe de 4 (Neox, Xel, Olivier-L et VHN) s’en est bien tiré avec son sniper aux jets de dés magiques tandis que le binôme Jérome & Julien-2, à l’action handicapée par les blessures reçues (et qui a un peu marqué contre son camp en tardant à se déguiser), s’est fait tailler en pièces. Il faut probablement jouer plus finement que pour cette partie de découverte en parvenant à regagner sa furtivité, en sachant combattre à l’arme blanche voire en ralentissant le rythme pour mieux se faire oublier.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 13/07/2018 à Servel

Vendredi 13, jour funeste. Une réputation qui n’est point usurpée, voyez ce qui suit.

Ainsi, Marat fut assassiné le 13 juillet 1793, dans sa baignoire où il soignait ses maladies de peau, par Charlotte Corday, une jeune femme indignée par le tour sanglant de la Révolution. Démentant les espoirs de la meurtrière, l’indignation soulevée par son acte va justifier la mise en place officielle de la Terreur.

Médecin franc-maçon, âgé de 45 ans au début de la Révolution, Jean-Paul Marat avait fondé L’Ami du Peuple en septembre 1789, un journal dans lequel il dénonce avec violence les compromissions supposées des uns et des autres. Populaire auprès des sans-culottes, il lança ceux-ci à l’assaut des Tuileries le 10 août 1792 et dans les massacres de Septembre.

Résultat de recherche d'images pour "marat assassiné tableau"Député à la Convention, il contribue à la condamnation du roi, à la formation du Tribunal révolutionnaire et du Comité de sûreté générale, en charge d’arrêter les suspects. Les Girondins ayant tenté de le mettre en accusation, il est blanchi par le Tribunal révolutionnaire et regagne en triomphe la salle de la Convention le 24 avril 1793. Un mois plus tard, il contre-attaque avec succès en lançant les sections parisiennes de sans-culottes contre l’assemblée, obligeant les députés à décréter l’arrestation des Girondins.

Sa meurtrière est une Normande de petite noblesse de 25 ans, arrière-petite-fille du grand Corneille et nourrie de lectures classiques. Ayant noué des sympathies avec les Girondins modérés, traqués par Marat, elle voit en ce dernier le fossoyeur de son idéal de liberté.

Elle espère, à l’image des héroïnes antiques, faire oeuvre utile en l’éliminant, quitte à sacrifier aussi sa jeune vie… Mais son geste n’aura d’autre effet que d’amplifier la Terreur. Elle-même sera guillotinée le 17 juillet 1793 sur la place de la Révolution (aujourd’hui place de la Concorde), après l’entrée de la dépouille de sa victime au Panthéon. Lamartine, plus tard, la qualifiera d’« Ange de l’assassinat ». Le peintre Louis David, par ailleurs député montagnard à la Convention, laissera de l’assassinat un tableau célèbre, qui exalte l’image du tribun et gomme celui de sa jeune meurtrière.

Ainsi encore, le 13 juillet 1936, en Espagne, le leader Calvo Sotelo est assassiné. A l’assemblée des Cortes, il dirigeait la droite monarchiste et personnifiait l’opposition au gouvernement dRésultat de recherche d'images pour "meurtre de calvo Sotelo"u Front Populaire. Sa mort encourage les militaires conservateurs à se rebeller:  le soulèvement militaire, qualifié par ses auteurs de « glorioso Movimiento » (le glorieux Mouvement), survient le 17 juillet dans la garnison de Melilla, au Maroc espagnol, conformément à un plan préparé de longue date. La guerre civile devient alors imminente.

On, le voit, le meurtre appelle la répression, qui entraîne l’émeute et le cycle infernal de l’histoire part en roue libre. Dans l’écrin de Servel, en ce 13 juillet 2018, loin de la ville et de ses rumeurs, personne ne vous entendrait crier. Pas de baignoire en vue, mais il y a des douches. Aucun assassinat n’eut cependant lieu ce soir là à Paries Civiles, où les choses se règlent selon l’étiquette, et le meurtre n’en fait point partie.

Table 1, dite « Suicide assisté » : Vincent-2 répond, avec votre serviteur, à l’appel de Schwarzer Freitag lancé par Tristan. A ce jeu de spéculation boursière, il y a une tactique bien précise, qu’il nous précise à la fin, croyant avoir gagné – avec 14 lingots contre 13 à Tristan. Mais un examen de ses comptes révèle qu’il a touché pas moins de 9 subventions, explosant le plafond règlementaire. Aussi, déclassé par cette forme de suicide assisté, il offre à Tristan une victoire méritée. Votre serviteur repart lesté de 9 lingots et d’une médaille d’argent.

Table 2, dite « Tueur en série » : il n’en a pas l’air comme ç, mais Nicolas II a pourtant le profil idéal du tueur en série – en témoignent ses deux parties de Welcome, où il laisse Jérôme et Mickaël sur le carreau.

Table 3, dite « Chronique d’une mort annoncée » : dès le premier coup de cette partie de Viticulture, la fin était écrite: captant les ouvriers, Neox, tout vêtu de blanc, devançait systématiquement son adversaire sur ses actions et n’eut aucun mal à produire son vin rouge, tandis que Xel piochait pour enchaîner les actions. Rouge sur blanc, tout fout le camp se dit-elle en partant.

Table 4, dite « Mort avant l’arrivée » : les tables 2 et 3 se recomposent, oubliant Mickaël, parti vers les paradis artificiels, et avec pour ambition d’achever un Tiny epic quest. Une ambition démesurée car ils n’eurent le temps d’effectuer qu’une phase de jour, alors qu’il y faut normalement cinq jours et cinq nuits !

Table 5, dite « Fossoyeur d’idéal » :  pour finir la soirée, on ressort l’excellent Kardinal und König avec l’équipe de la table 1. Tristan domine, grâce à ses talents de manoeuvrier, et un raid sur la France décisif qui lui y offra une domination diplomatique – et en diplomatie, la France, ça compte énormément ! Je devance d’une courte tête Vincent-2, dont les rêves d’idéal ont été mis à mal dans cette soirée par un fossoyeur bien connu en la matière. On retiendra aussi de cette table l’interpellation à distance « Dom, as-tu du spare ? » qui nous tarauda, et que le susnommé relèvera à son retour, n’en doutons pas.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 10/07/2018 à Servel

Il faisait beau, il faisait chaud… Et certains ont fait le choix de rester devant leur téléviseur en ce jour de rencontre footballistique franco-belge. L’équipe de France a marqué 1 seul but ce soir là, l’équipe de Parties Civiles n’a constitué qu’une seule table également. Le parfum de la victoire était enivrant.

On a donc joué collectivement à Mysterium pour une victoire sur le fil avec le défi fantomatique de n’utiliser aucun corbeau. L’équipe de médiums (Nicolas-2, JulienLC, Xel, Olivier et Jérome) a parfois eu du mal à comprendre les visions du prési-fantôme Neox.

La fin du match avait sonné, les klaxons retentissaient, et dehors le chant des supporters troublait la quiétude de l’instant. Mais ici à Lannion, F-R rentre sur le terrain pour se joindre à l’équipe déjà en place et jouer les prolongations avec un Saboteur remporté haut la main par Xel (Il semble que le sabotage ne soit pas un excellent moyen de gagner sa vie). Et comme si les joueurs n’étaient pas déjà assez épuisés physiquement, un Room-25 + extension « Escape Room » dont je ne connais pas l’issue s’imposera en fin de soirée telle une séance de tirs au but.

Ah oui au fait, on est en finale. J’espère qu’il fera beau dimanche, y’aura pas grand monde à la plage.

Séance de VENDREDI 06/07/2018 à Ti Koad

Le rédacteur-adjoint de service éprouve un intérêt nettement plus fort pour les jeux de plateau que pour le football. Quelques heures après sa qualification pour une 6e demi-finale de coupe du monde, il évoquera néanmoins ces six rencontres de notre glorieuse équipe nationale.

Table 1, dite « Séville 1982 » : Vincent-2 ressort une deuxième fois son Feudum tout neuf. Autour de la table, Frank, Paul-Jr, Jack-2 rejoints par Maïwenn puis par le le regard d’un Baptiste qui a du mal à prendre congé. Un jeu qui comme la première fois dura fort longtemps, depuis l’explication de règles touffues jusqu’à la conclusion de 5 périodes de jeu, chacune nécessitant des choix nombreux et très ouverts. Et à 5 joueurs cela doit encore rallonger la partie. Il semble que cette dernière ne soit pas allée à son terme et que Vincent fera sa prochaine tentative hors des créneaux habituels de PC.

Table 2, dite « Saint-Denis 1998 » : Dom convainc Tristan (qui connait bien) et Camille (qui découvre) de jouer à Innovation, jeu qui a trouvé son petit fan-club depuis 6 mois. Camille prend un départ canon en dominant les âges 1, 2 et 3. En milieu de partie c’est Tristan, équipé d’une solide combo à base d’usines, qui score de l’influence tout en vidant la main des autres et domine les âges 4, 5 et 6. Dom en est réduit à le freiner en défaussant au même rythme l’influence de Tristan, provoquant plusieurs tours de sur-place. Mais Camille introduit la petite perturbation -le fameux « effet papil-lon » ?- qui débloque la situation et permet à VHN de dominer deux âges au même tour. Etalant quantité de cartes bien décalées, il se précipite vers une fin de partie à son avantage que Tristan, dans une tentative de tout faire sauter avec la carte Fission, ne parvient pas à empêcher.

Table 3, dite « Munich 2006 » : Olive fait découvrir Clochemerle (un descendant de Descendance avec des dés) à Nicolas-2 et Mickaël. La victoire est serrée comme un catenaccio, N2 l’emportant sur Olive par la règle de départage des égalités et le troisième étant 2 points derrière.

Table 4, dite « Göteborg 1958 » : après avoir vérifié que leurs vaccinations sont à jour, Xel, Baptiste et Neox s’enfoncent dans la jungle d’Amérique centrale à la recherche des temples de Tikal (dans sa réédition récente). La première a collectionné les artefacts tandis que le dernier a été mal servi dans sa pioche de tuiles et avoue avoir installé son camp de base trop tôt dans la partie. C’est X-el-Mercato qui l’emporte, détachée devant Baptiste-l’uruguayen et Neox-l’argentin.

Table 5, dite « Guadalajara 1986 » : petit voyage pour finir la soirée à Antler Island avec Tristan, Xel, N2 et VHN. Les deux premiers ont déjà connu la saison des amours tandis que pour les deux autres c’est leur première fois. Nicolas prend la tête au score malgré un combat perdu contre Dom quand, au début de son tour, VHN surprend toute la salle par la puissance de son organe : son brame attire 4 poulettes bichettes qu’il honore en série, le faisant jaillir jusqu’à la victoire sous le regard impuissant de ses rivaux.

Table 6, dite « Saint-Petersbourg 2018 » : au delà de minuit, on a beaucoup palabré puis on a joué les prolongations avec un Magic Maze qui rassemblait les vétérans de la table 1, sous le regard d’un Neox qui a du mal à prendre congé. Dans l’attente du résultat de ce jeu qui produit parfois des situations drôles comme une histoire belge.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 03/07/2018 à Ti Koad

Le 3 juillet 1935 décède André Citroën, un des grands industriels français de la première moitié du XXe siècle. Le jeune ingénieur démarre avec succès par la fabrication d’engrenages en double chevron sous licence russe en allant chercher aux Etats-Unis les machine-outils offrant la précision d’usinage nécessaire. Pendant la guerre des tranchées de 14-18, il construit en 3 mois une gigantesque usine d’obus quai de Javel à Paris où il applique les méthodes modernes d’organisation industrielle. Après la guerre, il la reconvertit pour la production automobile et elle fonctionne soixante ans. Entretemps, la firme exsangue aura été vendue à la famille Michelin en 1935.

Table 1, dite « Croisière jaune » : première sortie à PC de Yamataï, un jeu multicolore autour duquel on retrouve Olive, Julien-2, OlivierL et Guillaume. Il a duré suffisamment longtemps pour que votre rédacteur ignore ce qu’il en advint.

Table 2, dite « Dans la tranchée » : JuJaDoNic, les OS de Gloomhaven, étrennent leur capacité à respirer sous l’eau en plongeant dans la Doom Trench. On y retrouve les Deep Terror qui avaient harcelé la troupe la fois précédente, et des Harrower coriaces. Pour une fois, le but du scénario n’est pas de tuer les tous mais de parcourir une enfilade de salles sans perdre de monde en route. Autant dire que, forcée ou altruiste, la coopération était bien là. Pas de détours pour ramasser des pièces, oh non ! Nos héros parviennent à bon port et découvrent une construction massive en pierres, de quoi explorer très prochainement. Les décomptes faits, Dom passe au niveau 6 et commence à penser à la retraite.

Table 3, dite « DS » : une partie de Olympos regroupe 4 dieux et une déesse, Nicolas-2, Nicolas-Doc, Xel, Xof et Jack-le-Pirate. Elle a duré suffisamment longtemps pour que votre rédacteur ignore ce qu’il en advint.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 29/06/2018 à Ti Koad

Roi des poubelles, un business où il fit fortune (311 ème fortune de France), franc-maçon, patron de discothèque, propriétaire d’un élevage taurin, l’emblématique président de La Paillade de Montpellier (club qu’il mena de la division d’honneur au titre national), Louis Nicollin, eut de multiples vies. La curiosité de son cas est que le 29 juin est à la fois le jour de sa naissance (1943) et de sa mort (2017), ce qui donne à ce grand collectionneur (sa collection de maillots est légendaire) un point commun avec Léon Zitrone, avec qui il partageait aussi un caractère bien trempé et le virus de la politique, au point d’avoir été condamné plusieurs fois pour fraudes électorales.

Résultat de recherche d'images pour "louis nicollin cartoon"

A l’image de son éclectisme, voici le récit d’une nouvelle séance de Parties Civiles où les découvertes furent nombreuses !

Résultat de recherche d'images pour "clank! jeu"Table 1, dite « Malversations » : Clank! vous amène aux souterrains sous la Tour du Dragon, réputés pour être l’endroit le plus dangereux du Royaume. Seuls les roublards les plus intrépides peuvent s’y faufiler pour voler le Dragon et en revenir vivants pour raconter leur histoire, sans se trahir par le bruit éponyme.

A ce nouveau deck builder, la lutte fut très serrée et c’est Paul Junior (118) qui en remontra à ses aînés: Armand (117), Mks (102), et Franck (46).

Table 2, dite « Sang et or »  : sur le terrain de Blood bowl on joue au football, dans sa version américaine, plus brutale et engagée que celui que nous connaissons dans le monde Ancien (d’où le nom du jeu). A ce sport de costauds, le fluet Baptiste n’a pas pesé lourd face à la solide charpente de Neox: c’est le président qui, au bout d’une lutte sanglante, s’est paré d’or.Résultat de recherche d'images pour "blood bowl jeu"

Table 3, dite « Straégie alternative » : un Navegador à cinq joueurs, et l’océan est vite occupé. Parti tard dans la course par les effets de l’ordre du tour initial, Tristan fait le constat que les conquêtes et les colonies lui seront inaccessibles, et décide de ne rien faire comme les autres. Il se lance à corps perdu dans une stratégie alternative consistant à noyauter les églises et les chantiers navals. Ce choix de stratège le mène à la victoire (106), devant Mickael (91), Xel (74), votre narrateur (73), et Jack (49), qui n’a même pas compté sa tuile bonus et quitte la table sur un constat froid comme la mort (« jeu d’optimisation, pas ma came »).

Table 4, dite « Division d’honneur » : à FeudumFeudum, injustement bannis et dépouillés de tout à l’exception d’une poignée de shillings et de quelques miettes, vous voyagez à travers d’étranges contrées médiévales pour récupérer votre dû et votre honneur perdu. Un jeu au design alléchant et au long cours, car à l’heure où nous quittions les lieux, François-René, Vincent-2 et Olivier y étaient encore.

Table 5, dite « Vocanique » : dans l’atmosphère aussi volcanique que le tempérament du regretté Loulou de Taluva, Dom et Jack-2 s’adjugent chacun une partie, Olive et Thomas rentrant bredouilles.

Table 6, dite « Chef de clan » : à Huns on vit Tristan confirmer son grade de chef de clan, l’emportant avec 27 devant Dom (18), Mickaël (18) et Olive (16).

Table 7, dite « Patience et longueur de temps » : à Le lièvre et la tortue, on parie sur des animaux engagés dans une course aussi incertaine que le championnat de France de football en version pré-quatarie. Xel s’adjuge une première partie, Jack-2 la seconde, dans une partie où votre modeste chroniqueur et Thomas n’ont pas misé sur les bons chevaux.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum