Séance de VENDREDI 24/02/2017 à St-Elivet

Ce 24 février était le 61ème anniversaire du rapport Khrouchtchev de 1956 sur les crimes de Joseph Staline au vingtième congrès du Parti communiste de l’Union soviétique, et le 69ème du Coup de Prague de février 1948, qui écarta les forces démocratiques du pouvoir. Deux faits d’armes, en des sens opposés, de la parenthèse communiste en Europe de l’Est au XXème siècle, et qu’unit aussi leur relation à Staline. En effet, Klement Gottwald, président du Parti communiste, vice-Premier ministre puis Premier ministre de la « Troisième République tchécoslovaque » et principal organisateur du Coup, décèdera quelques jours après Staline. Le 11 mars 1953, alors qu’il revient par avion de son enterrement, il se plaint de douleurs au Premier ministre Antonín Zápotocký. Il pense à une grippe, mais est atteint depuis longtemps de syphilis et souffre d’alcoolisme, faits longtemps tenus cachés, et succombe d’un anévrisme de l’aorte le 14 mars. A l’instar de Stalingrad en URSS, la ville de Zlín, dénommée Gottwaldov en son honneur en 1948, sera débaptisée en 1990.

Résultat de recherche d'images pour "museum communism prague"

Si, en prononçant son discours, Khrouchtchev avait précisé « aucune nouvelle à ce sujet ne devra filtrer à l’extérieur », à Parties Civiles, on fait le contraire. Preuve en est dans le rapport qui suit, que nous mettons à la disposition des joueurs de tous les pays.

Table 1, dite « Coup de force » :  Julien, venu de Paimpol avec sa panoplie de magicien, initie Neox, Xel et VHS à l’univers de Trickerion: Legends of illusion. Un jeu qui nous transporte avec un grand réalisme dans l’univers de la magie: on y prépare des tours (plus ou moins réalisables en fonction de la réputation dont on jouit) dont on aura récolté les ingrédients, on engage des assistants, et une fois le tour préparé, on le présente au spectacle, qui est un enchaînement de tours de différents prestidigitateurs. Des mécanismes qui semblent complexes au premier abord, mais qui, une fois lancés, prennent tout leur sens. La partie dure 7 tours de jeu, mais ce que nous n’avions pas prévu, c’est que Julien était soumis à une double astreinte, professionnelle et familale ! C’est cette dernière qui l’alerta, mettant ainsi un terme abrupt à la partie, qui ne dura que 5 tours, et à l’issue duquel les positions étaient: Julien 38, Neox 33, VHS 30, Xel 24. Impossible d’extrapoler le vainqueur final sur cette base, puisque certains avaient préparé des tours qu’ils n’ont pu présenter.

Image associée

Table 2, dite « Front oriental » : Un aéropage entièrement masculin (Nicolas III, Guillaume, Nico-Mickey, de passage, et Olive) se mesure à Nefertiti. Le plus gradé des Nicolas s’adjuge cette partie.

Table 3, dite « Culte de la personnalité » : Jean-Louis a l’audace de défier Michal à Eath Reborn. Une partie qui s’est prolongée au-delà du raisonnable pour un résultat pourtant prévisible à ce jeu, eu égard au prestige de son déteneur.

Table 4, dite « Yalta dans la cuisine» : Dans le vaste espace de la cuisine, c’est un Yalta qui se joue à Twilight Struggle. Jack et Christophe en sont les protagonistes, tandis que Jeff en est le spectateur. Le partage du monde qui en résulta n’est pas connu à l’heure du bouclage.

Table 5, dite « Collectiviste » :  Non loin de là, c’est dans l’univers de T.I.M.E Stories que Dom, Doc Nicolas, Sophie, et François-René se mesurent à la prophétie du dragon. La victoire leur sourit à l’issue d’une longue joute.

Table 6, dite « Les deux tsars » : La table 3 se reconfigure pour un Armadora. Associés, les deux Nicolas triomphent sur les scores respectables de 37 à 3 et 24 à 16.

Table 7, dite « Le complot des cases blanches» : c’est l’heure de Codenames. Les Bleus, VHS, Olivier et Nicolas III, affrontent les Rouges, Nico Mickey, Xel et Guillaume.

  • 1-0 pour les Rouges après une manche truffée d’erreurs avec un record de cases blanches, et conclue sur un Jurassique 1 peu glorieux, alors que les Bleus avaient tenté un subtil Perpétuité 2 (Chaîne, Canne) resté incompris, manche également marquée par une curiosité: l’emploi du même mot par les deux maîtres-espions (Pièce qui visait d’un côté Bouchée et Pion, et de l’autre Coffre et Montant)
  • Egalisation des Bleus après un départ express où Rome (Colisée, Ruine) répond à Jivago (Docteur Film), puis une série de petits pas terminée sur un Casse-Noisettes
  • Les Bleus concluent malgré leur perplexité sur un Quimper 2 qui visait File et Bleu (à lire phonétiquement, et d’autant plus énigmatique que le https://upload.wikimedia.org/wikipedia/fr/5/5f/Logo_Festival_des_Filets_bleus.jpg ne se tient pas à Quimper mais à Concarneau !), tandis que les Rouges se prennent les pieds dans les pavés à Versailles.

Table 8, dite « Petits porcs des peuples » : l’heure avance à grandes enjambées, mais c’est toujours l’heure de Codenames, d’autant plus que Dom a fini son voyage dans le temps, et François-René itou. Les Bleus, VHS, Dom et Nicolas III, affrontent les Rouges, FR, Xel et Nico Mickey. Curieusement, cette partie aura le même déroulement.

  • 1-0 pour les Rouges après une manche plutôt cochonne, conclue sur un Explosion 2 (Piston, Choc), et émaillée de répliques intriguantes hors contexte, telles que: Et si on traitait d’abord notre fellation ? ou encore: Je te laisse mettre le doigt sur le proctologue ?
  • Egalisation des Bleus après un sans faute marqué notamment par un Couvre-Chef 3 (Tête, Astérix, AilesRésultat de recherche d'images pour "casque asterix"), même si le troisième mot visé était en fait Fou !
  • Les Bleus concluent sur un joli Week-end 2 (Jour, Double), tandis que les Rouges patinent sur un Géométrie 3 (Règle, Carreau, Gorge) trop complexe et donc fatal.

Table 9, dite « Stakhanoviste » : Un contrôle anti-dopage est demandé d’urgence pour Olivier, Doc Nicolas et Guillaume qui enchaînent à une heure peu chrétienne deux parties de Flamme rouge. Les deux premiers cités se les adjugent.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 21/02/2017 à St-Elivet

Soirée de jeu placée sous le parrainage des Tontons Flingueurs, classique du cinéma français des années 1960.

Table 1, dite « On ne devrait jamais quitter Montauban » :  Neox, Baptiste-mine-d’or, Hélène et VHN jouent à Alien Frontiers Aurora et partent loin très loin coloniser une planète prometteuse. Comme toujours la fin de partie est serrée mais Nicolas, à la tête de 7 dés, était inarrêtable après avoir utilisé avec efficacité la terraformation. Hélène a mis un point d’honneur à ne pas finir derrière Baptiste tandis que VHN navigue dans l’entre-deux du score. La leçon pour la prochaine fois : penser à utiliser les pouvoirs « du bas » des cartes Artifact, activés quand on défausse la carte.

Table 2, dite « Y’a des impulsifs qui téléphonent, y’en a d’autres qui se déplacent » : Un groupe nombreux (Jérôme, Guillaume, Nourdine, Nicolas-2, Olive et une nouvelle tête, Annaik) fait une partie de Room 25, un jeu où il faut se déplacer au bon endroit, au bon moment et avec les bonnes personnes. Les deux gardiens (N2 et Olivier) se sont fait bien balader par les prisonniers qui ont réussi à prendre la poudre d’escampette. La leçon pour la prochaine fois : ne pas être trop gentil quand on joue un rôle de méchant.

Table 3, dite « Henri, fais tomber cent sacs au toubib » : Camille, Sophie, DocNicolas et Florian partagent une séquence de Pandémie Legacy dans une campagne déjà entamée. Selon ce qui a filtré de l’ex-bibliothèque, ils ont échoué par deux fois sur le mois de juin et sont passés à juillet. Sans réaliser les conséquences de son geste, N3 est venu exhiber une carte du jeu fraîchement déchirée (selon le principe des jeux Legacy derrière lesquels l’herbe ne repousse pas). Il a bien fallu 5 minutes pour ranimer Jérôme : encore plus efficace que la Tronçonneuse du Mal pour se débarrasser d’un perso ! La leçon pour la prochaine AG : vérifier quels adhérents ont leur brevet de secouriste.

Table 4, dite « La psychologie, y en a qu’une : défourailler le premier » : Regroupement des tables 1 et 2 pour finir par un Shadow Hunters à 7 (2 Shadow, 2 Hunters, 3 Neutres). Les participants n’auront pas fait preuve d’une grande finesse psychologique, défouraillant à qui mieux mieux avant même de soupçonner l’allégeance de leurs victimes. Les cadavres s’amoncellent rapidement en commençant par Jérôme et Neox. VHN tente sans grande efficacité de tirer parti de son pouvoir en révélant son personnage ; il se désigne aussitôt comme la victime idéale pour le Neutre N2 qui s’acharne sur le malheureux Vampire jusqu’à ce que lui-même reste sur le carreau suite à un échange de tirs. Il a néanmoins bien attendri la viande du dernier Shadow que les Hunters (Olive et Annaik) achèvent au coin de la forêt infernale. La leçon pour la prochaine fois : aucune, ce jeu est amoral.

Il est possible que la table 4 ait poursuivi la soirée mais seul le forum pourra nous en dire plus.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 17/02/2017 à St-Elivet

Le 17 février 1933 était publié le premier numéro de Newsweek qui pendant près de 80 ans allait être l’un des principaux magazines d’actualité de la superpuissance américaine. Il cessa de paraitre en édition papier à la fin de 2012 – est-ce là un présage du déclin de la superpuissance ? 84 années plus tard, la séance de PC était un bel exemple de melting pot, mêlant les âges, les sexes, les nouveaux et les anciens dans des activités ludiques variées jusqu’à l’heure où le soleil se couche sur Washington, DC.

En plus des tables de jeu, il y eut une table de peinture de figurines avec Baptiste et Julien (de Paimpol, l’homonyme lannionnais étant retenu à la maternité) embellissant Zombicide tandis que Mickaël et son fils poursuivaient leur œuvre sur Conan.

Table 1, dite « China’s century » : Bruno, Camille, DocNicolas et Vincent entament une partie de ZhanGuo. Il s’agit, quelque part vers -225, d’unifier l’empire chinois pour le jeune et ambitieux roi Ying Zheng, sans que l’exercice du pouvoir ne provoque de troubles dans les provinces. De l’avis général, un très bon jeu qui prend bien la tête (dans un sens positif). Au terme de plusieurs heures, Bruno et Nicolas finissent à égalité à 204 points mais selon Nicolas la règle de départage est en sa faveur. Les deux méritent nos félicitations.

Table 2, dite « The energy crisis » : Une table de Gueules Noires regroupe Olive, Sophie, Marine et Florian. Ce jeu traitant de l’exploitation de mines de charbon semble avoir été  déterminé ce soir par la façon de transporter ledit charbon. Il n’y a pas à dire, le train est quand même le plus efficace. Contrairement à ce que l’on croit souvent, le charbon n’est pas une énergie du passé : il représente presque 30% de l’approvisionnement énergétique mondial, juste derrière le pétrole. Et c’est avec 39% la première source de production d’électricité mondiale, loin devant le gaz et l’hydroélectricité (dont la Suisse est un leader mais c’est une autre histoire). Et c’est un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre au point que si on veut ralentir le changement climatique, il faudra laisser sous terre une bonne partie des réserves de charbon. Hé, ho, rédacteur, tu vas arrêter ton prêchi-prêcha ? OK OK, c’est Olivier qui a gagné la partie.

Table 3, dite « Mission to Mars » : Michal, Armand, Nicolas-2 et VHN embarquent pour une Mission Planète Rouge. Michal donne une leçon d’expansionnisme à tout le monde (« c’est chez moi » indique-t-il pour quasiment chaque région de Mars) et finit avec 68 points bien devant N2, Armand et VHN.

 

 

Table 4, dite « Bleeding Ireland » : avec Inis, quatre chefs de clans (Neox, Nourdine, Guillaume et Anthony) abordent la verte Erin, animés d’intentions pas toutes pacifiques (« belliqueuses » selon le mot même d’un des protagonistes). Neox et Guillaume remplissent les conditions de victoire dans le même tour et se retrouvent donc à partager la plus haute marche du podium. Que résonne Amhrán na bhFiann !

 

Table 5, dite « Mysteries of evolution » : La table 4 inchangée poursuit par une partie d’Evolution. Le succès (mérité) du jeu à PC ne se dément pas, que ce soit dans la VF du jeu de base ou dans la VO de sa version Climate. Cette fois c’est Guillaume qui réussit le mieux à faire muter et prospérer ses animaux. Il finit avec 3 espèces dont un carnivore sur le tard et remporte la partie.

 

Table 6, dite « Into space » : le DUC ressort Gravwell: Escape from the 9th Dimension pour les anciens de la table 3. Les déplacements seront moins aléatoires que le mardi précédent et dès la fin de la 3e manche (sur un maximum de 6), N2 et Dom se retrouvent échappés proches de l’arrivée. La phase de draft est bienveillante et ce dernier se propulse immédiatement vers la victoire.

 

Table 7, dite « Life under water » : en attendant le bouquet final, Dom et N2 font une partie rapide de Cap’taine Carcasse. Nicolas l’emporte 34 à 23, un score inespéré pour Dom qui un tour avant la fin avait exactement 0 cartes devant lui.

 

 

Table 8, dite « The conquest of ignorance » : une joyeuse partie de Codenames met aux prises des Bleus (Guillaume, Nourdine, VHN puis DocNicolas) et des Rouges (Florian, Marine qui découvre, Olive, Nicolas-2 rejoints par Vincent). L’érudition l’a largement emporté sur l’ignorance comme l’a résumé un maître-espion (violant par là-même ses vœux d’impassibilité et de silence) : « cet indice s’adresse à des gens intelligents » !

La première manche est très serrée mais les Bleus (laissés perplexes par un Equarissage-2 initial pour Cheval et Colle) parviennent de justesse à remonter au score après la bourde de leur maître-espion (Menuisier-3 pour Volet, Colle et Cale, mais sans avoir vu la Planche). Parmi les discussions bizarres : « est-ce qu’on utilise une pelle ou une fourche pour ramasser les animaux morts ? ». La seconde manche prend fin dès le second indice Rouge, Instrument-4. Ils auraient pu toucher Marteau ou Fraise mais Florian choisit Queue (??? il existe bien de petite limes rondes appelées « queue de rat » mais je ne crois pas que c’est à ça qu’il pensait). Assassinés d’un coup de queue, donc. Gros problème de communication chez les Rouge encore en fin de troisième manche : Papier-2 les mène bien à Feuille mais aussi à l’assassin Crêpe. La dernière manche verra enfin une victoire Rouge après un affrontement serré entre les maîtres-espions Vincent et DocNicolas. Retenons du premier l’excellent Gueule-3 (Bouche, Casse et Ferme) tandis que la défaite se jouera sur le Martial-2 du second : les Bleus s’accordent rapidement sur Prise, privilégiant le sens « art martial » sur l’acception militaire du mot. Ils se divisent ensuite : « c’est Chute » dit Guillaume en pensant au judo, « c’est Soleil » affirme Dom à cause du soleil levant et de leur origine japonaise, « c’est Culture » corrige Nourdine car plus qu’un sport c’est un way of life. Ils choisirent Chute (Blanc) et c’était Culture… Favorisés par la présence d’un véto, il y eut aussi d’intéressants débats sur le thème « une puce et un cafard sont-ils des insectes ? » (oui pour les deux, respectivement des siphonaptères et des blattoptères). 3-1 pour les Bleus au score final et tout le monde partit se coucher fatigué mais ravi.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 14/02/2017 à St-Elivet

Ce soir c’était les vacances. Certains étaient malades et d’autres sont venus voir et repartis sans jouer (Frank, Sophie et DocNicolas restés aussi tard que les joueurs). C’était aussi la Saint-Valentin et il y avait une fille à chaque table. Et en souvenir de Saint Valentin qui introduisit la musique dans la liturgie de l’Eglise, des chansons viennent agrémenter ce compte-rendu.

Table 1, dite « Fly me to the moon / Let me play among the stars (Frank Sinatra) » : Xel, Jeff, Florian et Yvan se font un 1969. Après plein de lancers de dés, Jeff en sort vainqueur.

Table 2, dite « Avec la mer du Nord pour dernier terrain vague (Jacques Brel) » : VHN, Mickaël et Olive découvrent Les Pillards de la Mer du Nord sous la conduite de Neox et sous le regard de Sophie. Un jeu de placement d’ouvrier au mécanisme malin (on pose 1 ouvrier et on fait l’action du lieu, puis on prend ailleurs 1 ouvrier et on fait l’action du lieu). Neox met en place une solide combo dès le début de la partie (avec le fameux Fourrageur qui augmente les quantités de provisions obtenues). Olive expérimente avec le Valhalla mais ne parvient pas à atteindre le bout de la piste des héros morts au combat. Tout décompte fait, les néophytes ne peuvent lutter contre l’expérience du jeu de Neox (et son talent !) et il l’emporte devant VHN, Mickaël et Olive.

Table 3, dite « Animal, on est mal / On a le dos couvert d’écailles (Gérard Manset) » : Camille réussit à convaincre Guillaume, Nourdine et François de jouer à Evolution. Le dernier nommé, à qui le jeu réussit décidément, fait des ravages, combote astucieusement et finit loin devant Camille, Nourdine et Guillaume dans cet ordre.

Table 4, dite « Attirés par l´odeur du sang / Il en vint des mille et des cents (Serge Reggiani) » : Nicolas-2 et Axelle s’affrontent à La Bataille des 5 Armées sans que le bruit et la fureur de ladite bataille ne parviennent jusqu’à l’étage de St-Elivet.

Table 5, dite « J’habite une maison hantée / De la cave jusqu’au grenier (Charles Aznavour) » : les anciens de la table 3 se lancent dans un Mysterium. Le fantôme Guillaume parvient à mener sa petite équipe au succès.

Table 6, dite « I think my spaceship knows which way to go (David Bowie) » : en fin de soirée, VHN entraine Guillaume, Mickaël et Olive dans la découverte de Gravwell: Escape from the 9th Dimension dans une version DUC, le tout sous le regard de N2. Il s’agit pour chaque astronaute d’échapper à une anomalie gravitaire en faisant progresser son vaisseau spatial par un choix judicieux de carte. Ce jeu de parcours réussit à être à la fois calculatoire et chaotique ; on peut y reculer tout autant qu’avancer et il vaut mieux ne pas trop prendre d’avance sur ses collègues. Situation qu’Olivier expérimentera à ses dépens, rattrapé par un Dom opportuniste qui l’utilise pour se propulser vers la victoire.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

[jdr] vendredi 10/02/17 @ Trebeurden

Un petit post minimaliste pour vous parler de Jdr. Vendredi dernier a donc eu lieu une partie du jeu Sombre . Sous titré « la peur comme au cinéma  » vous aurez compris de quoi retourne le style de jeu. Le pitch de base  : un camp d’étudiants étrangers dans un camping au nord de l’Italie. Le MJ : Kirdinn. Les joueurs : Gwen accompagnée de 2 Sly. Mais surtout le bilan côté joueurs : 5 morts… Ça pique ! Et ça remémore sans doute à certains les stats du Festival Scorfel: http://scorfel.blogspot.fr/2014/11/bilan-des-parties-jdr.html

Mais c’est le bonheur du jdr : se sortir de nos situations pas toujours faciles de la vie au jour le jour pour… se plonger dans des situations utopiques qui peuvent être… pire ^^’

Et dire que je suis impatient car la semaine prochaine le jeu sera Degenesis . Un post-apo où le moindre faux pas est mortel…

Watch your back !

Séance de VENDREDI 10/02/2017 à St-Elivet

Elle est l’ultime vigie de la langue française. Le 10 février 1635, l’Académie française est portée sur les fonts baptismaux par lettres patentes du roi Louis XIII, sur les conseils de Richelieu. Le cardinal est nommé « chef et protecteur » de l’institution, censée fixer les règles du bon français. Installée quai de Conti, à Paris, l’Académie a pour devise « A l’immortalité » – d’où le surnom de ses membres : les immortels.

Résultat de recherche d'images pour "académie francaise"

482 ans plus tard, la langue française a été parfois honorée, souvent maltraitée, et parfois ignorée dans une séance de jeux d’une grande diversité.

Table 1, dite « Les trésors du temple » : Tikal est le premier jeu de la série dite « du masque », comprenant aussi Java et Mexica, trilogie fameuse dans le monde du jeu et basée sur un même principe, inspiré du jeu Torres des mêmes auteurs : des points d’actions limités à gérer à chaque tour, du placement tactique et des luttes de majorité. Les joueurs incarnent des explorateurs qui mettent à jour des trésors dans des pyramides mayas perdues dans la jungle du Guatemala, aux alentours du site archéologique de Tikal. Nous avons joué avec la version avancée des règles, qui prévoit des enchères pour l’attribution des tuiles en début de tour. Une version qui change la donne, car il faut faire la bonne enchère au bon moment pour placer les tuiles les plus juteuses près de chez soi. Après une lutte homérique, Tristan remporta la partie avec 104, devançant Neox, 101, et Thomas, 98. Bien que chargé de précieux trésors, j’échouai pour ma part au pied du podium avec 88, penalisé par une tente trop tardive qui ne me permit pas d’amasser mes troupes aux endroits stratégiques.

Résultat de recherche d'images pour "tikal jeu"

Table 2, dite « Grillée à point » : Dans une partie de Battlestar Gallactica longue comme un jour sans pain grillé, la coalition des cylons (Nicolas III – alias Doc Choucroute pour les intimes – Nourdine et François-René, compatissant) s’imposent aux humains (Xel, Michal, Jean-Louis).

Table 3, dite « Le coup d’épée » : Jeff et Julien de Paimpol s’opposent à 7 Wonders: Duel en duo, une partie qui voit le second nommé porter l’estoc.

Table 4, dite « Le coup du bicorne » : La table 3 enchaîne sur Splendor, en duo, mais l’issue du duel n’en fut point changée.

Table 5, dite « Le coup du chapeau » : Réalisant le coup du chapeau, Julien inflige une troisième défaite de rang à Jeff à Small World ??? (si notre reporter sur place a bien compris le nom du jeu, car au moment de la transcription, une interférence dans la transmission lui a brouillé l’écoute).
Postscriptum: on me souffle dans l’oreillette qu’il s’agissait en fait de Star Realms, un jeu de deck building. Ce qui ne change rien en tout cas au résultat.

Image

Table 6, dite « A l’immortalité » : à la table de Deus, Nicolas II, Sophie, Olivier et Mickaël ont livré une bataille à l’issue incertaine, que le forum dévoilera peut-être.

Table 7, dite « L’île de la tentation »:  Elaine se joue de Joan et Gael, ses opposants malheureux à une partie de The island.

Table 8, dite « Fumée blanche » : Joan s’impose avec brio (40) à Tobago. Un heureux avénement que Jeff (33)  et les deux Julien (32 et 26) n’ont pas osé contredire.

Table 9, dite « Coup de pouce » : si, à l’académie, un coup de pouce du destin s’avère nécessaire pour entrer, à la table de Flick em up, vous ne pourrez compter que sur le votre. A ce jeu où les brigands et les shérifs s’affrontent à coup de chiquenaudes, Mickaël a rassemblé une équipe large comme une porte de saloon: Thomas, Tristan, Neox, Dom, Xel, N II, Jeff et VHS. Sur le scénario 1, les brigands, plus adroits, ont gagné.

Résultat de recherche d'images pour "flick em up jeu"

Table 10, dite « Académique » : Point besoin du dictionnaire de l’académie (la première édition en date de 1694) pour prendre place à la table de Codenames. Dans sa version ducifiée, les Bleus (Dom, Thomas, Mickaël, Nourdine) affrontent les Rouges (VHS, Jeff, Joan, FR) pour un match serré en trois sets et une victoire des plus académiques :

  • 1-0 pour les Rouges sur une manche serrée, conclue par un Lactée 2 (Fusée, Crème) qui donna lieu à bien des hésitations sur le deuxième mot (Fusée, Base, ou Pavé ?), et des controverses, le maître-espion ayant pris la peine d’épeler le mot deux fois dans une interprétation libérale de la règle (ce qui n’est pas interdit est permis, n’est-ce-pas ?). En face, pour les mêmes mots, on aurait plutôt vu suppositoire…
  • Les Bleus égalisent, sur un Herbier 2 (Livre, Iris) tout en maîtrise
  • Les Bleus prennent l’avantage 2-1, dans une manche pourtant commencée avec audace par les Rouges sur un Prolifération 4 (Colonie, Cafard, Culture et Puce), qui aurait même pu être un 5 avec Bombe. Mais les Bleus concluent avec brio sur un Homme 3 (Docteur, Pirate et Gaule) !

Table 11, dite « Douce nuit » : Tristan et Nicolas II s’opposent à 7 Wonders: Duel en duo, une partie qui voit le premier nommé conclure victorieusement cette soirée.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 07/02/2017 à St-Elivet

Le 7 février 1914, Charlot se rend à une course de voiturettes pour enfants. Une équipe de tournage cherche à filmer l’évènement, mais Charlot les dérange en permanence en essayant de s’imposer devant la caméra. Le réalisateur tente alors de le faire disparaître du champ de vision par de grands gestes et des coups de pieds et de poings, ce qui va perturber la course, les deux hommes se retrouvant régulièrement au milieu de la piste. Les spectateurs, au début intrigués par ce comportement, vont finir par s’amuser des pitreries de Charlot. Charlot est content de lui est le premier film où l’on découvre le personnage du Vagabond. Le personnage a été créé juste avant, pour le film L’Étrange Aventure de Mabel, mais celui-ci n’est sorti que deux jours après Charlot est content de lui, film plus court, achevé plus rapidement, et expédié aussitôt pour être exploité.

Le tournage s’est déroulé lors de la deuxième édition de la Pushmobile Parade qui se tenait à Venice, Californie, le 11 janvier 1914. La prestation de Chaplin fut improvisée, sans scénario préalable, et n’aurait nécessité que 45 minutes de tournage. Ce film d’une demi-bobine permet d’observer les premières réactions du public face au personnage de Charlot. Les spectateurs – qui ne sont pas des acteurs, mais des personnes venues pour assister à la course – semblent tout d’abord perplexes vis-à-vis du comportement et des pitreries de Charlot. Puis, au fur et à mesure du film, cette perplexité se change en amusement et en rires. Une carrière est lancée sur les chapeaux de roues !

103 ans plus tard, pas de charlots à St-Elivet, des joueurs, et des vrais !

Table 1, dite « Opinion publique » : Une table de Mysterium de niveau « difficile » (mais avec trois corbeaux, selon une combinaison maison préconisée par Nicolas III) se met en place. Votre modeste narrateur prend, presque à son insu, la place du fantôme. Devant lui, Sophie, Guillaume, Vincent, Nourdine et Franck. Après un début quelque peu poussif sur les criminels, illustré par la déconvenue de Franck avec le cuisinier (à sa décharge, il n’a pas vu « Ratatouille »…), les lieux plongent nos enquêteurs dans une certaine perplexité, notamment Vincent, surpris à l’évocation d’un mariage dans une crypte. Pour l’arme du crime, c’est en revanche un carton plein, tous découvrant, du premier coup ou presque, l’engin utilisé. La partie sera néanmoins perdue de peu, par la faute du lieu du crime de Guillaume qui ne sera pas identifié (c’était une chambre jaune avec un phonographe, un trophée et une coupe). Pour l’énigme finale, tout le monde part sur une fausse piste, faute d’avoir identifié dans une araignée velue le fil de la pelote d’une couturière…

Table 2, dite « Les temps modernes » : la Russie, ou plutôt l’URSS, est en plein essor dans l’univers de Russian Railroads. C’est Baptiste qui en profita le mieux, coiffant la chapka avec 380, devant Neox (365), Yvan (358), et Xel (342).

Table 3, dite « Une vie de chien » : Dead of Winter: La nuit la plus longue vous amène à Raxxon, où le résultat d’horribles expériences du laboratoire pharmaceutique risque de se répandre en ville si les joueurs ne parviennent pas à les contenir. C’est donc un jeu à part entière, pouvant se jouer seul ou en complément de « Dead of Winter – A la Croisée des Chemins » (jeu qui lui plonge une colonie de survivants dans l’hiver au lendemain d’une apocalypse provoquée par des zombies). Une vraie vie de chien pour François-René et sa meute (David, Nicolas II & III, Jean-Yves) pour une partie longue comme un jour sans pain, toujours active à l’heure où s’éteignaient les dernières lumières de la ville…

Résultat de recherche d'images pour "Dead of Winter La nuit la plus longue"

Table 4, dite « Les feux de la rampe » : Votre modeste narrateur invite Sophie et Guillaume à faire l’artificier à Hanabi mais en oubliant au passage une règle primordiale, ce qui donne au final deux parties en mode Bisounours et des scores que la morale réprouve. S’il est mis en examen pour ces faits, le coupable se fera hara kiri. En attendant, il vivra sa vie de présumé innocent.

Table 5, dite « Un parfum de meurtre » : à la table de Codenames, dans sa version domifiée, les Bleus (Dom, Sophie, Guillaume) affrontent les Rouges (VHS, Xel, Neox) – deux compositions d’équipes inédites !

  • 1-0 pour les Bleus sur une manche serrée, marquée par un joli Encre 3 (Bleu, Signe, Poudre), les Rouges ayant frôlé l’assassin (Tête) à propos d’un Dictature 2 énigmatique (Fou, Régime).
  • Les Rouges égalisent, concluant sur un très inspiré Descendance 2 (Fils, Jeu) pendant que les Bleus tournent autour de l’assassin (Ordre), sans toutefois jamais oser le désigner.
  • Les Bleus l’emportent 2-1, l’assassin (Blanc) étant désigné d’emblée par les Rouges sur un Himalaya 2 peu inspiré, qui visait Terre et Sommet.
    Le coupable, s’il a survécu à son hara-kiri, sera condamné à escalader l’Everest en tongs.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 03/02/2017 à St-Elivet

Il a légué à l’humanité un trésor indéniable : l’imprimerie. Le 3 février 1468, à Mayence, s’éteint Johannes Gensfleisch, plus connu sous le nom de Gutenberg. Treize ans plus tôt, il a achevé, au terme d’un travail de titan, ce qui restera son chef-d’œuvre : la « Bible latine à quarante-deux lignes », le tout premier ouvrage imprimé au moyen de caractères mobiles en plomb. Entre 1452 et 1455, elle sera imprimée à cent quatre-vingts exemplaires. Quarante-huit d’entre eux ont été conservés et douze sont imprimés sur parchemin.

En 1450, il persuade le riche banquier Johann Fust de l’aider à financer son projet. Fust lui prête 800 florins – somme considérable pour l’époque – et 300 florins par an pour les frais généraux. Il devient de fait son associé. Malheureusement pour Gutenberg, l’impression des livres connaît un succès mitigé. Dans l’inventaire de son atelier, les bibles resteront en rayonnage quelque temps. Fust, qui a investi plus de 2 500 florins dans l’entreprise, est furieux contre Gutenberg, car il lui avait promis un succès rapide. Gutenberg refusant de payer — ou ne le pouvant pas — les intérêts et le capital qu’il lui avait prêtés, il décide de porter l’affaire en justice. Le tribunal tranche en faveur de Fust, en reconnaissant toutefois qu’il ne s’agissait pas d’un prêt mais d’un investissement, et que Fust n’était pas prêteur mais associé.

Fust obtient alors la gestion de l’atelier et la mise en gage de la presse. Il continue l’entreprise d’imprimerie sous son propre nom avec Schoeffer (un ouvrier de l’imprimerie). Pour élargir leur clientèle et dépasser le petit cercle des bourgeois cultivés et des universitaires, ils orientent rapidement leur production vers des éditions de moindre ampleur, mais plus faciles à vendre. Ils s’installent à Paris pour y vendre leurs livres en 1463, une date où l’imprimerie n’existe pas encore en France. Fust n’en profitera pas longtemps : il meurt à Paris en 1466, mais il aura tout de même le temps de voir s’installer, rue Saint-Jacques, une quantité d’imprimeurs d’origine germanique.

Insolvable, Gutenberg tente de relancer un atelier d’imprimerie et participe en 1459 à une édition de la Bible dans la ville de Bamberg. Ses travaux ne portant ni date ni nom, il est difficile d’identifier avec certitude les documents provenant de son atelier. Il est possible que le dictionnaire Catholicon de 744 pages, imprimé à trois cents exemplaires à Mayence en 1460, soit de sa composition. En janvier 1465, Gutenberg est nommé gentilhomme auprès de l’archevêque de Mayence. Il bénéficie alors d’une rente, puis meurt largement méconnu par ses contemporains, et enterré à Mayence dans un cimetière qui sera détruit plus tard. Sa tombe est aujourd’hui perdue.

549 ans plus tard, nous eûmes droit, à St-Elivet, à une séance de jeux qui fit, elle aussi, forte impression…

Table 1, dite « Monnaie hélicoptère » : A notre arrivée, Neox avait avec amour préparé une jolie table de The gallerist. Tristan, Xel et Nicolas III y prirent place. Chacun se mit alors à acheter et vendre. Tristan, lui, opta pour une tactique plus brutale, et fit tant pour améliorer la réputation de ses protégés qu’il atteignit le total faramineux de 166, dont 60 de cash et 48 pour la valeur de ses œuvres, l’emportant haut la main devant Nicolas III (120), Neox (118), et Xel (87).

Table 2, dite « Livraison à domicile » : Thomas convie Christophe et votre modeste narrateur à l’univers de Mythotopia. A ce jeu, au bout d’un certain temps nécessaire à l’établissement de conditions préalables, tout joueur peut mettre fin à la partie, à la condition d’en être vainqueur, une fois les combats en cours résolus. Il faut donc verrouiller sa position, pour éviter que ses adversaires ne saisissent l’opportunité. Alors que je venais de sécuriser la mienne, Christophe négligea un combat en cours et Thomas n’eut qu’à sauter sur l’occasion livrée sur un plateau, finissant vainqueur avec 54, ses deux opposants culminant à 45 par le jeu de l’arrêt forcé des combats.

Table 3, dite « L’éternelle jeunesse du monde » : Axel s’adjuge une partie de 4 gods. devant Mickaël, Elaine et Guillaume. Ce jeu, sorti pour la première fois, repose sur la pose de tuiles, où l’on choisit son Dieu en cours de partie pour savoir sur qu’elle type de terrain scorer.

Table 4, dite « Sang et or » : Jeff et Joan s’embarquent dans un quickie, à savoir un Splendor en duo, poussant l’accointance jusqu’à la table de marque: 17 à 16 pour Joan.

Table 5, dite « Prêt d’honneur » : Bruno continue son évangélisation sur Iki, ses nouveaux adeptes étant Paul, Florian, et Sophie. Et une fois de plus, il pousse la politesse à prêter la victoire à un honorable congénère, à savoir Florian (qui, à cette occasion, signe son engagement dans notre confrérie, bienvenue à lui !)

Table 6, dite « Montée de sève » : à la table de Adrenaline, Julien de Lannion, Mickaël et Jean-Louis ont festoyé comme un hévéa en pleine montée de sève, pour le plus grand bénéfice du premier cité.

Table 7, dite « De plomb et d’or » : à la table de Black fleet, Laurent se joue de Julien de Paimpol.

Table 8, dite « Dura Hex »: la table 6, complétée par Julien de Paimpol, enchaîne sur un Neuroshima Hex, où Mickaël et Julien tirent les marrons du feu.

Table 9, dite « Gentilshommes d’infortune » : à la table de Titan Race, Joan, Axel, Mickaël, Nourdine et Guillaume ont conclu un combat de titans, mais dont le sexe dit faible ressortira le plus fort.

Table 10, dite « Gravée dans le plomb » : à la table de Codenames, dans sa version commerciale, les Bleus (Joan, Guillaume, Mickaël, Nourdine) affrontent les Rouges (VHS, Axel, Thomas, Christophe) pour un match des plus haletants en cinq sets et quatre assassinats !

  • 1-0 pour les Rouges sur une manche serrée, conclue par un Bière assassin, faute d’avoir su faire deviner Lentilles et Londres (Plat 2 fonctionnant juste à moitié)
  • Les Bleus égalisent, encore une fois avec l’intervention de l’assassin (Asile)
  • Les Bleus prennent l’avantage 2-1, encore une fois avec l’assassin (Cartouche étant identifié à tort comme le troisième élément d’un Seringue 3, qui visait Volume, Aiguille, mais aussi Timbre !)
  • Les Rouges égalisent, après un parcours tout en maîtrise – et sans assassinat pour cette fois, marqué par un joli Botté 3 (Chat, Pied, Pompe)
  • Les Rouges concluent, toujours par le truchement de l’assassin, qui était Lumière. Il restait aux Bleus Majeur et Paille, et un pourtant subtil Van Gogh 2 manqua sa cible !

Table 11, dite « De caractère »: Xel, Paul, Bruno, Julien, Sophie et Florian refont l’histoire du monde à Evolution, et c’est Julien qui s’y est le mieux adapté.

Table 12, dite « Impressionnante »: un Food Chain Magnate en dernière partie de soirée ? Très impressionnant, mais Neox, Julien, Nicolas III et Tristan n’hésitèrent pas à relever le défi ! Je mets un petit billet sur le dernier cité, on ne prête qu’aux riches, mais aux dernières nouvelles ce serait Julien qui aurait le mieux cuisiné cette partie « éclair » (2 heures bien tassées quand même) !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 31/01/2017 à St-Elivet

Les Archives secrètes du Vatican furent officiellement fondées le 31 janvier 1612 par Paul V lorsque le pape les sépare de la bibliothèque du Vatican, formant ainsi deux institutions distinctes. Un million et demi de documents sur 2 000 ans d’histoire sont conservés sur deux étages dans 85 kilomètres linéaires de tablettes d’étagères dans un bâtiment climatisé construit sous la cour du musée du Vatican et inauguré par Jean-Paul II en 1982. Bien que le qualificatif de « secret » signifie « privé » (réservé à l’usage privé de ces documents par le pape et son entourage), de nombreux volumes restent interdits de consultation.

En 2012, marquant le 400e anniversaire de la création de ces archives secrètes, l’exposition « Lux in Arcana, les archives du Vatican révélées » au musée du Capitole dévoile, pour la première fois, une centaine de documents parmi les plus précieux : procès de Galilée, excommunication de Martin Luther, confession des Templiers (un parchemin de 60m), lettres de Michel-Ange sur la construction de la basilique Saint-Pierre, ou encore la requête en annulation du mariage d’Henri VIII et de Catherine d’Aragon.

A l’heure du numérique, les archives de Parties Civiles sont certes un peu moins volumineuses, mais surtout beaucoup plus accessibles. 405 ans d’histoire y tiendraient aisément dans un bâton d’octets ou l’écume d’un nuage.

Table 1, dite « Hostie apéritive » : arrivés en avance, Xel et VHS entament un Service compris. Et ici, il ne s’agit pas de la messe, mais du service, nettement plus prosaïque, de l’apétit d’ogre d’Oscar le géant dans la forêt de la dent creuse. Au final, c’est Xel qui s’adjuge cette mise en bouche.

Table 2, dite « La canine et le goupillon » : François-René invite Nourdine, Nicolas III, Guillaume, Hélène et Sophie à l’univers inquiétant de Dracula. L’histoire ne dit pas qui a mordu le plus fort.

Table 3, dite « Il est plus facile à un chameau… » : tel le chameau dans le chas d’une aiguille, Neox  s’adjuge une partie de Camel up. Xel, Baptiste, Paul et Hélène en ont été tout désarçonnés.

Table 4, dite « Le feu sacré » : Bruno fait deux nouveaux adeptes du voyage initiatique d’Iki: Jean-Louis, qui fit bonne figure, devançant même avec 50 le possesseur du jeu (47), et votre modeste narrateur, qui ressortit sain et sauf de tous les incendies et explosa tous les compteurs avec une marque historique (90) ! La partie se joua notamment sur un temple à 24 que je m’adjugeai au nez et à la barbe de Jean-Louis, qui n’en avait point voulu.

Table 5, dite « Capitulaire » : prisonniers dans l’univers angoissant de Room 25, les protagonistes de la table 3 ont pu échapper aux griffes de Neox, le gardien solitaire, sauf Hélène qui capitula avant l’heure de la sortie de cellule.

Table 6, dite « In partibus » : à la table de The battle at Kemble’s cascade, Jérôme, Nicolas II et Jean-Yves ont guerroyé, sans que l’issue de leur joute à cette adaptation pixellisée des jeux vidéos rétro « shoot’em up » ne s’imprime dans les grimoires.

Table 7, dite « Sur la mer comme au ciel »: à la table de Sea of clouds, Bruno, Xel, Paul et votre modeste narrateur entament une quête parsemée de trésors à collecter et de pirates à affronter. Bruno s’impose avec 63, suivent VMN (59), puis Xel (39), tandis que Paul (29) reste en cale sèche.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 27/01/2017 à St-Elivet

Enlisés dans le bourbier vietnamien depuis 1965, les Etats-Unis parviennent à s’en extraire le 27 janvier 1973: un accord de cessez-le-feu signé à Paris prévoit le retrait des troupes américaines du Sud-Vietnam en échange de la libération, par les Nord-Vietnamiens, des prisonniers américains. Principaux artisans de ce compromis : Henry Kissinger et Lê Duc Tho, seront récompensés de leurs efforts par le prix Nobel de la paix, en octobre (Henri Salvador en fit un disque, publié par le label « Rigolo », et qu’on ne rangera pas dans la catégorie des standards indémodables). L’ancien secrétaire d’état américain en est d’ailleurs le plus ancien lauréat encore en vie. Une consécration pour cet allemand de naissance, de confession juive, émigré aux États-Unis en 1938 pour fuir les persécutions nazies, et qui, sitôt naturalisé (1943), partit en Europe en pleine guerre pour assurer des missions de renseignement non dénuées de risques, notamment durant la bataille des Ardennes.

44 ans après, à St-Elivet, pas de cessez-le-feu, plutôt des assauts guerriers, des enquêtes policières, des attaques de zombies et des brâmes de cerfs en rut couverts par des lemmings mafieux.

Table 1, dite « Entre terre et ciel » : A la table de P.I. il y eut beaucoup de va-et-vient, entre untel qui vadrouillait entre les tables, unetelle qui préparait du thé, un autre qui allait vérifier où en était le thé, des qui avaient du mal avec les petits cubes et les disques (points de pénalité à la clé immédiats pour le fautif, et première place d’office pour la victime, dit la règle, inflexible), et entre tout ça, des investigateurs qui tentaient tant bien que mal d’arpenter New York. De ce plateau comme suspendu entre terre et ciel, Mks ressort vainqueur avec 19 (bien aidé par deux erreurs de son voisin et les conséquences induites par la règle inflexible). Suivent Vincent (15), votre modeste narrateur (13), et Joan (11). Olivier finit son chemin de croix sur une note négative (-1).

Table 2, dite « Apocalypse now » : A la table de Eaten by zombies!, beaucoup de cadavres (Xel, Thomas, Christophe), et un seul survivant, Tristan. En est-il plus humain pour autant ?

Table 3, dite « The Deer hunter » : la table 2 se reconstitue pour une expédition à Anter Island, où il n’est plus question de zombies affamés mais de cerfs en rut. Le résultat sera le même. Tristan aux cornes chaudes a bramé si fort que les biches s’en souviennent.

Table 4, dite « Forrest Gump » : la table 3 enchaîne avec Clans, où, pour briser la monotonie qui s’installe, chef Tristan laissa sagement la place à un aîné, Thomas. Mais est-ce vraiment son aîné ?

Table 5, dite « Full metal jacket » : à la table de Myth, beaucoup de figurines en métal rivalisent, mais la victoire est collective, car les joueurs incarnent l’un des 5 héros et travaillent ensemble pour vaincre le mal. Autrement dit, cette table vit la victoire de trois hommes (Julien de Paimpol, Neox, Baptiste) sur un cuffin.

Table 6, dite « Platoon » : de cet Assaut sur l’empire, interprété par un quintett de pointe (Jack, Guillaume, Mickaël, FR, Nicolas II), on retiendra la victoire de l’empire.

Table 7, dite « Voyage au bout de l’oubli» : de cet opus de Lemming mafia, interprété par un quatuor de haut vol (FR, Guillaume, Neox, Marion), on ne retiendra presque rien.

Table 8, dite « Birdy » : Mickael et Nicolas II entament un 7 Wonders Duel, une partie dont un petit oiseau a emporté le résultat loin, si loin…

Table 9, dite « Good morning Lannion » : à cette dernière table de la soirée, un Deck building game, nous retrouvons les deux Julien, et nous pouvons vous annoncer sans erreur que Julien a gagné.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.