Séance de VENDREDI à St-Elivet 27/09

Une séance de Parties Civiles, c’est deux soirées d’occupées : une pour jouer, une pour lire les CR.

Et comme pas moins de 16 joueurs étaient présents, et que 7 jeux différents (un record ?) ont été pratiqués ce soir, c’est un CR plus qu’exhaustif que nous vous proposons.

Table n°1, dite « Lettre from Buhulien », racontée par François (de Buhulien), autour de la récente acquisition de Sly « Le Jeune » : Lettres de Whitechapel :

Le 27 septembre 1998, le moteur de recherche Google voyait officiellement le jour. Ce nom a pour origine le terme mathématique googol (gogol en français), qui désigne 10100. Le nombre 10gogol (un gogolplex) dont vient le nom du Quartier général de Google, frappe l’imagination: il serait impossible de l’écrire sur papier car il contient plus de chiffres qu’il y a d’atomes dans l’univers visible. Un symbole de la mission de Google: « organiser les informations à l’échelle mondiale dans le but de les rendre accessibles et utiles à tous ».

C’est exactement 15 ans après que Sylvain le jeune, Ania, Gwen, Jérôme, Michal, Julien, et VHS prennent la direction de Londres à l’époque de la révolution industrielle. Plus précisément, à Whitechapel, dans l’East End, l’un des quartiers les plus pauvres, où œuvraient toutes les victimes de Jack l’Éventreur. Un puissant moteur de recherche eut été bien utile à la police métropolitaine de Londres, qui n’a en effet jamais mis la main sur le meurtrier, ni même sur un suspect crédible…

A ce jeu, il y donc a un meurtrier, et cinq enquêteurs de police. Après un placement initial (lieux des 5 meurtres avérés, forces de police), à chaque nuit, Jack révèle l’emplacement du meurtre (il peut différer cette décision mais il laisse alors plus de temps aux policiers pour s’organiser), puis se déplace secrètement dans le but de rejoindre sa cachette, également secrète. Les enquêteurs doivent le pister à travers le dédale des ruelles londoniennes, et peuvent l’interroger sur son parcours lorsqu’ils passent à proximité de lieux qu’ils suspectent avoir été traversés.

Avec ses ruelles sombres, sa promiscuité, sa foule interlope, son air malsain chargé de maladies et son brouillard issu des usines de la révolution industrielle, l’Est End, réceptacle de la misère dans une capitale tentaculaire, n’est-il pas l’endroit parfait pour finir sa semaine ? Mieux vaut pourtant ne pas y traîner trop: les victimes sont d’abord égorgées. Deux d’entre elles sont éventrées: l’assassin a ouvert l’abdomen et en a retiré les viscères pour les disposer sur l’épaule des cadavres ou les emporter. Un morceau de rein humain fut même envoyé au chef des Comités de vigilance de Whitechapel, accompagné d’une lettre, mais nous y reviendrons. Une victime, dite « Long Liz », fut égorgée, mais non éviscérée : le corps était encore chaud lors de sa découverte et il est probable que son assassin n’ait eu le temps de terminer sa besogne. A l’opposé, la dernière victime, dite Ginger, fut assassinée dans la chambre qu’elle louait, et totalement éviscérée. Ses organes étaient éparpillés dans toute la pièce, l’assassin ayant eu, cette fois, tout le temps d’agir.

Nous étions donc sept, et Sylvain fit office de maître de cérémonie pour la première partie. Je fus désigné comme meurtrier, et choisis ma cachette dans un quartier central, le lieu du meurtre (celui de « Polly », 31 août 1888), étant au nord. Je pris un peu d’avance sur mes poursuivants grâce à quelques pouvoirs fort utiles mais les enquêteurs étaient sur mes talons. Sentant la maréchaussée à mes trousses au bout d’une dizaine d’heures, je pensais rejoindre ma cachette en catimini, mais Julien énonça opportunément une règle inédite qui me privait de mes pouvoirs d’accélération, ce qui m’obligea à raccourcir mon pas. Je fus alors arrêté sur le champ par une enquêtrice débutante qui mit fin à ma fuite et épargna donc 4 précieuses vies. Pour la deuxième partie, Gwen hérita du rôle, Sylvain rejoignit les enquêteurs, alors que je pris le titre officieux de conseil du meurtrier, offrant le rempart illusoire de la loi à une horde de forces de l’ordre aux abois. Pour la première nuit, l’équipe fut conduite par des chefs si incompétents qu’elle se perdit en conjectures sur les passages du meurtrier. Celui-ci vint donc à bout de son premier forfait, cependant il laissa un indice sur sa dernière position connue avant sa cachette. Malgré l’extrême désorganisation d’une maréchaussée aux abois, cette information essentielle permit sa capture tout à la fin de la deuxième nuit (« Dark Anny », 8 septembre 1888), qui fut donc également la seconde. Il n’eut pas le loisir de connaître la troisième nuit, émaillée de deux meurtres (l’attribution à Mr. Jack du premier étant sujette à caution selon les spécialistes), ni d’utiliser le pouvoir spécial des lettres (présumées écrites par l’assassin, même si la controverse fait rage sur leur véracité). L’une d’elle, intitulée « From hell », était fort brève: « Monsieur, je vous envoie une moitié du rein que j’ai pris à une femme que j’ai gardée pour vous l’autre, je l’ai frite et mangée c’était très bon. Je pourrais vous envoyer le couteau ensanglanté qui l’a pris si seulement vous attendez encore un peu. Signé Attrapez-moi quand vous pouvez monsieur Lusk. »

Table n°2 dite « L’Amérique, je veux l’avoir et je l’aurai », racontée par Baptiste « nuque pas si longue » :

Une table Les Aventuriers du Rail, dans laquelle Grégoire, Jeff, Xel, David et moi-même nous affrontâmes pour la conquête des USA. L’axe nord-sud entre les Rocheuses et les Appalaches fut rapidement saturé, Jeff David et moi nous battant farouchement pour ces petites liaisons.

Xel entreprenait pour sa part une traversée d’est en ouest. Quand à Grégoire, il tentait d’avoir la totalité de la pioche dans sa main. Comprenant qu’il n’y arriverait pas, il abattit alors son jeu, construisant les grandes liaisons du sud de la carte et s’envolant ainsi en tête des scores. David et Jeff bataillaient pour la seconde place, ayant bien développé leurs réseaux, talonnés par Xel. Limité par de
courtes liaisons, j’étais loin derrière et tentait alors de relier l’ensemble de mes routes dans l’espoir d’obtenir les dix points revenant au réseau le plus long. Mais c’était sans compter sur Grégoire, lui
aussi concourant pour le titre de l’homme à la plus longue route, qui précipita la fin de partie. Partie qu’il emporta haut la main, suivi par David qui pour une initiation au jeu obtint une belle seconde place. Xel et moi-même finîmes groupés. Jeff ferma la marche, pénalisé par un objectif à plus de vingt points non réalisé.

Table n°2bis, par le même narrateur :

nous enchainâmes ensuite avec un Libertalia. Après une rapide explication des règles pour les novices Jeff et Grégoire, et un rafraichissement pour David, nous nous mîmes joyeusement sur la figure à coup de canonniers, de sabres aiguisés, et d’espagnols officiers. Le jeu se déroulant en trois campagnes, Grégoire s’empressa de prendre la tête à l’issue de la première. Un peu trop fébrile dans le partage du butin, il ne pu tenir sa position lors de la seconde campagne, me laissant le champ libre pour lui ravir sa place. La dernière campagne fut brutale, violente, meurtrière, et sans pitié. Du chaos émergèrent deux capitaines premiers ex-æquo : Xel et moi-même, suivis par nos confrères dans un ordre dont le désordre de l’abordage m’empêche de me souvenir.

Table n°3, dite « Démocratique », racontée par Notre Président en Personne.

La troisième table nous permit de découvrir Tzolk’in – Le calendrier maya, acquisition de l’asso après un vote démocratique.

Mes craintes sur ce jeu portaient sur son accessibilité et sa durée. Je fus rassuré sur ces deux points car nous finîmes peu après 23:00 règles comprises, à 4 joueurs ce qui est la config maximale. Les cobayes : Laurent, Jack, Thomas et Votre Ineffable Président.
Le jeu est efficace et les tours rapides. Les règles sont limpides. La mécanique avec les roues imbriquées est originale de même que les actions se déclenchant à la reprise d’ouvriers et non à la pose. Le jeu plaira également à nos joueurs les moins belliqueux car l’interaction est assez limitée. Pour cette partie de découverte, VIP finit d’une courte tête devant Thomas.

Table n°3bis dite « Personne ne sait écrire le nom de ce jeu », par le même Président :

Cette partie fut suivie d’une partie d’Amitys avec Gregoire et Xel remplaçant Jak et Laurent. Gregminatore gagne une fois de plus en nous laissant espérer qu’on remonterait. Merci a lui.

A ce stade de la soirée, il semble que tout semblant d’organisation avait foutu le camp, et les joueurs restants se sont mélangés sur deux nouvelles tables.

Tables n°72 et 73, que François nous relate avec une inhabituelle concision :

Cette nuit sanglante de la Saint-Vincent vit également Gwen, très en verve, dézinguer la compagnie des nains pour prendre la tête à Saboteur, et Thomas, en Nosfératu convaincant sous la férule d’un Igor-JiBee inquiétant, mordre à belle dents ses victimes, les dérouter en se faisant passer pour un de leurs congénères, avant d’être frappé du pieu ancestral. Une soirée à rallonge donc, pour cette nuit de pleine lune. Mais comme le dit le dicton: à la Saint-Vincent, prends ton temps.

Les mêmes parties, narrées cette fois par Baptiste :

La soirée entrant dans sa deuxième partie, je lançai une partie de Saboteur avec François, Jérôme et Gwen pour patienter en attendant la fin de la table d’Amyitis. La première manche fut placée sous le signe du sabotage le plus total. Quelle ne fut pas notre surprise, en atteignant la pépite, de nous rendre compte que nous étions tous de bons mineurs. Comme quoi, coopérer n’est pas la chose la plus aisée. La deuxième manche révéla également la si convoitée caillasse, malgré les efforts remarquables du saboteur François qui éboula et se répara sans sourciller. La troisième et dernière manche de la partie fut la plus
rapide, VHS n’ayant pour saboter ses adversaires qu’une pauvre carte éboulement. Au décompte des points, c’est Gwen qui grimpa sur la première marche du podium.

La nuit était tombée depuis longtemps, et malgré sa fatigue, Notre Illustre Président accepta de se transformer une fois de plus en ignoble Igor dans une partie de Nosferatu à laquelle participèrent les vétérans chasseurs François, Grégoire, Thomas, Xel et moi. Nous fûmes secondés dans notre tâche par deux débutants : Jérôme et Gwen. Les suspicions à propos de l’identité du vampire fusèrent de tous côtés, Grégoire établissant ses fameuses listes grâce à son désormais célèbre strabisme d’ancienne chauve-souris. Tous les rituels furent utilisés, et l’étau se resserrant, quoi de plus naturel que de prouver qu’à ce jeu, quels que soient nos soupçons, il faut toujours pieuter Thomas. Sage décision, qui mit fin à ses vils agissements draculesques.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 24/09

Séance à 2 tables de 4 joueurs.

CR par le président :

 Jean-Baptiste: Mardi on a fait un Louis XIV puis deux amitys
Louis XIV gregoire, Xel et Franck
Amitys les memes moins Franck
autre tables 2 aventuriers du rail
y avais Thomas, Gwen +3 autres
 moi:  3 autres connus ?
 Jean-Baptiste:  oui
je vais retrouver
baptiste cheveu
jerome
en fait le *3eme c est FR qui n est pas venu
donc 2 tables de 4
jai gagné a Louis XIV
Grégoire a gagné a Amitys, ah oui a la premiere Thomas nous avait rejoint
après ces 2 aven du rail
puis le 2eme amitys a 3
je finis egalité premier avec Grégoire
ce qui semblait une belle performance aux yeux des observateurs
Thomas a gagné la premiere et fait dernier à la 2eme des AdR

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Winner du vote >

Eh bien il s’agit de Race for the Galaxy ! Non, heu mauvaise fiche… C’est en fait : Tzolk’in: The Mayan Calendar Il s’agit d’un jeu italien sur la culture maya et pour le plus grand bonheur de certains édité en français.

Félicitations à ceux qui ont participé au vote et grand merci à la commission d’achat du  << jeu qu’il est bien d’acheter pour Parties Civiles >>, affaire rondement menée par Xel, Frank et Françoise. Notre trésorier est à présent sollicité pour sortir les sous qu’il faut pour commander le jeu.

Résultats détaillés du vote : cliquer ici

Descriptif pour les anglophiles sur BoardGame Geek.

Descriptif pour les francophiles sur Tric-Trac.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 20/09

Trois tables et un nouveau sympathisant : Nicolas – bienvenue à lui !

Table n°1, dite « planétaire »…

… racontée par François :

Le 20 septembre 1519, la flotte de Magellan quittait Sanlucar de Barrameda avec 237 hommes répartis sur cinq navires: la Trinidad, nef amirale commandée par Magellan, le San Antonio, la Concepción, le Santiago et la Victoria. Les équipages comprennent, outre les Espagnols, des Portugais, des Italiens, des Grecs et même des Français. L’un des membres de l’expédition, l’Italien Antonio Pigafetta tient un journal qui raconte le récit complet du voyage, puisqu’il fera partie des 18 survivants revenus le 6 septembre 1522, dont n’était point Magellan, mortellement blessé par une flèche empoisonnée sur l’îlot de Mactan, lors d’une bataille inégale (soixante hommes en armure contre deux mille indigènes). La chronique de Pigafetta rapporte que les guerriers de Lapu-Lapu s’étaient confectionnés des boucliers en bois extrêmement dur, résistant aux arquebuses, tout en s’armant de flèches empoisonnées dont le venin avait un effet quasi-immédiat.

Exactement 494 ans plus tard, Thomas, Xel, Baptiste au cheveu dru, Nicolas (nouveau venu), et VHS célèbrent la première circumnavigation de l’histoire à Impérial 2030. J’adoptai une stratégie élaborée avec minutie: m’emparer du Brésil, puis s’allier à l’Europe pour prendre en tenaille les USA. Elle fit merveille sur le papier, et faillit échouer lorsque Nicolas, détenteur des USA, était sur le point de contrôler le Brésil pour reformer la PanAm, mais n’en saisit point l’occasion et jeta inexplicablement son dévolu sur l’Inde. Cependant, le Brésil ainsi conforté fit peur. Partant, on le dépeça de toutes parts: les USA au Nord, la Chine à l’Ouest et l’Inde à l’Est l’assaillirent. Inspirateur de cette alliance transcontinentale, je finis dernier à 92, plombé par la chute du Brésil. Le voisin américain, conduit de bout en bout par Nicolas, résista aux attaques dont il ne fut pas l’objet, et progressa inexorablement sur l’échelle des valeurs, mettant fin à la partie, malgré la faute stratégique évoquée plus haut. Son détenteur termina cependant vainqueur avec 133, seulement investi sur trois pays, dont le duo de tête USA-Russie. Xel eut un peu tous les pays, commença avec l’Inde qu’elle délaissa, puis l’Europe qu’elle se fit ravir, la Russie qui s’étendit, et enfin la Chine qui prospéra bien au-delà de ses bases, jusqu’en Colombie. Cette combinaison lui assura la deuxième place avec 125. Thomas semblait très bien parti, à la tête d’une alliance sino-russe puissante, mais qui s’effilocha et qu’il ne put garder, terminant avant-dernier avec 96 faut d’avoir eu assez à investir. Enfin, Baptiste, résident suisse devant l’Eternel, adopta la stratégie du rentier, misant avec justesse sur les USA et la Russie, qu’il contrôla furtivement. Mais son impasse sur la Chine lui valut d’échouer à la troisième place, avec 112.

Suivirent deux parties de 7 Wonders, remportées par Grégoire, la chronique rapportant que la première était à l’arrache, et la seconde, à l’aise. Comme quoi, en navigant autour de la terre, on finit toujours par rejoindre son port d’attache.

Table n°2, dite  « pas si simple » (jeu de mot volontaire (c) Marvin) …

 … racontée par Marvin :

Ania, Gwen, Laurent, Mks et moi-même nous attablâmes autour de l’extension Carlon House pour Sherlock Holmes, Détective Conseil. Après une rapide présentation du matériel de cette extension, nous entamâmes la seconde enquête d’icelle.

Nous croulâmes sous les témoins et ne pûmes tous les interroger. Aussi, bien que nous esquissâmes rapidement le mobile du meurtre, nous piétinâmes quant à identifier son exécutant.

Après trois tours de tables, nous mîmes arbitrairement fin à la partie et répondîmes au questionnaire.
Si nous ne fûmes pas excellents, nous ne fûmes pas non plus totalement ridicules, et nous obtînmes un score final de 20 points, que nous qualifiâmes de « moins bien qu’l’aut’ fois, mais mieux que certaines autres ».

Table n°3, dite « enfin » …

<< c’est tellement moche que c’en est beau >> (« Brave Soldat Chveik »)

… ou le retour sur tables du jeu avec des poils : Age of Steam. Après une rapide mise au point des règles Grégoire, Jeff, JiBee, Sly The Old Man et Votre Humble Serviteur se sont attablés autour de ce monument de perfection ludique (en toute objectivité qu’est la mienne). Le jeu pris pour plateau la carte du Nord-Est Etats-Unien, la carte de la V1 quoi… Je passe sur les détails de la partie mais le plaisir du jeu était tel que les larmes de bonheur ont brouillé la vue de VHS. Ceci l’empêcha de gagner, non sans avoir fait cependant son king maker un peu involontaire au bénéfice du président qui devança de 1 point Sly qui mena la partie tout le long. Ce dernier a promis de se venger encore plus méchant ce qui veut dire qu’on y rejouera bientôt. Chic ! A noter une belle 3e place des 3 derniers en parfait ex-aequo.

 

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 17/09

3 Tables pour cette séance :

Table n°1 dite « à l’Est »…

… racontée par François :

Une table, dite « à l’Est »

Il y a exactement, 74 ans déjà, le 17 septembre 1939, les troupes soviétiques envahissaient la Pologne, 16 jours après la Wehrmacht et moins d’un moins après la signature du pacte de Munich, dont un volet secret attribuait à l’URSS l’Est de la Pologne. Plus près de nous, précisément 40 ans plus tard, une brèche était ouverte sur un autre front de l’Est: le premier McDonald’s français s’établissait à Strasbourg. Laquelle de ces deux percées a laissé le plus de traces dans le paysage d’aujourd’hui ?

C’est à l’Est aussi que s’engagea une partie de Brass entre Grégoire, Thomas, Baptiste (cheveu au vent), et VHS, dans une séquence improbable, qui vit l’occupation de deux villes par des mines inutiles, et la saturation les canaux. Le développement de l’industrie en fut gravement entravé, en particulier pour Grégoire dont on coupa tous les débouchés (après avoir tenté de le handicaper en le positionnant à l’envers de la carte). Le charbon florissait, mais trop tôt et ces mines finirent au rebut avec leur marchandise. A l’époque du rail, le paysage s’éclaircit. Je colonisai Manchester, Grégoire s’établissant au Nord, Thomas à l’Ouest, et Baptiste là où il trouva de la place. Le banquier fut magnanime, nous autorisant à emprunter à l’orée du dernier tour. Au décompte final, l’imposant chantier naval de Thomas le propulsa à 110 points, devançant VHS à 102, bien équilibré entre canaux et bâtiments, et Baptiste à 92. Pas suffisant cependant pour contrer les 125 points de Grégoire et son puissant réseau de canaux autour de Bolton, confirmant par là une hierarchie très convenue à ce jeu.

Suivit une partie de Citadelle, remportée par Baptiste le chevelu, qui « coiffa » ses rivaux en finissant son huitième quartier après avoir abondamment pillé les cartes des autres compétiteurs. S’il termina a égalité de points de carte avec Grégoire, condottiere devant l’Eternel, et Thomas, qui prit avec brio tous les rôles, sa prime de premier finisseur le laissa seul en tête. Puis, alors que la tempête sévissait à l’extérieur, deux vampires de Nosferatu (François-René, guidé par Thomas, puis JiBee, manoeuvré par VHS) prirent possession du centre. Face à face, et positionnés à l’extrême Est de la salle, ils subirent tous deux un sort cruel. Dehors, le vent d’Est redoublait de violence.

Table n°2 dite « welcome »…

… qui a accueilli Marie, une nouvelle sympathisante et qui a découvert Puerto Rico, le jeu d’une légèreté légendaire, parfaitement adapté à débuter en compagnie de JiBee, Jeff et François-René.

Table n°3 dite « panzer Tiger »…

… où Votre Humble Serviteur a fait re-decouvrir Tigre & Euphrate à Xel et Françoise. La galanterie de ces dames a permi à VHS de l’emporter.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 13/09

3 tables pour cette séance :

Table n°1 dite « abstinente » …

… racontée par Marvin :

Nous nous attablâmes, Mks, Baptiste « cheveux courts », Gwen, Sly « Forever Young » et moi-même autour de la première enquête de l’extension « Carlton House » pour le jeu Sherlock Holmes Détective Conseil (soit la 13ème enquête, car aux 10 du coffret de base, se sont déjà ajouté deux enquêtes supplémentaires), sobrement intitulée « La fin du néphaliste ».

Nous passâmes quelques instants à tenter de comprendre le sens du mot « néphaliste », puis nous résolûmes l’enquête avec une relative facilité, nous offrant le luxe d’emballer la piste secondaire par la même occasion.

Cela dit, au final, il nous fallut tout de même 15 pistes avant de boucler les deux affaires, soit 10 de plus que ce bon Sherlock. Les questions étant généreuses en points, nous obtînmes un honorable score final de 55 points. Franchement, j’ai vu pire.

NB :

néphaliste/ne.fa.list/masculin et féminin identiques

Personne qui pratique l’abstinence absolue de tout alcool.

Table n°2 dite « suspendue » …
… racontée par François :
Le 19 septembre 1993, une poignée de main célèbre entre Yasser Arafat, Yitzhak Rabin et Bill Clinton scellait une déclaration de principes pour régler le problème des territoires occupés, instaurer une autonomie palestinienne temporaire de 5 ans, et progresser vers la paix. Hélas, exactement 20 ans plus tard, le monde est toujours suspendu à cet espoir, qui s’éloigne un peu plus chaque jour à mesure que la colonisation des territoires avance.
Suspendus aussi, les jardins de Babylone, construits pour les yeux de la belle Amytis au temps du roi Nabuchodonozor. Pour les construire, il  faut engranger des ressources, de l’argent (les talents) et des chameaux pour irriguer, planter et récolter, sans oublier que dans Amytitis, tout tourne autour de la caravane qui va de ville en ville, véritable la clef de voûte de la progression dans le jeu. Cette partie réunissant Grégoire, Thomas, Xel, et VHS, débuta sur une controverse sur l’argent disponible au début de la partie. Le choix fut fait d’un départ brutal sans argent, sur la foi d’une règle consultée sur un smartphone en l’absence de référence officielle dans la boîte. Il fut dit par la suite que ce n’était pas ce qu’il aurait fallu faire: un motif d’invalidation de la victoire de Grégoire, devant VHS, Xel (pourtant privé de banques, chameaux et forteresses), et de Thomas (pourtant gonflé à bloc de banques, chameaux et forteresses). Comme quoi à Amytis, si les cartes apportent prestige, argent, et amplitude du pas de chameau, il faut surtout prendre le bon wagon de la caravane.
Puis, la nuit s’installa, enveloppant dans son noir manteau Maud, Gwen, Jeff et Baptiste au-poil-fin-mais-pas-tant-que-ça-finalement (précision d’importance car cette soirée vit aussi le retour de son homonyme au cheveu bien plus court), pour une table de 8 à Nosferatu. Jeff puis Xel furent des Igor inquiétants, mais les vampires (Thomas puis VHS) ne résistèrent pas à l’assaut des enquêteurs qui sortirent tous vivants de la nuit, même si Grégoire fur mordu plus souvent qu’à son tour. Enfin, pour bien finir la soirée, nous partîmes à l’assaut des Citadelles. Porteur d’une belle combinaison de cartes, je fus tour à tour architecte et magicien, suscitant des convoitises qui freinèrent ma progression. Thomas vola souvent le marchand, que Gwen fut souvent. Grégoire fut maléfique, passant son temps à assassiner, dépouiller ou, dans son habit de condottiere, attaquer ses congénères. Xel et Jeff étaient régulièrement roi et reine sur leur bout de table, le roi ayant des penchants ecclésiastiques marqués qu’il ne put faire fructifier jusqu’au bout: l’alliance du lys et du goupillon est décidément passée de mode. Et finalement, personne ne se méfia de Maud, qui, pour sa première partie, mit tout le monde d’accord avec 29 points, devançant Xel et Baptiste, avec 25. On taira pudiquement l’heure de sortie de cette soirée à rallonge: ô temps, suspends ton vol, et vous, heures propices, suspendez votre cours, laissez-nous savourer les rapides délices des plus beaux de nos jours !
Table n°3 dite « non-racontée » …
… avec Baptiste 1er dit « à capillarité réduite » et Maud qui se sont fait initier au Palais Royal par Jeff.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 10/09

Séance + réunion Scorfel à St-Elivet.

Table n°1 dite « qui veut la peau de Jeff ? » …

… jouée donc notamment par Jeff, Xel & Co. Un Palais Royal fut suivi de 2 Citadelles.

Table n°2 dite « conquise » …

… avec au milieu un Endeavor.

Table n°3 dite « pleine de métal » …

… avec un Full Metal Planete qui a réuni MKS, François-René et Laurent

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 6/09

3 tables pour la rentrée « officielle » de Parties Civiles, avec 2 nouveaux arrivants : Virginie et Gwen.

Table n°1 dite « encartée »

… racontée par François :

Le 6 septembre 1914, débutait la première bataille de la Marne. Cette bataille, gagnée, resta célèbre en raison de l’épisode des « taxis de la Marne », une solution trouvée par l’état-major français pour envoyer des troupes fraîches afin de réaliser un mouvement tournant pour contenir et détruire les avant-gardes des troupes allemandes. Cette opération permit d’acheminer rapidement 5 000 hommes, mais aucunement de renverser le cours de la bataille, contrairement à une idée reçue, la très grande majorité des troupes étant transportée en train. De plus, ces troupes étaient épuisées par de lourdes pertes, raison pour laquelle elles bénéficieront des taxis. Occupant des positions défensives en seconde ligne, sans jamais subir d’assaut direct, elles eurent une contribution inexistante. En revanche, cette manœuvre inédite dans son ampleur eut une réelle portée psychologique sur les soldats français, mais surtout sur la population, l’épopée devenant rapidement un symbole d’unité et de solidarité nationale. Exactement 99 ans plus tard, c’est à une séance prolongée de Citadelles (un joli jeu de cartes, vaguement chaotique) que s’adonnèrent Frank, Grégoire, Virginie (une nouvelle venue qui sembla y prendre goût), Baptiste, et VHS. Après une première partie, Frank s’éclipsa. Deux autres suivirent. Les deux premières places furent systématiquement trustées par Grégoire (2 fois 1er, 1 fois 2ème), et VHS (l’inverse donc). L’indécision régna cependant jusqu’à la huitième et dernière carte, celle-ci procurant à celui qui la pose un avantage décisif. A noter qu’à ce jeu, même si on perd, on peut s’octroyer de petits plaisirs rares, comme voler ou assassiner son prochain, à condition de deviner son rôle. Un petit jeu de massacre dont Grégoire fut régulièrement la cible… La soirée se prolongea plus que de raison avec un rally de « 6 qui prend » (un jeu de cartes encore plus chaotique), Maud remplaçant Virginie, et où Grégoire l’emporta là sans discussion. Malgré l’heure nocturne, à la limite du couvre-feu, point ne fut besoin de taxis pour acheminer les joueurs à bon port.

Table n°2 dite « cylonnée »…

… où les Cylons ont mis le pâté aux humains dans Battlestar Galactica. Table composée de : Xel & Gwen (cylons), Laurent, Michal, Jeff & Sly the Old Man dans le rôle des victimes humains.

Table n°3 dite « isolée » …

… où Maud, JiBee et Votre Humble Serviteur se sont penchés au dessus du plateau de Robinson Crusoé : aventures sur l’ile maudite. C’est un jeu coopératif, subtil mélange de Horreur à Arhkam (il y a des fiches de personnages, des cartes d’événements, des scénarios) et Agricola (il y a des ressources à collecter/transformer, des objets à construire, il faut nourrir ses naufragés…). La partie était essentiellement axée sur la découverte des mécanismes du jeu, simples mais (très) riches. Dans le principe il faut s’efforcer dans un premier temps de stabiliser la situation des habitants de l’île afin de pouvoir affronter la faim, les conditions climatiques et les animaux sauvages qui squattent le coin, puis, par la suite atteindre les objectifs fixés par le scénario. Nous avons plus ou mois réussi, modulo quelques arrangements avec les règles… Pas mauvais ce jeu même pour quelqu’un qui n’aime pas trop les jeux coopératifs 😉 En marge : l’objectif avéré de l’auteur était de supprimer le rôle du leader habituellement présent dans un jeu coopératif, après cette première séance il semblerait qu’il ait réussi…

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 3/09

Une incertaine reprise a finalement eu lieu ce mardi, nous avons recupéré les nouveau jeu de clefs du centre à extrême limite du temps ! Du coup 2 tables se sont constituées :

Table n°1 dite « Grégorienne » …

Notre président éditeur de Brass. Dès que ça parle de brasser l’argent…

… avec François, Baptiste 1er dit « la nostalgie du poil perdu », Thomas et Grégoire autour du bon Brass. Grégoire met le pâté gagne la partie comme le raconte bien François :

Comme l’énonce le diction, à la saint-Grégoire, taille la vigne pour boire. Exactement 1423 ans après l’élection du pape Grégoire 1er, Thomas, Baptiste et VHS tentèrent de faire sa fête à son lointain successeur en lui infligeant une brasse coulée de longue durée, mais finirent par boire le calice jusqu’à la lie. Pour Baptiste, qui découvrait Brass, les premiers mouvements furent calqués sur les miens, stratégie hasardeuse s’il en fût, car, fondée sur le rendement que m’assuraient le charbon des mines et mes ventes de manufactures, elle délaissa les édifices de prestige. Thomas, lui, se concentra au sud, en particulier à Manchester dont il trusta les 4 emplacements. Quant à Grégoire, il impulsa une stratégie audacieuse tournée vers l’Est, à base de développements continus, épuisant la production d’acier qu’il avait lui-même initiée en établissant des aciéries, et trustant les marchés extérieurs, qui lui furent favorables. Au final, la carte fut bien développée dans tous ses points cardinaux, mais chacun resta dans sa zone de prédilection. Les pointages finaux semblaient serrés: je caracolais en tête des revenus, m’étant payé le luxe de faire l’impasse sur un emprunt avant le dernier tour que j’abordai avec seulement 1 livre. Mais j’atteignis mes limites sur le niveau trop faible de mes bâtiments et pâtis d’une erreur de calcul de coups à la fin qui me priva d’un lucratif chantier naval, échouant donc à 92. Thomas fut un challenger redoutable, avec quelques belles constructions, dont un chantier naval aussi ruineux que rentable, et termina à 114. Baptiste acheva avec brio sa première partie sur un score à trois chiffres (101). Et Grégoire termina sa vendange sur le score respectable de 127, grâce à ses bâtiments de niveaux 4 fort chargés en PV. Le millésime 2013 sera assurément de garde.

Table n°2 dite « Maudites centrales » …

rêve…

… avec Jeff, JiBee, Xel, Vincent et Votre Humble Serviteur autour d’un Funkenschlag. Le prés ayant déclaré vouloir jouer avec le « nouveau deck », nous le fîmes au dessus d’une carte des Etats-Unis privés de leur coté sud-est. Le jeu de blocages et enchères était assez fun mais le tirage des centrales fut pour le moins curieux. Jeff avait pendant un bon moment la position de favoris, plein aux as et avec une situation favorable ayant gagné l’enchère sur la dernière centrale « valable » du jeu : les centrales venant par la suite étaient tellement misérables que les enchérisseurs pleuraient. Cela étant JB a pris l’initiative d’acheter une centrale qui le fit remonter d’un cran au dessus de Jeff et termina le jeu avec 1$ en poche. L’image qui me vint à l’esprit était celle du cycliste qui levait le bras pendant qu’un autre hargneux pédalait pour s’octroyer la victoire. On s’est bien fendu la poire et c’est le plus mieux.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum