Séance de VENDREDI à St-Elivet 28/12

Séance post-apocalyptique et post-Noel ainsi que la dernière de l’année 2012, ce qui nous a valu 2 tables, les deux pourvues des jeux inédits :

Table n°1 dite « érotique » …

… où Jeff a fait un 1969 avec Vincent, Xel, Gérard et Marie-Anne. Il sort vainqueur de cet exercice en se plaçant 1er.

Table n°2 dite « dans l’espace personne ne vous entends jeter un dé » …

… où Votre Humble Serviteur a entraîné Mikael, Franck et François dans un Alien Frontier. Ce jeu emprunte le mécanisme d’optimisation d’emploi de dés à des jeux comme Kingsburg, Troyes ou Les Châteaux de Bourgogne tout en ajoutant l’ « american touch » d’une interactivité belliqueuse. Il a pour thème la colonisation d’une planète inhabitée qui porte les vestiges d’une civilisation alien (d’où le titre). Les joueurs disposent de vaisseaux-dès qu’il amarrent dans différentes infrastructures en orbite de la planète afin de produire des ressources et in fine des colonies sur la planète. En support des vaisseaux viennent des technologies matérialisées par les cartes qui permettent de modifier les emplois des vaisseaux-dès ou amènent des bonus défensifs ou offensifs. En effet, une des infrastructures permet de lancer des raids sur les ressources ou technologies en possession des adversaires. Par ailleurs un système de majorités sur les territoires occupés de la planète (et portant des noms des illustres écrivains de la SF  du XXe siècle -surtout de sa 1ère moitié) amène également des bonus. Bref de quoi comboter pendant toute la partie, certains apprécierons… La partie elle-même fut surtout axée sur la découverte car si les règles sont très simples, l’environnement est riche de ses actions diverses, ce qui fait qu’il y a rarement des « jets pourris ». Après quelques raids Frank et François se sont munis chacun d’une carte protectrice alors que Mikael et VHS ont essayé d’optimiser l’emploi de leurs ressources afin de n’avoir rien qui puisse être subtilisé. François fut un moment en tête mais après une action belliqueuse s’est attiré les foudres de Mikael et VHS qui ont légèrement ralenti sa progression.  Frank évoluait relativement tranquillement dans son coin, Mikael etait le roi de ressources et VHS a trouvé quelques combos « pacifiques » intéressantes et qui lui ont permis de prendre l’avantage en toute fin de la partie, tout juste avant le retour en force de François qui se retrouve 2ème à l’égalité avec Franck, suit Mikael. Cela étant la « victoire » de VHS n’est pas homologuée car d’une part une mauvaise interprétation d’une carte a fait qu’il a triché (il est de notoriété publique qu’il a besoin de cela pour gagner), et d’autre part les compétiteurs ont fustigé le temps de réflexion que VHS s’est accordé pour mettre en oeuvre cette tricherie même si la découverte du jeu le nécessite … Cela étant j’ai pas mal apprécié le jeu qui par son triplet : simple, riche, interactif, ne démérite pas sa place dans le TOP 100 BGG 🙂

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 21/12

3 tables pour cette séance apocalyptique qui a vu Dominique – un sympathisant rencontré au forum des associations – se joindre à nous pour ce qui devait être une ultime séance selon les Mayas qui, pour des raisons qui échappent à Votre Humble Serviteur, en voulaient à Parties Civiles et ça depuis très longtemps. Rassurez-vous, si vous lisez ce CR c’est que les Mayas ont perdu à leur petit jeu.

Table n°1 dite « tardive » …

… racontée par François qui revient en détail sur l’obstination des mayas (qui rappelons-le n’étaient pas tous des abeilles) :

Le 21 décembre 2012 marque la fin des 5 125 années d’un cycle du compte long du calendrier maya, interprétée par certains comme la fin définitive de ce calendrier. L’interprétation New Age de cette transition postule que cette date marquera le début d’une nouvelle ère, au cours de laquelle la Terre et ses habitants connaîtront une transformation spirituelle ou physique radicale. Pour échapper cetet funeste perspective, quoi de mieux que squatter l’atmosphère ? C’est ainsi qu’Hélène, Baptiste et VHS prirent le parti de s’envoyer en l’air à bord d’Aeroplanes pour échapper aux lois cruelles de l’attraction terrestre.
Une fois les règles exposées par VHS, Baptiste et Hélène firent leur baptême de l’air à Zurich, station huppéee et fort fréquentée en cete période de fêtes, coupant l’herbe sous le pied de VHS, qui dut ainsi laisser à quai les nombreux passagers patientant en salle d’attente de Berlin-Brandenbourg. En cette première ère, tous se concentrèrent sur l’Europe malgré des tentatives infructueuses au Moyen-Orient, VHS délaissant pour sa part la rentabilité en ne convoyant aucun passager. En deuxième ère, VHS parvint à mettre un pied en Asie, bientôt rejoint par Hélène, alors que Baptiste se risqua en Afrique et optimisa le remplissage de ses coucous pour virer en tête, conquérant au passage le stratégique aéroport de Paris. Les choses sérieuses ne commencèrent vraiment qu’à la troisième ère, alors que tous les parti-civiliens quittaient les lieux, abandonnant nos aviateurs à leur triste sort dans une ambiance de fin du monde. On imputera ce retard au décollage à la méticulosité de certain joueur de cette table, qui ne cessait de peser à livre ouvert  le pour et le contre des différentes options. C’est surtout en troisième ère que les hostilités firent rage, l’espace étant compté sur les aéroports de départ (restreints à deux places en configuration 3 joueurs). Baptiste poursuivit avec grand succès son périple africain, gagnant jusqu’à l’Afrique du Sud. Hélène se concentra sur l’Europe et la rentabilité, avec une brève incursion en Asie. C’est ce continent qui décida du sort de la partie, avec l’arrivée de nombreux passagers Japonais, Singapouriens et Indiens. VHS réussit un raid oriental savamment orchestré jusqu’au Japon et parvint à arracher de haute lutte Heathrow et ses salles d’attentes gavées de touristes hindous et nippons. Baptiste, à coup d’achats d’avions et d’augmentations de production, parvint à faire main basse sur l’Europe et semblait se diriger vers la victoire. VHS, ayant préservé l’esentiel (Londres), capitula sur le vieux continent. Grâce à un ultime avion lui permettant de transporter ses lucratifs passagers, il emporta la rentabilité de la troisième ère juste devant Hélène, (19 à 17) et, surtout, engrangea 19 points avec ses passagers et avions. Avec 52 PV, il coiffa ainsi Baptiste, valeureux deuxième avec 46, et Hélène qui ne démérita point avec 38. On se laisse dire qu’au décompte du point gagné par temps joué, elle l’eût emporté haut la main. Il était temps d’atterrir en tous cas, et ce n’est à 0h32 que St-Elivet fut bouclé. Parvenus dehors, nos chevaliers du ciel constatèrent que le monde extérieur semblait avoir resisté à l’appocalypse.

Table n°2 dite « centrale » …

… racontée par Xel :

Funkenschlag avec 5 joueurs : Gérard, David, Maud, Dominique (dont c’était la première séance) et VHN (seule à connaître le jeu).
Après avoir écouté les explications fournies par Jacques nous avons joué avec la carte de France et sa puissance nucléaire si économique. Dès le deuxième tour nous avons eu de grosses centrales et le démarrage a été lent… Le hasard m’avait désignée pour commencer et j’ai été propulsée dès le premier tour en tête (sauf une fois où j’ai été troisième !) ; j’ai essayé de booster mes camarades et leur ai donné quelques conseils (achat de centrales, approvisionnement en matières premières).
Maud a joué la carte du tout nucléaire, Gérard a exploité le charbon et l’éolien, David, Dominique et VHN avons joué la diversification…
Pour faire avancer le jeu, j’ai déclenché le Stuff 2 qui a ouvert le jeu (et m’a fait gagner pas mal d’argent au passage ). Le Stuff 3 n’a été déclenché qu’au dernier tour.
Au final, j’ai remporté la partie avec 15 quartiers alimentés, Gérard et Maud alimentant 12 quartiers (mais Gérard possèdant plus d’argent il a pris la deuxième place), David avec 11 quartiers alimentés est quatrième et Dominique avec 10 quartiers a fermé la marche.
Première partie pour les quatre autres joueurs et première « victoire » pour moi ; ça change la donne de ne pas jouer avec des poids lourds 🙂

Table n°3 dite « le mal a mal »…

… où VHS a rapidement expliqué les règles de la 2nde édition de Descent. Rapidement car le gap volumétrique entre la 1ere version et celle-ci est énorme, le gain en simplicité gigantesque et la fluidité du jeu sans commune mesure avec son ancêtre. Ainsi donc quatre chétifs aventuriers incarnés par François René – le magicien de pacotille, Sly « trop jeune pour être un héros » – moineau d’un dieu oublié, Marie-Anne – la roublarde trouillarde et Marvin – la brute épaisse se sont attaqués à une humble tribu de Gobelins et leur courageuse escorte sous forme de gentils ettins et dirigés par VHS qui ne mérita pas le ridicule surnom du « Seigneur du mal ». En effet, les quatre mal sus-nommés « héros » ont déchiquetés par surprise les pauvres gobelins qui n’ont demandé rien d’autre que de passer de l’autre coté du gué. Les 2 ettins révoltés par tant d’incivilités ont essayé de contrevenir à ce massacre notamment en utilisant le moine comme un clou puis comme une disque à lancer mais le rapport de force étant largement en leur défaveur et leur gentillesse innée les empêchant de taper trop fort, ils ont cédés sous les coups de brutes d’en face. Une attitude de la sorte de la part des « héros » ne saurait être tolérée et sera sévèrement punie dans le prochain scénario.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 18/12

Une seule table ce mardi, le dernier avant Noël, et pour l’occasion Parties Civiles ne vous offre non pas un, mais deux CR de la soirée !
Car en effet, PC ne recule devant aucun sacrifice pour vous souhaiter de Joyeuses Fêtes™.

C’est donc Xel puis François qui vous racontent cette soirée inoubliable placée sous le signe de la Galanterie™.

Soirée impériale avec 5 joueurs (David le bleu, Baptiste le Brestois in utérus [c’est lui qui l’a dit], François [sans René ni Jean], Vincent le revenant et VHN [votre humble narratrice] seule membre féminin présent autour de cette table testostéronée et guerrière.
Après quelques explications, la partie débute et comme Vincent est très gourmand, il commence avec 3 pays à gouverner (sur 6) et forcément David, le « petit dernier », se retrouve à poil… Beaucoup de bons mots plus tard et après moults changements de mains, deux empires se sont vraiment développés : la Russie qui atteint 25 et l’Allemagne juste derrière (x4), les autres empires justifiant à peine les investissements (x1).
Vers 0 h 30, je terrasse ces messieurs avec 120 points et les laisse à leur désespoir…
Accidentellement je gagne parfois 😉

Une table, dite « L’Empire contre-attaque »

Un double retour en cette soirée: Imperial a été de nouveau joué, et Vincent est sorti de son hivernage pour revenir tâter des Parties Civiles.
Une table guerrière s’est donc composée de

Princesse Leia-Xel, qui avait reçu des cours d’auto-défense et de tir par un maître d’armes afin de se préparer à rentrer dans la résistance dans un environnement à haute teneur en testostérone
Luke-Baptiste, un jeune homme maîtrisant la Force,
Yoda-Vincent, qui, en plus de sa sagesse et son calme, est connu pour ne pas avoir de défaut si ce n’est son appétit vorace,
Anakin-David, doté de capacités le prédestinant à devenir un grand chevalier, et qui finira en Dark Vador (****spoil***)
R2-D2-VHS, robot de forme ovoïde de taille considérablement inférieure s’exprimant dans un langage sonore électronique

Dans cette partie, la paix ne fut que mensonge.
L’appétit vorace de Yoda-Vincent se manifesta d’entrée de jeu par la maîtrise de trois pays.
Maître austro-hongrois, il perdit sa sagesse dans une folle embardée en Italie, puis se fit rapidement subtiliser ses possessions, et termina dans la sérénité à 73, grâce à un investissement judicieux en emprunt russe.

Luke-Baptiste, aux manettes de l’Angleterre, se prit de passion pour la navale, mais n’obtint pas la puissance, n’ayant presque aucune armée à convoyer.
Il termina à 65, sauvé par ses obligations russes et allemandes qui lui en apportèrent 54. Mais il réussit de justesse à éviter l’infâmie du 0 sur l’Angleterre.

R2-D2-VHS contrôla longtemps l’Italie, puis l’Autriche Hongrie, et épisodiquement la France, autant de nations qui n’inspirèrent pas Moody’s.
Il termina donc au faible score de 49, mais restera comme l’initiateur de l’épopée russe, qui marqua la partie.
A defaut de force, il ne connut pas la peur, mais l’instilla à ses ennemis qui ne l’attaquèrent point. La perte de la Russie causa la sienne.

Anakin-David se distingua par un raid savamment orchestré sur une Russie en pleine expansion, qu’il accompagna jusqu’à la fin.
Pour lui, on crut longtemps qu’il n’y avait pas de mort, il y avait l’immortalité.
Mais il finit par rencontrer le Côté Obscur et échoua au port d’une partiez à laquelle il mit fin par la Russie, avec 105, malgré 55 points en Russie et 36 en Allemagne.

Princesse Leia-Xel se libéra par la Force. Pour elle, il n’y a pas d’ignorance, il n’y a que la connaissance.
Par son pouvoir, elle obtint la victoire avec 120 points, grâce à deux raids implacables sur la Russie (juste avant la Taxation), et surtout l’Allemagne, fort en cours chez Standard & Poor’s, qui lui apporta 68 de ses 120 points.
A 0h30, la messe était dite et tout l’univers se prosterna devant elle dans la mort de la lumière.

Une table chaotique ? Non, car il n’y a pas de chaos, il n’y a que l’harmonie.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 14/12

4 Tables ce vendredi, sans doute pour fêter l’heureux évènement qui s’est produit chez deux de nos membres éminents.

J’ai évidemment pris des notes avant de quitter la salle, mais je ne les ai évidemment pas avec moi à l’heure où j’écris ces lignes.
Espérons que ma mémoire sera bonne.

Table n°1 dite « écervelée »…
… où des joueurs (allez, de mémoire, il étaient cinq : F-R, Maud, Marcin et la paire de Sly) se sont alliés pour étriper des Zombies. A part quelques blessures regrettables, je crois que les valeureux combattants ont terrassé tous les zombies et ont tous survécu. Tant mieux pour eux.

Table n°2 dite « petite » …
… où Jeff, Jibee et Julien se sont affrontés à Small World. Ce dernier fut le plus performant et remporta la victoire avec 103 points, devant Notre Illustre Président avec 96 points et Jeff avec 95.
La partie fut agréable si j’en crois cette citation de Notre Insouciant Président : « c’était sympa serré ».

Table n°3 dite « historiquement factuelle »…
… pour le résumé de laquelle je laisse la parole à François :

Une table, dite « Triplicée »

Après la défaite de Sadowa face à la Prusse, l’Empire d’Autriche devient en 1867 une « double monarchie » (impériale et royale) rassemblant l’Empire d’Autriche et le Royaume de Hongrie. Ainsi se mettaient en place des institutions qui dureront jusqu’en 1918: les « affaires communes » (guerre, armée, diplomatie) et les affaires à régler d’un commun accord: la Banque centrale, la monnaie, la politique commerciale, les chemins de fer, les postes et télégraphes. En 1879, l’Empire allemand et l’Autriche-Hongrie (les Empires centraux), constituent une alliance sous le nom de Duplice (Zweibund). Elle devint la Triplice (Dreibund) ou Triple-Alliance en 1882 quand l’Italie vient la rejoindre dans une optique défensive (après l’entrée des Français en Tunisie): elle ne doit fonctionner que dans la mesure où l’un des signataires est agressé.

Christel, Gérard, Baptiste « nuque longue » et François rejouèrent ce moment d’histoire à Impérial, se concentrant respectivement sur l’Autriche-Hongrie, l’Italie, L’Angleterre et la Russie, la France et l’Allemagne. Une Triplice se met en place implicitement, pendant que le pourtour du continent subit les assauts des Russes et des Anglais, qui cherchent à rompre leur isolement. Il est déjà fort tard quand les puissances, ayant bien peu avancé sur l’échelle de valorisation, amassent les armées dans un statu quo au pacifisme quasi-bêlant. La faute à une case Taxation peu visitée, et dont les règles ne seront vraiment comprises qu’en milieu de partie. C’est donc l’Autriche-Hongrie qui rompit la Triplice la première, attaquant sauvagement et sans raison apparente une usine Allemande. Les troupes attaquantes furent bientôt mises en déroute et cette aventure sans lendemain eut surtout pour effet d’affaiblir les deux puissances, qui déclinaient de concert. Christel, suivant les pas de François-Joseph, tenta de compenser les tensions créées par le compromis de 1867, en inaugurant le Drang nach Osten (expansion vers le sud-est, les Balkans) dans une logique de consolidation des positions acquises face à l’expansionnisme russe. Cette politique slave s’opposait aux visées de l’Empire russe sur fond de démembrement de l’Empire ottoman, antagonisme aux sources des causes du futur conflit mondial.

L’Italie, forte de sa base arrière protégée par son accord stratégique, lança alors un grand raid sur l’Atlantique, conquérant Espagne et Portugal, puis menaçant la France, qui ne dut son salut qu’à un raid des navires Anglais qui laissa en tout six unités sur le tapis. La France changea brièvement de mains, passant de François à Christel avant de faire le chemin inverse, mais sa stratégie brouillonne et un conflit incessant avec l’Angleterre l’épuisa rapidement, tout comme l’Allemagne, trop affairée sur le front Russe et Anglais. L’Italie, grand triomphateur de la Triplice quand l’Allemagne en fut la dupe, parvint ainsi rapidement à 25, mettant fin à la partie, et devançant les troupes Russes et Anglaises, bien placées. Son commandant, Gérard, fort chargé en obligations Italiennes, emporta donc logiquement la mise avec 93 points (dont 70 apportés par l’Italie!), devançant Baptiste, 82, et François, 71. Christel, victime de choix d’investissement malheureux, et bien qu’ayant les revenus les plus diversifiés, termina à 66.

Table n°4 dite « de la honte »…
… où Ania, Françoise et Votre Modeste Serviteur échouèrent lamentablement sur la septième enquête de Sherlock Holmes : Détective Conseil. Pour tout dire, nous ne répondîmes correctement qu’à 2 questions, tout en ayant lu de nombreuses pistes… Le score final s’avéra, bien sûr, négatif… Pas de quoi faire honneur à Sir Arthur Conan Doyle et à son illustre création.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 11/12

Une seule table ce mardi, mais de qualité, avec un jeu qui figure sur le podium du classement de BoardGameGeek depuis près de 10 ans !

Mais laissons donc la parole à François qui nous relate la séance avec brio.

Une table ce mardi, dite « cubiste »
Cézanne le revendiquait, traitez la nature par le cylindre, la sphère, le cône, le tout mis en perspective, soit que chaque côté d’un objet, d’un plan, se dirige vers un point central.
Xel, François-René, Baptiste à la longue crinière, David et VHS pimentèrent d’exotisme un soir d’hiver par une virée à Puerto Rico pour y convoyer cubes, cylindres, et autres cônes pour une expérience cubiste.
Chacun produit ses denrées, Xel penche pour l’indigo, David pour le sucre, Baptiste cultive le tabac, et VHS fait main basse sur les cônes de maïs.
François-René recrute beaucoup de colons mais ils ne produisent presaque rien, sinon un peu de café sur la fin.
Une fois encore, la légende de l’hospice ( Xel et FR) sera démentie: les deux détenteurs de ce bâtiment perdront.
L’hacienda, également convoitée, se révèle providentielle en début de partie mais bloque l’espace à la fin.
Les titulaires d’un entrepôt purent conserver quelques denrées, mais c’est bien le remplissage des bâteaux qui fit vraiment la différence.
Dans cette partie, nombreux furent ceux qui amassèrent la monnaie délaissée sans en faire grand usage.
A cet exercice, VHS s’octroya plusieurs fois de précieux PV en se délestant à pleines brassées de son abondante cargaison de maïs, action encore renforcée par l’action du Port en fin de partie (+1 PV par chargement).
Sentant la fin proche, VHS précipita sa victoire en débarquant la dernière cargaison de colons comme dans un raid cynique sur Guernica.
Malgré un coup d’éclat de Baptiste façon Braque-age (achat d’un bâtiment à 10), il avait vu juste et termina avec 51 PV.
Suivaient Xel et Baptiste, à 42, puis David (qui avait également acheté un bâtiment à 10 afin de réduire l’écart en fin de partie), à 38. FR, avec 26, gardera de cette soirée un souvenir impressionniste, soleil levant non inclus.
La nature, pour nous hommes, concluait le peintre provençal, est plus en profondeur qu’en surface, d’où la nécessité d’introduire dans nos vibrations de lumière, représentées par les rouges et les jaunes, une somme suffisante de bleutés, pour faire sentir l’air. Dans cette floraison de couleurs, ce fut le jaune du maïs triomphant, qui fit vibrer cette joyeuse soirée dix jours avant la fin du monde.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 7/12

3 tables de 4 joueurs pour cette séance :

Table n°1 dite « invasive » …

… où François-René a appris à Hélène, Baptiste 1er dit « au cheveu congédié » et à François comment mordre Dust, le jeu vindicatif. L’histoire dira qui a emporté.

Table n°2 dite « terredemillieuse »…

… où Marvin a tenté d’expliquer à Laurent, Baptiste 2nd dit « la jungle capilaire » et à Julien pourquoi Sauron devait gagner, tout au moins dans la La Quête des Terres du Milieu. A-t-il réussi ? Vous le saurez. Peut-être.

Et bien oui, il a réussi.
Nous avons commencé la partie vers 22h et comme d’habitude les Héros se sont balladés pendant les premiers tours. Laurent et Julien ont torché leurs quêtes de départ puis avancées, profitant d’un manque flagrant d’agressivité de la part du Seigneur Ténébreux. Heureusement, Baptiste a eu une tâche nettement plus ardue et il ne put remplir ses deux objectifs.
Du côté de Mordor, il me fallait amener mon marqueur Rouge à la période III, et je puisai donc avec avidité dans le deck de Conspiration, à la recherche des précieuses cartes. J’en trouvai, mais peinai à les jouer. Quand enfin j’avais moyen d’en mettre une balèze (plus exactement : mettre une carte pour remplir la condition nécessaire à la pause d’une autre…), Laurent se « sacrifia » pour me ralentir (ça lui a coûté cher : deux corruptions et 5 faveurs).
Au final, j’ai longtemps cru que la victoire allait m’échapper, mais les Héros ont un peu levé le pied à la fin (comme d’habitude, encore, Sauron monte toujours en puissance dans ce jeu) et nous sommes arrivés au Final en même temps. Ayant rempli mon objectif, je l’emportai de justesse. Belle partie.

Table n°3 dite « vaporeuse » …

… où JiBee, Gérard – qui fête là son come back – Jeff et Votre Humble Serviteur ont industrialisé le Nord des Etats-Unis dans Age of Steam. En tant que  gens courtois et néanmoins compétiteurs les trois premiers sus-cités ont laissé à VHS un coin de quiétude à l’est de la carte pour toute la partie et se sont donc concentrés sur le centre et ouest pour s’emmêler joyeusement. Dans cette configuration VHS n’avait d’autre choix que de rester en tête, JiBee tira son épingle du jeu en se plaçant 2ème vint ensuite Jeff puis Gérard.

Table dit « bonus », ailleurs et demain…

… Sly dit « trop jeune pour être MJ » menait une table de jeu de rôle dans l’univers de Sables Rouges. Tout ça à Beg Leguer. Marie-Anne, dont c’est probablement le dernier jeu en tant que mère d’une fille unique raconte cet univers particulier :

Présentation du monde :

Sable Rouge est un jeu de rôles de fantasy brutal et aride, croisement entre la violence d’un Conan, la sècheresse d’un western, l’horreur d’un Ghosts of Mars, la brutalité d’un Mad Max ou la menace sourde d’un Pitch Black. Vision fantasmée de ce qu’aurait pu être la planète Mars, il y a plusieurs millions d’années, Sable Rouge propose un univers en perdition, juste avant que cette planète ne soit plus qu’un astre sans vie. Un monde teinté de sang, au goût de ferraille et de rouille, où il est parfois difficile de distinguer la réalité du mensonge.

Dans cet environnement hostile, où la survie est le maître mot, les personnages vont devoir apprendre à lutter pour sauver leur peau, leurs biens, leurs amis, voire ceux qui jadis leur fermèrent les portes d’un « paradis » souterrain. Utilisant aussi bien des armes massives, que des pistolets rudimentaires, en passant par une magie capable de modifier la réalité, les personnages de Sable Rouge sont autant de pilleurs, de mercenaires et de salopards, cherchant dorénavant à empêcher une fin inéluctable.

Tous les personnages possèdent une particularité : un parasite d’origine inconnu s’est logé dans leur colonne vertébrale. Mais, plutôt que de les transformer en pantins mort-vivants, ce « Pilleur de Corps » s’est éteint avant de prendre le contrôle de leur organisme. Désormais, ces « Vertèbres de Fer » sont des êtres hybrides, combattant pour survivre mais ressentant les effluves de la Ruche et des abominables Pilleurs de Corps se dissimulant sous le sol de la planète. Des anti-héros considérés avec méfiance, voire pendus ou condamnés aux châtiments du désert de glace.

Imaginez un univers aux échelles démesurées, sans la moindre mer, à part les bancs de sel de Mare Sirenum. Un monde dévasté, énorme, inconnu… Et cachant des étages de fer et de laboratoires oubliés dans ses entrailles.

Citation de

http://sablerouge.over-blog.com

Un monde glacé où nous jouons des parias d’entre les parias…où nous mena le maître Sylvain.

Nous étions 5 aventuriers , plus ou moins expérimentés :

  • Christel qui à interprété une Bleek (ce qui ressemble de plus à l’humain) précise et musclée
  • David qui à interprété un Maadim, (qui se rapproche d’un chaman aficain) doté de forte compétence de course
  • Gwen qui à interprété une Silicate ( qui ressemble à un drow ( elfe des profondeurs) ….à poli mais musclée
  • Elodie qui à interprétée un Squal ( homme-lézard) soucieux de sa monture et fumeur de sa propre mue, mais prcis dans ses tirs
  • et moi-même qui à interprété une Silicate… donneuse d’ordre à défaut d’autres capacités;-)

Nous avons joué de chance et de malchance , mais nous avons terminez en vie cette belle partie, qui laissera quelques souvenirs mémorables sur les compétences des personnages et l’utilisation d’une certaine encre de poulpe…

Partie plaisante, un Mj souple et conciliant, sûrement la raison de notre réussite !

j’ai passé une bonne soirée , je n’ai même pas senti le coup de barre fatidique de 23H00….

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de MARDI à St-Elivet 4/12

Séance de 3 tables pour ce mardi :

Table n°1 dite « non alignée » …

… avec Xel, François-R et François autour de Kingsburg puis de Kuhhandel (Boursicocotte en VF). C’est François-R qui remporte tout.

Table n°2 dite « des cayluisiens » …

… où le leader du mouvement – Jean-Baptiste JiBee – sur la demande de ses militants : David, Baptiste le 1er dit « à la chevelure humble » et Baptiste 2ème dit « au poil affolé »  a déployé le plateau de Caylus. La partie durait encore quand VHS quittait l’assemblée mais les sources sûres ont communiqué les scores :

Caylus « dit trois Baptiste sinon rien » :
1ER : Baptiste 1st 67
2EME : Jibee 64
3EME : Baptiste 2nd 55
4EME : David 52

Table n°3 dite « des wallaciens » …

… où Votre Humble Serviteur a appris à Sam – nouvelle recrue du courant wallacien autonome  – comment se servir des cubenbois pour ne pas couler l’économie nord-américaine dans Age of Steam. Marie-Anne, venue en soutien militant a fait la 3e joueuse. VHS a humblement fait course en tête mais une lutte acharnée entre l' »ancienne » et le « nouveau » a eu lieu pour la 2nde place. Ce n’est que dans le tout dernier tour que l’expérience a prévalu sur la fraîcheur de l’enthousiasme et la militante de longue date (ayant vidé son chargeur dans ses 2 pieds auparavant) se plaça 2ème. A noter 2 choses importantes  :

  1. le nouveau militant de la branche wallacienne est venu avec des renforts de plusieurs gâteaux au miel et noix de pékan. On ne peut pas en dire autant du courant caylusien. On a partagé quand même.
  2. le sus-cité militant a déclaré : « Age of Steam est bien plus abordable qu’Agricola« . Cette phrase, à noter dans les archives du mouvement, mérite une plaque.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 30/11

Une séance à 4 tables :

Table n°1 dite « duale » …

… ou Françoise et Rebecca ont fait une partie d’initiation à Zooloretto puis une autre de Seasons. Qui a gagné ? Mystère…

Table n°2 dite “chaotique”…

… où Julien, David, Laurent et Marvin se sont éclatés à martyriser les habitants de Warhammer dans le Chaos dans le Vieux Monde, La partie est racontée par Marvin :

Deux nouveaux joueurs pour cette table de CITOW, un jeu quelque peu délaissé ces derniers mois. David joua Slaanesh, Julien fut Tzeentch, Laurent incarna Nurgle, et j’eus donc l’immense privilège de jouer le « deck automatique » qu’est Khorne. Moi qui adore jeter les dés…… j’étais en fait satisfait, parce que Khorne a le mérite d’être assez simple à jouer.

La « règle » selon laquelle c’est toujours un « nouveau joueur » qui l’emporte allait-elle se réaliser ?

La partie fut assez décontractée niveau dévastation, puisque celles-ci intervinrent assez tard (tour 4 pour la première, tour 5 la deuxième, tour 6 les trois dernières). La conséquence fut que les points de victoire montèrent lentement. Je dirais que mes adversaires ont beaucoup plus invoqué de guerriers que ce à quoi je suis habitué, ce qui fit, mécaniquement, qu’il y eut moins d’adorateurs en jeu… D’un autre côté, ça m’a obligé à ré-invoquer la majeure partie de mes figurines à chaque tour…

Au tour 6, les choses se sont précipitées, puisque dans le même tour : je terminais mon cadran, Laurent et David dépassaient les 50 points (Laurent termine à 71 !) et on arrivait à 5 dévastations. Je l’emportai donc sur un coup de dé (75% de chance de réussite quand même) qui me faisait gagner le Tick bonus nécessaire pour finir mon cadran. Un jeu de dés… pfff c’est vraiment nul ! 😉

Table n°3 dite « darkseigneurale »….

.. où François-René, Xel et MKS ont combattus sur les terres des orcs, elfes et humains sur le plateau de La Quête des Terres du Milieu. Qui a gagné ? Mystère…

Table n°4 dite « walacienne »…

… où Votre Humble Serviteur a (ré)expliqué à François comment faire de la vapeur avec de l’argent virtuel dans Age of Steam sur la carte scandinave. Jeff et JiBee se sont joints à nous pour découvrir que – je cite le président – « cette carte n’est pas pour les enfants ». En effet la carte est fractionnée en petites parcelles de terre, des villes assez éparpillés et seule l’action « mouvement maritime » est là pour adoucir le labeur des nababs ferroviaires en carton. D’ailleurs le dur art de survie a échappé lors de cette partie à Jeff qui était longtemps coincé et n’a pu déployer ses ailes de géant que vers la fin. JiBee a opté pour l’isolationnisme mais son lointain point de départ l’a forcé à maintes reprises à utiliser le réseau de ses compétiteurs pour grappiller des points. C’est François qui – placé au centre – avait le potentiel le plus important. Il a développé un réseau conséquent et réussissait à convoyer les marchandises à des distances honnêtes. VHS a un peu végété lors des premiers tours pour finir par envelopper tout le Danemark de sa toile puis descendre jusqu’à la Pologne – appel du berceau sans doute. Malgré des fautes de construction énormes et des prises de capitaux risqués il se place au final à quelques points devant François, suivent JiBee et Jeff. Partie plutôt « survival » où aucun compétiteur n’a monté la puissance de sa locomotive au maximum : c’est un signe !

Pour discuter de cette session RDV sur le forum