Séance de MARDI 09/05/2017 à St-Elivet

Le 9 mai 1873, par la crise bancaire en Europe, commençait la Grande Dépression de 1873-1896, crise économique mondiale de grande ampleur qui marqua la fin du XiX siècle. Cette longue stagnation — il ne s’agit pas ici d’une chute de la production comme dans les années 1930, mais d’un marasme économique — s’accompagne de crises plus brèves liées en partie aux détournements des banques vers les placements de court terme.

Face à la crise, les grandes entreprises se concentrent afin de maintenir leurs profits, formant des cartels en Allemagne, des trusts aux États-Unis. Cette stratégie est fortement encouragée en Allemagne, pays connaissant une certaine prospérité et comblant son retard, dépassant la France et rattrapant le Royaume-Uni au plan industriel. Aux États-Unis, la constitution de ces trusts sera combattue dès la fin de la crise par la législation du Sherman Anti-trust Act (1890).

En sus de la concentration, l’autre conséquence majeure de la crise sera l’arrêt soudain de la première expérience de libéralisation des échanges internationaux. Depuis le traité de libre-échange de 1860 entre le Royaume-Uni et la France, les pays industrialisés d’Europe occidentale multipliaient les traités bilatéraux, tout en s’accordant la clause de la nation la plus favorisée (qui rendait finalement les traités multilatéraux). Pour protéger leurs entreprises dans un contexte de crise, les États relèvent leurs tarifs douaniers. Seul le Royaume-Uni, terre promise du libéralisme, conserve unilatéralement le libre-échange. Pour trouver de nouveaux débouchés, les nations européennes se lancent dans une nouvelle vague de colonisation. Jules Ferry l’expliquera à la Chambre des députés : « La politique coloniale est fille de la politique industrielle ».

144 ans après, alors que le monde se remet doucement d’une grave crise bancaire, et que le Royaume-Uni choisit cette fois-ci de tourner le dos au libre-échange avec ses voisins, une poignée de conquérants partaient, de la baie de Lannion, explorer d’autres horizons.

Résultat de recherche d'images pour "grande dépression 1873"

Table 1, dite « Le long faux-plat » : embarqués sur la promesse d’un petit jeu court, 45 minutes montre en main nous dit-on, nous voici trois heures après toujours pas au bout de cette interminable partie de Gang Rush. En fait, mais nous ne l’avons compris qu’après coup, c’était 45 minutes de règles pour expliquer les différents mouvements de nos véhicules sur un circuit automobile semé d’embuches. Une partie où l’on passa beaucoup de temps à poser des pièges, à subir des « triples faciales » (tirs de policiers) ou des « doubles anales » (chocs postérieurs), à essayer de nouveaux objets comme le hand spinner (« l’objet le plus satisfaisant du monde » dira l’un), et aussi à discuter. Ainsi, dira l’autre, « J’ai un problème dans la vie, j’aime l’intelligence ». « Mais alors, que fais-tu ici ?  » s’entendit-il répondre ? Et d’enchaîner sur la blague éculée au sujet du « truc rose de 18 cm que toutes les filles veulent », oubliant que depuis belle lurette le permis de conduire se résume à un petit rectangle de plastique qui ne fait plus fantasmer que les fétichistes des plastifieuses. A ce jeu, donc, car l’on joua aussi, Vincent finit sur un jeu de dé fatal (qui sera en fait lancé par Xel, unlucky sub), dernier de la course, et fut donc éliminé du décompte, noté 0. VHS et Paul terminent sur la jante, avec 700 $ et 900 $. Julien, en mode Rémy Julienne sur la fin, culmine à 1800, et c’est François-René qui s’impose avec 3300 $, lesté de la prime de 1000 $ offerte au vainqueur de la course.

Table 2, dite « A l’abordage » : c’est sur les flots de la mer du Nord que s’affrontent aux Pillards de la Mer du Nord Baptiste, Neox, et Guillaume. Le premier cité l’emporte, ayant la bourse la mieux garnie.

Table 3, dite « Sage comme une estampe » : dans un contraste saisissant avec la Table 1, cette partie peuplée de joueurs sages monte à bord de l’univers apaisé et japonisant de Trains. C’est Xel qui s’imposera devant Jean-Yves et Nicolas II.

Table 4, dite « Toutes voiles dehors » : dans un dernier tour toutes voiles dehors, Nicolas II passe de 7 à 48 en un tour sur le vaisseau du Cap’tain Carcasse. Jean-Yves en ressort tout enrhumé.

Table 5, dite « Dernier quart » : cette table finale rassemble, à Hobba, quelques rescapés. Le forum en répondra.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 05/05/2017 à St-Elivet

Le 5 mai 2007 disparaissait Theodore Maiman qui en 1960, aux laboratoires Hughes, fabriqua le premier laser et en fit entrer le rayon lumineux dans l’histoire. Lannion ayant une petit industrie photonique (« dans le photon, tout est bon ! »), son nom y est familier. Dix ans plus tard, des adhérents rayonnants ont laissé les lumières briller fort tard.

Table 1, dite « Six » : de nombreux joueurs embarquent dans le vaisseau spatial Battlestar Galactica : Nourdine, François-René, Frank, Michal, Anthony et Armand. La partie démarre fort avec une double attaque, puis les deux cylons F-R et Armand se dévoilent et l’emportent en ayant fait tomber le moral des humains à 0.

Table 2, dite « Cinq » : Christophe, Tristan, Bruno, Thomas et VHN s’attablent autour de Hansa Teutonica, un classique des jeux de stratégie germaniques avec des règles simples, un thème minimal, un hasard quasi-absent et pas mal d’interactions entre joueurs qui se disputent des routes commerciales à grands coups de cubes. De la réflexion, des coups bas et peu de fantaisie pour ce jeu néanmoins excellent, une sorte de Kardinal und König en plus riche. Des 3 conditions de fin de partie, c’est « premier joueur à 20 points » qui s’active. Et c’est une victoire de Tristan, bien détaché de ses suivants avec 64 points.

Table 3, dite « Quatre » : A Dice Masters joué en équipe, la paire Julien+Axel a fait de la charpie de Jérôme+Nicolas-2. Puis les mêmes ont joué à Trains.

Table 4, dite « Trois » : ils sont trois (Neox, Xel et DocNicolas) à avoir poussé leurs troupeaux de bovins sur la piste de Great Western. « C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses » dit-on parfois, mais ledit comptage n’a pas été remonté à la rédaction.

Table 5, dite « Deux et demi » : pendant ce temps, une partie de 7 Wonders Duel opposait Vincent à Joan pendant que Robin dormait du sommeil paisible du futur adhérent.

Pour le Codenames lancé au terme de ce compte à rebours, les Bleus alignent la redoutable charnière Nourdine/F-R avec Jérôme, tandis que l’effectif des Rouges regroupe Joan (Robin tentant avec succès un « Glouc 2 »), Christophe, VHN, DocNicolas rejoints par Xel. Première manche serrée où en ouverture, Haiti 4 répond à Végétal 4. Elle finit sur un Attente 1 qui rappelle étonnamment le mardi précédent (où le même mot avait fait trouver File et Poste). File et Poste sont de nouveau là, les Bleus touchent File et gagnent ! Eussent-ils choisi Poste, ils perdaient. La seconde manche commence mal pour les Rouges qui choisissent Bouquet en réponse à Bulbe 2. L’adversaire, lui, propose des mots à la sémantique trop large (Bricolage, Bâtiment). Malgré les efforts de Jérôme et en passant sur un Cardiovasculaire 2 (Cœur, Pompe) un peu limite, les Rouges l’emportent de justesse. Dans le manche décisive, les Bleus attaquent fort avec un Vieillard 4 mais se dispersent ; face à eux, le pragmatisme de DocNicolas (malgré son David Hasselhof 2 hermétique à certains) conclut triomphalement avec Jugulaire 2 (Veine, Figure).

Mais la soirée n’était pas finie : quand le rédacteur prit le large à une heure fort avancée, on jouait encore à Titan Race tandis que DocNicolas organisait une table de Small World.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 28/03/2017 à St-Elivet

Ce soir, nous fêtions l’anniversaire de Stefani Joanne Angelina Germanotta, plus connue sous son nom de scène Lady Gaga, et dont les hits nous serviront de fil rouge pour la description de tables auxquelles ils s’adaptent comme un gant, on le verra. Rouge est d’ailleurs la couleur d’une robe célèbre qu’elle osa porter, malgré sa matière non conventionnelle. Elle aurait pu s’en vêtir ce soir pour être sur son 31, car tel est aussi son jeune âge.

Résultat de recherche d'images pour "lady gaga viande"

A St-Elivet, avant les plats de résistance, on fit dans le soft en célébrant l’événement par une partie inaugurale de Looping Louis qui enchanta tant grands et petits (ils se reconnaîtront) qu’ils en sortirent complètement gagas.

Table 1, dite « The fame monster » : L’album The fame monster, avec sa pochette de style gothique photographiée par Hedi Slimane, traite de la facette sombre de la célébrité que Gaga a vécue lors de sa tournée The Fame Ball Tour. Chaque piste incarne un monstre qui est une métaphore pour représenter une peur, ce qui sied parfaitement à cette table de Waling Dead: all out war où François-René, Neox, Jacques, Doc Nicolas, Nourdine et Florian ont revisité l’univers du célèbre comix. Florian et le Doc n’en sont pas sortis indemnes, et les autres marchent encore à l’ombre.

Résultat de recherche d'images pour "Walking Dead: All out war"

Table 2, dite « Anything goes » : dans Anything goes, un courtier à Wall Street s’embarque clandestinement sur un navire faisant la liaison New York – Londres, dans l’espoir d’y retrouver une jeune femme dont il est amoureux. Moins romantique, cette table vit quatre mâles tirer des rails et bâtir des gares, seule présence féminine du jeu si l’on peut dire, et qui fut d’ailleurs la cause de la fin de partie. A Trains, jeu de deck building classique avec un petit côté Age of steam, pour ses ramifications en réseau, c’est donc Dom qui déboula en mode TGV (35), votre modeste narrateur suivant en express (29), Julien de Lannion en TER (25), tandis que Jean-Yves suivit l’équipée depuis sa draisine (16).

Table 3, dite « Cheek to cheek » : Serrés joue contre joue dans l’étroit habitacle d’un sous-marin, Wilfrid, Xel, Paul, Alwen, Guillaume, Ulrich, Sophie et Nicolas II déroulent le scénario de Novembre rouge. L’embarcation sombra comme de juste, mais deux scaphandriers, les deux derniers passagers cités en l’occurrence, prirent la tangente avant l’issue fatale !

Table 4, dite « Perfect illusion » : A cette table de Concept, l’illusion de la vérité était permanente entre les protagonistes de la table 2, rejoints nuitamment par New Jack et Élisabeth. C’est Dom encore qui s’adjugea cette partie, malgré les inspirations remarquées de Julien.

Table 5, dite « Born this way » : « C’est venu si rapidement. J’ai travaillé sur cet ouvrage pendant des mois, et je sens désormais qu’il est terminé. Certains artistes prennent des années à créer un album. Ce n’est pas mon cas. J’écris de la musique tous les jours ». Ainsi s’exprimait Lady Gaga à propos de son album Born this way.  De quoi illustrer la relativité du temps, que n’auraient renié ni Einstein ni les acteurs de cette table de Timeline. François-René, Neox et Jacques ont gagné successivement trois manches, reléguant à chaque fois Doc Nicolas dans le rôle du patient en salle d’attente.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 13/11/2015 à St-Elivet

Au matin d’un 13 novembre quelque part au XIXè siècle, Claude Monet peignit le port du Havre, la ville de son enfance. Impression soleil levant allait donner son nom à une révolution picturale, l’impressionisme, où les scènes quotidiennes de la vie contemporaine  sont librement interprétés et recréés selon la vision et la sensibilité personnelle de l’artiste. Le tableau eut une vie agitée, et fut même volé, puis retrouvé chez un malfrat corse qui avait essayé de le négocier avec un Japonais en relation avec les yakuzas.

Claude_Monet,_Impression,_soleil_levant,_1872

Commencée en pente douce dans un St-Elivet joyeusement envahi d’une bande de joueurs de toutes origines et confessions, cette soirée bascula soudain après 22h dans l’émoi des attentats parisiens dont l’impressionante litanie se diffusait peu à peu parmi les tables. Nous n’eûmes pas le coeur d’atteindre le soleil levant pour mettre fin à nos joutes si dérisoires.

Table 1, dite « molotovienne»
A ce jeu de déductions qu’est L’alchimiste, Thomas fait les meilleurs cocktails et l’emporte avec 30 PV devant Julien de Paimpol (30 également). Votre humble serviteur (20) eut du mal à se concentrer, et précède Xel (16), qui avait du mal à voir les cartes, ce qui n’aide pas.

Table 2, dite « écrasante»
A Smash Up Baptiste-au-chéquier-d’argent affronte Thierry, Hélène et Jérôme. Ce dernier, expert du jeu et de ses peuplades, avait la faveur des pronostics.

Table 3, dite « policière»
A Descent, François-René, Nicolas , Franck et Axel joutent. Le diable en rit encore.

Table 4, dite « hollandaise»
A C’est moi le patron !, Michal affronte Joane, Mickaël et Julien du Trégor. Le plus gros salaire n’ayant pas levé le doigt, le vainqueur restera anonyme.

Table 5, dite « tragique»
A L’auberge sanglante, Mickaël abat sans ménagement Marvin, Franck et Elaine. Je crois que ce jeu fut même joué une seconde fois, un bien funeste présage.

Table 6, dite « infernale»
A Trains, Joane (40) dépasse de peu Michal (38), et Julien du Trégor (25)

Table 7, dite « kleptomane»
A La cité des voleurs, Baptiste-aux-mains-d’or fait la route avec Thierry, Jérôme et Hélène. Pour le vainqueur, j’ai un doute.

Table 8, dite « délivrée»
A Linq, Thomas, Francois-René, Xel, Julien de Paimpol, Dom et VHS s’amusent. On retiendra surtout de cette partie qu’il y a plusieurs façons de préparer les moules, et que tout le monde a gagné.

 

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum