Séance de VENDREDI 29/09/2017 à St-Elivet

Le 29 septembre 1964 paraissaient dans l’hebdomadaire argentin Primera Plana les premières planches consacrées à Mafalda, enfant brune aux joues rondes en perpétuel questionnement sur le monde qui l’entoure. Cinquante-trois ans après sa création par le dessinateur Quino, la plus célèbre des petites filles de BD, devenue un symbole d’anticonformisme pour des générations de lecteurs, n’a jamais été aussi populaire.

En 1962, Quino est un dessinateur inconnu qui cherche à vivre de ses crayons. Il prend contact avec l’agence publicitaire Agens Publicidad, qui lui propose de travailler sur la campagne d’une marque d’électroménager. Quino est chargé de dessiner les histoires d’une famille de classe moyenne aux prises avec des appareils électriques. Il imagine huit petites histoires mettant en scène Mafalda ainsi que son père, sa mère et son grand-frère, mais le projet est finalement annulé. Pour autant, la petite Mafalda, qui fait déjà montre d’un grand caractère, ne disparaît pas totalement de la circulation puisque deux ans après, elle fait son retour dans Primera Plana, à l’initiative de Julian Delgado, le directeur de la revue. Délestée de toute allusion commerciale, la BD est publiée pendant six mois à raison d’une histoire par semaine. Devant le succès de la petite brune sceptique et râleuse, Quino publie ensuite ses aventures dans de nombreux autres journaux. Le premier album Mafalda ne verra lui le jour qu’en décembre 1966.

Publiées à leurs débuts dans Primera Plana, hebdo d’information sur l’actualité internationale et nationale, les histoires de Mafalda s’adaptent aux centres d’intérêt du lectorat du magazine. Enfant intransigeante à l’égard de ses parents, Mafalda, à travers ses questions ingénues en apparence, interroge les dysfonctionnements du monde et pose les bases d’une réflexion sur de grands sujets de société. Par exemple, elle intime à son père de donner l’exemple, juge sa mère médiocre car elle fait le ménage et la cuisine sans s’interroger sur sa condition. La place de la femme est fréquemment abordée, notamment à travers le personnage de Susanita, fillette orgueilleuse dont le rêve est d’épouser un chef d’entreprise afin de couler des jours tranquilles comme femme au foyer dans un pavillon de banlieue.

De 1964 à 1973, année où Quino, en panne d’inspiration, décide d’arrêter de publier les histoires de Mafalda, les thèmes abordés sont liés au rythme de publication des journaux qui l’accueillent dans leurs pages. Une constante, cependant : durant ces 9 ans, Mafalda ne cessera de donner son avis sur le monde et plus particulièrement sur son pays, en proie à d’importants bouleversements politiques. L’Argentine a en effet connu deux coups d’Etat militaire entre 1962 et 1966, vu passer six présidents au pouvoir entre 1968 et 1973. S’inspirant de ces troubles, Mafalda décide dans plusieurs épisodes de former son propre gouvernement, avec ses amis Manolito et Felipe.

L’œuvre de Quino a été saluée par les plus grands auteurs et intellectuels, qui voyaient Mafalda comme une bande dessinée capable d’éveiller les consciences avec humour. Le romancier argentin Julio Cortazar, l’écrivain colombien Gabriel Garcia Marquez et l’auteur italien Umberto Eco sont ainsi de grands fans de la petite fille.  Les albums de Mafalda, traduits en vingt langues et vendus à plus de 2 millions d’exemplaires en France, ont propulsé au rang des personnages de BD connus dans le monde entier celle qui, selon la présidente argentine Cristina Kirchner, « disait des choses qu’il n’était pas possible de dire à une époque où la parole était muselée ».

Résultat de recherche d'images pour "mafalda"

A St-Elivet, 53 ans après, aucun envoyé spécial n’était dépéché pour raconter les drôles d’histoires des grandes filles et des petits garçons de Parties Civiles. Un pigiste, convoqué en urgence pour esquisser les contours d’une séance de jeux forcément inoubliable, extirpa le récit suivant des limbes de sa mémoire défaillante.

Table 1, dite « Loi martiale » : Thomas, Gérard & co s’essaient à Food Chain Magnate. Avec Tristan, qui imposa sans coup férir sa loi martiale, marquant plus de points au dernier tour que certains pendant toute la partie.Tapa_PLANETA

Table 2, dite « Enigmatique » : à cette table, le pigiste a cru remarquer des pyramides, mais cet indice ne lui a pas permis d’en déduire le jeu. Neox et Xel ont été aperçus rôdant aux parages…..

Tapa_FAMILIA

Table 3, dite « Série jeunesse » : il semble que Axel a lancé une campagne de Descent. C’est peu mais c’est déjà bien: tenons-nous en aux faits.

Tapa_MUNDO ok

Table 4, dite « De 7 à 77 ans » : selon des sources généralement bien informées, Nicolas II aurait plié une partie de Through the ages avec 179 PV, matant Doc Nicolas (173), Thibault (173), et Nourredine, 165.

Table 5, dite « L’écume des jours » : notre rédacteur fut le témoin et même le protagoniste d’un Linq. Une partie qu’un fort jeune mousse égaya de son espièglerie, choisissant à plusieurs reprises l’indice écume.

Table 6, dite « Riches heures  » : à cette table de Codenames, les Rouges, emmenés par Joan et Thierry, assistés de Xel et Guillaume, ont provoqué la surprise, défaisant les Bleus (VMP, Jérôme, François-René, Thomas) sur un score sec (2-0) contrastant avec la longueur de la partie. Un match plié dans une première manche où le maître-espion Bleu lança l’indice Kafka 2, qui visait Cafard, bien trouvé, et Sommet (??), alors que Colonie était sur la grille ! Pour prix de ce pari perdu sur sa culture, il sera condamné à relire la Colonie Pénitentiaire. Dans la deuxième manche, les Rouges se sont imposés à la faveur d’un Trauma gagnant.

Table 7, dite « Le peuple des ombres » : notre pigiste eut confirmation qu’un Shadow hunters était en route, mais son budget d’heures supplémentaires expira avant qu’il en connût l’issue et même, pour tout dire, le commencement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 01/08/2017 à Ti Koad

Le 1er août 1291, les représentants de trois cantons Suisses font serment de s’entraider face à leur suzerain, Rodolphe Ier de Habsbourg. De cette lutte, la légende retient le nom de Guillaume Tell, hardi adversaire du bailli Gessler, et le pacte fédéral historique est associé dans l’imaginaire helvétique au serment du Grütli. En 1891, en souvenir de cet événement, les Suisses ont fait du 1er août leur fête nationale, chômé depuis 1994. Mais cette date est aussi le dernier jour de l’année où nous consommons les ressources renouvelables sur terre… Nous en reparlerons à l’instant de baptiser nos tables du soir.

A Ti Koad, l’atmosphère bourdonnait dans un saisissant contraste avec cette maussade soirée d’été. Il y avait des nouvelles têtes, car on était venu de loin: du Nord, de l’Isère et même d’Outre-mer pour rejoindre la joyeuse ambiance de Parties Civiles !

Table 1, dite « Ressources rares » : Thomas, Guillaume, Xel, François et Dom revisitent l’histoire climatique de la terre à Evolution climate sous les bons auspices de Dom. A six, la lutte pour la verdure est féroce, et je ne tarde pas à adopter un carnivore doué pour la chasse en meute, une combinaison redoutable qui me permet de faire du gras. En face, les herbivores se protègent rapidement à grands renforts de cornes, carapaces ou d’appels d’urgence et je dois déployer ma carte maîtresse pour survivre: l’intelligence (celle de la bête bien sûr, en l’occurence). Ceci d’autant plus que je dispose d’un herbivore charognard, qui se nourrit quand son voisin carnivore plante ses dents. Une belle combinaison que je menai jusqu’à son terme de cette partie (qui connut un climat heureusement tempéré) et, avec mes 53 PV, à une victoire promise. Mais c’était sans compter sur une triple combinaison tout à fait diabolique de Dom (coopération + fourrageur + intelligence), qui lui permettait de rafler quasiment toute la verdure à chaque passage, et lui octroya la victoire (59 ). Le troupeau des autres mangeurs d’herbes suivit en ordre compact: Guillaume (50 PV), Thomas (45), Xel (43) – qui développa tardivement un carnivore au succès mitigé – et Mickel (41).

Table 2, dite « Le jour du dépassement » : où Neox nous montre qu’il est entré de plain pied dans l’ère de l’anthropocène: il s’est dépassé en signant une mâle victoire à Lords of waterdeep, laissant Baptiste et trois autres comparses impuissants.

Table 3, dite « De si petits Suisses » : à cette table, petits et grands se sont bien amusés à Mysterium. La visite de Vincent, en fin de partie, n’a pas peu contribué à cette ambiance de cour de récréation, d’autant qu’il a flatté François-René pour son élégance dans son petit pull marine, et qu’il a, de surcroît, tenu à ce que cela se sût.

Table 4, dite « Votation populaire » : la table 3 (complétée par Guillaume) enchaîne à Codenames. Un jeu où l’on vote sur des mots comme comme l’on respire, et qui pourrait connaître un certain succès en Suisse (mot qui fait partie du jeu dans la version du DUC).

Table 5, dite « Croix rouge, Fond blanc » : la table 2, désormais éparpillée façon puzzle, voit Xel rejoindre Dom autour d’un Codenames Duet, petit frère coopératif en duo du précédent, et dont Dom nous a gratifié des règles officielles sur le forum (car oui, il se passe des choses sur le forum de PC). Une réussite et un échec ponctuèrent cette séance, qui fut surtout l’occasion pour Dom de montrer l’étendue de son vocabulaire en énonçant le mot grabat (un mauvais lit), qui, en outre, lui permit de gagner un pari.
J’ai dormi sur mon grabat solitaire comme un religieux de l’ordre de Saint-Benoît (Balzac)

Table 6, dite « Accents aigus » : les rescapés de la table 2 accueillirent pour finir deux charmantes voisines pour un Linq digestif, en mode récréatif là encore, et sans décompte de points. François-René s’était aussi invité à cette joute oratoire dont le brouhaha ambiant brouillait l’écoute.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 20/06/2017 à Ti Koad

Le serment « de ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides », texte lu le 20 juin 1789 par celui qui sera bientôt le premier maire de Paris, Jean-Sylvain Bailly, est resté dans l’histoire comme celui du jeu de Paume, du nom de la salle du palais de Versailles où il fut prononcé. Il amènera la réunion des trois ordres (noblesse, clergé, tiers état) en une « Assemblée nationale constituante », dont sera issue l’abolition de la féodalité (4 août 1789), la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789), et les grands principes de la Constitution française (fin 1791).

En cet autre 20 juin, un bataillon de joueurs formaient le serment de jouer en tout lieu où les circonstances l’exigeraient. En l’occurence, Ti Koad fut leur théâtre, et voici leur histoire.

Table 1, dite « Du clergé » : A la conquête de la plus belle aventure humaine qui soit, Terraforming Mars, un pape, un druide, et un pasteur ont passé 3h30, règles comprises, à rendre Mars aussi inhabitable que la Terre en 2000 ans d’histoire. Au bout du bout, colonisation rampante, température suffocante, profusion d’oxygène issue des océans furent au rendez-vous, marquant la fin de l’histoire: une fois encore, la religion n’aura pas sauvé le monde. Le pontife l’emporte d’un poil de barbe (78) devant le luthérien (77), un mano a mano que le barde (60) toisa de son respect. On aura reconnu, dans ce casting divin, Jack, votre modeste narrateur, et Bruno.

Table 2, dite « De la noblesse » : Un auguste comte, un fringant marquis, un vrai baron, le duc de Bretagne, et une première dauphine se retrouvent dans une expédition vers Santiago. Le marquis, qui, nous dit-on, a beaucoup chouiné, en a imposé dans un équipage composé de Jean-Yves, François-René, Thomas, Dom et Xel.

Table 3, dite « Du tiers-état » :  Soudainement défroqués, nos aristocrates se retrouvent à la lanterne de Linq. On ne les pendra pas, et on ne comptera pas non plus le score, car

Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Le peuple en ce jour sans cesse répète,
Ah ! ça ira, ça ira, ça ira,
Malgré les mutins tout réussira.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 24/01/2017 à St-Elivet

Descendant des ducs de Marlborough, héros de la deuxième guerre mondiale, il aura été l’un des géants du XXe siècle. Le 24 janvier 1965, 70 ans jour pour jour après la mort de son père, Winston Churchill s’éteint à l’âge de 90 ans, laissant derrière lui un peuple éploré et un immense héritage. Grâce à lui, homme d’expérience et de conviction, les Britanniques ont réussi à tenir tête à Hitler. Le Vieux Lion, animal politique parfois blessé mais jamais terrassé, sera resté toute sa vie fidèle à l’un de ses aphorismes : « Nous sommes tous des vers, mais je crois que je suis un ver luisant. »

51 ans après, à St-Elivet, on promettait de la sueur, du sang et des larmes. Et aussi du labeur, le grand oublié de cette citation célèbre de l’homme aux cigares. Certains en redemandèrent, à l’image de Florian, un nouvel adhérent venu du sud et qui, enthousiasmé par sa première séance, décida derechef d’adhérer à cette confrérie de ludopathes.

Table 1, dite « De cendre et de poussière » : Selon Sir Winston, « plus vous saurez regarder loin dans le passé, plus vous verrez loin dans le futur ». Nicolas II et Jérôme ont mis à propos cette maxime,entamant une partie de Ashes dès l’ouverture de la séance, et y étant encore à la clôture de cette dernière. Ils ont déclaré qu’ils auraient peut-être fini d’ici à vendredi, ou pas.

Table 2, dite « Revenus universels » : selon Churchill, “Christophe Colomb fut le premier socialiste : il ne savait pas où il allait, il ignorait où il se trouvait… et il faisait tout ça aux frais du contribuable.” Une maxime qui pourrait trouver un écho dans cette partie de Pillards de la mer du Nord, à l’instigation de Neox, et rassemblant également Xel, Baptiste et Yvan. C’est le dépositaire des deniers qui mena le mieux sa barque, coiffant Neox sur le poteau d’arrivée.

Table 3, dite « Comité Théodule » :  Churchill définissait le comité comme un groupe de personnes incapables de faire quoi que ce soit par elles-mêmes qui décident collectivement que rien ne peut être fait, ce qui s’applique bien à l’organisation des humains (Florian, Vincent, FR, VHS, Nourdine, Guillaume), confrontés à Franck, la créature de Not Alone. La deuxième créature, Guillaume, échoua pour sa part, non pas que ledit comité se fut organisé entretemps, mais parce qu’il avait réduit en nombre, diminué par le départ de Franck et de Vincent.

Table 4, dite « Mon futur à présent » : selon Churchill, un bon politicien est celui qui est capable de prédire l’avenir et qui, par la suite, est également capable d’expliquer pourquoi les choses ne se sont pas passées comme il l’avait prédit. Dom applique la maxime à merveille dans son compte-rendu:

Dom et Marion découvrent ensemble 7 Wonders Duel, version à 2 du jeu multijoueurs qui en reprend le thème, les familles de cartes et les principes de développement de sa cité, avec par contre un mécanisme malin pour récupérer des cartes, qui remplace le draft. Après avoir évité in extremis une victoire militaire de la seconde, le premier l’emporte aux points, Marion ayant été victime des cartes « bois » dont elle avait grand besoin pour ses merveilles et dont 3 sur 4 n’ont pas été mises en jeu (et la dernière chipée par son adversaire) !

Table 5, dite « Changement perpétuel » : Pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent. Voilà une autre citation de Sir Winston, qui s’applique à merveille à Linq, où le maître mot est l’adaptation à son environnement. Dans cette partie où les protagonistes de la table 4 ont rejoint Dom, à moins que ce ne soit l’inverse, tous le monde s’est amusé, et, comme de coutume, les points ne furent point comptés.

Table 6, dite « Surprise sur prise »: distingué du prix Nobel de littérature pour sa maîtrise de la description historique et biographique ainsi que pour ses discours brillants pour la défense des valeurs humaines, Winston est à la fois déçu – il visait le prix Nobel de la paix – et surpris, s’exclamant : « Tiens je ne savais pas que j’écrivais si bien ». A la table de Codenames, les Rouges (Xel, Dom, Guillaume, Nourdine) défont 2-0 les Bleus (Florian, Marion, FR, VHS).  Une partie où l’on entendit cette sentence surprenante hors de son contexte de la bouche d’un joueur rouge: « j’aurais bien aimé qu’on finisse la copulation avant d’entamer le canard », un aphorisme qui ne relève pas de l’understatement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 13/11/2015 à St-Elivet

Au matin d’un 13 novembre quelque part au XIXè siècle, Claude Monet peignit le port du Havre, la ville de son enfance. Impression soleil levant allait donner son nom à une révolution picturale, l’impressionisme, où les scènes quotidiennes de la vie contemporaine  sont librement interprétés et recréés selon la vision et la sensibilité personnelle de l’artiste. Le tableau eut une vie agitée, et fut même volé, puis retrouvé chez un malfrat corse qui avait essayé de le négocier avec un Japonais en relation avec les yakuzas.

Claude_Monet,_Impression,_soleil_levant,_1872

Commencée en pente douce dans un St-Elivet joyeusement envahi d’une bande de joueurs de toutes origines et confessions, cette soirée bascula soudain après 22h dans l’émoi des attentats parisiens dont l’impressionante litanie se diffusait peu à peu parmi les tables. Nous n’eûmes pas le coeur d’atteindre le soleil levant pour mettre fin à nos joutes si dérisoires.

Table 1, dite « molotovienne»
A ce jeu de déductions qu’est L’alchimiste, Thomas fait les meilleurs cocktails et l’emporte avec 30 PV devant Julien de Paimpol (30 également). Votre humble serviteur (20) eut du mal à se concentrer, et précède Xel (16), qui avait du mal à voir les cartes, ce qui n’aide pas.

Table 2, dite « écrasante»
A Smash Up Baptiste-au-chéquier-d’argent affronte Thierry, Hélène et Jérôme. Ce dernier, expert du jeu et de ses peuplades, avait la faveur des pronostics.

Table 3, dite « policière»
A Descent, François-René, Nicolas , Franck et Axel joutent. Le diable en rit encore.

Table 4, dite « hollandaise»
A C’est moi le patron !, Michal affronte Joane, Mickaël et Julien du Trégor. Le plus gros salaire n’ayant pas levé le doigt, le vainqueur restera anonyme.

Table 5, dite « tragique»
A L’auberge sanglante, Mickaël abat sans ménagement Marvin, Franck et Elaine. Je crois que ce jeu fut même joué une seconde fois, un bien funeste présage.

Table 6, dite « infernale»
A Trains, Joane (40) dépasse de peu Michal (38), et Julien du Trégor (25)

Table 7, dite « kleptomane»
A La cité des voleurs, Baptiste-aux-mains-d’or fait la route avec Thierry, Jérôme et Hélène. Pour le vainqueur, j’ai un doute.

Table 8, dite « délivrée»
A Linq, Thomas, Francois-René, Xel, Julien de Paimpol, Dom et VHS s’amusent. On retiendra surtout de cette partie qu’il y a plusieurs façons de préparer les moules, et que tout le monde a gagné.

 

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 10/11/2015 à St-Elivet

Les soubresauts de l’histoire encadrent le 10 novembre: chute du mur de Berlin hier, armistice de la grande guerre demain, ce jour aurait vu l’anniversaire de Bachir Gemayel, l’éphémère président Libanais, qui avait promis de débarrasser son pays de ses démons, de démanteler les milices, et de le réunifier,  et qui sera assassiné dans un attentat commandité, déjà, par la Syrie. Bien sûr, notre soirée de parties fut bien plus civile que cela !

Table 1, dite « impériale »
A Summoner wars, Thomas et Jacques gagnent des confetti d’empire face à Thierry et Jérôme .

Table 2, dite « anarchiste »
Dans un univers où reignent l’anarchie et l’arbitraire, Sang rancune voit l’implacable domination de Baptiste-aux-mains-d’argent (23), seul survivant avec François-René (17) et Xel (3). Parmi les morts au champ de bataille, Jean-Yves (3) sauve l’honneur, contrairement à Baptiste-à-la-barbe-naissante et votre humble serviteur, qui laissent leur dépouille sans héritage.

Table 3, dite « altermondialiste»

dixit_cartes

Dixit est un univers où plein d’autres mondes semblent possibles, comme le rêve d’Alice, ou l’écume des jours. C’est Xel (30) qui se montre la plus perspicace, notamment en trouvant seule par deux fois la carte que j’avais imaginée. Suivent en un respectueux cortège les deux Baptiste (26 et 25), votre modeste narrateur (24), Jean-Yves (23) et François-René (13, mais, dont la chaleur d’été sera bientôt culte).

Table 4, dite « féodale»
A Dungeon raiders, Thomas s’adjuge deux parties de suite. Jérôme et Thierry l’ont applaudi.

Table 5, dite « conservatrice»
Mascarade est un jeu où il faut savoir parler peu mais parler juste, et surtout conserver son trésor. Se faire oublier est aussi une bonne stratégie, que j’employai pour l’emporter face à des adversaires inattentifs captivés par les nouvelles cartes de l’extension: Xel, François-René, Thomas, Jérôme et Thierry.

Table 6, dite « communiste»
Dans un récent livre d’entretiens en forme de bilan, le philopsophe André Comte-Sponville relate une conversation avec Louis Althusser. « Le communisme, tu y crois encore  ? », demanda-t-il à son ancien professeur, qui lui fit cette réponse: « Le communisme comme système politique ou social, oui bien sûr c’est terminé. Mais il n’y a pas que ça ! Au fond, qu’est-ce que le communisme ? Des relations humaines libérées de tout esprit marchand. Regarde, entre toi et moi: tu n’as rien à me vendre ou à m’acheter, je n’ai rien à t’acheter ni à te vendre….. Entre toi et moi, c’est le communisme, ici et maintenant ! »
Ainsi, à cette table de Linq réunissant nuitamment les protagonistes de la table 5, nous n’avions rien à vendre, pas de points à compter, mais beaucoup à partager. Et tout le monde en ressortit avec quelque chose en plus dans son coeur.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 23/10/2015 à St-Elivet

Albert Camus disait « Ce que je sais de plus sûr à propos de la moralité et des obligations des hommes, c’est au football que je le dois ». Il y a exactement 75 ans, naissait Pelé, roi du jeu le plus populaire au monde. Fait citoyen du monde par l’ONU dès sa retraite en 1977, Pelé incarne à jamais une certaine idée du football, et en nous résonne l’écho de gestes mémorables, dont ce but de la tête au style intemporel inscrit lors de la mythique finale Brésil-Italie du Mondial 1970. Puissions-nous être des joueurs aussi civils qu’il le fût.

BRESIL-ITALIE (4-1)

 

Table 1, dite « joyeuse comme un rire»

Une joyeuse bande de déploie autour de Mysterium. Michał est à la manoeuvre. On ne sait pas s’ils ont gagné, mais ils ont beaucoup ri, les portes s’en souviennent.

Table 2, dite « silencieuse comme une prière»

angelus

Dans l’ambiance monastique de la bibliothèque, reconvertie à l’occasion en prieuré, Dominique, Thomas, Xel et VHS s’exercent à une partie découverte de Ora & Labora. O&L complète le quadriptyque de Uwe Rosenberg (admirez ici l’imposante production de cet auteur allemand), commencé en 2007 avec Agricola, suivi de près par Le Havre en 2008 puis par Loyang en 2009. Il en reprend  les mêmes mécaniques de gestion de ressources et de développement. Le lecteur latiniste aura compris qu’à O&L, on prie et travaille dans un monastère du Moyen-Age. On y récolte du blé, on y fait du pain, de la bière, des reliures, et toutes activités ecclésiastiques. O&L est donc un jeu de placement de clercs, d’optimisation, de gestion et de développement de bâtiments à travers le puissant mécanisme des agglomérations (qui scellera mon triomphe, comme on le verra). Les règles sont bien expliquées et claires, la mécanique étant finalement bien plus simple que les règles ne le laissent paraître. Enfin, le jeu comprend une plaisante déclinaison du thème en deux versions: irlandaise et française, qui se distinguent par quelques subtilités, et des breuvages bien typés.

A son tour, un joueur n’a qu’une seule action à disposition parmi 3 disponibles :
1. activer un bâtiment avec un moine disponible. Cela peut même être un bâtiment d’un autre joueur, pour autant qu’on lui paie de l’or, du vin ou du whiskey pour la peine. Un mécansime redoutable car un bâtiment activé par un autre n’est plus activable pour soi au même tour!
2. déforester ou détourber l’une de ses cases et recevoir la ressource correspondante (en quantité plus ou moins importante selon un mécanisme de roue dentée, que les connaisseurs de Tzolkin reconnaîtront)
3. construire un bâtiment en payant les ressources correspondantes.

Précisons que la version découverte est plaisante, car abrégée à 13 tours, et agrémentée de bonus fort sympathiques pour les joueurs: par exemple, lorsqu’un joueur touche des ressources, tous le monde en touche aussi !

Cela dit, ce jeu n’est pas exempt de chausses-trappes que nous avons un peu survolées (action bonus de fin de partie, règle de placement des bâtiments escamotée: seuls les bâtiments du monastère (en jaune)  doivent être adjacents ENTRE EUX , autrement dit le monastère croît à  partir du bureau du monastère préimprimé, etc..). On notera aussi la présence d’un faux phare, qui, comme son nom ne l’indique pas, se construit sur une région côtière et non en plaine comme je l’avais supposé et comme son dessin l’illustrait.

Tout ce qui précède sera foison d’arguments, que mes opposants invoqueront sans vergogne pour invalider le score de cette partie. Je leur pardonnerai cette offense.

Dominique Xel François Thomas
Grand total 171 155 205 110
Tuiles 63 25 34 46
Bâtiments 45 65 60 28
Agglomérations 63 65 111 36

Table 3, dite « inaudible»

Marvin & Co ont joué à plein de petits jeux (dont un Dungeon Raiders), dont l’écho nous parviendra peut-être sur le forum.

Table 4, dite « tapage nocturne »

Les protagonistes de la table 2 sont rejoints par Alwen pour un Linq joyeux, parfois révélateur des fantaisies inavouées des uns et des autres, dont nous ne dirons pas plus ici.

Table 5, dite « baroque n’roll »

Hèlène s’adjuge un New York Kings dans l’ambiance surchauffée de Manhattan.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de MARDI 8/09/2015 à Ti Koad

Il y a exactement 184 ans, le 8 septembre 1831, les troupes Russes entraient dans Varsovie, mettant un point d’orgue à la guerre russo-polonaise de 1830-1831 (aussi dite « insurrection de novembre »), qui devait asseoir pour longtemps la domination de l’encombrant voisin. Le ministre des Affaires étrangères Français, qui refusait d’apporter son concours aux insurgés polonais, estima la situation tranquille, une prise de parole restée célèbre dans la reformulation que la gauche en fit: « l’ordre règne à Varsovie ».

Capture_of_the_Arsenal_in_Warsaw_1830

A Ti Koad, la soirée fut en tout cas « plutôt tranquille ».

Table 1, dite « ordonnée »

Une studieuse partie de P.I. opposa VHS à Xel et Thomas. Chanceux sur les deux premières manches où je tombai rapidement sur des indices décisifs, et opportuniste dans la troisième, je l’emporte avec le total record de 19, devant Xel, 15, et Thomas, 11.

Table 2, dite « aliénée »

Hélène et Baptiste contestent la suprématie présidentielle. dans l’univers futuriste d’Alien Frontier. Baptiste, longtemps en tête, sera devancé par Hélène, « engouffrée dans la brèche » ouverte par le trésorier (pour les détails, on s’adressera aux intéressés). JiBee réalisa un peu tard l’intérêt de coloniser les planètes.

Table 4, dite « échevelée »

Une partie de Linq réunit les protagonistes des tables 1 et 2 (une sorte de mitose inversée). On y parla coucous suisses, maraîchers charlatans, bilboquets dans l’océan, et barreaux de cellules mitosées. Surtout, on y rit beaucoup. Au final, le score fut à peine croyable: on compta 6 ex-æquo, tout le monde avait gagné. Au fait, la mitose, c’est la division d’une cellule mère en deux cellules filles (et ne me dites pas que vous le saviez déjà).

Table 3, dite « stendhalienne »

Cette table de CITOW réunit Jeff, Nicolas, François-René et Yann (pris en auto-stop à St-Elivet, et dont nous saluons le retour à Lannion). Ce dernier, tout vêtu de noir mais jouant avec les rouges, s’apprêtait à l’emporter à l’heure du bouclage. Grâce à une carte qui fait gagner (intitulée « On a trouvé le Graal »), il avait nettoyé les verts du plateau, donc quasiment expulsé les miasmes et autres parasites de son détenteur (j’ai nommé M.Jeff), et la suite n’en fut que son expiation.

 

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

 

Séance de MARDI 14/04 à Ti Koad

Que de monde en ce mardi soir. Tellement de monde que je ne saurai citer tout le monde.
Plusieurs jeux furent joués, et les tables se sont enchaînées et mêlées dans un joyeux bazar.

Table n°1 :
Audrey, Dominique, Jeff et moi-même enchainâmes deux parties de Minivilles.
Le temps d’expliquer les règles, de faire les deux parties (que je remporte, ma modestie dut-elle en souffrir) et il était environ 22h.

Une heure peu tardive, qui nous permis donc de jouer à Linq. Tous les quatre dans un premier temps, puis bientôt renforcés par la présence de Xel et Thomas. Le jeu est amusant, et nettement plus riche à 6 qu’à 4.

Tables n°2 et 3
Elles ont rassemblé au moins Notre Président, Thomas, Xel, Nicolas, Baptiste…
Je serais incapable de citer les jeux pratiqués, donc je m’abstiendrai de dire des bêtises.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de MARDI à St-Elivet 01/10

Deux tables, dont une double, ce mardi :


Table n°1, dite « courroucée » ((c)François), racontée par François :

Le 1er octobre 1949, la République populaire de Chine était proclamée. Plus ancienne civilisation existant encore de nos jours, déjà présente il y a près de 5000 ans, elle a vu se succéder les dynasties et les empires, pour aboutir aujourd’hui à un pouvoir aussi libéral et autoritaire dans les faits qu’il est populaire dans son nom.

Exactement 64 ans après, c’est au chevet d’une autre civilisation disparue que Grégoire, Jean-Baptiste, Thomas et VHS se penchent, exploitant les arcanes de Tzolk’in – Le calendrier maya, fraîchement acquis après un vote démocratique. Le matériel est plaisant, on se sent vraiment dans l’ambiance et rien ne manque: maïs, ressources (bois, or , pierre, crâne de cristal), ouvriers, temples, monuments et bâtiments. La roue du calendrier apporte une touche originale à un mécanisme bien huilé, qui me rappelle furieusement son lointain cousin Agricola. Il faut quand même quelques parties ou un don prononcé pour le cubisme pour bien assimiler toutes les possibilités et définir sa stratégie. Au final, le leadership revint aux joueurs qui ont choisi une stratégie pure sans trop s’éparpiller: JB, qui se gava de ressources, et Grégoire, qui grimpa les marches des temples. Sur le fil, les verts l’emportèrent sur les rouges, laissant le bleu loin derrière, devant le jaune qui ferma la marche, faute d’avoir trop recruté de bouches à nourrir. Une victoire qui passa aussi par l’extraction forcée de maïs, produit très recherché mais qu’on peut se procurer au prix du courroux des dieux. Est-ce à force d’avoir courroucé les dieux que les civilisations disparaissent ?

Comme le disait Valéry dès 1919, « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles ». Une réflexion que feraient bien de méditer Européens et états-uniens à force de rehausser le plafond de leur dette…


Table n°2, dite « redite », avec une nouvelle partie d’un classique déjà sorti vendredi dernier, et racontée par Baptiste « nuque-entre-deux » :

Il y eut une table les Aventuriers du Rail avec Jérôme, David, Xel et moi. Je remporte la partie grâce aux dix points offerts pour la route la plus longue. David et Xel suivent dans cet ordre. Jérôme ferme la marche, pénalisé par un Los Angeles-Chicago non réalisé.


Table n°2bis, dite « inédite », par le même Baptiste :

Nous avons ensuite enchainé avec Divinare, jeu nouvellement apporté par Jérôme. Il remporte facilement la partie, Xel et David se départageant à quelques points près. Je termine au bas du podium.

Table bonus dite « tardive », narrée par Xel et Baptiste :

– une micro-partie de 6 qui prend [Jérôme, Baptiste aka Cf plus haut et moi-même] : micro car non terminée mais pour ma première partie c’était bien… parti pour moi 😉
– un Linq d’enfer avec les 4 survivants de la pièce d’à côté [François, JiBee, Grégoire et Thomas] => à 7 joueurs ça devient coton 😈
Au bout de 10 tours – ou presque – notre vampire préféré aka Thomas l’emporte 😎
M’enfin beaucoup de confusion et de rire au cours de ce jeu 😆

Concernant la partie de 6 qui prend, voici les résultats au terme des deux uniques manches réalisées :
-1ère Xel avec 0+5=5pts
-2nd Baptiste avec 14+0=14pts
-3ème Jérôme avec 21+13=34pts

Pour discuter de cette session RDV sur le forum