Séance de VENDREDI 26/05/2017 à St-Elivet

Le 26 mai 1822 naissait à Nancy Edmond Huot de Goncourt. L’académie Goncourt, un cénacle littéraire, sera fondé en 1900, suivant son désir formulé dans son testament olographe, auquel il associait son frère précédemment disparu, Jules de Goncourt, les deux frères ayant décidé dès 1862 de laisser après eux des mémoires et une académie en leur nom. L’objectif originel de cette disposition est de décerner chaque année un prix pour « un ouvrage d’imagination en prose paru dans l’année », mais aussi des indemnités substantielles qui devaient être allouées à chacun des membres de la société. Le temps a passé et, aujourd’hui, on retient aussi de la remise de ce prix la bonne table qui l’accompagne…

Résultat de recherche d'images pour "prix goncourt"

D’une table l’autre, en hommage à cette initiative, nous illustrerons les tables de cette soirée des romans titulaires de ce prix.

Table 1, dite « Au revoir, là-haut» : il faut avoir la foi pour s’engager dans l’univers déprimant d’Outlive, et Joan n’en manque pas, qui survole cette partie avec 44. De là-haut, Mickaël (27), et Julien (25), ressemblent à de petites fourmis.

Table 2, dite « Les grandes familles » : à la table de Smallworld, les grandes familles se rencontrent et se séparent, à l’image de Gael et Elaine qui nous quittent pour d’autres horizons, mais la bataille n’en sourd pas avec moins d’ardeur. La table de marque en témoigne pour l’histoire: Doc Nicolas 78, Gael 75, Baptiste 74, F.-R. et Elaine 61.

Table 3, dite « A l’ombre des jeunes filles en fleurs» : Cottage garden c’est l’assurance d’un voyage enchanté au milieu des fleurs. Cloches, pots et chats étaient au rendez-vous, et nous avions même une jeune fille. A l’arrivée, la main verte de Dom (49) remporte la mise, malgré le bel effort de Jérôme l’apiculteur qui rafla les deux ruches (48). Sophie (41) et VMN (35) complètent le tableau de ce jardin partagé.

Image associée

Table 4, dite « Les racines du ciel » : à Kanagawa on peint des estampes de toutes les couleurs, de toutes les saisons et de tous les motifs. Avec un deck en deux parties, des pinceaux pour racines et des tableaux au ciel, la compétition est très serrée, Dom (29) devançant VMN et Sophie (28) d’un poil et Jérôme (25) d’une brosse. Chapeau l’artiste !

Table 5, dite « Boussole » : c’est par le traditionnel Codenames que se finit cette soirée avec les Bleus (Dom, Jérôme, VHS), et les Rouges (Xel, F.-R., Doc Nicolas). Une partie que les Rouges remportèrent 2 à 1 et qui s’est jouée sur un indice en or : Laurent Blanc (Défense, Club, Jeu), risqué à cause du but en or France-Paraguay de 1998 (Or était sur la table), et un deuxième set où des espions Bleus trop timorés n’ont pas osé lancer Mêche, à quoi renvoyait l’indice Attachement.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 21/10/2016 à St-Elivet

Ce soir à PC, c’est l’effervescence d’une soirée sous le signe de Scorfel, le festival lannionnais qui monte qui monte. Il a été beaucoup joué, mais peu noté ce qui s’est passé aux différentes tables. Et merci à Baptiste qui est venu exprès ouvrir alors qu’il n’était pas en grande forme.

Table 1, dite « des défricheurs » : Julien de Paimpol, Michal, Laurent, Xel, Jocelyn, Tristan, F-R et Nicolas-2 se lancent dans une partie d’essai de CS Files, tout frais sorti du colis envoyé par Iello pour Scorfel. C’est un jeu d’enquête relativement rapide avec un joueur qui connaît la vérité (comme le fantôme à Mysterium) et un assassin se dissimulant parmi tous les enquêteurs (qui va devoir baratiner et brouiller les pistes, comme dans un Loup-Garou). Et comme à Parties Civiles on n’a peur de rien, ils ont d’emblée joué avec les rôles optionnels, le complice et le témoin. Cependant rien n’a filtré depuis la salle d’interrogatoire donc il faudra s’en remettre aux rumeurs circulant sur le forum pour en savoir plus sur le déroulement de la partie.

Table 2, dite « des bachoteurs » : François, Julien de Lannion, Thomas et Paul enchaînent avec VHN un marathon de révision de la dizaine de jeux familiaux qu’ils animeront pendant le week-end. Pour l’anecdote, ce sont les règles de Pickomino qui ont été les plus difficiles à se remettre en tête.

Table 3, dite « des barbouilleurs » : autre pépite du colis Iello, Kanagawa, un jeu poids moyen bien né sous le signe d’un matériel réussi, de mécaniques bien fichues et d’une paire d’auteurs reconnus (Cathala/Chevallier). Dans le rôle des apprentis estampistes : Thierry, Mickaël et Joan. Pas de résultat à annoncer mais un grand sourire sur leurs visages. Passant du pinceau au pistolet (ben quoi, on peut peindre au pistolet) et des pastels japonisants au rouge (sang) qui tache, ils poursuivent par un Colt Express dont on ne sait rien non plus.

Table 4, dite « des  bagarreurs » : Tristan et Nicolas-2 s’installent face à face, prêts à en découdre. Ils enchaînent Descendance avec 7 Wonders Duel. Selon son propre récit, Nicolas finit les 2 parties écrabouillé façon crêpe.

Table 5, dite « des  graveurs » : deuxième tour de piste pour Kanagawa, avec cette fois dans le rôle des élèves de Hokusai : Thomas, Paul, Mickaël et Paul. On dit que le vieux maître eut cette phrase magnifique sur son lit de mort (à 89 ans) : « Si le ciel m’avait accordé encore dix ans de vie, ou même cinq, j’aurais pu devenir un véritable peintre ». Aussi modestement, c’est Paul qui est l’apprenti le plus doué de celui dont un des nombreux noms d’artiste fut « vieillard fou de peinture ».

Table 6, dite « des  veilleurs » : ce n’est pas encore l’heure de rentrer pour Paul et VHN qui fait découvrir Splendor au premier. Ledit (jeune) premier en profite pour gagner d’un point.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.