Séance de VENDREDI 08/09/2017 à Ti Koad

Alors que la plupart des adhérents sont rentrés de vacances et que d’autres partent en voyage, les présents à Ti-Koad en ont profité pour partir loin voire très loin sans quitter leur chaise.

Table 1, dite « Ailleurs/1 » : dès le début de la soirée, Nicolas-2, Paul, Axel et Thibault bientôt rejoints par Vincent s’attablent devant The Battle at Kemble’s Cascade, un jeu dans l’espace infini où, pilotes avides de gloire et de fortune, ils parcourent la galaxie et font le coup de feu sur aliens et petits copains. Absorbés par leurs missions, ils y ont passé la soirée sans même prendre le temps de venir au rapport. La discipline se perd chez les pilotes.

Table 2, dite « New York » : un solide groupe de vétérans de PC, Nourdine, François-René, Baptiste, Neox et Mickaël ressortent Le Parrain, déjà vu récemment avec ses abondantes figurines (alors que c’est un jeu de gestion/contrôle de territoire. Où sont les pions en carton d’antan ?). L’Hudson s’est remplie de cadavres et le tournant de la partie a été une extorsion réussie par Nourdine. Ce dernier finit 1 point devant un Neox outragé par tant de déloyauté envers sa famille.

Table 3, dite « Rome » : où l’on revoit apparaître un jeu qui ressemble à peu d’autres, La Gloire de Rome, avec son rythme particulier, son interaction constante et ses combos scandaleuses. Autour de la table, Frank, Bruno, Thomas, Tristan et VHN. Une partie où Thomas accumulera une belle collection de clients, où les Légionnaires de Dom ne lui feront pas que des amis et où le lot central de cartes sera particulièrement bien doté. Fin de partie par épuisement de la pioche, avec Tristan qui gagne son triomphe impérial avec 27 PV, 4 points devant VHN. A noter pour le prochaine fois, ne pas hésiter à vérifier dans le livret de règles la description complète du pouvoir des cartes.

Table 4, dite « Istanbul » : Tristan, VHN, Bruno et Thomas font ensuite une partie de … Istanbul, les deux derniers découvrant le jeu. VHN réussit par deux fois à vendre 5 marchandises au grand marché et dispose d’une cagnotte confortable. Il arrive le premier aux 5 rubis marquant sa victoire, devant Bruno (4) et Tristan & Thomas (3).

Table 5, dite « Londres » : F-R, VHN, Neox, Nourdine et Mickaël disputent 3 parties de Time Bomb. Un jeu où il faut savoir mentir et où le clan Moriarty triompha par 3 fois. Shocking !

Table 6, dite « Ailleurs/2 » : Bruno, Thomas et Tristan partent coloniser l’espace avec Tiny Epic Galaxies. C’est tout ce que nous savons.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de MARDI 28/06/2016 à Ti Koad

Nous sommes le 28 juin, date de batailles bien connue dans l’histoire, et quelles batailles….
Au cœur des Balkans, sur la lande sinistre de Kossovo Polié, deux armées s’affrontent le 28 juin 1389: les Serbes de Lazare, prince de Raska, et les Turcs du sultan ottoman Mourad 1er. Le sultan est assassiné au cours de la bataille. Son fils Bajazet lui succède aussitôt et à la fin de la journée, victorieux, fait décapiter le prince Lazare tombé entre ses mains. C’en est fini de l’indépendance du royaume serbe. Aucun royaume chrétien n’est désormais en mesure d’arrêter la poussée turque dans les Balkans et l’Europe centrale. La péninsule des Balkans ne retrouvera son autonomie puis son indépendance qu’au XIXe siècle.
Le 28 juin 1914, l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, est assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe. Cet attentat est le prétexte que vont utiliser quelques semaines plus tard les grandes puissances européennes pour s’entredévorer…
Et cinq ans plus tard jour pour jour, dans la Galerie des Glaces du château de Versailles, là même où fut proclamé le IIe Reich allemand en 1871, un traité entre l’Allemagne et les Alliés règle le conflit qui germa à Sarajevo.

Les représentants de 27 pays alliés font face aux Allemands, mais le traité a été concocté en cercle fermé par quatre personnes seulement : Georges Clemenceau, David Lloyd George, Thomas Woodrow Wilson et Vittorio Orlando. L’Allemagne est amputée du huitième de son territoire et du dixième de sa population, soumise à des limitations de souveraineté humiliantes, et tenue pour seule responsable de la guerre. À la signature du « Diktat », le comte de Brockdorff-Rantzau lit une longue protestation au nom de l’Allemagne, début d’un grand malentendu qui rencontrera un écho sinistre quelques années plus tard…

Afficher l'image d'origine

Table 1, dite « effondrée »
…où, dans un Pyramide d’animaux en guise d’apéritif amené par Dom, Thomas se révèle le plus habile face à Bruno et votre humble serviteur dans un final à suspense. Le principe du jeu tient dans son titre et l’image ci-dessous le résume bien: empiler les animaux sans en faire tomber, le tout agrémenté d’un dé qui introduit un chaos relatif (à l’échelle des 4 ans et plus à qui ce jeu est destiné…)

Afficher l'image d'origine

Table 2, dite « étirée»
…où  Nicolas II sort victorieux d’un Summoner wars qui l’opposa à Jean-Yves, Jérôme et Frank. Quatre joueurs calmes, c’est appréciable dans un petit espace pour une table qui subsista jusqu’au bout de la nuit…

Table 3, dite « disputée »
…où Baptiste, la bourse pleine de jeux récupérés à St-Elivet, s’impose de haute lutte avec 26 PV devant Hélène (21) et Nicolas-Neox (23) dans un opus de Via Nebula serré comme une boîte de sardines.

Table 4, dite « rendue à César »
…où Dom fait découvrir à Bruno La gloire de Rome. Un jeu agréable, bien pensé avec ses cartes aux usages multiples, et facile à jouer, mais où il faut surveiller ses voisins comme le lait sur le feu compte tenu des conditions de fin de partie associées à certaines cartes. Car un des inconvénients majeurs du jeu, c’est que lorsqu’un joueur a pris un ascendant, il est quasiment impossible de le rattraper: une bonne main de départ, un brin de stratégie, et la partie est jouée. Un Thomas taille patron, fort d’un banc de touche musclé et d’une main longue comme le bras, s’y voyait déjà.  Cependant, il existe des combos de cartes assez puissantes qui permettent, avec un brin de chance, de revenir dans la partie, et, aussi, des cartes qui y mettent fin abruptement, comme la carte Catacombes, que Dom réussit à construire. Ainsi, il acheva le jeu dans l’instant, et le remporta illico avec 10 points, devant Thomas, 9, Xel, 7, VHS, 4 et Bruno, maçon resté au pied du mur, 2. Un coup de vache, mais, reconnaissons le au vu du résultat, un coup de maître.

gloirearome

Table 5, dite « anesthésiée »
…..où la table 3 enchaîne sur un Pandémie, dont le monde terminera guéri.

Table 6, dite « ciel mon Mardi ! »
…où la table 4, cherchant un petit jeu d’ambiance de fin de soirée (un jeu qui « pulse » dixit Dom, et donc exit P.I. que je proposai en vain), tombe dans le traquenard posé par Bruno qui réussit à placer son Alhambra: un jeu de développement de cité avec ses chambres, jardins, palais (à l’image du vrai Alhambra)…. Des constructions ouvertes, car il faut faire attention aux murs, des règles assez simples mais plutôt nombreuses, un comptage des points subtil, avec 3 décomptes intermédiaires et un final, et le tout avec des extensions, bien sûr des règles nouvelles et certains joueurs qui ralentissent la progression du jeu: tout était réuni pour défier la promesse initiale… Dom réussit une fois de plus à assimiler les règles de placement et de « scorage » mais, avec 109, finit cette fois coiffé au poteau par Thomas, 116. Xel, 108, complète avec honneur un podium que Bruno, 93, manque de peu, et que VHS, englué dans un dédale de murs inextricable, regarde aux jumelles (45). Ceux qui voulaient se coucher tôt pour un mardi en furent pour leurs frais, mais soyons reconnaissants à Bruno de nous avoir fait découvrir ce joli jeu.

Afficher l'image d'origine

Table 7, dite « digestive »
…..où Nicolas II et Jérôme, pas lassés de leur interminable campagne, se lancent à l’assaut d’un donjon peuplé de monstres. Welcome to the dungeon fut joué en deux manches, dont le résultat sera partagé en frères.

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI 04/12/2015 à St-Elivet et ailleurs

Un 4 décembre, fort fort lointain (1563), prenait fin le concile de Trente, la réponse catholique à l’agression (entre guillemets) de la réforme protestante. Coupure entre l’Église médiévale et l’Église des temps classiques, le concile de Trente rénova différents points de doctrine. L’Église médiévale prônait la dévotion, les pèlerinages et les processions, celle issue du concile va privilégier la confession et la prédication. Surtout, elle bouleversa l’organisation du culte. C’en sera fini des curés et moines incultes, paillards et laxistes qui faisaient le régal des bateleurs de foire et des fabulistes au Moyen Âge. À la place d’une Église médiévale, épuisée, une nouvelle Église prendra forme, avec ses zones d’ombre et de lumière. Elle va perdurer jusqu’à la fin du XXe siècle et au concile Vatican II, bien plus proche de nous (1965). Cette crispation face au vent nouveau du protestantisme a provoqué des décisions dont nous subissons toujours les conséquences, notamment dans le gouvernement de l’Église : absolutisme pontifical, centralisation, et culte du secret.

Table 1, dite «vaticane»
Dans l’atmosphère industrieuse de la Rome antique, nous jouons aux bâtisseurs du trop méconnu univers de La gloire de Rome. Ce fut une  partie chaotique,  souvent interrompue par les allées et venues des joueurs qui exposaient des points de règles de jeux alentours, et aussi par ces joueurs des alentours qui venaient visiter nos chantiers, sans même porter de casque.  Thomas crut l’emporter en faisant chauffer le marchand plusieurs fois de suite en fin de partie, mais votre humble serviteur, roi des patrons, réussit à rester assez concentré tout du long pour l’emporter avec 23 PV, devant Thomas (19), Mickaël (15), Xel (11) et Dom (9).

Table 2, dite «cathare»
Au tribunal de l’inquisition de Carcassonne, c’est Marvin qui brûle sur le bûcher Michał, Axel et Franck (venu pour une fois sans Kelly). Il n’a pas choisi les plus grassouillets pour son barbecure….

Table 3, dite «hérétique»
A L’auberge sanglante, Jacques fait une boucherie (57) ne laissant que les caraasses des hérétiques à Julien (dit de Paimpol) à 39, Justine (30), et Jeff (20).

Table 4, dite «parisienne»
A Codenames, les Bleus (Dom, Xel, Axel et votre modeste rédacteur) l’emportent très largement face aux Rouges (Thomas, Mickaël, Jeff, et Justine), mis à mal par la bande à Jerry (comprenne qui pourra), et ce malgré quelques quiproquo inoubliables: quand vous avez comme propositions chaîne, fou, et lunettes, quels sont les deux mots qui vous font penser à Afflelou ? Et au fait, quel mot diriez vous pour faire deviner à la fois Suisse, mouton et tube ?

Table 5, dite «prébendière»
L’agitation mentionnée en table 1, consécutive à l’utilisation du DUC (le fameux Deck Universel de Cartes de Dom), et donc aux aller-retour subséquents de son géniteur, aboutit à la configuration de ce couteau Suisse du jeu pour un opus de For sale, où Franck amasse les deniers. Michał, Jeff, Axel, Justine et Julien secouent le tronc dans le vide.

Table 6, dite «écartelée»
A De Stijl, le jaune gagne avec 12 territoires (le plus gros de 5),  12 blancs (max de 4), 12 bleus (max de 4) et 11 rouges. Une partie extrêmement serrrrrrée – paradoxalement, plus il y a d’r, plus ça semble serré, non ? Les joueurs étaient Dom, Xel, Jeff et votre humble narrateur, qui ont tous pris leurs couleurs habituelles, sauf Jeff qui endossa le maillot jaune habituellement prisé par Thomas, et que vous recconnaîtrez donc sans peine. La photo-finish témoigne de cette joute héroïque:

destilj-02

Table 7, dite «hors les murs»
Cette soirée hors les murs nous est plaisamment contée par le barde Sylvain.

Hier soir, Baptiste a accueilli Jérôme, Nicolas, FR (dit Augustine la folle), Hélène et moi-même pour une partie du jdr : aventure dans le monde intérieur. La séance fut assez typée Indiana Jones avec des déplacements sur la map monde ( Londres – Marseille – Aboukir – Ventre Monde ), des Allemands fort peu sympathiques, une peuplade isolée et même l’explosion d’un dirigeable. De nombreuses questions furent posées comme : pourquoi les Anglais lèvent-ils le petit doigt quand ils boivent a cup of tea? -comment boire de l’absinthe de la façon la moins courtoise possible? – cravache ou fouet? – comment bien interpréter un personnage féminin nommé Ilda quand on est un homme?
Bref vendredi soir la science a progressé… mais pas grâce à nous… (pour ça il faut plutôt voir du côté du Téléthon). La soirée s’est terminée sur un soupçon d’héroïsme, un brin de philosophie et une bonne tranche de rigolade !

 
couverture_AMI

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI 06/11/2015 à St-Elivet

Une folle effervescence reignait ce soir-là à St-Elivet. Certains étaient venus de loin, pour d’autres c’était la première fois, Thierry arpentait les couloirs à la recherche du webmaster pour lui soumettre un Change Request à ouiMite visant à pouvoir créer des alias distincts des login, et François-René avait amené à boire pour fêter son anniversaire, mais ça datait déjà de la veille.

En fait, celle qui avait vraiment son anniversaire ce  jour là, c’était Emmma Stone. La nouvelle égérie de Mr. Woody était trop occupée pour venir, mais on avait promis de donner à chacune de nos tables un de ses titres de films. Ce qui commence à faire un joli paquet, mais il faut dire que la gamine a commencé tôt dans le métier.

emma 2

Table 1, dite « Super Grave »

Il ne fait pas bon faire étape à L’auberge sanglante, récente acquisition que Mickaël nous invite à visiter. Il s’y passe même des trucs super graves, comme de la corruption, des meurtres et des enterrements. Et plus on enterre un voyageur huppé, plus ça rapporte (des francs, comme dans un bon vieux film noir des sixties). Bref, aucune morale à ce jeu original, avec un dispositif où chacune des cartes représente à la fois un voyageur, un corps de métier, et un bâtiment (qui sera une future pierre tombale). La vie est courte, et la fin du jeu nous saisit de notre vivant, quelques cadavres encore fumants reposant sur le trottoir en attente d’une digne sépulture.  Dominique fut le fossoyeur le plus zélé et repart lesté de 83 nouveaux francs, devant Jeff (9,91 €), Mickael (5200 anciens francs) et VHS (3900 Francs CFA).

Table 2, dite « La couleur des sentiments »

Summoner wars est un jeu de combat tactique où, dans la peau d’un Invocateur, on constitue ses troupes pour ensuite les mener au champ de bataille (où, en général, on trouve des ennemis), et sans trop faire de sentiments. Jérôme et Jacques dament le pion à Thierry et Thomas.

Table 3, dite « Super blonde »

A Shadow Hunters, nous étions 7: 3 Neutres (Baptiste au Trésor, Julien H le novice, VHS), 2 Shadow (Xel et Hélène) et 2 Hunters (Nicolas et François-René). Dans le rôle de la super brune, Hélène n’a pas compté pour des prunes, car, même si elle se fit occire d’entrée sous les coups fatals de…en fait, d’un peu tout le monde, elle fit partie, avec Xel, du clan victorieux des femmes de l’ombre. Portant le masque d’Allie, la plus frêle des Neutres (8 points de vie), je tire les ficelles de cet imbroglio en étouffant François-René, l’avant-dernier autre survivant, d’une étreinte trop poussée. Méfiez-vous aussi des blondes…

Table 4, dite « The amazing Spider-man »

1949: la guerre dure depuis trente-cinq ans lorsque les fouilles archéologiques de l’Obscura Korps mettent à jour une relique révélant l’emplacement de l’un des quatre points cardinaux obscurs du globe. Véritable porte des enfers, ce lieu maudit: Tannhäuser se trouve enfoui dans les cryptes. Et c’est ainsi que ce jeu d’affrontement uchronique vit la victoire d’une équipe de winners improbable (Hélène entraînant Axel, Baptiste-au-Trésor et Franck) contre une équipe de losers tout aussi improbable (Baptiste-au-chef-luisant, les deux Julien – F et H- et Laurent).

Table 5, dite « Sexe entre amis »

On ne présente plus BSG, et ses afficionados: Michał et François-René, plus humains que jamais, épaulaient Xel et Nicolas. A ce jeu, les couples se font et se défont comme dans un bon club échangiste, mais il faut veiller à garder du carburant et du moral si on ne veut pas mal finir. Les humains ne furent pas de trop pour vaincre 2 cylons en mal d’accouplements: Franck et Marie-Anne.

Table 6, dite « Gangster squad »

Avec vos bateaux pirates, à  Korsar, partez à l’abordage de gallions remplis de doublons. Mais vos adversaires veulent aussi remporter le magot. Baptiste-je-veux-de-l’or s’est logiquement le plus enrichi (35), devançant Hélène (26) et Julien F (22).

Table 7, dite « Magic in the Moonlight »

A-t-on assez parlé de la magie des fonds sous-marins sous la lune ? A Abyss, les protagonistes de la table 6 enchaînent, et c’est une cordée serrée qui voit remonter en tête Julien F (69) devant Bapiste-je-veux-mes-sous (66) et Hélène sur ses talons (65).

Table 8, dite « Hanté par ses ex  » (recueilli avec l’aimable participation de Dom)

Mikael, Jeff et Dom se replongent dans la Gloire de Rome. Dom précipite la fin de la partie en construisant les Catacombes avant que les moteurs à combos de ses adversaires ne soient lancés. Il l’emporte avec 14 PV, Jeff 9, Mikael 8.

Table 9, dite « Bienvenue à zombieland » (recueilli avec l’aimable participation de Dom)

Une bande de joyeux fêtards (Thierry, Thomas, Jérôme, Dom) sirote 3 tournées au Beasty Bar, offertes par les gagnants Thierry (1) et Jérôme (2).

Table 10, dite « Birdman »

A Level Up, faites comme l’oiseau en volant de niveau en niveau. A cette partie « ouverte », Votre Humble Serviteur coiffe sur le poteau Axel, qui allait l’emporter depuis au moins 2 tours, Julien H (notre nouvel ami) et Baptiste (l’homme au cuir d’airain).

Table 11, dite « L’homme irrationnel »

Spyfall était le jeu approprié pour clore cette soirée mémorable. Réunissant, outre Votre Humble Serviteur, Xel, Dom, Thomas, Thierry et Jérôme, cette partie nous permit de faire de belles découvertes sur les uns et les autres:

  • Dom ne passe jamais plus d’une ou deux heures à l’hôtel, et, quand il y est, demande comment sont les filles
  • Xel va toujours au Casino avec un sac à dos, dont elle prend soin d’ôter le révolver
  • Thierry n’est jamais rentré dans un hôpital, mais, quand il va à la plage, il mange aussi des crêpes
  • Votre Humble Serviteur trouve normal que les animaux d’un studio de cinéma soient adaptés à cet environnement, et, en général, fréquente les studios situés dans le Trégor
  • Quant à Thomas, n’étant jamais espion -bien que régulièrement suspecté-, il sut toujours se tenir du bon côté de la limite des réponses bizarres. Mais on l’aura aussi, on l’aura !

Pour discuter de cet événement, RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St Elivet 29/05

Affluence plus raisonnable cette semaine, mais néanmoins conséquente : 16 joueurs et joueuses, répartis en 4 tables pour la première partie de soirée. Un 17 se joint à la fête un peu plus tard.

Les tables : (vous noterez l’admirable répartition de la gent féminine, à raison d’une dame par table.)
Table n°1, dite Glorieuse…
… où Alwen, Julien « pas de Paimpol », François, Frank et Dom se sont affronté autour de la Gloire de Rome.

Table n°2, dite Dominante…
… où Votre Humble Narrateur (Marvin) a retrouvé les plaisirs de Dominion, en compagnie de Xel, Jérôme et Thomas. Deux parties se sont succédé, que mes compagnons de table m’ont fait le plaisir de me laisser gagner.

Table n°3, dite Chaotique (?)…
… où Elaine, Laurent, Mks et Gaël ont joué à Chaosmos. Ca avait l’air bien.

Table n°4, dite Runique…
… où Audrey, Mikael et Axel ont joué sur un coin de table à Runewars.

Et maintenant un récit de la soirée, complet, détaillé et sûrement passionnant par Dom :

En ce 29 mai, jour anniversaire de la chute de Constantinople -et de la fin de l’empire romain d’orient-, la Table 1 était romaine. Après maintes tentatives infructueuses, Julien F. et VHN purent enfin jouer à la La gloire de Rome par la grâce d’une arrivée miraculeuse d’Alwen. Ils enrôlèrent cette dernière ainsi que François et Frank dans la reconstruction de la ville éternelle. Il fallut d’abord apprivoiser la mécanique du jeu et apprendre à utiliser chaque carte de trois différentes façons (comme action, comme bâtiment et comme matériau de construction). Les bâtiments commencèrent à sortir de terre, les joueurs à s’enrichir et des combos de plus en plus puissants à se révéler, accélérant le rythme de la partie qui prit bientôt fin sur une victoire de VHN. Les cinq patriciens, séduits par la tension et l’interaction du jeu, se promirent d’y rejouer bientôt, pour la gloire de Rome !

Après le départ de F1&F2 (l’un pour son domicile, l’autre pour un Dominion dans la bibliothèque dé-livrée) et l’arrivée tardive de F3 (F-R, retenu en première partie de soirée), nous nous lançâmes dans une partie d’Augustus. Dans ce loto à combos, Julien conquit son titre de consul par une victoire sans appel.

Les mêmes moins Alwen finirent la soirée dans la camaraderie masculine des Poilus, un jeu coopératif dans lequel l’héroïsme et le sacrifice n’empêchent pas de perdre à la fin, emportés qu’ils ont été nos trois héros par la grande boucherie aveugle des tranchées.

Pour discuter de cet événement RDV sur le forum.

Séance de VENDREDI à St-Elivet 25/11

« A la sainte Catherine, le joueur de PC couine ». Deux tables de râleurs :

Table n°1 dite « evening glory » …

… où JiBee a expliqué à Marvin, Jeff, Sylvain en couches et Françoise comment ils allaient se faire retamer à La Gloire de Rome. Voici ce qu’en dit Marvin :

Le cri du coeur de Jeff et moi-même était « No new rules ». Raté. Jibee nous a  engagés dans un Glory to Rome (titre approximatif mais néanmoins juste  à la traduction près: NDR). Tant pis pour le Pandémie. Bref ce fut non sans bougonner que Jeff tenta la tactique dite « du forum », tandis que je devais lui céder le titre de « gros râleur de la soirée ». Au final, Jibee gagne comme d’hab.
  • Jibee. 20
  • Jeff. 17
  • Marvin. 15
  • Sly. 15
  • Françoise. 13

Table n°2 dite « Christel m’a nuker » …

… où Michal suivi de Votre Humble Serviteur ont expliqué à Todor comment il allait se faire massacrer à Civilization. Christel a suivi les explications de loin. Après l’explication presque exhaustive des règles Todor devient américain, Christel égyptienne, Michal russe et VHS romain. Civilization est un jeu long. Très long. On a fini à 3h mine de rien. Pour ma pomme et comme d’habitude à ce jeu je n’ai pas vu le temps passer car il s’est fluide et dense. Michal, ayant ciblé la victoire technologique, a construit la merveille qui lui donnait 1 figurine par tour qu’il s’empressait aussitôt d’envoyer voler les technologies chez les autres. VHS a d’abord construit une force de dissuasion pour se concentrer sur la victoire économique. Todor a pas mal tourné pour apprendre les mécanismes du jeu. Christel faisait… sa Christel. A tel point que dès qu’elle a pu lâcher un nuke dans un joyeux élan elle en a lâché un… sur une ville de VHS. Parce que. Du coup j’ai fait mon Marvin pour râler un coup car cette partie m’a rappelé ma précédente, dite « 3 contre 1 » (appelée aussi l’onanisme de l’estropié...). Dans celle-ci le romain a dû batailler contre le russe toute la partie, subir un écho de chaos égyptien et donner une baffe aux ricains. Bref. Le résultat était indéterminé, il semblerait que les romains ont gagné au même tour que les russes mais je ne me souviens plus comment. Il est toujours aussi bien ce jeu quand même…

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance de VENDREDI à St-Elivet 14/10

Octobre à moitié, Parties Civiles divisées. En 2 tables.

Tables n°1 dite « demeurée »…

… avec Demeures de l’Epouvante pilotés par Jeff et avec Nicolas, François Sylvain dit la Fontaine de Jouvence et 1 IMR en guise de victimes. La petite histoire dit qu’ils ont gagné. Ce n’est pas juste pour le gardien…

Table n°2 dite « glorieuse » …

… avec la VF de Glory to Rome = La Gloire de Rome. Une partie courte mais terminée à 23h15 quand même car l’apprentissage des règles « in real time » impliquant JiBee, Michal, Christel, Marie-Anne et Votre Humble Serviteur. Christel termine le jeu en construisant un bâtiment de fin de partie et gagne.

Pour discuter de cette session RDV sur le forum

Séance St-Elivet 20/08

3 tables avec 2 invités de passage : Séverine & « Monsieur X »

Table n°1

Véronique, Alex, Monsieur X secondé de Pierre et Séverine se sont lancés dans une partie de Colons de Catane. Séverine gagne la partie, certainement parce que les autres joueurs ne se sont pas suffisamment méfiés d’elle…

Table n°2

Pascal & Bruno ont fait une campage de pub dynamique afin d’attirer dans leur filets les joueurs pour Glory to Rome avec, au final, deux prises : Sébastien et Marie-Anne. Pour cette denière il semblerait que ce soit aussi la seule et unique partie de ce jeu car elle a subi des incursions des Legionnaires, chose qu’elle n’a apprécié que modérément 🙁 . C’est Sébastien qui emporte sa partie découverte !

Table n°3

Un « vrai » jeu 😉 : Age of Steam sur la carte de base, où les nababs de chemins de fer ont été incarnés par Jeff, Sylvain, Maxime (trèèèèèèès en retard) et Votre Humble Serviteur. La partie démarre avec une situation de conflit entre VHS et Jeff. Ce dernier, ayant fait un fumble initial dans les décisions obligation et action, n’a eu d’autre choix que de venir installer ses lignes en concurrence parfaite avec les miennes ce qui m’a empêché de déplacer ne serais-ce qu’un cube au 1er tour. La guerre de rail fut déclarée ! Sylvain s’installe tranquillement à l’Est et Maxime à l’Ouest, tous les deux avec une réserve de cubes confortable dans les villes potentiellement destinées à leur réseau. Ils se développent tranquillement alors que la bataille pour les ressources continue au milieu de plateau : je perds encore 1 cube ! Ceci étant mon réseau commence à rapporter : bien que relativement petit il me permet de faire transiter les petits cubes de façon optimale. J’essaye de rattraper Sylvain qui se retrouve à la tête d’un bel réseau, bien alimenté, mais avec les couleurs de ressources qui l’empêchent d’exploiter pleinement ce potentiel. Je dois garder un oeil sur Jeff qui bataille durement pour sa survie financière (lors d’un tour il est obligé de faire reculer son pion de revenus !) et loucher avec l’autre sur les grasses ressources de Maxime, un peu sous-exploitées dans son réseau. Ca fait mal aux yeux. Les politesses fusent à table, au point de refaire plusieurs fois la charte de l’association avec une description détaillée du fond et de la forme que peuvent prendre des insultes au cours des parties de Parties Civiles. Le dernier tour me permet de rattraper encore un peu de retard sur Sylvain – mes adversaires m’ayant laissé une belle opportunité de déplacer pour un total de 10 liaisons – mais cela ne sera pas suffisant pour gagner. A noter également une belle remontée de Jeff en fin de partie : il a réussi  à devancer Maxime en exploitant son réseau avec bien de l’adresse pour finir pas trop loin de moi en nombre de points. Finalement Sylvain a fait la course en tête de bout en bout avec ce classement définitif : Sylvain, VHS, Jeff, Maxime.

Séance St-Elivet 13/08

3 tables avec le retour d’un « ancien » : Bruno. Welcome Back !

Table n°1

L’Age de Pierre avec Alex, Marvin, Sébastien et Jeff ainsi que Pierre en pompom-boy. C’est l’âge sûrement… Victoire de Sébastien. Voici le commentaire de Marvin :

Sébastien, qui découvrait le jeu, nous a fait le coup du « tour pour du beurre » afin de bien apprécier les tenants et aboutissants du jeu. Ensuite, grâce à une habile politique dite « du lapin », il a agrandit son cheptel de villageois de manière significative. Cela lui aura coûté cher en nourriture, mais au final sa victoire est assez nette, par 180 points, contre 170 et quelques pour Alex. Jeff et moi fermons la marche, largement distancés, avec environ 150 points pour moi et une dizaine de moins pour Jeff. Bel exploit du débutant, donc !

Table n°2

Funkenschlag : Mathieu, Sylvain, Marie-Anne et Véronique se sont lancés à la course aux centrales sur la carte de France. La partie la plus longue de la soirée, finie pas loin du minuit. C’est Véronique qui l’emporte  lors de cette partie découverte (qui en était une également pour Mathieu).

Table n°3

Glory to Rome : avec Bruno, Pascal et Votre Humble Serviteur. Curieusement ce jeu agit comme un repulsif car la grande majorité de joueurs « ne voulaient pas toucher à ça », même après que Pascal ait changé sa description du jeu de « mixte entre Puerto Rico & RFTG«  vers « mixte entre Dominion et RTFG« . Je soupçonne mon engouement pour le jeu être à la base de cette allergie, étant estampillé par la majeure partie de l’association en panzer bisounours. Ce n’est pas juste. Le jeu en lui-même est certes interactif comme l’ont prouvé les 2 parties jouées : dans la 1ere et dans la 2ème c’est la combo « Route » + « Colisée » qui a donné la victoire à leurs constructeurs successifs : Bruno puis VHS. Il faut faire attention au départ dans ce jeu : raté il peut mener à pas mal de frustrations… Par ailleurs la règle inclue « l’abandon » : les joueurs peuvent déclarer un vainqueur s’il sentent que la partie est « pliée » (cas occuru lors de la 2ème partie).

Séance St-Elivet 06/08

Retour vers une configuration de 3 tables :

Table n°1

Age de Pierre : regroupait Alex, Pierre et JiBee. Voici le commentaire de Pierre :

Alex, JB, et Pierre ont pris place autour de la table, suivi par Mathieu qui s’est retourné vers SmallWorld, puis par Pascal qui s’est également détourné vers Glory to Rome. Avec JB comme nouveau joueur à l’age de pierre, plein de fougue et d’énergie, il a fallu à Pierre toute sa ruse pour indiquer les « mauvais choix » (selon JB) à faire. En cours de partie, JB remarque que ses deux adversaires sont très aggressifs sur les cartes, JB préfèrant garder ses ressources pour une plus grande lattitude de choix ultérieur. La fin de partie est précipitée par JB qui achète toutes les maisons d’une pile. Les trois joueurs sont dans un mouchoir de poche, mais Pierre s’en sort un peu mieux avec son rush sur les cartes (et sans égalité cette fois)

Table n°2

Smallworld, avec Sebastien, Vincent, Mathieu, Jeff et Marie-Anne. C’est cette dernière qui remporte la partie. Comme quoi les filles peuvent panzerizer 😉 Je n’ai pas eu la connaissance du classement des autres …

Table n°3

Glory to Rome : Fanck, Pascal et Votre Humble Serviteur se sont penchés sur ce cas curieux d’un jeu de cartes assez original, « un mixe entre Race for the Galaxy et Puerto Rico » (qualification de Pascal). Le thème : reconstruction de Rome après l’incendie ayant eu lieu lors du règne de Néron. Le design est hmmm… artisanal, rien de « injouable » cependant (c’est une toute petite structure qui édite cela). A défaut d’être agréables aux yeux, les couleurs des cartes rendent le jeu accessible aux daltoniens 🙂 Un autre point : les cartes sont en anglais mais rien d’insurmontable. Le jeu est plutôt tordu car chaque carte possède 5 fonctions : un personnage, un bâtiment, un matériau, un effet de bâtiment et des points, les trois premiers s’excluant, le 4e est en toute logique associé au bâtiment et la 5e n’est compté que dans 1 cas particulier : quand la carte se retrouve dans le « coffre » du joueur. Les règles, assez simples somme toute, nécessitent d’être apprivoisées car elles ne sont pas intuitives – c’est cependant subjectif : Pascal trouvait le jeu plus simple que RFTG alors que Franck était parfois perdu même au milieu de la partie. En gros il s’agit de monter un moteur d’actions, puis par le biais des actions acquérir des points en construisant des bâtiments ou/et en remplissant son coffre. Les effets de bâtiments permettent de créer des « combos » puissantes – chose que Pascal a bien exploité en piochant des ressources, construisant des bâtiments et remplissant son coffre à toute vitesse. Franck s’est concentré sur le « pouillage » du moteur d’actions de VHS jusqu’à ce que Pascal fasse de même avec le sien en fin du jeu. En effet une action (Légionnaire) accompagné d’un bâtiment Colisée permet de confisquer des cartes action (dites « clients ») et de les mettre dans son coffre. Des bâtiments Palissade ou Mur permettent cependant se défendre contre cet effet – je n’ai pas eu le reflexe d’en construire un, puis après c’était un peu dur de tomber dessus… De plus on s’est trompés dans l’application de l’action Légionnaire au début de la partie ce qui m’a  porté un petit préjudice au début 🙁 Le jeu ressortira et VHS sera encore plus méchant (pas dur, parce que là il ne l’était pas du tout… juste à la limite de la folie de se faire pouiller sans vergogne…). En principe c’est Pascal qui remporte la partie mais un léger cafouillage à la fin du jeu a empêché de départager la victoire entre lui et Franck.